×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Vie locale

Juilly ► Un Noël pour les enfants et les anciens

Le maire, le conseil municipal et le conseil municipal d’enfants avaient convié pour fêter Noël, les 48 enfants de la commune.

Tous, de la naissance à 3 ans, ainsi que les 173 anciens de plus  de 65 ans, Juliaciens, se sont retrouvés dans la salle des fêtes décorée avec soin. Petits et grands ont retiré leurs cadeaux. Ils ont aussi pu immortaliser l'instant  en se faisant photographier avec le Père Noël et aussi se régaler de crêpes, de chocolats, de bonbons et de boissons offerts par la municipalité. Toutes le générations étaient réunies pour l'occasion.

Juilly, Noël

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► Mini-bolides en furie à la Christmas race !

A Dammartin, samedi 19 et dimanche 20 décembre, les courses ne se faisaient pas seulement au marché de Noël, mais également à la Christmas race, sur un circuit pour petites voitures radiocommandées. Des passionnés venus de toute la France (certains ont parcouru 600 km !) se sont rassemblés au gymnase Maurice-Lerozier pour participer à la course organisée par le MCCD (Mini Car Club Dammartinois). 80 participants de tous âges ont assuré le show avec parmi eux, Cédric Devillers du club de Louvres (Val-d'Oise), et Julien Bourdelas du club de Dammartin.

Ce qu’ils ont en commun ? Une passion de plus de 20 ans. Ce qu’ils aiment ? L’esprit de compétition et de camaraderie, concevoir des pièces, faire de la mécanique et du pilotage. Cela a un coût bien-sûr : Cédric est sponsorisé ce qui, comme il dit, "rend le coût raisonnable », tandis que Julien finance tout lui-même.

Avant les essais libres, c’est-à-dire les premiers tours de roues auxquels les pilotes participaient chacun leur tour par groupe de dix, ils bichonnaient leurs bolides dans les stands, sur les grandes tables couvertes de boîtes à outils. Une fois montés sur l’estrade, pour mieux voir l’ensemble du circuit, les concurrents, munis de leurs manettes, se livraient un spectaculaire numéro de pilotage. Les voitures radiocommandées roulaient à des vitesses impressionnantes. Michel Sadin, membre du MCCD depuis huit ans et président depuis un an, l’affirmait par les chiffres : « Au bout de la ligne droite, on est presque à 60 km/h. Avec 80 ampères de consommation, les 4x4 au démarrage peuvent faire des trous dans les tapis ! »

Les petits bolides électriques s'envolaient en franchissant les bosses, d’autres partaient en tonneaux. Les pilotes, concentrés, négociaient les virages au plus juste et lançaient leur voiture comme des fusées dans les lignes droites pour gagner les qualifications, où seuls les tours les plus rapides et le nombre de tours effectués sont comptés. En fonction des performances, il y avait les finales, dimanche. Le passionné Michel Sadin, s’occupait du chronométrage. Il explique : « Chaque voiture a une puce, comme dans les Formule 1 et lorsqu’elles passent sur l’antenne qui se trouve sous un tapis, leur temps est pris au millième de seconde et l’information est envoyée à l’ordinateur ». On l’aura compris, la Christmas race était bel et bien la compétition à vivre le week-end dernier, à la fois drôle par ses courses virevoltantes (des voitures volantes, c’est loin d’être commun !), et bon enfant avec des compétiteurs détendus.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="15882,15880,15877,15878,15876,15875,15873,15874,15872,15869,15871"]

 

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► La pizzeria Pomodoro, les vraies saveurs d’Italie

Dans son restaurant ouvert depuis janvier 2015, Pomodoro, près de la gare de Mitry-le-Neuf, ça sent bon la pizza. La pâte dégage déjà ses parfums dans le four et elle sera croustillante. La tomate et les herbes tournoient et se marient dans l'air.

Considéré autrefois comme le plat des pauvres, la pizza mérite aujourd’hui une place privilégiée dans la cuisine.  Grâce à sa composition saine et son adaptabilité aux goûts locaux, elle est devenue un symbole mondial de l’alimentation.

Au Pomodoro
Nicolas Vici a 35 ans. L'homme est chaleureux, il est à son affaire. Fils d’italien, sa famille vient de Senigalia et la gastronomie, il connaît : « Ma passion pour la cuisine italienne, celle qui a accompagné mon enfance, m’a donné envie de faire redécouvrir et faire déguster aux amateurs, ses saveurs originales du pays, côté Adriatique. C'est pour ça que j'ai ouvert ma pizzeria, Pomodoro ». Rencontre avec le jeune patron, cuisinier italien.

Nicolas, pourquoi ouvrir une nouvelle pizzeria à Mitry-Mory ?

Je me suis renseigné et j'ai étudié le potentiel mitryen en matière de pizzeria authentique. Je me suis aperçu qu’il y avait un manque.

Du frais et fait maison : pizzas, pâtes fraiches, antipasti, piadines... Votre secret ?

Je garantis des produits 100 % italiens, des pâtes à pizza fabriquées sur place, à longue fermentation pour une pâte plus légère et plus digeste. Des produits frais, pas de surgelé, des plats entièrement fait maison. Je cuis ma pizza directement sur pierre, la pâte est saisie et ça fait ressortir toutes les saveurs ».

Votre envie de restaurant italien authentique vous tenait depuis longtemps. Il a fallu faire une école et passer un diplôme ?

Effectivement pour devenir un vrai pizzaïolo, j’ai dû faire une école. Je me suis entraîné en Italie, pendant de longs mois, puis j’ai passé le diplôme de l’école française de pizzas.

Pizzeria Pomodoro
Cucina d’Italie - Epicerie fine

9 - 13 avenue Jean-Baptiste Clément, 77290 Mitry-Mory (à proximité de la gare Mitry-Villeparisis)

Tél. 01 60 03 55 48.

Ouvert du mardi au samedi de 11 h 30 à 14 h 30 et de 18 h 30 à 22 h 30.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="15670,15669,15668"]

PUBLIREPORTAGE

Publié dansVie locale

Claye-Souilly ► Cédric Tostain, chocolatier : de l'or dans les mains

Cédric Tostain, le chocolatier, a établi son magasin dans le haut de la rue Jean-Jaurès à Claye-Souilly. Entre ses mains, la matière se travaille et prend forme. L'alchimie opère. Dans son atelier, les merveilles naissent...

Depuis son adolescence, Cédric Tostain se prenait à imaginer sa propre boutique. Elle est devenue réalité et depuis trois ans, il crée ses chocolats dans son laboratoire. Le spectacle se joue derrière la vitrine, bien en vue des passants qui s'arrêtent parfois et regardent travailler l'artisan. Les chocolats frais et faits maison sont mis en valeur dans la boutique au numéro 26 de la rue Jean-Jaurès.

Dès 15 ans, Cédric a été attiré par les bonnes odeurs qui émanaient de la boulangerie voisine de l’habitation de ses parents. A force d'être par l'odeur alléché, c’est là qu’il a choisi de faire un apprentissage. Il a ensuite goûté à l’école Ferrandi (Ecole française de gastronomie à Paris, où l’on forme chaque année 7 000 apprentis) et a appris le métier de boulanger-pâtissier pendant deux ans, puis, pendant une année, il s'est spécialisé à l’école de la boulangerie pâtisserie de Paris (EBP) pour devenir chocolatier. Le cursus classique a mené le grand gaillard sur le marché du travail. Il a été embauché dans la célèbre chocolaterie parisienne Girard, établie depuis 1920.

