Le coin mag

Musique ► Eclatez-vous ! Vivez notre sélection chaque week-end en vidéo

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n’aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales… Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l’indifférence ! La surprise chaque samedi !

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Le tiramisu, ça se partage !

Le tiramisu, ça se mange ensemble, entre amis, avec la famille...6, 8, 10... personnes et plus ! Il met toujours de bonne humeur et c'est un gâteau vraiment facile à réaliser, qui trouve toujours sa place, par n'importe quelle saison.

Pour 12 à 14 personnes
Pour le biscuit : 6 œufs entiers fermiers, (de bons gros œufs) 150 g de sucre, 150 g de farine tamisée.

Pour le tiramisu : 1 kg de mascarpone, 8 œufs fermiers, 160 gr de sucre, 15 cl de bon café (arabica)

10 cl de cognac.

Mettez dans un batteur les œufs et le sucre avec quelques gouttes de vanille jusqu’à obtenir un appareil mousseux. Mélangez-y la farine tamisée. Entre temps beurrez une plaque, collez au dessus une feuille de papier sulfurisé, beurrez de nouveau au dessus puis saupoudrez légèrement de farine.

A l’aide d’une grande spatule, étalez alors l’appareil sur une épaisseur de deux centimètres et sur toute la surface. Faites cuire dans un four à 180° pendant huit minutes environ. Quand c'est prêt, retirez du four et laissez refroidir.

Dans un grand saladier, blanchissez au fouet les jaunes d’œufs avec le sucre, mélangez-y le mascarpone et le cognac en fouettant bien l’ensemble énergiquement.

Incorporez de suite délicatement les blancs battus à neige ferme et laissez de côté.

Détaillez alors le biscuit selon votre choix, soit dans des cercles ou dans un moule rectangulaire. disposez sur un plateau le premier biscuit avec le moule choisi. Ensuite, à l’aide d’une cuillère, mouillez le biscuit avec le café légèrement sucré et remplissez le moule de mousse de mascarpone à hauteur de quelques centimètres.

Disposez au dessus un deuxième biscuit toujours mouillé de café, recouvrez le tout d’une légère couche de mousse, lissez le dessus à l’aide d’une spatule et enfin saupoudrez de cacao amer.

Pour la déco, ce sera selon les goûts de plaisir de chacun, sans oublier les amandes effilées légèrement grillées.

Alors, l'eau à la bouche, déjà ?

Ceux qui sont sensibles à la caféine peuvent utiliser du décaféiné.

Enzo Franceschelli,

L’international club Toques blanches

 

 

Publié dansLe coin mag

La minute coaching ► Défendez-vous toujours vos valeurs ?

Nous croyons en certaines valeurs, celles que nous défendons et qui font que nous agissons chaque jour en accord avec nous-même.

Par exemple, si l'une de nos grandes valeurs est le respect, nous agirons avec respect et nous serons sensibles au non-respect des autres (ici la valeur "respect" est à définir par chacun).

Avons-nous la même définition de cette valeur ? Par exemple, pour moi le respect va jusqu'au fait de ne rien jeter dans la nature. Pour d'autres, elle ne dépasse pas le rapport avec autrui...

Nos valeurs sont importantes, elles viennent de notre enfance et nous nous en construisons de nouvelles ou renforçons les existantes.

Et vous, êtes-vous en accord avec vous-même et défendez-vous toujours vos valeurs ?

Coaching

Publié dansLe coin mag

La minute coaching ► Où est la réalité ?

Où est la réalité : Parfois, ou souvent, nous sommes persuadés que notre interprétation des faits est figée, réelle, que ce que nous voyons autour de nous est la réalité, comme tous les témoins d'une même situation.

Or, quand nous recueillons les témoignages, ils ne disent pas la même histoire.
Alors où est la réalité ?
Elle est simplement passée, la réalité n'est qu'au présent. Ensuite, ce sont nos interprétations, notre sélection et notre façon de comprendre les situations qui font que nous ne restituons pas les mêmes choses.

Savoir prendre du recul sur la situation permettra de mieux gérer nos émotions liés à cette situation, de mieux voir la réalité toute relative et ainsi de mieux comprendre les autres points de vue, sans pour autant les faire siens.

Comprendre n'est pas forcement accepter.

Coaching

Publié dansLe coin mag

Musique ► Eclatez-vous ! Vivez notre sélection chaque week-end en vidéo

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n’aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales… Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l’indifférence ! La surprise chaque samedi !
Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Les cailles farcies aux griottes

CUISINE -

Cailles farcies aux griottes : Les cerises sont bonnes à cueillir, du moins certaines. Eh oui, même dans nos régions... Encore faut-il trouver un petit coin de ciel clément et qu'il ne pleuve pas pendant quelques instants pour aller les cueillir.

Pour les cailles, c'est bien de prendre des griottes qui offrent une petite acidité qui anime le plat.

Selon la saison et les arrivages, vous pouvez remplacer les cerises par du raisin.

Pour 6 personnes
Il faut :
  • 6 cailles
  • 350 g de farce fine, ou de chair à tomate
  • 10 cl de porto ou cognac
  • 2 gousses d’ail
  • 1 carotte
  • 1 branche de céleri
  • 1 oignon
  • 1 bouquet garni
  • 500 g de raisins au choix, ou de cerises griotte
  • 2 litre de bouillon de poule
  • Sel, poivre du moulin, herbes de Provence
Première étape
Désossez les cailles à l’aide d’un petit couteau. Mais, comme je le dis souvent, cette opération plutôt délicate peut être faite par votre boucher.

Gardez toutes les parures que vous allez faire revenir dans un plat à four avec un filet d’huile d’olive ou une belle noisette de beurre. Laissez cuire jusqu’à coloration, à ce moment ajoutez tous les légumes en morceaux, auparavant épluchés et bien lavés sous l’eau froide.

Laissez encore revenir au four quelques minutes pour avoir une coloration de tout ensemble. Retirez alors le plat du four, égouttez toute la graisse qu'il peut contenir, déglacez aussitôt avec la moitié de porto ou de cognac si vous préférez, et à l’aide d’une cuillère en bois, décrochez les sucs qui se trouvent au fond du plat.

Mouillez aussitôt avec le bouillon de poule, ajoutez le bouquet garni, laissez réduire à feu doux de trois quart. En fin de cuisson, vérifiez l’assaisonnement, chinoisez, liez à la maïzena ou au roux de farine, filmez et laissez de coté.

