Mitry-Mory ► La Ville veut créer un centre municipal de santé pour 2019 : l'étude du projet a été votée

Le conseil municipal de Mitry-Mory a voté, mardi 29 mai, pour une étude en vue d’ouvrir un centre municipal de santé à Mitry-Mory l'année prochaine. Celle-ci n'a pas recueilli l'approbation des élus d'opposition UDI, qui veulent "plus d'informations sur le projet".

Pour enrayer la désertification médicale, la Ville souhaite se doter d’un centre municipal de santé qui accueillera des généralistes salariés par la municipalité.

Sylvain Bernard, conseiller municipal pour la santé et le handicap, a présenté le projet, mardi soir, aux élus : « Son financement sera assuré par les actes médicaux perçus directement par la collectivité. En concertation avec les professionnels de santé déjà en exercice sur la ville, il permettra de développer une offre médicale, non pas concurrente mais complémentaire à l’offre de santé du secteur libéral. Il permettra aux Mitryens d’avoir accès à la médecine générale de premier recours et à chaque patient, qui le souhaite, d’avoir un médecin traitant référent ».

Pour justifier l’initiative, l’élu pointe un déficit de certains spécialistes (pédiatre, gynécologue), des conditions d’exercice qui se dégradent, des délais de rendez-vous qui s’allongent et des patients qui ne trouvent pas de praticiens. « La commune est d’ailleurs classée depuis février 2018 comme une zone d’intervention prioritaire par l’ARS [Ndlr : Agence régionale de santé] » poursuit-il.

Situé dans le quartier de la Reneuse

Le centre de santé sera localisé au sein du cabinet médical déjà aménagé de la Reneuse. Il disposera d'une antenne aux Acacias, un quartier qui, aujourd'hui, ne compte plus de généraliste. Pour accompagner le projet et bénéficier de conseils, l’équipe majoritaire propose d’adhérer à la FNCE (Fédération nationale des centres de santé). Compétente dans le domaine, elle existe depuis 1954 et rassemble des communes, associations et organismes mutualistes.

Le groupe socialiste veut de la transparence

Claire Kahn a pris la parole au nom du groupe socialiste : « Il faut que la création s’accompagne d’un suivi financier et technique pointu. Le centre municipal de santé devra à terme trouver son équilibre budgétaire et financier pour ne pas grever le budget communal. Nous soutenons sa création, mais resterons vigilants à chaque étape du projet afin d’évaluer la dépense publique au service de tous ».

Pour septembre 2019

Le maire, Charlotte Blandiot-Faride, prévoit une ouverture en septembre 2019 : « Pour l’instant, tout le travail consiste à établir un diagnostic de santé et c’est pour ça qu’un chargé de mission a été recruté. La première des carences porte sur la question des généralistes, qui ne cessent de décroître sur la commune ».

Laurent Prugneau, élu d’opposition UDI, s’est inquiété "d’un déficit du centre de santé qui pourrait engendrer des suppressions de services pour la commune voire une augmentation des impôts pour les Mitryens ».

« Tout service public fait partie du budget de la commune car elle doit veiller à l’équilibre de ses structures » a rétorqué le maire. « Les habitants nous interrogent sur notre action en faveur des médecins sur Mitry et, personnellement, je préfère que mes impôts passent dans la santé plutôt que dans d’autres domaines » est intervenu Luc Marion, adjoint au maire pour le logement et l’habitat.

L'opposition divisée sur le projet

La délibération a été votée à la majorité, les quatre élus UDI s’étant abstenus. « Ce n’est pas une étude que l’on doit approuver, mais la création d’un centre de santé. Or, on ne peut pas voter la création d'un nouvel équipement public, quel qu'il soit, sans une étude préalable comprenant les modalités, le fonctionnement, le recrutement et le budget » a soutenu Laurent Prugneau. Philippe Laloue, élu d'opposition LR, s'est déclaré quant à lui favorable au projet.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="84205,84199,84204"]

 

 

Publié dans Vie locale

Laissez un commentaire

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.