Douze ans de bons et loyaux services et ça été le passage au grade de

chef pâtissier
Originaire de la Seine-et-Marne, Cédric Tostain  a décidé à 30 ans de se lancer dans l’aventure professionnelle d’indépendant, encouragé par son épouse Peggy. C'était ça le rêve qu’il caressait depuis son apprentissage : créer ses propres chocolats, donner aux clients l’envie de déguster ses  créations. Et pour rendre  hommage à la ville, il crée le fameux Pavé de Claye (praliné, amandes, noisettes  écrasées,  crêpe bretonne et fèves de cacao) « un must » confie une cliente. "Bien sûr, les gens viennent chercher des chocolats pour Noël. C'est à cette période que nous travaillons énormément. Il a une demande importante" souligne Cédric.

C’est en véritable artiste qu’il fait découvrir les saveurs de ses savants mélanges : ganaches aux fruits frais, pralinés, macarons, truffes, marrons glacés… Et aussi ses créations comme l’escarpin, le sac à main, les montres argent et or, le ballon de foot ou de rugby, la coccinelle, le violon, la cravate... Il y en a pour tous les goûts.

Marie Paule, sa maman, donne un bon coup de main pour les fêtes de fin d’année : « Les clients viennent se faire plaisir. Nous les accueillons toujours avec le sourire et nous les conseillons dans leur choix. Pour Noël et le Jour de l’an, nous avons des nouveautés comme le magnifique traîneau du Père Noël ou le sapin géant réalisé en chocolat noir ou au lait. » Retrouvez aussi notre vidéo : Cédric Tostain et la fabrication de plaques de chocolat ici

Cédric Tostain, chocolatier
26 rue Jean-Jaurès 77410 Claye-Souilly

Tel : 09 80 78 11 05 – site internet : www.chocolaterietostain.com

Ouvert du mardi au samedi, de 10 à 13 heures et de 15 à 19 heures.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="15538,15533,15534,15535,15536,15537"]

PUBLIREPORTAGE

Publié dansVie locale

Chelles ► Le maire a remis les clés de la ville au Père Noël

Le centre-ville de Chelles était en effervescence, samedi 19 décembre. Petits et grands Chellois sont venus en grand nombre accueillir le Père Noël à qui le maire, Brice Rabaste, a remis symboliquement les clés de la ville.

Le village de Noël a été inauguré le matin même à 10 heures. Dans les petits chalets, des artisans et des commerçants permettaient aux visiteurs matinaux de faire quelques emplettes tandis que les plus jeunes s'adonnaient aux plaisirs de la glisse à la patinoire ou bien à la piste de luge. Les moins téméraires pouvaient se rabattre sur le manège ou prendre la pose dans le chalet des lutins.

A 17 heures, une grande haie d'honneur commençait à se former. "On attend le Père Noël" explique Léa, 4 ans... Sur les deux files, une chanson montait dans l'air... "Petit Papa Noël, quand tu descendras du ciel..." Comme par enchantement, l'homme à la barbe blanche est apparu à bord d'une... décapotable ! "Il fallait bien laisser les rênes se reposer encore un peu avant le jour J" a confié l'idole des enfants.

Après l'avoir accueilli, le maire a remis au Père Noël les clés de la ville pour dix jours afin d'y répandre la joie et le bonheur. "Je suis heureux de vous accueillir en exclusivité, cher Père Noël, et je vous remercie de votre visite qui signifie que les petits Chellois ont tous été très sages" lui a fait remarquer l'édile.

Le village de Noël est ouvert jusqu'au 3 janvier 2016.

Programme des animations spéciales
  • Lundi 21, photographie avec le Père Noël
  • Toujours lundi, atelier sculpture sur glace de 14 à 18 heures, toutes les ½ heures
  • Mardi 22, 3 séances à 15 heures, 16 heures et 17 heures : spectacle « La Brigade des éclaireurs du Père Noël »
  • Mercredi 23, 3 séances à 15 heures, 16 heures et 17 heures : spectacle « Les lutins et le livre magique »
Pere Noel Chelles

 

 

Publié dansVie locale

Chessy ► Francis, le "faiseur de lumière"

Francis a les yeux qui brillent quand il parle de Noël. Le père de famille aidé de sa femme, Laurence, et avec la contribution de leur fille, Nathalie, se transforme chaque année en "faiseur de lumière". Le jardin familial, rue des Coulommières à Chessy, et ses décorations attirent les amateurs.

Il faut avouer qu'elles en mettent plein la vue et c'est d'ailleurs bien pour ça que chez les Pérel, on aime ça, "pour la beauté des lumières dans la nuit et parce que ça donne bien l'esprit de Noël" déclare Francis.

Tous les ans, il prend une semaine de congé exprès pour pouvoir monter son décor. Et là, tout est organisé : des ampoules et des starflashes dans le grand sapin bleu, haut de plus de dix mètres, qui trône sur le devant. Pendant un mois, le géant va briller de mille feux et tout le jardin autour de lui aussi. Francis sort les guirlandes qui entourent le jardin côté rue. Le bassin avec ses carpes et surplombé d'un toit d'où descendent des stalactites de glace lumineuses, le Père-Noël sur son traîneau à côté du banc est prêt à partir. Il y a même un grand bonhomme de neige en tissu qui se gonfle et oscille grâce à la soufflerie bien cachée dessous...

De la magie dans l'air
Quand on entre dans le jardin de Francis, c'est comme si on enfilait une paire de souliers rouges et on se sent pareil à Dorothy Gale, l'héroïne du magicien d'Oz qui est projetée dans un univers magique. Les passants aussi sont sous le charme. "Tous les soirs, les gens qui passent en voiture s'arrêtent pour regarder les décorations. Certains en font même l'occasion d'une promenade. Et puis on a parfois des petits mots de remerciement dans la boîte aux lettres. C'est ça qui met vraiment du baume au cœur" souligne Francis qui ne se lasse pas, et il ajoute : "Le soir de Noël, je fais venir le Père Noël (son habit est bien rangé dans une armoire), la mère Noël et maintenant leur fille et les visiteurs sont contents de passer les voir dans le jardin. Ils viennent discuter".

C'est un monde merveilleux que Francis et Laurence ont fait naître au fil des ans. Une guirlande la première année, puis deux puis d'autres décorations... Ensemble ils ont choisi les éléments, sur Internet ou dans les magasins de la région, trouvant toujours des amélioration à apporter. Il faut dire que Francis est bricoleur et que tout est installé pile-poil. En 15 ans, il a eu le temps de peaufiner le décor mais, comme il dit, "il y a toujours quelque chose à changer, à perfectionner. Il y a aussi des choses qu'on a envie de changer et surtout d'en acheter des nouvelles. Cette année, les derniers nés sont les champignons".

La lumière de Noël sera encore là jusqu'à mi-janvier. Après, les éléments seront démontés petit à petit, séchés, pliés et entreposés avec précaution, jusqu'à l'année prochaine.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="15685,15681,15684,15682,15686,15692"]

 

Publié dansVie locale

Villeparisis ► Le petit train, le manège, les Minions et le Père Noël

Les Villeparisiens, petits et grands, se sont retrouvés place Henri-Barbusse, mercredi 16 décembre, pour profiter du marché de Noël, des manèges, du petit train et d'une photo avec le Père Noël. L'après-midi a été féerique.