Deuxième étape
Etalez les cailles sur votre plan de travail, assaisonnez-les de sel poivre du moulin et si vous le souhaitez d’herbes de Provence. Répartissez bien la farce sur chaque caille, roulez-les dans une feuille de papier sulfurisé en leur rendant leur forme initiale. Rangez les bien dans un plat à four.

Le procédé bien entendu peut être fait la veille car l’infusion de tous les ingrédients rendra le résultat final encore meilleur.

Cuisez les cailles dans un four chauffé à 230° pour une durée de trente minutes environ. En fin de cuisson, retirez du four, enlevez soigneusement le papier sulfurisé, flambez avec le restant de porto ou cognac, laissez couvert avec le papier sulfurisé et gardez au chaud.

Entre temps, dénoyautez les griottes, ou épépinez le raisin. Faîtes les poêler à feu vif pendant une minute avec une noisette de beurre et gardez au chaud.

Présentation
Coupez les cailles en tranches et disposez-les sur des assiettes chaudes (chauffées légèrement dans le four) ou sur un grand plat. Garnissez tout autour de griottes ou de raisins et de légumes de saison, nappez de sauce bien chaude et servez aussitôt.

Enzo Franceschelli,

L’international club Toques blanches

 

Publié dansLe coin mag

Orages ► La foudre, un réel danger : comment l'éviter ?

L'orage surprend. Il est la plupart du temps soudain et la foudre peut frapper dès que les nuages sombres s'amoncellent. Le danger est bien réel mais comment éviter d'être foudroyé ?

Le plus grand risque lié à la foudre est l’électrocution. La puissance du courant ainsi que le chemin qu’il emprunte pour parcourir le corps sont les paramètres les plus importants. Le chemin le plus dangereux que le courant électrique peut suivre se situe au niveau des organes vitaux comme le cœur ou le cerveau.

Comment sait-on si on a le temps d'aller se réfugier ailleurs quand on est à découvert ?

Dans un premier temps, regardez les nuages. De petits groupes de nuages surmontés de petites tours peuvent être le signe que des orages suivront plus tard dans la journée. Il s'agit de cumulus présentant une certaine extension verticale (altocumulus castellanus). Les nuages qui ont un fort développement vertical en forme de colonne (les nuages d'orage ou cumulonimbus) sont un signe que l'orage est imminent ou dans les environs.

Si vous entendez gronder, vous pouvez savoir à quelle distance se situe l'orage. Généralement, on n'entend pas le tonnerre à plus de 10 km. Un bruit strident est le signe d’un danger immédiat de la foudre. Juste avant qu'elle ne s'abatte, elle émet une sorte de crépitement. Là, si vous n'êtes pas à l'abri, il presque déjà trop tard.

La règle des 10 secondes
Le son se déplace beaucoup plus lentement que la lumière. C’est pourquoi on voit d’abord l’éclair avant d'entendre le tonnerre. On peut utiliser cette propriété pour déterminer la distance qu’il y a entre nous et l’orage. Comptez le nombre de secondes qu’il y a entre l’éclair et le tonnerre, et divisez-les par 3. Le résultat représente la distance approximative en km. Si vous comptez 10 secondes ou moins, cela signifie que l’orage est dangereusement proche et il est temps de chercher un endroit pour vous protéger.
Les endroits les plus sûrs
Pour vous protéger de la foudre, les endroits les plus sûrs sont :
  • dans un bâtiment, loin des fenêtres
  • dans une voiture dont le corps et le toit sont en métal (pas un cabriolet) et dont toutes les parties métalliques sont reliées entre elles. Elle fonctionnera alors comme une cage de Faraday. Tenez toutes les portes et fenêtres fermées. Si la foudre s’abat, vous le remarquerez à peine - à moins d’une très forte décharge qui pourrait endommager les instruments électroniques.
Les endroit à éviter
  • les endroits dégagés et ouverts, comme un terrain de sport ou un champ
  • les hautes structures verticales comme des bâtiments, des mâts, des arbres isolés ou des grues (toutes structures métalliques)
  • les plans d’eau comme un étang ou une piscine extérieure
  • les collines, les montagnes ou points de vue
  • les lisières des forêts
  • les fenêtres (même fermées)
  • les clôtures (même non-métalliques), les câbles à haute tension
  • les bateaux et les tentes.
La conduite à tenir pour s'abriter
Les personnes ou les objets les plus hauts, se trouvant à proximité, ont plus de chances d’être frappés par la foudre. Vous courrez donc plus de risques si vous vous trouvez dans un endroit ouvert. Essayez dans ce cas de vous trouver un abri mais pas sous un arbre, c'est bien connu. L'accident qui s'est produit hier, samedi 28 mai à Paris, sur onze personnes dont huit enfants qui ont été touchés par la foudre dans le parc Monceau, le démontre encore.

Si trouver un abri rapidement n’est pas possible, accroupissez-vous sur vos orteils, mettez vos bras sur vos genoux, la tête le plus bas possible, les mains sur les oreilles et les pieds l’un contre l’autre.

