×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Vie locale

Villeparisis ► Philatélie et aviation : embarquement immédiat pour l’expo

SORTIR -

L’exposition de philatélie, à la Maison pour tous, Jacques-Marguin, invite à voyager dans le temps, au fil de l’évolution de l’aviation. L'événement, gratuit, se déroule jusqu'au samedi 6 février.

L’idée est venue de Jean-Marie Pater, un des vingt-huit membres du Club philatélique de Villeparisis – Mitry-Mory et c'est lui qui explique : « Alliant 40 ans de ma vie professionnelle dans l’aviation à une de mes passions, la philatélie, j’ai essayé au travers de documents aéronautiques et de documents philatéliques d’exposer une partie de l’histoire de l’aviation ».

L’exposition présente une large collection de timbres sur le thème de l’aviation et les épisodes marquant de son histoire, du rêve de voler de l’Homme, depuis la nuit des temps, évoqué avec le mythe d’Icare, à l’Airbus A 380, en passant par les vols transatlantiques avec la Caravelle. Les pionniers tels que Louis Blériot, Clément Ader ont droit à un bel hommage.

Les amateurs apprécieront tout particulièrement la présentation du Concorde : des pièces de l’avion, des données chiffrées et des photos retracent le parcours de l’ancien avion supersonique qui émerveille toujours. Les timbres illustrent chaque propos et la collection parviendra sans nul doute à faire voyager les familles, car selon le président du club, François Gagnepain, 65 ans, et Jacques Ulrich, trésorier, 84 ans, « c’est une exposition faite par des passionnés pour le grand public ».

Les petits et les grands sont invités à compléter un quizz durant la visite, on apprend en s’amusant ! On peut observer des timbres de différents appareils aéronautiques, avions, hélicoptères, montgolfières, des enveloppes timbrées illustrées, en provenance de différents pays comme la Russie : l’histoire de l’aviation ne s’arrête pas aux frontières françaises. Ludique, instructive, accessible à tous, l’exposition est ouverte à tous les curieux, autant aux amateurs d’aéronautique que de philatélie.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17508,17507,17505,17506,17504,17503,17502,17501,17500,17499,17497,17498"]

Publié dansVie locale

Territoires ►Dialogue de sourds entre Val-d'oise et Seine-et-Marne

Les 37 sont venus, ont vu et… sont repartis déçus face au dialogue de sourds avec le Val-d'Oise. Le président par intérim de la communauté d’agglomération Roissy Pays de France (CARPF) avait pourtant invité les maires pour une réunion d’information, lundi 25 janvier.

Lundi, bien que seuls les 17 maires de CCPMF rattachés au Val-d’Oise aient été invités, c’est d’un commun accord que les 37 s’y sont rendus à la réunion qui se tenait à Roissy. Après avoir accueilli les participants, le président par intérim de la CARPF, Patrick Renaud, a procédé à une longue énumération de tout ce qui était bloqué et suspendu par la décision du tribunal en attendant que le conseil d’Etat se prononce. Au nom des 37 communes de Seine-et-Marne, Bernard Rigault, l'ancien président de Plaines et monts de France, a précisé "qu’il n’était pas surpris de l'état des lieux car cela faisait des mois que les élus alertaient les représentants de l’Etat ". Il a ensuite proposé aux élus du Val-d'Oise de s’associer à ceux de la CCPMF pour demander, une fois de plus, aux préfets, d’appliquer l’ordonnance du tribunal administratif de Paris, temporairement. La réponse a été une fin de non-recevoir en prétextant que toutes les demandes avaient déjà été faites. "Devant la volonté manifeste de Patrick Renaud de refuser une proposition de sagesse, faite uniquement dans l’intérêt du service public et de sa continuité, nous, les maires de la CCPMF, avons quitté la séance déçus de l’attitude intransigeante du président par intérim de la CARPF" ont souligné les Seine-et-Marnais.

Retrouvez la liste des 42 communes de la nouvelle communauté d'agglo (CARPF) ici

Publié dansVie locale

Meaux ► 500 joueuses de foot au Z5

Le complexe sportif Z5 de Meaux a reçu le plus grand rassemblement de joueuses de Foot féminin, dimanche 24 janvier.

25 clubs de la région Ile-de-France se sont déplacés pour l'évènement.

Sous la houlette de Jean-Claude Loup, président du district de Seine-et-Marne Nord de football, les tournois se sont enchaînés dans les catégories des 13 ans, 16 ans et seniors. Un fillofoot pour les moins de 11 ans a enthousiasmé l’assemblée. Des récompenses pour les petites et des coupes pour les grandes, ont été remises à la fin de la journée avec la participation de Nadia Arouyo, responsable DDCS (direction départementale de la cohésion sociale) de Seine-et-Marne.

Meaux, joueuses football au Z5

Publié dansVie locale

Nanteuil-lès-Meaux ► Mini-entreprise : des collégiens ont conçu Hollow me

Quinze élèves de 3e ont monté leur mini-entreprise et conçu Hollow me, une application ludique qui fait apparaître des hologrammes 3D.

Les collégiens fabriquent et commercialisent un hologramme décoratif et l'application pour tablette et smartphone qui va avec. L'assemblée générale de la société s'est déroulée lundi 25 janvier... pour de vrai.

Tom, le PDG, habillé comme un véritable patron, veste, chemise et cravate, relit ses fiches. D'ici quelques minutes il devra présenter, avec son équipe, leur produit : un dispositif qui permet de reproduire un hologramme en 3D.

Devant les investisseurs composés de parents d'élèves, d'enseignants et même de voisins, le jeune dirigeant a présenté son organigramme et chaque responsable du conseil d'administration, apprêté en véritable professionnel, a exposé le bilan du service dont il a la direction : finances, marketing, communication, commercial, conception...

"Hollow me, mon hologramme à moi"
Chez Hollow me, toutes les problématiques et les différentes étapes sont passées en revue comme dans une véritable entreprise, du nom de la marque et du slogan (Hollow me, mon hologramme à moi) à la mise sur le marché. "Pour chercher du financement, nous avons dû faire du porte-à-porte. On a dû bien argumenter" explique Pierre-Antoine, chargé des relations clients. Comme dans un vrai conseil d'administration, le chef d'entreprise et ses collaborateurs ont répondu à toutes les questions des actionnaires, même aux plus pointues. "Ils s'en sont très bien sortis" résume la principale du collège, fière de voir ses élèves "réussir là où même des adultes peuvent échouer".

Hollow-me est bien une réelle entreprise, une SCOP (société coopérative) qui a été créée en septembre 2015 par des élèves de 3e option DP (Découverte-professionnelle) avec l'aide de leurs professeurs de technologie, Rémi Bourgin et Stéphane Pasquier, et de l'association Entreprendre pour Apprendre (EPA), qui met en place des projets de mini-entreprises dans des établissements scolaires. "Le temps d'une année, les jeunes découvrent l'entreprenariat, apprennent le fonctionnement d'une entreprise, s'initient à plusieurs métiers et acquièrent des savoir-faire et des savoir-être" explique Evgenia Gorochkova, la coordinatrice Seine-et-Marne d'EPA. Les "dirigeants en herbe" doivent chercher à être rentable en évaluant et maîtrisant les coûts et en étudiant le marché. "Ils devront même penser à payer l'électricité et le loyer et les inclure dans leur budget" indique Stéphane, leur enseignant qui les guide pas à pas.

Le produit sera bientôt mis en vente sur Internet, au centre Leclerc de Nanteuil et sur le marché de Meaux.  L'application sera téléchargeable prochainement. La classe qui se réunit trois heures par semaine dans le cadre d'un enseignement optionnel, a également créé une page Facebook et un compte gmail qui permettent d'ores et déjà de suivre l'évolution du projet et produit.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18066,18065,18062,18064"]

Publié dansVie locale

Longperrier ► Lycée : les jeunes au salon des métiers

Mode d’emploi APB,  présentation des formations, orientations, échanges entre lycéens et anciens élèves ont animé la matinée, samedi 23 janvier,  au lycée Charles-de-Gaulle à Longperrier, à l'occasion du salon des métiers.

L’information était diversifiée et les anciens élèves étaient toujours aussi enthousiastes de retrouver l'établissement et de transmettre leur expérience.

Les lycéens et leurs parents ont été nombreux à rencontrer les différents acteurs du salon : professeurs, professionnels, anciens lycéens. Alors que le portail APB, (Admission Post Bac), parcours internet obligé pour s'inscrire et accéder aux choix d’orientation, est ouvert depuis quelques jours, Sylvie Larcher, professeur en Sciences de l’ingénieur, a présenté le portail et prodigué ses précieux conseils : « APB a changé depuis l’an dernier. J’invite  aussi les redoublants à écouter…». En effet, chaque année apporte ses nouvelles subtilités et la présentation est d’autant plus importante car elle rassure les familles : « Tout le monde a peur de rater son orientation et son inscription », a précisé le professeur.

