Seine-et-Marne ► Préfet : les intercommunalités pas assez armées face au Grand Paris

Le préfet de Seine-et-Marne, Béatrice Abovilliers, a estimé, vendredi 19 janvier, que les communautés d'agglomération ne sont "pas bien armées" pour concurrencer la métropole du Grand Paris et elle les a encouragées à s'agrandir davantage.

Le préfet de Seine-et-Marne a déclaré, à l'occasion d'un déjeuner avec la presse locale, vendredi, que "les EPCI (Etablissement public de coopération intercommunale) ne sont pas assez forts pour être des interlocuteurs de poids face à la métropole parisienne" et a demandé aux élus de "se prendre en main et de revoir la taille et l'organisation des EPCI". Béatrice Abovilliers a précisé qu'aucun EPCI à l'heure actuelle "n'est suffisamment armé" et regarde "avec intérêt" la formation d'un groupement d'intérêt public (GIP) dans le nord du département (lire notre article). Celui-ci devrait réunir les communautés d'agglomérations du Pays de Meaux (CAPM)  et de Roissy Pays de France (Carpf) ainsi que les communautés de communes de Plaines et Monts de France (CCPMF) et du Pays de l'Ourcq (CCPO). L'ensemble pourrait réunir 500 000 habitants.

Béatrice Abovilliers qui est entrée en fonction en août, a également confié que les communautés inter-départementales "peuvent avoir du sens" mais regrette à l'instar de la Carpf "qu'elles aient été créées contre l'avis des élus locaux".

Des dotations de l'Etat versées en fonction de la taille.

Pour encourager les rapprochements, la représentante de l'Etat a confirmé que les dotations de fonctionnement seront versées par l'Etat à enveloppe constante en fonction de la taille des structures intercommunales et des compétences transférées. Ainsi, des compétences qui seront transférées aux communes entraîneront mécaniquement la baisse des dotations. Le préfet lancera prochainement des axes de travail avec les élus locaux dans le but de réduire de moitié le nombre de syndicats intercommunaux de l'eau et de l'assainissement.

La position du préfet confirme une tendance vers un regroupement des intercommunalités autour de Meaux et de Marne-la-Vallée. Ainsi, la communauté d'agglomération de Marne-et-Gondoire souhaite se rapprocher de celle du Val d'Europe. Celles-ci ont par ailleurs intégré de nouvelles communes le 1er janvier : Ferrières-en-Brie et Pontcarré pour Marne-et-Gondoire et Villeneuve-le-Comte et Villeneuve-Saint-Denis pour Val d'Europe agglomération.

 

 

Publié dans Vie locale

Laissez un commentaire

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse