Le coin mag

Santé ► Les pharmaciens se mobilisent pour la prévention du dopage

Le dopage serait encore trop répandu dans le monde sportif, tant pour les amateurs que pour les professionnels. Souvent, les produits font partie de la composition des compléments alimentaires utilisés pour accroître les performances. Or, ils sont dangereux pour la santé.

Des sportifs de tous niveaux - professionnels ou amateurs - souhaitant participer à une manifestation sportive font parfois appel à des compléments alimentaires pour améliorer leur condition physique. Le marché particulièrement dynamique affichait d’ailleurs une progression de 6,4 % en 2014. Or, certains de ces produits peuvent contenir des molécules dopantes inscrites sur la liste des substances et des méthodes interdites et/ou avoir des effets néfastes sur la santé

Dorénavant, s'ils n'étaient pas encore au courant, les sportifs seront plus informés : les pharmaciens ont adhéré à une campagne de lutte contre le dopage. Les clients ne devront pas s'étonner de voir fleurir des affiches dans les officines, attirant l'attention sur l'utilisation des compléments alimentaires.

Le conseil national de l’Ordre des pharmaciens s’est engagé, il y a un an, à participer à la prévention du dopage liée à la consommation de compléments alimentaires. Pour concrétiser l'engagement sur le terrain de l’officine, l’Ordre, par l’intermédiaire du Cespharm, lance une campagne de santé publique et met à la disposition des pharmaciens et des sportifs des outils pour les accompagner dans la démarche préventive.

La réponse gouvernementale
L’objectif de sensibilisation du public répond au plan d’action 2013-2015 de la la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca) qui, dans sa mesure n°8, comprend « des actions d’information sur les compléments alimentaires dénués de contaminants dopants et respectant la norme AFNOR NF V94-001 ».

Cette norme, conçue sous l’égide du ministère chargé des sports, permet d’identifier les compléments alimentaires ne contenant pas de substances dopantes.

Le rôle des pharmaciens
La lutte contre le dopage constitue une des obligations déontologiques des pharmaciens. L’article R4235-2 du code de la santé publique prévoit en effet que le pharmacien « doit contribuer à l'information et à l'éducation du public en matière sanitaire et sociale. Il contribue à la lutte contre la toxicomanie, les maladies sexuellement transmissibles et le dopage. »

« Le pharmacien, spécialiste du médicament et de son bon usage, est un professionnel de santé à part entière. Il doit donc être un acteur essentiel dans la prévention du dopage lié à l’usage de compléments alimentaires » souligne Isabelle Adenot, président du conseil national de l’Ordre des pharmaciens.

Les pharmacies sont le premier circuit de distribution des compléments alimentaires en France (51 % des ventes totales). Le conseil national de l’Ordre a donc décidé de mener des actions de sensibilisation et d’information, à destination des officinaux et du public. Il propose des outils pédagogiques élaborés conjointement par le comité d’éducation sanitaire et sociale de la pharmacie française (Cespharm), le ministère chargé des sports et la Mildeca.

Les outils de la campagne
Une affiche « Avis aux sportifs ! " à apposer en officine afin de favoriser le dialogue entre les sportifs et les pharmaciens.

Un dépliant d’information « Avis aux sportifs ! " destiné aux sportifs.

Un document d’information professionnelle « Compléments alimentaires & dopage » destiné aux pharmaciens et aux équipes officinales. Il contient une information générale sur le dopage et les compléments alimentaires, ainsi que des éléments pratiques sur la conduite à tenir à l’officine.

L’ensemble des outils est téléchargeable sur le site du Cespharm (www.cespharm.fr) ; les affiches et les dépliants peuvent être commandés en ligne par les pharmaciens. Des relais de communication sont par ailleurs assurés par les partenaires : ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et Mildeca.

Publié dansLe coin mag

Musique ► Eclatez-vous ! Vivez notre sélection chaque week-end en vidéo

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n’aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales… Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l’indifférence ! La surprise chaque samedi !

C'était en 1966 :

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Les œufs en cocotte

CUISINE -

Les œufs en cocotte... c'est mignon ! Cocotte, comme le petit nom qu'on donne aux poules... En cuisine, il fait aussi penser à une petite marmite.

Si vous voulez en faire pour quatre personnes, il vous faudra en effet... quatre œufs et quatre ramequins. Nappez le fond des ramequins de deux cuillerées à soupe de crème fraîche. Posez dessus un morceau de jambon cuit ou cru ou bien de saumon fumé, c'est aussi super bon !

Cassez un œuf au-dessus de chaque ramequin ainsi garni. Parsemez de gruyère râpé ou de parmesan en poudre. Vous pouvez même y saupoudrer une pincée de paprika. N'ajoutez pas trop de sel car que ce soit jambon ou saumon, c'est déjà salé. Mettez à cuire 10 minutes à four chaud en plaçant les ramequins dans un plat avec de l'eau. Il faudra cependant que le liquide arrive plus bas que le bord des ramequins, ça va de soi. Et voilà, c'est prêt !

Cependant, comme la plupart des recettes hyper simples, celle-ci peut s'accommoder de différentes façons. Par exemple, vous pouvez mélanger du concentré de tomate à votre crème fraîche, y ajouter quelques morceaux de poivrons en bocal et saupoudrer d'origan. Vous pouvez aussi remplacer par un reste de haricots du cassoulet de la veille... Plus consistant mais pas mal non plus. Et puis après tout, il ne s'agit que d'un ramequin... ou deux.

Publié dansLe coin mag

Les plantes bienfaisantes ► La sauge

La sauge est connue depuis l'Antiquité pour ses propriétés bienfaisantes. Elle est d'ailleurs accompagnée d'un dicton : "Qui a de la sauge dans son jardin n'a pas besoin de médecin".

La sauge n'a jamais cessé de prouver son efficacité. Si vous n'en avez pas encore dans un coin du jardin ou même dans une grande jardinière, vous allez pouvoir penser à en mettre un pied. Son nom latin, Salvia, évoque bien ses propriétés médicinales : "Salvare" signifie en effet sauver ou guérir. Les Egyptiens, sous le régime des pharaons (il y a plusieurs milliers d'années), connaissaient et reconnaissaient déjà ses vertus. Les Romains entouraient sa récolte de rituels et la considéraient quasiment comme une plante sacrée. Chez nous, au Moyen-âge, on l'utilisait dans de nombreuses potions. De nos jours, elle demeure une plante primordiale de la pharmacopée et entre dans de nombreuses préparations de phytothérapie.

Sans aller jusque là, une infusion de sauge sera à tous les coups bienfaisante. Elle pourra, par exemple, soulager un mal de gorge. La prendre alors aussi en gargarismes. Elle peut aussi aider à faire passer un repas trop copieux en régularisant la digestion. Son effet antispasmodique atténue les crampes d'estomac et les douleurs intestinales.

La plante aurait également des propriétés tranquillisantes. C'est aussi un remède ancestral pour réguler le cycle menstruel et éviter le phénomène de syndrome pré-menstruel.

La sauge est aussi utilisée à grande échelle en parfumerie comme fixateur de parfum. Pensez à vous en frotter une feuille sur la peau avant d'appliquer votre parfum, il tiendra ainsi plus longtemps.

Sur les cheveux, elle luttera contre les pellicules et donnera de la brillance à la chevelure. Attention si vous utiliser son huile essentielle, à cause de la thujone qu'elle contient, une substance neurotoxique et abortive, elle est déconseillée aux femmes enceinte et aux personnes épileptiques. Mais ça, c'est pour l'huile essentielle.

N'empêche qu'une petite infusion de sauge par-ci par-là, ça fera toujours du bien  et on peut peut bien sûr en parfumer les plats, en sauce ou pas.