Le fameux petit train ne s'est pas fait attendre. Les enfants et même les plus âgés trépignaient d'impatience à l'idée de pouvoir y monter. A son arrivée, des sourires jusqu'aux oreilles se dessinaient sur les visages.

Pendant que le petit train faisait son tour de ville, le public pouvait prendre quelques photos avec des personnages qui leur sont dorénavant familiers et qu'on peut retrouver sous la forme de peluches dans toutes les boutiques de jouets, les Minions*. Les personnages tout en douceur distribuaient chocolats et clémentines, et bien-sûr, le Père Noël recueillait les bisous et lettres des plus petits dans son chalet, pendant que les parents immortalisaient le moment, appareil photo à l'œil.  Venus directement de Laponie, les lutins, installés dans le stand maquillage, offraient un nouveau visage aux plus petits. "J'ai choisi d'être maquillé en Dark Vador" s'est ainsi exclamé le petit Tom, parfaitement au top en terme d'actualité cinématographique et cependant gratifié d'un regard dubitatif de sa maman : "Pas sûr que le Père Noël appréciera" se demandait-elle en souriant, attendrie tout de même par son bout de chou aux rêves de sabres lasers.

Tout l'après-midi, les parfums de chichis et de barbes-à-papa ont embaumé la place et la musique du manège a couvert les cris de joie.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="15657,15658"]

*Les Minions ont été vus au cinéma pour la première fois dans le film d'animation "Moi, moche et méchant". Devant leur succès, ils ont ensuite fait l'objet d'une préquelle, "Les Minions". Voir la bande annonce ci-dessous :

Publié dansVie locale

Le Mesnil-Amelot ► Au premier marché de Noël

Le premier marché de Noël a remporté un vif succès au Mesnil-Amelot. Dès l'ouverture, vendredi soir, 18 décembre, chalets et patinoire ont accueilli les nombreux visiteurs.

Les uns se pressaient autour de la buvette, d'autres devant le stand de barbe à papa, d'autres encore caressaient l'âne (prêté pour l'occasion par Bernard Rigault, le maire de Moussy-le-Neuf)... Les plus impatients montaient et descendaient dans le traîneau qui attendait le Père Noël pour les photos. Et sur la glace synthétique, les patineurs grouillaient, les tas d'enfants s'agglutinaient pour repartir en s'éparpillant à nouveau sur la surface imitation hiver. "Je suis vraiment content que notre premier marché ait du succès... si ça peut mettre un peu de baume au cœur pour tout le monde car la période est dure" déclare le maire, Alain Aubry. Les bénévoles du comité des fêtes ont organisé l'événement en partenariat avec la municipalité.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="19073,19074,19076,19072,19070,19066,19067,19071,19069,19075"]

 

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► Cacao : expo choco jusqu'au 23 décembre

SORTIR -

Une exposition autour du cacao se tient à la médiathèque de Dammartin-en-Goële jusqu'au 23 décembre.

A quelques jours de Noël et en prolongement du salon du chocolat, les visiteurs partent à la découverte d'un des produits vedettes des fêtes de fin d'année.

L'exposition révèle le contenu d'une malle d'un conquistador espagnol au XVIe siècle, parti à la découverte du nouveau monde. En l'ouvrant, un monde de légendes, de récits fabuleux, les arômes puissants du cacao, le xocoalt amer et pimenté des Mayas, se répandent. Sur les vitrines, quelques cabosses, des fèves de cacao, une chocolatière et des moules sont exposés à côté des statuettes et des parures amérindiennes.

Toute l'histoire du cacao est retracée depuis les mythes et les légendes entretenus par les Mayas et les Aztèques à sa fabrication aujourd'hui, en passant par son arrivée en Europe et à la cour de Louis XV à Versailles.

Le public pourra aussi découvrir les vertus du produit utilisé tantôt comme médicament par les moines espagnols tantôt comme breuvage aphrodisiaque par les libertins.

"A la découverte du chocolat", médiathèque George-Sand, place des Prieurs. Tél. 01 60 54 9732 - E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="15751,15752,15753,15754,15755,15756"]

 

Publié dansVie locale

Othis ► Père Noël et calèche étaient au marché gourmand

Le marché gourmand à Othis s'est déroulé au cliquetis des sabots du cheval. Derrière l'Agora, la calèche chargeait ses passagers et partait pour un tour dans la ville.

Le père Noël avait échangé exceptionnellement son traîneau contre une calèche et sa hotte contre un panier de bonbons.

Dans la grande salle, samedi 19 décembre, les marchands avaient sorti les produits de bouche, saucissons, pâtés, vins, bières, champagne et les badauds se pressaient devant les stands. "Le marché marque encore un beau succès, peut-être encore mieux que l'année dernière" s'est enthousiasmé le maire, Bernard Corneille.

Les bénévoles s'agitaient aux côtés des enfants pour l'atelier "sablés". L'activité consistait à enduire des petits sablés avec du sucre glace mouillé et d'y coller divers éléments comme des petits bonbons en forme de cœur, du pralin, des boules roses... Les petites filles ont manifestement "adoré ", pressant minutieusement les décorations sur la pâte cuite.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="15767,15768,15766,15765"]

 

 

Publié dansVie locale

Meaux ► Des pains d'épice de 13 kilos sur le marché

Voilà 30 ans que Laurent Simon, apiculteur, vend son miel sur le marché de Meaux. Avec son cheptel de 350 ruches, le producteur transforme le miel en pains d'épice dans son laboratoire situé dans l'Aisne.

Des pains de 13 kilos, 500 kilos par an... Les chiffres donneraient presque le tournis tant ils sont impressionnants. Et c'est également le terme qui vient en tête quand on passe devant l'étal du marchand. Chaque semaine, Laurent Simon vend ses gros pains d'épices. L'apiculteur aime découper et vanter les mérites gustatifs de ses trésors. « Je fais plusieurs sortes de pains d'épices : orange-cannelle, rhum-raisin, épicé, salé-citronné, au chocolat, aux pruneaux, aux figues, à la cerise, aux noix, aux fruits confits... de quoi ravir mes clients » explique-t-il. Devant le stand, un client meldois déclare : « Moi, j’achète surtout du pain d'épices pour manger avec le foie gras ! ». En effet, la saison est propice à la vente du produit qui accompagne à merveille les mets du moment : saumon, huîtres, foie gras...
500 kilos par an
Les énormes pains d'épices rectangulaires sommeillent sur la table de l'apiculteur. Il pourra couper belles parts larges et épaisses. Chez Laurent Simon, aucun pain d'épice n'est fabriqué à l’emporte-pièce en forme de père de Noël, d'étoile ou de sapin. « Il fut un temps où je façonnais mes pains mais, je me suis aperçu très vite que les gens préféraient le pain d’épices tranché. Ici c'est différent de l'Alsace ». Pour chaque morceau du bijou de pâtisserie, il faut une heure de préparation et trois heures de cuisson. Durant l'année, cinq-cents kilos de gâteaux au miel et aux épices seront réalisés.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="15713,15711,15707,15708,15706"]

 

 

 

 

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► Les scouts ont apporté la lumière de Bethléem

Les paroissiens de l'église Saint-Jean-Baptiste à Dammartin ont accueilli lors du dernier office avant Noël, dimanche 20 décembre, la lumière de Bethléem apportée par les scouts de la ville.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=Xz1_e8T9m6g] Elle a été ensuite déposée près de la crèche installée à côté de l’autel après une procession.

