×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Vie locale

Meaux ► Carnaval aux Saisons : 10 jours de folie !

SORTIR -

Le carnaval va s'installer pendant dix jours dans le centre commercial Les Saisons de Meaux et entraînera les visiteurs dans la magie des animations du mercredi 17 au samedi 27 février.

Durant dix jours, des spectacles irrésistibles et burlesques s’installeront dans le centre commercial Les Saisons de Meaux pour célébrer le carnaval avec des déambulations surprenantes, des danses afro-brésiliennes, la décoration du Roi Carnaval, un sculpteur de ballons, la création de masques et de déguisements et de nombreuses autres surprises pour émerveiller les enfants.
Dans les coulisses du carnaval du monde
La séance d’ouverture de cette grande parade du carnaval débutera avec des séances de maquillage pour les enfants. Sous le pinceau des maquilleuses, les bambins se métamorphoseront en petit chat, en Reine des neiges ou en Spiderman. En parallèle, ils bénéficieront des conseils de spécialistes pour la création de masques vénitiens inédits et uniques. Des peintures aux couleurs de l’arc-en-ciel, des plumes douces et légères jumelées à des poudres de paillettes seront à l’honneur et réveilleront l’imagination des petits pour la réalisation de dominos. Simple loup, bouffon ou colombine, c’est en grand secret sous ces masques que les enfants étonneront leurs parents. Pour compléter le déguisement, ils pourront confectionner leur propre costume de carnavalier. Auprès des costumières, ils apprendront à réaliser de beaux tutus aux dégradés chamarrés pour les petites filles et des capes d’Arlequin pour les garçons.
Des ateliers ludiques
Au cœur de ces animations, les enfants participeront avec joie à la réalisation d’une pièce emblématique et unique du défilé, la décoration de la tête du Roi Carnaval. Une œuvre fantaisiste où chacun apportera sa touche personnelle vibrante de magie et de rêve. Pour divertir encore le jeune public, la galerie commerciale proposera la création et le coloriage de pantins articulés à l’effigie d’Arlequin. Les enfants pourront s’amuser en créant une histoire marrante avec personnage en carton ou l’offrir à leurs parents.
Danseurs brésiliens
Les carnavaliers et tous les amoureux de spectacles de l’éphémère bénéficieront d’une programmation intense et joyeuse du 17 au 27 février. Un groupe de danseurs se produira au rythme des sonorités brésiliennes et viendra égayer les allées de la galerie. Un petit train entraînera les enfants au cœur de ce monde féérique. Les passionnés de marionnettes bénéficieront de deux représentations dans le petit théâtre, place des arbres. Ils riront aux éclats des frasques de Guignol, Gnafron et de Madelon.

Ces dix jours se clôtureront par la grande parade finale, samedi 27 février. Parés de leur beau costume et cachés derrière leur loup, tous les enfants seront invités à venir défiler avec le roi Carnaval escorté par l’intrépide clown sculpteur de ballons et l’élégant échassier.

Le programme
Mercredi 17 février de 14 à 19 heures : maquillage spécial carnaval

Jeudi 18 février de 18 à 20 heures : spectacle de danse afro-brésilienne

Vendredi 19 février de 17 à 19 heures : concert folk-rock-salsa

Samedi 20 février à 15 h 30 et 17 h 30 : théâtre de marionnettes, Guignol et ses amis

Lundi 22 février de 14 à 19 heures : spectacle de sculpture de ballons avec le clown, promenade à bord du

petit train, atelier de décoration du Roi Carnaval et déambulation d’un échassier

Mardi 23 février de 14 à 19 heures : atelier de fabrication de masques vénitiens, démonstration d’un

numéro de jonglerie, promenade à bord du petit train, décoration du Roi Carnaval et spectacle avec

le sculpteur de ballons

Mercredi 24 février de 14 à 19 heures : confection des déguisements, décoration du Roi Carnaval,

spectacle de sculpture de ballons, séance de maquillage, déambulation d’un échassier et promenade

à bord du petit train

Jeudi 25 février de 14 à 19 heures : atelier de décoration du Roi Carnaval, déambulation d’un sculpteur de

ballons, promenade à bord du petit train et dégustation de barbes à papa

Vendredi 26 février de 14 à 19 heures : déambulation d’un sculpteur de ballons, atelier de fabrication de

pantins arlequin, décoration du Roi Carnaval et promenade à bord du petit train

Samedi 27 février de 14 à 19 heures : grande parade des enfants avec le Roi Carnaval, déambulation d’un

sculpteur de ballons, promenade à bord du petit train et spectacle d’un échassier

Tous les ateliers et les animations sont gratuits pour les enfants de 4 à 10 ans. Centre commercial les

Saisons de Meaux. www.aushopping.com/meaux

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Keolis s'engage dans la charte "Entreprises et Quartiers"

Le groupe Keolis s'engage dans le cadre de la charte "Entreprises et quartiers". A Mitry-Mory, le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner, est venu signer la convention d'ampleur nationale.

En signant la convention, le groupe Keolis veut se lancer dans des actions concrètes pour faciliter l’accès à la formation et à l’emploi ainsi que la mobilité des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville, en Ile-de-France comme dans toutes ses implantations en France. Ainsi, mardi 9 février, au dépôt Keolis-CIF, rue des Frères-Lumière à Mitry, Patrick Kanner et Jean-Pierre Farandou, président de Keolis, accueillis par le directeur de la société, Pierre Rosier, ont confirmé le partenariat. Le ministre indique : " L’implication de Keolis, spécialiste des réseaux de transports publics, est d’autant plus précieuse compte tenu de l’enjeu de la mobilité pour les habitants des quartiers et de la présence directe de l’entreprise dans ces quartiers. Le groupe exploite en France 91 réseaux urbains". 

La Charte "Entreprises & quartiers" vise à impliquer les entreprises dans des actions en faveur des habitants des quartiers populaires sur des thématiques comme l’accès aux qualifications et à l’emploi, l’orientation et l’accompagnement scolaires, l’accès aux services de proximité ou encore le développement d’activités économiques. La démarche est nationale et a été lancée en 2013 par le ministère de la ville. Plus de 450 entreprises, dont 60 grands groupes nationaux, sont aujourd’hui engagées et proposent des ateliers thématiques sur les activités et les métiers du groupe qui sont commentés par les employés et les jeunes recrues issus des quartiers populaires.

Mitry_Keolis

Patrick Kanner déclare : "Nous avons également mis en place de nouveaux services au cœur des quartiers, les PIMMS (point d'information médiation multi-services). Ils visent à donner les informations nécessaires aux voyageurs, accompagner les clients dans toutes les démarches de la vie quotidienne, favoriser l'insertion à l'emploi. Une équipe de médiateurs rappelle les règles de citoyenneté à respecter dans les véhicules de transports en commun"

"Nous intervenons aussi auprès des jeunes dans les écoles afin de les sensibiliser aux règles de sécurité aux arrêts et dans les véhicules,  70 000 sont déjà informés."

Les PIMMS ont fêté leurs 20 ans en 2015.

Keolis s'est également appliqué à renforcer des liaisons 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 avec Filéo, 10 lignes sur 28 communes destinées à acheminer 650 000 employés sur la plateforme aéroportuaire de Roissy. Voir notre article ici)

 

 

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► La halle provisoire du marché inaugurée

La halle provisoire du marché Salvador-Allende à Mitry-Mory a été inaugurée, samedi 13 février.

En attendant l’aboutissement des travaux du projet global d’aménagement que la municipalité a prévu, "il était nécessaire pour tout le monde de maintenir le petit marché qui a su conserver une clientèle fidèle depuis 70 ans. Les commerçants et les clients sont dorénavant accueillis dans un espace lumineux, attrayant et sec. L’ancienne halle était devenue vétuste avec un aménagement plus du tout aux normes.Une réflexion d’ensemble a été menée dès l'origine du projet, en concertation avec les habitants et plus particulièrement avec les commerçants du marché pour l’installation d’une halle provisoire. La halle définitive sera bâtie de l’autre côté de la rue, après démolition de l’ancienne » a indiqué dans son allocution, Laure Greuzat, adjointe au maire, déléguée à l’économie, à l’emploi et aux commerces de proximité.

Le coût global de l’opération de la halle provisoire comprenant structure, travaux de voirie et clôture, s’élève à 172 000 euros. L'ensemble pourra être démonté et utilisé pour d’autres occasions après que les travaux seront terminés.

Le marché Salvador-Allende, dans le quartier de Mitry-le-Neuf, accueille uniquement des commerces de bouche. Boucher, marchand de légumes, charcutier, poissonnier… Maryse, une habitante du quartier, est rassurée de ne pas perdre son marché : « Cela nous rend bien service depuis toutes ces années. Nous ne sommes pas obligés de prendre les transports pour trouver des légumes frais. Nous connaissons bien nos commerçants  et il aurait été dommage pour le quartier de les perdre ».

Toute l’équipe d’animation de la ville était sur le pont pour l’occasion, samedi. Un buffet attendait les visiteurs qui ont été accueillis sur des airs d’accordéon. L’espace était comble à midi et Charlotte Blandiot-Faride, entourée de ses adjoints, conseillers et commerçants, a coupé le traditionnel ruban tricolore, symbolisant l’ouverture officielle de la halle couverte.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="19543,19533,19529,19538,19536,19535,19534,19541,19531,19540,19539,19532,19530,19528"]

 

Publié dansVie locale

Le Mesnil Amelot ► Le forum pour l’emploi a attiré 700 visiteurs

Le forum pour l'emploi a attiré 700 visiteurs, jeudi 11 février, au Mesnil-Amelot. L'opération a rencontré un réel succès, tant pour les gens en recherche d'emploi que pour les entreprises recruteuses.

