Faits divers

Compans ► Embouteillage sur la RN2

FAITS DIVERS -

Un gros embouteillage s'est formé sur la nationale 2 en direction de Soissons, juste après l'échangeur avec la D 212 à hauteur de Compans.

Un poids lourd a dérapé sur la chaussée rendue glissante à cause de la pluie qui est tombée toute la journée. Le véhicule a fini sa course dans le fossé en bordure de la route, empiétant sur la chaussée.

Les agents de DIRIF procèdent actuellement au dégagement du camion. La circulation se fait sur une seule file.

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► Le cambrioleur avait 17 ans

FAITS DIVERS -

Les policiers ont réussi à identifier un suspect dans une affaire de cambriolage survenue dans un pavillon situé rue de Villeparisis à Mitry-Mory.

Dans la nuit du 2 décembre 2015, le voleur avait dérobé deux ordinateurs, une imprimante et quelques outils. Il ne pouvait en effet en emporter plus. Des empreintes laissées sur place ont toutefois permis aux enquêteurs d’identifier un suspect domicilié à Villeparisis car il était déjà muni d’un casier judiciaire.

Âgé de 17 ans, le suspect a  donc été interpellé hier, jeudi 26 mai, à son domicile.

Le jeune n’a pas nié les faits. Il a reçu une convocation par officier de police judiciaire pour une mise en examen. Son affaire sera examinée vendredi 3 juin devant le tribunal des mineurs de Meaux.

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► Les empreintes du cambrioleur ont parlé

FAITS DIVERS -

Le vol, qui s’est produit cet hiver dans un commerce de restauration rapide situé rue Paul Vaillant-Couturier à Mitry-Mory, a enfin été élucidé. Le cambrioleur a été confondu.

Dans la nuit du 4 au 5 février, le cambrioleur avait dérobé 90 euros en espèces, 120 euros de tickets restaurant, un téléviseur LCD et une box internet. En contrepartie, il avait eu la bonne idée de laisser sur les lieux ses empreintes digitales.

Ces dernières ont permis aux enquêteurs, après recoupement de leurs fichiers, d’identifier un suspect possédant déjà un casier judiciaire. Les policiers lui ont donc rendu visite à son domicile, mercredi 25 mai, afin de procéder à son interpellation.

Le suspect, un Mitryen âgé de 42 ans qui résidait non loin de son forfait, n’a pas nié les faits.

Il s’est vu signifier une convocation par un officier de police judiciaire et devra comparaître mercredi 26 octobre devant le tribunal de Meaux.

Publié dansFaits divers

Villeparisis ► Quad volé : la course-poursuite finit dans le canal

 

FAITS DIVERS -

Le vendeur d’un quad avait fixé rendez-vous à un client potentiellement intéressé, hier, jeudi 26 mai à 19 heures, devant le magasin Leclerc à Villeparisis.

Un homme âgé d’environ 35 ans et de corpulence athlétique s’est effectivement présenté au rendez-vous et a aussitôt demandé à essayer l’engin.

A peine l’avait-il enfourché qu’il démarrait en trombe sous les yeux du vendeur stupéfait. Celui-ci décidait alors de poursuivre le voleur à bord du véhicule de son ami qui était venu l’assister dans la transaction.

Malheureusement, le conducteur n’était pas bien à l’aise pour rouler vite et la course-poursuite s’est finalement achevée dans le canal de l’Ourcq ! Tandis que la voiture sombrait au fond du canal, ses deux passagers réussissaient à s’en extirper, remontant sur la berge pour continuer à pied leur poursuite effrénée.

Quelle ne fut pas leur surprise, quelques instants plus tard, de tomber nez à nez avec leur voleur qui faisait lui aussi demi-tour, mais à pied, après s’être débarrassé du quad.

La bagarre était bien sûr inévitable et les trois individus en sont venus immédiatement aux mains, tombant tous trois… dans le canal ! Cette fois encore, le voleur a été le plus rapide. Remontant sur la berge, il a pris la poudre d’escampette sans demander son reste.

C’est à cet instant que les deux victimes ont songé à appeler la police.

Le quad n’a pas été retrouvé et la victime du vol a dû faire appel à une dépanneuse pour sortir la voiture du canal de l’Ourcq. Le signalement du fuyard a été scrupuleusement transmis et une enquête est en cours.

Publié dansFaits divers

Vinantes ► Accident au carrefour des Quatre Pavés

FAITS DIVERS -

Un accident s'est produit à Vinantes, au carrefour des Quatre Pavés, sur la D34, mardi 24 mai . Deux voitures sont entrées en collision. Le village reste choqué.

Les deux conducteurs ont été blessés. L'un d'eux a été héliporté vers un hôpital parisien.

Il était aux environs de 16 h 30, mardi, quand l'une des voitures arrivait de Montgé-en-Goële et l'autre de Juilly. L'une a été projetée dans un champs à droite de la chaussée où elle a terminé sa course.

