Longperrier ► Exploit : Patrick et Simon Busschaert ont atteint le "toit de l’Europe" 

Longperrier ► Exploit : Patrick et Simon Busschaert ont atteint le "toit de l’Europe" 

Patrick Busschaert et son fils Simon, habitants de Longperrier, ont réalisé l’exploit de gravir le Mont-Blanc et d’atteindre le sommet, jeudi 14 juillet

La deuxième tentative est la bonne. Les Busschaert, père et fils, ont enfin réussi à atteindre le plus haut sommet d’Europe. En 2019, il avait échoué de peu. Il était 5 h 30 du matin, le jour de la fête nationale quand les deux sportifs sont arrivés à 4 807 mètres d’altitude, au sommet du Mont-Blanc. Patrick raconte : « Nous avons commencé à monter les cent derniers mètres de dénivelé sur l’arête quand j’ai ressenti une émotion incroyable. Arrivés au sommet, nous nous sommes pris, Simon et moi, dans les bras. »

Patrick et Simon, accompagnés de Nicolas, leur guide, ont commencé leur périple deux jours avant : « Départ à 7 h 30 de la télécabine des Houches en direction de Bellevue pour le tramway du Mont-Blanc jusqu’au Nid d’Aigle à 2 372 mètres, point de départ de notre ascension. » Ils ont gravi la montagne progressivement, de refuge en refuge. La montée du Goûter, la fameuse barre rocheuse de sept cents mètres, et la traversée du couloir ont été l’un des moments les plus difficiles. Patrick se souvient : « Il y avait 700 mètres d’escalade et les cent derniers ont été délicats. » Pour un soixantenaire qui a le vertige, il s’agit d’un vrai exploit. 

Le dôme du Goûter est atteint le jour suivant et les alpinistes ont rejoint le refuge de Vallot à 4 364 mètres, mais il a fallu un mental de fer nourri par des encouragements mutuels pour parcourir les 450 derniers mètres : « On allait atteindre le Graal, plus rien ne pouvait nous arrêter. »

La préparation de l’ascension a commencé un mois avant, en montagne. « Il fallait éviter de commettre les même erreurs qu’en 2019. Nous avons décidé de nous préparer différemment, en particulier en nous acclimatant en amont à l’altitude. » Patrick est resté un mois à Chamonix, Simon à Annecy. 

Les Busschaert ne sont pas à leur premier défi. Patrick déclare : « Pour nos 60 et 30 ans respectifs, en 2019, nous avons fait le Paris-Roubaix VTT et une première tentative pour gravir le Mont-Blanc. Les fils conducteurs de nos challenges sont le partage père-fils et la recherche du plaisir en sortant de notre zone de confort. » Et ils ne comptent pas s’arrêter puisqu'ils veulent désormais s’attaquer au Mont Rose et au Mont Cervin, les sommets de l’Aoste, en Italie. 

Dernière modification le vendredi, 29/07/2022

Publié dansVie locale

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°52 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top