Le gymnase du Mesnil a ouvert ses portes pour la deuxième édition du forum pour l’emploi, orchestré par la municipalité. 46 exposants représentant des entreprises sont venus faire connaître leur métier comme Cirfa, ID acier, ERDF, la gendarmerie, l'armée, la police, Plaine Oxygène, ou Aéroport de Paris. Les entreprises proposaient des postes ou bien des stages au Parc Astérix, à l'hôtel Campanile, à La Factory, à l'association Perspective emploi, chez Pro emploi intérim, Kéolis CIF...

Des organisations ont aussi proposé des formations ou des conseils : Pôle emploi, Aero scool, Greta MTE 77, la chambre des métiers, la mission locale.

Comme au forum tout est possible, différentes associations ont profité de l'occasion pour lancer des appels au bénévolat comme l’Association du Don du Sang Bénévole de Meaux (ADSBM). Bernard, bénévole, indique : « L’association recherche des chauffeurs, des infirmiers, des secrétaires, des ingénieurs etc, qui ne viennent pas forcement du médical. Des stages de formation sont mis en place chaque année ».

Gilles, 45 ans, chômeur depuis deux ans, peine à retrouver un emploi ou même une formation. Il confie : « Peu importe le poste, il faut que je travaille, c’est vital. J’étais dans le bâtiment comme contremaître. Ma boîte a fermé et depuis je galère. Chômage, stages, tests… Je tente ma chance au forum pour l’emploi du Mesnil-Amelot pour sortir de l’ornière. Les entreprises locales sont bien représentées. J’espère trouver quelque chose suivant mes compétences. Je suis même prêt à gagner moins ».

La mairie déclare : « L’année dernière, nous avons enregistré plus de 500 visiteurs. La deuxième édition s’avère être encore un plus gros succès avec plus de 700 entrées ».

Les entreprises recrutent bien souvent sur un profil de compétences et non plus sur un CV long comme le bras et tous les recruteurs sont d'accord pour un même conseil adressé aux demandeurs d'emploi : "Ne rien lâcher... Tout est possible ».

[gallery type="slideshow" size="large" ids="19482,19480,19481,19479,19478,19477"]

Publié dansVie locale

Serris ► Au salon de la BD : crayonnage et dédicaces

Journée de la BD : La file interminable et les longues minutes d'attente ne sont pas venues à bout des férus de bandes dessinées qui ont convergé à l'hôtel de ville de Serris, dimanche 7 février, pour rencontrer leurs auteurs et dessinateurs préférés.

Il faut dire que les illustrateurs ne se sont pas contentés de signer la première page de leur album. Ils ont offert un vrai chef-d’œuvre à chaque fan, en crayonnant une dédicace personnalisée, et une rencontre privilégiée en tête-à-tête. De quoi satisfaire les nombreux collectionneurs comme Grégoire qui a attendu, assis à même le sol, à côté d'une pile de livres, tout en lisant la dernière parution de sa BD préférée, Némesis, en face de son auteur, Alain Janolle. « Je ne me suis pas rendu compte que j'attendais depuis déjà plus de 40 minutes » s'étonne le fana, déjà là dès l'ouverture du salon à 10 heures du matin. D'autres ont même prévu une chaise pliable et de quoi s'hydrater.

A l'entrée, près de la bibliothèque éphémère où sont vendus les œuvres des auteurs et des affiches sur les techniques de l'art, du premier coup de crayon aux coloriages, Steven Bescond, le président de l'association organisatrice, Des bulles dans la Marne, partenaire de la mairie, accueille et conseille les visiteurs : « Il y a une vingtaine d'auteurs qui sont aujourd'hui les plus reconnus de France. Nous avons un public très varié : des enfants mais aussi beaucoup d'adultes ». Le club basé à Lagny-sur-Marne organise l'événement depuis 7 ans.

Pierre, un inconditionnel du 9e art, est venu avec toute sa famille rencontrer Varanda, l'auteur de Paradis Perdu, et Jean Léturgie, l'auteur de Perdus et aussi successeur de Morris, le créateur de Lucky Luke. Son épouse attendait avec sa fille de 8 ans pour quelques traits de crayons de Sess*, l'auteur de « Papa pas prêt ». Quand à leur fils de 15 ans, Antoine, il attend sagement son tour devant la table de l'auteur des Profs, une BD qui a été adapté au cinéma et dont l'acteur principal est Kev Adams, la coqueluche des ados.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="19136,19135,19132,19134,19133"]

*Sess : Papa est prêt, le making of...

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Lutte : c'était le championnat régional

Le championnat régional de lutte s'est déroulé tout en force et en souplesse, dimanche 7 février, à Mitry-Mory.

« Ne lâche pas la jambe ! » « Pars en souplesse ! » « Victoire rouge par tombé ! » Vous l’aurez compris, c’était la compétition de lutte au gymnase Ostermeyer, dimanche 7 février. De minime à senior, tous les âges étaient réunis sur les tapis pour les championnats régionaux de lutte. Ce sont 190 compétiteurs qui se sont affrontés pour espérer une place aux championnats de France.

Le niveau de la compétition était élevé : en effet plusieurs champions de France ont participé. Malgré cela les lutteurs mitryens ont réalisé d'impressionnants matchs devant le public qui leur était évidemment acquis. Mitry-Lutte compte une championne d’Ile-de-France en catégorie minime, Clara Le Meur, avec de nombreuses médailles d’argent et de bronze. Clara indique : "J'ai remporté la médaille d’or et espère aller le plus loin possible aux championnats de France". Ceux-ci qui verront quatre lutteuses de Mitry-Lutte en lice pour le titre. Toutes les féminines du club s’y sont qualifiées. Les championnats de France se dérouleront le 18 et 19 mars à Châlons-en-Champagne.

Mitry-Lutte, le club organisateur, avait aussi installé une buvette à l’entrée du gymnase où les lutteurs ont pu reprendre leurs forces entre deux combats. Les barmans bénévoles, aussi licenciés à Mitry-Lutte, ont répondu aux attentes de leurs clients, avec le sourire.

Par ailleurs, une salle d’échauffement était à disposition des combattants où petits et grands se sont entraînés ensemble. Ils ont ainsi pu répéter une dernière fois leurs prises avant d’entrer en scène.

Plusieurs personnalités ont assisté au championnat dont le maire de la commune, Charlotte Blandiot-Faride, la conseillère départementale Marianne Margaté, elle-même lutteuse, et Robert Marchand, le cycliste de 104 ans à la renommée internationale . Ces derniers ont remis les récompenses aux participants.

Résultats
Féminines

Championne d’Ile-de-France, minime 50 kg : Clara Le Meur

Minime 50 kg, médaille d’argent : Inès Taïfour

Cadettes, 60 kg, médaille d’argent : Audrey Pietrantoni

Senior, 69 kg, qualifiée aux champoinnats de France : Cindy Mignot

Masculins

Minimes, 60 kg, 5e (sur 9) Yanis Goronflot

Cadets, 74 kg, médaille d’argent : Maxence Villareal

Seniors, 70 kg, médaille de bronze : Yacin Aïchour

Seniors, 86 kg, médaille de bronze : Ludovic Jaubert

Seniors, 98 kg, 4e : Antoine Fillion

[gallery type="slideshow" size="large" ids="19045,19044,19038,19043,19042,19041,19039,19036,19028,19035,19034,19033,19032,19031,19047,19046,19030,19029,19027"]

Photos : Dominique Sarlabous et Tanguy Le Meur

Vidéo : Dominique Sarlabous

Publié dansVie locale

Othis ► Au salon des bébés lecteurs : BD, mangas et ateliers

C'était le salon des bébés lecteurs et des jeunes lecteurs, samedi 6 et dimanche 7 février. La bande dessinée et les mangas ont occupé une grande partie du programme.

Durant le week-end, l’Agora s’est transformée en une immense salle de jeux, de lecture et de création.

« Ouvrir un livre avec son enfant, c’est comme ouvrir une porte ensemble », explique Catherine Bernaszuk, adjointe au maire, déléguée à l’enfance et à la jeunesse, à l’éducation et aux évènements. Le succès des années précédentes a conduit les organisateurs à prolonger l'événement durant tout le week-end. « De plus, cette année nous proposons deux nouveautés : le prix du petit lecteur qui sera décerné au livre plébiscité par les familles, et 'mon premier livre', une remise de livres pour les enfants nés en 2013, 2014, 2015. Ainsi, le salon incite les parents à initier les enfants à la lecture dès le plus jeune âge » souligne l'adjointe.

"La rencontre avec les enfants et leur perception des choses m'émerveille"
Les enfants se sont "éclatés" aux ateliers sur les thèmes de la bande dessinée et manga qui leur étaient proposés. Le petit Thomas, six ans et demi, accompagné de sa grand-mère, Patricia Tripot, confie : « J’adore le stand de création de BD. On choisit les personnages et les bulles pour créer un dessin ». A l'atelier réalisation de masque, Stéphanie Provin et sa fille, Léna, six ans, étaient à l’œuvre : « Nous préparons des masques colorés. Les enfants s’amusent et font preuve d’une grande imagination. » Sabah Kaddour, six ans, a colorié sous l’œil attendri de Laura Lefèbbre,  animatrice à l’école Beaupré, qui tenait le stand de création de BD pour un jour. Elle indique : « Les enfants racontent des histoires à l’aide de stickers et de bulles qu’ils doivent compléter. La rencontre avec les enfants et leur perception des choses m’émerveillent. Les voir grandir et évoluer chaque année est toujours émouvant. » Entre deux contes, Delphine Chrétien, animait le stand marque page. Des spectacles, des contes, il y en a eu dans les espaces douillets de lecture, décorés de héros de BD, avec les câlins de la mascotte pleine de tendresse, Loup.