Les bus, qui transportaient les collégiens qui revenaient de Saint-Mard et rentraient chez eux, ont dû débarquer leurs jeunes passagers sur la départementale : la route était fermée tandis que les secours intervenaient puis dégageaient la chaussée. Idem pour les primaires et le ramassage scolaire du RPI (regroupement pédagogique intercommunal) Vinantes - Montgé - Cuisy.

"Les enfants sont passés à pied devant l'accident et beaucoup sont choqués. Nous sommes secoués dans le village car nous savons que c'est un passage dangereux et nos enfants l'empruntent en bus jusqu'à huit fois par jour pour aller et revenir de l'école" indique une mère de famille.

Les villages ont déjà réclamé

un aménagement

Denis Pisowicz, le maire de Vinantes, déclare : "Le carrefour se trouve dans une cuvette et reste dangereux. Les communes concernées par l'endroit ont déjà fait une demande à l'Etat afin qu'il aménage le croisement. De notre côté, à Vinantes, nous avons aménagé la route en sortie de village pour les bus. La réponse que nous avons reçue pour aménager le carrefour a été que les services des routes allaient entretenir l'endroit de manière conforme. Autrement dit, ils passent la tondeuse le long de la route".

A travers la réponse qu'ils ont reçues, les maires ont bien compris qu'ils pouvaient attendre encore longtemps un aménagement. "Malgré le signalement déjà effectué par l'ancien maire, Charles Pelletier, avant 2008, malgré les accidents et les blessés, rien n'est fait pour sécuriser le carrefour" ponctue Denis Pisowicz qui a également renvoyé le dossiers et multiplié les courriers pour obtenir gain de cause, en vain.

Publié dansFaits divers

Meaux ► Alerte au colis piégé

 

FAITS DIVERS -

Un colis a été déposé ce matin devant les bureaux d'une société en cente-ville à Meaux. Les démineurs sont intervenus.

Il était 7 h 15 ce matin, mercredi 25mai, quand un colis suspect a été découvert devant les locaux d'une entreprise, rue de la Crèche, près de la sous-préfecture.

Le sac contenait manifestement quelque chose d’assez lourd et le service du déminage a aussitôt été appelé.

Parallèlement, un dispositif de sécurité était rapidement mis en place dans le quartier, nécessitant tout de même l’évacuation des 38 occupants de l’immeuble de trois étages concerné.

En fait, il s’est avéré que le sac ne contenait qu’une bonbonne de gaz vide, sans dispositif de mise à feu.

Selon la police, "quelqu’un aura voulu s’en débarrasser, ne trouvant rien de mieux que de la laisser devant la porte de l'immeuble". La mauvaise blague aura tout de même mobilisé une antenne de pompiers, six policiers et deux agents spécialisés dans le déminage.

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► Voiture brûlée près de la gare

FAITS DIVERS -

Une voiture brûlée a attiré l'attention des riverains de la place Stalingrad à Mitry-Mory. L'Opel Corsa était entièrement calcinée.

L'incendie se serait déroulé dans la nuit de lundi 23 à mardi 24 mai, vers 1 h 30 du matin.

Marie-France habite l'immeuble d'en face. Elle raconte : "En sortant de chez moi, mardi matin, j'ai vu de la mousse par terre. J'ai d'abord cru qu'il avait neigé la veille, avant de voir la carcasse du véhicule".

La voiture stationnée près de la mairie annexe et du bureau de poste, à deux pas de la gare de Mitry-le-Neuf, a été entièrement brûlée. Les composants de l'habitacle et du moteur ont été réduits en cendres ou noircis. L'incendie s'est propagé sur les bennes à ordures déposées à proximité. Le plastique n'a pas résisté à la chaleur.

Les pompiers sont intervenus vers 2 heures du matin pour éteindre les flammes.

 

Publié dansFaits divers

Vaires-sur-Marne ► 300 caravanes sur le site de la centrale thermique

FAITS DIVERS -

Pas moins de 300 caravanes sont installées sur le site EDF de l’ancienne centrale thermique de Vaires-sur-Marne, en bord de rivière, juste à côté du centre technique municipal. Vendredi 20 mai, le camp a failli brûler.

La police de Chelles est intervenue vendredi matin suite à un risque d’incendie dû à un branchement électrique sauvage sur les armoires électriques du site. Un arrêté préfectoral d’évacuation a été pris. Les gens du voyage qui occupent les lieux ont été informés de la décision et devraient quitter les lieux dimanche matin.

Depuis l’arrêt de l’exploitation du charbon en 2005, le site de la centrale est considéré comme dangereux et classé Seveso (directive européenne prise après la catastrophe chimique survenue en Italie en 1976). Des lignes à haute tension sont également implantées à proximité.