L'orientation, une longue quête
Parmi les jeunes concernés, Ludovic Foustoul, élève en terminale SI, encore indécis sur le meilleur parcours à suivre pour le mener vers les métiers qui l’intéressent, glanait des renseignements auprès des étudiants : « Je souhaite faire un DUT MMI (métiers du multimédia et de l’internet) ou une fac littéraire mais je visite aussi le salon pour voir des amis, anciens lycéens de l’an dernier et aussi pour découvrir les formations présentées, par exemple les prépas PTSI ». Une partie du forum était consacrée au salon des sciences de l’ingénieur avec, pour premier guide Raphaël Boutillier, professeur de SI, qui explique : « Il y a une soixantaine d’anciens élèves qui présentent leurs écoles. Ils sont formidables, ils s’éclatent dans ce qu’ils font. On a beaucoup de chance d’avoir des élèves motivés ». Les lycéens sont venus découvrir les formations et avaient préparé leurs questions. « Je m’intéresse à ce que les écoles proposent. Je suis content, j’ai pu échanger sur une école qui me tente, l’ISSART», témoigne Alexandre Bourgeois, en TSI, souhaitant poursuivre ses études dans l’art et la programmation.

Le forum proposait également une palette très large d’écoles en lien avec les sciences sociales, humaines, l’économie, les SVT… Une occasion de faire le plein d’idées post-bac, pas seulement pour les élèves de terminale qui doivent se déterminer maintenant, mais aussi pour les élèves de seconde et première, la réflexion sur l’orientation étant une longue quête ! Assïa Chetouani, élève de première ES, seize ans, s’est intéressée à la licence de droit présentée par  Céline Gelé : « Je souhaite  savoir en discutant avec les étudiants si je pourrai devenir un jour avocate… » Céline est revenue au forum avec plaisir : « Ce n’est pas la première année que je présente ma formation au lycée, et c’est toujours intéressant de les renseigner, on a tous été à leur place un jour ».

Des projets professionnels
Le forum était aussi une vitrine pour les différentes formations du lycée Charles-de-Gaulle, labellisé métiers de la santé et du social, comme par exemple le diplôme d’aide-soignant. Nadia Larabi enseignante, accompagnée de ses élèves, Elodie Devine et Shanon Roth, et d’une ancienne élève, Mme Theor, actuellement auxiliaire de puériculture, ont participé à la présentation. Elles ont rendu compte du projet professionnel, de l’intérêt du diplôme et ses conditions d’admission. « C’est un diplôme paramédical qui mène à des métiers d'avenir car on aura toujours besoin d’aides-soignantes », souligne l’enseignante passionnée. Elodie voudrait travailler en EHPAD (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et Shanon dans la psychiatrie.

Samedi midi, Patrice Collongeon, le proviseur, a regardé ses élèves quitter l'établissement. Il indique : "Les uns sont rassurés, d’autres ont de nouvelles interrogations mais sont sans nul doute mieux informés et peut-être de nouvelles vocations auront-elles été suscitées ?"

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17450,17449,17448,17447,17445,17444,17442,17441,17443,17440"]

Publié dansVie locale

Emploi ► Trouvez un job avec Voltage et l'école 42, vendredi

Une journée pour l’emploi sur la radio Voltage et un village numérique à l’école 42 avec Pôle emploi Ile-de-France auront lieu vendredi.

Pôle emploi Ile-de France et la radio Voltage se mobilisent une nouvelle fois pour l’emploi en débutant l’année 2016 avec une journée « emploi » exceptionnelle, vendredi 29 janvier, à l’école 42, à Paris, avec un Village numérique proposant une découverte de l’Emploi Store, des rencontres avec des entreprises qui recrutent ainsi que des conférences thématiques, et sur l’antenne de Voltage avec des offres d’emploi toutes les heures !

Une expérience unique au village numérique de Pôle emploi Ile-de France et un salon en ligne

Pôle emploi Ile-de-France propose une immersion inédite dans l’univers du digital dans les locaux de l’école 42 avec un village numérique ouvert de 9 à 17 heures. Plusieurs espaces permettront aux visiteurs d’avoir une expérience et une information complète :

–          L’espace Emploi Store

–          L’espace Conseils CV & emploi

–          Le plateau CV vidéo (enregistrement CV vidéo pour diffusion sur CVtube, l’application Emploi Store)

–          L’espace recrutement

–          L’espace conférences (diffusion en live et replay sur la chaîne YouTube Pôle emploi IDF)

L’espace Emploi Store offrira la possibilité aux visiteurs de découvrir par eux-mêmes les nombreuses fonctions de la plateforme et ils pourront assister à une présentation par des experts. De plus, des partenaires feront des démonstrations de leurs applications (Weegid, Place des talents, Eurotunnel, eTerritoire…)

L’espace recrutement accueillera une vingtaine d’entreprises  avec des offres d’emploi à pourvoir dont Altran, Sogeti, Viseo Technologies, Danitis Auxitec, Free, Clés Job, Casting Events, Adveris, My Best Pro/Wengo, Soundsgood, Kisskissbankbank Technologie Mobeye. Allez-y avec votre CV !

Des intervenants prendront la parole tout au long de la journée dans l’espace conférences sur des thématiques variées comme « réussir sa levée de fond », l’Emploi Store, l’école 42, le trophée du numérique de Pôle emploi, , la formation, l’e-reputation, le numérique dans les métiers de la musique (Sony Music)…

Toutes les personnes qui ne pourraient pas se déplacer bénéficieront d’une solution clé en main pour postuler avec le salon de recrutement en ligne. Accessible 7j/7 du 29 janvier au 12 février sur www.salonenligne.pole-emploi.fr (Pas la peine d’essayer avant, le lien ne sera actif qu’à partir de vendredi)

Sur l’antenne de Voltage 96.9, une journée emploi avec des offres et des conseils

L’équipe de Voltage fera découvrir à ses auditeurs, toutes les heures de 6 à 19 heures, des offres d’emploi. Une dizaine d’entreprises (qui participeront au Village numérique) interviendront à l’antenne à travers des témoignages sur leurs opportunités, leur politique RH et donneront des conseils pour candidater. Toutes les interviews seront disponibles sur le site www.voltage.fr.

En marge, l’occasion de zooms en directs avec des témoignages sur le village numérique.

L’adresse : 96, boulevard Bessières, 75 017, Paris (métro Porte-de-Clichy – ligne 13)

Publié dansVie locale

Courtry ► Le maire annonce de nouveaux équipements

Le maire, Xavier Vanderbise, a annoncé à l'occasion de ses vœux à la population, vendredi 22 janvier, de nouveaux équipements pour l'année 2016 malgré la baisse des dotations de l'Etat.

C'est presque une présentation "à l'américaine" que le maire a donnée, vendredi, sur la scène de l'espace Robert-Jacobsen. Pas besoin de discours écrit sous les yeux ni de pupitre, il avait manifestement tout dans la tête et c'est en véritable orateur, moderne et décontracté, qu'il a adressé ses vœux aux habitants. L'édile, également conseiller départemental, a annoncé la mise de place de nouveaux équipements dans de nombreux domaines malgré la diminution des recettes et la réorganisation territoriale avec la fusion des communautés de communes de Marne-et-Chantereine et du Val-Maubuée en communauté d'agglomération Paris-Vallée de la Marne.

Des panneaux lumineux

"L'information sera renforcée dans nos rues, avec l'installation de nouveaux mobiliers urbains et d'un panneau d'information" a indiqué l'élu. Le panneau permettra d'une part d'informer la population des différentes manifestations mais aussi de transmettre instantanément des messages urgents. Grâce à un contrat passé avec la société Clear Channel, le nouvel équipement ne représentera aucun coût pour la commune.

La sécurité

De nouvelles caméras de vidéo-protection seront installées. Elles compléteront celles déjà placées dans le quartier Frassati et aux abords du collège Maria-Callas, et fonctionneront 24h/24. De plus, les policiers municipaux seront tous armés au cours du 2e trimestre 2016.

Le patrimoine

De nombreux travaux sont à prévoir. Une baie vitrée sera installée à l'entrée de l'église Saint-Médard afin de valoriser le monument et de limiter le bruit de la rue perçu à l'intérieur. Le maire a souhaité créer une "véritable mixité sociale avec la construction de logements en accession à la propriété et de logements à caractère social" mais "il doit s'agir de logements de qualité qui s'intégreront parfaitement dans le paysage courtrysien" a t-il aussi précisé.

