Bussy-Saint-Georges ► [Vidéo] Budget, nuisances, aménagement, propreté : le maire est sur tous les fronts

Bussy-Saint-Georges ► [Vidéo] Budget, nuisances, aménagement, propreté : le maire est sur tous les fronts

Le maire de Bussy-Saint-Georges, Yann Dubosc, a reçu Magjournal, mardi 20 avril, pour présenter les différents sujets d’actualité de la Ville. 

Yann Dubosc est revenu sur le budget qui a été voté par le conseil municipal : « Il permettra de lancer Bussy dans une projection future. Le Covid et la baisse des dotations de l’Etat remettent en cause différents projets dans la plupart des villes en France, mais ce n’est pas le cas à Bussy puisque nous avons encore des recettes importantes et nous avons maitrisé nos dépenses. » Ainsi, l’achat de locaux pour l’association Métiss-âge va permettre d’économiser 150 000 euros de loyers par an. 

Le coût de fonctionnement de la Ville reste « important » mais les impôts locaux n’augmenteront pas. Yann Dubosc explique : «  Nous avons fait le choix de figer le taux tel qu’il était en 2017 car nous avons un budget encore fragile. En 2014, nous avions 75 millions d'euros de dette ou 85 millions de budget. Aujourd’hui, nous avons cent millions de budget pour 46 millions de dette. » La dotation globale de fonctionnement a par ailleurs disparu depuis quatre ans, avec pour conséquence, huit millions d’euros cumulés de perte. Enfin, la compensation intégrale de la suppression de la taxe d’habitation reste incertaine. « Nous touchions huit millions d’euros. La somme est compensée intégralement grâce à un coefficient correcteur mais ça reste à la main de l’Etat. Il peut remettre en cause cette compensation à tout moment. Je préfère rester prudent. » La zone d’activités de la Rucherie pourra apporter de nouvelles recettes fiscales à partir de 2024 et permettra de baisser les impôts. Le maire estime à cinq ans le temps nécessaire pour assainir les finances. 

Postes d'Atsem 

Le maire a souhaité rassurer les parents d’élèves concernant les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem). Des inquiétudes de suppression de poste avaient été émises. Yann Dubosc explique : « Nous avons actuellement une Atsem par classe en petite et moyenne section. C’est un phénomène assez unique par rapport à d’autres collectivités proches. Nous allons avoir quatre nouveaux groupes scolaires et allons devoir doubler le nombre d’Atsem. Nous devons changer l’organisation. » Les directeurs d’école auront un certain nombre d’agents qu’ils devront répartir en fonction des besoins. Un pôle d’Atsem « volant » sera créé pour compléter les absences. Le nombre d’agent sera identique. La phase de consultation a débuté dans les conseils d’école. 

Nuisances rue Jean-Monnet

Yann Dubosc a répondu aux riverains de la rue Jean-Monnet qui subissent de nombreuses nuisances et se sont plaints de la non-intervention de la police municipale. Le maire indique : « Il y a beaucoup de commerçants et depuis l’apparition du Covid, le nombre de livraisons a augmenté. Cela provoque de nombreux problèmes de stationnement et du bruit. La compétence en matière de régulation du trafic routier relève de la police nationale. La police municipale intervient pour la sécurité mais ce n’est pas elle qui va enquêter ou interpeller. » Les patrouilles de la police municipale ont été renforcées et des procès verbaux ont été dressés. 

Stockage des déchets

Le maire a apporté des précisions sur la « décharge à ciel ouvert » : « Il s’agit d’un terraindu centre technique municipal sur lequel la brigade de ramassage des dépôts sauvages stocke les encombrants en attendant qu’ils soient emmenés au Sietrem (le syndicat de traitement des ordures ménagères ). Il s’agit d’une plateforme provisoire, nettoyée de façon régulière. Il n’y a pas de risque de pollution. » La quantité de déchets ramassés est passée en quatre ans de six cents à mille huit cents tonnes. « Ce n’est donc pas une décharge, c’est une plateforme de stockage.» Yann Dubosc annonce, par ailleurs,  une modification du plan local d’urbanisme pour accueillir une déchèterie verte. 

Ferme du Génitoy

Le projet de la Ferme du Génitoy pourrait prochainement se poursuivre. L’ancien permis de construire est devenu caduque et la société chargée de la réhabilitation du site a dû faire une nouvelle demande. Le maire précise : « Le nouveau permis est réalisé en accord avec les architectes de France. La phase de travaux devrait commencer cette année. » La partie ancienne sera réhabilitée et la partie neuve sera construite avec de nouveaux logements. 

 

 

 

 

 

 

Dernière modification le jeudi, 29/04/2021

Publié dansVie locale

3 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°37 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top