Villeparisis ► Des habitants manifestent contre l’extension du site d’enfouissement des déchets

[Vidéo]

Une manifestation s'est déroulée samedi 20 janvier, place François-Mitterrand à Villeparisis. Une soixantaine d'habitants se sont rassemblés pour faire entendre leur mécontentement au sujet la décision du maire d’agrandir de six hectares le site des déchets et de prolonger jusqu’en 2026 l’activité de la société Suez-Minerals (ex-Sita FD), spécialisée dans leur traitement.

La motion votée par la majorité municipale lors du conseil du 22 novembre ne passe décidément pas. Elle vise à modifier le PLU (Plan local d’urbanisme) pour qu’il soit conforme à l’arrêté préfectoral autorisant le traitement des déchets, dont une partie du site, classé ISDD (Installation de stockage des déchets dangereux), est sur le territoire Villeparisis.

Un projet jugé néfaste pour la santé

La mobilisation était initiée par des associations locales, comme l'ADCV (Association de défense des contribuables villeparisiens) et Villeparisis pour tous. Selon ses organisateurs, elle se voulait apolitique et ouverte à tous. « Villeparisis n’est pas la poubelle des déchets dangereux de l’Ile-de-France » lance Christine Ginguené, élue d’opposition PCF. Frédéric Bouche, porte-parole du collectif Villeparisis avec vous, ajoute : « Chaque année, ce sont environ 180 000 tonnes de déchets qui sont enfouis sur le site classé Seveso. Il est à cheval sur Villeparisis et Courtry et fonctionne depuis 1977 : quarante ans de déchets, ça suffit ! Le maire de Courtry a dit stop, mais notre maire accepte de recevoir encore davantage de résidus dangereux pour notre santé ».

Lors du vote de la motion, Hervé Touguet avait rappelé l’ensemble des obligations de mesures et contrôles auxquelles l’entreprise était soumise. Il avait également évoqué la redevance de 370 000 euros et la taxe foncière de 400 000 euros versées annuellement à la commune, sans compter les emplois liés à son activité : cinquante directs et vingt induits.

Un recours contre la délibération

« Nous avions demandé au maire qu’il consulte la population par référendum, mais il a refusé » lâche Michèle Pélabère, élue d’opposition PS. Les manifestants ont reçu le soutien de Marianne Margaté, conseillère départementale PCF. Samedi matin, ils ont appelé les habitants à signer un recours gracieux contre la délibération prise par le maire et promettent de rester vigilants sur la suite du dossier.

Le maire réagit

Au même moment, Hervé Touguet inaugurait la fresque de l’artiste Morgan Charlery, à la Maison pour tous Jacques-Marguin. Contacté par Magjournal, il justifie sa décision : « Au départ, il s'agit d'un problème d'urbanisme correspondant au changement de classement de la zone du PLU où est situé le site de Suez. Le conseil municipal a décidé de lancer cette procédure d'urbanisme. En parallèle, Suez souhaite faire une demande de prolongation de son activité de six ans au titre des installations classées. Le site a été ouvert en 1977 avec l'avis favorable du conseil municipal de l'époque, communiste et socialiste, et il a accueilli depuis, dans un premier temps des ordures ménagères et des déchets industriels. Il s'est ensuite spécialisé dans l'accueil et le traitement de déchets dits dangereux. On peut considérer qu'il est préférable qu'un tel site poursuive son activité et soit mieux encadré et contrôlé plutôt qu'abandonné ».

 

Publié dans Vie locale

2 Commentaires

  • benvoyon

    Posté par benvoyon

    mardi, 23/01/2018

    ben voyons, une manifestation a politique avec des banderoles du PCF (denrée rare aujourd'hui), et le responsable de villeparisis avec vous, socialiste et des amis de la rose. Des fois, il faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles. Qu'ont ils donc fait eux durant 3 mandats contre cette décharge autorisée par leurs pairs en 1977 ? Rien.
    En plus on ne voit tout au plus que 30 personnes maxi, pas du tout les chiffres lus ici et là.
    les tudes de la driee et de la criirad prouvent qu'il n'y a pas de dangers pour la santé.
    Et qui paiera alors les 370 + 40000 euros qui manqueraient ? ben les villeparisiens, en augmentant nettement les impôts locaux. Ah zut, l'ADCV ne dit rien là dessus. Qui se moque de qui réellement ??????

    Rapporter
  • benvoyons

    Posté par benvoyons

    mardi, 23/01/2018

    bons chiffres :
    la redevance de 370 000 euros et la taxe foncière de 400 000 euros versées annuellement à la commune, sans compter les emplois liés à son activité : cinquante directs et vingt induits.
    Le PCF ne défend pas ces salariés ? pourquoi?

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.