Le haut-débit

La fusion entre les sociétés SFR et Numéricable a retardé l'installation de la fibre-optique. Les travaux doivent normalement débuter lors de la deuxième quinzaine de mars, mais l'élu reste néanmoins très prudent : "Je ne souhaite pas m'engager devant vous sur une échéance précise concernant l'achèvement du déploiement. Cela dépend de SFR et de ses sous-traitants". La municipalité prévoit néanmoins le câblage complet à la fibre optique pour la fin de l'année ou pour le début 2017.

Le city-stade

Le projet du city-stade était un engagement du candidat lors des municipales de 2014. L'espace dédié à une pratique multisport libre sera situé entre la crèche et les salles festives et sera disponible à l'été 2017.

La fin de l'intervention a été marquée par un hommage au précédent maire, Jean-Luc Pilard. Plusieurs Courtrysiens ont reçu la médaille de la Ville pour leur dévouement.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="17285,17274,17279,17283,17284,17277,17278,17276,17282,17275"]

 

Publié dansVie locale

Grèves demain ► Gare aux bouchons !

Une grève des taxis va avoir lieu demain, mardi 26 janvier. Elles s'ajoutera à celle des services publics. La circulation s'avèrera sans doute difficile dans la capitale et ses alentours.

Gare aux bouchons ! Les mouvements de grève prévus demain signifient également manifestations et embouteillages. Les taxis ont prévu, une nouvelle fois, de manifester contre "les dérives" des services de réservation de voitures de transport avec chauffeur (VTC). Evidemment, l’Américain Uberpop qui rayonne sur Paris et ses environs arrive en tête de leurs revendications puisqu'ils voient dans la société "un concurrent déloyal".

Les rendez-vous à Paris sont fixés à la porte Maillot et près du ministère de l'Economie et des Finances à Bercy. Le mouvement pourrait engendrer d'importantes perturbations dues à des blocages sur les routes, des opérations escargots, des barrages filtrants, en particulier autour des aéroports de Roissy Charles-de-Gaulle et Orly à partir de 6 heures du matin. La grève "risque d'être fortement suivie et très dure" indiquent les syndicats.

En ce qui concerne les fonctionnaires dans les services publics, ils crient haut et fort être "confrontés aux réformes tous azimuts et connaître aujourd’hui une très forte dégradation de leurs conditions de vie au travail". Ils citent :

  • la réforme territoriale qui se mène à marche forcée et qui transforme l’organisation administrative,
  • l’ensemble des réformes qui traversent tous les secteurs de la fonction publique (éducation, santé, social, ONF, Onema... )
  • le projet de loi de finance qui valide une nouvelle année d’austérité et une nouvelle vague de suppressions d’emplois dans de nombreux secteurs,
  • le PLFSS qui poursuit la lente dégradation de la protection sociale,
  • les premières négociations salariales dans la fonction publique, ce qui n’est plus arrivé depuis "des lustres", qui se tiendront en février 2016,
  • le point d’indice gelé depuis le mois de juillet 2010.
De nombreux services publics devraient être perturbés le jour du mouvement.
Par exemple :
Contrôleurs aériens : leurs syndicats annoncent suivre le mouvement. Il y a des risques de perturbations au niveau des vols. Contactez votre compagnie aérienne pour connaître leurs prévisions (elles seront disponibles la veille de la grève).

Education nationale : des mouvements sont prévus dans les collèges et dans les écoles primaires. Il semble que ces mouvements soient soutenus par des enseignants qu'autres niveaux, comme dans les maternelles. Il y aura aussi des perturbations à prévoir au niveau des cantines, ainsi que pendant les temps d'accueil et d'activités périscolaires.

Hôpitaux : plusieurs établissements ont annoncé participer à cette mobilisation.

Sécurité sociale.

Publié dansVie locale

Meaux ► La statue du Maréchal Gallieni au musée de la Grande Guerre

La statue du Maréchal Gallieni a été inaugurée au musée de la Grande Guerre à Meaux, vendredi 22 janvier, par Michel Rouger, directeur du musée, accompagné de Muriel Hericher, adjointe au maire, déléguée à la culture et au patrimoine de l’agglomération.

La statue du Maréchal Gallieni, tournée vers l’est, trônait depuis plus de 80 ans sur une parcelle de terrain appartenant à la ville de Paris aux abords de la RN3, au carrefour de Trilbardou. Le carrefour est couramment appelé "Gallieni" en raison de l'implantation de la statue, même si celle-ci n'y est plus depuis janvier 2007.

Le bronze de 4,50 m de haut avait disparu du paysage après une tentative de vol. Le déboulonnement était commencé quand un cultivateur s'était aperçu des faits et les avait signalés aux autorités. L'effigie du maréchal gisait au pied de son socle. C'est vraisemblablement le métal dont la statue est composée qui intéressait les voleurs. La ville de Paris, propriétaire de la statue, avaient préféré la mettre à l'abri avant qu'elle ne soit réellement enlevée.

Conservée depuis lors à Paris, la statue du maréchal a été restaurée et a pris place au musée de Meaux le 8 décembre 2015.

Le musée de la Grande Guerre a également récupéré le double en plâtre, maintenant installé à l’intérieur du musée. « La statue du Maréchal Gallieni était effectivement au bord de la RN3 et était dirigée vers Villeroy, montrant ainsi le champ de la bataille de la Marne (Le maréchal était alors général). Avec notre mécène, France Mutualiste, nous avons retrouvé la statue dans les réserves de la ville de Paris. Nous avons pu rapatrier les deux statues au musée, l’une est en plâtre et installée sur un socle à l’intérieur du musée, l’autre, en bronze, a été mise dans le parc sur son socle » indique Jean-Christophe Ponot, président  de la société des Amis du musée de la Grande Guerre.

Le général Elrick Irastorza, président de la mission du centenaire, et Richard Pernod, représentant de France Mutualiste, mécène de l’opération (transport et installation), ont participé à la soirée inaugurale.

Une statue en résine à Trilbardou ?
Au carrefour de Trilbardou, la statue du maréchal manquaient aux usagers de la RN3. Certains se sont souvent demandé où était passé le bronze. L'un d'eux a même proposé de remplacer l'effigie en métal par la même, en résine, une manière d'honorer le chef militaire qui semblait toujours veiller sur la célèbre plaine de la bataille de la Marne. Au musée de la Grande Guerre, dorénavant, Gallieni aura aussi l'œil sur l'emplacement.

www.muséedelagrandeguerre.eu

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17851,17854,17853,17852,17855,17858"]

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► Valérie Tercero reçoit la médaille du Mérite

Valérie Tercero a reçu la médaille du Mérite à l'occasion de la traditionnelle cérémonie des vœux du maire à la population.

Le maire, Michel Dutruge, a adressé ses vœux aux habitants de Dammartin, jeudi 21 janvier. Le grand événement de la soirée a sans doute été la remise des insignes de chevalier de l’ordre national du Mérite à Valérie Tercero, directrice de l’école maternelle et primaire Henri Dunant. En effet, après être à nouveau longuement revenu sur les événements terroristes qui ont ébranlé la ville le 9 janvier 2015, l'élu a raconté comment le personnel de l'école toute proche de l'imprimerie où se déroulait l'attaque des frères Kouachi, a dû faire face au confinement des enfants. "Les enseignants et l'encadrement de manière générale ont réussi à faire que la journée reste 'normale' pour les enfants. Il n'y a pas eu de panique, les petits ont vécu ça de façon à ce qu'ils ne s'aperçoivent pas que quelque chose de terrible était en train de se dérouler" a-t-il expliqué.

L’école Dunant compte 198 élèves de 3 à 10 ans. "Ce jour-là, les enfants l'ont passé avec des jeux, des films et beaucoup d’attention a été déployée autour d’eux alors qu'il règnait une agitation sans précédent sur le quartier et sur la ville. L'évacuation en bus, dans l’après-midi, s'est déroulée encore dans le calme. Les exercices de confinement et les plans d'incendie sont des exercices habituels dans l'école", a raconté Valérie Tercero.

André Rey, vice-président de l’arrondissement de Meaux de la section départementale de l’association nationale des membres de l’ordre national du mérite (ANMONM) a parrainé la récipiendaire entourée également de Corinne Adamski-Caekaert, secrétaire générale de la section départementale  et vice-présidente de l’arrondissement de Torcy, Jean-Noël Humbert, sous-préfet de Meaux, et Serge Debrenne, porte-drapeau départemental.

