×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Vie locale

Meaux - Boutigny ► Golf : A la rencontre des entreprises sur le green

Golf : Assez insolite de voir des entreprises au milieu de golfeurs. L’idée de Pascal Gourovitch s’est concrétisée durant le week-end du 6 mai grâce à un temps superbe, mais surtout au partenariat de la communauté d’agglomération du pays de Meaux, de l’office de tourisme de Meaux et d’Arnaud Loewenstein, directeur du golf de Meaux-Boutigny.

Une vingtaine de sociétés, dont Mercedes, Tryba, Culligan, Piscines de France, ont accepté de jouer le jeu pour la première édition. « En plus du sport, le but est de favoriser les rencontres entre golfeurs, artisans et entrepreneurs » justifie Pascal. Derrière son petit atelier mobile, Stéphane Cantaloube, 40 ans, joaillier-créateur meldois et meilleur ouvrier de France 2004, travaille sur la commande d’une bague. « Mes clients sont étonnés de me voir travailler dans un contexte qui n’a rien à voir avec la joaillerie » sourit-il.
Santé et bien-être
La société américaine M.G Bien-être, 80 ans d’existence et dont le siège est à Croissy-Beaubourg, exposait ses produits phare, samedi et dimanche à Boutigny. « Nous présentons un purificateur d’air, le Rainbow, qui diffuse des huiles essentielles. Un appareil éminemment reconnu pour la santé, efficace contre tout ce qui est allergène et autres sources de pollution domestique » explique Charline Bousseffa.

80 ans d’existence également pour Culligan, autre société américaine. « Nous sommes leader dans le traitement de l’eau pour les particuliers et professionnels. Notre but est d’éliminer le calcaire qui constitue une grande part du sol en Seine-et-Marne, ainsi que le chlore et les mauvais goûts afin d’obtenir une eau de qualité pour la cuisine et la durée des appareils ménagers » précise Delphine Chéron.

Mercedes étalait sur la pelouse du parc neuf véhicules correspondant aux nouveautés de la marque : la classe S, l’AS berline, l’AS coupé et le petit roadster SLC. « Exposer des véhicules dans ce cadre exceptionnel est intéressant car nous visons la clientèle des golfeurs. Nous pouvons aussi organiser des essais ailleurs qu’à notre concession. Cette dernière, située 137 rue de la Victoire, a été entièrement refaite après dix mois de travaux » confie Emmanuel Barbey, directeur de la concession Techstar Meaux.

Au profit des paralysés
Des animations organisées par les Aigles de Meaux, association de football américain et de Cheerleading, ont permis de récolter 1 000 euros, somme aussitôt remise à l’APF (Association des paralysés de France). « Le club existe depuis 12 ans et compte 90 adhérents. On s’est fixé comme objectif de faire une fois par mois une action au profit d’une association caritative. A cet effet, nous avons organisé des démonstrations de foot et une soirée. Nous sommes heureux car nous ne pensions pas réunir un tel montant » s’enthousiasme Jean-Luc Ferrand, directeur technique du club.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="24099,24101,24100,24102,24103,24098"]

 

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► Nouveau : un magasin discount en ville

La famille Pique vient d’ouvrir un magasin d'alimentation discount à Dammartin-en-Goële. Produits frais et épicerie sont dorénavant disponibles en centre-ville, à prix... discount.

Dammartin Discount propose des produits frais tous les jours, légumes, fruits, poissons. Aujourd’hui, mardi, les étalages sont agrémentés d’un gros arrivage de charcuterie et des œufs frais que l’on peut choisir soi-même. « Et plein d’autres choses tous les jours de la semaine ! Nous tenons à  préciser que nous sommes discount mais sur des produits de qualité. On évite les bas de gamme surtout en primeur. Nous voulons du goût. Nous voulons créer la différence pour nos clients, c’est ce qui compte à nos yeux » indiquent Séverine et Laurent Pique.
Natif de Dammartin
Pourquoi la famille a-t-elle installé son magasin à Dammartin ? Séverine répond : « A la base, nous sommes marchands de pommes de terre sur les marchés. Laurent étant natif de Dammartin, cela lui tenait énormément à cœur d’ouvrir un magasin ici. L’opportunité d’acquisition d’un  local s'est présentée, et puis voilà. Nous sommes restés dans notre spécialité des fruits et légumes. Pour plus d’attractivité, nous avons élargi notre commerce avec un stand poissonnerie et des produits d’épicerie à prix discount en complément. Nous avons voulu garder l’âme de Dammartin en décorant l’intérieur de notre local avec des photos représentant la vie dammartinoise. Nous voulons  que les clients se sentent chez eux, dans leur marché. Nous souhaitons recréer un dynamisme en centre-ville et donner aux habitants l’envie de partager un moment de rencontre agréable ».

Ainsi décoré, le magasin discount alimentation/épicerie de la rue du Maréchal-Leclerc donne envie de flâner parmi les étals, de humer les bonnes odeurs d’aliments fraîchement sortis de terre, cueillis ou encore pêchés...

Maryse, cliente et voisine, est ravie : « Je fais désormais mon marché ici. Je viens à pied avec mon chariot. Le personnel est sympa, les produits tout à fait convenables. C’est une bonne chose d’avoir un magasin comme celui-ci en centre-ville, surtout pour les personnes âgées qui ne sont plus véhiculées ».

Jean-Paul, habitant de Saint-Mard et aussi client, ajoute : « La décoration est amusante et chaleureuse, on s’y sent bien dès la première visite. Le rapport prix-produit est intéressant, la poissonnerie est un plus ».

Dammartin Discount, 29 avenue du Maréchal-Leclerc,  77230 Dammartin-en-Goële. Tél. 06 62 39 17 29 – Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Heures d’ouvertures : 9 -19 heures du lundi au samedi. 9 heures -12 h 30 le dimanche. 

[gallery type="slideshow" size="large" ids="24175,24174,24180,24179,24178,24177,24176,24173"]

Publié dansVie locale

Mitry-Mory► Ils ont commémoré le 8 mai 1945

Commémoration du 8 mai 1945 : Dimanche 8 mai, élus, personnalités, anciens combattants, habitants de Mitry-Mory ont commémoré le 71e anniversaire de la fin de la guerre en Europe et la victoire des alliés sur l’Allemagne nazie.

Mitry s'est recueillie et a déposé des gerbes aux différents monuments aux morts de la ville afin d’honorer la mémoire des soldats, résistants, hommes et femmes qui ont combattu au prix de leur vie contre l'envahisseur. Le 8 mai 1945, c'était la reddition allemande.

Armand, né à Mitry, n’avait que 8 ans quand la guerre a pris fin mais se souvient avec précision : « Les atrocités, les privations, les déportations dans les wagons à bestiaux, les coups, la mort dans les camps de concentration... »

Robert, de Mitry-Bourg, avait 12 ans : « Au 8 mai, il y a eu une liesse générale, mais tout n’était pas totalement fini. Bon nombre de déportés dans les camps ont été lâchés dans la nature et exécutés. Les snipers faisaient encore des dégâts parmi les civils. La chasse aux collabos commençait... »

[gallery type="slideshow" size="large" ids="24168,24164,24165,24158,24159,24160,24162,24163,24166,24157,24167"]

 

Publié dansVie locale

Poincy ► La brocante : 30 ans et tous ses stands !

La brocante de Poincy, qui s'est tenue dimanche 8 mai, a célébré son 30e anniversaire. Près de 550 exposants étaient installés sur le terrain des sports du village.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=IlQUPtXVdwk]

Il était difficile de se frayer un chemin tant chineurs et dénicheurs de bonnes affaires étaient venus nombreux. La manifestation était orchestrée par l'amicale scolaire du village.