Les  illustrateurs ont présenté leurs œuvres et dédicacé leurs ouvrages comme Yann Ehlyass ou Loïc Rierny, alias Mankpasdr. Ce dernier, professeur de BD  à Créteil, a enseigné à dessiner des comic strip, tant aux petits qu’aux grands : « Ce sont des bandes dessinées à trois cases. Je fais souvent des rencontres et c’est la première fois que je viens au salon d'Othis. J’invite les visiteurs à dessiner et je partage mon expérience et mon savoir-faire ». (Pour retrouver ses dessins : http://mankpasdr.ultra-book.com/).

La buvette était tenue par de nombreux bénévoles de l’association « Tous avec Clément », présidée par Lucie Fagedet. Les enfants se sont régalés de barbe à papa et de pop-corn et les bénéfices iront à la lutte contre les tumeurs cancéreuses chez l’enfant et l’adolescent. (Pour plus d’informations : http://tousavecclement.jimdo.com). Avec un large lot d’activités et de livres, les jeunes ont pu voyager à travers différentes aventures et, pour parfaire leur bonheur, s’amuser, se défouler à l’Agora, grâce aux piscines à balles et  jeux en bois. C'était un salon où les enfants ont pris goût à la lecture et qui les conduira à « retourner au pays des histoires »…

[gallery type="slideshow" size="large" ids="19001,18995,19002,18998,18997,18994,18993,18999,18996,19003,19000"]

 

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Le cinéma Concorde a rouvert

Concorde : Le cinéma de Mitry-Mory a rouvert ses portes mercredi 3 février. La remunicipalisation du cinéma permet à nouveau l'exploitation de la salle après la liquidation judiciaire de la société d'économie mixte (SEM) qui la gérait précédemment.

Vidéo : rencontre avec Joaquim Carosa, son nouveau directeur

Mitry-ConcordeLe maire, Charlotte Blandiot-Faride, à l'occasion de ses vœux à la population, jeudi 7 janvier, avait annoncé le retour du cinéma Concorde dans le giron municipal : « Nous voulons marquer notre volonté de maintenir une offre cinématographique de proximité sur la commune ». Après un rafraîchissement des locaux, les projecteurs se sont rallumés mercredi pour diffuser une programmation jeune public avec le film Snoopy puis le dernier Star Wars pour le plaisir de tous les spectateurs.

La Ville reprend la gestion totale de la salle à la SEM, qui a été liquidée en décembre 2015. La municipalité détenait 85 % des parts.

Selon le maire :  "L'opération est la seule solution pour faire vivre ce poumon culturel de Mitry-Mory dans la durée et de continuer d'offrir une culture éclectique et de proximité. Le cinéma sera aussi pour Mitry un support d'éducation : nous travaillons avec des établissements scolaires et des centres de loisirs ».

Les tarifs
Normal 5,70 € ; réduit 4,20 € ;  enfant 3,20 € ; fidélité 3,60 € ; 10 entrées 42 €.

Programmation sur www.mitry-mory.fr

Publié dansVie locale

Courtry ► Le concert Croqu'notes, samedi soir

SORTIR -

Croqu'notes : Le concert qui rassemble 50 choristes et s'intitule « Aimer, vivre et chanter » aura lieu samedi 13 février, à 20 h 30, à l'espace Robert-Jacobsen.

Pour ses 30 ans d’existence, Croqu’Notes revient à l’espace Jacobsen avec un tout nouveau répertoire entraînant, joyeux et émouvant.

La troupe pétillante de 50 chanteurs fait bouger la chanson française en la revisitant titre après titre grâce à une mise en scène surprenante. Sur scène, les choristes ne manquent pas de partager avec le public leur plaisir de chanter.

Au programme
Des succès populaires d’hier et d’aujourd’hui qui parlent de la vie qui passe, de ce qui rassemble ou sépare : d’Edith Piaf à Bernard Lavilliers, de Goldman à Ferrat, sans oublier la plus jeune génération de la chanson française comme Zaz ou Bénabar.

La troupe se produit régulièrement en Ile-de-France et participe chaque année aux « Nuits de Champagne » à Troyes.

Informations : 01 64 26 60 00 - www.ville-courtry.fr

Espace Jacobsen, 31 rue Van Wyngene.  Tarif : 5 € - Billetterie à la mairie de Courtry et sur place, 30 minutes avant le début du spectacle.

Publié dansVie locale

Saint-Soupplets ► Documentaire : De Santiago à Ushuaïa, à voir ce soir

SORTIR -

Documentaire : Rendez-vous avec les Peuples et Images du Monde, "De Santiago à Ushuaïa", un film de Rémy Brun, jeudi 11 février 2016 à 18 h 30, au centre culturel de Saint-Soupplets. Entrée gratuite.

La bande annonce :

Formidable échine hérissée de pics enneigés et bardée de volcans colorés, la Cordillère des Andes a partagé les eaux originelles en deux océans : Pacifique à l'ouest et Atlantique à l'est. Telle la queue de quelque monstre marin antédiluvien, son extrémité déchiquetée semble fouetter les mers australes dans un ultime soubresaut.

Depuis Santiago, vous irez vous perdre dans l'échine séparant le Chili de l'Argentine, explorant les volcans d'Araucanie, la légendaire Île de Chiloé et parcourant la mythique et aventureuse route australe chilienne. Puis ce sera au tour des célèbres massifs du Fitz Roy et des Tours du Paine et des gigantesques glaciers étincelants du Hiélo Continental de vous éblouir !

Le franchissement du Détroit de Magellan vous fera ensuite sillonner la Terre de Feu, pays d'haciendas et de gauchos, jusqu'à Ushuaia, "Fin del Mundo" !

Si guanacos, nandous et autres tatous… peuplent les lieux, la faune marine n'est pas en reste sur ses côtes atlantiques que vous longerez vers le nord, pour mieux connaître le fabuleux et désertique versant argentin de la Cordillère, avant de revenir à Santiago, au terme d'un fantastique périple.

 

Publié dansVie locale

Le Mesnil-Amelot ► Le forum pour l'emploi, demain

Le forum pour l'emploi au Mesnil-Amelot, jeudi 11 février, rassemblera plus de 40 professionnels.

Pour la seconde année consécutive, la municipalité du Mesnil-Amelot organise un forum pour lutter contre le chômage, répondre aux préoccupations des demandeurs d’emploi et faire profiter les entreprises locales d’un vivier de candidatures.

De nombreuses entreprises locales proposeront des postes, des stages ou feront simplement connaître leur métier.

Parmi elles :
- hôtellerie/ restauration (Hôtels Campanile, première classe, Océania, Nomad, Nautilus, Radisson Blu,

- travaux publics (Eiffage route, Eurovia),

- aéroportuaires (Aéroports de Paris),

- BTP (ECT),

- distribution d’électricité (ERDF),

- entretien des espaces verts et terrains de sport (Idverde),

- transports (keolis-CIF, RATP),

- location matériel frigorifique (Petit forestier),

- loisirs (la factory, Parc Asterix, Plaine Oxygène),

- vente à domicile (Party lite, Au moulin rose),

- commerce, vente (Usines center),

- service (ID Acier, Synergie, Système hydro pure, Al climatisation),

- bénévolat (ADSB Meaux)

- centres de formation (le Greta, Aero school, Camas, Axxis Formation/onet, CAVA, CMA77…),

- accompagnement pour les travailleurs handicapés (Cap emploi),

- agences d’intérim,

mais aussi,  le commissariat de Mitry-Mory, la gendarmerie de Dammartin en Goële, l’armée, la CCPMF, Seine-et-Marne Développement, Pôle emploi et la mission locale seront là.

Forum pour l’emploi, jeudi 11 février, au gymnase, rue du stade Sauvanet, de 9 à 17 heures. Ayez un contact privilégié avec les recruteurs et déposez votre CV en main propre…

Pour de plus amples renseignements, contactez Isabelle Rigault au 01 60 03 60 83.

Publié dansVie locale

Forfry ► Eric Devine, le maire, est décédé

Eric Devine, le maire de Forfry, a succombé à la maladie. Il s'est éteint vendredi 5 février.

Forfry_Eric_Devine Eric Devine (à gauche sur la photo) avec Stéphane Devauchelle à la salle des fêtes de Forfry.

Le village a perdu son maire. Eric Devine, élu à la tête de la mairie en 2014, était également un des vice-présidents de la plus petite intercommunalité de Seine-et-Marne, les Monts de la Goële, présidée par Stéphane Devauchelle, le maire de Saint-Soupplets. Celui-ci a confié à magjournal : "Nous savions qu'il était malade, il ne s'en cachait pas. Malgré la maladie, il faisait bonne figure et a continué à s'investir pour le village et les Monts de la Goële. C'est un véritable compagnon de route que nous avons perdu."

Claude Decuypère, maire de Monthyon et 1er vice-président de la communauté de communes indique : "Eric était cadre bancaire et travaillait sur l'Ile-de-France. Il était très professionnel et nous a vraiment aidés à l'interco, particulièrement en ce qui concerne la renégociation des emprunts et sur l'élaboration du Contrat régional de territoire (CRT) pour la préparation de liaisons douces. A Forfry, il travaillait sur la réhabilitation d'un point d'eau pour faire une halte dans le cadre des liaisons douces. Nous pensons évidemment à sa femme et ses deux enfants ainsi qu'à tous ses proches et partageons leur peine".

Eric Devine était apprécié de tous pour son esprit professionnel autant que pour sa personnalité joviale et naturelle. Il posait un regard bienveillant sur le monde et savait mettre son entourage à l'aise.

Le maire de Meaux et député de la circonscription, Jean-François Copé, lui a rendu hommage dans un communiqué :

"C’est avec une profonde émotion que j’ai appris la disparition soudaine d’Eric Devine, maire de Forfry, à l’âge de 50 ans. Toutes mes pensées vont à ses proches, famille, collègues, amis, qui souffrent de la perte d’un être tant aimé.