Pas d'augmentation des impôts locaux
Dans le discours qui concernait ses vœux aux Dammartinois, Michel Dutruge a aussi souligné les difficultés financières auxquelles la ville doit faire face, indiquant que la fiscalité locale était la principale source des recettes de fonctionnement tandis que les dotations de l'Etat se réduisaient : "Dammartin a perdu 9 % de son budget. Il faudra de la prudence et de la rigueur en ce qui concerne l'investissement. Cependant il n'y aura pas d'augmentation de la fiscalité locale en 2016". Autrement-dit, Dammartin va se serrer la ceinture et ne s'engagera sans doute pas dans de grands projets dispendieux afin de ne pas charger les ménages dammartinois.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17216,17209,17219,17217,17215,17214,17213,17212,17210,17218,17211,17208,17206,17220"]

Publié dansVie locale

Charny ► En projet : un cabinet médical et une médiathèque

Xavier Ferreira, maire de Charny, a annoncé lors des vœux à la population, les projets de la commune. Parmi eux figurent un cabinet médical et une médiathèque.

Vendredi 15 janvier, à l'occasion de la cérémonie des vœux, l’élu a indiqué : "2016 a commencé avec toutes les conséquences liées à la nouvelle organisation des intercommunalités et le démantèlement de la communauté de commune. Malgré tout, nos projets avancent. Les travaux de la médiathèque vont commencer ce mois-ci, ce qui pourrait causer quelques désagréments pour les riverains de la rue Vigne-Croix. Ces travaux sont réalisés par le syndicat France et Multien. Nous avançons aussi sur l'important projet de la maison médicale. Un kinésithérapeute s’est installé depuis peu. Nous allons pouvoir travailler avec lui, les représentants du corps médical et l’architecte. Dans un autre domaine, la boulangerie va s’agrandir. Elle connaît un réel son succès auprès des consommateurs. Les travaux débuteront début février. La poste va devenir agence postale communale fin février".

En ce qui concerne la sécurité, les élus travaillent actuellement pour la mise en place de caméras de surveillance. "Nous espérons diminuer les cambriolages et les vols de voiture. En principe tout devrait être mis en place pour le mois de juin 2016".

Une autre nouveauté a été réalisée dan la commune. Il s'agit de la mise en place d'une borne pour alimenter les voitures électriques. Elle a été installée sur la place de la cantine. La borne est opérationnelle depuis la semaine dernière.

Le maire a également énuméré d'autres réalisations effectuées sur la commune : les travaux du dojo, l’aménagement de la voirie desservant le tennis couvert et le dojo, l’agrandissement de la cantine qui permet aujourd’hui d’accueillir cent enfants par service, la circulation en ville sécurisé par des bornes "chasse-roues", l’éclairage rue du stade, un panneau d’information et enfin après plus de 20 ans de services, le bon vieux chariot élévateur a été remplacé par un nouveau qui fonctionne au gaz.

Xavier Ferreira, entouré des autres élus et du conseil municipal des enfants, a mis à l’honneur Maurine Laurent, championne de France en sport équestre section poney et Alexandre Dos Santos, arrivé dans le top dix en championnat de France moto. "Ce dernier recherche des sponsors pour boucler son budget 2016" a précisé le maire.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17230,17229,17231,17228,17227,17226,17225"]

Publié dansVie locale

Villepinte ► Les chefs d'entreprise avaient rendez-vous au cinéma

Une nouvelle édition des rendez-vous inter-entreprises orchestrés par la direction de l’économie et du commerce de Villepinte s’est déroulée, jeudi 21 janvier, avec la visite du cinéma EuropaCorp situé dans le centre commercial Aéroville.

Une trentaine de chefs d’entreprise ont pu apprécier, le temps de la visite, l’architecture futuriste et le confort des lieux. Les rencontres sont mises en place dans le but de favoriser les relations entre les entreprises et de développer le tissu économique de la ville. « Il est important de créer des contacts entre les entreprises, c’est comme ça que nous pouvons nous connaître et éventuellement nous entraider » ont commenté les organisateurs.

Villepinte Inter-entreprises donne rendez-vous à ses partenaires économiques jeudi 18 février pour la visite du Hub Fedex à Roissy Charles-de-Gaulle.

Contact : Nathanaël Tribondeau, directeur de l’économie et du commerce.

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17254,17253,17252,17251,17250,17249,17248"]

Publié dansVie locale

Meaux ► Train : la sécurité des femmes en question

Vous êtes une femme et vous empruntez régulièrement le train en gare de Meaux. Venez donner votre avis à l'occasion de la marche exploratoire.

Des représentants de la ligne P et des élus de la commune proposent, mercredi 10 février en gare de Meaux, une « marche exploratoire » destinée aux femmes sur le thème de la tranquillité. Tout au long de cette marche, vous pourrez faire part de votre ressenti, de vos impressions ou de vos craintes.

Comme d’autres villes de Seine-et-Marne, Meaux a signé un protocole avec la SNCF pour mettre en place les marches exploratoires. L’objectif est de donner aux femmes usagers du train la parole et de dresser avec elles un diagnostic de terrain. La ville espère ainsi que les utilisatrices pourront décrire les craintes qu’elles ressentent dans leur quotidien et que la SNCF pourra régler les problèmes soulevés.

La marche se terminera par un échange autour de vos perceptions, de vos attentes et de vos suggestions pour améliorer la tranquillité des usagers du train au quotidien.

Si vous souhaitez participer à la marche exploratoire du mercredi 10 février en gare de Meaux, de 18 à 20 heures, vous pouvez vous inscrire par e-mail à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La ligne P en quelques chiffres :

85 000 voyageurs et 261 trains par jour

252 km de voies - 36 gares desservies

 

Publié dansVie locale

Moussy-le-Neuf ► Les bénévoles récompensés

A Moussy-le-Neuf,  il est de tradition d’organiser une soirée de divertissement pour récompenser les associations et leurs bénévoles. Samedi 28 janvier, le complexe du Chêne a ouvert ses portes à quelques 400 participants venus assister à la grande soirée annuelle.

Bernard Rigault, accompagné de son équipe municipale, recevait les arrivants en leur souhaitant ses bons vœux pour la nouvelle année. Lors de son discours, l’élu a rappelé brièvement les difficultés que les communes vont avoir à subir à la suite du démantèlement de l’intercommunalité. D'un autre côté, il a également annoncé le lancement des travaux de la future crèche et a rappelé les travaux effectués par la ville, comme la réfection du jeu d’Arc.
Les plus méritants des bénévoles ont reçu un bouquet. « Il est toujours agréable d’être reconnu comme faisant partie de la communauté. Notre côté 'bénévole' se sent flatté et cela nous donne envie de continuer à transmettre et partager notre passion » confie Marilyne.
Chaque année, la soirée des bénévoles met à l’honneur toutes les associations de Moussy-le-Neuf, aussi bien le vélo, l’athlétisme, le judo, le football que les Jardiniers de Moussy, le Soleil d’or, le comité des fêtes, le centre artisanal...
Le service de communication de la ville avait monté un diaporama qui présentait une rétrospective des activités culturelles et sportives de l’année passée, mettant en avant les performances de quelques-uns. Le moment a été applaudi. « Le diaporama met en valeur des lauréats, donne envie aux autres de se surpasser dans leur discipline. C’est toujours une fierté pour les parents de voir leurs enfants mis à l’honneur » souligne Maxime, un jeune participant.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18085,18082,18083,18087,18089,18090,18080,18081,18088,18086"]

Publié dansVie locale

Meaux ► Premier salon de la jeunesse : prévention, passions et formations

Le premier salon de la jeunesse organisé par la ville de Meaux, qui s'est tenu vendredi 22 et samedi 23 janvier, a permis aux 11-25 ans d'obtenir des informations sur la santé, le logement, les déplacements, les formations et des activités culturelles.

Une cinquantaine d'exposants étaient réunis à la salle des fêtes de Meaux afin de répondre aux questions que les moins de 25 ans peuvent se poser. "Chaque espace est consacré à une thématique et s'efforce de répondre à un besoin dans les domaines de l'orientation, de la prévention, de la culture, des loisirs et du sport, de l'emploi ou de la formation" a expliqué Saly Diop, adjointe au maire déléguée à la jeunesse.

Ainsi Grégory, venu avec sa classe du lycée Jean Rose, s'est dirigé vers les stands consacrés aux métiers : "Je passe mon bac cette année et je n'ai encore qu'une vague idée de ce que je voudrais faire. Surtout que les inscriptions, c'est maintenant !" a indiqué l'élève de terminale. Medhi, son camarade, préfère quant à lui s'attarder sur le stand de BD et de Mangas. Fan de Fairy Tail et de One piece, il rêve d'aller au Japon.

Aux stands de l'espace Caravelle et du service jeunesse, de nombreuses activités permettaient aux jeunes Meldois de s'épanouir grâce à la culture et à la création. Pour les plus ambitieux, des associations les conseillaient pour l'élaboration de CV, de lettres de motivation et même dans l'entreprenariat.