La présidente de l'amicale, Evelyne Tillmann, directrice de l'école à la retraite depuis le 1er septembre, explique : "Lorsque nous avons lancé la brocante, il y a 30 ans, nous étions cinquante, puis l'événement s'est peu à peu développé grâce à l'engouement des gens pour les vide-greniers. Nous sommes désormais bien implantés. L'organisation est bien rodée. A chaque instant, on peut m'appeler soit par téléphone soit par talkie-walkie".

La brocante de Poincy est ainsi devenue l'une des plus importantes de la région. A côté des étals de bric-à-brac et des marchands d'objets en tous genres, des manèges, des trampolines, des jeux d'adresse et des structures gonflables avaient même été mis en place pour satisfaire les plus jeunes. Les bénévoles de l'amicale vendaient des sandwichs, des frites et des boissons.

Des chineurs et des exposants
Les familles étaient venues par centaines des communes alentours : Meaux, Saint-Soupplets, Trilport... mais aussi de plus loin. Ainsi, Pierre et Sophie sont repartis chez eux, à La-Ferté-sous-Jouarre, les bras chargés de sacs. Le couple a confié : "On trouve vraiment de tout ici et surtout des vêtements pour bébé. Nous sommes venus très tôt pour avoir du choix".

Anne-Marie, une habitante du village, tenait quant à elle un stand. Le visage rougi par le soleil et la chaleur, elle a constaté : "Il y a vraiment encore plus de monde que d'habitude. Les allées sont même devenues trop étroites ! "

Pendant ce temps, à quelques mètres, Bryan avait apparemment trouvé son bonheur devant une table remplie de Playmobils. Comme un vrai collectionneur, l'adolescent a même remarqué "quelques modèles rares".

Certains professionnels sont des habitués des lieux puisqu'ils y reviennent chaque année. Ainsi, Simone et Thierry font partie des plus anciens et ont toujours le même emplacement.

Quant à Jacques et Nathalie, ils n'ont manqué aucune brocante à Poincy depuis 20 ans. De leur stand de pêche aux canards, ils ont vu grandir les enfants du village. Au fil des années, des liens d'amitié se sont même tissés entre exposants, organisateurs et clients.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="24003,24008,24011,24005,24006,24007,24009,24004"]

 

Publié dansVie locale

Claye-Souilly ► Nouveau commerce : Rôti shop, le poulet, c’est du tout cuit !

 

Une rôtisserie-traiteur vient de s'ouvrir rue du Maréchal-Joffre, à Claye-Souilly. Vendredi 6 mai, le nouveau commerce, Rôti shop, a été inauguré.

« L’idée de Rôti shop m’est venue en discutant avec un ami installé aux États-Unis. Il a développé ce type de service et ça marche bien » explique Yonni Mamou. Clayois depuis 29 ans et jusqu’alors spécialisé dans l’emballage, le jeune patron de 31 ans s’est lancé dans l’aventure avec Brahim Azzourh, son associé de 55 ans. Ils emploient cinq salariés et envisagent, si l’affaire marche bien, de développer d’ici la fin de l’année un autre Rôti shop à Marne-la-Vallée.
Spécialisé dans le poulet
« Nous avons ouvert depuis deux jours et ça cartonne ! Les commandes affluent déjà au téléphone. Je peux livrer dans un rayon de 15 km, soit jusqu’à Dammartin-en-Goële » précise Yonni, tout en s’affairant derrière le comptoir. « Avant, c’était une boutique de toilettage pour chiens et chats. Nous avons fait des travaux importants pour être aux normes. Le client entre dans une boutique moderne où il sera servi rapidement car nous disposons d’une rôtissoire pouvant cuire jusqu’à 40 poulets. Il aura surtout la garantie de déguster des produits de qualité puisque ce sont des volailles françaises » ajoute Brahim.

Le client choisit son type de poulet : breton (1,3 kg) au prix de 8,90 euros ou fermier label rouge (entre 1,3 et 1,7 kg) à 15,90 euros. Il est cuit selon la méthode portugaise (poulet ouvert) ou bien classique, accompagné de pommes de terre grenaille, aubergines, frites maison, poivrons grillés ou légumes de saison. Des sauces sont également proposées : barbecue, maison, herbes de Provence, miel-citron. Le client emporte son poulet dans une barquette spéciale qui peut aller au four micro-ondes. La boutique propose aussi des cuisses de poulet, de dinde, pilons et d’autres viandes, comme le rosbif, gigot d’agneau, côte de bœuf et paupiette de veau. Un choix de desserts et de boissons complète la palette pour faire un vrai repas.

Un commerce complémentaire
« C’est une excellente idée. Cela me rappelle quand je suis en vacances en Bretagne et que je commande un poulet chez mon charcutier. Mais ici, c’est plus rapide et ça évite de salir le four » confie Christine, accompagnée de sa petite-fille Alissia, 10 ans.

Lors de l’inauguration de la boutique, vendredi , le maire, Yves Albarello, a salué l’initiative et a déclaré : « On ne peut que se réjouir de l’ouverture de la boutique. Elle est complémentaire en matière de restauration rapide avec les kebabs et les sushis. Et elle offre de l’emploi, ce qui n’est pas négligeable de nos jours ».

Il a néanmoins attiré l’attention des gérants sur le problème du stationnement : « La rue est très passante. Aussi, afin d’éviter les arrêts intempestifs, même momentanés, ce sera à vous d’indiquer à vos clients qu’il y a le parking du marché juste à côté ».

[gallery type="slideshow" size="large" ids="24129,24127,24128,24126,24125,24124,24123,24122"]

Publié dansVie locale

Compans ► Un rond-point pour la solidarité, un arbre pour l'espoir

Compans a profité des cérémonies du 8 mai pour baptiser le terre-plein central à l'entrée de la commune, "rond-point de la Solidarité". Dimanche, le village était réuni à côté de la Maison du peuple.

« Solidarité aujourd’hui. Choisir le 8 mai pour te célébrer, c’est aussi un clin d’œil à travers l’Histoire et notre histoire. Nous le voulions ici, à côté de la Maison du peuple, là où tant d’hommes ont donné leur vie pour un peu de liberté » a déclaré Ben Moutaouadhia, adjoint au maire chargé des travaux et de la sécurité à Compans. Situé à l’entrée de la commune, le terre-plein central porte désormais le nom de rond-point de la Solidarité.

L'adjoint et le maire, Joël Marion, ont révélé la plaque devant une trentaine d’habitants.

Janna, 5 ans, est ensuite montée en haut du terre-plein pour dévoiler à son tour la fresque arborant l’arbre de l’espoir. L’œuvre originale, réalisée par les élèves de l’école Jean de la Fontaine, porte sur ses deux faces les empreintes multicolores de leurs mains ainsi que celles des enfants du centre de loisirs et des instituteurs.

Pour Joseph Gouzien et Pierre Coral
Le deuxième temps fort de la matinée a été la cérémonie du souvenir devant le monument aux morts où trois gerbes ont été déposées à la mémoire des deux victimes du village : Joseph Gouzien et Pierre Coral.

Le maire a rappelé les termes de la reddition allemande du 7 mai 1945 à Reims, avant que celle-ci ne soit confirmée par une seconde reddition, signée le 8 mai à Berlin, à la demande des Soviétiques. « Dans notre ville aussi, des personnes ont fait montre d’héroïsme : les combattants que nous honorons aujourd’hui, mais aussi tous les anonymes, avec des faits souvent ignorés de la Résistance et banals de tous les jours » ajoute Joël Marion, entouré du conseil municipal et de Marianne Margaté, conseillère départementale.

Nuit et brouillard, de Jean Ferrat, le chant des partisans et l’hymne national ont clôturé la cérémonie.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="24133,24137,24138,24143,24142,24141,24136,24134,24144"]

Publié dansVie locale

Saint-Thibault-des-Vignes ► Le Sietrem distribue des composteurs aux habitants

Le Sietrem (Syndicat mixte d’enlèvement et de traitement des résidus ménagers), à Saint-Thibault-des-Vignes, a lancé en 2008 la mise en place du compostage domestique. Depuis cette date, 5 529 composteurs ont été vendus aux habitants volontaires des 31 communes de la zone qu’il dessert.

Ils avaient rempli le questionnaire sur internet. Soixante-dix volontaires étaient attendus mercredi 4 mai à l’usine de traitement du Sietrem. En échange de vingt euros, ils se sont vus remettre les composteurs de 400 litres en bois traité avec lesquels ils vont produire le compost pour leurs jardins et leurs potagers. Tri des déchets, démarche écologique et réduction des coûts étaient au cœur des motivations des protagonistes de l'opération.
Un jardin de démonstration
Une fois les formalités accomplies et le matériel dans le coffre des voitures, les volontaires ont rejoint Isabelle Andrusiow et Luis Silva au jardin de démonstration. Près de l’hôtel à insectes, structure indispensable pour attirer une partie des espèces animales qui vont travailler pendant huit mois, des carrés de semis plantés avec ou sans compost ont apporté la preuve de la valeur de l'engrais naturel.

Les deux maitres-composteurs le disent en chœur : « Nous sommes là pour faire connaître à tous nos visiteurs les subtilités du compostage, sa fabrication, le moment où il est prêt à être utilisé, le tamisage indispensable quand on veut le mettre dans des jardinières ».

Démarche écologique
Qu’ils viennent de Chelles comme Daniel Dias, d’Emerainville comme David Hauttequet ou de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) comme Marie-Christine Frazao, tous tenaient le même propos : « Il est important de réduire le volume des déchets et de chercher à les recycler. La démarche, écologique et volontaire, va permettre de produire le compost pour les fleurs et le potager familial ».
Réduire le volume des déchets
Pour les responsables du Sietrem, l’opération n’est pas neutre. Lydie Vincent, responsable du service de traitement des déchets, rappelle : « Les déchets verts représentent 30 % du volume des poubelles. Démultiplier la distribution des composteurs implique moins de volumes à collecter et à traiter et une moindre consommation d’énergie ».

Patrick Donzel-Bourjade, directeur général des services, insiste sur les évolutions à venir : « Le Sietrem est en train de construire une usine de tri des déchets à proximité du site actuel. Elle ouvrira en 2017 ». Le tri est en effet l’autre volet important du traitement des déchets.

Pour tous renseignements sur la mise à disposition des composteurs et pour la bonne recette du compost :

Sietrem - ZAE La Courtillière, 3 rue du Grand-Pommeraye, 77400 St-Thibault-des-Vignes

Site internet : www.sietrem.fr ; courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="24076,24078,24077,24079"]

Publié dansVie locale

Villeparisis ► Célébration du 8 mai sous le signe de la jeunesse

La célébration du 8 mai a eu lieu dimanche devant le monument aux morts à Villeparisis. Une douzaine de membres des Jeunes Sapeurs-Pompiers (JSP), encadrés par leur hiérarchie, a pris part à la cérémonie aux côté du maire et de nombreux habitants.

Avant les discours, six gerbes ont été déposées successivement. Deux JSP, jeunes volontaires âgés de 12 à 17 ans, encadrés par le sergent-chef Cyril Duval ont déposé les fleurs au nom du centre de secours de Villeparisis.
La jeunesse au cœur de la cérémonie
Matéo Roussel, élève de CM2 de l’école Barbara, était peut-être ému et impressionné par la solennité de l’instant. Il s’est en tout cas efforcé de n’en rien laisser paraître lorsqu’il a lu le message de la victoire au nom de l’Union française des associations de combattants et de victimes de guerre, avec en exergue les mots de sacrifice, de paix et de liberté.

Le lieutenant Samuel Druz, chef du centre d’incendie et de secours de Villeparisis, était fier de ses jeunes troupes au garde à vous avant les discours : « Les douze JSP présents sont des jeunes en cours de formation qui ont le potentiel pour devenir sapeurs pompiers volontaires puis professionnels. Ils partagent tous les mêmes valeurs : travail et rigueur ».

Dans son discours, le maire, Hervé Touguet, a insisté sur la reconnaissance et le respect que méritaient "tous ceux qui ont combattu la barbarie".

Lien : le bleuet de France - www.bleuetdefrance.fr

[gallery type="slideshow" size="large" ids="24092,24089,24083,24093,24086,24085,24084"]

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► La Ivy division est entrée en fanfare dans la ville

Des engins de la Ivy division 4th Recon Troop, en français la 4e division Ivy de l'armée américaine, ont participé à la commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale, dimanche 8 mai à Dammartin-en-Goële. Une dizaine de véhicules militaires ont précédé la fanfare sulpicienne.

Le défilé composé de musiciens, d'anciens combattants, du maire, Michel Dutruge, d'élus et de jeunes sapeurs-pompiers est parti de l'hôtel de ville, avenue du Général-de-Gaulle, puis a été rejoint au carrefour avec l'avenue de la Libération par une quinzaine de figurants habillés en soldats américains ou en résistants français à bord de véhicules d'époque : une Citroën traction, utilisée par les FFI, des jeeps, des Dodge... Le cortège s'est ensuite dirigé vers le monument aux morts.

L'événement a été organisé par la ville de Dammartin-en-Goële et l'association Ivy Division 4th Recon Troop.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="24016,24018,24017,24019,24020,24021,24022,24023,24024,24025,24027,24029,24030,24031,24032,24033,24035,24026"]

 

Publié dansVie locale

Bussy-Saint-Georges ► A'faire d'équipe : 1re soirée événement

L'association pour les chefs d'entreprise, A'faire d'équipe, a proposé une soirée speed business meeting et information sur "le parcours du chef d'entreprise". L'événement avait lieu pour la première fois et s'est déroulé à Bussy-Saint-Georges. D'autres animations sont prévues.

Les chefs d'entreprise qui composent l'association A'faire d'équipe mêlent leur savoir, leur savoir-faire et les contacts constitués par les différents réseaux auxquels ils adhèrent. Ces chefs-là ont bien compris qu'il fallait multiplier les relations et s'activer pour faire prospérer leur business. C'est donc pour poursuivre leur objectif qu'ils se sont réunis, mercredi 6 avril.

Ainsi la première soirée événement réalisée par A'faire d'équipe était en partenariat avec le réseau Entreprendre à Bussy.

Plus d'une centaine de chefs d'entreprise se sont rassemblés ce soir-là pour échanger leurs cartes de visite autour des tables installées dans la salle des fêtes de Bussy. Les métiers représentés étaient variés et allaient du plombier à l'électricien, au jardinier, en passant par le courtier en assurances, en immobilier, le représentant de produits de beauté, l'expert en communication, des gestionnaires, des financiers, des secrétaires, des chauffagistes...

L'assemblée a même eu droit à la visite du maire, Chantal Brunel, concernée par les efforts des entrepreneurs.

La soirée a été animée par les membres du bureau de l'association. Les participants ont découvert un diaporama commenté sur le parcours du chef d'entreprise, avec ses embûches, ses interrogations multiples, ses erreurs... Les illustrations projetaient des pointes d'humour sur l'assemblée qui se reconnaissait évidemment dans les situations décrites. "Evidemment, ce n'est pas drôle quand on vit les problèmes, mais il faut les appréhender avec du recul et surtout bien s'informer auprès de gens compétents. C'est aussi pour conseiller les chefs d'entreprise que nous avons créé A'faire d'équipe. C'est à la fois une émulation et un soutien en même temps qu'une multiplication des contacts" indique Thierry Lannoy, le vice-président.

Dorénavant, A'faire d'équipe formée depuis octobre 2015 propose réunions d'information, ateliers et conférences tout au long de l'année.

Mercredi 4 mai, l'association a fait découvrir la PNL (programmation neuro-linguistique) lors d'une conférence à Lagny-sur-Marne.

Les prochaines animations   

Capture

Pour réserver : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Les membres du bureau

Présidente : Tiffany Pierre, courtier en travaux Illico travaux

Vice président : Thierry Lannoy, coach d'entreprise TL Consult

Secrétaire : Emmanuelle Rouffignac, secrétaire indépendante, Era secrétariat

Trésoriére : Sandrine Schott, courtier en assurance, AGMS Assurance

Les membres fondateurs

Odette Amann, Conseil et accompagnement en informatique OGI

Sylvie Calore, Courtier en financement AGMS Finance

Caroline Caradeux, Contrôleuse de gestion indépendante, Esprit Gestion

Florent Choffel, Directeur Artisitique, H2O Communication

Adeline Grégis, Distributrice indépendante, Forever

Betty Viteur, Courtier en Financement, AGMS Finance

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23923,23913,23920,23912,23914,23915,23917,23918,23916,23919,23921,23922,23911"]

Publié dansVie locale

Messy ► C'était le troc aux fleurs

L’Association Messy Environnement a proposé son deuxième troc aux fleurs, dimanche 8 mai. L'animation s'est déroulée sous la halle Saint-Pierre.

De 10 à 16 heures, les passionnés de plantation se sont croisés afin d’échanger leurs boutures et astuces sur les plantes.

Paolo Franjioso, président de l’association, explique : « Ici, pas question d’argent, le principe est simple : chaque personne apporte une ou plusieurs boutures et peut repartir avec des espèces nouvelles ».

A la fin de la journée, les boutures non échangées pouvaient être données à l’association afin d’embellir le village ou l’école.  En effet avec les nouveaux temps périscolaires, des ateliers environnement sont proposés aux écoliers.

Messy environnement est une association créée en 2006 qui participe à l’animation du village.

Un projet de jardins ouvriers - ou jardins partagés - va voir le jour d’ici quelques semaines et le troc se fera directement de jardinier à jardinier.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="24044,24045,24046"]

Publié dansVie locale

Chelles ► Jardins et balcons fleuris : participez au concours

Les inscriptions au concours Jardins et balcons fleuris à Chelles sont ouvertes jusqu'au 10 juin. Les Chellois qui souhaitent participer peuvent retourner le bulletin d'inscription.

"En accordant un soin particulier à leurs jardins et balcons, de nombreux Chellois participent à l’embellissement de la ville et contribuent ainsi à renforcer la qualité du cadre de vie. Afin de valoriser leur travail et de récompenser les réalisations les plus remarquables, la ville de Chelles a souhaité reconduire le concours des balcons et des jardins fleuris. Cette année deux classements seront effectués, l’un pour la catégorie jardins, l’autre pour la catégorie balcons" explique la mairie.

Composé d’élus, de jardiniers municipaux et professionnels, un jury effectuera plusieurs passages afin d’apprécier la qualité de l’aménagement, l’originalité des compositions et l’harmonie des jardins et balcons. Les trois premiers gagnants de chaque catégorie recevront des bons d’achat valables à la jardinerie Laplace, partenaire de l’événement.

La cérémonie de remise des prix se déroulera lors de la seconde édition de « Chelles prépare son jardin » et l’ensemble des Chellois inscrits seront invités à y participer.

Bulletin d'inscription ici

Publié dansVie locale

Chelles ► La ville rajeunit son site internet

Depuis lundi 2 mai, les Chellois qui se rendent sur le site Internet de la ville trouvent du changement. L'équipe municipale a souhaité améliorer l’existant qui datait de 2010. Autant dire une éternité en matière d'Internet ! Plus accessible et plus complet, le nouveau site permettra plus de démarches en ligne.

De l’avis même des utilisateurs, le site Internet en place jusqu’à la semaine dernière avait « fait son temps ». Il n'était pas pratique. Son architecture était compliquée et son manque d’ergonomie gênait les recherches. Les visiteurs avaient du mal à trouver rapidement l'information voulue. Autre défaut marquant de sa génération, il n'était accessible ni depuis un mobile ni depuis une tablette.
Plus de démarches en lignes
Dans les grandes rubriques, chacun pourra retrouver les informations pratiques liées à son profil personnel, étudiant, parent, senior, nouveau Chellois, personne en situation de handicap ou association.

Les démarches en lignes sont au programme de même que l’actualité et l’agenda de la ville. Quelques exemples parmi d’autres : le tour des pharmacies de garde et les horaires du cinéma local sont désormais accessibles d’un simple clic.

Nouveauté majeure
La nouveauté majeure, celle qui va intéresser les utilisateurs, est d’être en phase avec les outils informatiques actuels. La mairie précise : « Le nouveau site est "responsive design".  On peut y accéder en version complète depuis un mobile ou une tablette ».

[NDLR : Pas besoin d'appli, tout comme magjournal77...]

Plus besoin d’être chez soi devant son ordinateur pour se connecter au site, les nouveaux besoins de mobilité des consommateurs d’internet ont été pris en compte.

Les administrés auront moins de déplacements à effectuer et la mairie pourra escompter voir diminuer les temps d'attente, délais de rendez-vous et de traitement des démarches qui continueront de s’y faire.

www.chelles.fr

Publié dansVie locale

Claye-Souilly ► Westminster college singers : la chorale américaine à l’église Saint-Étienne

La chorale Westminster college singers a donné un concert exceptionnel, samedi 7 mai, en l'église Saint-Etienne à Claye-Souilly.

Une centaine de personnes a assisté, samedi 7 mai, au concert exceptionnel et gratuit de chants sacrés. The Westminster college chamber singers, formation de Salt Lake City (capitale de l’Utah, aux États-Unis), a en effet choisi Claye-Souilly comme ville étape lors de sa tournée en France. Ainsi, entre un concert donné la veille à Paris, à l’église de la Madeleine, et un autre le lendemain, dimanche 8 mai, à Notre-Dame, le chœur américain s’est produit en l’église Saint-Etienne.

Joëlle Rocher, présidente de Chœur résonance, attachée aux échanges culturels, n’était pas peu fière d’accueillir et de présenter au public les jeunes artistes venus d’outre-Atlantique, tous inscrits à l’illustre collège de Westminster. L'établissement a été fondé en 1875 et est réputé pour être l’une des meilleures écoles de l’ouest américain.

Chant sacré, musique de l’âme
Après avoir interprété trois chants dont l'Hallelujah de Leonard Cohen, accompagnés au piano par Mari Tokuda et la soprano Véronique Rilhac, sous la direction de leurs chefs de choeur, Marie-Jo Roturier et Olivier de la Bourdonnaye, les choristes clayois ont cédé la place à leurs prestigieux invités.

Conduits par le docteur Christopher Quinn, créateur de la chorale en 1996, les vingt-sept artistes américains (seize femmes et onze hommes) ont alors livré à leur auditoire un florilège de chants sacrés, dont un chant grégorien du XIIe siècle. Des œuvres signées par les plus grands maîtres de la musique baroque, tels Henry Purcell, Claudio Monteverdi, Antonin Dvorak, Sergueï Rachmaninov, ont résonné sous la voûte de l’église. Toutes ont admirablement mis en valeur la puissance et l’harmonie des voix (soprano, alto, ténor et basse) tant l’édifice religieux bénéficie d’une excellente acoustique. Pour clôturer la soirée, les deux ensembles se sont réunis devant l’autel pour exécuter une œuvre russe.

