Imprimer cette page

Mitry-Mory ► Robert Marchand attire malgré lui les... marchands

Robert Marchand, 105 ans, est devenu le plus célèbre détenteur de record en vélo. Il faut dire qu'une catégorie a dû être créée spécialement pour lui. Depuis l'événement, mercredi 4 janvier, un appel aux dons posté sur les réseaux sociaux a déclenché une polémique à Mitry-Mory et attire les... marchands.

Robert Marchand a parcouru 22, 547 km sur le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines. Déjà avant ça, il était célèbre depuis que, passés 100 ans, il avait continué à pédaler avec ses amis, les Cyclos Mitryens. Seulement voilà, comme tous les sportifs, particulièrement ceux qui sont médiatisés, Robert est poursuivi par les démarcheurs. Ainsi, un groupe d'optique et audio (que nous ne citerons pas) aimerait utiliser le cycliste en lui offrant un appareil auditif : Robert servirait de faire-valoir pour leur matériel. Poliment mais sûrement, le groupe distribue les emails à tous ceux qui sont susceptibles d'approcher la vedette et de communiquer ses coordonnées.
Un "vieil ami"
Magjournal a même reçu un coup de fil d'un "vieil ami" de Robert qui voulait le féliciter pour son dernier exploit. L'étrange interlocuteur a précisé : "Je le connais bien. C'est un ami. D'habitude, je viens le voir tous les ans mais cette année je n'ai pas pu me déplacer et j'ai perdu son numéro de téléphone..." Evidemment Magjournal n'a pas donné suite.
Un appel aux dons a déclenché la polémique
Les démarcheurs se sont-ils engouffrés dans la brèche ouverte par la mise en ligne d'un post sur les réseaux sociaux appelant aux dons pour le champion ?

En effet, le club l'Ardéchoise auquel appartient Robert Marchand s'est adressé à ses 8 500 adhérents. L'argent récolté permettrait au champion de s'acheter un appareil auditif d'une valeur de 6 000 euros (ça coûte ce prix là ?) ainsi qu'une voiture sans permis. L'appel est manifestement parti d'un bon sentiment mais les récupérations diverses font virer le sujet à la polémique.

Le maire de Mitry, Charlotte Blandiot-Faride, explique : "Un appel aux dons à destination de Robert Marchand, pour l’achat d’un appareil auditif circule sur les réseaux sociaux. Cette initiative des organisateurs du rassemblement cycliste l'Ardéchoise, par ailleurs fortement apprécié, est particulièrement surprenante. Tout d’abord, il convient de rappeler, pour ceux qui connaissent et qui accompagnent de longue date Robert Marchand, et pas seulement depuis ses derniers exploits, au premier rang desquels ses amis de l’association Les Cyclos Mitryens, que Robert a été appareillé à plusieurs reprises, et qu’il ne l’a pas supporté... Cet appel laisserait penser qu'il vit ans le dénuement. C'est absolument faux. Robert a une vie modeste, certes, mais pas misérable comme on voudrait le faire penser. Je déplore sincèrement que nous en soyons rendus à devoir étaler la vie, si intime, de ce grand champion, mais il m’apparaît encore plus essentiel d’appeler chacune et chacun à plus de responsabilité et surtout de respect..."

Le maire ajoute : "Je souhaiterais donc dans ces quelques lignes rappeler au conseiller municipal et responsable local de l’UDI, Laurent Prugneau, la maxime 'il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler'. Cela lui aurait évité, une fois encore une sortie totalement atterrante et bien loin de la réalité. Mais comme il reste coutumier du fait, la récupération politique de bas étage qu’il a formulée est surtout une marque de mépris et d’ignorance de la vie privée de notre ami Robert. D’ignorance aussi des politiques d’accompagnement de nos aînés mises en place par le CCAS et par la ville, qualifiées par certains 'd’assistanat', et que nous appelons 'service public' ou 'solidarité".

Charlotte Blandiot-Faride reproche à Laurent Prugneau d'avoir attaqué la gestion de la municipalité sur les réseaux sociaux.

En réponse, Laurent Prugneau indique : "J'ai partagé l'info de RMC Sport sur Facebook, mardi, et le maire a sauté sur l'occasion. Je ne ferai aucun commentaire, juste que Charlotte Blandiot-Faride s'occupe plus de son opposition que de répondre aux attentes des Mitryens. C'est l'effet Streisand et c'est affligeant".

Reçu hier par le président de la République
Robert Marchand a été reçu à l'Elysée, jeudi 12 janvier, bien que l'idée ne l'ait pas vraiment enthousiasmé au départ. Le cycliste, sympathisant communiste, aurait même indiqué : "Le gouvernement n'a pas fait une politique de gauche alors ça ne m'intéresse pas d'aller à l'Elysée". A 105 ans, loin d'être hors du temps, Robert a toujours les idées claires et des opinions sur le monde qui l'entoure. Il a quand même rencontré François Hollande à qui il a remis un maillot de son club.

Tout le monde souhaite, bien sûr, préserver Robert Marchand des polémiques autant que des récupérations commerciales.

Publié dansVie locale