Vie locale

Fresnes-sur-Marne ► Casting : Figurants recherchés

Le cinéma cherche des figurants pour le film Inter-classe de Maxence Lemonnier produit par la Fémis.

Un tournage d'une demi-journée se déroulera dans les environs de Fresnes-sur-Marne, en avril. "Nous cherchons à former un groupe d'une vingtaine d'hommes de la police judiciaire pour plusieurs séquences en extérieur" indique la production.

 

Le profil de figurant recherché : homme de 30 à 60 ans, physique sportif et musclé.

Tournage dimanche 3 avril ou dimanche 10 avril.

 

Pour participer à la demi-journée de tournage, les candidats doivent envoyer des photos récentes (en pied) en précisant leur taille, leur âge, le jour où ils seront disponibles, s'ils sont véhiculés, et indiquer leurs coordonnées complètes par E-Mail avant vendredi 1er avril à  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le tournage recherche également des chiens type berger allemand.

Synopsis
Rémi, l'aîné, et Pierre, le cadet, habitent non loin d'un étang et entreprennent de construire une cabane au bord de l'eau. Très vite, la police va envahir leur terrain de jeu : un fugitif roderait dans les environs...

Vous l'aurez reconnu, l'acteur sur la photo d'accueil est bien Hugh Jackman dans le fil "Prisoners" de Denis Villeneuve. Ce n'est pas lui qui tiendra le rôle principal dans le film de Maxence Lemonnier. Les rôles principaux seront tenus par les deux enfants. La photo donne un aperçu du genre de scène pour laquelle les figurants postuleront.

Casting_figurants

Publié dansVie locale

Saint-Mesmes ► Chantons ensemble et Mélisme : à l'unisson des chœurs

Les deux chorales, Chantons ensemble et Mélisme, se sont réunies en l'église de Saint-Mesmes pour offrir un récital de deux heures, dimanche 13 mars.

L'ouverture, interprétée par les deux formations, a donné le ton avec "Un monde meilleur".

Chantons ensemble, dirigé par Françoise Delacourt, se réunit à Fresnes-sur-Marne le lundi soir. Le répertoire est basé sur la variété française. Le chœur participe à toutes les manifestations du village et organise plusieurs concert dans l'année, parfois en collaboration avec une autre chorale.

Gérard Bêche, le président, indique : "Nous espérons retourner au foyer De Louche à Annet-sur-Marne pour donner une représentation avant Noël. Nous nous adaptons au public. Nous avons fait chanter et taper des mains nos anciens sur les airs de leur jeunesse".

La chorale Mélisme de Charny, dirigée par Anne Dumontier, était accompagnée au piano par William Carosella. Son répertoire de variété française s'autorise quelques notes anglophones.

Françoise Guimbard, présidente de l'association, précise : "Nous répétons chaque mercredi, à partir de 19 h 15, dans la salle de réunion sous la salle polyvalente de Charny. Nous souhaitons accueillir de nouvelles voix afin d'étoffer notre groupe, même en cours d'année, ça ne pose aucun problème car nous apprenons tout au long de l'année de nouveaux chants. L'association proposera son bric à brac à Charny, dimanche 3 avril. Des emplacements sont encore disponibles.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="21453,21452,21450,21449,21448,21451"]

Publié dansVie locale

Pays de Meaux ► IMA : les lauréats ont reçu leur diplôme

Les lauréats de la cession 2015 ont reçu leur diplôme, lundi 14 mars, à l'IMA (Institut des métiers et de l'artisanat) du Pays de Meaux.

Devant une salle comble, Elisabeth Détry, présidente de la chambre des métiers et de l’artisanat de Seine-et-Marne, et Marie Ramos, directrice à l'ILA du service pôle emploi et compétences, ont orchestré la cérémonie de la remise des diplômes professionnels aux lauréats de la cession 2015.

Les familles, les élus, les entreprises formatrices et les partenaires de l’IMA avaient répondu à l’invitation de la direction de l’établissement. Les maîtres d'apprentissages étaient tous là pour accompagner les apprentis diplômés.

C'était une première dans les nouveaux locaux flambants neufs? inaugurés en octobre.

Barman, un concours MOF récent
Une délégation des Meilleurs ouvriers de France (MOF) a fait le déplacement pour encourager les jeunes, comme Christophe Davoine, Meilleur ouvrier de France - classe Barman : « Je suis MOF depuis février 2015. Depuis mes débuts dans le métier du bar, j’ai été attiré par les concours. Il faut savoir que le concours du meilleur barman est tout jeune dans le parcours national des MOF. C’est l’aboutissement de plusieurs années de travail. J’ai commencé l’apprentissage à 15 ans, CAP, BEP, BAC PRO, tout en cuisine, et une année complémentaire, section barman, à 19 ans. Aujourd’hui, j’ai trente ans, ce qui fait 11 ans de bar. C’est un métier passion qui oblige à se surpasser. Le barman doit assurer le service et le spectacle. Le titre de Meilleur ouvrier de France est une vraie carte de visite ».

Elisabeth Détry confirme l’excellence : « Nous avons le plaisir de mettre à l’honneur des gens qui le méritent. Dans un monde pessimiste, il faut des moments d’optimisme comme ce soir. L’avenir de l’apprentissage est porteur d’emploi. Il faut aller de l’avant. Vive l’apprentissage ! Nous tenons à former des apprentis, c’est la pérennité de nos entreprises. Je suis fière de voir des jeunes sortir diplômés de l’IMA 77. Nous avons eu un très bon résultat, ce qui reflète l’excellence de l’IMA77,  mais il ne faut rien lâcher. La période est morose et n'encourage pas les chefs d’entreprise à prendre des apprentis. Un apprenti est un salarié, ce n’est pas toujours évident de débloquer de la trésorerie pour un salaire en plus, même si on nous dit qu’il y a des aides ».

Lundi, Meaux, Coulommiers, Milly-la-Forêt, Ozoir-la-Ferrière, Chelles, Montry, Montévrain, Magny-le-Hongre, Provins... ont fait parler d'elles pour la qualité et le mérite des apprentis 2015 de l'IMA. Le CFA de la CMA77 a présenté aux différents examens 767 jeunes du CAP au BTS, BM et TEPE. Parmi eux, 85 % ont réussi leurs diplômes et obtenu également le titre de Meilleur apprenti de France pour un certain nombre d’entre eux.

La liste des lauréats médaillés d'or :

Concours national

  • Stéphanie Oliveira, toilettage canin BCB Dog à Beaune (Côte d'or)
  • Margot Loison, vente action marchande à Meaux

Concours régional

  • Charlotte Van Landeghem, toilettage canin à Enghien-les-Bains
  • Chloé Bouthemy, coiffure José Saint Gill à Othis
  • Alexandre Verbruggen, mécanique automobile, garage Saint-Rémy à Meaux
  • Quentin Bedel, électrotechnique, Stelec à Jouarre

Concours départemental

  • Mikaël Almeida Barreto, cuisine froide, Côte sud à Fontainebleau
IMA du Pays de Meaux 

Zone d’activité du Pays de Meaux, 2 rue Irène Joliot-Curie,  Chauconin-Neufmoutiers

Tél. 01 64 79 27 60.

L’Institut des Métiers et de l’Artisanat du pays de Meaux ouvrira ses portes samedi 19 mars, de 9 h 30 à 17 heures, et vendredi 8 avril en nocturne, de 17 à 21 heures.

L'alternance à l'IMA

[gallery type="slideshow" size="large" ids="21438,21436,21437,21435,21433,21432,21431,21430,21428,21427"]

 

 

Publié dansVie locale

Chelles ► Les trente caméras pourraient devenir cent

Caméras : La ville de Chelles est dotée d’un centre de supervision urbain (CSU) destiné à lutter contre la délinquance et les incivilités. L'outil, opérationnel depuis un an a été inauguré mardi 14 mars, avec les représentants de la justice et de la police nationale.

Depuis un an, trente caméras sont installées dans des secteurs à protéger de la délinquance quotidienne. Devant le mur d’écrans, jour et nuit, deux opérateurs surveillent la ville. Si les images sont d’une qualité technique excellente, des masquages en garantissent la confidentialité. Pour Brice Rabaste, le maire, « il ne s’agissait pas de faire du chiffre ou du saupoudrage, il fallait savoir à quels endroits les caméras allaient être utiles, faire un réseau pour couvrir des secteurs entiers ».

Consensus et résultats
En préambule à la cérémonie, Brice Rabaste, Emmanuel Dupic, adjoint au procureur de Meaux et Cédric Gambaro, commissaire de Chelles avaient assisté à la réunion du GLTD (groupement local de traitement de la délinquance). A sa sortie, Brice Rabaste ne cachait pas sa satisfaction : « Les chiffres de la délinquance à Chelles sont en baisse significative sur les cambriolages et les vols avec violence. Ces résultats sont le fruit de l’action conjointe des polices nationale et municipale, de la justice et de la vidéo protection ».
Co-production de sécurité
Pour Emmanuel Dupic, « des anciens tabous sont tombés. On comprend aujourd’hui l’importance que doivent jouer les collectivités locales dans la co-production de sécurité ». La délinquance de Chelles est largement liée au trafic de stupéfiants et « en ce sens, la mise en place du CSU présente un double intérêt dans la prévention, obligeant les délinquants à se déplacer, et dans l’élucidation des affaires ».
Déploiement sur plusieurs années
« Vous gênez les délinquants. Quand il y a destruction, vous réinstallez le matériel détruit ».  Mais pour Cédric Gambaro, l’intérêt du CSU est aussi de faciliter l’identification des personnes en cause. « Le système est maintenant opérationnel. Avec les possibilités d’extension, on pourra passer dans les années à venir à 90 voire cent caméras ». Brice Rabaste assure que le déploiement se fera dans le même esprit sachant que « l'outil doit aider la résolution des affaires et faciliter la projection des policiers sur le terrain ».