D’abord conseiller municipal de Forfry, ensuite adjoint au maire, puis maire et vice-président de la communauté de communes, il laisse également un vide aussi terrible que douloureux dans sa commune. Très investi auprès de ses concitoyens, il avait pour perpétuel souci de servir le bien commun. Être maire d’une commune rurale exige beaucoup de disponibilité et de savoir-faire ; Eric Devine n’a pas hésité à donner son temps et ses compétences par bienveillance pour les Forférois. Pilier de sa commune, il a réalisé un véritable sacerdoce. Qu’il soit remercié pour son dévouement, sa générosité et son engagement. J’adresse à l’ensemble de sa famille, mes plus sincères condoléances et rends hommage à un homme de cœur, profondément attaché à sa commune".

Les obsèques auront lieu mercredi 10 février à 14 heures à l'église de Saint-Soupplets puis au crématorium de Saint-Soupplets.

 

 

Publié dansVie locale

Meaux ► Découvrez l'opération Collecte de proximité, samedi

Collecte de proximité : Fort du succès de l’opération «  collecte de proximité » qui a eu lieu le 28 novembre dernier, la ville de Meaux en partenariat avec le Smitom Ecologic et Horizon renouvellent l’événement, samedi 13 février , place Henri-IV.

A la fois utile et pratique, les opérations "collecte de proximité" permettent de sensibiliser les personnes sur le recyclage et le "bien trier".

L’objectif est aussi de récupérer un maximum de déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE*). Ils contiennent de nombreuses substances réglementées et potentiellement polluantes. Une collecte séparée des autres déchets permet une dépollution et un traitement adaptés qui évitent toute dissémination des polluants.

*DEEE regroupent les petits et gros appareils électro-ménagers (lave-linge, réfrigérateur...), les appareils audiovisuels, informatiques et bureautiques (télévision, ordinateur...) et les petits appareils électriques (réveil, sèche-cheveux, perceuse...).

L’association Horizon collectera livres, vêtements, linge, meubles, jouets, vaisselles… et tout ce qui peut avoir une second vie.

D’autres dates sont prévues sur l’année dans d’autres quartiers de la ville et sur l’agglomération du Pays de Meaux.

Collecte de proximité, samedi 13 février, de 10 à 18 heures, place Henri-IV à Meaux.
 

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Gala de l’amitié : 700 participants sur deux jours

Le gala de l'Amitié, devenu une tradition pour les plus de 65 ans, s’est déroulé à la salle Elysée à Mitry-Mory. L’événement a réuni 700 convives en deux fois, samedi 30 janvier et samedi 6 février.

Pour les deux déjeuners de fête, les organisateurs avaient concocté un programme avec des danseuses brésiliennes, avec également le magicien Youssef Ramdane, créateur de l’association « Cabaret de Poche », et l’orchestre Stakies.

Le thème choisi reposait sur le Brésil. Décidément Mitry a un penchant pour le Brésil puisque la ville a aussi reçu les lutteurs sud-américains et en a profité pour faire un clin d’œil aux jeux Olympiques de Rio.

« D’année en année le nombre de participants augmente. C’est un bon moyen de se retrouver entre amis ou voisins autour d’une table, au moins une fois dans l’année... Les Brésiliennes ont réveillées la libido de certains » confie avec un clin d'œil et en riant, Bernadette, 88 ans.

Dans le domaine des animations, Charlotte Blandiot-Faride, le maire, a annoncé lors de son discours : « Le 13 mars sera lancé le premier thé dansant du dimanche... Nous allons mettre en place également des ateliers d’information et de bien-être... Les travaux de l’espace festif ainsi que du conservatoire vont commencer... Le cinéma Le Concorde est de nouveau ouvert et j’invite les habitants à s’y rendre et profiter du nouvel aménagement... Une halle au marché sera inaugurée samedi prochain place Allende... Le marché du Bourg fonctionne toujours le vendredi après-midi... En 2016, nous fêterons les 80 ans du Front Populaire".

Le banquet de l’amitié, les animations, le transport des personnes, ont été pris en charge par la municipalité.

Le maire a ensuite invité les doyens du jour et l’anniversaire du jour à se rapprocher de l’estrade pour recevoir leurs cadeaux.

Les doyens
Raymonde Vonwambeke, 93 ans et René Bertin, 91 ans.
L’anniversaire du jour
Jannine Deniset 84 ans.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18431,18430,18405,18437,18432,18434,18429,18428,18435,18427,18426,18425,18424,18423,18415,18422,18409,18420,18417,18413,18411,18407,18401,18400"]

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Des champions de lutte brésiliens en visite

Brésiliens : La délégation brésilienne masculine de lutte a fait une halte à Mitry-Mory, jeudi 4 février, au gymnase Ostermeyer...

Les champions brésiliens sont venus à l'occasion du tournoi international de lutte, « Grand Paris », où plus de 500 lutteurs mondiaux se sont affrontés sur la bâche, les 30 et 31 janvier. Les lutteurs représentaient 40 nations.

La délégation nationale brésilienne de lutte, invitée chaque année par Mitry-Lutte lors des championnats parisiens, a participé à l’entraînement avec nos champions locaux. « L’année dernière, nous avons reçu l’équipe féminine. Cette année ce sont les garçons qui nous rendent visite » indique Christophe Hingant, président du club. Pendant plus d’une heure, les lutteurs mitryens ont pu échanger et prendre quelques précieux conseils prodigués par les invités internationaux. « Nous sommes fiers et heureux de côtoyer de près de grands champions, comme l’équipe du Brésil. Ils nous apprennent des trucs. Ça peut nous servir dans les prochaines compétitions » confie Patrick. Charlotte Blandiot-Faride, le maire, Marianne Margaté, adjointe au maire et licenciée de Mitry-Lutte, Bernard Leroy, coprésident de l’USJM (Union sportive des jeunes de Mitry) et les parents venus en spectateurs ont encouragé les sportifs.

L’équipe féminine qui était venue l’an passé est restée s’entraîner au Brésil en vue des jeux olympique de Rio. Christophe Hingant, à la fin de la réunion, a invité tous les participants à une deuxième manche au Café du commerce pour le verre de l’amitié. « Nous avons reçu avec beaucoup de plaisir et d’honneur les équipes masculines de lutte gréco-romaine et lutte libre du Brésil.  Nous avons pu faire un superbe entraînement, haut en chaleur, parce que ce sont de grands champions et à notre niveau, nous avons un peu souffert. Je pense que les muscles nous réveilleront cette nuit et demain matin. L'entraînement est tombé à point nommé étant donné que l’on a les championnats régionaux à assurer dimanche prochain. Bientôt nous avons également les championnats de France vétérans ».

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18255,18253,18261,18265,18259,18268,18267,18266,18264,18263,18257,18262,18256,18254,18260,18258"]

 

Publié dansVie locale

Othis ► Save the date : Brel, Brassens, Ferré réunis pour un concert

 SORTIR -

Brel, Brassens, Ferré : Le concert rendra hommage aux trois géants de la chanson française, samedi 13 février à Othis.

Un avant-goût du spectacle par Yves Uzureau et son interview en vidéo :   Léo Ferré, Jacques Brel et Georges Brassens seront à l’honneur lors du spectacle qui aura lieu à Othis à la salle Pierre-Mendès France, samedi 13 février à 20 h 30. Le spectacle monté par trois artistes, Francesca Solleville, Bruno Brel et Yves Uzureau sera un hommage aux trois figures emblématiques de la chanson française. Ils reprendront des titres connus ou à découvrir, réorchestrés et interprétés. Piano, accordéon, guitares accompagneront les trois artistes.

Le projet est né à Othis en 2014 après le concert de Bruno Brel. Celui-ci, Yves Uzureau, et Bernard Corneille, le maire de la ville, se sont réunis et ont évoqué la célèbre photo datant de 1969 où Brel, Ferré et Brassens sont assis autour d’une table lors d’une interview. L’idée était alors trouvée : "Un spectacle qui ressemblera à la photo". Il fallait une troisième voix et les organisateurs ont proposé le projet à Francesca Solleville. La grande dame séduite par l'idée chantera Léo Ferré. Yves Uzureau interprétera les chansons de Georges Brassens et Bruno Brel, neveu de Jacques Brel, celles de son oncle. Les morceaux sont choisis : les vieux (J. Brel), vingt ans (L. Ferré), Amsterdam (J. Brel), le gorille (G. Brassens)... entre autres.

Le spectacle durera 1 h 45 et sera présenté dans les mois à venir en France et en Belgique.

Tout public. Tarif 12 €. Réservation et règlement conseillé au 01 60 03 85 80.

Publié dansVie locale

Juilly ► La nouvelle Poste a ouvert

Poste : Les Juliaciens ont leur nouvelle agence depuis vendredi 5 février. Située dans la zone de service, rue de la Source, elle est voisine de la superette, de la pharmacie et du cabinet médical.

La zone de service est facile d’accès en voiture avec ses parkings. Pour les piétons, un peu de marche sera nécessaire pour arriver jusqu'au bureau de poste. Madeleine, 78 ans, habitante du village, indique : « La vieille poste était en centre-ville ; pour les personnes âgées habitant à proximité, c’était facile. Maintenant il va falloir prendre un peu plus son temps. Mais il faut bien se moderniser, les enfants sont tous véhiculés ».  C’est à 9 heures que l’employé de la Poste a ouvert les portes du nouveau bâtiment aux habitants venus déposer leur courrier pour ce jour inaugural.