  • Ne vous couchez jamais à plat ventre par terre. Accroupissez-vous si possible dans un fossé
  • Allez vous abriter si possible dans un bâtiment construit en dur. Tenez les fenêtres et les portes fermées. Abribus et autres abris ouverts n’offrent pas la moindre protection si ce n'est de la pluie
  • Au camping : n’allez pas vous abriter sous une tente. Une caravane métallique est une bonne protection. Fermez fenêtres et portes et débranchez tous les appareils électriques
  • Restez éloigné des arbres, des lanternes sur pied, des tours et des lignes à hautes tension. C’est aussi valable pour des objets métalliques comme des piquets de tente, des vélos ou des cannes à pêche. Restez à au moins 3 mètres des grillages et des clôtures
  • Si vous vous trouvez dans une forêt, cherchez un petit groupe d’arbres bas dans la partie la moins élevée du terrain. N’allez jamais vous abriter sous un arbre isolé
  • N’utilisez jamais de parapluie
  • Si vous nagez ou naviguez : sortez aussi vite que possible de l’eau. Cela vaut aussi pour les plongeurs, surfeurs et les piscines couvertes
  • Si vous êtes sur un vélo, un vélomoteur, une moto ou sur un cheval, descendez-en le plus vite possible et allez vous abriter
  • Vous courez plus de risques de vous faire foudroyer lorsque vous êtes en groupe. Séparez-vous et cherchez un abri ou accroupissez-vous de manière dispersée à au moins 2 mètres l’un de l’autre
  • Stoppez immédiatement toute activité sportive extérieure. Ne circulez pas avec des cannes à pêche, des clubs de golf ou des fusils de chasse.
Des précautions à l'intérieur aussi
On a déjà vu maintes fois la foudre entrer dans les habitations. Là encore il vaut mieux éviter de lui laisser croire qu'elle est invitée :
  • Retirez des prises toutes les fiches des appareils électriques. Déconnectez la fiche téléphonique de votre ordinateur. Enlevez aussi la prise de votre matelas à eau et des couvertures chauffantes
  • Fermez portes et fenêtres
  • Restez éloigné des fenêtres. La lumière dégagée par un éclair peut être très intense et, s’il est fort proche, il peut vous aveugler
  • Eloignez-vous des sources d’eau courante de l’habitation. Ne vous douchez surtout pas
  • Eloignez-vous des conduites ou des objets en métal (conduites d'eau, circuits électriques, conduites de gaz, lignes téléphoniques, télédistribution, radiateurs...)
  • Ne vous tenez pas près d’une cheminée ou d’un feu ouvert
  • N’utilisez pas votre banc solaire
  • Ne téléphonez pas avec un poste fixe.
Des dégâts causés par des impacts de foudre se produisent de manière régulière mais la foudre est souvent la cause indirecte d’accidents, par exemple lorsque des personnes qui conduisent un véhicule ou manipulent des engins sursautent de peur ou sont aveuglées.

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Le foie gras se marie avec la groseille

Le foie gras, ça se mange à toutes les saisons ! Tous les repas de fête peuvent être une bonne occasion.

Il y a évidemment ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Controversé ou adopté, le foie gras soulève des débats. Pour le moment, il fera toujours parler de lui dans nos assiettes.

Sa préparation est d'une simplicité étonnante. Voici la recette.

Pour 8 personnes, il vous faut :

  • 1 lobe de foie gras frais de 700 gr
  • 10 g de sel fin
  • 2 cl de cognac
  • 5 gr de poivre blanc, du moulin
  • Une terrine de 60 cl
Incontournable : le déveinage
Sortez les lobes de foie gras du réfrigérateur quatre heures avant de les travailler. Ils doivent être à température ambiante.

Déveinez soigneusement le foie gras à l’aide de la pointe d’un économe. Faites bien attention que toutes les veines soient bien retirées, autrement il sera immangeable. Il faut l'ouvrir un petit peu, hyper délicatement pour déloger le moindre petit fil rougeâtre ou blanchâtre.

Une fois que cette étape est bien respectée, disposez-le dans un plat, assaisonnez-le alors avec les ingrédients cité au-dessus. Couvrez avec du film transparent, laissez-le reposer au réfrigérateur pendant toute une nuit.

Ensuite disposez-le dans la terrine, tassez le tout pour avoir une jolie tranche bien marbrée sur votre assiette, placez-le dans un bain-marie et faites cuire au four à 90° (therm,4 ) pendant 25 minutes.

Sortez-le du four, laissez refroidir et mettez la terrine au réfrigérateur.

Dégustez seulement après quelques jours car l’infusion des ingrédients continue même après la cuisson.

Au moment du service, démoulez ou pas. Découpez à l’aide d’un couteau trempé dans de l’eau chaude et servez une jolie tranche sur un lit de mesclun, un toast de pain aux noix, un filet d’huile d’olive et quelques gouttes de vinaigre balsamique, sans oubliez quelques grains de fleur de sel !

Autre forme, autre version
Médaillons de foie gras à la gelée de madère

Il vous faudra en plus :

  • 50 cl de gelée maison de préférence ou sinon instantanée
  • une petite barquette de groseilles.
Pour obtenir un cylindre dans lequel vous pourrez trancher des médaillons, disposez le foie gras sur du film transparent. Avec un lobe, faire quatre boudins bien serrés par les deux bouts et faîtes-les cuire dans de l’eau à 90° pour une durée de dix secondes. Plongez-les de suite dans de l’eau glacée. Vous pouvez les garder plusieurs jour au réfrigérateur.

Coupez les tranches toujours à l’aide d’un couteau trempé dans de l’eau chaude, disposez-les sur une petite grille puis glacez-les avec de la gelée au madère. Déposez une petite groseille au dessus pour la déco, et pour le reste de la présentation, vous avez totale liberté !

Enzo Franceschelli,

L’international club Toques blanches

Publié dansLe coin mag

La minute coaching ► Faire le bon choix

Nous prenons des décisions pour nous tous les jours, tout le temps : je prends un gâteau dans le placard et une petite voix me dit non... "J'ai le choix... mais lequel prendre ?"

Nous devons décider d'aller à un rendez-vous et nous hésitons. D'un côté on a envie, de l'autre, pas trop... Quelle est la raison qui nous fait hésiter et qui fait balloter nos pensées de l'un à l'autre choix sans parvenir à... se décider ?

Quand le choix est simple, tout va bien. Mais quand ce choix devient difficile et surtout que le problème revient souvent, qu'il nous fait nous sentir mal à l'aise, que le choix devient même douloureux, c'est là que nous devons nous écouter et nous comprendre pour faire le bon choix, en accord avec nous-mêmes.

Ainsi nous profitons au maximum des meilleures décisions pour nous, car les bonnes réponses sont en nous.

Publié dansLe coin mag

Musique ► Eclatez-vous ! Vivez notre sélection chaque week-end en vidéo

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n’aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales… Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l’indifférence ! La surprise chaque samedi !

Publié dansLe coin mag

Marché ► Plein ou vide, crabe mâle ou crabe femelle ?

Un crabe mâle ou un crabe femelle ? Quelle importance nous direz-vous ? Mais l'observation prend toute sa dimension quand il s'agit de choisir son crabe sur l'étalage du poissonnier.

Si vous n'êtes pas à l'aise et pensez que vous pourriez vous tromper ou alors que vous ne voulez pas que vos doigts sentent le crabe durant toute la durée de vos courses, demandez au vendeur. Sinon, si le marchand veut bien vous laisser faire, soulevez le crabe, retournez-le et regardez si c'est une femelle. Comment fait-on ça ? La femelle présente de petits poils qui bordent la queue et celle-ci est placée sous le ventre et ressemble à une languette.