Sauge

Publié dansLe coin mag

Musique ► Eclatez-vous ! Vivez notre sélection chaque week-end en vidéo

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n'aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales... Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l'indifférence ! La surprise chaque samedi !

C'était en 2015 mais la chanson date de 1966 :

Publié dansLe coin mag

Admission Post-Bac ► Les inscriptions sont un casse-tête

APB (Admission Post-Bac), le logiciel permettant d'inscrire aux études supérieures les jeunes en classe de terminale, est mis en ligne depuis le 20 janvier. S'il permet d'éviter de se déplacer pour chaque inscription, il s'avère en même temps un casse-tête pour ses utilisateurs.

Tous les ans, plus de 650 000 familles sont concernées par l'incontournable outil informatique "Admission Post-Bac" qui peut aussi être une source de stress. Il est donc important de savoir l'utiliser, de connaître la stratégie pour classer ses vœux, ne pas tomber dans les pièges et surtout de surveiller le calendrier tout au long de l'année scolaire...

Avant tout, un travail primordial est à effectuer bien en amont de la saisie pure et dure dans APB : sélectionner les différentes formations qui permettront aux jeunes de parvenir aux métiers qu'ils souhaiteraient exercer plus tard. En effet, l'idéal est d'y réfléchir dès la classe de 1re pour, au fil du temps, se rendre aux journées portes ouvertes des écoles, se renseigner sur le programme, rencontrer des étudiants, discuter avec les enseignants... Tout le travail en amont permet d'affiner son projet professionnel et être fin prêt le moment où il faudra se connecter et renseigner APB en toute connaissance de cause ! En effet, bien souvent, une méconnaissance des niveaux de recrutement entraîne des problèmes d'inscription."Un jeune intéressé par un diplôme universitaire de technologie (DUT), avec un dossier moyen, risque de ne pas être pris. C'est un diplôme recherché et le nombre d'instituts universitaires de technologie (IUT) est parfois restreint selon la spécialité. Le recrutement se fait donc sur dossier scolaire et parfois avec entretien de motivation. Il est extrêmement important d'avoir un regard juste sur le niveau de son dossier" explique Isabelle Grugeaux, conseillère en orientation à Mitry-Mory.

La nouveauté 2016
Des pastilles de couleur pour certaines affectations : le système a été mis en place afin d'éviter que plusieurs centaines de jeunes se retrouvent sans aucune affectation à la rentrée prochaine. La pastille verte oblige le lycéen à s'inscrire au sein d'une université dans une filière sans capacité limitée : concrètement, une licence langues étrangères appliquées ou une licence d'histoire proposant des centaines de places. La pastille orange oblige le jeune intéressé par une licence de droit ou de médecine (PACES) ou de psychologie ou de sport (STAPS) à sélectionner plusieurs universités proposées. Résultat : il sera sûr d'être accepté dans au moins une université. Laquelle ? Celle proche de chez lui ? Il faut se poser les questions !

Sarah, élève de Terminale confie : "C'est stressant de devoir utiliser le logiciel avec toutes ses indications et les points spécifiques auxquels nous devons faire attention et ce n'est pas facile".

Publié dansLe coin mag

Au jardin ► Plantez les échalotes

JARDIN -

En ce moment, vous l'aurez remarqué, la terre est loin d'être gelée. Aussi, au potager, vous pouvez planter les échalotes.

C'est un légume condimentaire indissociable de la gastronomie française. L'échalote est le bulbe le plus simple à cultiver. On peut laisser une place de choix dans le potager à cette cousine de l'oignon, de l'ail, de la ciboulette et du poireau.

L'échalote traditionnelle se plante, même si récemment des variétés hybrides à semer ont fait leur apparition. Il faut enfoncer les caïeux en terre, pointe vers le haut, sur les deux-tiers de leur hauteur. Espacez-les de 15 à 20 cm sur des rangs eux-mêmes distants d'au moins 25 cm. Au bout d’un mois, les feuilles commenceront à se développer et le caïeu va alors donner naissance à d’autres bulbes. L'échalote grise se plante d'octobre à janvier et de février à mars pour les autres. Ce sont ces dernières qui nous intéressent puisque après-demain nous serons en février.

L'échalote ne demande et ne supporte aucun apport de fumure. Comme elle craint l'eau stagnante, binez plutôt que d'arroser. En cas de sécheresse prolongée, effectuez un seul arrosage au moment de la formation des bulbes. Evidemment ce ne sera pas le cas ces jours-ci mais vu que la récolte devra se faire entre fin juin en début août. Mais d'ici là, vous pourriez avoir à faire face à quelques besoin en eau de la part de vos échalotes. Si le sol devient trop humide comme dans un terrains argileux, il est conseillé de déchausser les échalotes jusqu'à leur base renflée. Attention ! Si des fleurs apparaissent, coupez-les ! Elles épuiseraient les plantes au détriment des bulbes.

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► A gaufre toute !

CUISINE -

Elle est souvent un peu oubliée, pourtant la gaufre fait partie des incontournables et plaît toujours.

Si certains continuent à être adeptes en allant à sa rencontre tandis qu'elle est préparée par les marchands ambulants dans des camions-cuisine, d'autres ressortent de temps à autre le moule indispensable. Et là, les recettes n'ont pas de limites ! On peut quasiment dire qu'il y a autant de recettes que de mains qui les préparent. Nous nous en tiendrons à une courte sélection ne pouvant vous faire crouler sous les choix tandis que vous ne saurez plus à quelle gaufre vous vouer !

Voici déjà une recette qui ira avec tout, et qui a le mérite de ne pas être trop chargée en calories. Eh oui, même avec des gaufres, on se donne bonne conscience et bonne taille !

Alors commençons par les gaufres plutôt faciles et light, autrement dit légères. Oui, c'est possible ! Tout dépendra de ce que vous mettez dessus ensuite. La recette a également l'avantage de ne pas avoir besoin de temps de repos. Ce qui fait que si vous avez votre marmaille qui réclame le goûter à cor et à cri cet après-midi, ça sera fait en un tourne-main (pour ceux qui se posent la question, l'expression "en un tour de main" est aussi acceptée).

Pour 12 gaufres, il vous faut :

  • 300g de farine
  • 2 œufs
  • 40cl de lait
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1c à soupe de sucre
  • 1 pincée de sel
Battez les œufs dans un saladier de manière à obtenir une consistance mousseuse. Ajoutez tous les autres ingrédients tout en mélangeant bien. Battez au fouet ou au batteur électrique. La pâte doit être bien lisse. Ne soyez pas étonnés, elle est plus épaisse que la pâte à crêpes.

Aussitôt battue, aussitôt prête, comme nous vous le disions, pas besoin de repos ! Vous pouvez même avoir fait chauffer votre appareil à gaufres pendant que vous prépariez la pâte. Huilez bien les plaques de cuisson, de chaque côté du moule, à l'aide d'un papier absorbant.

Versez la pâte sur un côté en faisant attention de ne pas en mettre trop sinon elle déborde en cuisant. Tout le monde a connu ça un jour si vous avez déjà fait des gaufres ! Au début c'est amusant mais quand on doit nettoyer les bords où la pâte s'est solidifiée, ça l'est moins !

Refermez l'appareil et faites cuire 3 minutes en le retournant à mi-cuisson. Sortez la gaufre, passez à la suivante et ainsi de suite. Si vos gaufres disparaissent au fur et à mesure que vous les faîtes, c'est normal... C'est que les estomacs vident passent par là...