Daniel Haquin, maire du village, commente : « La nouvelle Poste entre dans l’action menée par la municipalité depuis plus de vingt ans pour garder ses commerces de proximité. Pour pouvoir les maintenir, il a fallu trouver un autre mode de présentation, c’est à dire implanter les commerces dans une zone accessible au stationnement. Les commerces se sont installés au fil des ans. Aujourd'hui, la Poste va donner à la zone une attractivité supplémentaire. Elle servira aussi pour les habitants des communes environnantes et les gens qui passent par Juilly pour aller travailler. D’après les archives, en 1905, l’ancienne poste se trouvait en centre-ville, dans un lieu qui était adéquat à l’époque mais qui ne convenait plus à notre nouvelle façon de fonctionner, et surtout où on ne pouvait pas stationner facilement».

Le nouveau bureau de poste sera complété dans les mois à venir par des services supplémentaires, comme la caisse d’assurance vieillesse, un accueil Pôle emploi, un bureau GRDF.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18311,18312"]

Publié dansVie locale

Othis ► Collège : les profs tirent la sonnette d'alarme

Au collège Jean-Jacques Rousseau, à Othis, les professeurs sont inquiets : l’application de la réforme des collèges aura des conséquences sur la rentrée 2016, comme "l'appauvrissement de l’offre d’enseignement et l'accroissement des inégalités sociales". Ils ont alerté les parents d’élèves et les invitent à une assemblée générale qui aura lieu jeudi 11 février, à 18 heures, au collège.

Marjorie Lecerf, professeur d’EPS et représentante des personnels enseignants, observe que les différents changements annoncés par le gouvernement induiront une réduction de l’offre d’enseignement pour le collège d’Othis : « L’offre bilangue est supprimée dans notre collège. L’intervention du ministre a permis à certains établissements, comme à Dammartin, de récupérer le bilangue, mais nous ne comprenons pas comment sont faits les choix et nous n’avons aucune réponse. Nous perdons également les options euro-anglais et euro-allemand, le latin, le grec. Nous craignons que nombre d’élèves partent dans le privé où ces possibilités seront accessibles ».

Autant les professeurs que les représentants des parents d’élèves FCPE se désolent des conséquences "en terme de mixité sociale". Ainsi, Sophie Le Mélinaire confirme l'inquiétude : « C’est principalement l’accompagnement personnalisé qui me pose problème, car encore une fois, ce sont les élèves en difficulté qui en pâtiront. Je déplorerai aussi l’arrêt de l’anglais euro, s’il est confirmé. »

Une dotation horaire non prévue
Othis_collegeLa réforme permet de proposer, à l’initiative du collège, des EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires) de langues et cultures antiques, par exemple, qui permettraient de réintroduire latin et grec, mais la dotation horaire n’est pas prévue et ne pourrait être mise en place qu’au détriment d’autres projets. Marjorie Lecerf souligne le paradoxe : « Nous avons la possibilité de proposer de l’accompagnement personnalisé, des EPI, mais les moyens donnés en terme d’heure d’enseignement sont minimes. Les effectifs des classes de 6e seront de 29 à la prochaine rentrée. Pour que l’AP soit efficace, il faudrait dédoubler les classes, mais les moyens sont insuffisants ».

La grande majorité des professeurs est opposée à la réforme. Lors de la grève du 26 janvier, deux-tiers des enseignants travaillant ce jour-là se sont déclarés grévistes : une mobilisation inédite au collège d'Othis, qui démontre combien la réforme et ses conséquences les préoccupent.

Pour de nombreux parents, la réforme reste floue. Ses enjeux ne sont pas bien compris et Sophie Le Mélinaire souligne : « Je ne sais pas si ma fille, qui est en 5 cette année, subira l'impact de la réforme. J’attends l’assemblée avec intérêt pour en savoir plus ». Le sujet de la réforme est vaste : refonte structurelle, changement de programme, nouvelles modalités d’évaluation, nouveau DNB  (pour plus d’informations www.reformeducollege.fr ). Le 11 février, les familles auront toutes les informations sur ce que leur réserve la rentrée 2016.

 

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► Illuminations : la 1re remise des prix avec Mademoiselle Ile-de-France

Illuminations : Les participants au concours des maisons et balcons illuminés ont reçu leurs récompenses, vendredi 5 février. Mademoiselle Ile-de-France, fraîchement élue, a accompagné la cérémonie.

La soirée a rassemblé les gagnants du concours initié par la municipalité et ouvert à tous. Habitants et commerçants avaient décoré les maisons et les vitrines pour Noël. Un jury a classé les résultats. "Nous sommes passé par petits groupes discrètement dans les rues au moment de Noël. Avec le concours, nous avons voulu donner une impulsion pour que la Ville, décorée avec l'aide des services techniques, soit encore plus égayée. Ça a bien marché et beaucoup ont participé" explique Thierry Chevalier, délégué au développement économique et à la vie locale.

Vendredi, les gagnants ont reçu leurs récompenses. Celles-ci leur ont été remises par le maire, Michel Dutruge, et Mademoiselle Ile-de-France 2016, Sélène Dolhem, entourée de la troisième Demoiselle Ile-de-France 2015 et de la présidente du comité, Elise Delattre-Lemont. Si cette dernière laisse une entière liberté aux jeunes-filles, elle surveille malgré tout du coin de l'œil l'entourage : pas question de trop en dire sur la vie privée des demoiselles. On a cependant appris que le cœur de Sélène est déjà pris par un jeune-homme habitant du secteur.

Une bouteille de champagne attendait chaque gagnant et lui a été remise sous les applaudissements du public. Les candidats qui ont récolté les faveurs du jury ont également eu droit à un bon d'achat chez Cultura, des places à l'aquarium de la Rochelle, des entrées au zoo de Beauval...

Claodia et Hugo Nadotti ont décidément marqué les juges et les Dammartinois avec leurs illuminations en bleu blanc rouge, mais dans la catégorie "maisons", c'est Barbara Da Silva qui a remporté les faveurs du jury. Thierry Chevalier a annoncé : "Elle est presque hors concours tellement ses décorations et illuminations sont admirables. Elle décore sa maison tous les ans, mais l'année prochaine elle ne pourra pas concourir car nous la prenons dans le jury..."

Les gagnants
Catégorie Vitrines 

1er : Salon de coiffure Stéphane Diffusion

2e : Salon de coiffure Beauty Natoly

3e : Natura Fleurs

4e : Agence immobilière Rousseau

5e : Institut de beauté La Goëlette

6e : Vision Plus

7e : Pharmacie du Centre

8e : Gil fenêtres

9e : pâtisserie Dagobert

Catégorie Maisons 

Prix spécial : Barbara Da Silva

1er : Claodia et Hugo Nadotti

2e : Annie Simonet

3e : Françoise Delpierre

4e : Hervé Grandil

5e : Alain Geslain

6e : Martine et Dominique Moret

Catégorie Balcons et maisons de ville

1er : Michel Dufresne

2e : Laurent Destre

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18282,18283,18284,18281,18286,18287,18285"]

 

Publié dansVie locale

Charny ► Bal country : stetson et santiags pour la Chandeleur

Bal country : Ils ont foulé le plancher de la salle des fêtes de Charny jusqu’au bout de la nuit, samedi 6 février. 120 danseurs de country venus fêter la Chandeleur ont enchaîné les danses typiques animées par le célèbre DJ, Jean-Paul Dupuy de l’association Calamitry’s Blue.

Le stand crêpes qui permettait aux danseurs du bal country de reprendre de l'énergie n'a pas désempli de la soirée. Karine, animatrice de l’association Let’s dance, commente : « Nous sommes surpris et heureux de la réussite de la soirée à Charny. Ce n’était pas gagné parce que, à cette époque de l'année, c’est la reprise des bals country et il y en a un peu partout. Les associations amies ont répondu à nos invitations et nous avons la chance d’avoir Jean-Paul Dupuy comme DJ bénévole, ce qui est un plus. Nous avons une dizaine de clubs de la région qui comptent 120 personnes ".

Un programme chargé pour l’année 2016 est en vue et Karine détaille : « Nous allons organiser un événement  par trimestre, toujours avec Calamitry’s Blue et l’Escappad. Il sera animé par Nadine Anikine. Les plus importantes manifestations se feront aux mois de juillet, août et septembre, avec les dix ans de Calamitry’s Blue, les 17 et 18 septembre, probablement au parc du Nid à Mitry-Mory. Pour l’anniversaire de Calamitry’s Blue, ça se passera avec l’association Kdanses A2 dont je fais partie et là, je vais venir avec des amis et des voitures américaines. On espère avoir aussi des Harleys !"

Aujourd’hui en France, la country line dance se pratique énormément et connaît un engouement grandissant. Un peu partout des clubs fleurissent et s’ouvrent aux personnes voulant retrouver l’exotisme du far-west américain. "On se sent vraiment comme chez nous, ça nous donne le sentiment d'être plus naturel. Nous avons une passion pour l'Amérique ancienne et il y en a qui font ça en indien : ça s'appelle "l'indianisme". Il y a de petits événements et parfois de grands rassemblements avec cow-boys et indiens mélangés" explique Jean-Jacques, adepte de la tradition far-west. Habillés pour la plus part avec chapeaux aux larges bords, jeans et santiags, jupes ou robes pour les dames, débutants ou confirmés s’évadent un moment de la vie quotidienne. Edith, qui participait à la soirée de samedi, confie : « Ça fait passer un bon moment entre amis. La country, c’est à la portée de tout le monde. Il faut commencer pour apprécier et ne plus pouvoir s’en passer ».

L’Américain Robert Wanstreed a apporté la country en France. C’est lui qui a ouvert le premier club en région parisienne, Les Amis du far-west. Il est l’auteur de quelques chorégraphies, dont des grands classiques comme A Love Dance et Black Pony. Robert Wanstreed est décédé depuis plusieurs années mais sa mémoire perdure.

