Villeparisis ► Dictée : cent cinq participants se sont mesurés à la langue française

L’école primaire Anatole-France de Villeparisis a exceptionnellement ouvert ses portes, samedi 23 mars, aux cent cinq participants venus se mesurer à la langue française. En famille ou entre amis, ils se sont réunis autour d’une dictée extraite d’un livre de Romain Gary. 

Les amateurs de la langue française, de 8 à 80 ans, se sont retrouvés en famille ou entre amis, à Villeparisis, pour se défier les uns les autres autour d’une dictée sur un texte de Romain Gary, intitulé "Les vieilles choses". La dictée, parfois redoutée, a pourtant rassemblé cent cinq participants, un chiffre en progression selon les organisateurs : il s’agit en effet du double par rapport à l’année précédente.

À la fin, chacun a reçu son certificat de dictée et un petit cadeau de la municipalité. Hervé Touguet, le maire de Villeparisis, avoue, sur le ton de la plaisanterie : « Moi, j’ai zéro faute, mais j’ai triché sur ma voisine ». D’autres ont eu un score un peu plus mitigé : « J’ai fait onze fautes » a dit en grimaçant Angélique, élève en sixième. 

La dictée, un  prétexte de rassemblement familial

Hervé Touguet a souhaité, pour la quatrième année, mettre en valeur la communication entre les membres d’une famille : « L’idée, c’est de trouver des prétextes pour que les gens passent des moments ensemble, en dehors de tous les jeux vidéos. Et franchement, ça marche bien ». Parents et enfants ont partagé un bon moment : « C’était trop bien ! » se sont exclamés Ilann et Elena, tous deux élèves en CE2 et CM2. Leur papa, Lyes, a été du même avis : « Il s’agit de notre première participation, mais si ça se refait l’année prochaine, c’est sûr qu’on reviendra ». Charline, la maman d’Angélique, a aussi apprécié le concept : « J’ai trouvé l’idée sympathique de faire une petite activité entre filles et je trouve important de montrer aux enfants que c’est indispensable de maîtriser la langue française ». La dictée a donc fait des heureux. 

Le texte de la dictée : entraînez-vous
Les vieilles choses (de Romain Gary)

Les granges, que les locataires avaient utilisées comme garde-meubles, étaient pleines de valises que j'ouvrais délicatement en faisant jouer la serrure ; elles déversaient sur le sol toute une vie étrange d'objets vieillots et démodés parmi lesquels je passais des heures merveilleuses : chaque chapeau, chaque soulier, chaque coffret de boutons et de médailles me parlait d'un monde mystérieux et inconnu, le monde des autres...

Je demeurais assis sur la terre nue, le derrière glacé, à rêver devant les vieux livres, les montres cassées, les bouquets de fleurs artificielles, les habits de soirée, les vieux gants comme des mains oubliées... J'essayais d'imaginer la vie, les joies et les douleurs de ces gens à qui avaient appartenu ces objets qu'ils avaient aimés et qui, maintenant, gisaient, abandonnés...

 

 

 

 

Publié dansVie locale

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Programme TV

L'agenda

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°27 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.