Pour la garniture, tout peut y passer, de la confiture au sucre vanillé, en n'hésitant pas avec la classique chantilly, le sirop d'érable, la crème pâtissière et fruits rouges ou aux noisettes... C'est infini, y compris avec du salé. Elles peuvent être servies avec du saumon fumé, du jambon rouge, du pâté de poulet...

Au beurre
Les gaufres plus traditionnelles contiennent du beurre, du sucre, du rhum... Elles sont très bonnes mais aussi un plus longues à préparer car elles auront besoin d'un temps de repos de 30 minutes. Il faudra alors prévoir votre goûter à l'avance sinon vos diables se suspendront à vos jupons pendant que vous leur demandez de patienter.

Il vous faut :

  • 250 g de farine
  • 1 cuillère à café de sel
  • 4 œufs
  • 75 g de beurre
  • 1 sachet de levure
  • 150 ml de lait
  • 150 ml d'eau
  • 60 g de sucre
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • 1 cuillère à soupe d'huile
  • 2 cuillères à soupe de rhum (facultatif cependant)
Mélangez farine et sel puis les œufs, le beurre fondu, le lait et l'eau. Fouettez bien, ajoutez les sucres, l'huile, la levure et le rhum et fouettez encore. Laissez reposer 30 minutes, au moins. Ensuite, même chose que précédemment, cuisez les gaufres dans l'appareil environ 3 minutes en le retournant à mi-cuisson.
Le surprenant salé
Et enfin, la gaufre salée fait toujours son petit effet quand vous l'apportez sur la table, en entrée ou en accompagnement. Evidemment, ça ne sera pas pour le goûter (quoi que...). Le principe de préparation reste le même que pour ses sœurs sucrées. Prévoyez gaufrier et pâte sur la même base (voir plus haut). Il suffira d'incorporer à la pâte des ingrédients style jambon sec haché ou poulet fumé, des légumes, hachés aussi ou en petits morceaux, du fromage, du pesto, de la pâte de curry, du saumon fumé... Là encore des possibilités infinies ! Laissez-vous allez à vos goûts et essayez les mélanges : saumon - courgettes ou poulet - curry ou encore poivrons en conserve et dés de chèvre...

Trois, deux, un, gaufrez !

Publié dansLe coin mag

Musique ► Eclatez-vous ! Vivez notre sélection chaque week-end en vidéo

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n'aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales... Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l'indifférence ! La surprise chaque samedi !

Et on continue par la seconde d'une longue série. C'était il n'y a pas si longtemps, en 2009 :

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Des steaks façon bacon wrap

Voici une recette avec du bacon qui permettra d'accommoder le steak haché et de lui donner un goût qui changera un peu les habitudes.

Pour 300 g de viande hachée il vous faut 8 tranches de bacon, 4 oignons, du sel et du poivre ainsi qu'une cuillerée à soupe de concentré de tomate. Mélangez viande et concentré, assaisonnez.

Faîtes dorer les oignons coupés en rondelles. Formez les steaks (quatre petits ou trois plus gros) en y insérant  une couche d'oignon. Enveloppez chaque steak dans deux tranches de bacon croisées.

Faîtes cuire dans une poêle à feu vif. Vous pouvez présenter les steaks façon burger, sur un morceau de pain à hamburger, ouvert, la partie du dessus à cheval sur le steak. Posez des feuilles de salade, des tomates, des rondelles de concombre, du piment vert aussi coupé en rondelles et même des cornichons, dans les assiettes, individuellement ou bien présentés à table sur un plat et tout le monde se servira en fonction de ses goûts.

Publié dansLe coin mag

Musique ► Eclatez-vous ! Vivez notre sélection chaque week-end en vidéo

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n'aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence... Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l'indifférence ! La surprise chaque week-end !

Et on commence par la première d'une longue série. C'était il n'y a pas si longtemps, en 2012 :

Publié dansLe coin mag

Azalée ► Un bain tous les deux jours

LE COIN MAG -

Bien traiter votre azalée, c'est assurer la continuité de sa floraison. Celle qui fleurit les appartements l'hiver a été forcée. Elle sera donc "forcément" un peu fragilisée car c'est au printemps, en avril - mai, que les fleurs sortent naturellement.

Prenez-en soin et arrosez-la comme elle aime : trempez le pot dans un seau pendant cinq bonnes minutes et dès que les bulles ne remontent plus à la surface de l'eau, égouttez le pot et remettez la fleur à sa place. Pour bien faire, il faudrait répéter l'opération tous les deux jours.

Le terreau doit toujours rester mouillé. Repérez l'humidité au bas de l'écorce du pied, qui doit idéalement présenter une teinte plus foncée car mouillé. Ne tombez pas dans l'excès habituel qui consiste à laisser de l'eau dans la soucoupe, ce qui provoque, on ne le dira jamais assez, asphyxie puis pourrissement des racines.

Attention, l'azalée craint la chaleur excessive des appartements. Pour une floraison durable, l'idéal est une température autour de 10 à 15°C, donc une pièce peu chauffée. D'accord, ça fera plutôt frisquet pour nous mais peut-être pourrez-vous trouver un compromis ?

 

 

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Le poulet en ragoût

CUISINE -

Le poulet, c'est facile à cuisiner et il se prépare à toutes les sauces, ou à peu près. On peut même l'accommoder en ragoût.

Pour cette recette, il vous faut donc un poulet en morceaux. Vous pouvez aussi prendre au super marché une barquette de hauts de cuisse ou bien des pilons. Il vous faut aussi 200 g de champignons, 100 g d'olives vertes, 2 verres d'eau avec un cube et demi de bouillon de poulet, 2 échalotes, un petite boîte de concentré de tomate, 1 cuillerée à café de farine, de l'huile d'olive, du sel et du poivre. Rien que du "bon pour la santé".

Faîtes revenir les morceaux de poulet dans une cocotte (ça ne dépaysera pas votre poulet) dans laquelle vous aurez mis  un fond d'huile à chauffer. Quand les morceaux sont bien dorés, retirez-les et placez dans la cocotte les échalotes hachées. Laissez-les blondir, pas plus, puis saupoudrez-les de farine que vous laisserez légèrement dorer. Ajoutez ensuite le concentré de tomate et mouillez avec le bouillon. Salez, poivrez à votre goût. Ajoutez les olives dénoyautées et les champignons lavés et coupés en morceaux. Laissez cuire le tout à petit feu et à court pendant une heure.

Ceux qui préfèrent les goûts un peu plus corsés peuvent confectionner la recette en remplaçant le bouillon par du vin rouge. Un brouilly, par exemple, sera tout indiqué. Eh oui, on peut mettre aussi le poulet dans le vin rouge ! Pour un jour de fête, il peut également être accommodé au champagne ou alors au cidre pour une note un tantinet plus sucrée.

Vous pouvez accompagner le poulet en ragoût avec des pommes de terre vapeur que vous placerez avec le ragoût en fin de cuisson de celui-ci. Elles prendront les fumets du poulet.

Pour servir et décorer, parsemez si vous le souhaitez de quelques grains de sésame.

olives

Publié dansLe coin mag

Epidémie ► La grippe pourrait bien arriver en force

SANTÉ -

L'épidémie de grippe qui frappe chaque hiver n'a pas encore vraiment pointé le bout de son nez (qui goutte...). Elle serait attendue pour bientôt.

C'est surtout quand il fait froid que les microbes de la grippe prolifèrent. En général, ils attaquent de décembre à mars mais, cette année, les températures exceptionnellement douces n'ont pas laissé les virus se propager. Ils étaient là, dans les starting-blocks, prêts à bondir, certains partant sur un faux départ mais se faisant attraper quand même par quelques humains fatigués. Bref, les épidémies virales ont été retardées.