En outre, pour savoir si vous aurez de quoi manger à l'intérieur de la carapace, regardez si l'espace qu'il y a entre la queue et la carapace est important. Plus il le sera et plus cela signifiera que votre crabe est plein.

crabe

Un crabe plein, ça veut dire quoi ?

question

D'abord, le fait que le crabe soit plein ne dépend pas de son sexe. En effet mâles et femelles peuvent être pleins mais il n'y aura aucune chance de trouver du corail dans le mâle, contrairement à la femelle qui a plus de chances d'en avoir...

 

 

Le truc qui ne marche pas
Parfois les amateurs soupèsent chaque animal avec la main. C'est trompeur : le crabe peut être lourd mais être plein d'eau...

Recettes ici

Publié dansLe coin mag

La minute coaching ► La peur, un sac fourre-tout

Ce n'est bien souvent que la peur qui nous empêche d'avancer dans la vie. Peur d'échouer, peur de décevoir, peur de ne pas y arriver, peur d'avoir l'air ridicule, peur d'être jugé... Nous finissons même parfois par avoir peur d'avoir peur.

L'émotion nous bloque. Vous aurez compris qu'il vaut mieux "ne pas avoir peur"... Facile à dire...

Connaissez-vous vos peurs ? ​D'où viennent-elles ? ​

Souvent, nous faisons des raccourcis sur cette émotion et nous y mettons, inconsciemment parlant, un peu de tout.

Avec le temps, nous oublions les origines de nos peurs et celles-ci finissent par prendre de plus en plus d'importance. Ce sont elles qui, à la longue, nous polluent la vie.

Alors, pour ne plus avoir peur : ​identifions nos peurs !

Par exemple : comprenons ce qui nous arrive quand nous sommes envahis par cette émotion, d'où vient-elle, que veux me dire mon inconscient ?

Les réponses sont en nous et mieux ​nous​ nous​ comprendr​ons, mieux nous gérer​ons​ ​nos émotions.

Coaching

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► La panna cotta grandeur famille

CUISINE -

Sa douceur n'a d'égal que la petite pointe de fraîcheur de l'acidité du coulis de fruits rouges qui l'accompagne. La panna cotta dans tous ses états nous met dans tous nos états.

Une cuillère puis deux et on n'arrêterait pas si la raison ne nous y conduisait pas... Et si on en faisait un dessert de fête, une grande réunion de famille, tiens ! Fastoche et même pas peur !

En Italie - car le dessert est italien - les tablées s'allongent aisément, alors les quantités se multipient.

Pour 25 personnes, il faut :
  • 1 litre de lait
  • 1 litre de crème liquide
  • 250 grammes de sucre
  • une gousse de vanille
  • 13 feuilles de gélatine
  • 1 litre de crème liquide façon chantilly
D'abord, réhydratez les feuilles de gélatine dans de l’eau froide. Faîtes bouillir le lait, la crème liquide avec le sucre et la gousse de vanille coupée dans le sens de la longueur. Retirez le liquide du feu, versez-le dans un saladier assez grand. A l'aide d'un fouet, mélangez tout de suite la gélatine réhydratée et laissez refroidir.

Une fois que l’appareil est bien froid, incorporez au fouet le deuxième litre de crème liquide façon chantilly puis versez le tout dans des moules de votre choix ou dans un seul grand moule pour une présentation généreuse, et le tour est joué.

Rangez dans votre réfrigérateur pour minimum quatre heures.

Pour le démoulage de la panna cotta, remplissez un saladier d’eau chaude. Très délicatement, plongez le moule aux trois quarts et, à l’aide d’un petit couteau, décollez les parois. Renversez aussitôt dans le plat de service.

Et le coulis !

Pour la déco, ce sera selon le goût de chacun, mais le coulis de fruits rouges disposé autour  de la panna cotta est tout indiqué. Ajoutez-lui quelques fruits rouges et deux ou trois feuilles de menthe fraîche, ça donne toujours un bel effet.

Enzo Franceschelli,

L’international club Toques blanches

Publié dansLe coin mag

Musique ► Eclatez-vous ! Vivez notre sélection chaque week-end en vidéo

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n’aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales… Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l’indifférence ! La surprise chaque samedi !
Publié dansLe coin mag

La chronique de Gundula ► Viens t’asseoir à côté de moi

« Viens t’asseoir à côté de moi » me lance Jocelyne quand j’arrive dans la  salle de formation. Et elle ajoute « J’aime bien profiter de ton énergie positive ! »

Wow ! Quel beau compliment dès 8 h 50 du matin. Merci Jocelyne.

Après avoir savouré ces mots, je me dis un peu penaude que c’est à peu près normal dans une école de coaching d’avoir une voisine bienveillante et à l’aise avec l’expression de ses sentiments. Mais je me trompe. La bienveillance est omniprésente et s’exprime de mille façons. C’est juste que je ne la vois pas toujours. Combien de fois quelqu’un me tient une porte, ramasse un papier que j’ai fait tomber ou me sourit sans raison apparente.

Quand je regarde avec ce focus autour de moi, je me rends compte que mon monde est peuplé de belles personnes bienveillantes. Le problème est rarement de leur côté. Il est du mien. Je ne suis simplement pas branchée sur la bonne fréquence.

Sur quelle fréquence êtes-vous branché en regardant autour de vous ?

Bulles de Bonheur par Gundula

Publié dansLe coin mag

Champignons ► Attention aux fausses morilles !

Les fausses morilles sont monnaie courante dans la nature et ce n'est pas un succédané des morilles comme peut l'être la truffe chinoise pour la bonne vieille truffe périgourdine... La différence avec les truffes, hormis le prix, est que les fausses morilles sont extrêmement toxiques et interdites à la vente depuis 1991.

Les morilles sont parmi les champignons les plus populaires et les plus mystérieux en France. Leurs qualités gustatives et leur relative rareté en font un produit de luxe, à la portée quand même de celui qui se donne la peine de les connaître et de les trouver. La morille est le champignon typique du printemps. Le chapeau de la morille est formé d'alvéoles, sa couleur est très variable allant du blanc au gris, brun, orangé, noir, ocre....

morille Morille

Il arrive fréquemment de trouver des morilles aux formes très tourmentées au niveau du chapeau comme du pied : ceci n'altère en rien leurs qualités gustatives. C'est un champignon complètement creux, la chair n'est pas très épaisse mais elle dégage un parfum intense.

