×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Dammartin-en-Goële ► Rencontre avec Sélène, Mademoiselle Ile-de-France

Mademoiselle Île-de-France 2016 : Sélène Dolhem, Dammartinoise, n’en revient toujours pas d’avoir été élue au concours de beauté, samedi 23 janvier. C'est ici qu'elle vit, à Dammartin...

Sélène, à 17 ans, vient de remporter le concours tant convoité devant les vingt jeunes filles âgées de 16 à 18 ans sélectionnées pour la première étape régionale. Maintenant l’objectif à atteindre est la participation à l’élection de Mademoiselle France en avril prochain, en Bretagne.

« Le comité de Mademoiselle Île-de-France existe depuis 2012, via la structure Mademoiselle France qui a été créée en 2008-2009. Maintenant, il y a des délégués dans toutes les régions dont l'Ile-de-France. Le but final est que chaque région présente une candidate à la finale nationale à laquelle Sélène ira participer » a expliqué Elise Delattre-Lemont.

Sélène étudie le staff, un métier artistique qui la passionne, lui faisant réaliser des ornements en plâtre servant par exemple à la rénovation des monuments historiques. Rien à voir avec la mode...

Une année de séances photos et de défilés l’attend. Accompagnée d’Elise Delattre-Lemont présidente des comités Mademoiselle Île-de-France et de Mademoiselle Nord Pas-de-Calais 2016, Sélène Dolhem a répondu à quelques questions en exclusivité pour magjournal, samedi 30 janvier :

Comment vous est-il venu l’envie de vous lancer dans le concours Mademoiselle Ile-de-France ?

J’adore la mode depuis que je suis toute petite, j’ai toujours rêvé de faire des shootings  photos, des défilés.  Je me suis dit, "pourquoi ne pas se lancer ?"

Comment cela se passe-t-il ? Vous avez participé à des présélections ?

Oui, il y a déjà la présélection sur internet. Un casting est lancé, les filles envoient leurs photos : des portraits, des photos en pied et une présentation de la personne. Ensuite nous sommes présentées à un premier shooting photos de chacune d’entre nous. Notre personnalité compte aussi. Après cette sélection, il y a l’élection et là, nous passons devant un jury composé de neuf à onze personnes suivant les régions qui établissent un classement à chaque passage. Il y en a quatre, tous différents.

Après avoir remporté un concours de beauté comme celui-ci, cela peut ouvrir des portes ?

Nous espérons toutes faire un bout de chemin dans la photo, dans la mode, les défilés et ainsi développer nos connaissances, aussi participer à d’autres castings comme pour des clips vidéo ou le cinéma. Cela peut ouvrir beaucoup de portes effectivement.

Pouvez-vous nous décrire la période la plus difficile pour vous en tant que lauréate ?

Tout a été difficile. En arrivant, je n’avais aucune expérience. Par exemple je ne savais pas marcher avec des talons. J'ai aussi appris à me présenter au jury et surtout comment gérer le stress. C’était dur mais au final on prend plus de plaisir quand on est sur la scène. L’adrénaline prend le dessus.

Et au moment du verdict, quelle a été votre première pensée ?

Ma première pensée...  "Sérieux ?  J’ai réussi ?"

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17825,17826"]

Publié dansVie locale

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°35 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top