Cependant il est prévu que les températures baissent la semaine prochaine. Même si elles ne devraient pas atteindre des records de froid, elles descendront sans doute suffisamment pour lancer le coup d'envoi face aux virus qui n'attendent que ça.

En même temps que le froid disparaissent certaines précautions que les gens observent quand il fait plus chaud. Par exemple, les fenêtres sont ouvertes moins souvent, les pièces de la maison et des bureaux s'en trouvant par conséquent moins ventilées, moins aérées. L'air y est donc moins renouvelé et les microbes s'y installent. Le regroupement dans les espaces confinés rend le combat contre les attaques de virus plus difficile.

"Quand il fait froid, le bon fonctionnement de notre système immunitaire est compromis. Nous résistons moins bien au contact avec les virus. Ils commencent par infecter l'arbre respiratoire et le tube digestif. Le froid a tendance à ralentir la capacité de l'organisme à lutter contre les 'agents étrangers" commentent les médecins dans les cabinets médicaux qui n'ont pas encore connu le pic annuel de la grippe.

"Si les températures annoncées prochainement s'avèrent exactes, nous allons voir la grippe se développer en même temps" ajoutent les professionnels de santé.

Il n'est en effet pas rare de voir l'épidémie retardée en fonction des températures. En 1998, elle n'était arrivée qu'en février, comme en 1988.

Et le vaccin ?
Evidemment, les médecins préconisent de se faire vacciner. Il paraîtrait même qu'il ne serait pas encore trop tard.

Le vaccin est valable environ cinq mois. Ceux qui l'ont fait aux alentours du mois d'octobre ne devraient donc pas avoir besoin de renouveler l'opération, sauf en ce qui concerne les personnes âgées qui sont un peu plus fragiles.

Quant à savoir si le vaccin sera plus efficace cette année que pendant l'hiver 2014 - 2015, tant que l'épidémie n'est pas passée, ça reste difficile à prévoir même si les spécialistes l'assurent. En moyenne, "la protection apportée par le vaccin est aux alentours de 60%, avec des variations selon l'âge", a indiqué dans une interview parue dans Sciences et Avenir, le Pr Bruno Lina, spécialiste des virus et responsable du Centre national de référence sur la grippe.

Tandis que certains (trois Français sur dix) optent pour le vaccin allopathique pour lequel les pouvoirs publics font campagne chaque année, d'autres ont recours à l'homéopathie avec des doses d'influenzinum et de sérum de Yersin, selon les conseils des praticiens.

Et si malgré tout vous ne passez pas au travers du virus, et après avoir vu le docteur, prenez votre mal en patience, restez au lit, faites baisser la fièvre, buvez une bonne tisane au thym, miel et gingembre et équipez-vous d'un stock de mouchoirs.

 

 

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Les œufs pochés mousseline

CUISINE -

Les œufs pochés mousseline, c'est une façon simple de se réapproprier des repas "normaux" avec cependant une pointe d'originalité et en gardant un goût pour une cuisine à peine élaborée.

Après les fêtes, après les séances de galette, avec les collègues de bureau, à la maison - et ce n'est peut-être pas encore fini - il est temps viser une nourriture un peu plus équilibrée. Cependant ça ne veut pas dire qu'on veuille manger n'importe quoi. Les œufs mousseline sont considérés comme une entrée froide mais ils peuvent évidemment se manger en plat de résistance, bien pratique pour la "gamelle" au travail par exemple ou pour le plateau télé du dimanche. En tout cas ils peuvent s'accompagner de légumes frais : salade verte, tomates, bâtonnets de carottes, de chou-fleur... à dipper dans la sauce que vous découvrirez plus bas, celle qui accompagnera aussi vos œufs pochés.

Alors, d'abord, il faut pocher les œufs. Prenez-les hyper frais, sinon, l'opération risque d'échouer. Ce sera la seule contrainte de la recette. Dans une casserole, faites bouillir de l'eau avec du vinaigre blanc et un peu de gros sel. Ne pensez pas que ces ingrédients soient facultatifs, ils sont indispensables : le sel, pour le goût et le vinaigre pour aider au resserrement des protéines lors de la coagulation. L'eau doit arriver à un point d'ébullition fort. Pendant ce temps, casser les œufs (autant que vous souhaitez) et mettez-les chacun dans une tasse ou un bol. Quand l'eau est en train de bouillir franchement, baissez le gaz ou le thermostat si votre plaque de cuisson est électrique jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'on frémissement régulier (il faudra observer un tout petit peu). Placez ensuite la tasse juste au-dessus de la surface de l'eau et versez-y l'œuf tout doucement. Ce qui est important c'est que le blanc ne s'éparpille pas dans l'eau. Il doit rester de manière compacte autour du jaune. C'est là tout l'art des œufs pochés !

Le blanc d'œuf commencera sa coagulation dès son contact avec l'eau bouillante. Prenez soin de faire glisser en dernier le jaune et de bien le déposer délicatement au centre du blanc qui va forcément tout de même s'éparpiller un peu. Une fois qu'il a commencé à coaguler superficiellement, prenez deux cuillers et pincez les bords du blanc pour le refermer un peu plus sur le jaune et emprisonner celui-ci.  Une fois l'œuf cuit (tâtez le du bout du doigt, sa texture doit être ferme et un peu élastique mais pas caoutchouteuse !), sortez-le à l'aide d'une écumoire et déposez-le précautionneusement dans de l'eau froide afin de stopper la cuisson et rincer le vinaigre. Vous pouvez l'égoutter en le posant sur un torchon, propre évidemment. Si besoin et si vous voulez soigner la présentation, vous pouvez enlever au couteau la partie qui a servi à fermer l'œuf et qui "dépasse" un peu, rendant l'ensemble moins ovale. Il se peut qu'il n'y ait rien à enlever du tout si vous avez particulièrement bien réussi votre pochage*, si l'œuf était réellement hyper frais.

Le fin du fin : vous pouvez réchauffer votre œuf poché : juste avant de le servir, plongez-le quelques minutes dans une eau salée qui frémira à ébullition moyenne. Deux ou trois minutes suffiront à le réchauffer et cuire le jaune à cœur.

saucesEt après... les sauces. Car l'œuf poché, c'est aussi ça ! Eclatez-vous, c'est ce qui fait toute sa variété : sauce béarnaise ou à l'ail ou bien nature avec une salade et sa vinaigrette balsamique... ou encore une mayo maison au citron ou bien sûr, une sauce mousseline.

 

 

 

La sauce mousseline

Alors pour celle-ci, il vous faut (pour six personnes) 250 g de beurre, 60 g de crème fleurette entière, 4 jaunes d'œufs (eh oui, l'œuf attire l'œuf !), 1 citron, sel et poivre.

Délayez les jaunes dans une casserole avec deux cuillerées à soupe d'eau. Placez la casserole au bain-marie et fouettez jusqu'à ce que le mélange épaississe. Ôtez la casserole du feu et, toujours en fouettant, ajoutez le beurre froid coupé en morceaux. Ajoutez le jus de citron. Vous pouvez au préalable mélanger celui-ci avec du concentré de tomate, ou pas, selon vos goûts. Ensuite, fouettez la crème en chantilly et incorporez-la avec le reste de la sauce.

*Il existe aussi des pocheuses à œufs. Les Anglais et Américains s'en servent beaucoup. C'est un pochage moulé immergé, rapide, pratique (qui ne supprime pas l'obligation du vinaigre et du sel dans l'eau) mais c'est aussi un peu de la triche ! Ceci dit, rien n'est interdit ! Et si vraiment vous avez la flemme, faites vos œufs, durs !

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Les verrines mousse de neige

CUISINE -

Puisqu'on n'aura pas de neige pour Noël - c'est à peu près sûr - donnons-nous en comme un petit air... Les verrines mousse de neige font un dessert facile (comme dab).