"Chaque année, depuis 27 ans, la flamme est transmise depuis Bethléem où elle a été allumée. Elle est apportée par les scouts et éclaireurs de l’Europe entière dans tous les diocèses et paroisses en signe de paix et de fraternité pendant toute la période de l’avent" explique un responsable de l’association des scouts. "Chacun pourra l’offrir à ses voisins, aux hôpitaux, aux prisons, à toutes personnes isolées ou souffrant de solitude. Ainsi, la lumière leur apportera la paix" précise un autre bénévole de la paroisse. La flamme, allumée dans la grotte de la nativité à Bethléem, est ramenée en Europe puis partagée de bougie en bougie pour "semer la paix".

Des bougies étaient mises en vente pour transmettre la flamme. La recette des ventes sera reversée au Secours catholique.

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Le tir à l’arc a fêté Noël

Le "tir de Noël" s'est déroulé mardi 15 décembre pour la compagnie d'arc de Mitry-Mory.

Traditionnellement au tir à l’arc de la commune, la dernière séance d’initiation de l’année est remplacée par un tir ludique dit « tir de Noël ». Mardi, comme chaque année, tous les jeunes, nouveaux, mais aussi confirmés, étaient invités à participer à la soirée. Ils étaient une vingtaine à tirer sur des cibles décorées aux couleurs du père Noël.

"Les deux fées, Nelly et Stella, ont réalisé les cibles décorées et également confectionné les petits paquets cadeaux. C'était un vrai bonheur pour tous !" souligne Pascale Bourbon, secrétaire de la compagnie d'Arc mitryenne.

A l’issue du tir, des petits lots et des friandises ont été distribués à tout le petit monde autour du verre de l’amitié.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18379,18380,15647,15649,15645,18381"]

 

Publié dansVie locale

Champs-sur-Marne / Jossigny ► Contes de Noël au château dès demain

Les châteaux du centre des monuments nationaux ouvrent leurs portes pour Noël. Du 20 au 24 décembre, le domaine de Champs-sur-Marne entraînera le public dans un parcours original sous le signe de la mythologie.

Des contes au pied de l'arbre seront lus dans l'orangerie du château de Jossigny, les 22, 23 et 24 décembre.

A Champs-sur-Marne, une visite contée se tiendra tous les jours du 20 au 24 décembre, à 10 heures, 13 h 30 et 15 heures. Entourés de bustes d'Apollon, de Diane ou d'Aphrodite, de frontons en colonnes, de fontaines en ornements, les visiteurs seront entraînés dans un voyage au temps des dieux antiques et du siècle des Lumières, période de la construction du château. La visite sera suivie d'un atelier de décoration pour le jeune public.

Accueillis dans la laiterie, les enfants créeront leurs décors de Noël à emporter chez eux. La séance se terminera par une rencontre autour d'un chocolat chaud. Entrée payante pour les adultes (7,50 euros) et gratuite pour les enfants. Réservations au 01 60 05 94 70 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Château de Champs-sur-Marne 31 rue de Paris.

A Jossigny, à 15 heures, les 22, 23 et 24 décembre, le public pourra écouter un conte en famille comme lors des veillées d'autrefois, dans un lieu paisible et rarement ouvert au public : l'orangerie du château. La conteuse France Quatromme évoquera des contes venus du froid et la séance se terminera aussi avec un goûter réconfortant et un chocolat chaud. L'entrée est gratuite. Réservation à l'office du tourisme de Marne et Gondoire au 01 64 02 15 15.

Château de Jossigny 1, rue de Tournan 77600 Jossigny

 

Publié dansVie locale

Plaines et monts de France ► Démantèlement : le budget passera de 90 millions à 6

Le référé de Plaines et monts de France a été rejeté, vendredi dernier (voir notre article ici). Les élus ont voté le budget de l'interco "comme si de rien n'était" mais encore plus, les esprits se tournent vers les 160 salariés qui pourraient rester sur le bord de la route, avec les vingt communes restantes.

En partant dans le Val-d'Oise pour faire partie du Grand Roissy, contre leur gré rappelons-le, dix-sept des communes de la CCPMF (Communauté de communes Plaines et monts de France) vont emporter avec elles leurs recettes dont la plupart sont issues des retombées de Roissy CDG. Plaines et monts de France, qui refuse pour le moment de travailler avec le Val-d'Oise, a voté son budget à trente-sept. Celui-ci est de 90 millions d'euros. Jusque là, rien d'étonnant. Cependant, si l'Etat finit par avoir gain de cause - et c'est manifestement ce qui se profile - ce n'est plus qu'un budget de 6 millions qui restera aux vingt communes restantes.

Au sein de l'interco elle-même, les craquelures commencent à apparaître. Certains, comme Mitry-Mory, veulent prendre leur place dans le Val-d'Oise, "parce qu'on a des choses à défendre" et "qu'il y a peut-être des éléments intéressants pour nous là-bas" commentait Marianne Margaté, adjointe au maire et conseillère départementale, au dernier conseil communautaire du lundi 14 décembre. Son homologue, Bernard Corneille, le maire d'Othis, parle d'un vrai "casse pattes" et comme d'autres, regrette que l'interco qui avait commencé à bien fonctionner, bien qu'elle ait eu du mal à se mettre en route avec ses nouvelles intégrations de villes (Mitry, Compans, Le Pin et Villeparisis), soit broyée de la sorte.

Xavier ferreira, maire de Charny et président de l'amicale des maires du canton de Mitry - si tant est que la découpe administrative veuille encore dire quelque chose -  souligne que "le budget qui va rester aux vingt communes gérées en Seine-et-marne ne sera guère plus élevé que celui de sa commune"

Bernard Rigault, le président de la CCPMF, appliquera la politique de la chaise vide. "Pas question d'aller travailler avec les communes du Val-d'Oise dont certaines d'ailleurs ne veulent pas de nous, parce qu'elles savent bien que nous n'avons pas les mêmes préoccupations et pas du tout le même fonctionnement du fait de notre ruralité. D'ailleurs, les maires d'Arnouville et de Garges-Lès-Gonesses, des secteurs très urbains, s'étaient également opposés à l'intégration.

Grand Paris, Grand Roissy, Grand Meaux... la CCPMF, une goutte d'eau dans l'océan des grandes métropoles
Le mois dernier, Jean-François Copé, maire de Meaux et président de la CAPM (Communauté d'agglomération du Pays de Meaux), qui soutient officiellement Plaines et monts de France, après avoir annoncé qu'il ne "souhaitait pas récupérer les communes du côté de Dammartin dont Saint-Soupplets" a finalement déclaré qu'il se marierait avec la petite interco (Voir la vidéo ici) des Monts de la Goële. Concernant Dammartin, les intentions officieuses du président de la CAPM pourraient projeter de bien différents desseins, de la même manière que le phénomène se produit pour Saint-Soupplets - dont le maire, Stéphane Devauchelle, se sentirait bien d'être intégré à la CAPM.