Il existe différentes espèces de morilles et il n'est pas toujours nécessaire de savoir les identifier... excepté pour le morillon qui est souvent confondu avec les morilles. D'ailleurs nombreux sont les ramasseurs qui ne font pas la différences. Le morillon est pourtant facilement reconnaissable à la taille de son chapeau par rapport au pied. Comme les morilles, il est toxique à l'état cru et doit être cuit environ 15 mn pour détruire ses toxines.

Mais c'est avec les gyromitres que la morille est souvent confondue. Pourtant, même si les deux espèces se ressemblent de manière grossière, elles ont une différence bien marquée au niveau des alvéoles : le gyromitre n'en a pas. Son chapeau montre plutôt comme de grosses boursouflures et des plis arrondis alors que la morille affiche bien ses alvéoles plissées.

Ingéré cru, le gyromitre peut être mortel. On a longtemps cru ce champignon comestible car son taux de toxines est extrêmement variable, très faible sous les climats froids. Sa toxicité a été démontrée en 1984, et il a été interdit à la vente depuis le 11 octobre 1991.

Certains amateurs, inconditionnels ou risque-touts continuent à en consommer. Il faut alors qu'il soit séché et bouilli deux fois dans deux eaux différentes pour perdre sa toxine, la gyromitrine.

Le conseil
Faîtes vérifier votre récolte par un pharmacien ou un mycologue averti avant de consommer. On ne s'invente pas cueilleur de champignons !

 

Publié dansLe coin mag

Musique ► Eclatez-vous ! Vivez notre sélection chaque week-end en vidéo

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n’aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales… Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l’indifférence ! La surprise chaque samedi !

Publié dansLe coin mag

Météo ► Et après les saints de glace...

Saints de glace : Chaque année, les 11, 12 et 13 mai sont les indicateurs de l'arrivée du beau temps à coup sûr ou du moins de l'arrêt des gelées. Cette année, certes, il ne gèle plus mais le temps n'est vraiment pas de la partie. Pourquoi ?

La tendance au mauvais temps et au froid en mai suit les adages suivant :
  • le 11 mai, attention, le premier saint de glace (Saint Mamert), souvent tu en gardes la trace
  • le 12 mai, Saint Pancrace souvent apporte la glace
  • le 13 mai, Avant Saint Servais point d'été, après saint Servais plus de gelée
Cependant un dernier saint qu'on ignore souvent règle toute l'affaire. Il s'agit de Saint Urbain dont on dit : "Mamert, Pancrace et Servais sont des saints de glace, mais Saint-Urbain les tient tous les trois dans sa main". Et ce jour-là est le 25 mai. Donc, guettons Urbain !
Les noms ont changé
Les saints de glace changèrent de nom au fil du temps et des calendriers. Aujourd'hui, les saints de glace sont Sainte Estelle, Saint Achille et Sainte Rolande.
Dans l'histoire
C'est jusqu'en 500 ans après Jésus-Christ qu'il faut remonter pour retrouver les premières traces de ces croyances liées aux saints de glace. À cette époque, les gens priaient Saint Mamert pour qu'il protège les cultures et les plantations. N'obtenant pas toujours gain de cause, ils constatèrent que le temps se dégradait, la baisse des températures intervenant toujours à la même période et pouvant aller jusqu'au gel. Ainsi, Saint Mamert, Saint Pancrace, Saint Servais et Saint Urbain étaient ceux à qui s'adressaient les prières de clémence afin que les plantations soient épargnées par le gel.

Evidemment, toute ressemblance avec des signes religieux n'est pas fortuite et par ailleurs, les scientifiques ont une toute autre vision des choses. Ils considèrent, grâce à des observations astronomiques, que la Terre arrive, à cette période de l'année, dans un espace où les poussières stellaires seraient plus importantes.

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Poisson, citron, oignon...

CUISINE -

Poisson, citron, oignon, les mots riment. C'est peut-être pour ça qu'ils vont bien ensemble... comme dans la chanson des Beatles mais en moins romantique peut-être... (Vous savez, Michelle, ma belle...)

L'idée tout simple c'est de faire cuire votre poisson au four.
Prenez :
  • du dos de cabillaud (en proportion selon le nombre de convives)
  • des citrons, de préférence bio
  • des oignons, de ces petit nouveaux qu'on trouve facilement en ce moment sur les étales
  • de l'huile d'olive
Placez une feuille de papier cuisson au fond d'un plat allant au four, étalez le poisson, jetez quelques rondelles d'oignon dessus. C'est pas grave s'il y en a à côté du poisson... du moment que les rondelles sont quand même dans le plat ! L'oignon frais peut d'ailleurs être remplacé par de l'oignon émincé surgelé ou bien de l'échalote.

Coupez un ou deux beaux citrons en rondelles également et placez celles-ci sur le poisson. Ajoutez un filet d'huile d'olive et selon vos goûts, un peu de poivre.

Enfournez et laissez cuire un quart d'heure à 200° approximativement. Et voilà, le tour est joué !

Ceux qui aiment le citron vont vraiment se régaler et pourront même manger les rondelles : la peau a tendance à caraméliser et alors, c'est un vrai délice, en plus du poisson !

 

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Les lentilles par la lorgnette

Les lentilles, on les mange toujours avec des saucisses. C'est bon, mais un peu "riche"quand on veut faire un tantinet attention à sa ligne.

Alors, pourquoi ne pas essayer de cuisiner les lentilles sans viande puisque elles sont déjà une source de protéines à elles seules ? En y regardant d'un peu plus près, avec lorgnette ou pas, elles offrent quantités de recettes. Etant donné que l'hiver 2016 n'en finit pas et que le printemps est en train de jouer des coudes pour se faire une place au soleil, on est partagé entre l'envie de manger consistant et bien chaud et celle de manger des trucs frais, fruits et légumes de saison, qui arrivent sur les étals et qui croquent sous la dent tout en apportant les vitamines dont on aimerait bien faire le plein.

Les lentilles peuvent offrir un bon compromis.

Par exemple, faites une bolognaise avec des lentilles corail. Vous pouvez en accommoder des spaghettis ou bien du riz ou encore du quinoa.

