Saint-Pathus ► On a retrouvé les petites filles du capitaine Florimond Leuridan

Anne-Christine et Véronique, les petites filles de Florimond Leuridan, le chef de la résistance à Saint-Pathus, ont été retrouvées et elles ont pu dévoiler, samedi 23 juin, la plaque commémorative en l’honneur de leur grand-père.

La famille du « Capitaine Fl o» habite désormais dans la région de Lille. Elle a pu été contactée après un travail de recherche qu’a effectué Marielle Michiels, adjointe au maire de Saint-Pathus. Les petites filles de l’ancien chef de l’antenne de la résistance à Saint-Pathus confient : « On connaît désormais un peu plus de la vie de notre grand-père. On avait juste une photo. Désormais, on a bouclé le chemin de sa vie. On savait seulement qu’il avait vécu à Saint-Pathus et qu'il avait été fusillé par les Allemands pendant la guerre, mais notre famille avait du mal à en parler. C’était difficile pour notre grand-mère qui n’a jamais pu en dire un mot». Quant à leur père, le fils unique du capitaine Florimond Leuridan, il avait 15 ans lors de la mort de son père. "Il le connaissait à peine".

Les petites filles sont revenues pour l’inauguration du pôle culturel de Saint-Pathus. La salle de spectacle porte désormais le nom de leur grand-père. « Nous n’étions venues juste une ou deux fois à Saint-Pathus voir son nom sur le monument aux morts » précise Anne-Christine.

Un travail de recherche d'un an et demi

Le travail de recherche a duré plus d’un an et demi. Marielle Michiels explique : « J’ai été contactée par Robert Pezant, un historien du musée de la Grande Guerre qui cherchait la tombe du capitaine Leuridan à Saint-Pathus. Pourtant, il n’a pas de tombe à St Pathus ». Les petites-filles révèlent : « Notre grand-mère a fait transférer la sépulture de son mari lorsqu’elle a déménagé à Mouvaux ». L’élue a joint la mairie de naissance du capitaine Leuridan en Belgique et grâce à l’état civil et à un généalogiste, elle a pu finalement trouver ses petites filles sur Facebook, puis les joindre par téléphone.

Marielle Michiels précise : « On commémore chaque année le capitaine Leuridan. Retrouver ses descendants est un aboutissement incroyable. Maintenant, les habitants sauront qui était le capitaine Leuridan ».

Le contact noué a apporté des pièces manquantes au puzzle de la vie du héros arrêté par les Allemands le 26 août 1944 avec quelques membres du bataillon Charles Hildevert, puis fusillé à Crégy-lès-Meaux le même jour.  Son corps n’a été retrouvé puis identifié qu’une année plus tard.

 
 

Publié dansVie locale

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°40 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top