Lagny-sur-Marne ► Enseignants et parents d’élèves manifestent contre la loi Blanquer : la contestation s'étend

Un cortège d’enseignants, personnels et parents d’élèves des collèges et écoles de Lagny et des communes voisines, regroupant cent quatre-vingts personnes, est parti de la place de la Fontaine pour se rendre à l’inspection académique départementale, rue Paul Bert, à Lagny-sur-Marne, lundi 1er avril.

Les manifestants protestaient contre les dispositions de la loi « pour l’école de la confiance », dite loi Blanquer, votée le 19 février. Jacques* du syndicat SNUipp-FSU explique : « La loi prévoit de supprimer des postes. On regroupe les écoles maternelles et primaires avec les collèges. Le principal du collège sera responsable du nouvel établissement, allant de la petite section de maternelle à la troisième, et un principal adjoint sera le directeur du primaire. Ceux qui sont aujourd’hui directeurs d’école retourneront dans leur classe. Le regroupement peut chevaucher plusieurs communes : par exemple un seul établissement regrouperait le collège du Moulin à Vent de Thorigny et les écoles primaires et maternelles de Dampmart, Pomponne et Thorigny ».

L’inspectrice d’académie a reçu quatre représentants des manifestants. A leur sortie, l'un d'eux a déclaré : « Nous avons été écoutés et nos revendications vont être transmises. Nous avons insisté sur le fait que nous représentons plusieurs communes et établissements, au-delà des syndicats ».

Les actions se répètent

Des manifestations ont aussi eu lieu devant les collèges du Moulin à Vent de Thorigny-sur-Marne et des 4 Arpents de Lagny, jeudi 4 avril. François*, professeur à Thorigny, déclare : « Nous avons demandé à la DSDEN 77 (direction des services départementaux de l’Education nationale)  de Melun de revoir nos moyens à la hausse, ce qui sous-entend de garder les 32 heures qui nous ont été enlevées et de récupérer une division qui a été supprimée au niveau troisième. Compte-tenu de la physionomie de l’établissement, notamment du grand nombre de demi-pensionnaires, nous demandons  un surveillant de plus, ou au moins un demi poste de CPE. En ce qui concerne les effectifs, alors qu’au niveau quatrième on était à 24-25 élèves par classe, on va passer autour de vingt-neuf, sachant qu’au niveau surface, on a beaucoup de petites classes. L'établissement a été conçu une l’époque où il y avait beaucoup de demi-groupes. Dans des salles prévues pour accueillir vingt élèves, on en met maintenant trente ».

Dans une lettre adressée à Valérie Debuchy, directrice académique des services départementaux de l’Education nationale, les enseignants dénoncent la dotation horaire globale du collège du Moulin à Vent pour 2018-2019 et déclarent : « Le passage à des effectifs approchant ou atteignant les trente élèves par classe obère lourdement nos efforts et nos succès pour offrir à des élèves de tous horizons et de tous niveaux scolaires des conditions égales de réussite ».

Le SNUipp-FSU dénonce la volonté de limiter la liberté d’expression des enseignants, l’obligation pour les collectivités de participer, dès 2019, aux dépenses des écoles maternelles privées sous contrat, la création de gros établissements, la fin de l’évaluation indépendante et son remplacement par un conseil d’évaluation de l’école dont dix membres sur quatorze seront choisis par le ministre.

Les personnels des établissements scolaires de Lagny et des communes voisines ont fondé le collectif « La Vallée Se Soulève » à suivre sur Facebook.

* les prénoms ont été changés.

 

 

 

 

Publié dans Vie locale

Laissez un commentaire

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.