Faits divers

Claye-Souilly ► 15 tonnes de métaux et trois voleurs

Ils avaient volé 15 tonnes de métaux. Mardi 15 septembre, trois individus ont été interpellés après que la société Véolia a porté plainte, le 21 juillet, pour des vols sur le site de la REP (Routière de l'est parisien - service de ramassage des encombrants) à Claye-Souilly. Le manège des malfaiteurs durait depuis janvier. Lors des auditions, le premier des mis en cause a reconnu qu'il volait des métaux à la REP à raison de trois ou quatre fois par an depuis... cinq ans. L'opération lui aurait rapporté 5 à 6 000 euros au cours des trois dernières années.

Le second a reconnu grosso modo la même chose mais à une moindre ampleur. A celui-ci, le trafic aurait rapporté 3 500 euros. Il aurait emporté 250 à 300 kg à chaque "passage".

Le troisième a aussi reconnu avoir volé des métaux et a avoué que, sur trois ans, la revente des fruits de son forfait lui a rapporté 7 000 euros... ce qui porte les gendarmes à penser que les deux autres ont plutôt minimisé leur trafic. Les trois hommes sont âgés de 57, 49 et 35 ans et demeurent dans l'Aisne pour deux d'entre eux, à Vignely pour le troisième.

Après leur garde à vue et les perquisitions qui ont permis de découvrir cinq sacs remplis de métaux divers dont du cuivre et du laiton, ils ont reçu une convocation en justice pour le 3 décembre.

Publié dansFaits divers

Coutevroult ► Gâteaux secs et miettes de cannabis

Un apprenti âgé 16 ans, demeurant à Coutevroult, a été pris par les gendarmes avec quelques miettes de cannabis en poche. Le 10 septembre lors du contrôle, il a  expliqué aux militaires qu'il avait acheté une barrette de résine de 100 g avec l'objectif d'en revendre une partie. En effet, quand les enquêteurs ont procédé à la perquisition au domicile du jeune homme, ils ont trouvé dans un coin de l'habitation un sachet en plastique contenant neuf autres petits sachets qui eux-mêmes renfermaient 22, 80 g de drogue. A un autre endroit, ils ont découvert 38 autres sachets en plastique et 170 € en espèces. Le tout était bien emballé, prêt à la vente.

L'apprenti avait aussi utilisé un paquet de petits gâteaux secs au chocolat blanc pour cacher un couteau, un cutter, un paquet de tabac à rouler et un téléphone portable sans carte SIM. Dans une autre pièce, ont également été découverts 105 €, toujours en numéraires, soit une somme de 275 € au total.

L'enquête a permis d'identifier trois des consommateurs qui achetaient à l'apprenti : un électricien, un lycéen et un "sans occupation". Agés de 17 à 18 ans, ils sont domiciliés à Voulangis et Crécy-la-Chapelle. L'apprenti a aussi reconnu qu'il s'approvisionnait auprès d'un trafiquant à Trilport. Celui-ci, déjà défavorablement connu des autorités, a été interpellé le 14 septembre à Crécy-la-Chapelle. Cependant, en l'absence de preuves matérielles, la justice n'a pu que le sanctionner d'un rappel à la loi, comme les trois autres consommateurs. Après sa garde à vue, il a été remis en liberté.

L'apprenti a également été remis en liberté et a reçu une convocation devant le tribunal pour le 19 novembre. Il comparaîtra pour "usage de stupéfiants, détention, acquisition et cession".

Publié dansFaits divers

Chelles ► Les voleurs de voiture disparaissent

Une équipe de voleurs a tenté de voler une Citroën C5 dans une rue de Chelles. Un témoin des faits a appelé la police. A son arrivée, les voleurs ont pris la fuite à bord d'une BMW série 3. La patrouille a alors poursuivi la voiture et a fait signe au conducteur de s'arrêter. Cependant celui-ci a refusé et a mis les gaz. Du coup, il a percuté un autre véhicule dans un rond point. La voiture percutée s'est mise en travers de la chaussée et la police n'a pu éviter le choc et l'a heurtée à son tour.

L'accident n'a occasionné aucun blessé. La BMW a disparu.