[gallery type="slideshow" size="large" ids="21410,21411,21408,21409,21407,21405,21404,21403,21401,21402"]

Publié dansVie locale

Chelles ► 1er festival de musique classique le 18, 19 et 20 mars

SORTIR -

Le premier festival de musique classique aura lieu à Chelles le 18, 19 et 20 mars.

Vivement soutenu par la municipalité, le projet a été mené par l’association « Friandises musicales » créée par Sonia Huet, Chelloise passionnée de musique classique.

Intitulé « Le temps des mélodies », il se décline à travers quatre concerts qui permettront aux Chellois de profiter du talent de concertistes tels que le violoncelliste Dimitri Maslennikov et d’apprécier les grandes œuvres musicales du XIXe et du XXe siècle.

Des concertistes de niveau international, une opportunité pour tous les amateurs de belle musique.

  • Vendredi 18 mars à 20 h 30, salle Albert-Caillou, 21 rue Albert-Caillou. Concert classique. Pièces courtes de Paganini, Bach, Haydn, Glière, Bloch. David Galoustov au Violon, Dimitri Maslennikov au violoncelle. (Participation libre)
  • Samedi 19 mars à 16 heures, salle Caillou : Jazz swing et standards du jazz. le groupe Standards'n Rich avec la chanteuse Camille Barbillon, Hervé Pouliquen à la contrebasse et voix, Marc Rousseaux à la guitare et voix, Jean-Marc Dray au piano. (Participation libre)
  • Samedi 19 mars à 20 h 30 : 15 €. Concert classique. à l’Ecoutille, 97 rue Van Wyngène, Courtry. Fauré, Tchaïkovski, Bernstein, Gershwin, Piazzola… Romain Leleu à la trompette, Julien Gernay au piano.
  • Dimanche 20 mars à 15 heures, chœur orthodoxe russe « Résurrection » : Egor Soloviev, direction et ténor 1, Nikita Soprokine ténor 2, Séraphin Dregwald, baryton, Alexandre Kredoff, basse. Chapelle Sainte-Bathilde,  39 avenue de la Résistance. Réservation conseillée : 06 09 88 63 83 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Chelles

 

 

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► ADSB : des diplômes pour les meilleurs donneurs de sang

ADSB : L'association pour le don du sang (ADSB) de Meaux et sa région a décerné des diplômes aux donneurs bénévoles, samedi 12 mars à Dammartin-en-Goële.

Denise Bouton, vice-présidente de l'ADSB, a orchestré la cérémonie, samedi : « C’est devenu une tradition, lors de l’assemblée générale nous offrons un diplôme et un insigne aux personnes les plus méritantes ».

L’assemblée générale s’est déroulée dans les locaux de l’école de l’Eau Bonne, samedi 12 mars. La salle était comble.

Gilles Bouton, le président, entouré de son équipe, a présenté le bilan 2015 de l’association qui s’est révélé "plus que positif". Il a rappelé les animations qui ont été effectuées tout au long de l’année, en partenariat avec les communes labélisées. Nathan, le petit-fils de Gilles, était chargé de porter le micro aux bénévoles qui voulaient prendre la parole.

Brigitte Le Garnec, adjointe au maire de Moussy-le-Neuf, déléguée aux associations, indique : « Le fait que le don du sang se soit  intégré à notre commune a permis d’avoir des donneurs sur leur lieu de travail. L’année 2015 a vu soixante donneurs supplémentaires. La commune participe aux actions en préparant les salles et le matériel ».

Georges Sperber, adjoint au maire de Juilly, chargé des associations, déclare : « A Juilly, nous avons une augmentation de donneurs chaque année. Les habitants sont impliqués, surtout les jeunes ».   

Gilles Bouton officier
Une bonne surprise attendait Gilles Bouton lors de la cérémonie. Il a reçu les insignes d’officier du mérite du sang : « Le grade récompense l’investissement des militants sur le don de sang. C’est l’éthique à la française, soutenu par l’Organisation mondiale de la santé. Nous avons un bon groupe d’une dizaine jeunes qui s’investissent. Nous espérons faire perdurer l’association qui existe depuis 1953. En 1963, elle était inscrite au journal officiel. C’est une belle aventure qui doit continuer ».

Michel Dutruge, le maire de la commue, a souligné l’engagement de l'association et a décerné une mention spéciale pour Jean-François qui comptabilise 125 dons en 40 ans, avec une moyenne de trois dons par an. « Je suis donneur depuis longtemps.  Je trouve ça normal. C’est un devoir citoyen que nous perpétuons dans la famille ».

Contact : Association du Don du Sang Bénévoles de Meaux et sa Région, 31 rue de l’acacia à Othis. Tél. 01 60 03 07 94 – 06 63 27 10 53. E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  - Site internet : http : // adbsb-meaux.fr  - f : adsbmr

[gallery type="slideshow" size="large" ids="21223,21221,21218,21222,21220,21219,21217,21216,21215,21214,21213"]

 

Publié dansVie locale

EuropaCity ► Projet d'un parc de loisirs géant : l'ouverture des débats publics, jeudi

EuropaCity, c'est le projet d'Immochan, filiale immobilière du groupe Auchan, qui veut implanter un gigantesque parc de loisirs à Gonesse (Val-d'Oise). Pour les promoteurs, la diversification touristique est claire. Pour les détracteurs du projet, le bénéfice pour la région est moins évident. Les débats publics débuteront demain, jeudi 17 mars.

EuropaCity fait parler, c'est certain. L'association Roissy Entreprises a même proposé, jeudi 10 mars, une présentation dédiée aux chefs d'entreprise de la région. Elle s'est déroulée chez Manutan à Gonesse et a rassemblé plus de 300 grands patrons et patrons de PME, y compris de Seine-et-Marne.

EuropaCityLes participants ont écouté religieusement l'exposé sur le futur temple des loisirs, pris des notes et posé leurs questions à Christophe Dalstein, le directeur du projet Europacity, qui déclare : "Le projet est un laboratoire pour un groupe qui se développe aujourd'hui beaucoup dans les parties de l'est du monde. C'est courageux".

Autrement dit, Auchan, qui a pour première vocation la commercialisation des biens de consommation, se lance dans l'installation touristique alliée à la culture et au commerce.

 

Vague de surf

et piste de ski

EuropaCityEntre les aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et du Bourget, décrit par Auchan comme "le nouveau quartier des loisirs du Grand Paris comprenant culture, loisirs, commerce, parc, hôtels et restaurants" avec vague de surf, piste de ski, espace zen, parc aquatique, médiathèque, hall d'exposition, ferme pédagogique... bref, tout, le projet est qualifié de "pharaonique". (Voir la présentation ici)

Le complexe sera posé sur 80 ha et Christophe Dalstein affirme que les visiteurs y viendront moins en voiture qu'en transport en commun, le tracé du Grand Paris Express étant "parfaitement adapté", ramifié par la ligne 17 du métro.

Jeudi, des chefs d'entreprises, ni pour ni contre, tentant seulement de tirer ne serait-ce qu'une tête d'épingle du jeu, auraient bien voulu connaître la marche à suivre pour avoir accès aux décideurs et proposer leurs services. "A qui doit-on s'adresser ?" ; "Comment fait-on concrètement pour se mettre sur les rangs et avoir un bout de chantier ?"

Les questions étaient honnêtes mais innocentes, car si Auchan parle de 11 800 emplois qui seront générés par le centre commercial - parc de loisirs, la réponse du directeur renvoyait à 2018 pour le permis de construire et un début des travaux au plus tard en 2019. Il a souligné : "Nous avons pris un engagement pour qu'il y ait des contrats de sous-traitance locale". La question de l'entrepreneur arrivait sans doute un peu trop tôt : à la fin de la réponse, il ne savait toujours pas quelle porte emprunter pour participer à la construction.

"Comme une fusion de Disney,

d'Aéroville et du Val-d'Europe"

Les moins emballés par le projet ont évoqué les mêmes arguments que quand Disney avait pointé le bout de son nez : les terres agricoles qui vont être "bétonnées". Pour le projet qui leur semble être "comme une fusion de Disney, d'Aéroville et du Val-d'Europe", ils se demandent aussi pourquoi prévoir un autre centre commercial géant à deux pas d'Aéroville, "où il n'y a déjà pas grand monde". Du côté d'Auchan, la réponse était facile : "Auchan vient de se réengager pour deux ans sur le centre commercial d'Aéroville. Si on pensait créer un concurrent, on ne se serait pas réengagés avec Aéroville". L'argument tient la route, excepté si on prend en compte les délais de livraison du site dont l'ouverture est prévue pour 2024.

"J'ai du mal à croire à la bonne volonté d'un grand groupe comme Auchan. On nous présente EuropaCity comme un concept innovant, éco-responsable, pourvoyeur d'emploi, et tout ce qu'on veut entendre. Voyons la réalité en face, c'est quand même des investissements privés de 3,1 milliards. Les investisseurs n'engagent pas des fonds sans garantie de gain" commentait un participant qui a préféré garder l'anonymat.

EuropaCityEn 2014, d'après une enquête d’opinion menée par Odoxa, 80 % des habitants du territoire à proximité du projet sont favorables à celui-ci. 83 % d’entre eux jugent que le complexe sera un vecteur important de développement de leur territoire. 90 % estiment qu’il va favoriser la création d’emploi. Plus de 8 habitants sur 10 prévoient de fréquenter le centre lorsqu’il sera ouvert et estiment que "le projet sera très positif pour tous les territoires concernés et plus largement l’Ile-de-France dont Europacity viendra valoriser l’offre touristique".