Il vous faut :

  • un gros oignon
  • une petite carotte
  • une gousse d'ail (ou en poudre)
  • de l'huile d'olive
  • des épices (cannelle, cumin, curcuma, coriandre...)
  • des herbes de provence
  • un verre de lentilles corail "cassées"
  • une brique de coulis de tomate (500g)
  • sel et poivre
  • une cuiller à soupe de bouillon végétal (du bouillon de poulet fera l'affaire pour les non vegans)
Comme pour de la bolo normale, faites revenir dans de l'huile d'olive l'oignon et l'ail hachés avec la carotte coupée en petit cubes. Assaisonnez avec sel, poivre et épices. Quand l'oignon est translucide, ajoutez les 3/4 des lentilles, le bouillon et un verre d'eau. Laissez revenir à ébullition et réduisez le feu. Après 4 à 5 minutes, ajoutez le reste de lentilles, le coulis de tomate et un autre verre d'eau. Laissez mijoter encore une dizaine de minutes et servez.

 Avec des lentilles entières, il faudra simplement adapter le temps de cuisson. Facile, pas cher, ça cale et c'est bon pour la santé !

Idée en plus
D'autres sortes de lentilles (vertes ou autres) pourront être faites en salade avec tomates en morceaux, des oignons blancs et quelques morceaux fins de céleri branche.

 

Publié dansLe coin mag

Musique ► Eclatez-vous ! Vivez notre sélection chaque week-end en vidéo

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n’aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales… Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l’indifférence ! La surprise chaque samedi !

Publié dansLe coin mag

La chronique de Gundula ► Je ne suis pas une bonne danseuse

DANSER 01Soyons clairs, je ne suis pas une bonne danseuse et je me suis toujours interdit de m’exhiber.

Quand la fête bat à son plein, je me retire discrètement pour aller me coucher, sans rancune.

Ce week-end nous avons fêté l’anniversaire d’un ami. Il avait passé plusieurs semaines à créer une playlist absolument irrésistible et, un peu malgré moi, je me suis hasardée sur la piste.

Petit à petit, je me suis lâchée. Après tout, qu’importe à quoi cela ressemble ! Je me suis laissée porter par la musique … jusqu’à 4 heures du matin. WOW.

Une nouvelle victoire sur le regard des autres qui n’est autre que le fruit de mon imagination !

Et vous ? Sur quelle piste avez-vous envie de vous lancer ?

Bulles de Bonheur par Gundula

Publié dansLe coin mag

Musique ► Eclatez-vous ! Vivez notre sélection chaque week-end en vidéo

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n’aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales… Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l’indifférence ! La surprise chaque samedi !

Publié dansLe coin mag

La petite chronique de Gundula ► Big hugs

Big hugs : Ces derniers mois, plusieurs personnes m’ont remerciée d’être dans leur vie. Je n’ai pourtant pas l’impression de faire quelque chose de spécial pour eux.

Pour l’un je suis coach, pour l’autre une amie qui écoute, pour une troisième, une conseillère matrimoniale. Et pour tous, je suis un distributeur de « big hugs », ces accolades tellement réconfortantes.

Le point commun à tout ce que je fais ? Ça me plaît. J’aime que quelqu’un se sente réconforté parce que je l’écoute sans le juger. J’adore voir quelqu’un prendre son envol grâce à mon accompagnement. Et j’aime par dessus tout distribuer des big hugs.

Je n’ai pas de mérite, je suis  simplement moi-même. J’ai arrêté de m’inquiéter de ce que les autres pensent, je suis mon instinct. Je prends dans les bras quand j’en ai envie et je dis « je t’aime » quand je le pense.

Quand je suis moi-même, je donne le meilleur de moi-même aux autres.

Et vous ? Quand êtes-vous porté par votre élan de vie et donc le plus efficace ?

Bulles de Bonheur par Gundula

Publié dansLe coin mag

Animaux ► Votre chat grignote vos plantes ?

Vous avez remarqué comme votre chat a une tendance à grignoter vos plantes ? La raison en est qu'elles l'aident à se purger et donc, il en a besoin. Cependant, nous, on aime que nos plantes soient belles et en bonne santé, pas grignotées, quoi !

Il est d'autant plus important d'éloigner votre chat des plantes d'intérieur que certaines peuvent être toxiques. La méthode pour empêcher Minet de venir les mordiller ne sera certainement pas de le gronder.
Pulvérisez
Alors, vous pouvez toujours essayer ce truc : utilisez du jus de citron. Mélangez ce dernier avec de l'eau et mettez le tout dans un pulvérisateur. Pulvérisez le mélange sur votre plante. Vous pouvez également remplacer le citron par de l'huile de piment, du vinaigre dilué ou du marc de café... Tout ça à petite dose, bien sûr : vous ne voulez pas non plus abîmer votre plante !

Afin de remédier au vrai problème, le chat qui a besoin de se purger, vous pouvez investir dans des plantes rien que pour lui. Ça, ce sera pour les chats d'appartement qui ne sortent pas, car les autres, ceux qui sortent, trouvent en général ce dont ils ont besoin dans la nature. C'est en général de l'herbe toute simple.

Pour l'intérieur, la fameuse herbe à chat est bien efficace mais vous pouvez également prendre de la bruyère ou de la valériane. Elles devraient le détourner des autres car il en raffole.

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► Fish and chips, un vrai trip !

Les fish and chips, on y a tous goûté à l'occasion d'une visite chez nos voisins de l'autre côté de la Manche. Si vous êtes passé à côté du plat, voilà la recette, pas compliquée mais tellement british. Rien qu'une bouchée vous offrira un vrai trip over the Channel.

Fish and chips, comme son nom l'indique, il vous faut évidemment du poisson et des pommes de terre. Pour le poisson, l'idéal est de prendre du filet de cabillaud. C'est pas très bon marché (le poisson en général est assez cher) mais tellement bon. On l'appelle aussi morue mais attention à ne pas la prendre salée.

Vous avez aussi besoin d'ingrédients pour la pâte dont le poisson sera enrobé avant d'être frit : 

  • 150 g de farine
  • 2 œufs
  • 4 c. à soupe de bière
  • 6 c. à soupe de lait
  • 6 c. à soupe d'eau
Versez la farine dans un saladier et creusez une fontaine au milieu. Ajoutez sel, bière et un jaune d'œuf. Ajoutez ensuite progressivement le lait et l'eau mélangés pour obtenir une pâte bien homogène. Laissez reposer le mélange 30 minutes au réfrigérateur.

Pendant ce temps-là, occupez-vous des frites car ce ne sera pas avec autre chose que le fish... and chips (qui veut dire frite en anglais) pourra être servi. De bonnes frites maison : pommes de terre pelées, lavées, coupées en morceaux d'environ 1 cm et hop, à la friteuse.

Pendant que les frites finissent de cuire, battez les blancs d'œuf en neige et incorporez-les délicatement à la pâte reposée.