Publié dansFaits divers

Serris ► Un enfant de trois ans errait presque nu, couvert d'excréments

Un petit Canadien a été retrouvé dans la nuit de lundi à mardi 15 septembre dans le hall de l'hôtel Elysée à Serris, sur le parc de Disneyland Paris. L'histoire n'a malheureusement rien d'un conte enchanteur.

Il était 1 h 30 quand le petit garçon âgé de 3 ans a été récupéré par le personnel de l'hôtel. Le petit bonhomme était presque nu. Il ne portait qu'un slip et était couvert d'excréments. La police a été alertée et les parents, des ressortissants canadiens domiciliés à Vancouver, ont fini par réapparaître. Ils avaient passé la soirée dans un bar du secteur à s'enivrer et avaient laissé leurs enfants à l'hôtel. Dans la chambre familiale, un deuxième enfant, âgé de 2 ans, attendait le retour des parents qui n'avaient pas hésité à laisser seuls leurs deux petits.

Il aura fallu au personnel de l'hôtel Elysée nettoyer la chambre, y compris les murs couverts d'excréments. Les enfants s'étaient occupés comme ils pouvaient.

Ils ont été placés en foyer tandis que les parents ont été mis en garde à vue au commissariat de Chessis.

Publié dansFaits divers

Meaux ► Frappé à coups de crosse

Des habitants de la résidence Chambord, dans le quartier de Beauval à Meaux, ont alerté la police hier, jeudi 10 septembre, tandis qu'ils venaient d'entendre des coups de feu retentir. Il était 9 h 50. Quand les policiers sont arrivés sur les lieux indiqués, ils ont trouvé un jeune homme de 22 ans sur le pas de sa porte. Il aurait expliqué qu'il avait été attaqué par deux hommes encagoulés, munis d'une arme de poing. Ceux-ci aurait frappé leur victime à coups de crosse du revolver. Blessée à la tête, plus particulièrement au visage, la victime a été conduite à l'hôpital.

Les fonctionnaires ont cherché quelques indices sur les lieux des faits. Ils ont récupéré le chargeur d'une arme de type air-soft qui avait été oublié par terre, mais aucun des auteurs n'a été retrouvé.

Une enquête a été ouverte.

Publié dansFaits divers

Jossigny ► La cleptomane en pince pour les cathéters

Une femme âgée de 34 ans s'est introduite hier, jeudi 10 septembre à 23 h 30, dans l'hôpital de Marne-la-Vallée à Jossigny. D'après ce qu'elle aurait confié au personnel hospitalier après s'être faite attraper, elle voulait "prendre des cathéters". Sur elle, la police, alertée dans la foulée, a retrouvé une vingtaine d'ordonnances vierges, des documents administratifs et la carte bancaire d'une des personnes employées sur place. Ce n'était donc pas qu'une histoire de cathéters ?

L'interpellée, demeurant à Noisy-le-Grand, était déjà connue des autorités pour sa cleptomanie. Elle a été placée en garde à vue.

 

Publié dansFaits divers

Chessy ► Un ouvrier se tue sur un chantier à Disney

Un ouvrier âgé de 44 ans, domicilé à Paris, est décédé mercredi 9 septembre, vers 15 heures alors qu'il travaillait sur un chantier de rénovation d'un hôtel du parc Disneyland Paris à Chessy. Le travailleur s'est tué en chutant d’une hauteur de douze mètres. Le garde-corps de l'échafaudage où il se trouvait aurait cédé pour une raison encore indéterminée.

Il travaillait sur la façade de l’hôtel Newport Bay Club.

Il a succombé 40 minutes après sa chute, sur les lieux de l’accident malgré plusieurs tentatives des secours pour le réanimer.

Publié dansFaits divers

Esbly ► Agression au bar-tabac

Le patron du bar-tabac le Longchamp, dans la rue du Général-Leclerc à Esbly, s'est fait agresser lundi 7 septembre alors qu'il venait prendre les journaux livrés à l'intérieur du sas du magasin. Il était à peine plus de 5 h 30 au petit matin. Deux hommes encagoulés, gantés et armés d'une batte de base-ball et d'un revolver, se sont jetés sur lui, le frappant à la tête avec la batte. Ils l'ont ensuite ligoté et ont réclamé qu'il leur indique où se trouvait le coffre-fort.

