Dammartin en Goële  ► Le conseil municipal perturbé par les échanges entre le maire et son prédécesseur

Dammartin en Goële  ► Le conseil municipal perturbé par les échanges entre le maire et son prédécesseur

Le ton des échanges entre le maire de Dammartin-en-Goële, Michel Dutruge, et son opposant, Stéphane Jabut, promet une campagne pour les élections municipales animée. Lors du conseil, mardi 19 novembre, les attaques réciproques, les coupures de paroles, des micros au fonctionnement déficient, n'ont pas rendu les débats bien compréhensibles. 

Au conseil municipal de mardi, Il s’agissait de débattre sur des sujets techniquement compliqués comprenant l’urbanisme, dont on sait qu’il est un sujet sensible qui préoccupe les habitants, particulièrement en ce qui concerne la zone d’aménagement concertée (Zac)  de la Folle Emprince et les lotissements qui doivent remplacer le bois du Petits Puits, dernier espace boisé de la commune (voir notre article).

L’urbanisme, objet de toutes les discordes

La ZAC de la Folle Emprise a été crée en 2005. Il a accusé le maire actuel d’avoir modifié le PLU. Ce dernier a répondu : « Ce n’est pas vrai, on n’a pas modifié le PLU. On a supprimé la salle de spectacle et le plan de masse a été modifié en 2014 car on a supprimé la construction de trente-trois logements prévus dans le parc de la Cordie. Dès que nous sommes arrivés au pouvoir, on a essayé d’arrêter la ZAC de la Folle Emprise, mais on ne pouvait pas vu le dédommagement qu’on aurait dû verser et l'état des finances que vous nous aviez laissé ». 

Sylvain Messiaen, conseiller municipal d’opposition, a interpellé le maire à ce sujet : « L’ensemble des parcelles n’ont pas été expliquées au conseil municipal. Nous avons vu des parcelles numérotées AP quelque chose, avec des appellations comme le Pré d’Othis. Le Pré d’Othis, à priori, ça avait l’air d’être proche d’Othis. Manque de pot, la désignation, c’est celle des parcelles AP qui sont sur le bois du Petit Puits. Monsieur Jabut a généré un désordre complet dans l’urbanisme de Dammartin avec la création de la ZAC. Est-ce que vous pouvez, en tant que maire, empêcher la construction des trente-trois logements qui ont été déplacés ? Est-ce que vous êtes prêt à aller voir l’aménageur, Nexity, pour empêcher la destruction de deux hectares de bois qui sont, dans le PLU de  2003, considérés comme des espaces à protéger ? »

Le maire a répondu : « J’espère qu’il ne vous a pas échappé que j’ai stoppé les travaux. On doit aller voir l'aménageur, mais je ne sais pas dans quel esprit il est. C’est du privé. Une parcelle, c’est 150 000 € en moyenne ».

"Le bal des crapules »

Stéphane Jabut avait préparé une intervention qu’il n’a pas pu lire, celle-ci étant, selon le maire, un acte de campagne électorale. Sur l'intervention de l'ancien maire, on peut y lire : « Le premier bilan de zone d’aménagement concerté de la Folle Emprise pendant votre mandat est édifiant. Les bénéfices de Nexity, l’aménageur, sont passés de quatreà quatorze millions d’euros et ça, il faudra l’assumer ». On peut lire aussi : « La majorité municipale que vous représentez, avec les démissions, les absents et les groupuscules, a beaucoup de comptes à rendre. Nous avons toujours dénoncé, tout au long de ce mandat, vos improvisations, vos incohérences, votre manque de vision de prospective, vos approximations budgétaires et financières… »

A la fin du conseil, le maire a annoncé les prochaines manifestations à Dammartin, dont une pièce de théâtre et a ponctué : « Théâtre : « Le bal des crapules », Villa de Gesvres, à 20 h 30. Vous êtes invité gratuitement, monsieur Jabut ».

 

 

 

 

 

Dernière modification le lundi, 02/12/2019

Publié dansVie locale

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Feuilleter le mensuel

Magjournal 77 - Mensuel N°25 - Avril 2020
 
 

Le mensuel n°25 : les solutions des jeux

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.