Un peu plus loin, des bénévoles tentaient d'attirer l'attention des adolescents sur les problèmes de santé. Ainsi, un atelier permettait de se rendre compte de l'effet de l'ébriété sur la vision grâce à des lunettes spéciales. Un autre rappellait la manière de bien se brosser les dents. Les intervenants de la CPAM ont tiré la sonnette d'alarme : "Les enfants n'apprennent plus à se brosser les dents à l'école et les parents ne s'en préoccupent pas. Alors qu'il faudrait le faire trois fois par jour, certains ne se brossent les dents que tous les deux jours !" constatait une bénévole.

 

[gallery columns="2" size="large" type="slideshow" ids="17203,17201,17202,17200,17199,17198,17197,17196,17195,17194,17193,17192,17191,17190"]

 

Publié dansVie locale

Meaux ► Paul Gibert dirigera Meaux Habitat

Paul Gibert, le nouveau directeur général de Meaux Habitat, prendra les fonctions de directeur général le 1er février.

Le 31 janvier marquera le départ à la retraite de Pierre Denaud, 63 ans, directeur général de Meaux Habitat depuis dix ans. Le premier bailleur social de Meaux et son agglomération, dont Jean-François Parigi est le président, comptabilise 5 182 logements. Précédemment, Paul Gibert, âgé de 48 ans, a été directeur général de l’Office Public HLM de Thiais, dans le Val-de-Marne. Il œuvre depuis près de vingt ans dans le logement social, dont quatorze ans passés chez Domaxis puis chez Habitat & Territoire Conseil (HTC). À Meaux Habitat, son objectif principal est de prolonger et d’amplifier le travail accompli sous la direction de Pierre Denaud. A travers ce changement de direction, Meaux Habitat aborde une nouvelle phase de son histoire qui intervient simultanément avec le lancement du Nouveau Programme de Rénovation Urbaine (NPNRU) dont le protocole de préfiguration a été signé le 14 décembre 2015 dans les salons d’honneur de la ville de Meaux.
Publié dansVie locale

Serris ► E-concertation du parc du centre urbain : premières idées

Les premières idées des internautes pour l'aménagement du futur parc du centre urbain ont été postées sur le le site lancé par la ville de Serris et l'EPAFrance, un établissement public d'aménagement.

Site internet et application mobile permettent à chaque visiteur d'imaginer le futur parc qui sera réalisé au centre urbain. Les internautes y vont de leur projet et sur le "mur" du site, les premières idées fusent : une ferme pédagogique, une guinguette, un potager partagé, un labyrinthe géant, des chaises longues, une fontaine à eau gazeuse ou un grand espace pelouse...  Si certains souhaitent donner plus d'espaces aux déplacements, aux divertissements et aux rencontres, d'autres préfèrent pouvoir s'y ressourcer ou encore s'y divertir.

A travers l'application "imaginer son parc" téléchargeable sur App Store ou Google Play et le site internet parcdeserris.fr, les Serrissiens et les futurs usagers peuvent créer et proposer leur parc idéal. Quelle place donner aux différentes activités ? Quelles fonctionnalités souhaitent-ils donner au futur équipement ? Chacun pourra donner son avis et commenter les propositions de chaque contributeur. "Les outils visent à faire participer les citoyens tout au long du projet" indique un responsable du projet.

"La plate-forme est ludique" remarque Kevin, un Serrissien dont la main ne lâche jamais le smartphone. Il a l'impression de jouer à Sim City, le célèbre jeu vidéo de gestion qui permet de créer et modifier des villes.

Un vrai cahier des charges
A la fin de la première phase de concertation, prévue en mars, les propositions seront analysées et constitueront un cahier des charges citoyen sur lequel s'appuieront les concepteurs.

Le parc verra le jour courant 2017 dans l'actuelle ZAC du Pré de Claye, s'étendra sur 16 hectares au plein cœur du centre urbain et sera situé tout proche de l'hôtel de ville. Le quartier, en pleine mutation, continuera à se développer jusqu'en 2025. "La présence du végétal offrira un espace de respiration et assurera un équilibre entre espaces naturels et espaces bâtis. Des équipements (aire de jeux, de pique-nique, jeux d'eau...) permettront de répondre aux usages et aux aspirations du plus grand nombre" assure le promoteur du projet.

Serris, e-concertation 2

 

 

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► C'était le cyclocross, dimanche

Le cyclocross « Prix du conseil municipal de Mitry-Mory », organisé  par l’USJM et l’US Bois-Saint-Denis, a eu lieu, dimanche 17 janvier.

L'épreuve a été courue sur un parcours dans Mitry bourg et a rassemblé 74 concurrents venus de toute l’Ile-de-France. Dans les  1re, 2e et 3e catégories, le véteran Olivier Grossetête de la Team amicale cyclisme 77(TAC) a remporté la victoire. Le bouquet de la 3e catégorie a été donné à Vincent Mercier (ECDH). Dans la 4e catégorie, Stéphane Ptak du EC Noisy s'est démarqué et le bouquet de première féminine a été pour Philippine Brouze (EC Morsang).

Chez les jeunes, la victoire a été remportée, en cadets, par Leo Ducamin (VC Villejust) et en minimes par Thomas Colasse (VC Livry-Gargan). Le comité directeur de L’USJM a été aidé de tous les bénévoles de ses sections qui ont participé a l’organisation ainsi que les bénévoles de l’US Bois-Saint-Denis.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17089,17088"]

Publié dansVie locale

Meaux ► Jean-François Copé a mis l’accent sur la sécurité

Jean-François Copé, le maire de Meaux, entouré de ses adjoints et conseillers, a présenté ses vœux et ses projets aux administrés, au théâtre Luxembourg, lundi 18 janvier.

Comme d'habitude le public a rempli la salle. Tous attendaient les annonces du maire.

Il n'en aurait d'ailleurs pas encore fini avec le désordre dans la cité. Si, à Beauval, la délinquance s'est un peu calmée avec la récente destruction des tours Auvergne et Artois qui étaient devenues des repères de dealers, d'autres secteurs restent à "corriger". Le maire a en effet mis l’accent sur la sécurité : « La sécurité a toujours été pour nous un pilier majeur. L’accent sera mis sur certains quartiers, comme l’immeuble Richemont où des choses inadmissibles se produisent. Plusieurs réunions de quartier ont été conduites à ce sujet".

La gare est également dans la ligne de mire de la mairie pour endiguer "le comportement violent de certains individus ».

« La sécurité, l’emploi, la rénovation urbaine, le sport et la culture, tous ces postes doivent marcher ensemble, sinon il n’y a pas de dynamique. La cohésion d’une équipe, la cohérence d’un projet, il faut que tout avance en même temps pour faire bouger les choses » a encore indiqué Jean-François Copé dans son allocution.

L'emploi
Par ailleurs, l’emploi  et le développement économique sont, d'après le maire, en plein essor : "Déjà 1 500 emplois ont été créés entre le nouveau centre commercial, l’institut des métiers et de l’artisanat et un certain nombre d’entreprises. L'ensemble du projet à terme devrait mener à 4 000 emplois.

La ville compte aussi développer la qualité de vie des Meldois, avec le développement de l’habitat, la rénovation des quartiers, la floraison des espaces, la circulation, de nouvelles pistes cyclables, de nouvelles voies piétonnes...

La fibre optique
Meaux, fibre optique

Le cadre de vie passe également par le numérique : « C’est la raison pour laquelle, après avoir eu un petit retard à l’allumage, nous avons mis le paquet.

La fibre optique finira d'être mise en place pour l’ensemble de la communauté d’agglomération - dont Meaux - en 2019 et couvrira 100 % du territoire » a informé Jean-François Copé concernant le projet qui sera une première en France.

La santé
Le pôle médical (voir notre article ici) dans l’ancienne école du Marché sera ouvert au public à partir du mois de mai. Il sera constitué de quatorze cabinets médicaux, "ce qui contribuera à endiguer le problème du manque de médecins" a ajouté l'élu.
Le sport et la culture
Le domaine sportif n’est pas en reste, bien au contraire, puisque le chantier de la rénovation complète de la piscine Frot est lancée. Le marathon de Meaux a été un succès, il est maintenant labellisé au niveau national.

Côté culture, le grand chantier de la nouvelle salle des fêtes de 2000 m2 est au programme. Elle sera accolée au boulodrome et pourra recevoir 1 200 personnes assises et 3 000 personnes debout pour les grands événements.

La ville prévoit aussi l’installation d’un nouveau cinéma dans l’ancienne prison datant de 1850, tout en gardant son cachet de l’époque.

Jean-François Copé a confirmé également l’ouverture de la Maison du Brie de Meaux en centre-ville : « Il n’est pas question de s’excuser tout le temps auprès de la concurrence quand on a le meilleur fromage du monde ! » Le sujet a particulièrement ému le public qui a accueilli la confirmation avec force applaudissements.