Tandis que le patron répondait qu'il n'y avait jamais eu coffre dans son magasin, l'un des malfaiteurs a placé la canon de son revolver sur le visage de la victime et a demandé la clé pour ouvrir le rideau de fer et la porte de la boutique.

Finalement les deux agresseurs n'ont pas réussi à ouvrir et ont pris la fuite. Un complice les attendait au volant d'une voiture à bord de laquelle les bandits ont disparu.

La victime a été transportée au centre hospitalier de Marne-la-Vallée.

L'agression a été filmée par les caméras de vidéo protection et l'enquête a été prise en charge par la gendarmerie.

Publié dansFaits divers

Villeparisis ► L'interpellation vire au grabuge

Les policiers ont dû faire face à un attroupement alors qu'ils interpellaient un trafiquant de drogue, lundi 7 septembre aux environs de 23 h 30, à Villeparisis.

L'histoire avait commencé quelques heures plus tôt. Dans la journée, place Wathlingen, un Villeparisien de 18 ans avait été vu par les policiers en train de se débarrasser d'un sachet contenant 155 g de résine de cannabis et 47 g d'herbe. Le jeune homme avait bien été identifié mais les circonstances empêchaient les fonctionnaires de l'arrêter à ce moment-là.

Ils ne devaient cependant pas attendre bien longtemps avant de retrouver l'individu, toujours dans le même quartier. Ils s'apprêtaient à l'épingler quand ses copains, ne voyant pas les choses de la même façon, se sont massés face aux policiers pour les empêcher d'embarquer le trafiquant.

Malgré l'attroupement et l'hostilité de plusieurs agitateurs, les fonctionnaires parvenaient à "prendre" leur suspect et à le conduire en garde à vue au commissariat.

Malgré tout, la police ne comptait pas en rester là et retournait arrêter deux des quatre fauteurs de trouble identifiés. L'un a été interpellé à 23 h 30 et un autre à 1 h 50. Ils ont rejoint leur copain au commissariat qui, entre temps, avait dû vider ses poches et avait sorti devant les policiers 59 g de résine de cannabis et 21 g d'herbe, s'ajoutant aux 202 g précédents.

Publié dansFaits divers

Noisiel ► Les dealers étaient surveillés

Le trafic de stupéfiants durait depuis un moment. Hier, lundi 7 septembre, cinq dealers ont été interpellés à Noisiel, cours des Roches. Il était 13 heures quand les policiers leur sont tombés dessus. Tandis que les enquêteurs s'étaient postés pour surveiller les trafiquants, ceux-ci ont bien été vus en train de se livrer à une transaction.

Cinq personnes âgées de 20 à 23 ans ont été interpellées et placées en garde à vue. Sur les individus, domiciliés à Noisy-le-Grand, Gagny (Seine-Saint-Denis) et Sarcelles (Val-d'Oise) pour trois d'entre eux, Noisiel et Lognes pour les deux autres, ont été trouvés 433 g d'herbe de cannabis.

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► Adrien Desport ne veut pas porter le chapeau seul 

Le procès d'Adrien Desport, 25 ans, et de ses six complices, âgés eux aussi d'une vingtaine d'années, s'est ouvert mercredi 2 septembre à 9 heures devant le tribunal correctionnel de Meaux. Les prévenus sont arrivés à l'heure et plusieurs semblaient impressionnés par la foule dans la salle des pas perdus. Il faut dire que ce procès était très attendu, à la fois par les victimes des incendies, par la ville de Mitry-Mory qui s'est portée partie civile, et par les adversaires politiques des ex-militants du Front National. Il devait avoir lieu le 15 juillet mais a dû être reporté car les analyses psychiatriques du principal prévenu n'étaient pas prêtes.

L'ex-numéro 2 du FN 77 et les militants comparaissaient pour "association de malfaiteurs", "dégradation du bien d'autrui par moyen dangereux", "usage et détention de stupéfiants" et "dénonciation mensongère à une autorité judiciaire entraînant des recherches inutiles". Dans la nuit du 7 au 8 avril dernier, une douzaine de véhicules avaient été incendiés dans le quartier de Mitry-le-Neuf.

