Dammartin-en-Goële ► Municipales : l'association Vivre Dammartin a lancé son premier atelier participatif sur le thème de l'école

Dammartin-en-Goële ► Municipales : l'association Vivre Dammartin a lancé son premier atelier participatif sur le thème de l'école

 

Le premier atelier participatif sur le thème de l’école, proposé par l'association Vivre Dammartin créée par les conseillers municipaux Sylvain Messiaen et Pierre Bennet, s’est déroulé, mercredi 6 novembre, à la Villa de Gresves à Dammartin-en-Goële. 

L’atelier a réuni, selon les organisateurs, cinquante participants parmi lesquels des enseignants et parents d’élèves. Sylvain Messiaen, candidat aux élections municipales et co-organisateur de la réunion, détaille : « La première partie présentait les acteurs de l'Education nationale et leur rôle, puis un diagnostic de la situation locale a été dressé. En deuxième partie, nous avons lancé un débat sur le thème de l’école et de la scolarité à Dammartin. Chacun a pu s’exprimer à travers l’utilisation de post-it qui ont été affichés.  Les participants ont échangé de manière constructive sur tous les thèmes abordés»

Pierre Bennet, l'autre organisateur de l’événement, déclare : « Pour nous l’école est une priorité absolue. S’occuper des écoles est une mission obligatoire pour un maire et le compte n’y est pas ». Le conseiller municipal affirme :  « Les écoles élémentaire et maternelle du Verger ont été abandonnées par l’ancien maire, Stéphane Jabut, et Il faudra reconstruire au minimum dix-sept classes ». L’opération a été estimée à six millions d’euros alors que « les besoins explosent dans les écoles de l’Eau Bonne et du Petit-Prince ». 

Les deux élus critiquent aussi « le manque d’anticipation et l’absence de décision » du maire actuel, Michel Dutruge » : « Les classes sont surchargées en primaire et au collège. Des enfants du nouveau quartier doivent prendre le bus pour aller dans les écoles d’Henri Dunant et de l’Eau Bonne ». Selon Sylvain Messiaen, la journée scolaire serait ainsi, « allongée de plus d’une heure chaque jour » et cela coûterait à la commune vingt-cinq mille euros supplémentaires par an.

Les organisateurs ont prévu d’autres ateliers sur des sujets concernant l’urbanisme, la circulation, l’environnement et le cadre de vie. 

 

 

 

 

Dernière modification le vendredi, 15/11/2019

Publié dans Vie locale

Laissez un commentaire

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.