Avec le groupe chinois Dalian

EuropacityImmochan et le groupe chinois Dalian Wanda se sont associés pour développer EuropaCity, "la future destination des loisirs du Grand Paris". Ils ont conclu un contrat d’investissement le 26 février pour réaliser ensemble EuropaCity, le plus important projet privé de loisirs, culture, commerce et divertissement en Europe.

Sous le regard de Jean-François Carenco, préfet de la Région Île-de-France, les dirigeants des deux groupes ont signé un accord de partenariat pour le développement du projet emblématique du Grand Paris.

Dalian Wanda contribuera au financement du projet et apportera son expertise et son savoir-faire, en termes de loisirs, d’hôtellerie et de divertissement.

Les réunions publiques qui présenteront le projet et ses différents enjeux se dérouleront jusqu'au 30 juin.

Consultation publique : Par qui ? Pourquoi ?

Europacity débat public 

Calendrier des réunions publiques

  • Gonesse, 17 mars à 20 heures, salle Jacques-Brel, réunion publique d’ouverture.
  • Sarcelles, le 21 mars à 19 heures, maison de quartier des Vignes blanches, atelier commerce.
  • Aulnay-sous-Bois, le 4 avril à 19 heures, salle Chanteloup, atelier commerce.
  • Villiers-le-Bel, le 1er avril à 19 heures, atelier emplois et formation, maison de quartier Boris Vian.
  • Goussainville, le 3 mai à 19 heures, espace Aimé Césaire, ateliers sur les enjeux économiques.
  • Villepinte, le 11 mai à 19 heures, espace Roger Lefort, réunion-débat commerce.
  • Villiers-le-Bel, le 11 mai à 19 heures, Institut des métiers et de l’artisanat, atelier culture et loisirs.
  • Sarcelles, le 18 mai à 20 heures, salle André-Malraux, réunion générale.
  • Garges-lès-Gonesse, le 19 mai à 19 heures, centre des Doucettes, atelier circulation et transports.Gonesse, le 25 mai à 19 heures, salle Jacques-Brel, atelier environnement.
  • Saint-Denis, le 30 mai à 19 heures, bourse du travail, conférence-débat pôle de Paris-Roissy.
  • Villiers-le-Bel, le 7 juin à 19 heures, maison de quartier Boris Vian, atelier déplacements.
  • Gonesse, le 7 juin à 19 heures, centre Marc Sangnier, atelier environnement.
  • Aulnay-sous-Bois, le 16 juin à 20 heures, salle Chanteloup, réunion générale.
  • Garges-lès-Gonesse, le 28 juin à 20 heures, centre des Doucettes, réunion de clôture.
Les réunions sont ouvertes à tous.

Le 10 mars à Gonesse : 

[gallery type="slideshow" size="large" ids="21288,21286,21282,21281,21289,21287,21283,21290,21285,21284"]

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Cyclotourisme : le rallye Harduin aura lieu dimanche

SORTIR -

Rallye Harduin : Le grand rendez-vous annuel du cyclotourisme mitryen se tiendra dimanche 20 mars.

Pour la 9e édition, le départ du rallye Harduin sera donné à l’école François-Couperin, 3 rue Maurice-Thorez (en face de l’église) à Mitry-Mory. « Le cyclotourisme s’adresse à toute personne voulant découvrir sa région autrement que derrière le carreau de sa voiture. Le club entame sa neuvième année d’existence avec un nombre croissant d’adhérents. Nous avons des sportifs au sein de notre club, mais aussi des familles. Plusieurs sorties par semaine sont programmées, en fonction des niveaux de chacun. La pratique du vélo doit rester un loisir et permettre de partager des moments amicaux avec tous les membres du club » indique Alain Gautheron, président du club Les Cyclos mitryens.

Dimanche, quatre circuits seront proposés selon l’envie et l’entraînement des participants : 25, 50, 70, et 90 km. Tous les parcours seront fléchés et des ravitaillements prévus sur chaque circuit.

Le rallye Henri-Harduin s’adresse aux cyclistes licenciés ou non, de tous âges jusqu’à 104 ans... et plus. Robert Marchand roule bien vers ses 105 ans ! Le doyen du vélo donnera le départ à 9 heures pour le circuit des 25 km. A l’arrivée, les vaillants cyclos seront récompensés par des cadeaux et des coupes remis par le maire, Charlotte Blandiot-Faride, accompagné de Marianne Margaté, son adjointe.

Les inscriptions débuteront dès 7 heures et se prolongeront jusqu’à 9 h 30 pour les circuits de 50, 70, 90 km, de 9 heures à 10 h 30 pour le 25 km.

Tarifs pour les licenciés
  • Gratuits pour les moins de 18 ans
  • 3,50 euros pour les autres.
Tarifs pour les non licenciés
  • 2 euros pour les moins de 18 ans
  • 5,50 euros pour les autres
Obligation de respecter le Code de la route, de porter un casque et des gants.

Contact : Alain Gautheron  01 64 27 13 90 – Alain Campos 06 71 40 71 24.

E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou alain.campos448@orange .fr

Publié dansVie locale

Villeparisis ► Un guichet unique à la mairie

 

Guichet unique : La mairie de Villeparisis a souhaité simplifier les démarches des habitants avec un accueil unique. Il est d'ores et déjà mis en place.

Le nouvel espace accueille le public et traite l’ensemble des demandes dans un même lieu. Besoin d’une carte d’identité ou de s’inscrire sur les listes électorales ? Une question d’urbanisme ou de propreté ? Il faut inscrire les enfants à la cantine, au centre de loisirs ? Les démarches pourront toutes être effectuées au guichet unique.

Les travaux pour restaurer et adapter le bâtiment municipal ont commencé en décembre avec le réaménagement extérieur et se sont poursuivis depuis janvier avec l’agencement intérieur.

Accès pour les personnes à mobilité réduite et les familles "avec poussette", rampe de guidage pour les mal-voyants, ouverture de portes automatique... tout le monde sans exception sera à même d'utiliser les services de la mairie.

Véritable accueil multi service, le guichet unique sera complété par des bureaux de confidentialité, réalisés pour faciliter les démarches.

"Le guichet unique est l’interlocuteur privilégié pour toutes les informations et renseignements généraux sur la vie de la commune (horaires des structures, dates de collectes des ordures, tarifs des activités, jours de marché...). Il fournit également les documents pratiques (horaires de bus, par exemple) et les plaquettes des structures (conservatoire, médiathèque...).  À l'accueil s’ajoutent les missions d’état-civil. Les demandes d’attestation d’accueil, de carte nationale d’identité, de certificat, de légalisation de signature sont traitées au guichet unique" indique la municipalité.

"Allô Espace public"
La mairie a également mis en place un espace public, "Allô Espace public" dédié à tous les petits tracas ou questions du quotidien : une branche d’arbre sur un trottoir, des trous dans une rue, besoin d’une nouvelle poubelle... Vous pouvez dorénavant signaler ou faire les demandes par téléphone. Nous nous engageons à intervenir dans les meilleurs délais" soulignent encore les services municipaux.

Contact : 01 64 67 52 00.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="21325,21324,21320"]

 

 

 

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► La fête foraine du printemps jusqu'au 20 mars

La fête foraine du printemps bat son plein à Dammartin-en-Goële. Elle a démarré samedi 12 mars à 14 heures, place du Château, et restera jusqu'au 20 mars.

La place s'est animée, samedi, pour l'ouverture de la fête foraine qui vient chaque année.

Sous un soleil printannier, les manèges ont commencé à tourner pour le bonheur des enfants. Les forains espèrent que celui­-ci brillera tout au long de la semaine, surtout mercredi où les attractions seront à demi-tarif.

Une quinzaine de stands divertissent les petits et les grands : manèges "pas trop bousculants" ou alors qui donnent des sensations extrêmes, pêche aux canards, tir à la carabine, et friandises de toutes les couleurs.

Didier Dehodencq, représentant des forains, assure l'animation depuis 14 ans. Il indique : "Pour rien au monde nous ne raterions la fête. Mon père est venu lui aussi pendant au moins 8 ans avant nous. Nous commençons notre saison par Dammartin, tous les ans, les deux week-ends qui précèdent Pâques. Après, c'est direction Rouen puis le Tréport".

Didier et son épouse ont ouvert leur roulotte billetterie à Thierry Chevalier, délégué au développement économique et à la vie locale, qui était accompagné du maire de Juilly, Daniel Haquin, et son adjoint Georges Sperber.

Au manège des petits, l'incontournable pompon ravit toujours autant les chanceux comme Stan qui lance à son papa : "Je vais chercher mon ticket, j'ai gagné !".

Léane, sérieuse au volant, après la voiture de pompier a décidé d'être le nouveau chauffeur de bus.

Elisa attend avec impatience que les auto­tamponneuses s'immobilisent afin de pouvoir à son tour rouler sur la piste.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="21359,21365,21363,21362,21361,21360,21364,21358,21356,21357"]

Publié dansVie locale

Plaines et monts de France ► L'interco se réunira dans les villages

La CCPMF (communauté de communes Plaines et monts de France) va se réunir dans les villages et les quelques villes qui lui restent. Ce soir pourrait-être la dernière fois que les 20 tiennent conseil au siège, à Dammartin.

La proposition qui a séduit la majorité des membres de l'intercommunalité a été faite lundi dernier par le président de Plaines et monts de France, Jean-Louis Durand : "Nous pourrions nous réunir dans les communes qui prendrait leur tour de rôle. Ainsi, les habitants qui peuvent difficilement se déplacer ou pour qui Dammartin, l'actuel siège, fait un peu loin, pourraient venir assister aux conseils communautaires". 

L'idée prend sa source dans l'ancienne tradition, du temps où l'interco, de configuration différente toutefois, s'appelait Plaine de France. Le principe de conseil "itinérant" a été adopté lundi 7 mars, en même temps que l'attribution des différents syndicats.

