Le coin mag

Easy cuisine ► Les rapid' crockets

Ça c'est une petite recette qui fait merveille avec les enfants. C'est simple, ils l'adorent mais elle a aussi l'avantage d'être préparée juste l'instant de le dire.

Prenez de la purée de pomme de terre en flocons. Vous pouvez faire de la purée vous-même, mais ça c'est pour les jours où vous avez plus de temps. Il ne faut pas que votre purée soit liquide mais plutôt bien compacte. Mélangez les flocons avec de l'eau chaude pour les petits allergiques aux laitages (Les grands peuvent manger les mêmes, c'est aussi bon qu'avec du lait ! ). Ajoutez un peu d'huile d'olive. Battez un ou deux œufs (ou plus selon le nombre de convives) et mélangez à la purée.

En tout cas, saupoudrez d'un peu d'oignon en poudre, d'ail en poudre et d'épices... en poudre. Un peu de curry fera l'affaire, ou un de ces mélanges tout préparés, façon mexicaine ou italienne, ou espagnole. Bref il faut que ça donne un peu de goût mais pas trop quand même car l'assaisonnement peu vite devenir trop fort comparé à la douceur des œufs et de la purée de pomme de terre. Ajoutez un peu de sel mais il est possible que ce ne soit pas nécessaire car il y a déjà du sel dans certaines préparations épicées du commerce.

Faites chauffer une grosse giclée d'huile d'olive dans une poêle anti-adhésive et placez des petits tas de la valeur d'une grosse cuillérée à café dans la poêle avec l'huile bien chaude. Mettez autant de crockets que la poêle peut en contenir à plat. Laissez dorer sur une face puis retournez-les un par un. La cuisson ne prend pas plus de deux à trois minutes.

Les perfectionnistes peuvent rouler les bouchées dans de la chapelure avant la cuisson.

Et hop, le tour est joué. Vous pouvez servir ces rapid' crockets avec... ce que vous voulez, par exemple une salade de tomate et concombre.

Truc en plus : Vous pouvez ajouter quelques galets d'épinards surgelés ou de purée de carotte surgelée.

Publié dansLe coin mag

Meaux ► La Brieflette "aux p'tits croutons", par Philippe Robquin

Caméra image Philippe Robquin présente la brieflette

 

 

Philippe Robquin a 63 ans. Marié, 4 enfants, il gère le restaurant Le Lauréat à Meaux et cuisine des mets, à la demande "si le cœur en dit aux clients : « Je suis un passionnel ! C’est l’inspiration qui me guide même si parfois, je crois inventer des plats et je m’aperçois qu’ils existaient déjà dans l’ancien temps ! J’oriente toujours mes mets autour des produits du terroir et je défends plus particulièrement le Brie de Meaux » confie le restaurateur. Ses recettes sont ainsi empreintes d’une touche locale : feuilletés de Brie, sauté de veau à la moutarde de Meaux, Brieflette (variante de la tartiflette à base de Brie de Meaux, champagne, lardons et pomme de terre). "C'est un restaurant traditionnel où le chef vient discuter avec les clients pour présenter ses recettes originales centrées sur le terroir meldois. J'aime bien son feuilleté croustillant fourré au brie fondu et servi avec une salade. Le goût est étonnamment fin. Avec Philippe, ça vaut le coup de sortir des sentiers battus, alors je choisis plutôt les spécialités du chef" raconte une cliente.

"La cuisine me trotte dans la tête depuis tout petit"

Philippe Robquin aime conter l’histoire du Lauréat à tous ses clients : « J’ai commencé dans le monde du ski et du tennis. Ma boutique d’import était au sommet de la pyramide : j’ai travaillé avec les plus grands comme Henri Leconte, le tennisman et Arthur H. Suite à un accident, j'ai dû arrêter le sport et je suis revenu à mes premières amours : la cuisine et la restauration. Le restaurant existait déjà en 1789 et quand je l'ai repris en 1994, les locaux étaient dans un état lamentable  » commente Philippe Robquin. Sa femme étant architecte d’intérieur, le duo a mis en place un décor typique pour les amoureux de la cuisine française. Il n’hésite jamais à décrire les plats proposés, expliquer les recettes, vanter les astuces maison qui ont fait le succès du restaurant.

