Saint-Pathus ► On a retrouvé les petites filles du capitaine Florimond Leuridan

Anne-Christine et Véronique, les petites filles de Florimond Leuridan, le chef de la résistance à Saint-Pathus, ont été retrouvées et elles ont pu dévoiler, samedi 23 juin, la plaque commémorative en l’honneur de leur grand-père.

La famille du « Capitaine Fl o» habite désormais dans la région de Lille. Elle a pu été contactée après un travail de recherche qu’a effectué Marielle Michiels, adjointe au maire de Saint-Pathus. Les petites filles de l’ancien chef de l’antenne de la résistance à Saint-Pathus confient : « On connaît désormais un peu plus de la vie de notre grand-père. On avait juste une photo. Désormais, on a bouclé le chemin de sa vie. On savait seulement qu’il avait vécu à Saint-Pathus et qu'il avait été fusillé par les Allemands pendant la guerre, mais notre famille avait du mal à en parler. C’était difficile pour notre grand-mère qui n’a jamais pu en dire un mot». Quant à leur père, le fils unique du capitaine Florimond Leuridan, il avait 15 ans lors de la mort de son père. "Il le connaissait à peine".

Les petites filles sont revenues pour l’inauguration du pôle culturel de Saint-Pathus. La salle de spectacle porte désormais le nom de leur grand-père. « Nous n’étions venues juste une ou deux fois à Saint-Pathus voir son nom sur le monument aux morts » précise Anne-Christine.

Un travail de recherche d'un an et demi

Le travail de recherche a duré plus d’un an et demi. Marielle Michiels explique : « J’ai été contactée par Robert Pezant, un historien du musée de la Grande Guerre qui cherchait la tombe du capitaine Leuridan à Saint-Pathus. Pourtant, il n’a pas de tombe à St Pathus ». Les petites-filles révèlent : « Notre grand-mère a fait transférer la sépulture de son mari lorsqu’elle a déménagé à Mouvaux ». L’élue a joint la mairie de naissance du capitaine Leuridan en Belgique et grâce à l’état civil et à un généalogiste, elle a pu finalement trouver ses petites filles sur Facebook, puis les joindre par téléphone.

Marielle Michiels précise : « On commémore chaque année le capitaine Leuridan. Retrouver ses descendants est un aboutissement incroyable. Maintenant, les habitants sauront qui était le capitaine Leuridan ».

Le contact noué a apporté des pièces manquantes au puzzle de la vie du héros arrêté par les Allemands le 26 août 1944 avec quelques membres du bataillon Charles Hildevert, puis fusillé à Crégy-lès-Meaux le même jour.  Son corps n’a été retrouvé puis identifié qu’une année plus tard.

 

 

Publié dansVie locale

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Programme TV

L'agenda

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°28 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.