Par ailleurs, l'avantage des verrines est qu'elles sont petites et qu'elles ne nous obligent pas à terminer une assiette de sucré qui arrive à la fin d'un repas déjà bien consistant.

Bon, on va quand même utiliser du mascarpone et de la crème liquide mais justement, on ne l'aura qu'en petite quantité et en général, une ou deux verrines par personne suffisent largement.

Pour cette recette, prévoyez évidemment vos verrines : rondes ou carrées, en plastique ou en verre... Nous avons choisi une forme rectangulaire légèrement évasée.

Alors, selon le nombre d'invités, pour disons une douzaine de verrines (tout dépend aussi de votre manière de les remplir : un peu en-dessous du bord, un peu au-dessus...), fouettez 400 g de mascarpone avec 200 g de crème fraîche liquide. Il faut faire monter le mélange. Avec le mascarpone, l'opération est rapide. Ajoutez 75 g de sucre glace toujours avec le batteur et deux ou trois pincées de vanille en poudre. Vous pouvez glisser quelques gouttes de colorant alimentaire rouge si vous préférez vos verrines en rose.

Versez ensuite la crème obtenue dans une poche à douille et remplissez les verrines. Déposez sur le dessus des miettes de pralin avec une ou deux - ou trois - petites perles de sucre (qui s'achètent dans le commerce). Réservez au frais en attendant de les ressortir pour les servir.

Une variante : émiettez des spéculoos au fond des verrines et remplacez la vanille par deux cuillères à soupe de confiture de citron une fois la crème montée. Décorez de vermicelle multicolore ou bien de fleurs de lilas en sucre. Eh oui, un peu de poésie !

Verrines

 

 

Publié dansLe coin mag

Noël ailleurs ► L'esprit de Noël n'empêche pas les vols de sapins

LE COIN MAG -

Saviez-vous que les sapins se volent ? C'est en Irlande que des producteurs font les frais des malfrats qui se fichent pas mal de l'esprit de Noël.

L'affaire a commencé il y a quatre ans, au sud de Dublin, car ce serait là qu'on trouve les plus beaux arbres de Noël. Quelques 2 000 conifères ont été emportés par des voleurs, entraînant une perte de revenu pour les producteurs avoisinant les  100 000 €.

Depuis, des caméras de surveillance et des détecteurs infrarouge sont installés et chaque année, les forces de l'ordre viennent surveiller les sapineraies. Elles effectuent même des patrouilles en hélicoptère.

RTÉ News, une chaîne de télévision nationale irlandaise, a indiqué samedi que, selon le président de l'association des "Irish Christmas tree growers" (producteurs de sapins de Noël irlandais), 550 000 sapins de Noël seront vendus cette année. Parmi ceux-ci, emmaillotés dans leurs filets, 20 000 partiront pour l'Angleterre, l'Allemagne et... la France.

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Jambon fumé au cidre

CUISINE -

Un truc hyper mais alors hyper vite fait ! Impeccable pour un week-end un peu chargé où il faut courir entre les courses, le judo du petit dernier, la danse de la deuxième, le spectacle du soir...

Et aujourd'hui, c'est jambon au cidre ! Il peut être aussi réalisé avec du blanc de dinde.

Mettez deux verres de cidre dans une poêle. Avant qu'il ne vienne à ébullition, celle-ci annoncée par une légère vapeur, trempez-y les tranches de jambon et retournez-les trois ou quatre fois. Egouttez puis servez. Vous pouvez ajouter du sel mais seulement si ce n'est pas du jambon fumé, sinon celui-ci est déjà salé.

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Les cinnemon stars

Les cinnemon stars vous feront voir le monde en couleur. Hyper facile à réaliser, elles ne demandent qu'un peu d'amour. Et comme pour les étoiles filantes, il faut y croire sinon elles s'éteignent.

Nous n'irons peut-être pas jusque là, mais en tout cas les cinnemon stars sont vraiment rapides et faciles à faire.

Il faut prévoir un peu à l'avance un emporte-pièce en forme d'étoile - on l'aura deviné - et un rouleau de pâte feuilletée acheté dans le commerce. Deux rouleaux peuvent être nécessaires si vous avez des ogres à la maison et parce que les étoiles filent... ou si vous voulez en faire pour deux jours... car les étoiles se conservent facilement.

Goûter ou dessert, elles brilleront avec toutes les crèmes, toutes les glaces et autres entremets "qui glissent".

Et maintenant, méthode !
Sortez la grille du four et installez une feuille de papier cuisson dessus. Pendant que votre four chauffe (200 degrés suffiront), étalez le rouleau de pâte bien à plat et saupoudrez-le de cannelle en poudre et de sucre glace. Répartissez avec la main les deux poudres qui vont se mélanger sur la pâte.

Découpez les étoiles avec l'emporte pièce. Si elles se soulèvent tandis que vous retirez l'objet, profitez-en pour les déposer sur la grille du four garnie du papier cuisson. Sinon, décollez-les en glissant la pointe d'un couteau en dessous, sans les déformer... ça serait dommage.

Une fois vos étoiles sur la grille, enfournez pour quelques minutes. Il faut que la pâte feuilletée gonfle. Les étoiles prendront tout leur relief si elles sont un peu joufflues. Sortez-les du four dès qu'elles attrapent une couleur ambrée. Attention, c'est là qu'il faut être attentif car elles sont déjà colorées avec la cannelle. Elles ne doivent pas devenir marron.

La naissance des étoiles en photo
[gallery type="slideshow" size="large" ids="14778,14780"]

 

 

 

 

 

Publié dansLe coin mag

Nature ► La tique ne sera jamais un NAC

NATURE -

La tique nous révulse. Rien qu'à l'évocation du monstre, on en a des frissons ! Et pourtant elle est toute petite. Rencontre avec le parasite.

Sous un microscope ou une loupe, si la bête a tout de celles qu'on trouve dans les films d'horreur, c'est que les cinéastes s'en sont inspirés. Malgré sa petite taille, l'animal de 3 millimètres peut faire de vrais dégâts et son look va avec ses manières. Elle se fiche dans la peau. Souris, oiseaux, chiens, chats, vaches, cerfs, chevaux, humains... tous les sangs chauds - on n'a pas dit les latins ! - comme les sangs froids style lézards peuvent avoir droit à la morsure du vampire. Eh oui, la tique viendra pour votre sang ou celui de votre toutou ou de votre pogona (mais là c'est plus difficile pour elle car le pogona reste en général dans son terrarium d'appartement). Alors gare à la promenade car c'est dehors qu'on va se ramasser la vilaine...

Tapi en haut des herbes un peu hautes, dans les buissons ou alors dans un local avec de la paille où logent parfois leurs hôtes (moutons, furets...), le plus grand des acariens guette. C'est là que vous arrivez avec votre rase-motte de Jack Russel  - ça sera pareil pour un bouvier bernois - et que la tique s'accroche à Médor ou bien à vous, avec ses petites pattes, s'achemine jusqu'à un coin qui lui plaît, plante son rostre dans la peau et commence à boire le sang.

Sa tête est minuscule et au fur et à mesure que la bestiole s'alimente, ses huit pattes insérées en ligne sur la face ventrale, resserrées le long de son corps, elle grossit jusqu'à atteindre le volume d'une demi-phalange du petit doigt.

D'ailleurs, pour parler de ses pattes, celles-ci sont pourvues des articles classiques : coxa, trochanter, fémur, patelle, tibia et tarse. Elles se terminent par une ventouse et deux griffes permettant au parasite de se déplacer sur presque tous les supports. La première paire de pattes porte un organe sensoriel olfactif important détectant le degré d'hygrométrie, les phéromones, le gaz carbonique, les métabolites exhalés par les ruminants, l'acide lactique... C'est ce qui va lui permettre de repérer une proie et lui sauter dessus.