Philippe Robquin cuisiné à la mode "portrait chinois"

Si vous étiez une couleur ?

J’hésite : le rouge ou le bleu car la vie ne m’a pas épargné et j’ai appris à me défendre.

Si vous étiez un animal ?

Le cheval car c’est ma deuxième passion (la première étant la cuisine).

Si vous étiez une fleur ?

Le myosotis car c’est une fleur légère, petite et que mon père adorait.

[gallery type="square" size="medium" ids="1919,1918,1921,1917"]

 

 

 

Publié dansLe coin mag

Cuisine ► Gâteau au chocolat... simplissime !

Ce gâteau-là est facile à réaliser, même pour des enfants. Il sera moelleux, surtout si vous stoppez sa cuisson à temps. Il a aussi l'avantage d'être sans beurre, ce qui plaira à tous les allergiques aux produits laitiers (sauf dans la version chocolat au lait ou Toblerone).

Temps de préparation : 15 minutes Temps de cuisson : 15 minutes, à peine

Faites fondre 200 gr. de chocolat, plutôt noir. Mélangez le bien puis, une fois un peu refroidi, ajoutez 4 œufs, battus. Ajoutez ensuite deux cuillérées à soupe, bombées, de farine, une bonne pincée de sel et un peu de vanille en poudre. Pour les becs très sucrés, ajoutez deux autres cuillérées à soupe de sucre, mais franchement, ce n'est pas utile.

Vous pouvez jeter quelques noix, ou noisettes, ou encore du pralin. Placez la mixture dans un moule où vous aurez disposé du papier sulfurisé.

Enfourner à 180°C (thermostat 6) pendant 15 minutes.

Une fois sorti du four et refroidi, recouvrez de chocolat fondu et décorez des fraises et framboises, c'est toujours du meilleur effet et c'est bon !

Le truc en plus : Pour changer, vous pouvez aussi faire cette recette avec du chocolat blanc ou du Toblerone.

Pour un goûter d'anniversaire, servez les trois ensemble, et pourquoi pas superposés.

 

Publié dansLe coin mag

Cuisine ► Sauce tomate au poivron rouge et basilic

Si la sauce tomate que nous vous proposons aujourd’hui se résumait aux ingrédients du titre de la recette, elle ne serait bien-sûr pas ce qu’elle est, autrement dit une envolée de saveurs fraîches et émoustillantes, des parfums méditerranéens sans avoir à en faire trop. Ça mis à part, elle est aussi facile à réaliser.

Elle nécessite un récipient dans lequel entrera le mixer, donc plutôt de forme tubulaire. Dedans, jetez

  • deux ou trois bonnes grosses cuillérées à soupe de concentré de tomate… en boîte sinon vous risquez de devoir y passer deux tubes entiers !
  • un ou deux poivrons rouges en bocal, acheté en épicerie… Les grecs, comme sur notre photo, sont bons,
  • une ou deux gousses d’ail épluchées… Remarquez comme les proportions sont ajustables aisément en fonction de vos goûts. Ne cherchez pas les proportions au gramme près, votre cœur guidera votre main !
  • de l’huile d’olive évidemment, deux cuillérées à soupe selon votre quantité de sauce,
  • des feuilles de basilic frais, si c’est la saison. Sinon, vous pouvez en trouver du surgelé que vous conservez au congélateur… Jamais pris au dépourvu !
  • une pincée de sel… ou pas pour les « sans-sel »,
  • et pour ceux qui aiment les saveurs un peu relevées, ajoutez une bonne pincée de piment d’Espelette en poudre,
Versez un demi-verre ou un verre selon la quantité d’ingrédients, sur l’ensemble, et hop, un coup de mixer… Vous sentez déjà tout l’arôme qui se dégage du pot ! Trempez-y le petit doigt et goûtez…

Chaude ou froide, sur les pâtes, le riz, dans un sandwich, sur un morceau de poisson un peu fade ou pour faire danser le poulet, cette sauce deviendra comme une bonne amie !

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="1124,1123,1140"]

Publié dansLe coin mag

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°34 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top