Pendant l'audience, dans une ambiance glaciale, c'est un portrait  à charge d'Adrien Desport qu'ont dressé ses anciens compagnons. Les mots "guet-apens" et "assassinat" ont été prononcés. Son ex-petite-amie, la seule femme sur le banc des prévenus, l'a même comparé à un "gourou". Tous le décrivent comme un "manipulateur" qui leur aurait fait prendre de la drogue et des médicaments pour les entraîner dans ses méfaits. Il les aurait même menacés.

Adrien Desport, dont le psychiatre a déclaré à l'audience qu’il "ne souffrait d’aucune pathologie", a admis sa part de responsabilité mais a refusé de porter seul le chapeau. "Je suis très peu fier de ce que j'ai fait mais je ne suis pas un manipulateur" a t-il déclaré aux juges.

Le parquet a requis 4 ans de prison dont 12 mois avec sursis contre le principal prévenu.

Pour sa défense, l'avocat d'Adrien Desport a plaidé une enfance difficile, marquée par le comportement du père.

Le jugement a été mis en délibéré après plus de 9 heures d'audience (au lieu des 3 heures prévues). Le verdict est attendu le 16 septembre et Adrien Desport a été laissé libre sous contrôle judiciaire.

 

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► Des squatteurs roumains agressent les voisins

Dans la rue de Paris à Mitry-Mory,  mardi 1er septembre vers 23 heures, les occupants illégitimes d'un pavillon empêchaient le quartier de dormir tellement le vacarme qu'ils faisaient était dérangeant. Un couple demeurant dans la maison voisine a voulu faire savoir aux squatteurs sa façon de penser et surtout son besoin de retrouver la sérénité en même temps que le sommeil.

Visiblement, les remontrances n'ont pas été appréciées par les tapageurs. Cinq énergumènes sont sortis de la maison et ont agressé le couple retourné chez lui. De sources proches de l'enquête, "les individus qui squattaient la maison ont escaladé la barrière du pavillon des voisins pour leur régler leur compte."

Les cinq agresseurs, de nationalité roumaine, ont été interpellés jeudi 3 septembre dans l'après-midi par les policiers du commissariat de Villeparisis.

Publié dansFaits divers

Esbly ► L'ado incontrôlable

16 ans et déjà un dossier "délinquance" long comme le bras. Un ado a dû être placé en urgence dans une famille d'accueil à Saint-Cyr-sur-Morin. Il était 4 heures du matin, mercredi 2 septembre. Il venait d'être rattrapé après avoir fait une première fugue. Impossible à tenir, le garçon n'a pas résisté bien longtemps dans sa nouvelle famille. Quelques instants après son arrivée, il s'est enfui avec le véhicule des parents d'accueil.

Dans la journée, il a été récupéré par les gendarmes qui avaient déployé le plan épervier. Le jeune avait peu de chance de passer à travers les mailles du filet des militaires qui surveillaient les routes du secteur. A 14 heures, le même jour, il a été interpellé au volant de la voiture qu'il avait volée à Saint-Cyr et qu'il conduisait, évidemment sans permis.

Il a déféré au parquet le 3 septembre puis a été placé en détention en attente de son jugement qui interviendra le 17 septembre. Il a été transféré à la maison d'arrêt de Villepinte.

L'adolescent est originaire de Montévrain.

Publié dansFaits divers

Chelles ► Il donne un coup de tête à un policier

Il était minuit vingt, rue Albert-Caillou, dans la nuit de mardi 1er à mercredi 2 septembre, quand des policiers ont procédé à un contrôle routier. Alors qu'ils venaient d'arrêter un véhicule, le passager de celui-ci est sorti et s'est mis à insulter les fonctionnaires.

On imagine facilement les noms d'oiseaux qui ont fusé de la bouche de l'individu, évidemment ivre. Il ne s'est pas contenté de vociférer. Il a aussi décoché un coup de tête à l'un des policiers.. Le Chellois "rebelle", âgé de 22 ans, a été maîtrisé et placé en garde à vue. Il devra rendre quelques comptes à la justice.

Publié dansFaits divers

Thorigny-sur-Marne ► Il frappe un policier

Un policier a été blessé légèrement hier, mardi 1er septembre, à Thorigny-sur-Marne. Sur le quai de la Marne, des groupes d'individus faisaient la fête. Ils écoutaient de la musique très fort. Une patrouille de police arrivée pour faire baisser le volume a trouvé, en plus des décibels, plusieurs personnes qui se disputaient.

