Mitry-Mory ► Adrien Desport ne veut pas porter le chapeau seul 

Le procès d'Adrien Desport, 25 ans, et de ses six complices, âgés eux aussi d'une vingtaine d'années, s'est ouvert mercredi 2 septembre à 9 heures devant le tribunal correctionnel de Meaux. Les prévenus sont arrivés à l'heure et plusieurs semblaient impressionnés par la foule dans la salle des pas perdus. Il faut dire que ce procès était très attendu, à la fois par les victimes des incendies, par la ville de Mitry-Mory qui s'est portée partie civile, et par les adversaires politiques des ex-militants du Front National. Il devait avoir lieu le 15 juillet mais a dû être reporté car les analyses psychiatriques du principal prévenu n'étaient pas prêtes.

L'ex-numéro 2 du FN 77 et les militants comparaissaient pour "association de malfaiteurs", "dégradation du bien d'autrui par moyen dangereux", "usage et détention de stupéfiants" et "dénonciation mensongère à une autorité judiciaire entraînant des recherches inutiles". Dans la nuit du 7 au 8 avril dernier, une douzaine de véhicules avaient été incendiés dans le quartier de Mitry-le-Neuf.

Pendant l'audience, dans une ambiance glaciale, c'est un portrait  à charge d'Adrien Desport qu'ont dressé ses anciens compagnons. Les mots "guet-apens" et "assassinat" ont été prononcés. Son ex-petite-amie, la seule femme sur le banc des prévenus, l'a même comparé à un "gourou". Tous le décrivent comme un "manipulateur" qui leur aurait fait prendre de la drogue et des médicaments pour les entraîner dans ses méfaits. Il les aurait même menacés.

Adrien Desport, dont le psychiatre a déclaré à l'audience qu’il "ne souffrait d’aucune pathologie", a admis sa part de responsabilité mais a refusé de porter seul le chapeau. "Je suis très peu fier de ce que j'ai fait mais je ne suis pas un manipulateur" a t-il déclaré aux juges.

Le parquet a requis 4 ans de prison dont 12 mois avec sursis contre le principal prévenu.

Pour sa défense, l'avocat d'Adrien Desport a plaidé une enfance difficile, marquée par le comportement du père.

Le jugement a été mis en délibéré après plus de 9 heures d'audience (au lieu des 3 heures prévues). Le verdict est attendu le 16 septembre et Adrien Desport a été laissé libre sous contrôle judiciaire.

 

Publié dansFaits divers

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

La newsletter : s'abonner

captcha 

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°42 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top