Chœur résonance sur Facebook ici

The Westminster college singers ici

[gallery type="slideshow" size="large" ids="24116,24115,24111,24113,24114,24112,24110"]

 

 

 

Publié dansVie locale

Chantilly ► Les journées des plantes commencent vendredi

 

SORTIR -

Journées des plantes : C'est le rendez-vous majeur de l’horticulture européenne : le week-end prochain, à partir de vendredi 13 mai, le château de Chantilly, dans l'Oise, accueillera ses reines, les plantes.

Pour en voir de toutes les couleurs, de toutes les sortes, des arbustes, des plantes vertes, des fleuries, c’est là qu’il faudra se rendre. La balade en vaut la peine.

Pendant 32 ans, l’événement s'est déroulé à Courson (Essonne). Depuis l'année dernière, le rendez-vous annuel de l’horticulture européenne, les journées des plantes de Courson, est désormais proposé au domaine du château de Chantilly. Il aura lieu vendredi 13, samedi 14 et dimanche 15 mai.

Le domaine rassemblera quelque 250 exposants du monde végétal. Pépiniéristes et horticulteurs offrent sur place la possibilité aux visiteurs d’acheter plantes, fleurs et arbustes et prodigueront leurs conseils pour entretenir les jardins. Ateliers et conférences sur différentes thématiques seront tenus pendant les trois jours.

Des activités seront aussi proposées aux enfants, pour apprendre à planter un fraisier ou découvrir un potager.

De l’orchidée à la plante carnivore en passant par les arbustes et les vivaces, tout sera réuni pour répondre aux attentes des passionnés de jardins.

Entrée 20 € (plein tarif)

Le domaine de Chantilly sur www.domainedechantilly.com

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► 110 exposants au vide-grenier du 1er mai

Le traditionnel vide-grenier du 1er Mai a réuni 110 exposants sur l'esplanade du Château à Dammartin-en-Goële.

Animé par le comité des fêtes, l’événement était champêtre.
Les habitants ont vidé les placards et les greniers. C'était l'occasion de faire le tri des objets encore en bon état, mais qui ne servent plus. Gilbert, habitant de Dammartin, confie : "Nous voulons nous démarquer un peu en exposant des objets de jardiniers, comme des faucilles, houes, binettes et même une charrue. Ça peut servir en décoration. Nous serons au parc de la Corbie le 15 mai, pour le  troc aux plantes".
Des jouets, des vêtements, des outils, des livres aussi, faisaient partie des étalages. Les visiteurs avaient le choix.
Estelle, de Saint-Mard, s'est déplacée en famille : "Nous visitons le vide grenier au cas où l'on trouve un petit quelque chose pour la décoration de la maison. Les enfants sont grands maintenant, alors c'est surtout des objets coup de cœur".
Le vide-grenier du 1er Mai était accompagné d'une météo ensoleillée, ce qui a attiré les chineurs tôt le matin.
Jean-Pascal, chineur occasionnel, recherche un petit meuble. "Il faut être là le matin de bonne heure, sinon les bonnes affaires s'envolent" rappelle-t-il.
Annabelle est ravie d'avoir vendu quelques vêtements devenus trop petits : "J'ai vendu des pièces qui m'étaient trop petites mais quasi neuves. Ça permet d'aider à renouveler sa garde robe".
Le prochain rendez-vous avec le comité des fêtes, organisateur, sera dimanche 15 mai au parc de la Corbie pour le troc aux plantes. 

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23962,23961"]

Publié dansVie locale

Magny-le-Hongre ► Salon du bébé : Le Monde des tout petits

Salon du bébé : Le Monde des tout petits, salon du bien-être du bébé et de sa maman, s’est tenu dimanche 24 avril à l’hôtel Magic Circus de Magny-le-Hongre. Vingt-cinq exposants, un défilé de mode pour enfants, une conférence sur la fécondation in vitro (FIV) ont rythmé la journée sur les thèmes de l’enfance et de la parentalité.

Elles ont été deux à s’associer pour créer la première édition du salon, deux jeunes femmes, jeunes mères de famille, jeunes chefs d’entreprise, qui ont mis en commun leur envie et leurs compétences.

Marine Boizard est une organisatrice d’évènements, sensible au thème de l’enfance. Elle explique : « Une expérience dans mon environnement en matière de don d’ovocyte m’a décidée. Le bien-être du bébé devait faire partie du salon, mais aussi des thèmes de société, tels l’adoption ou la FIV ».

Delphine Hébert, photographe de profession, lui a emboîté le pas sans hésiter. Elle le reconnait : « L’enfance est le domaine dans lequel je travaille. J’ai accepté avec enthousiasme quand Marine, qui est une amie, me l’a demandé ».

Bien-être, douceurs et conseils
Parmi les exposants, pas de grandes marques : les créateurs, artisans ou prestataires de services, venaient tous ou presque de la région. Ils avaient un autre point en commun, la volonté de procurer du bien-être aux enfants et à la maman. Stands de massage, de douceurs variées, d’organisation de fêtes, de conseils aux parents, de librairie, et même d’apprentissage de l’anglais dès 1 an ont occupé les allées.
Dégager du temps
Sandrine Dubouchet tenait le stand Un Heureux Evènement. Elle est convaincue et souligne: « Il faut aider les parents à dégager du temps pour l’essentiel, les aider sur les questions logistiques ou de garde. Il faut aussi les conseiller lorsque bébé pleure la nuit ou pour préparer sa chambre avant qu’il vienne au monde ».

A quelques pas de là, Nathy tenait un atelier de Belly painting. Parmi les visiteurs, Marion Libessart a prêté son ventre arrondi aux pinceaux de la maquilleuse en train de réaliser une œuvre éphémère. Elle le dit en souriant : « Je voulais avoir un beau souvenir de la période inoubliable qu’est la grossesse ».

Bébé 2.0 va retrouver son doudou perdu
La vie de bébé n’est pas toujours une sinécure. Elle est parfois jalonnée de petits mais réels soucis : lequel n’a jamais perdu son doudou ? La solution était au salon au stand Numidou. Séverine Germond dit : « Il s’agit d’un doudou connecté, équipé d’un QR code qui permet de retrouver les coordonnées de son très jeune propriétaire ».

Au même titre que la FIV, le salon a mis en avant des problématiques sociétales moins légères. Handipossibles a échangé avec ses visiteurs sur le thème du handicap de l’enfant ou d’un parent. Aurélie Daniel, sa responsable, le rappelle : « Je profite de mon expérience d’éducatrice pour conseiller les familles concernées sur les domaines importants comme la vie quotidienne, l’avenir, le matériel éducatif ».

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23881,23871,23879,23878,23873,23874,23875,23876,23877,23882,23880,23872"]

Publié dansVie locale

Claye-Souilly ► Concert samedi : The Westminster chamber singers

SORTIR -

Concert exceptionnel : The Westminster chamber singers se produiront à Claye-Souilly, samedi 7 mai, en l'église Saint-Etienne.

Après son passage à Paris, où il se produira entre autres à Notre-Dame et à la Madeleine, le chœur universitaire américain a choisi la ville de Claye-Souilly comme étape de sa tournée 2016 en France.

Chœur résonnance, contacté pour organiser l'événement, accueillera ainsi une quarantaine de choristes pour un échange culturel.

Le public est invité à venir découvrir les jeunes artistes, issus du célèbre collège Westminster de Salt-Lake-City dans l'Utah, considéré comme l’une des meilleures écoles de l’ouest américain, lors d’un concert unique de chants sacrés.

Samedi 7 mai 2016 à 20 h 30 - Entrée gratuite, participation libre.

The Westminster chamber singers

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► Grande commémoration pour le 8 mai

SORTIR -

Grande commémoration : Dammartin va commémorer le 8 mai 1945 au son de la fanfare sulpicienne, aux côtés de l'association Ivy Division 4th Recon Troop.

Dès 9 h 30 au départ de la mairie, un grand défilé prendra forme dans le centre-ville.