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► Une famille séquestrée pendant deux heures

FAITS DIVERS -

Une famille de Mitry-Mory a été séquestrée pendant deux heures, hier, vendredi 20 mai. Les parents et leurs trois enfants ont été frappés et attachés dans leur maison située avenue du Berry. Les agresseurs sont repartis avec des bijoux et 1 700 euros d'argent liquide.

Il était environ 3 heures du matin lorsque cinq individus, les visages dissimulés sous des cagoules, ont pénétré dans le pavillon d'un commerçant mitryen. Surpris en pleine nuit, les parents et les enfants âgés de 11 à 15 ans ont été frappés, menacés par une arme de poing et un couteau puis bâillonnés et attachés avec des fils et électriques.

L'associé de la victime a reçu un appel vers 6 heures. Quelques heures après les faits, il racontait : "Il m'a juste dit qu'il avait des soucis car des hommes étaient entrés chez lui et qu'il ne pouvait pas venir ouvrir la boutique. Il m'a assuré que tout le monde allait bien." La nouvelle s'est rapidement propagée dans le quartier de Mitry-le-Neuf. "Beaucoup de clients sont venus prendre de ses nouvelles" a assuré un employé du magasin.

Le père de famille a porté plainte au commissariat de Villeparisis l'après-midi même.

Selon ses déclarations recueillies par les enquêteurs, "les agresseurs ont tout renversé et tout fouillé de fond en comble. Ils sont repartis vers 5 heures du matin avec quelques bijoux et une somme de 1 700 euros en espèces."

Les victimes, sous le choc et légèrement contusionnées, ont été conduites à l'hôpital de Jossigny. La police judiciaire de Meaux est chargée de l'affaire.

 

Publié dansFaits divers

Villeparisis ► Stupéfiant trafic : le liquide était sous la baignoire

FAITS DIVERS -

Un habitant de Claye-Souilly soupçonné de trafic de cannabis a été interpellé, mercredi 18 mai, chez lui. Il avait caché l'argent liquide sous sa baignoire.

Les policiers ont élucidé une affaire de stupéfiants qui remonte à l’année dernière. Dans la nuit du 7 au 8 septembre 2015, ils avaient interpellé, passage Charles-Gide, un individu en possession de 447 grammes de résine de cannabis.

Dans le cadre de l’enquête, les petits sachets plastiques contenant la substance illicite et conditionnés pour la revente étaient transmis à l’expertise du service de la police judiciaire. Cette dernière devait faire apparaître les empreintes d’un second individu qui, à l’issue d’un recoupement avec les fichiers de la police, a finalement pu être interpellé à son domicile, mercredi.

Le suspect, âgé de 20 ans et résidant à Claye-Souilly, a aussitôt été placé en garde à vue. La perquisition de son domicile devait révéler la somme de 2 600 euros en espèces cachée sous sa baignoire, une somme dont il n’a pu expliquer la provenance. Le mis en cause s’est vu signifier une convocation par officier de police judiciaire et devra comparaître le 15 octobre devant le tribunal de Meaux.

Publié dansFaits divers

Villeparisis ► Sans permis ni assurance mais avec alcool

FAITS DIVERS -

Un conducteur a été interpellé à Villeparisis, sans permis ni assurance mais avec un taux d'alcoolémie qui dépassait la limite autorisée.

Un contrôle de police effectué avenue Jean-Jacques Rousseau a fait sortir de son véhicule, vendredi 20 mai à 0 h 25, un conducteur âgé de 28 ans.

Jusque-là rien d’anormal si ce n’est que ce dernier n’a pas été en mesure de présenter son permis de conduire aux policiers, pas plus que son certificat d’assurance… puisqu’il n’en possédait pas. En revanche, le contrôle d’alcoolémie pratiqué devait révéler un taux de 0,64 grammes d’alcool dans le sang.

Le contrevenant aux dispositions du code de la route habite à Drancy (Seine-Saint-Denis) et son casier judiciaire fait état de récidives. Il a été placé en garde à vue et, une fois dégrisé, il a été déféré au parquet de Meaux.

 

Publié dansFaits divers

Val d'Europe ► Ils volent pour 400 euros de jeux vidéo

FAITS DIVERS -

Les jeux vidéo attirent les voleurs comme la viande attire les mouches...

Jeudi 19 mai, à 21 h 25, les policiers sont intervenus pour un vol à l’étalage suite à un appel du service de sécurité du centre commercial Val d’Europe à Serris.

Profitant de l’affluence à cette heure de la soirée dans le magasin Auchan, deux individus, un mineur de 14 ans et un adulte de 22 ans, ont en effet dérobé des jeux vidéos PS4 pour une valeur totale de 400 euros. Les deux interpellés sont des gens du voyage et sont déjà défavorablement connus des services de police. Ils ont précédemment commis des faits similaires qui sont enregistrés sur leurs casiers judiciaires.