Les membres étant moins nombreux que dans la précédente CCPMF, il a parfois fallu forcer un peu les bonnes volontés pour qu'elles acceptent plus de responsabilités. Ainsi parmi les attributions aux délégués, figurent les transports, l'aménagement numérique, les déchets ménagers, la Mission locale, Seine-et-Marne développement, Initiative Nord77...

Un budget "a minima"
Cependant, ce soir, lundi 14 mars, la CCPMF se réunira encore à Dammartin - qui fait dorénavant partie de la Carpf (communauté d'agglomération Roissy Pays de France). Il faudra en effet qu'elle définisse son budget. "Il faut que nous mettions les choses en place pour honorer nos factures et payer le personnel. C'est un budget a minima que nous allons voter ce soir" souligne le président.

L'affaire ne va pas forcément aller comme sur des roulettes car, même si les esprits se sont manifestement détendus, il leur arrive de diverger.

Le montage financier de Plaines et monts de France s'appuierait, pour le moment, sur le fait que la Carpf redonnerait les contributions des 17 communes de Seine-et-Marne qu'elle a intégrées. "C'est normal et je fais confiance à ce qui a été dit" a déclaré, lundi dernier, Jean-Louis Durand.

D'autres, comme Yannick Urbaniak, maire de Nantouillet, 4e vice-président, sont moins sereins quant aux engagements oraux de la Carpf.

 

Publié dansVie locale

Chelles ► Les seniors ont la pêche : 1er salon de la retraite active

Les seniors ont la pêche ! La ville de Chelles a proposé son 1er salon de la retraite active, jeudi 10 mars, au centre culturel. Objectif : présenter les moyens de vivre une retraite participative, active et créative.

 « A Chelles, 10 000 seniors sont prêts à s’engager dans les associations, à donner du temps, à participer aux activités culturelles »... Brice Rabaste, le maire de Chelles en est persuadé et ajoute : « Il fallait un salon pour réunir toutes ces énergies ». Le temps d’un après-midi, associations, services de la ville, entreprises et visiteurs ont pu se rencontrer.

Transmission
Eugénie Thiery s’enflamme quand elle parle de Récipro savoirs : « Nous sommes en perpétuel mouvement de sollicitations et de réponses. On a tous l’occasion de rendre service ». Pour elle, les seniors sont un vecteur naturel de transmission. L’association Le Petit Pont aide les enfants en grande difficulté scolaire. Elle espère trouver des bénévoles pour le développement de sa mission.
Partage
L’expérience se partage avec les plus grands. ADO, association développement orientation, a sensibilisé en 2015 un millier de lycéens chellois aux métiers porteurs de l’audiovisuel et de la santé. Les seniors reçoivent aussi. Depuis octobre 2015, cinquante-cinq d'entre eux se sont formés à l’informatique avec l’équipe de Delmer. Un peu plus loin, l’UIA, l’université inter-âges, présente son programme de conférences, cours de langues et spectacles suivi par 660 adhérents cette année.
Passion et action
« Le spectacle conserve » est le credo de Micheline Scomparin. La doyenne de La Gaité y a longtemps pratiqué le chant lyrique. Elle s’occupe maintenant des costumes. Pouvoir vivre ses passions nécessite parfois l’accès à des transports adaptés et accessibles. Anne Raso de FlexCité et Patricia Cavalli de l’Agglo expliquent « comment désenclaver les personnes et leur faire connaitre les nouveautés des réseaux de transport ». Pendant tout le salon, les séances de la Gymnastique volontaire chelloise ont permis aux seniors de tester leur souplesse.

 

[gallery type="slideshow" size="large" ids="21112,21113,21109,21111,21110,21108,21106,21114,21107,21105"]

Publié dansVie locale

Villeparisis ► La caravane des métiers sur la place du marché, le 22 mars

La caravane des métiers d'Aéroport de Paris (ADP) fera une étape à la place du marché à Villeparisis, mardi 22 mars, de 14 à 17 heures. De nombreux métiers et formations dans le secteur aéroportuaire seront proposés. A vos CV !

La caravane des métiers et de l'entrepreneuriat accueillera, place du Marché, les demandeurs d'emploi et les porteurs de projet. L'opération définit trois objectifs :
  • Aider à formaliser un projet professionnel
  • Accompagner dans la création ou la reprise d'une entreprise
  • Proposer des formations aux métiers exercés sur les aéroports
Quatre véhicules d'entreprises partenaires et des professionnels feront partie du forum ambulant :
  • La voiture Aéroports de Paris fera découvrir les métiers aéroportuaires
  • La voiture de l'association Papa Charlie apportera des solutions de mobilité pour les accédants à l'emploi
  • Le fourgon Planet'AIRport proposera des parcours d'insertion, des accès à la qualification et à des formations professionnelles
  • Le bus de BGE PaRIF accompagnera à la création-reprise et au développement des entreprises dans tous les secteurs d'activité.
http://youtu.be/1sLYCbaHoHg

Inaugurée en 2014 par Myriam El Khomri, alors secrétaire d'Etat à la politique de la ville, la caravane des métiers parcourt toutes les zones autour des plateformes aéroportuaires de Roissy Charles-de-Gaulle et d'Orly. Deux autres grands groupes de transport et de logistique se sont également associés : FedEx et WFS. La démarche s'inscrit dans le cadre de la Charte Entreprises et Quartiers signée entre ADP et le ministère de la Ville dont l'objectif est de favoriser l'accès à l'emploi dans les zones urbaines en difficulté et par une politique de coopération sociale et d'ancrage territorial. L'entreprise publique s'est engagée à recontacter toutes les personnes ayant déposer un dossier.

08184_CARAVANE_DES_METIERS_AFFICHES_PERSO_A3_19_02_2016.indd

Publié dansVie locale

Longperrier ► Le conte est bon au livr'échange

Le livr'échange a eu tout juste un an, samedi 12 mars. Pour l'occasion, les membres de l'association de Longperrier ont tourné les pages des quelques 5 000 livres répertoriés et raconté des histoires aux petits et aux grands.

Au livr'échange, on y vient avec un bouquin, on en repart avec un autre. Depuis un an, ils s'échangent dans les locaux de l'ancienne cantine de l'école communale où l'on en compte désormais plus de 5 000, de toutes sortes, collectés, récoltés, triés et troqués : des romans à l'eau de rose, des livres de poche, des bandes dessinées, des livres d'histoire avec un grand ou un petit H, pour petits et grands, des essais que l'on peut prendre à l'essai, et même, placés dans un coin un peu moins accessible, des livres pour adultes.

Une véritable collection s'est constituée. "On peut aussi venir pour simplement lire ou consulter les ouvrages, assis tranquillement" indique Nadine Noyelle, l'une des initiatrices du projet.

Des tables, des chaises, des fauteuils ou des poufs ont d'ailleurs été installés pour mettre les visiteurs à l'aise. "Ici, je ne vois pas l'heure tourner" avoue même un visiteur régulier.

La journée du premier anniversaire a commencé par la lecture d'un classique d'Alphonse Daudet : La chèvre de monsieur Seguin. "Ouh...Ouh... Le méchant loup ! Va t-il manger la chèvre ?" gronde Gilbert, le président, qui a exceptionnellement revêtu les habits de conteur. Après quelques frayeurs, le jeune auditoire a pu se consoler avec des bonbons, des madeleines et des figurines d'origami, l'art du pliage japonais.

Dans l'après-midi, c'était au tour des adolescents de découvrir, grâce à Nordine, un bénévole, le texte d'une chanson interprétée par Jean Gabin, Maintenant je sais*, ou les bonnes pages de la saga Twilight écrite par Stephanie Meyer.

Des passages des aventures de San-Antonio, alias Frédéric Dard, ont été lus aux plus âgés. "Nous ne choisissons que des titres qui sont sur les étagères et nous faisons participer toutes les générations" précise Florence, une autre adhérente.

Des événements prévus
"Le but du livr'échange est redonner une place aux livres et le goût de la lecture" explique encore Florence. Ainsi, d'autres événements sont prévus pour les enfants, à Halloween, à Noël et prochainement un auteur de la région viendra passer un moment à la Cantine.

Le livr'échange est ouvert chaque lundi, de 18 h 30 à 20 heures, et chaque samedi, de 10 h 30 à 12 heures.

*Maintenant je sais est une chanson interprétée par Jean Gabin, écrite et composée par Philip Green et Jean-Loup Dabadie. Ecoutez ici.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="21077,21075,21076,21070,21071"]

Publié dansVie locale

Villeparisis ► Sept élus du conseil iront à l’agglo

Sept délégués ont été élus dans une ambiance électrique, jeudi 10 mars. Ils prendront part aux débats de la Carpf. L’élection des représentants de la ville au conseil communautaire de la communauté d’agglomération Roissy Pays de France (CARPF) était à l’ordre du jour du conseil municipal.