Sur fond de tapage, querelles, alcool... un des protagonistes, ivre, s'est approché d'un des policiers et lui a porté des coups au visage ainsi qu'à l'épaule. L'individu, âgé de 34 ans, habitant de la ville, a finalement été maîtrisé et placé en garde à vue. Les blessures du policier n'ont pas donné lieu à une interruption de travail.

Publié dansFaits divers

Pierre-Levée ► Il poignarde sa compagne sous les yeux des enfants

Dans la nuit de lundi 31 août à mardi 1er septembre, un homme a poignardé sa compagne à six reprises. Le faits se sont produits dans la maison familiale à Pierre-Levée. Deux des enfants du couple, les aînés, âgés de 14 et 16 ans, ont assisté à la scène.

Une dispute entre les concubins serait à l’origine du drame. Lui n’aurait pas supporté l’idée d’une rupture quand elle a annoncé sa décision de le quitter.

Il a d'abord d’abord empoigné une chaîne et l'a battue avec puis s'est emparé d’un couteau.

Par chance, la victime, âgée de 34 ans,  a réussi à s’échapper et s’est réfugiée chez des voisins qui ont appelé les secours.

Elle a été transportée par hélicoptère à l’hôpital Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne). Six enfants qui se trouvaient aussi dans la maison ainsi que leur grand-mère ont été pris en charge par les pompiers et la cellule d’urgence médico-psychologique à l’hôpital de Coulommiers.

L’homme, âgé de 44 ans, a fini en garde à vue. Une enquête a été ouverte.

La mère de famille hospitalisée, était, le matin même des faits, hors de danger, bien que son état fut encore jugé « inquiétant » selon les médecins.

Publié dansFaits divers

Noisiel ► Il marchait sur le tuyau d'oxygène de sa femme

Un septuagénaire vient d’être mis en examen, samedi 29 août, pour « violences habituelles » sur sa femme.

La fille d’un couple de septuagénaires a fait appel à la police de Noisiel le jeudi 27 août après-midi. Vivant avec ses parents, elle a accouru quand elle a entendu sa mère appeler à l'aide. Souffrant d’insuffisance respiratoire, la vieille dame a en effet recours à une bouteille d’oxygène. La jeune femme de 31 ans a expliqué aux enquêteurs que son père avait marché sur le tuyau en plastique par lequel s’achemine l’oxygène tandis que sa femme faisait la sieste. Elle a ajouté que ce n’était pas la première fois que son père maltraitait sa mère et que quelques jours auparavant, il aurait même tenté de l’étouffer avec un oreiller.

Un comportement digne du personnage de cinéma,Tatie Danielle au masculin, et qui aurait pu prêter à rire si les faits n’avait pas mis les jours de la victime en danger.

Le mari de 71 ans placé en garde à vue a nié les faits, soutenant qu’il s’agissait d’un coup monté contre lui.

Après avoir été mis sous contrôle judiciaire et reçu l'interdiction d’entrer en contact avec son épouse, il a été remis en liberté.

Publié dansFaits divers

Pontault-Combault ► Braquage chez Lidl

Entre hier et aujourd'hui, mardi 1er septembre, les malfaiteurs se sont activés à Pontault-Combault. Hier, c'était au magasin Boulanger qu'une voiture bélier a défoncé l'entrée (Voir notre article). Ce matin, à 6 heures, des braqueurs ont attaqué au magasin Lidl, rue des Chardonnerets, juste en face de la ZAC des 4 Chênes.

L'équipe était composée de quatre hommes munis d'armes de poing. Ils ont menacé les employés et leur ont demandé d'ouvrir le coffre. Cependant, celui-ci est équipé d'un système de sécurité et en actionnant le code d'ouverture, des fumigènes se sont déclenchés. Les malfaiteurs ont pris la fuite sans rien emporter et surtout sans faire de blessé.

Une enquête a été ouverte.

