Villeparisis ► La Ville a signé la charte européenne de l’égalité hommes femmes dans la vie locale

Villeparisis ► La Ville a signé la charte européenne de l’égalité hommes femmes dans la vie locale

À l’occasion de la journée des droits des femmes, Villeparisis a signé la Charte européenne de l’égalité hommes femmes dans la vie locale, mardi 8 mars.

Pour la deuxième année consécutive, Villeparisis a consacré une semaine d’actions sur le thème de l’égalité femmes hommes. Pour lancer l’évènement, la Ville s’est engagée à respecter la charte européenne de l’égalité hommes femmes dans la vie locale. Frédéric Bouche, le maire, déclare : « C’est une fierté de mobiliser nos services sur la question de l’égalité femmes hommes. L’égalité, en parler, c’est bien ; agir, c’est mieux. Cette année nous agirons avec plus de force. Les inégalités ne sont pas une fatalité. Le 8 mars, pour nous, c’est toute l’année. »

Stéphanie Curcio, conseillère municipale déléguée à l’égalité des genres, rappelle : «  En France, aujourd’hui, l’écart de salaire moyen entre les femmes et les hommes à compétence égale est encore de 19,2 pour cent. Le temps supplémentaire consacré par les femmes aux tâches domestiques est encore d’une heure et demie. Une, c’est le nombre de femme qui dirige une entreprise du Cac40. La faible part de femmes expertes invitées à commenter l’actualité dans les médias est de vingt pour cent. Et la part de rues portant un nom de femme est de six pour cent. »

La conseillère municipale poursuit : « L’égalité des femmes et des hommes est un droit fondamental pour tous et constitue une valeur capitale pour la démocratie. Afin d’être pleinement accompli, ce droit ne doit pas être seulement reconnu légalement, mais il doit être effectivement exercé et concerner tous les aspects de la vie politique, économique, sociale et culturelle." 

L’équipe municipale a profité de la signature de la charte et de la journée internationale des droits des femmes pour nommer la maison des droits. Frédéric Bouche explique : « Nous avons décidé de profiter de la dénomination de la maison des droits pour lui donner le nom d’une femme. Nous souhaitons développer la démocratie participative et nous avons soumis au vote des habitants trois noms, afin qu’ils puissent choisir. Le nom qui a été retenu est celui de Jeanne Chauvin, qui est arrivé largement en tête. »

Stéphanie Curcio ajoute : « Il ne s’agit pas d’un acte symbolique, mais d’un acte politique assumé, pour contribuer à renforcer l’égalité dans notre société. »

Jeanne Chauvin, fille de notaire, a été la deuxième étudiante titulaire d’une licence de droit en 1890 et la première Française à soutenir, en 1892, son doctorat en droit, consacré à « l’étude historique des professions accessibles aux femmes ». Elle a encore été la première femme à plaider comme avocate en France, en 1901. Jeanne Chauvin a dévoué sa carrière à la cause de l’égalité dans le domaine de l’éducation ainsi que dans l’accession professionnelle privée comme publique.

Dernière modification le mardi, 29/03/2022

Publié dansVie locale

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°52 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top