Tribune libre ► Collectif du centre de santé nord ouest 77 : "Les centres de santé publics restent une solution complémentaire"

L’assemblée générale annuelle suivie d’une assemblée extraordinaire du collectif du centre de santé nord ouest 77, créé en 2016, a eu lieu, vendredi 1er juin, à Dammartin-en-Goële.

Nous constatons toujours un manque de prise en charge médicale. Situé dans la communauté d’agglomération « Roissy Pays de France » comptant 42 communes avec plus de 352 000 habitants, notre secteur, le nord-ouest 77, est noté comme fragile par l’ARS avec 57 médecins pour 100 000 habitants face à une norme de 80 médecins pour 100 000 habitants. De plus, sur 101 départements, la Seine et Marne est en 97e position pour la présence de médecins généralistes.

Les habitants, particulièrement les nouveaux arrivants, ne sont pas acceptés par des médecins libéraux déjà surchargés et se retrouvent, en dernier recours, aux urgences des hôpitaux.

Notre association, qui a pour but  la création de centres de santé publics dans notre secteur, a joué un rôle auprès de notre communauté d’agglomération dans la mise en place d’ une commission chargée d’étudier les besoins de santé ainsi que dans la décisions des villes de Mitry-Mory et Fosses de créer leurs centres de santé publics.

Notons que 60 % des étudiants en médecine, particulièrement des femmes, préfèrent être salariés.

Ainsi les centres de santé publics peuvent attirer des médecins et différents professionnels de santé (infirmier, kinésithérapeute, médecin spécialisé….). Le fonctionnement de ces centres permet de former des étudiants en médecins (pas de centre hospitalier universitaire dans le 77), mais ils pratiquent aussi :

  • des interactions entre les réseaux (hôpital, CMPP, médecine scolaire, maison de retraite)
  • une prévention développée
  • secteur 1, donc pas de dépassement d’honoraires.

Notre objectif est de convaincre les élus. Certains préfèrent le regroupement de médecins libéraux en maison de santé mais ils rencontrent des difficultés dans le recrutement de nouveaux médecins. Ainsi, les centres de santé publics restent une solution complémentaire. Solution choisie, grâce à l’appui et l’aide de la Fédération des centres de santé publics, dans des villes à obédiences politiques différentes, telles que la Roche-sur-Yon, Chalette-sur-Loing, Le Mans, La Fresnay (Sarthe), la Ferté-Bernard, Figeac, Saint-Hilaire (Isère), Bergerac.

Notre assemblée extraordinaire a décidé de changer le nom de l'association qui s’appellera désormais : « Association pour la création de centres de santé publics en Goële et Pays de France ».

Geneviève Huot, présidente de l'association

 

Lu 3188 fois
Publié dans Tribune libre

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.