Prochain rendez-vous de country line dance, samedi 9 avril, salle Jean-Vilar à Mitry-Mory avec Calamitry's blue.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="18246,18245,18247,18244,18243,18242,18241,18238,18239,18240"]

 

 

 

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Décorations de Noël : 6 candidats récompensés

Décorations de Noël : La municipalité de Mitry-Mory a récompensé les candidats sélectionnés pendant le concours des décorations de Noël, maisons et balcons.

Vendredi 5 février, salle Jacques-Prévert, onze candidats au concours se sont déplacés en famille pour les résultats, comme Chantal Labbez, arrivée sur le podium en catégorie maison. Elle déclare : « Tous les ans nous décorons notre maison. C’est devenu une tradition dans la famille. Nous croyons à la magie de Noël. Nous avons commencé par un sapin illuminé puis nous avons continué au fil des années, toujours en améliorant la déco. Il faut avoir le goût de le faire, surtout à l’entrée de l’hiver. Ce n’est pas toujours facile avec le mauvais temps et puis ça demande même un peu de budget".

Charlotte Blandiot-Faride, le maire, entourée de ses adjoints, Marianne Margaté, Benoît Penez, et du service municipal délégué aux festivités, a remis les récompenses aux gagnants : un bon d'achat de 60 euros pour le premier, 40 euros pour le deuxième, 30 euros pour le troisième, agrémenté d’un bouquet de fleurs et de la photo de leur habitation prise lors du passage du jury dans les quartiers.

Un jury des enfants au centre de loisirs a également élu deux candidats dans les catégories maison et appartement. Le prix  a été remis au deux lauréats : un livre et la photo de leur maison ou appartement décorés.

Les lauréats
Catégorie maison :

1re :  Estelle Ferrantilli

2e : Chantal Labbez

3e : Christian Fossey

Catégorie appartement :

1re : Madeleine Haller

2e : Laurent Léonet

3e : Sophie Ponthier.

Prix spécial enfants

Catégorie maison : Chantal Labbez

Catégorie appartement : Laurent Leonet

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18234,18233,18225,18226,18231,18230,18229,18228,18232,18227"]

 

Publié dansVie locale

Chanteloup-en Brie ► Des produits locaux livrés à domicile

Le Comptoir Local à Chanteloup-en-Brie attire les amateurs. Depuis l'ouverture de son site en mai 2015, plus de 500 clients, adeptes du concept et des produits frais, utilisent la plateforme en ligne pour se faire livrer à domicile des produits d’Île-de-France.

En quelques clics, banlieusards et Parisiens trouvent devant leur porte un sac de denrées fraîches. Pour Adrien Sicsic, 29 ans, fondateur du Comptoir Local et lauréat pour le prix de la créativité 2015 (L'économie sociale et solidaire en Seine-et-Marne), les débuts de l’aventure étaient de la simple curiosité : « Le week-end, je rencontrais des producteurs de la région, je discutais avec eux puis l'idée du comptoir a germé (Pour des produits, frais, c'est quand même une preuve !). Je voulais faire quelque chose de concret et d'utile : faire les courses des Franciliens auprès des petits producteurs d’Île-de-France et leur livrer à domicile a été le concept de base ».

Le jeune homme a donc quitté son poste de conseiller en stratégie sur Paris pour se consacrer à son nouveau projet. « Pour que le comptoir voit le jour, j'avais besoin d'argent bien sûr mais aussi d'un local, de chambres froides, et de créer un site internet » explique-t-il. En quelques mois, la logistique a été mise en place, le jeune homme a continué à tisser des liens avec les producteurs un peu sceptiques au début mais qui ont su faire confiance au nouvel entrepreneur. Aujourd'hui, plus de 60 producteurs d’Ile-de-France travaillent avec la plateforme : « On fait tout pour leur simplifier la vie et leur éviter que notre collaboration soit une contrainte pour eux. Nous récupérons les produits commandés chez eux et via notre site, nous vantons leurs mérites » précise Philippe Crozet, associé,  responsable de la logistique et de l'administratif, qui a rejoint Adrien dans l’aventure.

Pas de stock et des produits livrés sous 48 heures
Si les producteurs trouvent leur compte en coopérant, les clients tirent un avantage de l'alliance en consommant des produits frais et authentiques : butternuts, topinambour, radis de toutes sortes, fleurs comestibles comme les pensées, les œillets, moutarde de provins, moutarde à la rose... Ils peuvent aussi commander des marchandises plus classiques comme de la viande, de la charcuterie, des produits laitiers.

Les produits du Comptoir Local sortent tout droit des exploitations agricoles franciliennes et sont récupérés la veille pour garantir un maximum de fraîcheur lors de la livraison. Les produits frais ne sont gardés que quelques heures en chambre froide puisque l'atout, la valeur ajoutée du Comptoir, par rapport aux plateformes similaires déjà existantes, est la livraison des denrées sous 48 heures « dans un créneau horaire allant jusqu'à 22 heures le soir » ajoute Philippe Crozet. Les produits secs comme les épices ou les bocaux sont entreposés dans un local de 100 m2  et en rayonnage pour l’assemblage de la commande. Le délai de livraison étant court, il y a peu de stock dans l’entrepôt de Chanteloup-en-Brie. Enfin, Adrien et Philippe, jusqu'au-boutistes, ont préféré la livraison  avec des véhicules électriques ou à gaz naturel.

Si en 2015 l'entreprise se résumait à un employé, l’équipe s’est renforcée et compte maintenant cinq employés et des stagiaires pour faire tourner la plateforme dont le nombre de clients est croissant : « Les gens sont contents de notre service et nous le font savoir avec des messages de satisfaction et d'encouragement. Les projets fusent pour améliorer le comptoir et puis nous cherchons à faire évoluer notre site que nous espérons agrémenter dans les mois à venir avec des recettes de cuisine » conclut le jeune fondateur du Comptoir Local.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17680,17678,17676,17682,17681,17679,17675"]

 

Publié dansVie locale

Saint-Thibault-des-Vignes ► Compagnons : portes ouvertes au centre de formation

Compagnons : Le centre de formation des compagnons du tour de France a ouvert ses portes au public.

Les journées découverte se sont déroulées vendredi 29 et samedi 30 janvier. Michel Sénéchal, président de la fédération compagnonnique, a accueilli les invités par un discours tourné vers l’avenir et l’apprentissage. De nombreux jeunes gens sont venus accompagnés de leur famille pour découvrir les métiers proposés et ainsi réfléchir sur leur avenir professionnel. Le centre de formation de Saint-Thibault-des-Vignes enseigne les métiers du bâtiment. Jonathan, 16 ans, attiré par le métier de charpentier, confie : « J’aime le  bois, le travailler, le sculpter, son odeur. J’aimerais bien être accepté au centre pour apprendre le métier de menuisier charpentier. Et puis le bois, c’est tendance... »

Lors de la visite des ateliers, le public pu apprécier les divers métiers, mais aussi le matériel haut de gamme mis à la disposition des élèves. Sur 3 500 m2 d’ateliers fonctionnels, les stagiaires et apprentis peuvent évoluer dans un contexte très proche de celui de l’entreprise. 800 m2 de salles de cours « métiers » sont dédiées à l’enseignement technologique, à la lecture de plans et au dessin. Une salle informatique équipée de 30 ordinateurs aux logiciels performants avec accès Internet est à la disposition des stagiaires et des formateurs. Elle accueille également des formations spécifiques en informatique liées aux métiers du bâtiment. En annexe, les stagiaires ont à leur disposition également un centre de ressources avec une médiathèque d’ouvrages techniques spécialisés. Une exposition permanente de pièces et maquettes exceptionnelles réalisées par les étudiants et les compagnons permet de se donner une idée du travail accompli au fil des années. Maxime, 18, ans, apprenti maçon, déclare : « C’est une chance de pouvoir apprendre son métier dans un centre comme celui-ci. A la fin de mon apprentissage, avec la réputation de l’école, je pense pouvoir trouver un emploi très rapidement et mon but après mon master est de devenir maître d’ouvrage ».

Prochaines portes ouvertes les 1er et 2 avril au CFA compagnonnique.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18009,18008,18010,18007,18006,18005"]

Publié dansVie locale

Serris ► Journée de la bande dessinée, dimanche

SORTIR -

La journée de la bande dessinée se tiendra à l'hôtel de ville de Serris, dimanche 7 février de 10 à 18 heures. L'entrée sera gratuite.

A l'occasion de la 7e édition de l'événement, de nombreux auteurs et illustrateurs dédicaceront leurs albums.

Ce sera the place to be ! Les amateurs de bandes et de bulles seront ravis de pouvoir de nouveau rencontrer leurs auteurs et dessinateurs préférés à l'occasion de la journée de la BD, organisée par ville de Serris et l'association Des Bulles dans la Marne.

Les séances de dédicaces se dérouleront de 10 à 12 heures puis de 14 à 18 heures .

Ils seront là :

Claude Plumail auteur de Les Taxis de la marne, Résistances Sess, auteur de Papa pas prêt Alberto Varanda, auteur de Paradis perdu, Sur les traces de Luuna, Petit Pierrot

Gaëlle Hersent, illustratrice et auteur de Sauvage, biographie de Marie-Angélique Le Blanc Cédric Kernel, auteur de Prunelle Jean Léturgie, auteur et dessinateur de Lucky Luke, PerdusLooky & Dem, auteurs et dessinateurs de La belle et la bête, Blanche neige

David Gilson, auteur de Bichon Alan Heller, auteur du manga Lost Sahara Alain Janolle, auteur de H.O.P.E., Némesis, Trois peuples

Erroc, dessinateur et scénariste des Profs, Raoul et Fernand Clément C. Fabre, auteur de Explicite, Salade tomate oignon Arnaud Floc'h, auteur du carrefour de l'étoile rouge, Emmett Till

Et d'autres...