Ils ont tous deux été placés en garde à vue en attendant d’être fixés sur leur sort dans la journée.

Publié dansFaits divers

Meaux ► Beauval : la police prise à partie

 

Faits divers -

La police n'est pas épargnée par les trouble-fête. A Meaux, dans le quartier de Beauval, une patrouille a eu fort à faire avec trois individus.

La rue Pierre-Clostermann a été quelque peu animée aujourd'hui, vendredi 20 mai. A 0 h 30, alors qu’ils procédaient à un contrôle d’identité, des policiers ont été pris à partie par trois individus, âgés de 20 à 21 ans.

Insultes et menaces ont vite fusé à l’égard des représentants de l’ordre et un fonctionnaire s’est même vu violemment agrippé par le col par l’un des noctambules. Voyant que l'affaire dégénérait, les deux acolytes de l'agresseur ont préféré prendre la fuite.

Le policier a dû faire usage de sa bombe lacrymogène pour se dégager de l’étreinte du forcené qui a finalement, lui aussi, pris ses jambes à son cou. Sa carte nationale d’identité étant toutefois restée sur place au cours de l’échauffourée, son interpellation apparaît imminente.

Publié dansFaits divers

Varreddes ► Flashé à 134 Km /h en plein village

FAITS DIVERS-

Mardi 17 mai, à 22 h 40, à Varreddes, un contrôle routier mis en place sur l’avenue Guy-Denis par la brigade de gendarmerie de Lizy-sur-Ourcq a flashé un automobiliste roulant à très vive allure.

Il s’est avéré que la voiture roulait en effet à 134 km/h en direction de Lizy-sur-Ourcq. Le conducteur, âgé de 24 ans et résidant dans le département, a été aussitôt interpellé par les gendarmes.

La vitesse d’infraction retenue a été ramenée à 127 km/h pour une vitesse autorisée fixée à 50 km/h sur cette voie, en agglomération. Les contrôles de dépistage effectués, alcool et stupéfiants, se sont révélés négatifs. L’automobiliste a fait l’objet d’un retrait de permis de conduire immédiat.

En revanche, sa voiture une BMW, n’a pu être saisie car il n’en était pas le propriétaire. Le contrevenant est dans l’attente de la décision du parquet et de la préfecture sur son sort.

Publié dansFaits divers

Dammartin-en-Goële ► Vandalisme : le parcours de santé saccagé

FAITS DIVERS -

Le parcours de santé à Dammartin-en-Goële a été saccagé au cours du week-end. Les derniers agrès venaient d'être fixés.

Les adeptes de la forme devront attendre pour avoir accès au parcours de santé. Celui-ci qui s'étend aux abords du château, vers le city-park et dans le secteur de la Chaumière, va devoir être réparé.

Dans la soirée du vendredi 13 mai, un groupe de jeunes âgés d'une quinzaine d'année et parmi lequel figureraient deux filles, a été vu par des témoins. Le groupe s'affairait à dégrader le matériel récemment installé. Les dégâts sont considérables : les tapis de sol amortissants ont été déchirés, des poteaux qui fixaient des agrès ont été arrachés du ciment encore frais...

Véronique Havel, adjointe chargée de la sécurité, de la prévention et de la tranquillité publique, indique : "On est dégoûtés. On essaye d'améliorer Dammartin et c'est gâché par des vandales. Ceux qui ont fait ça n'ont vraiment rien d'autre à faire. C'est à eux que ça ferait du bien de faire un peu de sport sur le parcours qu'ils viennent d'endommager. Ça fait longtemps que les petits groupes comme ça existent à Dammartin et nous sommes victimes aussi d'années de laxisme sous la précédente mandature municipale. Maintenant on est obligés de passer à la phase répressive pour que la population de la ville soit tranquille et pour empêcher que les actes de délinquance se répètent".

Dammartin a déjà en effet essuyé des actes de vandalisme à plusieurs reprises. L'un des plus graves remonte à la nuit du 17 au 18 décembre 2015 durant laquelle des voitures avaient été incendiées sur le parking, rue Eugène-Hémar (Voir notre article ici).

Cette fois-ci, c'est la société qui a posé les agrès qui va déposer plainte auprès de la gendarmerie car la mairie n'avait pas encore réceptionné l'ensemble. Une enquête va être ouverte afin d'identifier les auteurs des dégradations et de les poursuivre.

Dammartin_vandalisme

 

Publié dansFaits divers

Le Pin ► Il asperge ses agresseurs de gaz lacrymogène

FAITS DIVERS -

Un habitant de Claye-Souilly s'est fait voler sa moto sous la menace d’une arme de poing tandis qu'il circulait dans les bois du Pin, hier. Il ne s'en est tout de même pas trop laissé compter et a aspergé de gaz lacrymogène le visage d'un de ses agresseurs.