Le changement d’intercommunalité de Villeparisis qui, comme seize autres communes de Plaines et monts de France, est intégrée dans la Carpf pose toujours problème. Lors de ses vœux, le 5 janvier dernier, Hervé Touguet avait admis que Villeparisis faisait partie de la nouvelle grande intercommunalité, sachant « qu’il faudrait identifier les opportunités pour notre territoire ». Parmi les questions en suspens, compétences de l’agglo, remise en cause de services, figurait celle sensible entre toutes de la représentation de la ville par ses délégués. Beaucoup se pressaient pour avoir une des sept places.
Menace de référé
Le passage de 16 à 7 représentants a cristallisé les inquiétudes. Claude Sicre de Fontbrune (UDI), ex allié du maire, craignait d’être écarté de l’instance communautaire et a ouvert le tir. Sa menace était claire, s’il ne « figurait pas dans les délégués, l’affaire serait portée dès le lendemain devant le tribunal administratif pour obtenir un référé suspension ». Avec le risque qu’au 31 mars, Villeparisis n’ait aucun représentant.
Sept délégués élus
La proposition de Gilles Loubignac (PS) de constituer une liste commune n’a pas reçu l’assentiment d'Hervé Touguet qui estimait qu’il fallait élire sept représentants. Le scrutin organisé sur cette base a permis d’attribuer cinq postes à la liste du maire, un à celle de Gilles Loubignac. Quant à Claude Sicre de Fontbrune, si son élection semble lever la menace de référé, elle ne réchauffera pas ses relations avec le maire (Voir notre vidéo).
"Du flou sur les investissements"
La présentation du rapport d’orientation budgétaire a suscité des interrogations dans les rangs de l’opposition. L’absence de plan pluriannuel d’investissements (PPI) a été critiquée. Certains ont dénoncé, à l’image de Michèle Pelabère (l'ancienne conseillère départementale PS) « une absence de vision de l’avenir, aucun investissement tout en endettant la ville ». Pour Franck Rolland (EELV), la création d’une commission financière « permettrait de travailler avec plus d’efficacité et moins d’animosité ». Hervé Touguet justifie ses choix par « les incertitudes liées aux financements par la nouvelle intercommunalité et la volonté de reconstituer la capacité d’emprunt ».
Les délégués
  • Liste « Pour un nouvel avenir à Villeparisis » (LR) : Hervé Touguet, Marie-Claude Obélério, Hassan Fere, Aurélie Tastayre et Guy de Miras
  • Liste « Ensemble pour Villeparisis » (PS) : Gilles Loubignac
  • Liste « Vivre notre ville » (UDI) : Claude Sicre de Fontbrune (UDI)
[gallery size="large" ids="21091,21090,21089,21092"]
Publié dansVie locale

Chauconin-Neufmontiers ► Portes ouvertes à l'IMA, le 19 mars

Portes ouvertes à l'IMA : L'Institut des métiers et de l'artisanat (IMA) ouvrira ses portes samedi 19 mars, de 9 h 30 à 17 heures, dans la zone d'activité du Pays de Meaux à Chauconin-Neufmontiers.

Ouvert depuis un an, le CFA accueillera les visiteurs pour les premiers pas vers un futur métier.

Dès l'entrée, des apprentis seront disponibles pour guider vers chaque pôle d'activité, présenter les professeurs et répondre aux questions.

Ils feront découvrir les laboratoires des métiers de bouche ( boulanger, pâtissier ou boucher) ainsi qu'une surface de vente adaptée.

Les salons de coiffure ou d'esthétique devraient attirer avec leurs sièges confortables et leurs cabines d'UV.

Le public pourra découvrir l'intérieur d'un moteur du côté de la mécanique automobile ou faire se dresser les cheveux sur la tête - au sens propre du terme - au pôle électrotechnique.

Il pourra aussi se projeter dans l'avenir avec les BTS AVA (après­-vente automobile) ou électrotechnique et les brevets de maîtrise en coiffure ou esthétique.

Toutes les formations sont proposées en alternance, soit en CAP soit en bac pro.

Pour affiner le projet ou pour ceux qui ne pourront pas se rendre au CFA le 19 mars,  une autre porte ouverte aura lieu vendredi 8 avril, de 17 à 21 heures.

IMA, 2 rue Irène Joliot-Curie. Tél. 01 64 79 27 60.

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Il fallait éviter les pièges de la dictée

Dictée : Mitry-Mory a célébré la semaine de la langue française et de la francophonie. La ville a proposé une dictée à la médiathèque Georges-Brassens, samedi 12 mars. Vingt candidats ont essayé d’en déjouer les pièges.

De 10 à 72 ans
Gustave Flaubert était le prestigieux invité de la médiathèque. Une page tirée de Madame Bovary a servi de support à l’épreuve. Si les quatre juniors se sont arrêtés à mi-parcours, les plus de seize ans ont terminé la page. De l’avis de tous, la dictée a été une épreuve à tous les sens du terme. La description de l’étonnante coiffure du petit nouveau de la classe, la "chapska ovoïde et renflée de baleines", en a surpris quelques-uns.
Stress chez les seniors
Au moment de rendre les copies, il y avait un peu de stress sur les bancs des seniors. Daniel Simon, le doyen de l’épreuve, 72 ans au compteur, a confié :  « J'appréhende le résultat. Quelques accords étaient compliqués ». Nathan, en licence de maths à Paris 13, indique : « Je suis venu pour me situer par rapport aux autres. Il y a des mots qu’on utilise moins maintenant ». La benjamine du lot, Esther, du haut de ses dix ans, avoue être « à la fois contente que la dictée soit terminée et tranquille en attendant le résultat ».
Un moment de plaisir
Après la correction, Sylvie Cucit, membre du jury et directrice d’école à Mitry-Mory, a effectué une lecture détaillée de la dictée qui a permis à chacun de comprendre ses erreurs. Trois prix en bons d’achat et places de cinéma ont été remis aux premiers de chaque catégorie. Mathis, vainqueur chez les juniors, adepte de jeux vidéo, était « intéressé par le côté compétition et prêt à revenir ». Isabelle Lucet qui a emporté la palme des seniors affirme : "Je n'y ai pas vu un concours, seulement un moment de plaisir autour d’un texte bien écrit et d’une belle description ».

Charlotte Blandiot-Faride, le maire, déclare : "J'étais ravie de voir dans le cadre de ce projet une directrice d’école travailler avec les services de la ville, culture et vie au quotidien ».

Entraînez-vous !

Mitry_dictée Entraînez-vous avec le texte sur lequel les "élèves" ont dû planché samedi.

 

[gallery type="slideshow" size="large" ids="21171,21174,21175,21179,21178,21177,21172,21173"]

Prochain rendez-vous par ailleurs :

La médiathèque propose mercredi 16 mars à 15 heures, un après-midi de contes pour les enfants. Renseignements au 01 60 21 22 50.

 

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Agglo : les délégués élus

Agglo : Un conseil municipal particulier s’est déroulé à Mitry-Mory, jeudi 10 mars. L'événement n’avait qu’un seul thème : l’élection des conseillers communautaires qui siégeront au conseil de la Carpf (communauté d’agglomération Roissy Pays de France).

La communauté d’agglomération à laquelle Mitry-Mory est dorénavant intégrée s’étend du Val-d’Oise à la Seine et Marne et comprend 343 000 habitants, 42 communes dont 17 seine et marnaises. Parmi les 105 conseillers communautaires élus, 30 représenteront la Seine et Marne.

A Mitry, jeudi, deux listes se sont présentées, la première composée d’élus de la majorité et la liste de l’opposition avec l'élu UDI, Laurent Prugneau.

Le conseil municipal a voté et désigné la liste conduite par Charlotte Blandiot-Faride qui a réuni 25 voix contre 6 pour la liste de l’opposition. Ainsi, cinq conseillers communautaires représenteront Mitry-Mory au conseil de la Carpf : Charlotte Blandiot Faride, Marianne Margaté, Laure Greuzat, Benoît Penez et Laurent Prugneau.

Le maire déclare : "J'ai un premier objectif dans ce conseil communautaire, c'est que Mitry-Mory et ses habitants soient respectés et que les projets que la ville veut mener à terme soient respectés eux aussi. J'ai espoir de pouvoir travailler main dans la main avec les autres communes qui forment l’agglomération Roissy Pays de France afin de faire avancer les territoires sur des enjeux majeurs tels que le transport, la santé, l’aménagement et l’éducation".

Mettre en place un budget
Bien que Mitry ait été contre la constitution de la gigantesque intercommunalité et, selon le maire, " une configuration qui ne présente pas assez de proximité avec les habitants", la municipalité a été "contrainte d’y entrer". "Nous comptons désormais y travailler pour le bien-être de la population et pour mener à bien les engagements pour lesquels la municipalité a été élue. Notre première préoccupation est de mettre en place un budget qui ne fait pas subir de hausse d’impôts aux Mitryens et qui ne fait pas perdre de moyens à la ville" souligne Charlotte Blandiot-Faride.

L’élection du président et des 15 vices-présidents du conseil communautaire aura lieu jeudi 31 mars à Roissy-en-France.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="21193,21164"]

Carpf

Publié dansVie locale

Mareuil-Lès-Meaux ► Raymond Poulidor a dédicacé ses livres

 

Raymond Poulidor a consacré deux jours à la dédicace de son quatrième livre. Il a accueilli ses fans au centre Leclerc de Mareuil-Lès-Meaux, vendredi 12 et samedi 13 mars.

Il aura 80 ans en avril et est plus que jamais en contact avec son public. Raymond Poulidor, le champion cycliste aux 14 tours de France, était en dédicace avec son éditeur, Louis de Mareuil, au magasin Leclerc à l'occasion de la sortie de son dernier livre, « Le Poulidor  ».

Raymond Poulidor, éternellement populaire, a été salué par de nombreux fans venus lui acheter l'un de ses quatre livres et se faire photographier avec la vedette.

Fans depuis toujours
Lucien, 78 ans, suit tous les ans le tour de France à bord de son camping-car et indique : « Ça fait plus de 60 ans que nous suivons le tour en famille. Poupou, nous l'avons tous vu en suer dans les Alpes, toujours en danseuse sur le cadre. Il était impressionnant même s'il n’a pas pu gagner au moins une fois le tour. Tout de même, c’est un sacré gaillard ! »

Toujours deuxième sur le podium, Poupou n’a pas eu de chance pendant toutes ces années avec des as comme Jacques Anquetil, Eddy Merckx et Bernard Hinault. Louis de Mareuil, explique : « Ça fait plus de dix ans que Raymond nous fait confiance. Il a besoin d’être en contact avec son public. Il fait beaucoup d’opérations de signatures assez longues, généralement de deux jours, dans différentes régions de France. Il mouille le maillot comme on dit. Il est important pour lui de retrouver, dans ces points de vente assez populaires, les gens qui l’ont applaudi et soutenu sur les routes du Tour. Raymond est heureux avec son public, il évoque ses courses, ses souvenirs, ses faits d’armes. C’est important pour lui ».

