Torcy ► Fermeture de la mosquée : l'imam est prof au lycée Jean-Moulin

L'imam de la mosquée Rahma, démantelée à Torcy, enseigne les mathématiques dans la même ville, au lycée Jean-Moulin. Le professeur ne fera pas la rentrée ce matin. Il a été suspendu par l'Education nationale pour quatre mois.

La sanction est tombée mercredi 12 avril pour l'imam : Abdelali Bouhnik, professeur de mathématiques, soupçonné de "prosélytisme" par le  ministère de l'Intérieur, a été mis "à pied à titre conservatoire".  L'enseignant aurait cherché à "avoir une influence" sur des élèves de confession musulmane "en tentant de s'imposer comme interlocuteur exclusif et de s'immiscer dans leur vie privée". L'intéressé dément les accusations et se défend : "Ma matière n'a rien à voir avec la religion, et puis je n'ai pas le temps pour discuter d'autres choses que des maths".

L'enseignant, titularisé en septembre 2005, aurait également fait l'objet d'un "signalement" en 2015 de la part du proviseur après la minute de silence dédiée aux victimes des attentats du 13 novembre. Il aurait, selon la préfecture, "refusé d'organiser un temps d'échanges en dépit de la demande de ses élèves de seconde". La note du chef d'établissement n'avait cependant donné lieu à aucune sanction. D'autres comportements ont été remontés au rectorat.

Des prêches "hostiles aux lois républicaines"

La veille, mardi 11 avril, la mosquée, située avenue Lingenfeld, dans laquelle le religieux prêchait, qualifiée de proche de la "mouvance salafiste", a été fermée par un arrêté du ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl. "C'est un lieu où étaient prônées une idéologie radicale et une incitation au djihad. Certains prêches ouvertement hostiles aux lois républicaines incitaient à la haine envers les autres communautés" précise t-on à la Place Beauvau. Abdelali Bouhnik indique pourtant "scolariser ses enfants à l'école publique".

Abdel, qui fréquente régulièrement la mosquée, nie toute radicalisation. "Nous disons à nos enfants qu'il faut respecter les parents et nous allons voir les jeunes pour ne pas qu'ils traînent dans les halls d'immeubles" précise le père de famille, habillé en jean et chemise.

Vendredi 14 avril, devant les fidèles venus prier sur le parking du lieu de culte fermé, l'imam a tenu un "discours d'apaisement" et leur a indiqué que l'affaire était en cours au tribunal.

Publié dansVie locale

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°52 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top