Un bon coup de gel ou une famille de hérissons
C'est par temps humide et pas trop froid que les tiques se sentent le plus à l'aise. C'est ce que nous avons en ce moment. Pas de gel très fort, de la pluie... des températures qui n'ont pas de quoi fouetter un chat ni tuer les tiques. Car c'est aussi à ça que sert un hiver bien rigoureux : se débarrasser des parasites qui ne résistent pas au froid et qui seront par conséquent moins nombreux la saison suivante.

Le nombre de tiques peut également diminuer grâce à leurs prédateurs : oiseaux, reptiles et autres insectivores comme musaraignes, taupes et hérissons. Ainsi quelques poules dans un jardin peuvent ingurgiter chacune jusqu'à 200 tiques par heure dans une zone fructueuse.

La tique au bûcher !
Caresser votre chien est un bon moyen de vérifier s'il héberge une tique. Bref, le soir, ou deux jours plus tard (la tique peut prendre son repas pendant une semaine avant de se détacher), au coin du feu, devant la télé, tandis que vous caressez Rex, vous sentez comme un "truc" sous ses poils. En y regardant de plus près, à la lumière de votre smartphone, la tique est là ! Il vous faudra alors l'appareil qui s'appelle simplement un "tire-tique". C'est comme un tout petit pied de biche fourchu, en plastique. Il suffit de glisser l'extrémité sous la tique, au ras de la peau du chien, d'effectuer doucement, sans saccades, une rotation d'un ou deux tours et de la retirer. La tique viendra sans autre contrainte. Elle sera sans doute bien grosse, gorgée de sang. Pas ragoûtant ! Pour vous en débarrasser - pas d'états d'âme car si vous la laissez vivre, elle pourrait revenir - mettez-la dans un papier et brûlez-la.

Il faudra juste espérer qu'elle n'ait pas transmis dans la période où elle est restée plantée la piroplasmose à votre chien ou si c'est vous, la maladie de Lyme. Heureusement, la contamination est loin d'être gagnante à chaque fois.

Vraiment, on a beau aimer les animaux, les tiques ont peu de chance de faire partie de nos favoris, même en NAC (nouveaux animaux de compagnie)...

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Le matafan aux pommes

CUISINE -

Le matafan vient d'une vieille recette savoyarde. Au choix, le mets peut être accommodé en sucré ou salé.

Le mot « matafan » est un dérivé de « matefaim » qui signifie, tout simplement "mâter la faim".

Autrefois les paysans le mangeaient à l’aube, avant d’aller travailler. L’estomac plein, ils pouvaient attendre midi pour le déjeuner.

Notre recette promet donc d'être roborative.... Suffisamment en tout cas pour passer quelques jours d'hiver bien froid - comme le prévoient les ours... (voir ici)

Ingrédients :

  • 4 pommes
  • 125 g de farine
  • 2 œufs
  • 4 cuillers à soupe de sucre (autrefois, le sucre raffiné de betterave n'existait pas et on sucrait au miel)
  • 2 cuillères à soupe d’eau de vie
  • 1 sachet de sucre vanillé (pas sûr que les paysans d'antan avaient du sucre vanillé...)
  • 1 sachet de levure (alors là, elle n'était certainement pas "chimique" mais nous, on se simplifiera la tâche)
  • 10 cl d’eau tiède
Temps de préparation : 15 mn

Temps de cuisson : 10 mn

A vos casseroles !
Epluchez et coupez les pommes en lamelles.

Dans un saladier, mettez la farine, le sucre et le sucre vanillé ainsi que la levure. Ajoutez une pincée de sel. Incorporez les œufs puis l’eau tiède. Mélangez bien jusqu’à obtention d’une pâte lisse.

Huilez une grande poêle ainsi que ses bords.

Faites revenir les lamelles de pomme jusqu’à ce que celles-ci soient bien dorées. Recouvrez avec la pâte comme pour une omelette, ou une grosse crêpe, et laissez cuire en faisant un peu griller si possible.

Retournez le matafan sur un plat et saupoudrer de cannelle ou de sucre de glace.

Et vu qu'on peut en faire un salé, si vous ne mettez pas des pommes, vous pouvez y mettre des lardons ou des pommes de terre, et pourquoi pas les deux !

nn

 

 

 

 

 

Publié dansLe coin mag

Météo ► L'hiver sera très froid, selon les ours

L'hiver sera rude. Ce sont les ours du parc zoologique de Thoiry (Yvelines) qui l'ont dit. Enfin ça ne s'est pas tout à fait passé comme ça, mais presque.

C'est à dire que les grands animaux ont commencé à préparer leurs tanières alors que les températures de novembre étaient encore supérieures aux normales de saison. Alors serait-ce que les ours ne s'y trompent pas et qu'ils sentiraient approcher un hiver plutôt rude ?
Au parc de Thoiry, on s'efforce de composer les paysages pour que ceux-ci ressemblent le plus possible au milieu naturel de chaque espèce. L'environnement quasi naturel permet de mieux observer le comportement des animaux qui lui aussi reste, pour le coup, au plus près de ce qu'il peut être à l'état sauvage. Et là, tous les ours s'y sont mis... Ils sont dans les starting blocks pour se mettre au ralenti et rester blottis pour l'hiver. Le phénomène étonne. Il faut dire qu'à la même époque l'année dernière, seulement 20 % des ours commençaient leur hibernation. C'est également que 2014 a été l'année la plus chaude en France depuis que les prévisions - scientifiques - sur le temps existent. A l'approche de l'hiver, les météorologues restent perplexes et ce qu'ils prévoient ne ressemble pas à ce que prévoient les ours. Les humains verraient d'ailleurs dans leurs études arriver un temps plutôt "mou", doux et humide. Plus facile pour circuler sur les routes mais tellement moins féérique !
El Niño ou la Reine des neiges
Il paraîtrait que quand le phénomène El Niño se manifeste, comme c'est le cas cette année, il engendrerait un hiver plus rigoureux en Europe. Le changement de direction des vents a une influence sur le monde entier et il fait descendre de l'air polaire sur l'Europe.
Cependant les ours de Thoiry ne connaissent pas El Niño et sentent juste que la saison va être très froide et qu'il vaut mieux se mettre à l'abri. A moins qu'ils ne soient, eux aussi, atteints par le phénomène Reine des neige... On ne sait pas s'ils ont décoré leurs tanières en blanc et bleu avec des paillettes et serrent dans leurs bras un petit Olaf (le bonhomme de neige) en moumoute pour dormir...
Quoi qu'il en soit et comme prévu, mercredi 11 novembre, le parc a fermé ses portes pour l'hiver et rouvrira pour la nouvelle saison samedi 13 février.
En Ile-de-France, les services de la Dirif (Direction des routes Ile-de-France), toujours vigilants, sont sur le pied de guerre et ont déjà tout préparé pour les premières gelées... Des milliers de tonnes de sel et de saumure attendent d'être saupoudrées. Les premiers coups du froid intense sur les routes pourraient bien avoir lieu mardi 24 novembre. En tout cas, on sent bien que ça descend.
Voir les prévisions météo ici
Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► les haricots à la tomate

CUISINE -

Il commence à faire froid, on a bien besoin de réchauffer. Les haricots font merveille, ils tiennent au corps grâce à leur amidon.

Pour cette recette, faites cuire par exemple (selon le nombre de bouches à nourrir) une livre de haricots blancs.

