Saint-Pathus / Lagny-le-Sec ► [Vidéo] Les habitants rendent hommage à Tina, tuée sur la RN330

Les habitants de Lagny-le-Sec et de Saint-Pathus ont marché pour Tina, dimanche 1er octobre. Ils ont rendu hommage à la conductrice, employée comme Atsem à l'école, décédée dans un accident de voiture au carrefour de la route nationale RN 330 et de la D9E1.

Les habitants rendent hommage à Tina, tuée sur la RN330du matin, alors qu'elle tentait de franchir le stop au bout de la D9E1 pour traverser la RN 330 et se rendre à Saint-Pathus. Les habitants de Lagny-le-Sec, commune où elle travaillait, et ceux de Saint-Pathus ont organisé un défilé silencieux de la mairie de Lagny jusqu'au lieu de l'accident. Dimanche, des centaines de personnes sont venues marcher, bouquet de fleurs à la main.

Dans la foule, on pouvait voir de nombreux enfants. Tina, âgée de 55 ans, était Atsem (agent spécialisé des écoles maternelles). "Elle était vraiment appréciée des élèves" se souvient Audrey, une des habitantes de Lagny-le-Sec à l'initiative du rassemblement. "Ils ont voulu lui offrir un dessin ou une peluche pour lui dire au revoir. Les enfants sont sûrement les plus touchés" précise une collègue de la victime.

Pendant le rassemblement, la colère était palpable mais contenue "Pour le moment nous sommes dans le recueillement ; viendra ensuite la mobilisation pour demander aux pouvoirs publics d'agir" a prévenu Audrey. Une autre manifestation "moins silencieuse" devrait avoir lieu rapidement.

Le stop et le "faux rond-point" pointés du doigt

Les habitants pointent la dangerosité du stop et du faux "rond-point". Pour se rendre à Saint-Pathus en venant du Plessis-Belleville, les automobilistes doivent emprunter une petite bretelle, s'arrêter à un stop et traverser la route nationale. "La limitation à 70 km/h n'est presque jamais respectée" remarque Didier Doucet, le maire de Lagny-le-Sec.

Deux accidents avec de graves conséquences  s'y sont déroulés les deux dernières semaines, le deuxième qui a concerné un motard, a eu lieu quelques jours après le décès de Tina, dimanche 24 septembre. José, un habitant de Oissery, a eu un léger accident, il y a trois ans, au même endroit. Il raconte : "La voiture devant moi s'est élancée après l'arrêt au stop mais a freiné d'un coup. Derrière, je n'ai pas eu le temps de freiner et j'ai heurté son pare-choc". L'automobiliste préfère désormais continuer sur la route nationale jusqu'à la route de Marchémoret qui dispose d’une bretelle pour tourner à gauche.

Une route "à cheval sur deux départements"

Les habitants de Saint-Pathus se sont aussi mobilisés. "L'essentiel du trafic au stop vient de Saint-Pathus" explique Jean-Benoït Pinturier, le maire. Les élus des deux communes dénoncent les incohérences administratives. "La route nationale est gérée par la Dirif (Direction des routes d'Ile-de-France), mais ce tronçon est dans l'Oise. Nous sommes à cheval entre deux régions et deux départements" indique Benoît Pinthurier.

Lundi 11 septembre, à quelques kilomètres de la nationale, à Saint-Soupplets, des élus et des habitants avait déjà organisé une manifestation pour demander des travaux de rénovation de la RN 330 (relire notre article).

[gallery type="slideshow" size="full" ids="62839,62837,62838,62841,62835,62842,62840,62836"]
 
 
 

Publié dansVie locale

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°38 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top