Rincez les filets de cabillaud et séchez-les. Retournez-les dans de la farine puis trempez-les dans la pâte. Enrobez-les bien complètement. Faites cuire ensuite dans l'huile bien chaude. Ils cuiront en à peu près 5 minutes. Il devront être bien dorés. Sortez-les et égouttez-les sur du papier absorbant.

Poissons rouges et grenouilles...
Servez... Dans les pubs où on sert à manger, les Anglais accompagnent souvent un fish and chips de petits pois - anglais bien sûr, c'est à dire des garden peas, gros comme l'extrémité du petit doigt et verts comme... du vert anglais (certainement pas rouge comme les petits poissons... les petits pois sont rouges...). Le fish and chips peut aussi être arrosé de vinaigre, et ça ce n'est pas une blague... Oui, c'est spécial. Les Français préfèrent y ajouter une goutte de citron, plus traditionnel pour le palais des grenouilles (c'est comme ça que les Anglais appellent les Français : "frogs" ou "froggies").

Dans la vraie tradition et dans les souvenirs des plus de 40 ans, les fish and chips shops (autrefois uniquement des marchands ambulants) servaient le plat dans du papier journal. Les normes d'hygiène ont interdit depuis longtemps la pratique mais la barquette en plastique actuelle est bien moins couleur locale. Et puis le papier journal, c'était un peu comme les blagues sur emballages des Carambar : la surprise de découvrir le texte...

Vous pouvez aussi servir... dans des assiettes.

Publié dansLe coin mag

La petite recette du week-end ► La farine de châtaigne, ça grille

La farine de châtaigne est excellente pour la santé et délicieuse au goût. On l'utilise pour toutes sortes de préparation y compris des salées. Cependant, attention de ne pas trop la faire cuire, elle grille et brûle rapidement.

La farine de châtaigne est bien appréciée des adeptes du sans-gluten ou évidemment des allergiques et des intolérants... Elle est douce, un peu sucrée et cale bien les estomac vides. 

On peut l'utiliser pour faire des gâteaux comme des sortes de pain. Ce sont bien "des sortes de" car ce ne sont pas de vrais pains à proprement parler puisqu'ils ne sont pas faits avec... de la farine de blé... Justement, c'est ce qu'on veut ! Et surtout, vous pouvez la faire pétrir dans votre machine à pain, vous obtiendrez une masse plus ou moins compacte (plutôt moins que plus d'ailleurs). Ceci dit, si vous avez la flemme de la mélanger vous-même, vous pouvez toujours la mettre à la machine et vous n'aurez plus qu'à terminer le travail une fois l'opération achevée.

Vous aurez beau ajouter de la levure de boulanger, la farine de châtaigne ne lèvera pas comme du pain. Mais on aime aussi bien le compact.

Souvent, on la mélange avec de la farine de riz, mais dans ce cas oubliez le pur sans gluten !

Voici une petite recette toute simple pour une première approche

Il vous faut
  • 20g de farine de riz
  • 20g de farine de châtaigne
  • Levure sans gluten
  • 40 ml d'eau tiède
  • 1 pincée de sel
Dans un bol, mixez les farines, le sel et la levure avec de l'eau tiède que vous ajouterez doucement et par intermittence. Le mélange doit devenir bien homogène.

Dans un ramequin légèrement huilé, disposez au 3/4 la pâte ou alors choisissez deux moules en silicone. Grosso modo, il s'agit de diviser la pâte en deux.

Vous pouvez faire cuire vos pains/gâteaux au cuit vapeur pendant 25 minutes. Sinon, mettez-les au four à 150 ° et vérifiez la cuisson en enfonçant la lame d'un couteau au centre. Elle doit en ressortir sèche pour indiquer que la préparation est cuite.

 

 

Publié dansLe coin mag

Jardin ► Pas de pulvérisation pour la pollinisation

Il est recommandé de ne pas pulvériser les arbres en fleur sous peine de les rendre inutilisables pour les abeilles qui ne pourraient pas non plus effectuer la pollinisation.

Les produits traitants peuvent perturber les abeilles en camouflant les éléments, particulièrement le parfum qui sert aux petits animaux à repérer les fleurs bonnes à butiner.

Et pour attirer les abeilles et ainsi se faire polliniser, les végétaux qui ne peuvent pas se reproduire sans l'aide des insectes pollinisateurs doivent séduire !

Si le vent se charge de transporter le pollen chez certaines d'entre elles, chez les autres, les courants d'air ne suffisent pas (pollen trop lourd, trop collant, peu abondant...). Alors les insectes entrent en scène, butinent une fleur après l'autre, dispersent le pollen et permettent la fécondation d'une fleur par le pollen d'une autre fleur de la même espèce, située à une distance plus ou moins grande.
Encore faut-il les attirer !
Les plantes étant immobiles et plutôt, disons-le, silencieuses, elles doivent déployer des trésors d'ingéniosité pour se faire remarquer de la gent ailée. Et là, elles font appel aux armes qu'elles ont à leur disposition : couleur, forme, taille et parfum des fleurs.
Mieux que Chanel ou Givenchy...

Et en plus ça nourrit

Pour les abeilles et leurs acolytes pollinisateurs, le parfum des fleurs est irrésistible et par-dessus tout, le nectar qu'elles vont en retirer constitue leur nourriture. Les gourmandes sont des plus sensibles aux odeurs grâce aux récepteurs olfactifs situés sur leurs antennes. Les papillons de nuit sont les champions de l'odorat : ils sont capables de repérer une fleur odorante à plusieurs centaines de mètres.

C'est d'ailleurs sur le parfum, plus que sur l'aspect, que jouent les espèces végétales à floraison nocturne ou dont les fleurs restent épanouies la nuit afin d'être pollinisées par des insectes nocturnes, comme le jasmin, le chèvrefeuille, le tabac ou encore, comme son nom l'indique clairement, la belle de nuit.

Cependant le parfum joue aussi son rôle durant la journée : les insectes apprennent à reconnaître le parfum de chaque fleur. Le parfum est constitué d'une association de plusieurs molécules odorantes, qui le rend unique. Les animaux l'associent au nectar, au pollen ou aux cires odorantes dont ils se nourrissent.

Parmi les fleurs nectarifères les plus parfumées figurent le faux acacia, appelé aussi robinier, le buddléia (celui-là sent directement le miel !) ou encore le tilleul... Même pour un nez d'humain, les fleurs des trois sortes d'arbres sont un vrai délice. D'ailleurs, on en mange aussi puisqu'on fait des beignets d'acacia.