Publié dansFaits divers

Coutevroult ► L'Allemand n'a plus de permis

Un Allemand s'est fait attraper par les gendarmes sur la RN 36 à Coutevroult, samedi 29 août. Il était 16 h 40 quand le conducteur, au volant de sa BMW série 1, n'est pas passé au travers du contrôle de vitesse alors qu'il roulait à 150 km / h. Les militaires ont retenu 142 km / h mais les chiffres laissaient tout de même l'excès à plus de 50 km / h au-dessus de la limite autorisée, soit 90. Le permis de l'habitant de l'UE (Union européenne) a été retenu et il a dû laisser sa voiture sur place. Il a aussi payé une amende de 750 € dont il s'est acquitté en espèces. Il aura fallu ensuite que l'Allemand de 44 ans trouve le moyen de rentrer chez lui, à Munich.
Publié dansFaits divers

Pontault-Combault ► Une voiture bélier défonce l'entrée d'un magasin

Quatre individus sont entrés dans le magasin Boulanger de la zone commerciale des 4 Chênes à Pontault-Combault. Dans la nuit de dimanche 30 à lundi 31 août, à minuit et demi, ils ont défoncé la porte de sécurité à l'aide d'une voiture bélier et fracturé l'accès. La voiture, une Renault Clio, avait été volée quelques instants plus tôt à Fontenay-Trésigny.

Les malfaiteurs se sont introduits dans la réserve du magasin mais sont repartis presque aussitôt, sans rien. Sans doute les marchandises ne correspondaient-elles pas aux commandes qu'ils ne manquaient certainement pas d'avoir.

La Clio a été retrouvée abandonnée, aspergée de mousse d'extincteur, un procédé souvent utilisé par les malfrats qui pensent que la mousse empêchera de relever leurs empreintes. Une enquête a été ouverte par la police judiciaire de Meaux.

La nuit précédente, c'est à Cesson, un peu plus dans le sud du département, qu'une équipe de voleurs, peut-être la même, a sévi. A l'aide d'une voiture bélier volée juste avant dans une commune voisine, ils ont fracturé un magasin Boulanger et cette fois sont repartis avec un home-cinéma.

 

Publié dansFaits divers

Thorigny-sur-Marne ► Il se tue en mobylette

Un habitant de Dampmart, âgé de 46 ans, circulait dans la rue de Dampmart, à Thorigny sur-Marne, dimanche 30 août à 20 h 25. Il pilotait sa mobylette et a franchi un dos d'âne. Le deux-roues s'est élevé au-dessus de la bosse, peut-être en raison de la vitesse, et le conducteur est retombé lourdement sur le sol. Le malheureux n'a pas survécu au choc.
Publié dansFaits divers

Montry ► Le stade de foot détruit au rouleau compresseur à dents

Une équipe de plusieurs individus a littéralement détruit le stade de football, rue de Condé à Montry. Un voisin du terrain a alerté les gendarmes quand il a aperçu le groupe, samedi 29 août à 4 heures du matin, passer sur le stade au rouleau compresseur à dents. Ils ont labouré la pelouse, écrasé les cabanes des vestiaires, renversé les poteaux de buts.

Au moment des faits, le témoin a "cru avoir des hallucinations", a-t-il confié aux gendarmes, tellement la scène lui paraissait incroyable. C'était pourtant bien la réalité et les réparations vont devoir être effectuées avec de la vraie monnaie...

Le rouleau compresseur avait été volé quelques instants avant sur un chantier à l'autre bout de la commune. Il aura tout de même fallu que les vandales passent dans les rues avec l'engin sans que personne ne s'en aperçoive. Le rouleau à dents a été retrouvé "planté" dans les bois dans le même secteur.

Une enquête a été ouverte par la gendarmerie.

Publié dansFaits divers

Crécy-la-Chapelle ► Un couple d'octogénaires disparaît sans laisser de traces

Une habitante de Crécy-la-Chapelle a signalé hier, jeudi 27 août, la disparition de son oncle et sa tante âgés de 80 ans. Eux vivent à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). D'après la nièce et des voisins, le couple est parti en vacances vers la Bretagne avec leur camping-car, le 3 août. "Ils ont l'habitude de partir de cette façon. Ils sont en bonne santé et peuvent se permettre de prendre la route" auraient indiqué les proches. Malgré tout, la nièce est inquiète. "D'habitude, ils appellent d'une cabine téléphonique une fois par semaine. Cette fois, ils n'ont pas appelé depuis leur départ, le 3 août" a-t-elle confié aux gendarmes de Crécy. Avant toute chose, elle a signalé la disparition à l'OCRVP (Office central pour la répression des violences aux personnes), pensant que ses aïeuls pouvaient être enlevés et séquestrés et l'office étant chargé de centraliser les faits commis sur l'ensemble du territoire national.