7e journée de la BD, hôtel de ville, 2 place Antoine-Mauny

Publié dansVie locale

Plaines et monts de France ► Repartez avec votre doggy bag dès lundi

Doggy bag : ne rentrez plus les mains vides… du restaurant. Vous pourrez dorénavant repartir avec votre "doggy bag*, autrement dit les restes de votre repas.

Dans le cadre de son Programme local de prévention des déchets (PLPD) visant à réduire de 7 %  la quantité de déchets produits sur son territoire, Plaines et monts de France (CCPMF) lance une opération-test invitant les clients de 20 restaurants à repartir avec le surplus de leur repas.

"Si l’on considère qu’un client gaspille au restaurant en moyenne 210 g par repas, il apparaît très vite que la pratique du 'doggy bag' révèle un potentiel énorme d’évitement de production de déchets. C’est pourquoi, la CCPMF, en partenariat avec la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Seine-et-Marne, a distribué 3 000 boites auprès de 20 restaurateurs de son territoire afin que leur client puissent, dès lundi 8 févier, les utiliser gratuitement pour repartir avec les restes de leur menu" indique-t-on à l'intercommunalité.

La pratique, qui a l’avantage d’éviter le gaspillage et le coût de son traitement par la collectivité, aide également les restaurateurs à appliquer la nouvelle réglementation relative aux bio-déchets qui oblige tout producteur de plus de 10 tonnes de ce type de déchets à les valoriser de manière organique.

Aussi, puisque la démarche est utile aux différents acteurs, la CCPMF souhaite que la phase de test, qui permettra d’éviter 600 kg de déchets, se poursuive et s’amplifie à plus grande échelle.

Les 20 restaurants se répartissent sur 11 communes qui pourront être signalés par un macaron sur la vitrine et autocollants pour les menus.

Evidemment, l'opération pourra difficilement perdurer si l'intercommunalité est démantelée.

*La pratique du doggy bag arrive timidement en France ces temps-ci, alors qu'en Grande Bretagne elle est courante depuis plusieurs dizaines d'années, voire un demi-siècle... La mode a commencé chez nos voisins anglosaxons par les "take away", les plats à emporter. Les Américains les appellent les "take out". Le doggy bag a aussi gagné les Etats-Unis, il y a bien longtemps. Cependant, ceux-ci parlent de "to go bags", ne voulant pas associer leur image à celle d'un chien - car "doggy" vient de "dog", sans doute parce qu'au tout début, les restes étaient emportés par les propriétaires de chiens qui se régalaient des restes - ou du moins c'était-ce que les maîtres disaient.

La liste des restaurants qui participent à l'opération
Venezia, 17 rue de l’Ourcq - Fresnes-sur-Marne

La Factory, 8 avenue des 22 arpents - Moussy-le-Neuf

Casa Mia, 20 avenue Aristide-Briand - Claye-Souilly

Cave d’Oliv, 25 bis rue Jean-Jaurès - Claye-Souilly

La Chouannerie, 3 place Pasteur - Mitry-Mory

Le Cygne Gourmand, 17 rue de Paris - Villeneuve-sous-Dammartin

O Castello de Bragança, 1 rue Notre-Dame - Dammartin-en-Goële

Le Troivallet, 30 rue de Charny - Messy

La Pataterie, avenue Jean-Monnet - Villeparisis

L’Antagoniste, 12 place Jean Pathus-Labour - Dammartin-en-Goële

Le Marrakech, 52 rue du Général-de-Gaulle - Dammartin-en-Goële

Le Neuf de Moussy, 33 rue Cambacérès - Moussy-le-Neuf

La Trattoria, 31 rue Jean Jaurès - Villeparisis

La Bufala, lieu-dit Ambresis - Villeparisis

Café de la Gare, 14 rue Jean-Caille - Mitry-Mory

La taverne d’Alsace, 34 avenue Aristide-Briand - Claye-Souilly

La pizza volante, 19 rue de Claye - Le Mesnil-Amelot

Le Pacha, 1 rue du Bac - Annet-sur-Marne

Le Darjeeling, D212 - Gressy

Auberge du cheval blanc, 34 rue Paul Vaillant-Couturier - Mitry-Mory

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► Biodiversité : balade en zones humides

Les amateurs de nature ont participé à la première balade guidée qui avait lieu dimanche 31 janvier à Dammartin-en-Goële.

Malgré un temps incertain, voire pluvieux, une vingtaine de volontaires ont rallié le point de rendez-vous à 13 h 30 dans le parc de la Corbie. Les randonneurs guidés par Lucie Herriot, conseillère en biodiversité et sciences citoyennes auprès de l’association départementale de Seine-et-Marne environnement, ont pu aborder des thématiques liées à la faune, à la flore, à la biodiversité. La spécialiste a expliqué ce que sont les zones humides, leur intérêt, leurs richesses et les moyens à mettre en œuvre pour les préserver.

Sylvain Messian, délégué au développement durable, participant à la balade nature, explique : « Nous avons pu faire visiter au public le parc de la Corbie et faire découvrir la biodiversité autour de la mare et de la mare à salé*. Nous comptons renouveler l'opération qui a été pour tous une découverte ». Les enfants accompagnés de leurs parents ont apprécié également la sortie. Alexis, 10 ans, confie : « A l’école, on parle souvent de la biodiversité. Lors de la balade, la conseillère nous a appris à observer la faune et la flore et nous a démontré l’importance des zones humides. Je reviendrai l’année prochaine ».

La mare à salé est un lieu-dit dont le nom vient fort probablement d'une famille qui exploitait les terres dans le secteur. Aucun rapport avec le sel... L'endroit se trouve en contre-bas de la RN2 et de l'avenue du Maréchal Leclerc dans la même zone que le chemin des Petits Eboulis. L'accès à la mare a été dégagé récemment afin de permettre aux promeneurs de découvrir le site. Cependant, c'est sans doute parce que la voie n'était pas praticable et quasiment inconnue du public que la zone humide a été protégée.

Contact : Lucie Herriot – Tél.  01 64 37 19 00. E-mail : biodiversité-Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17806,17807"]

Publié dansVie locale

Serris ► Val d'Europe : une progression à donner le tournis

Le Val d'Europe et la Vallée Village à Serris connaissent un record de fréquentation et un développement sans cesse en progression. Bientôt, le site atteindra le plus gros chiffre d'affaires français parmi les centres commerciaux.

A Serris, le premier samedi des soldes de janvier, plus de 100 000 visiteurs ont afflué au centre commercial du Val d'Europe. Les travaux d'extension ont déjà commencé et vont permettre d'accueillir 30 nouvelles enseignes d'ici 2017.

C'est ce qu'a annoncé Philippe Descrouet, le maire de la commune, à l'occasion de ses vœux à la population, vendredi 29 janvier. Les deux sites ont accueilli plus de 23 millions de personnes dans l'année, faisant ainsi de Serris "la première destination touristique* commerciale en Europe".

Il faut dire que la Vallée Village bénéficie de la venue d'une clientèle étrangère importante, attirée par des marques de luxe à prix d'usine et détaxés (lire notre article ici). Son allongement, en novembre 2012, avait permis l'installation de 20 nouvelles boutiques et une augmentation de 10% par an de sa fréquentation.

Afin d'attirer encore plus de clients au centre commercial Val d'Europe, l'exploitant, le groupe Klépierre, a prévu des travaux d'agrandissement de 27 000 m² de surface supplémentaire qui sera opérationnelle début 2017. Les premières briques ont été posées en 2015 au niveau de la porte de la Seine pour créer une nouvelle entrée. Une structure métallique peinte en vert et deux énormes verrières de plus de 20 m de haut donneront à la nouvelle aile un style "Grand-Palais". Le leader européen des centres commerciaux projette également de construire un deuxième niveau qui recouvrira partiellement le centre. Certaines vitrines pourront ainsi atteindre 9 mètres de haut. De plus, le recouvrement de la ligne TGV par une énorme dalle de béton permettra d'accéder à la galerie marchande par le cours du Danube. En février 2017, Sea Life, situé au sous-sol des allées commerçantes, inaugurera de nouveaux aquariums.

Des enseignes et des emplois
Une trentaine d'enseignes ont d'ores et déjà annoncé leur arrivée dont Primark, la marque irlandaise de prêt-à-porter "chic et bon marché", qui s'installera sur 2 500 m² répartis sur deux niveaux ainsi que la marque japonaise Uniqlo qui ouvrira en France son deuxième plus grand magasin en terme de surface. D'autres viennent juste de s'y implanter (Kiabi) ou de s'agrandir (Zara). Plus de 1 000 emplois seront créés sur les 2 500 déjà existants. Les recrutements ont déjà commencé (Postulez ici).

L'objectif est de passer de 17 à 20 millions de visiteurs par an, pour le seul centre commercial Val d'Europe (sans la Vallée Village) et d'atteindre un chiffre d'affaires prévisionnel d'un milliard d'euros, hissant ainsi le "pôle commercial au 1er rang français" a précisé le maire.

*Tout récemment, le Val d'Europe a été classé en zone touristique, ce qui lui permettra d'ouvrir le dimanche.

Publié dansVie locale

Plaines et monts de France ► Le préfet de région doit revoir sa copie

Ce n'est pas encore la pleine victoire mais c'en est une quand même pour les élus de l'intercommunalité Plaines et monts de France démantelée au 1er janvier. Vendredi 29 janvier, le tribunal administratif a donné à revoir au préfet de région le fonctionnement provisoire des trois communautés de communes concernées.