Pour les abeilles et autres pollinisateurs, les fleurs nectarifères ne sont pas forcément parfumées.

Par contre, vous pouvez poser sur les troncs des fruitiers des bandes engluées pour piéger les fourmis et autres insectes qui tenteraient d'escalader l'arbre par le tronc et qui eux ne volent pas.

Les pollinisateurs

Les acteurs de la pollinisation sans laquelle certaines espèces d'arbres disparaîtraient purement et simplement : abeilles, bourdons, mouches, guêpes, papillons, cétoines et autres petits scarabées... 

Publié dansLe coin mag

Musique ► Eclatez-vous ! Vivez notre sélection chaque week-end en vidéo

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n’aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales… Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l’indifférence ! La surprise chaque samedi !

Publié dansLe coin mag

Consommation ► La Bio continue son ascension

La Bio continue son ascension en France, en réponse aux attentes des consommateurs et, plus largement, des citoyens. Ancrée dans son époque, ce mode de production respectueux de l’Homme et de la Nature a conquis les Français, d'après les résultats du dernier Baromètre Agence BIO / CSA 2015.

2015 a été une année record en terme d'acheteurs et de consommateurs de produits bio. Ainsi les Français confirment-ils leur confiance dans l'agriculture et l'alimentation bio.

  • 65 % des Français ont consommé régulièrement bio en 2015 (vs 37 % en 2003)
  • 5,5 milliards d’€ : le poids du marché bio en France (+10 % vs 2014)
  • 42 216 opérateurs bio en France (+7,2 % vs 2014)
  • 1,31 million d’hectares de terres bio en France (+17 % vs 2014)
Une réponse aux attentes des consommateurs
En 2015, la Bio a ainsi enregistré un taux record de consommateurs et d’acheteurs. 9 Français sur 10 (89 %) consomment bio, au moins occasionnellement, alors qu’ils n’étaient encore que 54 % en 2003. 65 % des Français en consomment régulièrement, au moins une fois par mois, contre 37 % en 2003. En terme d’achats, des niveaux inédits sont également atteints : plus de 8 Français sur 10 (82 % vs 43 % en 2003) achètent des produits bio et 55 % le font régulièrement (vs 33 % en 2003).

Les très bons résultats se reflètent dans le poids croissant du marché bio (tous circuits confondus, y compris RHD). On estime ainsi qu’en 2015, il aurait gagné +10 % par rapport à 2014, pour atteindre un chiffre record de 5,5 milliards d’euros.

Un développement solide
En cohérence avec cette montée en puissance de la consommation citoyenne, la production bio poursuit son développement, entraînée par la hausse de la demande. La France compte aujourd’hui un total de 42 216 opérateurs exerçant des activités bio, soit +7,2 % par rapport à 2014, alors qu’ils n’étaient encore que 18 380 en 2007. Les surfaces bio sont également en pleine expansion : +17 % par rapport à 2014. Plus de 1,3 million d’hectares sont désormais conduits selon le mode biologique sur le sol français, représentant 4,9 % du territoire agricole, contre 2 % fin 2007.
Une solution aux problèmes environnementaux pour 3 Français sur 4

poussesPlus des ¾ des Français (78 %) estiment que l’agriculture biologique est une solution face aux problèmes environnementaux. En effet, basée sur la non-utilisation de produits chimiques de synthèse, le recyclage des matières organiques et la rotation de cultures diversifiées, cette alternative contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement climatique. Cette attention de la Bio à l’environnement fait partie des principales raisons guidant les choix des consommateurs pour les produits bio. 58 % d’entre eux disent consommer bio pour « préserver l’environnement ». Une raison  qui figure aux côtés de leur volonté de « préserver leur santé » (63 %) et de privilégier « la qualité et le goût des produits » (56 %).

Un rôle clé dans le développement des territoires
L’agriculture biologique génère en moyenne, de l’ordre de 60  % de main d'œuvre supplémentaire par rapport à l’agriculture conventionnelle pour diverses raisons : interdiction des produits chimiques de synthèse, plus fort développement de la transformation à la ferme et de la vente directe, etc. Fin 2015, la France comptait 28 725 fermes bio (+8,5 % vs 2014), représentant 6,5 % des exploitations françaises et près de 10 % des emplois agricoles, avec 68 940 emplois totalisés en équivalent temps plein. À l’aval, 13 491 entreprises de transformation, de distribution d’importation et d’exportation (+4,4 % vs 2014) emploient environ 30 000 équivalents temps plein. De plus, la Bio génère de l’ordre de 2 000 emplois pour les contrôles, conseils, recherche et formation. Au total, 100 000 emplois sont  directement générés par la Bio en France en équivalent temps plein, représentant une valeur ajoutée importante pour la vie économique et sociale des territoires.
"Trouver plus de bio en grande surface"
D’après le Baromètre Agence BIO CSA / 2015, les consommateurs bio sont convaincus puisqu’ils sont 93 % à avoir l’intention de maintenir ou d’augmenter leur consommation de produits bio5. Au-delà, l’envie de consommer bio des Français se traduit par leur souhait de trouver davantage de produits bio en Grandes et Moyennes Surfaces (69 %) ainsi que sur les marchés et chez les artisans-commerçants (44 %),…  Largement demandeurs de produits bio pour leur consommation à domicile, les Français ont également envie de consommer bio hors de chez eux. Ils ont de très fortes attentes en matière de bio dans les restaurants (79 % se disent intéressés par la Bio dans les restaurants en 2015 vs 54 % en 2014), dans les hôpitaux (75 % vs 62 % en 2014), dans les maisons de retraite (74 % vs 58 % en 2014), etc. Pour leur part, les actifs attendent des produits Bio sur leur lieu de travail, à la cantine ou en restaurant d’entreprise (73 %). Les parents sont également très concernés par la Bio pour leurs enfants : 88 % d’entre eux désirent des repas avec des produits bio à l’école.

Véritable tendance de fond, la consommation bio s’inscrit dans une démarche de consommation durable. Les consommateurs bio achètent davantage que la moyenne des Français des éco produits aussi autres qu’alimentaires  fabriqués à partir d’ingrédients bio aussi : 82 % déclarent en acheter, vs 68 % des Français.

Un rendez-vous en juin ici

Source : l'Agence BIO 

Publié dansLe coin mag

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°34 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top