Jean-François Copé a également placé ses pions à Lizy-sur-Ourcq et La Ferté-sous-Jouarre. Dans ces conditions, sans doute est-il inutile pour les vingt maires qui resteront du démantèlement de la CCPMF, à Dammartin, d'avancer leur nez pour une quelconque et éventuelle présidence qui risque bien de ne même pas voir le jour. Qui ferait le poids contre le maire de Meaux et un projet de grande métropole ?

L'univers se transforme et les métropoles jouent - à peine - des coudes pour se substituer au intercommunalités. Pour se faire accepter, on dirait même que les agglos géantes se déguisent en gentilles intercos. Cependant, des paramètres aussi simples que la gestion des salaires ou le partage des compétences semblent leur échapper. Bref, c'est une vraie pataugeoire où les microbes prolifèrent aux côtés des illusions et des désillusions qui s'enchaînent.

D'autres ont aussi fait les frais de décisions autoritaires. Toujours dans le nord du département, Chelles vient d'être absorbée par l'interco nouvellement formée, « Paris – Vallée de la Marne ". "Je regrette que cette nouvelle agglomération ait été décidée en fonction d’intérêts politiques" a souligné le maire, Brice Rabaste. (Voir le communiqué complet ici)

Alain Aubry, maire du Mesnil-Amelot et vice-président de la CCPMF, ne croit plus vraiment au bénéfice des batailles et parle de devoir faire son deuil. "On se donne encore quelques jours pour voir. On va expliquer des éléments essentiels au préfet et poser des questions capitales comme comment fait-on pour les salaires des employés, car nous n'avons toujours pas de réponse de l'autre côté".

Bernard Rigault, président de la CCPMF, continue de mettre ses espoirs dans le panier des réunions. Un rendez-vous devrait avoir lieu au plus tard le 4 janvier, avec Jean-Luc Marx, le préfet de Seine-et-Marne. Peut-être les 160 salariés de l'interco sauront-ils alors quel sort leur sera réservé ? Dans environ trois mois, la décision du conseil constitutionnel tombera.

 

Publié dansVie locale

Serris ► Le Pilon voyageur, une braderie de livres à 1 et 2 euros

L'opération "le Pilon voyageur" est en route. les amateurs de livres pourront se faire plaisir avec des ouvrages qui seront vendus à 1 ou 2 euros. La braderie se déroulera samedi 19 décembre de 10 à 18 heures.

La médiathèque et le SAN du Val d'Europe organisent l'événement. A quelques jours des fêtes de fin d'année, le public de s'offrir pour 1 à 2 euros des livres "déclassés", trop anciens, trop spécialisés ou usés : romans, bandes-dessinées, manga, des livres jeunesses, des magazines et des revues documentaires. Il y en aura pour tous les goûts !

L'action permettra de renouveler les collections des médiathèques, de libérer la place sur les étagères pour des nouveautés ainsi que d'offrir une seconde vie aux ouvrages grâce à des prix de vente imbattables.

Renseignements : Médiathèque du Val d'Europe - 2 place d'ariane à Serris. Tél. 01 60 43 66 28. www.mediatheques.valeurope-san.fr

affiche Pilon voyageur

 

Publié dansVie locale

Montévrain ► Initiations gratuites aux gestes de premiers secours

La municipalité de Montévrain, en partenariat avec La croix blanche, propose à ces agents, ses élus et ses administrés, des séances gratuites d’initiation aux gestes de premiers secours : hémorragie, personne inconsciente et arrêt cardiaque.

Ces cessions sont ouvertes à tous sur inscription auprès du service évènementiel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Pour les administrés, ces initiations se dérouleront les 28, 29, 30 décembre, trois fois par jour, à 10 heures, 14 heures et 20 heures. Ces formations sont destinées aux personnes âgées de plus de 10 ans. Durée des sessions 2 h 30. Plus d’informations sur Montevrain.fr et la page Facebook
Publié dansVie locale

Conso ► Le gazole sous la barre de 1 euro

Les automobilistes de France l'ont tous constaté ! Le prix du litre du gas-oil, qui connaît une baisse constante depuis mi-2014, enregistre son plus bas niveau depuis 2009.

De nombreuses stations-service affichent désormais des prix au litre en-dessous de 1 euro, soit une baisse de 14 % sur un an.

Ainsi, à la station Leclerc de Villeparisis, le gazole se retrouve à 0,985 euro, mardi 15 décembre. A Collégien, il est à 0,989 autant qu'à l'Intermarché de Saint-Thibault-des-Vignes. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a dressé une liste des enseignes où le prix est passé en-dessous de la barre symbolique.

Pour Pierre, commercial qui fait un plein par semaine à Chelles, "c'est une bonne nouvelle et une économie d'au-moins 10 euros par passage à la pompe." L'automobiliste utilise depuis quelques mois sur son smartphone l'application Essence Free pour comparer les prix de toutes les stations service aux alentours. "C'est très pratique pour faire des économies" indique t-il.

La tendance baissière, également observée pour les essences sans plomb, devrait se poursuivre car le ralentissement de la croissance chinoise a fait baisser la demande et le retour de l'Iran sur la scène internationale a fait augmenter l'offre.

Et qu'en est-il de la hausse annoncée en octobre ?
Il avait été annoncé par le gouvernement (en octobre dernier) que dès 2016, la taxation du gazole devrait augmenter d’un centime par litre par rapport au niveau d’alors, pour rattraper le prix de l'essence, avant une nouvelle hausse similaire en 2017. En même temps, la taxation de l’essence devait réduire du même montant pendant la même période. Cependant, en novembre, le projet de finances prévoyait de revenir en partie sur la baisse de 1 centime des taxes sur l'essence. Bref, la bonne intention de départ vis à vis des consommateurs, de taxer un peu moins l'essence et un peu plus le gazole afin de parvenir "à un rapprochement en cinq ans" comme l'avait prônée Ségolène Royale, ministre de l'Ecologie et de l'Energie puis Manuel Valls, le Premier ministre, s'est perdue dans l'or noir. A la place, le gouvernement, selon les calculs du ministère des Finances, a prévu à partir du 1er janvier, +3,5 centimes par litre sur le gazole et +2 centimes par litre sur le SP95. C'est vrai, les deux prix se rapprochent, mais vers le haut...

Alors, mieux vaudrait sans doute ne pas trop s'habituer à la bonne nouvelle mais tant que la baisse est constatée, ça soulage le porte-monnaie.

Publié dansVie locale

Dammartin-en-goële ► 500 colis distribués aux aînés

Les aînés de Dammartin ont reçu les colis pour Noël, lundi 14 décembre. C'était aussi pour eux l'occasion de se retrouver, comme en famille.

Ils ont été accueillis au centre communal d’actions sociales (CCAS), rue Ganneval, pour recevoir les paquets. Michel Dutruge, le maire, est venu saluer tout le monde et encourager son équipe de bénévoles. « 500 colis ce n’est pas rien ! Par ailleurs, il est  important d’encourager nos aînés à participer à la vie de la commune, c’est pourquoi nous les recevons comme en famille» précise-t-il. Pour réchauffer les cœurs et les âmes, la municipalité avait préparé une collation agrémentée de viennoiseries, de chocolats et de petits gâteaux fournis par la maison Dagobert, pâtissier-chocolatier dammartinois. « Nous souhaitons recevoir nos aînés chaleureusement » souligne Laurette Artigalas, déléguée aux personnes âgées.