Le grand retour sur la scène politique
Enfin, c'est en annonçant la sortie de son livre, « Le Sursaut français », qu'il a terminé son discours. Si le maire s'était un peu mis au vert depuis l'affaire Bygmalion en mai 2014, il revient sur le devant de la scène et partout où il a parlé pendant la période des vœux des officiels - et ce n'est pas fini - ses mots ont bien laissé penser qu'il ne comptait pas en rester là avec la politique. Aussi se lance-t-il à nouveau dans l'arène et conjugue les apparitions à la télévision, la sortie de son livre et les interviews diverses accordées aux médias nationaux. C'est bel et bien un ton de primaires en vue des présidentielles de 2017 qu'il donne. Pour les Meldois fans de leur maire, "il aurait toutes ses chances et pourquoi pas ?" même si on devine dans leur yeux une petite angoisse ou une déception à l'idée de voir s'éloigner l'édile de Meaux vers l'Elysée. Il conclut : « Après une période difficile de ma vie politique, il est maintenant temps de reprendre la cordée ».

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17888,17889,17882,17883,17886,17887"]

Publié dansVie locale

Saint-Mard ► Jean-François Copé aux vœux : des accents de campagne présidentielle

La cérémonie des vœux du maire à Saint-Mard, jeudi 14 janvier, a annoncé le retour de Jean-François Copé au-devant de  la scène politique en même temps que son livre, "Le Sursaut français" (aux éditions Stock, au prix de 20 €). L'ouvrage est paru aujourd'hui, au lendemain du passage de son auteur sur FR3.

Jean-François Copé, le maire de Meaux, député de la 6e circonscription, vient chaque année à Saint-Mard, assister aux vœux du maire, Daniel Dometz. Son ancien suppléant, Roger Boullonnois, a été maire de la ville jusqu'en 2008. Le député a conservé la tradition et donné ainsi un discours devant la population et les élus de la région car la cérémonie à Saint-Mard attire toujours un nombre important de visiteurs.

C'est le cadre que le maire de Meaux a choisi pour faire une sorte de retour au-devant de la scène politique, un cadre pas trop "grand", un peu comme pour tester les choses avant de, peut-être, viser à nouveau plus haut.  C'est que Jean-François Copé a été malmené depuis mai 2014, quand l'affaire Bygmalion a défrayé la chronique.

Séance "divan" pour JFC
Il a aussi fait un grand retour télévisé en passant, hier soir, dans l'émission de Marc-Olivier Fogiel, "Le Divan" sur FR3 (Voir le replay ici). Il a été, sans aucun doute, comme les Meldois l'aiment : authentique et même parfois touchant. A la question du présentateur au sujet d'une éventuelle candidature aux primaires en vue des présidentielles, JFC a répondu qu'il "ne se posait pas la question aujourd'hui... Il y a bien des étapes préalables qui ne sont pas encore franchies".

Demain, jeudi 21 janvier, à 19 heures, il passera sur BFMTV en direct de la mairie de Meaux en invité exceptionnel de Ruth Elkrief.

Aux vœux de Saint-Mard, c'est un discours national qu'il a tenu, réclamant un "vrai chef" pour la France. Cependant son intervention n'a pas effacé l'inquiétude qui régnait parmi les élus quant à l'avenir de l'intercommunalité Plaines et monts de France. Bernard Rigault, l'ancien président, et Jean-Louis Durand, président par intérim de l'interco démantelée, soit des vingt communes restantes, continuent le combat "pour revenir à trente-sept" (Voir nos précédents articles ici et ici).

Jeudi, Daniel Dometz a aussi mis à l'honneur la directrice générale des services, Muriel Gendre, qui prend sa retraite après 40 ans de vie professionnelle à la mairie de Saint-Mard.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17027,17011,17026,17019,17020,17015,17014,17025,17016,17024,17023,17022,17013,17021,17012"]

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► L'agence de Pôle emploi inaugurée

L'agence flambant-neuve de Pôle emploi à Mitry-Mory a été inaugurée, vendredi 15 janvier. Mêlés aux demandeurs d'emploi et au personnel dans le hall d'accueil et les couloirs, les officiels ont visité les locaux.

Le maire de la ville, Charlotte Blandiot-Faride, avoue avoir été soulagée que l'agence de Pôle emploi ait pu se faire à Mitry-Mory. "C'est un vrai service de proximité que nous avons pu garder à Mitry et c'est un atout pour la population".

La localisation de la nouvelle agence n'était en effet pas gagnée d'avance. Quand le réseau Assedic et l'ANPE ont fusionné en 2008, il a fallu trouver un endroit où construire le nouvel établissement car les anciens étaient trop "exigus et vétustes" comme l'indique Hervé, conseiller à l'accueil : "Avant on était à Allende. C'était des locaux fatigués. On apprécie les nouveaux".

"C'était le dernier terrain de la ZAC"
L'entreprise Astiom, spécialisée dans les bâtiments pour l'entreprise, les bureaux et activités, a été chargée de la construction. Patrice Manca, son président raconte : "On a quand même mis près de trois ans à trouver le site mais nous l'avons réalisée en sept mois. Le terrain a été acheté à la mairie de Mitry [NDLA : le maire était alors Corinne Dupont]. C'était le dernier terrain de la ZAC des Acacias. C'est une surface bien plane et dégagée, sans construction autour, ce qui est rare en centre-ville, qui plus est près d'une gare. La situation a permis d'avoir quatre façades avec des ouvertures, des fenêtres qui laissent entrer beaucoup de lumière. Tous les espaces intérieurs ont un jour direct. C'est plus sain et confortable pour les gens qui travaillent à Pôle emploi comme pour les visiteurs. Une fois le terrain trouvé, la construction n'a pas présenté de difficulté. Les locaux sont prévus pour accueillir environ 140 personnes en même temps, personnel et demandeurs d'emploi, sachant qu'il y a 46 collaborateurs au sein de l'agence".

Le bâtiment a été livré en octobre 2015 et les services ont aussitôt commencé à fonctionner.

La révolution du web
C'est maintenant vers une vraie révolution 2.0 que s'achemine Pôle emploi, tant au niveau national qu'au plan local. Vendredi, Le directeur de l'agence de Mitry, Jean-François Virot, ainsi que le directeur territorial, Jean-Luc Ravis, ont insisté sur l'engagement de l'EPA (établissement public à caractère administratif), autrement dit Pôle emploi, sur la voie de la modernité et l'utilisation du web : "L'arrivée de la fibre optique va nous aider dans nos projets car nous voulons qu'un maximum d'entreprises et de demandeurs d'emploi - ceux qui le souhaitent - échangent à l'aide d'Internet comme par exemple les rendez-vous pris par E-Mail et des possibilités de rencontre chaque après-midi. La petite révolution a déjà commencé et sera opérationnelle le 8 février pour l'agence qui regroupe les 6 000 demandeurs d'emploi de vingt-sept communes environnantes".

Quelques chiffres :

Pôle emploi en Seine-et-Marne :

108 000 demandeurs d'emploi toutes catégories

63 000 demandeurs de catégorie A (demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi)

32 000 ont décroché un emploi en 2015

65 % ont eu des emplois durables

L'agence de Mitry :

200 000 dossiers traités chaque année

[gallery type="slideshow" size="large" ids="16838,16837,16839,16847"]

Publié dansVie locale

Le Pin ► Vœux du maire : rock'n roll, variété et religions

Les vœux à la population, samedi 16 janvier, du maire du Pin, Sylvie Fassier, s'appuyaient sur la lutte contre l'extrémisme religieux. Aussi, plusieurs religions étaient représentées par des personnalités au rayonnement national et même international.

La sécurité et le service d'ordre pour recevoir des personnalités des trois religions, musulmane, juive et chrétienne, avaient été renforcés ce soir-là. Carré VIP, gardes du corps dans tous les coins mêlés aux appareils photo et caméras : la lutte contre l'extrémisme religieux et pour la tolérance ne peut pas se permettre de s'exposer sans protection.

C'est au son du rock'n roll que les participants ont pris place dans la salle polyvalente. Le chanteur, même si son look était, on peut dire, différent de celui du King, avait de pures intonations "elvispresleyiennes" et des gestes qui montraient qu'il "vivait" ses chansons. En effet, comme les fans du grand Elvis l'affirment, le roi du rock n'est pas mort et vit dans le cœur et la voix de ses adeptes.

Maryam Radjavi, présidente du Conseil national de la résistance iranienne, était l'invitée vedette de la soirée. Elle se bat depuis plus de 30 ans contre le régime iranien. Aux côtés de Sylvie Fassier, Maryam Radjavi a prononcé un discours en français, fondé sur l'engagement pour les causes justes. Elle a remis  à Sylvie Fassier   la plaque de la résistance iranienne ainsi que le livre où, comme elle l'a indiqué, figure "la liste de 20 000 martyrs".