"Il faut bien que nous puissions fonctionner ! " s'exclamaient les élus, forts de leurs convictions. Vendredi 29 janvier, les vœux d'Othis et ceux de Marchémoret, qui avaient lieu le même soir, ont été illuminés par la nouvelle qui venait de tomber l'après-midi même. La décision du tribunal administratif a mis les élus en effervescence ce soir-là, car ils voyaient là une lueur où ce qu'ils pourraient entrevoir comme le bout du tunnel.
Une situation d'urgence
Cinq des communes démantelées de Plaines et monts de France et raccordées au Val-d'Oise  (Vous connaissez l'histoire sinon, voyez nos articles précédents sur le sujet), Compans, Gressy, Moussy-le-Neuf, Othis et Saint-Mard, avaient déposé un recours auprès du tribunal administratif de Paris, le 20 janvier, dans lequel les maires demandaient "la suspension de la décision du préfet de la région Ile-de-France, en date du 6 janvier 2016, relative aux dispositions transitoires visant à assurer le fonctionnement de la nouvelle communauté d'agglomération, Roissy Pays de France"... Les maires soutenaient que les communes ou regroupement de communes se trouvaient en état d'urgence car ils ne pouvaient fonctionner sans structures définies et que la période transitoire pourrait durer plusieurs mois, peut-être six, "compte tenu des délais pour statuer du conseil d'Etat et du Conseil constitutionnel". En effet, des recours ont également été déposés devant les deux juridictions car les élus des communes ont des mandats dans l'exécutif de la CCPMF, que les compétences de celle-ci et de Roissy-Pays de France sont concurrentes, qu'il existe des décisions importantes à prendre concernant certains investissements, et que une question primordiale concerne les ressources fiscales perçues par ces différentes intercommunalités..."
 L'exécution de la décision du préfet de région suspendue
Nous vous ferons grâce du détail des longs paragraphes énumératifs de l'ordonnance du tribunal avec les "considérant que..." Ce qu'il faut retenir, c'est sans doute le septième qui indique explicitement : "Considérant, au surplus, que contrairement à ce qu'a soutenu le représentant du préfet de la région d'Ile-de-France au cours de l'audience publique, ce n'est ni la loi N° 2014 - 58 du 27 janvier 2014 dite loi Maptam, ni la loi N° 2015-991 du 7 août 2015 dite Notre qui ont prévu la création de nouveaux établissements publics de coopération intercommunale en Ile-de-France au 1er janvier 2016 (...) les préfets territorialement compétents peuvent 'tirer toutes conséquences de la décision de suspension en différant dans le temps les effets de la création de la nouvelle communauté d'agglomération afin que les établissements publics de coopération intercommunale existants continuent à fonctionner à titre temporaire et que soit ainsi évitée une rupture de continuité dans l'exécution des services publics auxquels ceux-ci pourvoient..."

L'ordonnance est claire : l'exécution de la décision du préfet de région datée du 6 janvier 2016, concernant les dispositions transitoires qui visaient à assurer le fonctionnement de la nouvelle communauté d'agglo, est suspendue.

Reste aux élus seine-et-marnais, et aux autres, à attendre la délibération du conseil d'Etat qui interviendra mercredi 3 février et ensuite celle du Conseil constitutionnel qui peut prendre plusieurs mois.

"Pour que Plaines et monts de France se réunisse de nouveau, 'à 37', il faudra selon toute vraisemblance un arrêté du préfet de Seine-et-Marne l'autorisant à se reformer" indique Bernard Rigault, l'ex et éventuel futur président de Plaines et monts de France.

Pour le moment, les 20 communes restées dans le 77, un regroupement sans nom, ont à leur tête un président par intérim, Jean-Louis Durand, le maire de Marchémoret (ancien vice-président de Plaines et monts de France). Celui-ci a été nommé d'office par le préfet.

Vendredi, au rendu de l'ordonnance du tribunal administratif, tous les élus de la CCPMF (à 37) s'accordaient à dire qu'ils avaient gagné une bataille mais qu'ils n'avaient pas encore gagné la guerre.

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► Rencontre avec Sélène, Mademoiselle Ile-de-France

Mademoiselle Île-de-France 2016 : Sélène Dolhem, Dammartinoise, n’en revient toujours pas d’avoir été élue au concours de beauté, samedi 23 janvier. C'est ici qu'elle vit, à Dammartin...

Sélène, à 17 ans, vient de remporter le concours tant convoité devant les vingt jeunes filles âgées de 16 à 18 ans sélectionnées pour la première étape régionale. Maintenant l’objectif à atteindre est la participation à l’élection de Mademoiselle France en avril prochain, en Bretagne.

« Le comité de Mademoiselle Île-de-France existe depuis 2012, via la structure Mademoiselle France qui a été créée en 2008-2009. Maintenant, il y a des délégués dans toutes les régions dont l'Ile-de-France. Le but final est que chaque région présente une candidate à la finale nationale à laquelle Sélène ira participer » a expliqué Elise Delattre-Lemont.

Sélène étudie le staff, un métier artistique qui la passionne, lui faisant réaliser des ornements en plâtre servant par exemple à la rénovation des monuments historiques. Rien à voir avec la mode...

Une année de séances photos et de défilés l’attend. Accompagnée d’Elise Delattre-Lemont présidente des comités Mademoiselle Île-de-France et de Mademoiselle Nord Pas-de-Calais 2016, Sélène Dolhem a répondu à quelques questions en exclusivité pour magjournal, samedi 30 janvier :

Comment vous est-il venu l’envie de vous lancer dans le concours Mademoiselle Ile-de-France ?

J’adore la mode depuis que je suis toute petite, j’ai toujours rêvé de faire des shootings  photos, des défilés.  Je me suis dit, "pourquoi ne pas se lancer ?"

Comment cela se passe-t-il ? Vous avez participé à des présélections ?

Oui, il y a déjà la présélection sur internet. Un casting est lancé, les filles envoient leurs photos : des portraits, des photos en pied et une présentation de la personne. Ensuite nous sommes présentées à un premier shooting photos de chacune d’entre nous. Notre personnalité compte aussi. Après cette sélection, il y a l’élection et là, nous passons devant un jury composé de neuf à onze personnes suivant les régions qui établissent un classement à chaque passage. Il y en a quatre, tous différents.

Après avoir remporté un concours de beauté comme celui-ci, cela peut ouvrir des portes ?

Nous espérons toutes faire un bout de chemin dans la photo, dans la mode, les défilés et ainsi développer nos connaissances, aussi participer à d’autres castings comme pour des clips vidéo ou le cinéma. Cela peut ouvrir beaucoup de portes effectivement.

Pouvez-vous nous décrire la période la plus difficile pour vous en tant que lauréate ?

Tout a été difficile. En arrivant, je n’avais aucune expérience. Par exemple je ne savais pas marcher avec des talons. J'ai aussi appris à me présenter au jury et surtout comment gérer le stress. C’était dur mais au final on prend plus de plaisir quand on est sur la scène. L’adrénaline prend le dessus.

Et au moment du verdict, quelle a été votre première pensée ?

Ma première pensée...  "Sérieux ?  J’ai réussi ?"

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17825,17826"]

Publié dansVie locale

Moussy-le-Neuf ► Entreprises : la traditionnelle soirée annuelle

Les entreprises locales et leurs chefs étaient à l'honneur : la municipalité de Moussy-le-neuf a respecté la tradition et invité tous ceux qui constituent le tissu économique de la commune.

La soirée s'est déroulée dans la salle de spectacle du Chêne, jeudi 28 janvier.

Solange, chef d’entreprise implantée dans la ZAC de la Barogne, indique : « Il est important de se réunir au moins une fois par an pour mieux se connaître et échanger ses points de vue. Moussy-le-Neuf est dynamique sur le plan de l’emploi et sur le développement des entreprises du secteur. Nous sommes installés depuis moins d’un an sur la commune et nous pensons avoir fait le bon choix d’implantation. L’avenir nous dira si nous avons eu raison. Il faut être optimiste ».

Bernard Rigault, le maire, a rappelé lors de son allocution, "la nécessité d’une bonne cohésion entre les entreprises et la municipalité". Il a parlé également des travaux en cours comme la voirie, les réseaux, la résidence des jeunes travailleurs et l’extension de la zone de la Barogne et a déclaré : "La qualité de vie, ce n’est pas seulement le fleurissement, la propreté, l’embellissement. Elle passe aussi par l’emploi à proximité de son domicile. La zone de la Barogne a créé 1 500 emplois, ce qui représente mille familles concernées par l'implantation d’entreprises depuis 30 ans ».

Des logements sociaux en prévision
Il a aussi expliqué le projet de logements sociaux : « L’état nous taxe de trente-six mille euros par an parce que nous n’en avons pas assez. Il va donc falloir en construire parce que la nouvelle réglementation nous oblige à 25 % de logements sociaux. Pour pallier à ce manque, nous avons lancé la construction de vingt nouveaux logements locatifs sociaux. Ceux-ci pourront éventuellement servir aux entreprises pour y loger leur personnel".

Moussy envisage également la construction d’une résidence pour jeunes travailleurs. Elle pourra être occupée par le personnel des entreprises de la zone d’activité. "Nous avons le plaisir d’accueillir de nouvelles entreprises sur la commune, comme S3E, spécialisée dans les travaux d’électricité, la vidéo protection... Nous avons également de nouveaux services comme le centre médical de Moussy qui accueille déjà trois professionnels, ostéopathe, pédicure, sophrologue".

D’autres professionnels de santé devraient venir prendre leurs quartiers dans la commune au fil des semaines.

Par ailleurs, le maire n'a pas manqué de souligner les difficultés financières des communes liées à la baisse des dotations de l'Etat et à l’augmentation des taxations, comme il a insisté à nouveau sur le démantèlement de la communauté de communes Plaines et monts de France (Voir notre article sur les dernières nouvelles).

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17838,17839,17832,17836,17837,17833,17834,17831"]

Publié dansVie locale

Horoscope

Programme TV

Sudoku

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.