Un habitant de Claye-Souilly n'a pas eu froid aux yeux quand il s'est défendu contre quatre malfaiteurs. Le jeune homme avait choisi de profiter du beau temps pour faire du motocross dans les bois du Pin, jeudi 5 mai. Peu avant 16 heures, alors qu’il remontait la rue de la Dhuys, quatre individus ont fait subitement irruption devant lui, l’un d’eux exhibant même une arme de poing.

Surpris, le motard a chuté. Pendant qu’il se relevait, heureusement sans grand dommage, deux de ses agresseurs se précipitaient sur sa moto pour s’enfuir dessus, tandis que les deux autres l’empêchaient d’intervenir.

La victime était équipée d’une caméra Gopro sur son casque dans le but de filmer ses exploits. Les deux agresseurs, s’en apercevant, ont tenté de faire main basse dessus. Leur projet a échoué car le motard a eu le temps d’utiliser sa bombe lacrymogène et d’en asperger le visage de ses deux agresseurs avant de prendre la fuite sans demander son reste.

La scène de l’agression a été filmée grâce à la caméra et permettra sans nul doute aux enquêteurs d’identifier les quatre malfrats du bois.

Publié dansFaits divers

RN3 ► Dramatique face à face : trois morts et un enfant blessé

FAITS DIVERS -

Un dramatique face à face s'est produit sur la D 603 (ex-RN3) sur la commune de Chauconin-Neufmontiers, hier, samedi 30 avril.

Il était un peu plus de 8 heures du matin, hier, quand un accident est survenu entre deux voitures, une Citroën C4 et une Mazda. Le choc a été terrible et trois occupants des véhicules ont perdu la vie.

Dans la Citroën se trouvait une jeune femme de 28 ans. Selon les premières constatations, la voiture se serait déportée sur la voie de gauche pour une raison encore indéterminée. Elle est entrée en collision avec la Mazda qui arrivait en sens inverse, occupée par deux hommes âgés de 45 et 46 ans.

Quand les pompiers sont arrivés sur les lieux du drame, les trois adultes ne respiraient plus. L'intervention des secours n'a pas permis de les ranimer.

Les corps des victimes, coincés dans les tôles, ont dû être désincarcérés.

Un enfant âgé de 6 ans, passager arrière, a été transporté dans un état grave à l'hôpital Necker, à Paris, par l'hélicoptère de la sécurité civile.

L'accident a engendré un important bouchon, le temps de dégager la chaussée.

Une enquête est en cours afin de tenter d'établir les circonstances exactes des faits.

 

 

Publié dansFaits divers

Champs-sur-Marne ► Une famille agressée et séquestrée

FAITS DIVERS -

Une famille de Champs-sur-Marne a été agressée et séquestrée par deux individus qui tentaient de cambrioler le domicile, ce matin, mardi 26 avril.

Deux cambrioleurs sont entrés en fracturant une ouverture du domicile d'une famille vietnamienne.

Une fois dans le logement, les malfaiteurs se seraient trouvés nez-à-nez avec l'épouse qu'ils auraient frappée alors qu'elle tentait de les arrêter. Le mari, quant à lui, a reçu des coups de poing au visage en voulant protéger sa femme.

Selon une source proche de l'enquête, "les époux ont reçu l'ordre de ne plus bouger. C'est en entendant les cris de ses parents et des agresseurs que la fille, cachée dans la chambre, a appelé des amis à l'aide de son téléphone portable."

La jeune femme, âgée de 22 ans, aurait également été frappée en allant porter secours à ses parents.

Les amis qu'elle avait réussi à contacter juste avant sont rapidement arrivés sur les lieux et ont fait fuir les cambrioleurs.

Des voisins témoignent : "On a entendu du bruit et une bagarre a éclaté".

Dans leurs premières déclarations, les victimes ont dressé le portrait de "deux hommes habillés en noir et portant chacun un casque de moto". Dans ces conditions, il était impossible de voir le visage des agresseurs.

A l'arrivée des forces de l'ordre, la famille n'a constaté aucun vol. Les parents et leur fille ont été transportés à l'hôpital.

La police judiciaire est chargée de l'enquête.

Publié dansFaits divers

Claye-Souilly ► Casseurs quotidiens devant le lycée professionnel

FAITS DIVERS -

Tous les matins, des casseurs sèment la perturbation devant le lycée professionnel le Champ de Claye à Claye-Souilly.

Sans doute les vacances scolaires vont-elles mettre un terme aux agissement des fauteurs de trouble... En attendant, chaque matin, le secteur du lycée Champ de Claye est le théâtre de manifestations qui n'ont vraisemblablement pas grand chose à voir avec les mouvements contre la loi El Khomry. Aucun mot d'ordre de la part des syndicats ne légitimise les agissements quotidiens qui ressemblent plus à des actes de casseurs qu'à des revendications.

