Test ► Etes-vous presbyte ?

On a beau ne pas y penser, un jour, on est mis devant le fait accompli... On est devenu presbyte. La belle affaire ! De près, on voit beaucoup moins bien. L'évolution naturelle de la vie est inéluctable après quarante ans (même si certains petits veinards s'en sortent bien avec une vue qui ne change pratiquement pas).

En France, plus d'un français sur trois est concerné par la presbytie. Bref, la majorité de la population a la vue qui baisse après quarante ans. Le phénomène résulte d'une perte de souplesse du cristallin qui se bombe insuffisamment et accommode difficilement, un peu comme l'autofocus d'un appareil photo qui n'assurerait plus la mise au point.

Les conséquences : on ne peut plus lire, on ne voit plus l'heure en petits chiffres digitaux, on ne peut plus taper ses textos, enfiler le fil dans le chat de l'aiguille ni le fil à pêche dans l'hameçon, voir les chiffres de la balance de la cuisine, coller ses maquettes...

Impossible de prévenir ni faire disparaître la presbytie : la seule parade consiste à a compenser grâce à des verres adaptés.

L'absence de correction ne retarde en rien l'apparition de la presbytie mais au contraire fatigue les yeux. Mieux vaudra donc porter des lunettes (même si on n'aime pas trop) dès l'apparition des premiers signes.

Les questions

presbytie

Une lueur d'espoir

 

Selon les cas, la presbytie peut parfois être traitée au laser. Quand une opération au laser n'est pas réalisable, on peut recourir au procédé alternatif de lentilles intraoculaires. Elles sont placées à l'intérieur du globe par voie chirurgicale et en ambulatoire. Elles sont employées également pour la correction des fortes myopies et des défauts inaccessibles au laser. Le cristallin naturel est laissé intact et en place.

Source : Essilor

Publié dansLe coin mag

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°36 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top