Karima Allart, conseillère en économie sociale et familiale, indique : « Nous sommes là pour aider les gens au quotidien ». Gilberte, 79 ans habitante de Dammartin depuis 1959, ajoute : « Une fois par an, nous nous retrouvons tous pour partager un petit moment entre voisins et voisines, c’est vraiment agréable de ne pas se sentir seule ». Le lendemain, la distribution des colis de Noël s’est également déroulée à la maison de retraite.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18656,18649,18653,18654,18655"]

 

Publié dansVie locale

Saint-Pathus ► Marché de Noël et chorale ce week-end

La ville de Saint-Pathus propose son marché de Noël dimanche 20 décembre de 10 à 18 heures au domaine des Brumiers (rue de l’église). Samedi soir, la chorale interprétera des chants de Noël.

Le marché rassemble une trentaine d’exposants sur trois salles. Plusieurs animations : présence du Père Noël avec stand photos de 11 à 12 heure, de 15 à 16 heure et de 17 à 18 heures. Tour de poneys pour les petits (- 10 ans), 2 € le tour par enfant. Vin chaud et chocolat chaud offert par la municipalité. Petite restauration sur place.

La chorale La Voix des Champs propose un récital de chants de Noël samedi 19 décembre à 20 h 30 dans l’église de Saint-Pathus. Entrée gratuite. Retrouvez la chorale de Saint-Pathus ici

Publié dansVie locale

Serris ► Le marché de Noël jusqu'au 3 janvier

SORTIR -

Les petits chalets se sont installés pour le marché de Noël, place de Toscane à Serris. Ils resteront ouverts de 11 h 30 à 20 heures (et 21 heures le week-end) même après le passage du Père Noël, jusqu'au 3 janvier.

Une dizaine d'exposants y proposent des produits artisanaux pour le plaisir des yeux et des palais.

Les gourmands pourront se réchauffer avec du vin ou du chocolat chauds, ou encore avec une bonne soupe de légumes. A moins qu'après des heures passées dans les magasins, ils ne préfèrent reprendre des forces avec une tartine savoyarde, des gourmandises alsaciennes ou des pâtisseries de Noël, sans oublier les gaufres et les crêpes.

Pour les visiteurs en panne d'idées de cadeaux, les artisans proposeront des bijoux, objets en céramique, vêtements, sacs ou accessoires faits main. Quant aux petits, fans de Star-wars - dont le dernier opus sort mercredi au cinéma- de la Reine des neiges ou de Choupi, ils pourront certainement trouver leur livre préféré dans la librairie installée parmi les exposants en attendant l'ouverture du magasin en janvier.

De nombreuses animations et des offres spéciales seront proposées par les commerçants des alentours. Ainsi, les 22 et 23 décembre, une vente de champagne aura lieu.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="15322,15326,15321,15325,15324,15323"]

 

 

 

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Un Noël pour tous avec le Secours populaire

Les fêtes de Noël ont débuté, samedi 12 décembre à Mitry-Mory, avec « un Noël pour tous ». Maisons de quartier et Secours populaire ont imaginé la soirée.

Dans l'opération "Un noël pour tous, un jouet pour tous", salle Jean-Vilar, les familles préalablement inscrites ont fait don d’un jouet neuf représentant le ticket d’entrée à la soirée dîner spectacle de magie, proposée pour l’occasion. L’ensemble des jouets récoltés est ensuite redistribué par le Secours populaire aux enfants qui n’auraient pas la chance de voir passer le Père Noël sans l'organisation. « C’est un grand moment de partage. Les gens apportent des cadeaux pour des enfants dont les parents sont en grande précarité. Il faut pour Noël, marquer un élan de fraternité et de générosité.  Il y a trop de misère pour ne pas essayer d’aider son voisin. Le Secours populaire s’emploie à emballer et à redistribuer tous ces cadeaux aux enfants. C’est un gros travail » explique Odette, venue de Mitry-le-Neuf à la soirée.

La ville n’en reste pas là : mercredi 16 décembre, aura lieu à partir de 14 heures, à la salle de l’Elysée à la Villette-aux-Aulnes, le Noël de la solidarité. Ce sera pour les enfants dont les parents sont en situation de précarité et qui se sont préalablement inscrits, qui pourront à leur tour s’approcher du père Noël et  recevoir des cadeaux et des friandises. Les participants pourront admirer, ensuite, un spectacle de cirque interactif et humoristique, intitulé « Télé Zapping ». L'événement est offert par la municipalité. Le même jour, les anciens, pourront récupérer leurs colis de Noël aux différents endroits de la ville, dédiés à la distribution.

« Et ce n’est pas fini : Les écoles, les structures réservées à la petite enfance, les associations, les clubs sportifs et les maisons de quartier mettent tout en œuvre pour faire passer aux habitants un mois de décembre riche en animations. "Demandez-leur  le programme » indique la mairie.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="19096,19100,19095,19097,19099,19098"]

Publié dansVie locale

Othis ► Le Père Noël livre les colis aux anciens

Le Père Noël a livré les colis destinés aux anciens de la commune. A Othis, samedi 5, mercredi 9 et enfin samedi 12 décembre, les seniors ont reçu la visite du grand personnage qui avait, pour l'occasion, délégué sa tâche au CCAS (Centre communal d’action sociale).

L'opération avait lieu pour la deuxième année. Les membres du CCAS accompagnés des enfants des écoles ont distribué les colis de Noël à domicile.

Ainsi deux minibus ont sillonné les rues avec à leur bord deux cent précieux colis.

Quentin, 12 ans, représentant des enfants du conseil municipal, indique d'un air sérieux et concerné : « C'est la deuxième année que je participe à la distribution des colis dédiés aux personnes âgées et ça me tient à cœur de rendre visite aux anciens. Nous sommes tous volontaires et solidaires ».

Catherine Mohr, conseillère municipale, ajoute : « Les enfants des écoles ont réalisé pendant les heures périscolaires de très belles cartes de vœux qui sont remises avec les colis, accompagnées d'un petit mot personnalisé ».

Les personnes qui ne souhaitaient pas recevoir la visite du Père Noël à domicile ou qui étaient absentes pourront retirer leur colis à l’espace François-Mitterrand, jeudi 17 décembre de 9 h 30 à 12 heures et samedi 19 décembre de 9 h 30 à 12 heures également.

Renseignements : CCAS - Espace Jean-Claude Cazilhac - place Jean-Jaurès. Tél. 01 60 03 98 56.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="15249,15248"]

Publié dansVie locale

Serris ► Salvum, le jeu qui peut sauver des vies

Salvum, c'est le jeu vidéo développé par la société Abeille Multimédia. Le "serious game" entraîne aux premiers gestes de secourisme, autrement dit à sauver des vies.

La société Abeille Multimédia, spécialisée dans l'édition de logiciels éducatifs multimédia, a développé un nouvel outil de formation à distance consacré au secourisme : Salvum (« sauver » en latin). Le logiciel ludo-éducatif permet de se former chez soi en jouant depuis son ordinateur, sa tablette et son smartphone en installant l'application afin d'acquérir une solide base théorique sur les premiers gestes de secours.
Comment tout a commencé...
L'histoire de Salvum est avant tout une histoire de sensibilité familiale. Dans les années 1990, Pierre Sabin, aujourd'hui président d'Abeille Multimédia, avait une quinzaine d'années. Son oncle était médecin, lieutenant-colonel des sapeurs-pompiers et médecin-anesthésiste. Celui-ci relatait des situations d’urgence et dramatiques auxquelles il faisait face. La conclusion de ses récits était toujours la même : dans certains cas, quelques gestes simples auraient suffi à sauver des vies.