Au programme :

  • 12 engins militaires d'époque
  • 4 jeeps en configuration reconnaissance
  • 1 jeep sanitaire porte brancard
  • 1 Dodge cargo
  • 1 Dodge ambulance
  • 1 à 2 Gmc cargo 6*6
  • 2 Dodges cargo 4*4
  • 1 Harley Davidson
  • 1 automitrailleuse M8 "Greyhound"
  • et 15 soldats en uniforme qui remonteront également la rue de la Libération jusqu'au monument aux morts, place Foch.
Ils stationneront toute la journée sur l'esplanade du château. L'occasion pour les Dammartinois de redécouvrir des véhicules militaires de la Seconde guerre mondiale.

Publié dansVie locale

Villeparisis ► Scandibérique : Inauguration symbolique pour une portion verte

Militant pour une voie verte à travers l’Europe, qui reliera Saint-Jacques-de-Compostelle à Trondheim en Norvège, l’association EB2V (Ensemble bien vivre à Villeparisis) et Cyclotranseurope ont inauguré un point stratégique de la Scandibérique-Eurovélo 3. L'événement s'est déroulé samedi 30 avril, sur le pont de Villeparisis.

Les militants réclament le prolongement de la piste cyclable du canal de l’Ourcq jusqu’à Senlis dans l’Oise. En effet, la piste cyclable actuelle part de la Villette et s’arrête au pont de la Rosée à Claye-Souilly. Didier, membre de l’association Cyclotranseurope, indique : « Les gens utilisent de plus en plus le vélo et la piste actuelle est insuffisante. Hormis les Français, de plus en plus de touristes étrangers empruntent le canal de l’Ourcq pour leurs déplacements transeuropéens. Il est temps de réveiller les politiques qui ne pratiquent pas..."

Le parcours de la Scandibérique-Eurovélo 3 continue sa progression à travers différentes villes européennes. Pour la France et la région de l’île-de-France, les associations "vertes" réclament l’ouverture en continu de la voie verte entre Namur (Belgique) et Tours.

"Nous voulons davantage

de pistes cyclables"

Samedi, les bénévoles ont matérialisé le trajet en Île-de-France au pont de Villeparisis de façon à marquer symboliquement  un point "stratégique" du parcours. Une trentaine de cyclotouristes ont participé à la randonnée de Senlis à Paris.

Les participants ont aussi parcouru la ville en empruntant les axes dépourvus de pistes cyclables. Selon l'association villeparisienne, "la municipalité a été sollicitée plusieurs fois afin de prévoir de nouvelles voies cyclables, mais les demandes sont restées lettre morte".

"La commune ne possède qu’une seule piste cyclable, avenue de Coursolle, et en plus, elle est dangereuse car les automobilistes stationnent à cheval dessus, obligeant les cyclistes à circuler sur la chaussée centrale. Nous militons pacifiquement pour six kilomètres de pistes cyclables supplémentaires en ville » indique un habitant.

La journée a été agrémentée par une bourse aux vélos proposée par l’association devant le centre culturel. Les visiteurs pouvaient faire réparer leur bicyclette ou en acheter une. Sous la houlette de Philippe Ravary, fondateur de l’association Vélectron Libre, le public pouvait essayer de drôles de machines à propulsion humaine. « Pédaler coucher n’a rien d’utopique, c’est un moyen de mieux pénétrer l’air et par conséquent de moins se fatiguer et d’aller plus vite » souligne Philippe Ravary tandis que Franck Rolland, conseiller municipal EELV (Europe écologie les verts) de la ville, faisait un petit tour.

La journée vélo s'est terminée en fin d’après-midi par une conférence à la médiathèque villeparisienne.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23836,23835,23837,23834,23831"]

 

Publié dansVie locale

Claye-Souilly ► Restaurant La Closerie : une inauguration pleine d'étoiles

La famille Teixeira a inauguré son nouveau restaurant gastronomique, La Closerie, en compagnie de grands chefs étoilés membres de l'International club Les Toques blanches. Une centaine d’invités ont assisté à l'événement, vendredi 29 avril, à Claye-Souilly.

Clients, amis, élus étaient réunis pour la circonstance : le restaurant La Closerie a été inauguré.

Stanislas Teixeira, intronisé Toque blanche depuis le début de l’année 2016, sera à la tête de la brigade du nouveau restaurant. Pedro Teixeira, restaurateur traiteur à Claye depuis l’année 2000, retrace un bout d’histoire : « Le restaurant où nous nous trouvons avait brûlé en avril 2006 et je voulais à tout prix rouvrir en avril. Dix ans, cela peut paraître long, mais nous avons pris le temps de remettre le bateau à flot pour repartir avec mon fils, Stanislas, sur un nouveau concept de restauration. Nous avons tout de même misé gros sur le projet puisque nous avons emprunté 600 000 euros aux banques. Il fallait acquérir leur confiance. Mon autre affaire, Le Bistro't, en centre-ville, y est pour beaucoup. Nous avons attendu longtemps, avec beaucoup de travail à la clé, mais la situation est devenue solide au fil du temps et nous avons pu mener à bien le projet".

Stanislas a été intronisé "Toque blanche" il y a deux mois. Ses deux parrains vont le former à travers des stages proposés dans les plus grands restaurants. Selon son père, c’est sa voie et il est passionné par ce qu’il fait. Pour Pedro, la réussite est à portée de main, ou plutôt à portée de casserole, même s'il reconnaît que "ce sera beaucoup de travail" puisque Stanislas aura en plus de sa toque de chef une vingtaine d’employés à gérer au quotidien.

D'ailleurs, le restaurateur recherche du personnel qualifié pour assurer le service sept jours sur sept.

Découvertes et créations
Vendredi, les Toques blanches se sont déplacées en nombre pour l'inauguration. Jacky Martin, professeur et chef de cuisine, est venu encourager son poulain, Stanislas : « Nous avons intronisé Stanislas pour ses qualités de cuisinier et aussi parce qu'il recherche sans cesse de nouvelles saveurs, de nouvelles cuissons, de nouvelles couleurs, de nouvelles présentations… Les Toques blanches sont mondialement reconnues pour leur enthousiasme à communiquer leur passion de la cuisine gastronomique aux jeunes voulant apprendre le métier de cuisinier. Nous avons remis au goût du jour des recettes oubliées, ce qui permet de faire découvrir à nos jeunes des saveurs et des textures lors de nos ateliers. C’est attractif et je pourrais dire grandiose au palais !"

Les ateliers des Toques blanches ont lieu essentiellement au lycée Belliard à Paris (18e), mais les chefs se rendent également dans les grandes écoles de la gastronomie française comme il y a quelques mois à Cannes. Ils voyagent aussi à travers le monde et passent dans les plus grands restaurants...

Buffet gastronomique et animation étaient au rendez-vous pour le nouveau départ.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23815,23810,23811,23805,23806,23807,23808,23812,23809,23813,23814,23817,23818,23820,23822,23819,23823,23824,23825"]

 

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Le rugby champion d'Ile-de-France

Le club de rugby de Mitry-Mory a remporté le titre de champion d’Ile-de-France 2e série.

La finale de rugby qui opposait Mitry à l'Isle-Adam, le dimanche dernier d'avril sur le terrain des Mureaux, s’est soldée par un score de 32 à 21.

Après une première mi-temps dominatrice sur un score de 27 à 0, le moral des supporters était au beau fixe. Cependant, la 2e mi-temps a mis leurs nerfs à rude épreuve. L'Isle-Adam a en effet marqué trois essais coup sur coup, profitant d'une supériorité numérique, l'équipe se retrouvant à jouer à 13 contre 15 pendant 20 minutes.

Les Mitryens ont tenu bon et ont réussi à concrétiser leur domination en marquant en fin de match les cinq derniers points de la victoire.