Finalement réorientée vers la gendarmerie de Crécy, une enquête a été ouverte pour disparition inquiétante. Une recherche a également été ordonnée par le parquet de Meaux pour le camping-car. Si celui-ci a été volé, il sera plus facilement repéré sur la route.

Publié dansFaits divers

Saint-Mard ► Roues et enjoliveurs convoités

Un habitant de la rue Parmentier à Saint-Mard s'est fait voler des accessoires à sa voiture : deux roues avec les enjoliveurs ainsi que les écrous antivol. Le véhicule était stationné et le propriétaire était absent. Le vol a été commis mardi 25 août, entre 1 heures et deux heures du matin. Les gendarmes n'ont pas tardé à trouver l'auteur des faits, un jeune homme de 23 ans, demeurant lui aussi dans la commune. Même si le relevé des empreintes sur le cric de la voiture utilisée n'a donné aucun résultat, les militaires ont effectué une perquisition chez le suspect et ont retrouvé les enjoliveurs et les écrous dérobés. Le Mardochien est convoqué devant la justice le 8 décembre.
Publié dansFaits divers

Luzancy ► La moto s'enflamme après le choc

Une moto qui arrivait de La Ferté-sous-Jouarre a percuté l'arrière d'une voiture à Luzancy, mercredi 26 août à 12 h 30. L'accident s'est produit à l'intersection formée en "Y" par la rue du 103e Régiment d'Infanterie. Immédiatement après le choc, la moto s'est embrasée et a continué sa route tandis que son pilote éjecté était tombé au sol. L'engin est passé entre un bus et une autre voiture puis est allé terminer sa course sur le bas-côté avant de finir de brûler.

Le motard, souffrant de multiples fractures a été héliporté à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne).

Publié dansFaits divers

Dammartin-en-Goële ► Un poids lourd en équilibre sur la RN2

poids lourd RN2

Aujourd'hui, jeudi 27 août, aux environs de 14 h 30, le conducteur d'un poids lourd qui circulait sur la RN2 dans le sens Paris - province a perdu le contrôle de son véhicule.

Tracteur et remorque grimpaient la côte entre Saint-Mard et Dammartin-en-Goële quand, pour une raison indéterminée ajoutée aux pneus "peut-être un peu lisses" du camion et à la pluie qui n'a cessé de tomber toute la journée, l'ensemble est parti dans le décor et est monté sur le terre plein central, le tracteur restant en équilibre, coincé sur le béton .

Par chance, aucun autre véhicule n'a été pris dans l'accident. Le chauffeur du camion a été transporté à l'hôpital pour y subir des examens de contrôle mais il n'a pas été gravement blessé.

La position du poids lourd bloque la route dans le sens où il roulait ainsi que l'une des deux voies d'en face, sens province - Paris. Une grue devrait intervenir sous peu afin de dégager le camion.

En attendant, la circulation est complètement arrêtée dans le sens Paris-province et les véhicules ne roulent plus que sur une seule voie dans l'autre sens.

Les gendarmes et la DIRIF qui sécurise l'intervention ont mis en place une déviation afin d'éviter que plus de véhicules ne s'engagent sur la RN2 pour le moment.

Déviation proposée sur l'application Waze à télécharger.

En ce moment sur la RN2 (15 h 20) :

waze

 

16 h 30 : Le poids lourd dégagé à l'aide d'une grue

grue

Publié dansFaits divers

Saint-Thibault-des-Vignes ► Ils cambriolent en plein après-midi

Deux individus ont été interpellés par la police à Saint-Thibault-des-Vignes alors qu'ils venaient de cambrioler une maison, hier, mercredi 26 août.

Il est 15 h 10 quand une patrouille repère un fourgon stationné dans une zone pavillonnaire de la commune. A l'intérieur, personne. Se doutant du manège, les policiers s'éloignent un peu du fourgon et se mettent à surveiller le véhicule, attendant que les occupants reviennent.