Pierre précise : "Mes cousins et moi nous étonnions déjà du manque de formation dispensée aux adultes pour les premiers soins en cas d'accidents, qu'ils soient domestiques, routiers ou de santé".

C'est alors que les jeunes gens créent un jeu à base de questions sur les gestes qui sauvent et de pions que l’on déplace sur un plateau représentant la France. Le jeu salvateur et culturel est dédié aux enfants mais aussi aux adultes sollicités pour les accompagner tout au long du parcours. Le concept est mis de côté pendant quelques années. C'est sans doute le temps qu'il fallait aux jeunes créateurs devenus adultes pour penser retravailler sur le projet qui sortira finalement en 2003 sous le nom de « Secouris ». Il sera reconnu par divers prix et sera également lauréat deux années au concours Lépine (univers d'enfants).

Aujourd'hui, Pierre Sabin a développé le concept en un « serious game » qui, de surcroît, est d’utilité publique. Depuis sa mise en ligne en avril 2015, et grâce à son application téléchargeable disponible depuis septembre (4,99 euros la première année et 0,99 euro par an pour s’entraîner), Salvum compte plus de 4 000 utilisateurs qui se forment au secourisme chez eux. La formation prépare et valide la partie théorique du PSCI (Prévention et secours civiques de niveau 1) qui devra être suivie d'une formation pratique payante dans un centre agrée pour l'obtention du diplôme. Le logiciel est plébiscité par la Croix-rouge française et la Fédération des secouristes français Croix blanche comme support d’apprentissage théorique des premiers gestes qui sauvent.

Salvum  se déclinera bientôt par thème : Salvum AMD (Alerter -Masser-Défibriller) et Salvum Route. Les deux projets sont en cours de développement.

Et si on jouait…
Salvum c’est aussi tout un univers. Une planète et des villes nommées « Alerte », « Traumatisme », « Arrêt cardiaque », « Malaise »… une situation donnée et des informations sur la victime et son état, ce qui a déjà été entrepris ou pas, un chronomètre et des pictogrammes représentant les différentes étapes de secours : « Protéger » « Alerter » « Secourir ». Alors, voici une situation à laquelle chacun d’entre nous a été confronté au moins une fois dans sa vie (ou bien, on l'a croisée à l'occasion dans un restaurant, une soirée...) :

Un homme est en train de s’étouffer. Il n’arrive pas du tout à respirer. Que faire ?

A - Lui donner des claques dans le dos ?

B - Lui faire du bouche-à-bouche ?

C - Le secouer énergiquement par les épaules ?

D - Courir dans tous les sens en criant ?

Et vous, que feriez-vous  ?

La bonne réponse dans Salvum... à découvrir aussi ici

[gallery size="large" type="slideshow" ids="15096,15094,15095,15100,15099,15098,15097,15111"]

Abeille Multimédia est accompagnée et financée par Réseau Entreprendre Seine-et-Marne.

Publié dansVie locale

Compans ► La magie de Noël a opéré

Le Père Noël est arrivé à Compans et la magie de Noël a opéré pour le plus grand plaisir des enfants. Samedi 12 décembre, l'après-midi a été riche en émotions et en sourires.

Anthony Spégagne, conseiller municipal délégué aux affaires scolaires, annonce : « La caisse des écoles a une fois de plus offert un spectacle de Noël aux enfants de Compans. Le thème, cette année, était la féérie ». Pour succéder au spectacle de l’an dernier - sur les héros de BD - le maire, Joël Marion, et toute son équipe, ont préparé la journée depuis plus de six mois. Avec le choix du spectacle de Julie Bonitchi « Les portes de Féerie », la magie de Noël va opérer ! « Hier soir, nous avons mis en place les décors dans la salle, ce qui nous a pris beaucoup de temps. Et ce matin à 10 heures, nous avons accueilli les artistes », ajoute Anthony Spégagne, qui lui aussi, comme tous les autres animateurs d'ailleurs, a revêtu son costume de lutin.

Les elfes étaient de la partie
14 h 30, le spectacle commençait : les enfants se sont installés auprès de leurs parents ou se sont rassemblés en bas de la scène pour s’amuser des aventures d’Eléa, elfe poétique et loufoque. Ses comptines et ses danses ont provoqué l’hilarité des enfants. Les enfants ont même été conviés à monter sur scène. Si le spectacle était ludique, ce sont aussi des messages écologiques qui ont été transmis aux enfants captivés. A la fin du spectacle, la famille Gouyer était sous le charme et Alex, 8 ans,  s’enthousiasmait : « C’était trop bien ! », tandis que sa maman confirme : « On a tous aimé le spectacle ! ».

C’était l’heure du goûter, les enfants se sont régalés et trépignaient d’impatience en attendant... le Père Noel et sa hotte. « Les cadeaux offerts par la caisse des écoles sont définis par tranche d’âge », explique Anthony Spégagne. Ainsi, des cartes cadeaux sont distribuées aux enfants nés entre 1998 et 2005. Le père Noël a fini par arriver enfin, dans un traîneau-calèche tiré par des chevaux, sous les yeux émerveillés de l’assemblée. Le maire, tenant la petite Cheryl dans ses bras pour qu'elle voie mieux l'homme en rouge et blanc, indique : « C’est le moment que je préfère dans mon mandat municipal chaque année ! ». Le père Noël, installé dans son fauteuil sur la scène, a rencontré les familles. Les plus vifs en ont profité pour passer une autre commande qui arriverait le 24... au pied du sapin de la maison.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="15358,15357,15353,15356,15355,15354,15352,15351"]

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► Le 1er salon du chocolat a séduit les visiteurs

Le premier du chocolat à Dammartin-en-Goële a remporté un grand succès, au gymnase Maurice-Lerozier, samedi 12 décembre.

Les visiteurs venus en nombre ont pu déguster les saveurs du cacao présentées par les maîtres chocolatiers de la région. Un salon du chocolat loin des grandes surfaces et des gros industriels. Ici, on fabrique maison. Geneviève Friart, déléguée à la culture à Dammartin, indique : « Le salon plaît au public. Nous avons voulu un salon d’artisans pour mettre en valeur le savoir-faire de nos maîtres chocolatiers régionaux. Nous avons aussi mis en place trois ateliers sur la découverte du chocolat pour les enfants, avec quinze enfants par atelier. C’est un début. Il va falloir améliorer certaines choses pour la prochaine fois ».

Parmi les visiteurs de l'événement, Odile, grande amatrice de chocolat, donne son avis : « J’aime surtout le chocolat au lait. C’est intéressant de découvrir le chocolat autrement que dans les grandes surfaces. Les chocolats frais n’ont aucune concurrence. Par contre il faut casser un peu sa tirelire ».

"Les salons régionaux font découvrir les vraies saveurs du cacao. Les connaisseurs y viennent en nombre tout comme les visiteurs qui veulent découvrir de vrais produits de qualité, du frais et fait maison » confie Jean Michel Binet, chocolatier à Lagny-sur-Marne.