"C'est une double victoire pour le club, le groupe étant formé à 85 % de joueurs issus de l'école de rugby locale" indiquent les dirigeants.

L'année dernière, le club a fêté  en grande pompe ses 30 ans. Après le match contre l'Isle-Adam, la victoire a aussi été célébrée comme il se doit... en troisième mi-temps.

Publié dansVie locale

Chelles ► Auto-rétro : 1 200 voitures de rêve à la jardinerie Laplace

 

Record battu ! L'événement Auto-rétro de la jardinerie Laplace à Chelles a réuni 1 200 voitures anciennes durant le week-end du 30 avril.

C'était Auto-rétro pour la 18e fois à Chelles. « Il y a 18 ans, trois voitures étaient exposées. L’année suivante, dix ou douze, l’année d’après une quinzaine. Aujourd’hui, dimanche 1er mai, nous avons passé la barre des 1 000 puisqu’on a compté 1 200 véhicules sur le site de 4 hectares, situé en plein centre-ville » s’enthousiasme le pépiniériste et collectionneur Laurent Laplace.

Le succès a permis aux nombreux visiteurs, encouragés par un soleil radieux, d’admirer les châssis, chromes, calandres et moteurs à cylindres de quelques fleurons des grandes marques automobiles mondiales : Citroën, les premières Renault produites en 1913 par Louis Renault qui occupait alors le 5e rang de la production française, Peugeot, Talbot, Rolls Royce (qui a résulté de l’alliance en 1905 de Charles Rolls et Henri Royce), Morgan, MG (qui s'est spécialisé dans les voitures de sport), Ford, Panhard, Mercedes…

Cadeau d’anniversaire
« On a des véhicules de toutes sortes, de 1910 jusqu’à 1980. C’est un patrimoine en parfait état et qui roule. Cela représente une dizaine de clubs, sachant qu’il y a environ 80 adhérents par club.  Des particuliers participent également. Ils sont amoureux de leurs voitures et les bichonnent toute l’année. On a aussi les motos qui se développent, ainsi que la bourse d’échange des pièces détachées » souligne Alain Roques, membre des Anciennes calandres chelloises, association créée en 2001 et organisatrice de l’événement.

Anaëlle est venue de Roissy-en-Brie au volant de sa Chevrolet blanche 1963, moteur 6 cylindres en ligne, boîte automatique, intérieur cuir rouge : « C’est mon papa qui me l’a offerte pour mes 20 ans. Elle se conduit très bien ». Son père est mécanicien et l’a trouvée en  Belgique... une première main.

Seul exemplaire au monde
Régis Duwear exposait une curiosité, un modèle unique de 1940 du constructeur français Laffly. « Il s’agit d’un prototype destiné à remplacer le mulet dans les troupes de montagne. Il a été présenté en septembre 1939 à l’armée française. Après des modifications et nouveaux essais au printemps 1940, il a été commandé à 500 exemplaires, mais la guerre est arrivée et le projet est tombé à l’eau ».

Il n’est pas peu fier de posséder depuis 1965 le numéro 1 des cinq prototypes alors fabriqués. L’engin dispose de roues directionnelles à l’avant et à l’arrière, d’un moteur Amilcar, d’un plancher bois et de quatre vitesses. Régis fait partie de l’association France 40-véhicules qui regroupe 20 adhérents passionnés par les véhicules militaires de 1940, y compris les chars, et dont le siège est à Fismes (Marne).

Son association organisera la journée des chenilles le dernier week-end de septembre à Vincy-Manœuvre.

Prochain rendez-vous de belles anciennes, dimanche 19 juin, de 9 à 18 heures au gymnase G. Roby, à Dampmart.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23857,23854,23852,23855,23853,23851,23849,23850,23856,23848,23847,23846"]

Publié dansVie locale

Mitry-Mory ► Stage de boxe : dix jeunes Mitryens en Vendée

Stage de boxe : C’est au bord de l’océan atlantique, à la Faute-sur-Mer (Vendée), que dix jeunes Mitryens et leurs trois accompagnateurs se sont rendus pour une semaine de stage sportif, du 18 au 23 avril.

Les adolescents ont passé un séjour intensif autour du thème de la boxe, mais aussi d’autres activités comme le char à voile, la piscine, le football ou encore le footing matinal quotidien.

Cependant les dix sportifs ne se sont pas retrouvés en bord de mer par hasard. Le séjour a été organisé par la ville de Mitry-Mory, par l’ADSEA - service de prévention spécialisée - et par le service jeunesse. Les jeunes venant régulièrement aux entraînements de boxe hebdomadaires ont donc pu s’inscrire et partir en vacances gratuitement pour profiter pleinement de leur première semaine.

Le séjour a plu à tout le monde, et comme le dit Younes, 17 ans : « L’ambiance du groupe était chaleureuse et on s’est vite tous très bien entendus. C’était vraiment sympa. Si un nouveau voyage se présentait, je repartirais sans problème ».

A côté de lui, Sydney, 18 ans, ajoute : "L'organisation du séjour était professionnelle, mais j'aurais aimé faire quelques activités en plus".

On ne sais pas forcément à quel moment d'autres activités auraient pu être casées étant donné que l’emploi du temps était déjà bien rempli. Le groupe n’a pas vu le temps passer, et l'ensemble des participants s'accorde à dire que la fin de la semaine est arrivée sans qu'on s'en aperçoive.

A peine revenus, les organisateurs et les participants ont déjà de nouveaux projets en tête.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23742,23741,23740,23739"]

 

Publié dansVie locale

Coupvray ► Parc du château : portes ouvertes, samedi

Le parc du château de Coupvray sera désormais ouvert 6 jours sur 7 aux amateurs de balades, d'histoire et de détente. Une journée portes ouvertes aura lieu samedi 30 avril.

La ville de Coupvray élargit les jours d'ouverture du parc du château dont elle est propriétaire. Alors qu'il n'était ouvert que le mercredi et le week-end, le domaine sera dorénavant ouvert du mardi au dimanche. Samedi 30 avril, de 11 à 17 heures, une journée portes ouvertes permettra de faire découvrir au public le lieu à travers différentes activités proposées.
Programme
  • 11 heures : Ouverture des portes et apéritif offert par la municipalité
  • 12 h 30 : Pique-nique où chaque visiteur apportera son repas
Des activités gratuites
  •  De 14 à 17 heures : VTT, jeux de rôle, flag rugby, football, disque golf, tir à l'arc, bumball, course de relais et, pour les moins sportifs, visite guidée du parc, du château, et des lieux habituellement fermés au public (toutes les heures).
  • Randonnée à 14 h 30 et à 16 heures (durée 1 heure).
  • Yoga à partir de 16 heures
  • Spectacle dansant à 15 h 30
Le site qui s'étend sur 45 hectares comporte un espace boisé classé renfermant une faune et une flore riches. Le public pourra y découvrir les communs du château, le pigeonnier, la glacière et le jardin à la française.

C'était en 2009 :

Publié dansVie locale

Lagny-sur-Marne ► Retour au Moyen Âge jusqu'au 7 mai

La ville de Lagny-sur-Marne et son association de commerçants proposent un retour au Moyen Âge avec de nombreuses animations. Troubadours, jongleurs et magiciens se succéderont au centre-ville jusqu'au 7 mai.

Les Latignaciens, depuis le 23 avril, découvrent la vie au Moyen Âge. Leur ville est devenue une cité médiévale grâce à des activités qui se tiennent dans les rues piétonnes autour de la place de la Fontaine où une ferme des animaux et des artisans sont installés. Les enfants peuvent côtoyer des poules, des canards, des moutons et même un bélier, tandis que les adultes font la découverte des produits artisanaux sous les échoppes.