Dans la tête de Raymond
Raymond Poulidor se souvient du meilleur : « Mon meilleur souvenir est certainement ma sélection aux championnats du monde en 1960. J'ai appris la nouvelle alors qu’il y avait deux mois que j’étais professionnel. Et puis aussi, mon premier Tour de France, où j’ai pris le départ avec une main dans le plâtre et malgré tout j’ai gagné une grande étape de montagne et fait troisième à l’arrivée à Paris. J’ai plein de bons souvenirs. J’ai eu une vie de cycliste merveilleuse..."

Cependant le champion évoque également sa pire expérience : "C'était sur le Tour de 1968, quand j’ai été renversé par une moto, à quelques jours de l’arrivée du tour de France. J’avais des chances cette année-là de pouvoir remporter la victoire. Malheureusement le destin en a voulu autrement ».

Poupou en portrait chinois
Raymond Poulidor, si vous étiez...

Une fleur 

Je serais peut-être une marguerite, parce que ma mère s’appelait Marguerite. Et puis avec la marguerite, on joue un peu au loto, je t’aime, un peu, beaucoup ...

Une couleur 

Je ne prendrais pas le jaune, parce qu’il s’est toujours refusé à moi. Je prendrais le vert. C’est la nature et j’aime la campagne.

Un animal 

Je pense à l’écureuil qui a fait du branche en branche, comme moi dans les cols de montagne. Je montais souvent les côtes en danseuse.

 Son livre

Il a croisé le fer avec les plus grands champions, a vaincu Eddy Merkx et a été l’adversaire privilégié de Jacques Anquetil, d’abord ennemi farouche, ensuite ami, enfin frère de légende. Leur ascension du Puy de Dôme est encore dans toutes les mémoires…

[gallery type="slideshow" size="large" ids="21124,21123,21122"]

 

 

Publié dansVie locale

Villeparisis ► Expo photos : comme un parfum de communale

SORTIR -

L'expo photos présente 408 clichés. Ils sont accrochés aux murs du centre culturel Jacques-Prévert. Jusqu’au 19 mars, les visiteurs de l’exposition « Photos scolaires de Villeparisis » vont pouvoir retrouver leur école, leurs camarades, leur jeunesse.

« Récolter pour donner » est la devise de la société d’histoire locale Villeparisis et son passé, organisatrice de cette exposition. François Gagnepain, président de l’association, assisté de Josette Fourrey et Françoise Koël ont réalisé pour l’occasion un véritable travail d’historien. Des trésors sortis du musée local, bureau, sacoche, encrier, plumier, cahier d’écolier transforment la galerie d’art en salle de classe.

Mieux qu’Internet
Avant les discours, Hervé Touguet a recherché sa fille sur les photos. Pour le maire, « l'exposition permet de vagabonder. C’est la vie de la cité qui se déroule sous nos yeux ». Il avoue également un faible pour les tirages papier, « mieux que sur Internet où on se contente de sourire à son écran alors qu’ici on peut échanger et créer du lien ».
La pêche aux souvenirs
Afin de faciliter les recherches des visiteurs, les photos ont été rangées par école et par année. Marie-José et Elisabeth sont ravies : " Nous avons trouvé des souvenirs de l’école Séverine, en particulier la classe de CM2 en 1966 ». Quant à Colette, elle confie : « Je suis heureuse d’avoir vu trois photos où figure mon fils qui a maintenant 56 ans ». Toutes les photos sont mises à la disposition du public dans des classeurs. Chacun pourra y retrouver ses camarades ou contribuer à mettre un nom sur chaque visage.
Témoins de leur temps
Les photos, dont la plus ancienne date de 1928, témoignent des changements du XXe siècle. Progrès technologique avec le passage du sépia à la photo couleur. Evolution de la société avec les premières classes mixtes à la fin des années 60. Vestimentaire avec l’abandon des blouses après 1968, mais aussi métamorphose de Villeparisis et de ses douze écoles, qui, de bourg rural est devenue ville de banlieue en quelques décennies.

Entrée à l'expo gratuite.

Centre culturel Jacques-Prévert. Renseignements auprès de la Maison Pour Tous Jacques Marguin, 3 chemin de la Couronne. Tél. 01 64 67 58 50.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="20957,20959,20953,20956,20955,20960,20952,20951"]

Publié dansVie locale

Mareuil-Lès-Meaux ► Raymond Poulidor en dédicace

Raymond Poulidor dédicacera ses quatre livres au centre Leclerc de Mareuil-Lès-Meaux, samedi 12 mars.

Le coureur cycliste mythique sera installé à l'intérieur du magasin Leclerc, samedi, de 10 à 13 heures et de 14 h 30 à 17 heures.

Ils sont nombreux les amateurs de la petite reine qui se souviennent "du bon vieux temps" où on criait sur les bords des routes ou devant sa télé : "Vas-y Poupou !" C'était lui la vedette. Il cumulait les titres, particulièrement au Tour de France. Il  a participé à la course quatorze fois, de 1962 à 1976. Jamais premier, il est resté derrière Jacques Anquetil, l'autre célébrité du vélo français. Ça ne l'a pas empêché de connaître une fabuleuse notoriété et d'entrer dans la mémoire collective des Français, peut-être aidé par son honnêteté, sa volonté, son courage, le respect de ses adversaires et surtout du public.

 

Publié dansVie locale

Serris ► Salvum primé !

Salvum primé : La société Abeille multimédia vient de remporter le trophée des technologies éducatives - catégorie département. magjournal avait consacré un article à l'entreprise et son innovation, (Voir ici l'article et la vidéo)

Abeille multimédia a en effet créé un outil de formation multimédia au secourisme à destination des établissements scolaires : Salvum Education. "Avec Salvum Éducation, notre objectif est de sensibiliser et former le plus de citoyens au secourisme, avec une approche ludo-éducative innovante" indique Pierre Sabin, président de la société.

Le prix valorise et récompense les initiatives numériques les plus audacieuses et novatrices en partenariat avec le ministère de l'Education nationale dans le cadre du dispositif Educatec-Educatice.

C'est au salon professionnel de l'éducation primaire, secondaire et de l'enseignement supérieur, qui se déroule du 9 au 11 mars (il se termine aujourd'hui), que l'entreprise a été primée.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="21022,15096"]

 

Publié dansVie locale

Seine-et-Marne ► L'industrie va faire découvrir ses métiers

Les entreprises du département vont ouvrir leurs portes du 14 au 20 mars pour faire découvrir au public leurs métiers et leurs savoir-faire. Le programme de la semaine de l'industrie a été présenté lundi 7 mars au siège de la Chambre du commerce et de l'industrie (CCI) de Seine-et-Marne, à Serris.

Les jeunes, les demandeurs d'emploi, le grand public pourront se lancer à la découverte d'entreprises seine-et-marnaises et faire connaissance avec les métiers, les professionnels, les locaux et les façons de faire qui seront présentés. Pour l'industrie, il s'agit aussi de sortir des clichés et des images négatives qui lui collent toujours à la peau. "Ce n'est plus du tout Zola avec l'exploitation des ouvriers au XIXe" a brandi Gilbert Gotmann, le délégué général de l'UIMM (Union des industries de la métallurgie) du 77.

Elisabeth Détry, présidente de la chambre des Métiers et de l'Artisanat affirme : "Au moins en Seine-et-Marne, les consulaires travaillent la main dans la main afin de faire avancer l'industrie, y compris avec la chambre d'Agriculture. Nous avons encore beaucoup de projets et nous travaillons non pas les uns à côté des autres mais ensemble, avec la CCI, le Medef et la CGPME (Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises). On va finir par être un exemple en Ile-de-France".

Ainsi, comme partout en France et jusqu'au 20 mars, de nombreux événements se tiendront dans le département pour la 6e année.

A voir
  • IRM usinage, à Meaux, fabricant de moules ou d'outils industriels
  • Lorentz, à Esbly et dont les pôles d'activités sont le médical, l'aéronautique et les machines spéciales
  • V&B Fliesen, à la Ferté-Gaucher, fabricant de carrelage du groupe Villeroy & Boch
  • Roto France à Lognes, jeudi 17 Mars à 9 h 30
  • Motul à Vaires-sur-Marne, vendredi 18 mars à 15 heures.
  • L'exposition "Tout savoir sur l'industrie en Seine-et-Marne", place des Métiers à Emerainville et dans différents lieux du département (réservation auprès de la CCI Seine-et-Marne).
  • La conférence au Val d'Europe, "L'industrie au service de la magie" sur les métiers de l'industrie chez Disney, dans l'auditorium de la médiathèque lundi 14 mars à 10 heures.
A vos CV !
Un job dating "recrutement" aura lieu dans les entreprises ou les agences Pôle emploi du département. 17 postes sont à pourvoir. De plus, trois demi-journées portes ouvertes permettront au Greta  MTI de Chelles et à L'Afpa de Champs-sur-Marne de faire découvrir leurs formations industrielles et de sélectionner des candidats.
Pour les lycéens
Les entreprises partenaires du lycée Pierre-de-Coubertin à Meaux organisent une visite avec pour thématique "Comment nos filières intègrent les nouvelles technologies ?" Dans tout le département, plus de 1 000 collégiens, lycéens et étudiants visiteront une trentaine d'entreprises.
Quelques chiffres
Le secteur de la métallurgie-transport-mécanique représente le premier domaine industriel de Seine-et-Marne, une réelle spécificité pour le département, le premier en Ile-de-France pour le nombre de ses entreprises.

