Fontainebleau ► L’ONF recense tous les oiseaux de la forêt, comme à chaque printemps

Fontainebleau ► L’ONF recense tous les oiseaux de la forêt, comme à chaque printemps

 

Comme à chaque printemps depuis 2018, les ornithologues du réseau Avifaune de l’ONF parcourent le massif et y recensent tous les oiseaux. C’est un inventaire complet qui s’appuie sur 360 points d’écoute. Non spécifique, toutes les espèces font l’objet d’une attention particulière.

 

La grande étude étalée sur quatre ans vise à améliorer les connaissances sur les populations d’oiseaux : espèces présentes, abondance et répartition. En 2021, l’ONF (Office national des forêts) programme deux campagnes hebdomadaires durant la période de reproduction, au moment où les oiseaux sont les plus actifs.

Attendus à la fin de l’année, les résultats de la campagne nourriront les bases de données naturalistes de l’ONF et celle de l’Inventaire national du patrimoine naturel porté par le Museum national d’Histoire naturelle.  Ces indicateurs aideront l’ONF à mettre en place les prescriptions environnementales et les mesures conservatoires qui s’appliqueront dans la gestion forestière courante de la forêt de Fontainebleau.

Le massif forestier de Fontainebleau abrite une biodiversité remarquable, du fait, particulièrment, de ses paysages variés qui offrent refuges et nourriture à de nombreux oiseaux.

Le massif forestier de Fontainebleau abrite une biodiversitéLe massif forestier de Fontainebleau abrite une biodiversitéremarquable, du fait notamment de ses paysages variés qui offrent refuges et nourriture à de nombreux oiseaux. Chaque printemps depuis 2018, les ornithologues du réseau Avifaune de l’ONF le parcourent et y recensent tous les oiseaux. L'inventaire ne se veut pas sélectif : de la Fauvette pitchou au Gobemouche noir en passant par la Mésange charbonnière ou encore le Pouillot de Bonelli, toutes les espèces font l’objet d’une attention particulière.

C’est un suivi complet et reproductible à l’échelle du massif. L’inventaire ornithologique suit la méthode dite Indice ponctuel d’abondance. Les équipes placent des points d’écoute sur une cartographie GPS, espacés de 300 à 500 mètres les uns des autres. Sur le massif de Fontainebleau, 360 points d’écoute ont été choisis afin de représenter au mieux les différents habitats naturels : landes et pelouses sèches, peuplements forestiers jeunes ou matures, réserves biologiques,chaos rocheux. Les comptages débutent une demi-heure après le lever du soleil, puis se terminent vers 10 heures.Sur chaque point, les ornithologues relèvent pendant 20 minutes tous contacts avec les oiseaux, qu’ils soient visuels ou auditifs : chants, accouplements, parades nuptiales, tambourinages, construction de nid… Leur chant reste l’indice le plus précis pour détecter les oiseaux. Chaque espèce a le sien : excepté pour le rouge-gorge, c’est le mâle qui chante, célibataire et disponible. L’oreille aiguisée des naturalistes, fruit de plusieurs années d’entraînement, reconnaît les cris et piaillements. Une fois l’animal identifié, l’espèce et le nombre sont retranscrits sur des tableaux en vue d’établir l’évaluation statistique et géographique. Une analyse de la patrimonialité (espèces protégées ou en danger) des cortèges d’oiseaux en fonction des milieux peut alors être établie.

 


Le rougequeue à front blanc

Les résultats

 

Attendus à la fin de l’année, les résultats de la campagne nourriront les bases de données naturalistes de l’ONF et celle de l’Inventaire national du patrimoine naturel porté par le Museum national d’Histoire naturelle.Transcrits dans un rapport détaillé, les indicateurs aideront l’ONF à mettre en place les prescriptions environnementales et les mesures conservatoires qui s’appliqueront dans la gestion forestière courante. En effet, les données fournies permettent d’adapter la sylviculture en fonction des espèces présentes. Autrement dit, si telle ou telle espèce présente est considérée comme menacée, les travaux sylvicoles qui seraient planifiés intégreront toutes les données pour protéger les animaux. Certaines actions spécifiques peuvent également être mises en œuvre en faveur de ces espèces : entretien de landes à callune pour la Fauvette pitchou par exemple.

La fauvette pitchou menacée en Ile-de-France

Le petit oiseau se reproduit uniquement en milieu non boisé (landes, pelouses) ; sa reproduction devient alors impossible si le milieu se boise. D’après une étude réalisée en 2019 par les équipes del’ONF et de l’association des naturalistes de la vallée du Loing et du massif de Fontainebleau (ANVL), il ne reste aujourd’hui qu’une trentaine de couples sur le massif de Fontainebleau, ce qui représente plus de 90% de la population francilienne. La conservation des landes constitue donc une priorité forte pour la survie de l'espèce.

 

 

 

 

 

Dernière modification le mardi, 11/05/2021

Publié dansVie locale

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Abonnez-vous à la newsletter : une revue hebdo et l’agenda chaque lundi

captcha 

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°41 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top