Thorigny-sur-Marne ► Graines et plantes se sont échangées au troc vert du "Jardin Déborde"

 

Le troc de vert de l'association « Le Jardin Déborde » s'est tenu,  samedi 28 avril, à Thorigny-sur-Marne. Les visiteurs ont apporté leurs graines, plantes ou boutures et sont repartis avec celles des autres.

La présidente de l'association, Marie Ehlinger, explique : « Le principe est simple : les gens viennent avec des plantes ou des graines, ou bien sans, et prennent ce dont ils ont envie. Il s’agit d’un troc, il n’y a aucune circulation d’argent ».

Les graines et les plants étaient à disposition et des membres de l’association donnaient des explications quand il s’agissait de spécimens peu connus, comme cette année, la courge de Siam qui a eu beaucoup de succès. Le troc vert est surtout fréquenté par des habitués et l’information se fait par les réseaux sociaux et par courriels, mais il ne demande pas mieux que d’accueillir de nouveaux amateurs de cultures et produits naturels. D'ailleurs, au Jardin Déborde, la production est entièrement biologique et la culture se fait manuellement.

Les jardiniers champions de la récup'

Le jardin, créé en 2012, se trouve sur un terrain situé rue des Bordes à Thorigny, concédé à titre précaire par la région Ile-de-France. Il n’est ni viabilisé ni relié au réseau d’électricité et les jardiniers y sont des champions de la récupération : l’arrosage se fait avec de l’eau de pluie, le compost avec les produits locaux, y compris ceux produits par les toilettes sèches qui ont été installées cette année.

L'association

L’association compte quinze membres qui paient une cotisation annuelle de vingt euros par famille. La cotisation, seule ressource financière de l’association qui n’est pas subventionnée, sert à l'achat de l’outillage. Les parcelles sont cultivées en commun et chacun prend ce dont il a besoin.

Le Jardin Déborde comprend également un poulailler dont les poules courent dans un espace réservé, et un rucher. Plusieurs essaims sont morts car si les plantes du jardin ne sont traitées par aucun produit chimique, il n’en va pas de même partout et les abeilles vont butiner où bon leur semble.

Les jardiniers se lancent cette année dans la culture du houblon pour un producteur local de bière.

[gallery type="slideshow" size="full" ids="81424,81423,81422,81425"]

Publié dansVie locale

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°39 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top