"Tous les jours les jeunes se réunissent aux abords du lycée. On ne sais pas pourquoi. Ils sortent des drapeaux mais pas des banderolles de revendications. On suppose qu'ils ont profité des derniers mouvements de grève contre la loi travail pour ficher le bazar. On se demande jusqu'où cela va aller. Ça fait un peu peur quand même..." commente Bernard, un passant qui assistait de loin, hier, jeudi 14 avril, aux scène de troubles.

Les piétons s'arrangent pour ne pas approcher les attroupements desquels des membres se dégagent parfois et font preuve d'agressivité.

Poubelles renversées, pierres lancées sur la police (Voir notre article ici), agressivité envers les passants... La sécurité n'est pas au rendez-vous à l'heure de la rentrée. L'intervention de la police est systématiquement nécessaire afin de contenir l'agitation.

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► Bouchon monstre sur la Francilienne

FAITS DIVERS -

Alerte circulation : Un bouchon monstre s'est formé sur la Francilienne, à hauteur de Mitry-Mory, à la suite d'un accident survenu aujourd'hui, jeudi 14 avril, aux environs de midi.

Le conducteur d'une C3D, vraisemblablement en proie à un malaise cardiaque, a percuté une autre voiture qui circulait sur la Francilienne aux environs de midi. Les voitures se dirigeaient vers Villepinte. Après avoir heurté le second véhicule, la Citroën a terminé sa course dans la glissière de sécurité sur le bord droit de la chaussée.

Aussitôt après le choc, la circulation sur l'A 104 a été arrêtée, formant un bouchon particulièrement conséquent. Même les secours, pompiers et médecins du Smur, qui sont encore sur place à l'heure où nous mettons cet article en ligne, ont eu des difficultés pour accéder au blessé. Celui-ci devrait être transporté à l'hôpital dans quelques instants.

La conductrice du second véhicule est indemne et sa voiture a pu rapidement être dégagée de la route.

Il est conseillé aux automobilistes d'emprunter une autre route s'ils peuvent changer leur itinéraire.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23152,23151"]

Publié dansFaits divers

Claye-Souilly ► Ils lancent des pierres sur les policiers

FAITS DIVERS -

Des élèves du lycée le Champ de Claye à Claye-Souilly ont lancé des pierres sur les policiers municipaux, ce matin, mercredi 13 avril. La police nationale est intervenue.

Il était 8 heures du matin quand des lycéens de Champ de Claye ont profité des derniers événements et diverses manifestations pour causer des troubles devant l'établissement. Rassemblés à l'extérieur à l'heure de la rentrée en classe, les jeunes ont lancé des pierres et divers projectiles sur les policiers municipaux qui venaient remettre un peu d'ordre dans le secteur.

Les policiers nationaux sont arrivés à la rescousse de leurs homologues municipaux. Des professeurs du lycée sont intervenus et ont fini par raisonner la vingtaine d'élèves qui restaient et leur faire prendre la direction des salle de cours.

A 9 h 30, tout était redevenu calme.

 

Publié dansFaits divers

RN3 ► Gros bouchon

La RN3 est bouchée entre Claye-Souilly et Villeparisis. Trois véhicules sont entrés en collision ce matin, mardi 12 avril. L'accident a formé un gros bouchon.

La route est toujours bouchée depuis l'accident qui s'est produit à la jonction de la Route nationale 3 et de l' A 104. Les véhicules ne roulent plus que sur une seule voie.

Comme chaque matin, la circulation est dense dans le secteur.

L'accident n'a fait aucun blessé mais de l'huile a été répandue sur la chaussée. Les services de la Dirif ont dû commencer à éponger la flaque avec du produit absorbant.

A l'heure où nous mettons cet article en ligne, les dépanneuses sont en train d'enlever les voitures accidentées. RN3_accident

 

Publié dansFaits divers

Lognes ► Le braqueur tire un coup de feu

FAITS DIVERS -

Une boulangerie de Lognes a été braquée par un individu armé, ce matin, mardi 5 avril, peu après 7 heures.

L'attaque a eu lieu Cours des Lacs. L'homme agissant à visage découvert, muni d'une arme de poing, est entré dans la boulangerie et a réclamé la caisse. L'employée lui a aussitôt donné l'argent qui s'y trouvait. Le malfaiteur est reparti avec 40 euros.

En sortant de la boutique, il a tiré un coup de feu en l'air. L'arme était en fait factice, sans doute un pistolet à amorces : c'est en tout cas le bruit qu'a fait la détonation selon les témoins.

Une enquête a été ouverte.

Publié dansFaits divers

Meaux ► 170 € pour retrouver la liberté

FAITS DIVERS -

Il avait été arrêté pour détention de stupéfiants. Conduit au commissariat de Meaux, il a tenté de glisser quelques billets à un policier pour que celui-ci "ferme les yeux".