Le maire a également donné la parole au rabbin du Raincy (Seine-Saint-Denis), Moché Lewin, directeur exécutif de la conférence des rabbins européens, qui, à son tour, a salué le combat contre l'extrémisme et pour la force de "ne pas laisser faire le mal", citant Albert Einstein.

Dans le domaine des religions et du combat, des discours ont aussi été prononcés par Martine Lenoir, représentante de l'église catholique, et par Armand Jacquemin, engagé avec Sylvie Fassier contre l'extrémisme religieux. Dans la catégorie "combat", on retrouvait aussi sur scène les représentants de l'intercommunalité, Bernard Rigault, ancien président de Plaines et monts de France, et Jean-Louis Durand, président par intérim, qui essayent toujours de faire revenir l'interco "comme avant son démantèlement voulu par l'Etat".

Au sein du tourbillon des représentants d'une lutte sérieuse et active, le conseil municipal des enfants a offert une grande bouffée de fraîcheur et d'espoir. Après avoir trépigné d'impatience mêlée de trac avant leur prestation (le défilé des personnalités sur scènes et les discours étaient "un peu longs"), ils ont interprété la chanson de Demis Roussos "On écrit sur les murs". Celle-ci a été reprise en 2015 par Kids United, un groupe d'enfants créé à l'initiative de l'Unicef.

De nombreux maires et divers élus de la région avaient aussi fait le déplacement pour l'occasion.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="16964,16966,16963,16965,16962,16961,16960,16959,16958,16957,16956,16955"]

Publié dansVie locale

Chelles ► Le concert du Nouvel An, dimanche 24 janvier

SORTIR -

Le traditionnel concert de musique classique du Nouvel An  se jouera dimanche 24 janvier à 16 heures au centre culturel de Chelles.

Chaque année, un orchestre d'une autre ville est invité par l'Union musicale de Chelles. Pour l'édition 2016, l'orchestre d'harmonie de Châlons-en-Champagne, dirigé par Manuel Haussy, montera sur scène. Les deux formations se succéderont pour offrir aux spectateurs un répertoire varié entre grands compositeurs de la musique classique, variété internationale et chanson française.

Christian Outtier, un ancien saxophoniste à la Musique de l'Air, dirige l'harmonie de l'Union musicale de Chelles (UMC) qui réunit une vingtaine de musiciens de trois grandes familles d'instruments (cuivres, bois, percussions).

Un extrait d'un concert de l'UMC :

Concert du Nouvel An - dimanche 24 janvier à 16 heures Centre culturel de Chelles (salle du théâtre), place des Martyrs de Chateaubriant Participation libre

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► Sortie nature en zone humide le 31 janvier

SORTIR -

Participez à la sortie nature à Dammartin-en-Goële, dimanche 31 janvier, organisée dans le cadre de la journée mondiale des zones humides.

La municipalité et l’association Seine-et-Marne Environnement organisent pour la première fois une balade nature à la découverte des espaces naturels et de plusieurs zones humides au cœur de Dammartin sur le thème des zones humides et de leur intérêt dans la préservation de la biodiversité.

La balade nature, animée par Lucile Ferriot, conseillère Biodiversité et sciences citoyennes auprès de l’association départementale Seine-et-Marne Environnement, sera l'occasion d'aborder diverses thématiques liées à la faune et la flore. Elle expliquera ce que sont les zones humides, leur intérêt, leur richesse et les moyens à mettre en œuvre pour les préserver.

Dans un premier temps, la visite du parc de la Corbie permettra d'aborder la thématique de la biodiversité en général. Les participants pourront ensuite visiter la Mare à salé, endroit atypique de Dammartin, et y réaliser des actions simples pour agir en faveur des zones humides. Ils apprendront à caractériser la mare et ainsi contribueront au programme d’inventaire participatif de la Société nationale de la protection de la nature (SNPN) d’Ile-de-France.

L'animation est gratuite et ouverte à tous. Elle se déroulera dimanche 31 janvier de 13 h 30 à 17 heures.

Le rendez-vous est fixé à 13 h 30 à l’entrée du parc de la Corbie.
Inscription préalable par E-Mail à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ou par téléphone au 01 64 31 11 18auprès de Lucile Ferriot (Seine-et-Marne Environnement).
N’oubliez pas de prévoir des vêtements et chaussures adaptés pur la balade.

 

Publié dansVie locale

Chelles ► Jean-Pierre Noyelles reçoit la médaille d'honneur de la Ville

Brice Rabaste, le maire de Chelles, a assisté à la cérémonie des vœux de l'ancienne communauté d'agglomération de Marne-et-Chantereine. Celle-ci était organisée par  l'ex-président de la structure, Jean-Pierre Noyelles, qui a reçu la médaille d'honneur de Chelles.

A l'occasion de son discours, Brice Rabaste a mis en exergue "le travail accompli par l'ancien président et son implication dans l'agglomération de Marne-et-Chantereine". Cette dernière a officiellement cessé d'exister le 1er janvier après sa fusion avec le Val-Maubuée et la Brie francilienne pour former la nouvelle intercommunalité baptisée Paris - Vallée de la Marne.

"Monsieur Noyelles, vous avez toujours travaillé dans l'intérêt général de nos communes et défendu de nombreux projets structurants pour Chelles. Je tiens donc publiquement et collectivement à vous en remercier" a déclaré le maire de Chelles.

Le maire lui a ensuite remis la médaille d'honneur de la Ville et lui a souhaité ses meilleurs vœux de réussite dans ses nouvelles missions au sein de la nouvelle agglomération. "Cette médaille n'a pas uniquement pour but de vous remercier pour le travail accompli, mais aussi pour vous encourager à continuer à défendre nos projets et notre vision pour l'avenir de nos communes au sein de notre nouvelle agglomération" a ajouté Brice Rabaste.

Publié dansVie locale

Saint-Soupplets ► Récompenses, médailles et René Aveline à l'honneur

Saint-Soupplets a remis la médaille d'honneur de la Ville à René Aveline. La commune a également distribué les médailles du travail aux récipiendaires ainsi que les prix des maisons illuminées pendant les fêtes de Noël.

Le maire, Stéphane Devauchelle, à l'occasion de la cérémonie des vœux (voir aussi notre article ici), samedi 16 janvier, a remis à René Aveline, adjoint au maire, la médaille de la Ville. René ne s'y attendait pas, c'est vrai. Le secret avait été bien gardé, sauf pour quelques oreilles discrètes qui attendaient l'événement avec impatience. Le premier magistrat a brossé un rapide portrait de la vie de René, à Saint-Soupplets depuis toujours. "René connaît chaque recoin de la commune. C'en est aussi la mémoire vivante" a-t-il déclaré. Le moment a été des plus émouvants.

René, 76 ans, l'homme au cœur "gros comme ça" était étreint par l'émotion quand il a pris la parole sur la scène de l'espace Claude-Maurice, la salle qui porte le nom du maire avec lequel il a fait ses débuts de conseiller municipal en 1983. L'enfant du village qui a été enfant de chœur, pompier bénévole, dirigeant du foot, marié à la fille du boucher, s'est, sans faiblir, toujours tourné vers les autres, activement impliqué dans la vie de la commune et il continue.

Voir la remise de toutes les récompenses en vidéo ci-dessus.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="16824,16828,16823"]

Publié dansVie locale

Saint-Soupplets ► Le maire inquiet de projets de mariages "douteux"

La municipalité de Saint-Soupplets est inquiète : elle se trouve face à "des projets de mariages douteux". C'est ce que le maire, Stéphane Devauchelle, a souligné lors de la cérémonie des vœux aux habitants.

Le maire n'a pas mâché ses mots, samedi 16 janvier, dans son discours à l'occasion de la cérémonie des vœux. Il a expliqué qu'il était confronté à une série de projets de mariages qui attiraient particulièrement son attention. Sur le sujet, il a confié à magjournal : "Dernièrement, des couples sont venus me voir pour se marier mais leur situation n'est pas dans les normes et je soupçonne, dans quatre cas, les hommes de vouloir profiter de femmes auxquelles ils veulent passer la bague au doigt. Ce sont des étrangers en situation irrégulière et ils me disent que je n'ai pas le droit de les empêcher de se marier, ce qui est vrai. C'est d'ailleurs ce qu'ils m'ont répondu lors des entretiens préalables. On ne peut pas leur reprocher de connaître les lois françaises. L'un des hommes, un marocain, m'a même raconté qu'il était arrivé en France clandestinement en passant par la Turquie et la Grèce. Ça ne change rien au projet de mariage. Cependant, je me dois de protéger les femmes qu'ils veulent épouser. Ce sont des habitantes de Saint-Soupplets, seules, certaines avec des enfants, psychologiquement fragiles".