La fabrication de produits métalliques rassemble au total 400 établissements. Plus globalement, les services aux industries en regroupent 1 561, ce qui en fait le premier secteur de l'industrie en Seine-et-Marne. Ils emploient 55 000 salariés. L'industrie représente 9 % du tissu économique du département et se concentre principalement autour de Marne-la-Vallée.

Le calendrier des visites ici

Semaine de l'industrie

Les métiers de demain ici

[gallery type="slideshow" size="large" ids="20930,20931"]

 

 

Publié dansVie locale

Meaux ► Casting de mode : le Fashion Tour aux Saisons

SORTIR -

Le Fashion Tour viendra aux Saisons de Meaux pour trouver les top-modèles nouvelles générations. Les inscriptions ont lieu jusqu'au 16 mars.

Orchestré par WME en partenariat avec Immochan, le Fashion Tour est un concept destiné à révéler les personnalités des top-modèles nouvelles générations et à les propulser dans la sphère du mannequinat. L'aventure débute par un casting sur le web et prendra toute son envergure lors d’un défilé en live sur le tapis rouge de la galerie commerciale Aushopping Les Saisons de Meaux devant le public et les stars de la mode. Auparavant, les candidats ont jusqu’au 16 mars pour s’inscrire et participer.
Le charisme à l’honneur
Créé et organisé par Patrice Marlone et Alexandre Reitzmann de WME, le Fashion Tour est un véritable concept novateur destiné à mettre en exergue les atouts et les personnalités des modèles de demain. Les deux professionnels et toute leur équipe de stylistes, maquilleurs, coiffeurs et photographes partent à la recherche de deux perles rares (un homme et une femme) à travers un casting sans précédent dans tout l’hexagone. La première des dix étapes de la tournée nationale débutera à Meaux le 23 mars pour s'achever le 26 mars.

« Le Fashion Tour est un événement dédié à la mode à la portée de tous. Il est destiné à rehausser les valeurs des jeunes hommes et des jeunes femmes et à dévoiler leur charisme et leur élégance », explique Patrice Marlone. Sur chacune des étapes, les directeurs de casting, des rédacteurs de mode et des personnalités du show-business conjugueront leurs expertises et leurs expériences pour déceler et élire, en novembre, les deux égéries de la saison.

La classe attitude : audace, personnalité et séduction
La première étape du casting se jouera sur le site internet du Fashion Tour. Hommes et femmes à partir de 16 ans sont invités à mettre en ligne sur le web, leur biographie, leurs photos et leurs vidéos, avant le 16 mars pour l’étape de Meaux. Dans un premier temps, ce sont les internautes qui sélectionneront leurs « coups de cœur ».

Au top-modèles de convaincre leurs proches et le public de voter pour eux. Seuls les 84 mannequins élus sur le net défileront sous le regard affûté du jury et devant un public évidemment admiratif.

Un événement mode à la portée de tous
Au terme des délibérations meldoises, de nombreux cadeaux viendront récompenser les participants mais seuls deux hommes et deux femmes remporteront le "Special Pass" pour défiler lors de la grande finale parisienne qui réunira les 36 candidats élus lors de la tournée. A la clé, plus de 100 000 euros de cadeaux à gagner : des books-photo, des accompagnements de carrière et des analyses micro-morphologiques.

En parallèle, la marque de vêtements Cache-Cache, partenaire de la tournée, choisira lors de la finale nationale l’égérie 2016 pour son catalogue.

Inscriptions, défilés et spectacle…
  • Inscriptions gratuites pour les candidats et les internautes, sur le site : www.fashion-tour.fr
  • Demi-finales régionales du 23 au 25 mars à 13 h 30 et 16 h 30 : défilé des 84 premiers candidats élus
  • Finale régionale, samedi 26 mars de 14 à 18 heures : défilé des 24 mannequins sélectionnés et élection de 4 meilleurs top-modèles (2 hommes et 2 femmes) qui seront les ambassadeurs de leur région sur la scène parisienne fin novembre. Spectacle entièrement gratuit et possibilité de shootings photos gratuits entre les défilés pour le public.
Centre commercial Aushopping les Saisons de Meaux. www.fashion-tour.fr

Meaux_fashion_tour

Publié dansVie locale

Fontainebleau ► Un partenariat avec Arobaz Systems au cross annuel des pompiers

Le 56e cross national des sapeurs pompiers aura lieu samedi 19 mars au stade équestre du grand Parquet à Fontainebleau. Pour l'occasion, la société Arobaz Systems signera un partenariat avec l'UDSP77 pour la "formation-cloud".

Samedi, des milliers de participants disputeront 9 épreuves pour 10 titres de champions de France. Ce sont plus de 300 sapeurs pompiers de Seine-et-Marne qui se mobilisent pour l'événement.

Une cérémonie d’ouverture se déroulera sur le terrain d’honneur du grand parquet. C’est avant tout un rassemblement qui permet aux sapeurs pompiers de représenter leur SDIS. L’UDSP 77* organise tout au long de la journée des événements : cérémonie d’ouverture avec cocktail, village d’exposants, soirée des partenaires...

A l'occasion du cross co-organisé par le SDIS 77 et l’UDSP 77, Arobaz Systems présentera sa solution « formation-cloud » intégralement dédiée aux UDSP de France et organismes de formation.

La société a étudié le quotidien des pompiers et analysé les problématiques rencontrées. L'étude a permis d’orienter les recherches et développements vers une solution innovante. Celle-ci optimise la gestion des formations.

Autrement dit, tout ce qui concerne une formation pourra être géré à distance, sur le net, les données étant regroupées dans le cloud.

 

 

Arobaz Systems au village des exposants
"Nous présenterons la formation-cloud, une solution complète, évolutive, intuitive, réactive et fonctionnelle qui simplifie la gestion de l’ensemble des formations proposées par l’UDSP77. Actuellement, la demande de formations ne cesse d’augmenter aussi bien pour les entreprises que pour les particuliers. Adopter une solution de gestion était nécessaire" indiquent les responsables d'Arobaz Systems.
La formation-cloud
  • Une gestion globale des services de formation.
  • Un outil de gestion FullWeb qui optimise la gestion de l’activité : factures, calendriers de formation, règlements, documents, affaires...Tous les documents sont stockés à un seul endroit et accessibles de partout.
Le service Full Web permet les mises à jour et la maintenance de la solution via Internet.

La page d’accueil permet une utilisation simple et une rentrée des données en quelque click.

Le portail Web est accessible partout via des codes d’accès.

A propos d’Arobaz Systems :

Crée en 2008 par son fondateur Emmanuel Detroyat, Arobaz Systems est un éditeur spécialisé dans la conception, la distribution et la mise en œuvre de solutions. Avec plus de 50 clients et 5 000 utilisateurs à travers le monde, Arobaz Systems se positionne comme l’une des sociétés les plus innovantes dans son domaine.

UDSP77

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële► Premier loto nocturne : c'était du sérieux !

Le premier loto nocturne du comité des fêtes a réuni 150 participants, samedi 5 mars, dans les locaux du gymnase Maurice-Lerozier à Dammartin-en-Goële.

A Dammartin, le loto, c'est du sérieux et dans le gymnase, samedi, on aurait presque pu entendre voler une mouche.
Dans un silence monacal, les joueurs, les yeux rivés sur leurs grilles, guettaient les chiffres triés par le nouveau boulier électronique actionné par Jérôme. Il faut dire que les lots étaient nombreux et alléchants : écran plat 121 cm, salon de jardin, électroménager, paniers garnis…
Maryse, dammartinoise, venue en famille à l'événement, déclare : « On préfère évidement gagner un petit rien plutôt qu’un gros rien du tout ! »
Vers 20 h 30, après avoir fait gagner plusieurs familles, Jérôme, le croupier, a invité les participants à une pose bien méritée. « Ça fait redescendre la pression. Les participants vont souffler un peu, après nous allons attaquer les gros lots, la tension va montrer d’un cran ».
Finalement, la télé a été remportée par une habitante de la commune.
"Notre prochain rendez-vous est fixé au dimanche 27 mars pour une chasse aux œufs dans le parc de la Corbie"  a annoncé Antoine Havel, président du comité des fêtes organisateur du loto".
Un autre loto, en après-midi cette fois, est prévu dimanche 30 octobre.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="20865,20863,20866,20862,20861"]

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► 50 ados partiront à Rio : l'USJM en quête de fonds

50 jeunes Mitryens vont partir pour un séjour à Rio à l'occasion des jeux olympiques. L'USJM rassemble des fonds qui financeront le voyage. Dimanche 6 mars, s'est déroulée une journée solidaire...