Les fonctionnaires ont eu le nez creux puisque leur attente a payé : quelques instants plus tard, deux hommes s'approchent du fourgon. Cependant, ils aperçoivent les policiers de loin et tentent de s'enfuir en courant. Ils sont vite rattrapés. Sur eux sont découverts un pied de biche, un talkie-walkie, des bijoux... le butin du cambriolage d'un pavillon du secteur. Les malfaiteurs ont été placés en garde à vue. L'un habite à Valenton (Val-de-Marne) et l'autre à Croissy-Beaubourg. Tous deux sont déjà bien connu des autorités.

Publié dansFaits divers

Esbly ► Le voleur en avait assez de rouler à vélo

L'auteur présumé d'un vol de scooter a été interpellé, lundi 24 août, à Montreuil, en Seine-Saint-Denis. C'est que l'individu, âgé de 16 ans, domicilié à Noisy-le-Sec, a été retrouvé en train de conduire un scooter qu'il avait été quasiment vu en train de voler, à Esbly.

Les faits se sont produits entre le 20 et le 22 août dans une cour commune. Un voisin a clairement vu le jeune homme, arrivé sur un vélo noir avec un de ses copains, tourner autour de l'engin qu'il convoitait. Le manège se serait produit à plusieurs reprises.

Sans doute en avait-il assez de pédaler et voulait-il passer à la vitesse supérieure...

A peine deux jours plus tard, la propriétaire du deux-roues, une jeune fille de 23 ans demeurant dans la cour, n'a plus retrouvé que le "U" antivol cassé à l'endroit habituel où elle garait son cyclo.

Vraisemblablement le copain du voleur avait repris le vélo.

Lundi, à 20 h 10, la bac (brigade anti-criminalité) de Montreuil a attrapé le voleur et il a été reconnu à l'occasion du tapissage organisé par les policiers. Ces derniers ont remis l'ado à la brigade de gendarmerie d'Esbly où les enquêteurs ont entendu la version du voleur, toujours présumé tant que la justice ne l'a pas condamné.

Le cyclo a été retrouvé avec le neiman cassé.

Publié dansFaits divers

Montgé-en-Goële ► Poseur d'ordures : c'est parfois un voisin

L'agent communal de Montgé-en-Goële a été bien inspiré de fouiller dans les déchets "encore" déposés sur le bord de la route, au croisement de la RD 9 et de la RD 27. Parmi les branches coupées, les plastiques et autres "délices" pour le paysage et l'environnement, il a réussi à découvrir des documents avec le nom et l'adresse du "propriétaire".

Les ordures avaient été déposées sur un terrain communal et la mairie a déposé une plainte auprès de la gendarmerie. L'auteur a été interpellé mardi 25 août et entendu par les enquêteurs. Il est âgé de 35 ans et habite à Fresnes-sur-Marne.

Le dépôt des ordures a été assez direct. Il a suffi à l'indélicat de passer sous la RN3, de prendre par Charny direction Le Plessis-aux-Bois puis de tourner à gauche vers Vinantes et Montgé-en-Goële.

On imagine toujours des inconnus "étrangers" aux villages, venus de villes lointaines, déposant leurs immondices dans les campagnes, en bordure des bois ou des routes, mais l'histoire montre que ce n'est pas nécessairement le cas. Ça peut même être un voisin...

Publié dansFaits divers

Saint-Germain-sur-Morin ► Il n'avait pas vu les gendarmes derrière lui

Au volant de son Opel alors qu'il circulait rue de Paris à Saint-Germain-sur-Morin, il était tranquille et sirotait une canette. Vu de derrière, la boîte en métal faisait penser à s'y méprendre à de la bière. C'est ce que les gendarmes en tout cas ont vu et ils ne se trompaient pas. Ils ont aussitôt fait stopper le conducteur et l'ont fait souffler dans "le ballon". L'éthylomètre a affiché un taux de 0,97 mg par litre d'air expiré alors que, est-il besoin de le rappeler, la limite à ne pas dépasser est de 0,25.

En outre, l'automobiliste, sans domicile fixe, avait un permis non prorogé, n'avait pas d'assurance et n'avait pas fait le changement de carte grise à son nom.

Il devra s'expliquer ultérieurement.

0,25taux alcool

Publié dansFaits divers

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°44 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top