Une exposition du 15 au 23 décembre, à la médiathèque de la commune fera découvrir l’histoire du chocolat.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="15363,15367,15370,18547,18546,15368,15366,14960,15320"]

Publié dansVie locale

Courtry ► Le marché de Noël arrive ce week-end

Le marché de Noël s'installe à Courtry le 18, 19 et 20 décembre. L'entrée est gratuite.

C'est l’une des grandes fêtes organisées en fin d’année. Il se déroulera à l’espace Robert-Jacobsen, du vendredi 18 au dimanche 20 décembre. Pour démarrer les festivités, un vin chaud sera offert par la municipalité, vendredi soir dans l’un des six chalets installés sur le parvis, sur présentation du prospectus distribué avec le journal municipal "Vivre à Courtry".

Vous découvrirez les produits artisanaux d’une cinquantaine d’exposants, parmi lesquels une quinzaine de stands gourmands. Vous ne manquerez pas d’idées pour décorer la table du réveillon, préparer vos repas de fête et faire vos derniers cadeaux de Noël !

Un rendez-vous festif animé

Tout au long du week-end, de nombreuses animations seront proposées aux visiteurs. Les petits apprécieront la traditionnelle photo avec le Père Noël, ou encore la promenade à dos de poneys avec Le Petit Far West. Marius, l’affûteur de couteaux, aiguisera vos lames le samedi. Pensez à ramener vos couteaux de cuisine ou ciseaux de coiffeur !

Paella et moules-frites

La ville de Courtry invite les Courtrysiens à partager des repas avec, au menu, paella le vendredi soir et moules-frites le samedi soir ! Pensez à réserver au 01 64 26 60 00.

Un conte musical de Noël

Pour clôturer le marché de Noël, les petits Courtrysiens auront la joie de s’immerger dans l’ambiance de Noël avec l’histoire de Rudolph, un renne qui vit au pays du Père Noël. Mais Rudolph a un nez étrange, un nez bizarre. Il est rouge et lumineux, tout le village se moque de lui. La veille de Noël, alors que tout le monde  s’active à la préparation de la tournée du Père Noël, Rudolph s’enfuit seul dans la forêt, fatigué d’être victime de tant de moqueries… Mais dans la forêt, une aventure virevoltante l’attend. Son nez qui faisait jusque là la risée de tous, devient lumineux. Rudolph va pouvoir aider ses amis et sauver Noël !

Sur scène : une comédienne et un pianiste raconteront l'histoire en musique et partageront avec vous la magie de Noël. Un spectacle musical à découvrir en famille dès 3 ans, gratuit sur réservation au 01 64 26 60 00.

Ouverture au public : vendredi de 16 à 20 heures, samedi de 10 à 19 heures et dimanche de 10 à 18 heures. Espace Robert Jacobsen - 31 rue Charles Van Wyngene. Renseignements au 01 64 26 60 00 - www.ville-courtry.fr

Courtry

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Londres : les sportifs ont des souvenirs plein la tête

Les souvenirs de Londres ont défilé sur le diaporama présenté mercredi 9 décembre par l'USJM (Union sportive de la jeunesse de Mitry) et Sportavie.

Le voyage des sportifs mitryens avait eu lieu à l'occasion de la coupe du monde de rugby qui se déroulait du 18 septembre au 31 octobre.

Mercredi, l’USJM et Sportavie ont invité les familles et les ados, apprentis reporters, pour le récit du périple. Les organisateurs ont présenté l'aventure sur grand écran à la salle Jacques- Prévert devant un public enthousiaste.

Rachid Djouadi, président de Sportavie, déclare : « Nous avons voulu regrouper les familles qui ont participé, la municipalité de Mitry-Mory, et les dirigeants de l’USJM pour le récit du voyage à Londres avec 18 ados du collège Paul-Langevin. Ils sont partis en ambassadeurs réaliser un reportage sur Londres et sur le rugby. Le projet avait été préparé avec la municipalité, le collège, l’USJM et les familles. Ce soir, c’est le retour en images avec un diaporama et un court métrage de dix minutes pour leur laisser un bon souvenir. Ils auront aussi des petits cadeaux".

Rio en 2016
Et Mitry prévoit d'autres voyages en grand. En premier lieu, les sportifs voudraient partir pour Rio en 2016, bien-sûr pour l'Euro de football. Cinquante jeunes Mitryens de six sections de l'USJM pourraient ainsi réaliser le rêve brésilien.

Le court métrage réalisé par les apprentis reporters a rappelé de "super souvenirs", comme à Camille et Rose qui racontent : « C’était une superbe expérience ! Tout le monde était motivé. Nous avons visité Londres, photographié Big Ben et les bateaux sur la Tamise, encouragé nos rugbymen au stade et mangé des trucs dans des fast foods [NDLA : on a ça en France aussi...]. C’était super cool, nous sommes prêts à repartir ». Après la remise des récompenses, Lucien Zede, nouveau coprésident de l’USJM, a invité l’assemblée à partager l’apéritif dressé pour l’occasion.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="19107,19106,19104,19108,19109,19105,19103"]

Publié dansVie locale

Chelles ► Une entreprise chelloise achemine le sapin de l'Elysée

Un majestueux sapin trône dans la cour du palais de l'Elysée depuis samedi 12 décembre. Le conifère de type Nordmann, agé de 23 ans, et pesant plus de 2 tonnes a été acheminé par les  jardineries Laplace installées à Chelles.

L'arbre majestueux, haut de 11 mètres et large de 4,5 mètres, a d'abord été transporté par bateau. Il a ainsi traversé l'Yonne puis la Seine depuis Auxerre. Il aura fallu trois jours pour parcourir les 213 km  qui séparent la forêt nivernaise de Brassy où il s'est élevé et la capitale. "La présidence de la République a choisi le parcours fluvial, moins polluant" explique un responsable des Voies navigables de France.

Débarqué au port de Javel, dans le XVe arrondissement de Paris, le sapin a été ensuite transporté en camion par l'entreprise chelloise de Laurent Laplace. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que le pépiniériste seine-et-marnais est chargé d'une telle opération. En 2010 et 2011, il avait déjà amené les sapins à la cour du palais présidentiel.

Sur les réseaux sociaux, la ville de Chelles par la voix de son maire, Brice Rabaste, s'est dite fière de la jardinerie, "une belle entreprise chelloise".

image

 

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Les anciens auront leur colis mercredi

Les colis de fin d'année vont être distribués aux anciens de Mitry-Mory mercredi 16 décembre. Ces derniers pourront se rendre à la mairie pour recevoir leur paquet.

La municipalité et les représentants du CCAS (Centre communal d’action sociale) distribuera les colis aux titulaires de la carte du 3e âge qui se seront inscrits pour l'opération.

La distribution aura lieu de 9 heures à 11 h 30 salle Jacques-Prévert, rue Biesta, pour le quartier du Bourg ; à la  maison de quartier des Acacias, avenue Pablo Picasso ; pour le quartier de Mory-Acacias ; à la salle Jean-Vilar, avenue jean-Baptiste Clément et à la maison de quartier de l’Orangerie, rue Richelieu, en fonction du secteur d’habitation, pour les habitants de Mitry-le-Neuf. Renseignements auprès du service du 3e âge au 01 60 21 61 57.

Publié dansVie locale

Horoscope

Programme TV

Sudoku

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.