L'histoire a commencé à minuit. C'était l'heure du crime mais en l'occurrence du délit. Cette nuit, mardi 5 avril, à Meaux, une patrouille de police a interpellé le conducteur, âgé de 23 ans, d'une voiture qui était équipée de fausses plaques d'immatriculation. A côté de lui, le passager de 18 ans était trouvé en possession de 35 g de résine de cannabis. Les deux individus, habitants de Jouarre, étaient rapidement conduits au commissariat.

Tandis que la garde à vue se mettait en place, le passager de la voiture a pris un fonctionnaire en aparté. Dans un coin des locaux, il lui a alors proposé de fermer les yeux sur leur "aventure" et de les laisser repartir moyennant quelques billets. Preuve à l'appui, le voilà qui sort de sa poche dix-sept coupure de 10 €.

L'objectif que le jeune homme escomptait atteindre a été manqué.

Le policier a confisqué les pièces à conviction pour "tentative de corruption de fonctionnaire" et ça n'a pas évité à leur propriétaire de passer la nuit en cellule. Il y est d'ailleurs encore à l'heure où nous mettons cet article en ligne.

C'est finalement un peu comme si le dealer avait payé une chambre d'hôtel à 170 € la nuit...

 

Publié dansFaits divers

Serris ► Le survivaliste se préparait à la guerre

FAITS DIVERS-

Survivaliste : Un véritable arsenal de guerre a été retrouvé par les policiers, hier, jeudi 31 mars, au domicile d'un Serrissien âgé de 22 ans. L'homme se préparait à la fin du monde...

Quatre cocktails Molotov, des couteaux militaires, des cartouches, des munitions, une grenade à plâtre, un fusil de chasse de calibre 12 mm et une arbalète. C'est la saisie qu'ont fait les enquêteurs chez un habitant de l'avenue de Saria à Serris lors des perquisitions qui se sont déroulées mercredi et jeudi matin.

Des produits chimiques permettant de fabriquer des bombes ou des explosifs ont également été retrouvés. "Nous y avons découvert du nitrate d'aluminium, du soufre et de l'aluminium en poudre ainsi qu'un kilo de chlorure d'ammonium" détaille une source proche de l'enquête.

Des riverains qui ont assisté au défilé des forces de l'ordre ont d'abord cru au tournage d'un film qui s'est tourné le même jour dans la ville. "Lorsque je me suis rendue compte que ce n'était pas une fiction, j'ai eu froid dans le dos" raconte Mélanie qui habite à deux pas des lieux.

Stage commando et paintball
L'individu, un ancien militaire, aurait expliqué, lors de sa garde à vue au commissariat de Chessy, être pratiquant du survivalisme, une mouvance qui prône la préparation à la survie en cas de révolution, de catastrophe mondiale, de cataclysme ou de fin du monde. "C'est à l'occasion d'un stage commando que le fan de paintball et de ball-trap [NDLA : tir aux pigeons d'argile] est devenu un adepte du mouvement. Il avait préparé du matériel permettant de  survivre plus de trois semaines en forêt" rapporte un enquêteur.

Si le nom du jeune homme ne figure pas dans les fiches des renseignements territoriaux, les services de police possèdent sur lui un dossier conséquent. En effet, le survivaliste a déjà été arrêté et condamné pour "détention d'armes et de munitions en bande organisée", "violence" et  "dégradations". Finalement, c'est peut-être par lui que pouvait arriver la catastrophe...

Il sera déféré au parquet aujourd'hui, vendredi 1 er avril.

Publié dansFaits divers

Manifestations lycéennes ► Des poubelles devant les portes des lycées

FAITS DIVERS -

Les manifestations contre la loi El khomry n'ont pas donné trop de fil à retordre à la police. Tout s'est déroulé dans le calme sur les sites "qui bougeaient".

A Chelles, Mitry-Mory et Champs-sur-Marne, une dizaine d'individus sont venus davantage causer des troubles que soutenir la manifestation. Devant les portes des lycées, ils ont déposé des containers poubelles. Sans doute pensaient-ils bloquer l'entrée des établissements.

Cependant, les élèves ont pu entrer sans problème dans leurs lycées. A 9 heures, banderoles et bonnes volontés étaient pliées. Les poubelles aussi avaient été dégagées.

Les manifestations dans la région auraient été, selon les premières constatations, moins suivies que les précédentes. Il faut dire que les lycéens sont en plein examens blancs et les premières et terminales ont plus sérieusement la tête dans la préparation du bac.

Publié dansFaits divers

Saint-Thibault-des-Vignes ► Le braquage est passé comme une lettre à la poste

FAITS DIVERS -

Un braquage a été commis dans un bureau de poste de Saint-Thibault-des-Vignes, avenue de Torcy, ce matin, jeudi 31 mars à 9 heures. Encore sous le coup, les victimes n'ont prévenu la police qu'une demi-heure après.