La collecte de fonds pour le voyage des 50 jeunes à Rio a fédéré une douzaine de commerçants, artistes, créateurs, mécènes à la salle Jean-Vilar, dimanche. Toute la journée, les visiteurs ont pu apprécier les étalages où bijoux, tableaux, dessins, articles de décoration, fleurs, champagnes, se partageaient l’espace.
L’USJM (Union sportive de la jeunesse de Mitry), au centre de la salle, proposait des CD, DVD, jeux, livres, ainsi que du matériel hifi. Un stand restauration accueillait le public avec des boissons et des gâteaux confectionnés par les jeunes Mitryens concernés par l'aventure. « Nous n’avons pas encore la totalité de la somme requise pour finaliser le projet, mais c’est en bonne voie. Par des actions répétées comme celle-ci, nous espérons le réaliser » indique Lucien Zede, co-président de l’USJM.
Il manque encore 90 000 euros
En effet, si les associations USJM et Sport'A vie qui portent le projet avec la municipalité ont réussi à collecter 60 000 euros, le reste du budget qui s'élève au total à 150 000 euros doit être comblé. "Il nous manque encore 90 000 euros et nous partons dans quatre mois. La mairie nous déjà prêté la salle Jean-Vilar et a payé pour l'affrètement de bus" souligne Lucien qui s'active avec tous les autres bénévoles pour mener l'aventure à bien.
Les 13 - 15 ans sélectionnés
Parmi les quinze sections sportives de 3 000 adhérents que compte l'USJM, six d'entre elles, représentant 500 enfants, ont décidé d'envoyer cinquante de leurs jeunes adhérents : la natation, le handball, la lutte, la gymnastique sportive, la boxe Shaolin et le body moving. Les ados qui partiront pour Rio en août sont âgés de 13 à 15 ans et ont été sélectionnés dans chaque section, "non pas en fonction de leurs résultats sportifs mais plutôt de leur faible espoir d'assister un jour ne serait-ce qu'à un grand match en France" explique le co-président.
De 3 000 à 300 euros
A Mitry, l'avant Rio c'est aussi une grande préparation à la culture brésilienne et aux jeux olympiques. Les bénévoles ont créé des groupes d'apprentissage pour les enfants qui assistent à des cours d'initiation au Portugais "pour pouvoir se débrouiller une fois là-bas et communiquer avec les habitants", des cours sur la connaissance du pays "afin qu'ils sachent ce qu'ils veulent visiter", une information sur l'histoire des JO, des cours de capoeira, samba et percussions...
Les futurs voyageurs ont aussi commencé un film de 52 minutes dans lequel figureront leurs entraînements en vue du séjour, des interviews des ados, des parents, des entraîneurs... Le reste du film sera fait sur place et rendra compte du séjour. Le DVD sera vendu au retour.
"Le voyage pour une personne coûte 3 000 euros, transport, hébergement, entrée au stade et visites de musées compris. Nous ne demandons aux familles qu'une participation de 300 euros. La préparation a commencé en avril 2015 et les bénévoles se donnent à fond. Ça représente des mois de boulot" insiste Lucien.
L'appel aux dons
Dimanche, Céline, exposante créatrice de bijoux, s'avouait convaincue : « Nous sommes partenaires et mécènes du projet. Nos jeunes sportifs représentent l’avenir de notre ville. Ils sont encadrés par des bénévoles enthousiastes qu’il faut accompagner ».
Des artistes créateurs connus, comme Red Dito, peintre, Saturnin Gok Pon, dessinateur à l’atelier d’arts de Mitry, ont tenu leurs stands. Les exposants, pour qui l'emplacement dans la salle était gratuit, ont reversé 20 % de leur recette du jour à l'USJM, soit 750 euros.
Les associations continuent à récolter les dons et lancent un appel à la générosité.
Contact : Lucien Zede. Tél. 06 78 16 09 10.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="20811,20813,20816,20817,20815,20814,20812"]

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Solidarité : un collectif pour le combat féministe

A Mitry-Mory, la journée pour les femmes du mardi 8 mars a donné l'occasion d'une rencontre, lundi 7 mars, où la municipalité a annoncé la création d'un collectif dédié à l'échange et à l'action.

Mitry s'implique dans le combat féministe et travaille à la mise en place d'un collectif sur les violences faites aux femmes. Le réseau de concertation, d'échanges et d'actions aura sa place dans le cadre du CLSPD (Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance) et sera mis en place avec les partenaires du dispositif : Etat, justice, Département, commissariat, associations, Femmes solidaires, SOS femmes...
Téléphone et logements sociaux
Marianne Margaté, adjointe au maire et conseillère départementale, indique : "Le collectif aura un titre d’observatoire mais pas seulement. Il sera un point d’appui pour analyser les besoins, repérer les manques tout en étant une force de proposition avec des actions communes. J'avance deux propositions concrètes : le financement de téléphones pour les femmes en très grand danger sur l’ensemble du département et la mobilisation des logements sociaux sous garantie d’emprunt qui ne sont pas affectés aux agents du département".
Dulcie-September ou "la dernière chance"
A Mitry, la Maison des droits des femmes et de l’égalité Dulcie-September, qui reçoit 200 à 300 personnes par an, est devenue pour beaucoup de femmes, comme elles le disent souvent, "leur dernière chance".

"Le lieu municipal accueille de plus en plus de femmes victimes de violences conjugales, femmes sans travail, femmes sans papier, mais qui font preuve de beaucoup de dignité, de courage, de détermination. Dulcie-September, c'est à la fois un lieu d’accueil, d’écoute, d’aide, d’entraide, de convivialité, de confidentialité mais aussi de créativité pour se sentir moins seules" souligne Charlotte Blandiot-Faride, le maire.

Maison des droits des femmes et de l'égalité Dulcie-September. Tél. 01 64 67 07 90

 

 

Publié dansVie locale

Ka ligne ka ka ligne ka ka ligne ► Zéro train demain sur la ligne K

C'est devenu comme une vieille rengaine. La ligne K va encore poser des problèmes à ses usagers demain, mercredi 9 mars.

Les nouvelles sur la ligne K se répètent comme le refrain de la célèbre chanson russe Kalinka. Cependant, quand on entend encore parler de la ligne ferroviaire dont la première gare seine-et-marnaise est à Saint-Mard, c'est à nouveau pour dire que "ça ne va pas". Et pour cause...

Demain, il est prévu qu'il ne passe aucun train. Tous les usagers qui comptent d'habitude sur le rail pour se rendre à Paris devront s'en passer complètement pour cause de grève nationale. Le préavis a été déposé par les quatre organisations syndicales représentatives à la SNCF : CGT, UNSA ferroviaire, SUD Rail et CFDT.

Pour demain, la SNCF conseille même d'annuler ou de reporter les déplacements. A croire qu'elle n'imagine pas que ses usagers l'utilisent pour aller travailler...

Les trains se sont arrêtés ce soir, mardi 8 mars, à 19 heures et le trafic ne reprendra que jeudi 10 mars à 8 heures.

bus_substitution

Même s'il est obligatoire de maintenir un service de circulation des trains minimum, la SNCF n'a rien assuré côté voies ferrées. Elle propose d'avoir recours à des bus de substitution qui vont obliger les voyageurs à se rendre à la gare de Mitry pour y prendre le RER.

"Cette fois, c'est le pompon ! Je ne sais pas comment je vais faire et je dois absolument aller à Paris demain car j'ai un rendez-vous important" grogne Jean-Paul qui prend le train tous les jours, "quand il passe".

Elisabeth renonce carrément à se rendre au travail : "C'est infernal ! Si je vais travailler demain, je ne sais pas comment je vais faire pour rentrer parce que je finis tard".

Attention, les autres lignes ne fonctionneront pas à plein régime :

Transilien : 1 train sur 3 en moyenne

  • RER A : 2 trains sur 3. Service normal sur la branche Cergy. La branche Poissy est desservie via la ligne J.
  • RER B Nord : 1 train sur 4
  • RER B Sud : 1 train sur 2
  • RER C, D et E : 1 train sur 3
  • Lignes J, L, P et R : 1 train sur 3
  • Lignes N : 1 train sur 4 limité à Plaisir-Grignon.
  • Lignes U : aucune circulation.
  • K et T4 : substitution par bus
La grève s'annonce très suivie par les cheminots de la SNCF et par la RATP.

Pour consulter l'état du trafic RATP consulter cette page.

Pour le RER, des informations sont aussi disponibles ici.

Publié dansVie locale

Claye-Souilly ► La 1re compagnie d'arc a soufflé ses 200 bougies

La 1re compagnie d’arc de Claye a fêté dimanche ses 200 ans, dimanche 6 mars. Retour sur une association qui pratique le noble jeu de l’arc et le tir de compétition sans interruption depuis 1816.

Le défilé de la compagnie d'arc, des hommes et de femmes en armes, a réveillé Claye-Souilly dimanche matin. La 1re Compagnie d’arc de Claye, vénérable jeune dame célébrait ses 200 ans. 26 compagnies d’arc avaient été invitées à partager le moment rare et, pour tout dire… historique.

Les festivités ont animé la ville toute la journée. Le matin, la petite troupe a défilé dans les rues et a fait une première halte au monument aux morts. Avant la Marseillaise, deux gerbes ont été déposées par la municipalité et par la compagnie. Puis, au son des airs joués par la fanfare rythm and blues, Blues Brass Brothers, le cortège a remonté la rue Jean-Jaurès avant d’arriver au 3 rue de la Guette, siège de la compagnie.

Initiations
L’après-midi, le jeu d’arc a ouvert ses portes. Les curieux qui voulaient s’initier aux arcanes du jeu de l’arc, à son histoire, à son vocabulaire et à ses traditions ont afflué. Pour Jean Fontaine, capitaine de la compagnie, « l'anniversaire a pour but d’honorer nos prédécesseurs. Il faut réveiller les mémoires collectives, rappeler qu’ils ont existé ».
L'empereur
Le capitaine, tireur émérite qu’on peut également appeler "empereur", détient le titre pour avoir gagné trois années consécutives le concours de tir à l’abat l’oiseau.

Le devoir de transmission a aussi droit de cité chez les archers. Lors du défilé, Louis Daubannes, un cadet de la compagnie en était le porte-drapeau. Radieux, Louis a le privilège car il est « le Bastien 2016 depuis qu’il a remporté le 24 janvier le tournoi de la Saint-Sébastien, patron des archers » indique le capitaine.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="20773,20775,20759,20774,20772,20771,20770,20769,20768,20767,20766,20765,20764,20763,20756,20762,20761,20760,20758,20757,20799"]

 

Publié dansVie locale

Horoscope

Programme TV

Sudoku

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.