Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Abonnez-vous à la newsletter : une revue hebdo et l’agenda chaque lundi

captcha 

Ile-de-France ► Réouverture des marchés alimentaires : l’AMIF a eu gain de cause

Ile-de-France ► Réouverture des marchés alimentaires :  l’AMIF a eu gain de cause

 

Communiqué de l'association des maires d'Ile-de-France, vendredi 27 mars - 

La fermeture des marchés alimentaires, sans possibilité dérogatoire dans les villes où l’offre de commerces était jugée « suffisante » par les services préfectoraux, a provoqué une bronca chez les élus locaux d’Ile-de-France.

Certains rappellent que les marchés représentent 40% de l’alimentation en Ile-de-France et que ne pas leur permettre de rester ouverts constitue une distorsion de concurrence par rapport à la grande distribution autorisée à garder ses magasins ouverts.

Des marchés qui offrent les mêmes garanties sanitaires, « voire des garanties supérieures en évitant notamment aux clients de toucher les produits et en les empêchant de se croiser », ainsi que l’a rappelé le sénateur val-de-marnais, Christian Cambon. Stéphane Beaudet, président de l’AMIF, très sollicité par des maires désemparés par cette décision jugée incompréhensible par beaucoup, a initié une mobilisation qui a porté ses fruits puisqu’il a été averti ce jour par le préfet de région Ile-de-France qu’une circulaire permettant la réouverture des marchés locaux sous certaines conditions allait être mise à la disposition des préfets.

« La mobilisation collective portée par l’AMIF a eu gain de cause », se réjouit Stéphane Beaudet.

L'AMIF, la Région Ile-de-France, et la préfecture de Région et les organisations professionnelles concernées ont élaboré un cahier des charges précis permettant de faciliter les dérogations dans le cadre de règles très strictes, « qu'il s'agisse des quartiers populaires ou des secteurs rurbains ou ruraux, l'absence de marchés a un impact fort pour des habitants qui n'ont pas d'autres offres » conclu Stéphane Beaudet.

Validé par le gouvernement, ce protocole permettra aux préfets et aux maires « d’accorder les autorisations d’ouverture des marchés alimentaires qui répondent à un besoin d’approvisionnement de la population, en leur donnant la capacité de vérifier si les conditions de leur organisation sont propres à garantir la santé des personnes », ainsi que le précise de son côté la fédération nationale des marchés de France.

 

 

Dernière modification le samedi, 28/03/2020

Publié dansLes communiqués

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Le mensuel n°26 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.