Ensuite, dans une cocotte, faites fondre 50 g de beurre et ajoutez deux oignons émincés finement. Laissez dorer, mais pas noircir, attention ! Ajoutez simplement le coulis de tomate - acheté dans le commerce tout prêt - et un petit verre du jus de cuisson des haricots. Versez dans le jus les haricots et laissez mijoter pendant un quart d'heure. Servez bien chaud après avoir saupoudré de persil haché conservé au congélateur ou séché si vous n'en avez pas de frais.

Si vous ne mangez pas tout, les haricots peuvent se réchauffer facilement.

Publié dansLe coin mag

Emotion ► La Russie offre un chiot à la France

C'est pour remplacer Diesel que la Russie offre un chiot berger allemand à la France.

Diesel, c'est la chienne qui a été tuée lors de l'assaut donné par la police à Saint-Denis, mercredi 18 novembre, contre des terroristes retranchés dans un appartement.

L'animal était spécialisé dans la recherche d'explosifs. Diesel a été touchée par l'explosion déclenchée par un des islamistes.

Le ministre de l'Intérieur russe, Vladimir Kolokoltsev, a envoyé hier une lettre à son homologue français, Bernard Cazeneuve au nom du personnel du ministère de l'Intérieur russe.

Le message a pu être lu sur les réseaux sociaux et en voici un extrait : "Pour confirmer notre solidarité avec les policiers français en ces tristes jours, je vous demande d'accepter de la part des policiers russes un chiot berger allemand qui pourrait remplacer le chien Diesel tué lors de l'assaut de Saint-Denis".

 

 

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Les mini-brochettes de moules

CUISINE -

La météo ne semble pas vouloir faire de place à l'hiver. Profitons-en et continuons à savourer les recettes d'été.

Même si les températures sont un peu justes pour un déjeuner sur la terrasse, on peut quand même toujours utiliser les planchas et barbecues à l'extérieur. Et nous vous proposons des petites brochettes de moules.

Il vous faudra des piques bien sûr, genre piques à olives ou cure-dents, et puis des moules que vous achèterez avec les coquilles et que vous ferez ouvrir avec deux échalotes hachées, du persil, du thym et un verre de vin blanc sec. Egouttez-les puis retirez-les des coquilles.

Enfilez les moules six par six, bien serrées sur les piques. Trempez les brochettes dans la farine puis dans de l'œuf battu et enfin dans la chapelure. Faites-les cuire dans de l'huile bouillante, à grande friture, rapidement et égouttez-les sur du papier absorbant.

Servez bien chaud avec de l'ailloli ou une mayonnaise plus douce si les enfants n'aiment pas l'ail.

Les mini-brochettes pourraient même ressembler à des tapas !

Le truc : si vous n'avez pas le courage de préparer les moules, achetez-les surgelées et faites-les décongeler au réfrigérateur.

Publié dansLe coin mag

Secteur geek ► Des Jedis sous le sapin

LE COIN MAG - Votre taux de midi-chloriens est-il suffisant pour devenir un chevalier Jedi ? Si jamais ce n'est pas le cas, vous pouvez toujours vous plonger dans les récits d'une galaxie très lointaine et vivre des batailles épiques accompagnées du fracas des sabres laser grâce à l'interactivité offerte par les nouvelles technologies.

En effet, l'ampleur de l'œuvre cinématographique de George Lucas fait pulluler les jouets et autres produits dérivés dans les rayons enfant des grandes surfaces.

Cette année en particulier, la sortie du jeu Star Wars, Battlefront, a fait ployer les étagères des magasins, tout comme le troisième opus de la série mythique des fans de la guerre des étoiles ou de l'excellent Star Wars dimension, ou encore les aventures de la Force en version Lego animés. Les studios de production n'en sont pas à leur coup d'essai en matière de nouvelles technologies. Les jeux vidéos reprenant le thème de science fiction se comptent désormais par dizaines, même si tous ne sont pas de qualité identique - ils vont du "passable" au "remarquable". Il en faut pour tous les goûts.

Certains jeux offrent la possibilité de créer et faire progresser votre Jedi (ou Sith) dans le jeu massivement multijoueur, Star Wars - the Old Republic, ou encore de pénétrer avec une vue à la première personne dans des batailles d'où jaillissent les éclairs des lasers dans la série des Battlefront. Le géant du divertissement, Disney, ayant fait l'acquisition de la franchise, ne se privera pas de continuer à faire rêver petits et grands devant une console de jeu comme au cinéma. Pieds dans les starting blocs et pouces sur les télécommandes, beaucoup attendent l'approche de Noël et surtout le 16 décembre, jour de la sortie du septième film qui reprendra l'histoire de plusieurs décennies à la suite du légendaire "Retour du Jedi".

Les péripéties opposant le bien (côté Jedi) et le mal (côté Sith) vont obliger la Force à se réveiller, et le jeune casting accompagné du célèbre duo Han Solo Chewbacca à bord du Faucon Millenium devra faire face à l'antagoniste du film, Kylo Ren, dans une production qui s'annonce comme l'évènement cinéma de l'année. Que la Force soit avec eux !

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► La sauce aux airelles

CUISINE - Les airelles, ce sont ces baies rouges un peu allongées que l'on trouve en général au rayon des fruits secs et séchés. L'automne est la saison où on les récolte. On les appelle aussi cranberries ou encore canneberges. Elles sont en effet rouge mais d'autres font aussi partie de la famille des airelles, comme les myrtilles, qui sont bleu foncé. On trouve la rouge principalement en Amérique du nord, au Japon et chez nous dans le Jura et les Alpes.

Alors, comment s'en occuper, en cuisine ? Evidemment, on peut les faire en confiture ou en gelée pour en tartiner le pain au petit déjeuner. Elles peuvent aussi accompagner une viande, souvent du gibier mais il n'y a aucune obligation. Elles peuvent tout aussi bien aider à relever du poulet par exemple, ou de la dinde, à les rendre un peu plus joyeux et leur donner un air de changement !

La recette de la sauce est d'une hyper simplicité pour un résultat optimum.

Il vous faut : 250 g d'airelles (fraîches ou surgelées), 2 échalotes, 150 g de sucre roux, 10 cl de porto, 50 g de beurre, de l'huile d'olive, sel et poivre moulu.

Hachez finement les échalotes et faîtes-les cuire dans l'huile avec les airelles, à feu doux. Ajoutez le sucre ainsi qu'un verre d'eau puis laissez réduire, toujours à feu doux. Si vous trouvez que votre feu au gaz est trop fort, il faudra prévoir un réducteur de chaleur (c'est une plaque en métal, ajourée pour laisser passer la chaleur mais qui se place directement entre le gaz et la casserole où cuisent vos airelles).

Maintenant, quand le mélange dans la casserole devient sirupeux, ajoutez le porto, le sel et le poivre et laissez épaissir 5 à 10 minutes. Ajoutez la noix de beurre et retirez du feu.

Donnez quelques tours de fouet pour faire monter votre sauce. Servez aussitôt avec la viande de votre choix. Elle mettra tout de suite une touche de fête dans vos assiettes. Pensez à elle pour Noël - eh oui, ça approche - elle ne manque jamais de plaire !

Astuce encore plus simple : jetez deux ou trois poignées d'airelles surgelées avec votre rôti de porc ou de bœuf au four, avec un oignons rouge coupé en morceaux et un petit verre d'eau. La sauce se fera toute seule !

 

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Le parfait, si simple

CUISINE - Et voilà le week-end, avec notre rendez-vous pour la petite recette.

Aujourd'hui, nous vous proposons un parfait au café glacé. Simple, efficace, le dessert aura tout d'un grand !

Il a un sérieux avantage, c'est qu'il n'a pas besoin de sorbetière. On peut le réaliser avec du pralin ou bien avec des brisures de macaron, des pépites de chocolat ou tout autre ingrédient qui vous plaira.

