Saint-Soupplets ► Transport scolaire : l'accompagnatrice supprimée, les parents en colère

L'accompagnatrice dans le bus scolaire qui effectue les navettes entre Saint-Soupplets et les villages du regroupement pédagogique, Forfry et Gesvres-le-Chapitre, a été supprimée. Mardi 4 septembre, les parents des élèves concernés ont exprimé leur colère. Ils refusent les conditions de transport pour leurs enfants, dont certains sont en maternelle.

Ils sont hauts comme trois pommes et doivent prendre le bus sans accompagnatrice. C'est la surprise de la rentrée pour les parents des élèves de maternelle et de primaire qui habitent à Forfry et à Gesvres-le-Chapitre et vont à l'école à Saint-Soupplets : l'accompagnatrice qui s'occupait des enfants depuis plusieurs années a disparu. Jessica Dervin, de l'association des parents d'élèves (APE), à Forfry, ne sait pas par quel bout prendre le problème ni à qui s'adresser pour trouver une solution car elle n'envisage pas que les écoliers, dont sa fille de 8 ans, mais surtout les petits de 4 ans, voire moins, prennent le bus non accompagnés. Elle explique : "Nous nous sommes adressés au transporteur, Marne-et-Morin, qui a dit que ce n'était pas de son ressort. On a appelé le Conseil départemental qui nous a renvoyé sur la mairie. On a vu le maire de Forfry qui nous renvoyés sur la mairie de Saint-Soupplets. On a appelé Saint-Soupplets où on nous a répondu que 'ça ne les regardait pas et qu'ils étaient dans leur droit'. On attend un rendez-vous avec le maire ou son adjoint aux affaires scolaires".

La mère de famille n'arrive pas à comprendre pourquoi l'accompagnatrice n'existe plus ni pourquoi il est si difficile de se faire entendre.

Contacté par Magjournal, ce matin, le maire de Saint-Soupplets, Stéphane Devauchelle, indique : "Le transport scolaire est assuré par le Département. En passant à la semaine de quatre jours, l'amplitude horaire est plus conséquente et le Département ne veut pas payer plus. Son budget pour le transport scolaire est fixe. C'est un problème d'horaires de travail pour l'accompagnatrice que le Département devrait payer davantage cette année, en raison du changement des rythmes scolaires. S'il est vrai que la sécurité des enfants est à la charge du transporteur [NDLR : du Département qui missionne le transporteur, Marne-et-Morin], il n'en reste pas moins que nous devons faire preuve de discernement. Je suis actuellement en train de voir, avec mon adjoint, Philippe Hospice, ce qu'on peut faire pour régler au mieux la situation et que tout le monde y trouve son compte... C'est sûr que si mes enfants, à cet âge-là, avait dû prendre le bus seuls, je n'aurais sans doute pas été d'accord".

Jessica et les autres parents attendent avec impatience qu'une solution leur soit apportée. En attendant, elle n'a pas envoyé sa fille à l'école, tout comme la maman du plus jeune élève de Forfry, un "moins de 4 ans". Elle reconnaît évidemment que ce n'est pas au chauffeur du bus non plus de prendre la sécurité des enfants en charge ; cependant, comme elle le raconte, "celui du matin nous comprend et il aide les petits à monter et à s'attacher". Cependant, ce qui inquiète la mère de famille peut-être encore plus, ce sont les arrêts où les enfants doivent descendre car "le chauffeur du soir ne s'en occupe pas, et les parents comprennent que ce n'est pas à lui de le faire". Jessica insite : "On imagine, par exemple à l'hiver, quand ils vont descendre du bus et qu'il fera nuit... ou quand ils vont arriver à l'école et que celle-ci ne sera pas encore ouverte..."

En attendant, le maire de la plus grande commune du RPI s'empresse de trouver une solution.

 

 

 

Publié dansVie locale

1 Commentaire

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Programme TV

L'agenda

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°28 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.