Le parquet, unique décisionnaire
Stéphane Devauchelle, face aux quatre cas similaires qu'il a rencontrés tout dernièrement, a alerté le procureur de la République, les gendarmes et le sous-préfet. Ce n'est en effet que le parquet de Meaux qui pourra déterminer si les éventuels mariés sont de bonne foi, même si ceux-ci affirment mutuellement "s'aimer".

Jean-Noël Humbert, le sous-préfet de Meaux, indique : "On ne pourra pas empêcher les gens de se marier sans avoir procédé à une enquête et encore faut-il que le résultat de celle-ci démontre la prévision d'un mariage gris. Au-delà de ça, un maire s'expose à une amende s'il s'oppose au mariage malgré un résultat d'enquête qui ne le permet pas, ou simplement si le procureur, lui, ne s'y oppose pas".

Le maire de Saint-Soupplets reconnaît qu'il devra se conformer aux textes si aucune intention des futurs époux n'a été relevée comme néfaste. Dans les cas de Saint-Soupplets, d'après le maire, les deux partis ne seraient pas complices : "Ce sont les hommes qui abuseraient de la naïveté et de la vulnérabilité des femmes, qu'ils ont rencontrées, dans chaque cas, sur Internet". Ainsi parle-t-on de "mariages gris". Quand les deux futurs mariés sont complices, c'est un "mariage blanc".

Les mariages blancs ou gris permettent aux étrangers - en situation irrégulière, ou pas - d'obtenir un titre de séjour et de bénéficier de certains droits des conjoints.

Le procureur dispose de quinze jours pour prendre une décision et déterminer s’il y a intention matrimoniale ou s’il y a tout lieu de penser qu’il s’agit d’un mariage simulé. L'entourage peut être convoqué et une enquête de voisinage effectuée.

Au-delà des quinze jours, le procureur peut prendre une décision de sursis. Le délai du sursis est d’un mois renouvelable une fois. La décision d’opposition au mariage ou d’autorisation de célébrer celui-ci doit donc intervenir au plus tard dans les deux mois.

Une maison médicale à l'étude
Les mariages douteux n'ont pas été le sujet unique du discours du maire, samedi. Parmi ceux qu'il a évoqué devant la population figurait une maison médicale : "Un projet important puisqu'il répond à une demande dans un secteur de désert médical". L'ensemble sera construit rue du Bourget, sur l'ancien site des transports Perez et comportera un parking.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="16818,16813,16810,16811,16816,16817,16814,16815"]

Publié dansVie locale

Le Mesnil-Amelot ► Un second forum de l'emploi

La commune du Mesnil-Amelot organise son 2e forum pour l’emploi, jeudi 11 février.

La commune réunit pour des professionnels, des acteurs de la vie économique locale, la police nationale, la gendarmerie, l’armée, les pompiers, Pôle emploi, la mission locale, ainsi que des centres de formation… L’an passé, ce sont cinquante professionnels de l’emploi qui ont fait confiance au Mesnil en participant au premier forum et 700 visiteurs sont venus y déposer leur CV dans le but de trouver un emploi.

Que vous soyez en formation, avec ou sans emploi, vous trouverez une réponse à vos besoins sur place. Munissez-vous de votre CV et rendez-vous jeudi 11 février au gymnase, rue du stade Sauvanet. De 9 à 17 heures.

Entrée gratuite.

Pour tout renseignement, contactez Isabelle Rigault au 01 60 03 60 83.

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Gymnastique : succès de haut vol pour Passionato

Au gymnase Jean-Guimier à Mitry Mory, l’esprit amical primait sur le tournoi Passionato. Les jeunes gymnastes venaient de différents horizons.

Sophie Hingant, créatrice du tournoi Passionato, avec à ses côtés sa fille, Marie, présentaient la compétition qui a lieu tous les deux ans. « Depuis le mois de Juin, nous nous occupons de l’organisation du tournoi tandis que nos participantes se préparent depuis le mois de septembre aux agrès artistiques » ont précisé les organisatrices.

Cette année, le tournoi, en termes de chiffres, c’était 140 participantes, 16 juges de nationalités différentes et deux agrès artistiques par compétitrices... une compétition aux dimensions (presque) olympiques avec une quinzaine d’équipes franciliennes et de pays divers : Belgique, Espagne, Portugal,  Allemagne, Burkina Faso et pour la première fois, l’Italie. Du côté des Françaises, on retrouvait les clubs de Soissons (Aisne), Mitry-Mory, Royan (Charente-Maritime), Savigny-le-Temple, Villeparisis et Verrières-le-Buisson (Essonne).

La « United Team » a été créée pour l’occasion. L'équipe composée d’une dizaine de sportives (deux par nation) a particulièrement ému les spectateurs avec l’évolution de deux jeunes débutantes du Burkina Faso, Larifatou, 12 ans et Yasmine, 8 ans, accueillies par l’équipe du club de Mitry-Mory.

Bernado Graça, l’entraîneur de l’équipe du Portugal, participait pour la deuxième fois à la compétition : « Je suis avec une équipe de douze gymnastes dont deux dans la United Team. On vient ici dans un esprit amical mais aussi pour préparer les compétitions à venir ».

Un peu de stress, de trac et de larmes
Les jeunes athlètes de Verrières-le-Buisson, Loanne Le Bihan, 14 ans, Sarah Bocquet, 15 ans, Noémie Touati, 14 ans, et Eliane Correia, 17 ans, souriantes et impatientes d’attaquer les épreuves, pourtant habituées à la compétition, étaient un peu stressées. En effet, comme l’a souligné Jien Verplanken, qui entraîne le club belge d’Ypres, « l’esprit amical, oui, mais c’est quand même bien de gagner ! » Ainsi, Marthe Milleville, 11 ans, pratiquante belge de la gym depuis 4 ans, a versé quelques larmes sous le coup du trac et de la pression avant de passer devant le jury au sol.

La compétition a été riche en échanges. Aussi, Hélène Thiedey en est un parfait exemple. Professeur de sport à la ville de Paris et mère de la jeune Emmy, 6 ans – elle aussi gymnaste et porte-drapeau d’un jour pour la France – expliquait : « Nous sommes la famille d’accueil de deux gymnastes belges et nous les suivons durant la compétition. C’est un tournoi très intéressant ».  Emmy et sa copine Lilia, 7 ans, ont admiré le spectacle que proposait l'après-midi sportif et rêvaient de pouvoir succéder à leurs camarades pour la prochaine édition.

Safia, 8ans, et Fadilatou, 14 ans, du club de Mitry-Mory, représentaient la France dans la United Team. Elles ont précisé qu’elles participaient au tournoi « pour le plaisir » avant tout.

Toute la journée, les jeunes gymnastes concentrées ont offert un spectacle impressionnant, attentives et précises, virevoltantes et gracieuses. Enchaînant figures, sauts et pirouettes, le moindre déséquilibre pouvait faire naître la déception. A l’issue de la journée, les classements par équipe et individuels ont été dévoilés, mais au-delà de la compétition ou d’un test de niveau, Marie Hingant soulignait encore : « On ne se prend pas la tête. Le but du tournoi, c’est juste d’échanger ». En tout cas, le public était ravi : le gymnase a résonné des applaudissements des parents supporters, et  les encouragements mutuels des compétitrices de tout âge, de 6 à 20 ans, ont démontré l’esprit sportif et amical de la journée.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="16901,16902,16903,16905,16906,16907,16908,16909,16910,16911,16913,16914,16912"]

Publié dansVie locale

Nantouillet ► Le maire, Yannick Urbaniak, a adressé ses vœux aux habitants

Yannick Urbaniak, le maire de Nantouillet a adressé ses vœux aux habitants, vendredi 15 janvier. La réception a eu lieu dans la salle polyvalente.

A l'occasion de son discours, le maire a dressé le bilan des réalisations de l'année précédente et a annoncé celles à venir pour 2016. Ainsi a-t-il cité "le mur de soutènement de la place du Château, la salle polyvalente qui sera agrandie de 26 m2 pour une loge destinée aux artistes et un local technique et la poursuite des études concernant les futurs ateliers municipaux ainsi que le rachat de la Petite Ferme".

Les habitants feront également connaissance avec le nouveau site Internet de la ville et de sa page Facebook. "Chacun pourra avoir accès au site et communiquer directement avec la mairie" a complété le maire.

La cérémonie des vœux a aussi été l'occasion des récompenses et la médaille du travail a été remise à Jean-Pierre Doucet.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="19788,19791,19790,19787,19786,19785,19784,19789"]

 

Publié dansVie locale

Horoscope

Programme TV

Sudoku

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.