Il ne demandera qu'une dizaine de minutes de préparation. C'est pas beau ça ? Pour une fois, la recette prendra moins de temps à réaliser qu'à déguster ! Encore que ça dépende à quelle vitesse vous avalez la glace...

Alors pour le parfait il vous faut :

4 œufs, 75 gr de sucre, 250 gr de crème épaisse à 30 % de M.G. (ou plus !), de l'extrait de café ou du café soluble en poudre à peine dilué (vous pouvez utiliser du décaféiné pour les enfants) et des brisures de macarons.

Ensuite, ce n'est qu'une histoire de mélanges : mélangez au fouet le sucre et les jaunes, ajoutez la crème et mélangez pour obtenir un tout bien homogène. Ajoutez le parfum et mélangez-le bien au reste.

Maintenant, montez les blancs en neige jusqu'à ce qu'ils se tiennent bien, mais pas trop fermes cependant. On ne veut pas une mousse au café, c'est un parfait à glacer. Incorporez ensuite délicatement les blancs à l'aide d'une maryse (spatule en plastique souple) et puis les brisures de macaron ou ce que vous aurez choisi.

Remplissez de petits moules en silicone en forme de dôme. S'il ne sont pas en silicone, vous aurez sacrément du mal à les démouler car le principe du parfait est qu'il se présente retourné. Sinon, vous pouvez toujours le mettre dans des coupes mais il faudra qu'elles supportent la congélation.

Et toujours si vous n'avez pas de moules individuels, vous pouvez remplir un moule à cake chemisé de papier guitare ou simplement de film alimentaire (il faut toujours penser au démoulage !).

Et enfin, si vous préférez, placez tel que dans n'importe quel récipient allant au congélateur et vous servirez en boules de glace.

Et c'est parti, au congélateur pendant 12 heures ! Autrement dit, il sera prêt pour ce soir... ou alors demain !

Il faudra penser à sortir les parfaits du froid un peu avant de les servir. Le temps dépendra de la température ambiante. S'il fait 30° dans la cuisine, ne les sortez que 5 minutes avant. S'il fait 20°, une dizaine de minutes feront l'affaire.

Vous pouvez les agrémenter d'une petite déco à votre goût. Une petite pincée de pralin sur le dessus sera d'un effet sympa. Pour un dessert de fêtes - mais oui, vous pouvez utiliser la recette à Noël qui approche à grands pas - ajoutez des petites boules de sucre argentées avec une ou deux fleurs de lilas en sucre.

C'est une recette qui peut se décliner à l'infini et vous pouvez même tout aussi bien ne pas la parfumer au café mais à l'alcool de votre choix - avec modération - ou à la vanille, ou même aux fruits avec de la purée de fruit de la passion, par exemple. Pour les brisures, pensez à utiliser des meringues ou des spéculos ou encore des sablés bretons et même des morceaux de fruits confits, de pralines brisées...

Ça vous donne des idées ?

Publié dansLe coin mag

Easy déco ► Et si on jouait à Halloween ? 6 façons de faire peur

DECO  - Toutes les occasions sont bonnes pour faire la fête et rigoler. Laissez vous gagner par l'ambiance d'Halloween avec quelques idées déco simplissimes. Ça égaye la maison et ça occupe les enfants ! C'est que les vacances ne sont pas encore finies...

Idée 1

Prenez des tubes en carton de rouleaux de papier toilette. Vous en aurez bien quelques-uns qui jonchent le sol des toilettes que les têtes en l'air auront oublié de jeter. Découpez-y des yeux genre de chat, de chèvre... Placez dedans des bâtons luminescents (quelques euros en magasin) qui s'allument quand on les tord. Fixez avec du ruban adhésif et placez-les dans un coin sombre...

Idée 2

Découper dans du carton que vous aurez peint en noir, ou bien dans un papier assez rigide, les formes du jour : chauves-souris, fantômes, araignées... et fixez-les sur un abat-jour. Attention de ne pas les mettre directement sur une lampe, ça pourrait prendre feu !chauve souris modèle

Idée 3

Faîtes des traces de sang sur les miroirs. Un peu de colorants alimentaires rouge et bleu feront l'affaire, mélangés à du blanc d'œuf ou à défaut du ketchup. Pour un tantinet de réalisme, vous pouvez imprimer des empreintes de mains avec traînées vers le bas. Effet redoutable !

Traces de sang sur miroir

Idée 4

La classique citrouille, ou Jack o lantern (si vous avez vu notre post Facebook, vous savez déjà ce que c'est !). Celle-ci n'est pas la plus facile car il faut évider la citrouille, mais elle est bien traditionnelle. Découpez le haut avec la queue, comme un chapeau et videz la citrouille par là. Faites lui des yeux en enlevant des parties de l'écorce, une bouche avec une seule dent, ou plusieurs, selon votre courage à la découpe. Vous pouvez également adopter d'autres formes comme un chat, une lune...

A placer le soir à l'extérieur avec une bougie allumée à l'intérieur (de la citrouille).citrouille

Idée 5

Il y a aussi la non moins classique mais efficace toile d'araignée, avec son araignée. Là, il vous faudra aller chercher un peu de matériel en magasin, ne serait-ce que l'araignée... et peut-être même la toile, sauf si vous avez prévu deux mois à l'avance et n'avez pas fait le ménage... Etirez bien le tissu pour la toile d'un objet à l'autre dans le salon ou dans l'entrée ou bien sur le balcon ou encore la rambarde de l'escalier.

Idée 6

Le coup du bocal. Celle-ci fera dresser les cheveux sur la tête de vos convives, si vous en avez. Prenez un grand bocal en verre qui ferme. Glissez-y une photo imprimée d'une personne que vous ne portez pas forcément dans votre cœur ou alors qui fait preuve d'un humour à toute épreuve... Il faudra que le papier soit tout de même assez robuste. Remplissez le bocal d'eau. Vous pouvez ajouter une goutte de colorant jaune. A défaut de photo, vous pouvez mettre un masque de visage que vous aurez acheté au retrouvé dans les vieux déguisements. A côté, placez un second bocal dans lequel vous aurez mis quelques têtes et miettes de chou-fleur qui ressembleront à un cerveau, peut-être avec une vieille pomme blette et un ou deux morceaux de bacon. Ajoutez l'eau à ras bord et un petit peu de colorant alimentaire bleu ou vert (pour un effet verdâtre).

Amusez-vous !

 

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Les rochers coco super rapides

CUISINE - Délicieuses, simples et réalisées en un rien de temps, vraiment pas de quoi se priver de ces petites douceurs qui se dégustent en une bouchée ! Goûter, dessert, sans raison... Toutes les raisons sont... bonnes !

Pour 6 personnes, il vous faut 3 blancs d'œufs, 150 g de noix de coco râpée et 100 g de sucre.

Mettez tous les ingrédients dans un bol et mélangez au fouet jusqu'à l'obtention d'une consistance assez ferme. Si besoin, ajoutez un peu de noix de coco râpée.

Ensuite déposez de petits tas du mélange sur une feuille de papier cuisson. Vous pouvez façonner les petits tas en boule - si vous les roulez entre les paumes des mains - ou en pyramide. Pour cela, déposez-les et formez une pointe avec les doigts.

Enfournez les futures merveilles une vingtaine de minutes à 150°. Elles doivent être légèrement dorées avant que vous ne les sortiez du four.

Ces gâteaux présentent l'avantage de ne contenir ni lait ni beurre. On pense toujours aux allergiques ! Attendez un peu qu'ils refroidissent avant de les manger !

Publié dansLe coin mag

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°35 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top