L'un des deux malfaiteurs auteurs du braquage à la Poste est entré dans l'agence, pistolet à la main. Tandis que son complice faisait le guet à l'extérieur, celui à l'intérieur réclamait l'argent contenu dans le coffre. L'employé a été forcé de lui remettre les espèces, soit une somme de 3 500 euros.

Les deux voleurs ont ensuite pris la fuite mais personne, employés et clients qui se trouvaient dans le bureau de La Poste à ce moment-là, ne se souvient ou n'a eu la curiosité de regarder dans quelle direction ils partaient, où même s'ils étaient à pied, en voiture, en cyclo ou à vélo. Sans doute encore sous l'effet de surprise, aucun n'a eu le réflexe non plus de prévenir la police, réduisant ainsi à peau de chagrin les minces chances de retrouver le duo dans la foulée de l'attaque.

Le braquage n'a heureusement pas fait de blessés, passant de cette manière, un peu comme une lettre  la poste, selon l'expression courante signifiant que quelque chose passe quasiment inaperçu.

Il n'empêche qu'au bout d'un moment, les victimes se sont aperçues que la police n'avait pas été alertée. Dès qu'ils ont été avertis, les fonctionnaires sont arrivés. il était 9 h 30.

La police judiciaire de Meaux a été chargée de l'enquête.

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► Un collégien heurté par un bus

FAITS DIVERS -

Un élève du collège Erik-Satie à Mitry-Mory a été heurté par un bus, ce matin, mardi 29 mars. Il a été transporté à l'hôpital de Jossigny. Il souffrirait de divers traumatismes aux jambes.

Il était 11 h 50 quand l'adolescent a été renversé par un bus qui s'apprêtait à quitter l'arrêt devant le collège Erik-Satie, dans le quartier de Mitry-le-Neuf.

Un des camarades de l'élève était dans le bus au moment de l'accident et raconte : "Il a couru pour rattraper le bus qui partait puis s'est mis devant. La conductrice allait tourner pour rejoindre la Fringale et ne l'a pas vu". Selon d'autres témoins, la victime semblait être "dans l'angle mort du chauffeur".

Tous les passagers du bus ont été évacués, beaucoup sont choqués. Fabrice, un autre élève, est encore traumatisé. Les mains tremblantes, les mots franchissant à peine ses lèvres, il essaye de raconter : "Il avait ses jambes sous les roues..."

Les secours sont rapidement arrivés et ont pris le relais du personnel du collège qui était intervenu pour aider le blessé. L'adolescent, scolarisé en classe de 3e, était conscient. Il souffrirait de fractures aux jambes. Il a été transporté aux urgences à Jossigny. Ses parents, prévenus par l'établissement scolaire, se sont rendus sur les lieux de l'accident et ont pu l'accompagner dans le véhicule du SAMU.

Le bus 171 transporte chaque jour les élèves du collège vers différents arrêts du quartier de Mitry-le-Neuf.

Mitry_bus

Publié dansFaits divers

Meaux ► Suicide sur les rails

FAITS DIVERS -

Suicide : Un drame s'est produit hier, mardi 22 mars, en gare de Meaux : une jeune femme s'est donné la mort.

Il était 18 heures quand le train qui arrivait en gare de Meaux a percuté une jeune femme tandis que de nombreux voyageurs attendaient sur les quais.

D'après les témoignages, la jeune femme, âgée d'environ 35 ans, peut-être 40, a sauté sur la voie ferrée et s'est mise en boule juste au moment où le train passait.

"Elle est morte sur le coup" ont confirmé les autorités.

La victime n'a pas encore été identifiée et une enquête a été ouverte.

Hier, la circulation est revenue à la normale à 19 h 40.

Publié dansFaits divers

Meaux ► Braquage dans une supérette

FAITS DIVERS -

Un individu a fait irruption dans la supérette Atoo, rue Louis-Braille, dans le quartier de Beauval à Meaux.

Les faits se sont produits mardi 15 mars à 19 h 55. Le gérant de la supérette a vu entrer un individu dans le magasin. Celui-ci avait le visage dissimulé sous une capuche et a brandi une arme de poing. Sous la menace de l'arme, la victime a dû ouvrir la caisse et donner son contenu au braqueur.

Il est reparti avec une somme comprise entre 250 et 300 euros. Il s'est enfui à pied. Aucun coup de feu n'a été tiré et le malfaiteur n'a procédé à aucun autre fait de violence.

L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Meaux. "C'est fort probablement un délinquant local" a-t-on appris d'une source proche du dossier.

police

Publié dansFaits divers

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Abonnez-vous à la newsletter : une revue hebdo et l’agenda chaque lundi

captcha 

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°41 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top