L'association Lagny Commerces organise aussi un concours  de dessins pour enfants autour du blason de Lagny. Les œuvres, impérativement en format A4, doivent être déposées dans les magasins Yuki neige ou Les Mômes jusqu'au 7 mai, date à laquelle elles seront exposées lors du banquet médiéval qui clôturera les animations. Le gagnant remportera un déguisement.

Programme des activités gratuites
  • Mercredi 27 avril, de 15 à 18 heures : Initiation au tir à l'arc, rue des Lions, et mise à disposition de jeux en bois, rue du Chemin de fer
  • Samedi 30 avril, toute la journée : Un magicien déambulera les rues du centre-ville pour proposer quelques petits tours de passe-passe
  • Mercredi 4 mai, de 15 à 18 heures : Une autre séance d'initiation au tir à l'arc sera proposée au square Paul-Tessier
  • Samedi 7 mai, de 17 heures à 20 h 30  : Spectacle de vol de rapaces. Des aigles et des faucons survoleront la place de la Fontaine
Programme des activités payantes
Samedi 7 mai :
  • A 16 heures, 17 heures ou 18 heures : Atelier création de costumes et d'accessoires, de chevaliers pour les garçons, et de princesses pour les filles. Durée 50 min - Tarif : 12 euros
  • A partir de 20 heures : Ripailler comme au XIIe siècle - Tarif : 25 euros/ adulte et 20 euros/enfants
Réservation à l'office de tourisme de Marne-et-Gondoire, 2 rue du Chemin-de-fer à Lagny-sur-Marne. Tél. 01 64 02 15 15.

 

 

[gallery ids="23703,23704,23705,23707,23720"]

 

 

 

Publié dansVie locale

Villevaudé ► Concert au château du Poitou

Le château du Poitou, résidence de retraités de la SNCF, était en fête, vendredi 22 avril. L'après-midi, les musiciens stagiaires de Sonat, association de musique qui se produit dans des endroits inattendus, y donnaient un concert.

Vingt-deux musiciens ont joué pendant plus d’une heure un répertoire d’une grande variété. A quelques minutes du début du concert, le stress était là chez certains des jeunes musiciens. Maëllys le dit : « Je ne connaissais personne avant le stage, j’ai apprécié de rencontrer des camarades, les professeurs de violon et les résidents qui nous ont encouragés mais maintenant, j’ai un peu le trac de jouer devant autant de monde ».

Effectivement, le réfectoire transformé en auditorium était plein. Les parents dont certains avaient autant le trac que leurs enfants musiciens, le personnel de la résidence et, bien sûr, la soixantaine de résidents avaient pris place, attendant les premières notes. Elisa, Loïse, Aline et Alexandre ont ouvert le bal, jouant « Marche du tsar » de A. Germanique.

Une quinzaine de morceaux a été interprétée en concerto ou en orchestre. Auteurs baroques, classiques et modernes, de Brahms à Schubert, de Naprawnik à Joubert, ont ravi l’auditoire. Comme à l’opéra, un rappel a invité les jeunes violonistes, violoncellistes et altistes à prolonger le plaisir. Ils l’ont fait en jouant « Kalinka » dans une version arrangée par une de leur professeur et chef d’orchestre.

"L’échange crée la vie"
Emmanuelle Salvert, animatrice de la résidence, ne voit que des effets positifs pour les résidents. Elle en est persuadée : « L’heure d’activité quotidienne avec les enfants, le repas pris en commun, les jeux de société permettent à tous de se connaitre ». Elle va même plus loin n’hésitant pas à affirmer : « L’échange crée la vie ».

Du côté des retraités, le son de cloche est identique. Ainsi, Louisette Felder, depuis peu dans l’établissement, le rappelle : « Depuis toujours, j’adore les enfants. Je suis très heureuse d’assister à ce concert, ça va être un bon moment ».

Jouer ensemble
Céline Prévot, une des créatrices de Sonat et à l’initiative des stages bisannuels, explique : « Ils ont appris à tous jouer ensemble, aussi bien le plus jeune âgé de cinq ans et demi que ceux beaucoup plus aguerris qui viennent pour préparer des concours ».

Le concert ne marque pas pour autant la fin du projet. Sonat va poursuivre son action et favoriser la découverte de la musique par l’écoute, la pratique et la diversité des répertoires. Prochain rendez-vous, un nouveau stage est prévu aux vacances d’automne dans un lieu restant à définir.

Association Sonat : 06 89 93 89 19 ou 06 61 13 99 70 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23536,23530,23541,23528,23529,23527,23526,23544,23538,23535,23534,23533,23532,23525,23539"]

Publié dansVie locale

Dammartin-en-Goële ► Budget : la municipalité reste "prudente"

La municipalité reste "prudente" : le conseil municipal de Dammartin-en-Goële a voté, mercredi 20 avril, le budget primitif 2016. S’appuyant sur une fiscalité locale stable en dépit des incertitudes liées à la nouvelle agglo du Grand Roissy, il n’a recueilli que les voix de la majorité, l’opposition lui reprochant un manque d’ambition en matière d’investissements.

Le débat sur la ZAC de la Folle Emprince avait donné le ton. Dans des discussions axées sur la part du logement social dans le projet en cours d’aménagement, les parties ont semblé irréconciliables. Le maire, Michel Dutruge, a lancé à l’opposition, la précédente majorité à la tête de la mairie : « On va essayer de combler le retard que vous avez laissé ».

Le chef de l’opposition municipale, l’ancien maire Stéphane Jabut, a reproché à la ville de « supprimer tous les lieux de vie ainsi que l’espace commercial prévu et d’envoyer tout le monde faire ses courses au Plessis-Belleville ». Thomas Gasnier, adjoint à l’urbanisme, lui a répondu : "Il est important de ne pas engorger le centre-ville. On va lancer l’étude pour le dimensionnement de la salle de spectacle ».

Pas d’augmentation de la fiscalité locale
Afin de limiter la pression fiscale sur les contribuables, les taux 2015 des taxes locales ont été reconduits à l’unanimité. Ainsi, la part communale de la taxe d’habitation (TH) a été votée à 17 % quand la taxe foncière sur le bâti (TFB) a été maintenue à 22,5 %. Comme en 2015, la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) a été fixée à 75,03 %.
"Prudence" pour les uns,

"manque d’ambition" pour les autres

Le budget primitif 2016 a été présenté pour 7 292 630,29 euros en section d’investissement et 10 306 065,75 euros en fonctionnement. 750 000 euros d’excédent de fonctionnement 2015 ont été reversés sur le budget d’investissement 2016, 200 000 euros étant gardés en réserve dans l’attente des impacts de l’agglo du Grand Roissy.

Stéphane Jabut a regretté : "En 2015, 22 % des investissements prévus ont été réalisés malgré un million d’emprunt. On peut budgéter et ne rien réaliser ». Pour l’ancien maire, rien n’a été fait depuis deux ans et « après une mauvaise exécution en 2015, il y a une absence d’ambition pour 2016 ».

Michel Dutruge lui a répondu : « Il ne s’agit que de prudence, on ne fait de dépenses que quand on a les recettes.Notre objectif est d’obtenir des subventions comme pour la collégiale passée de 40 % à 85 % ». Il est hors de question que les administrés supportent la totalité de la dépense ».

Des projets en 2016
Au programme des principaux investissements annoncés, les travaux de voirie et réseaux divers figurent en bonne place ainsi que les agrandissements du centre technique municipal et du groupe scolaire. Les travaux de la collégiale seront financés grâce à des subventions. Le terrain de football synthétique qui figurait au budget 2015 a été repris et le rond-point de l’Europe va être réalisé.

Après les quelques passes d’armes sur le budget et la ZAC entre l’ancien et le nouveau maire, les fleurets ont été mouchetés.  Les autres délibérations à l’ordre du jour dont les subventions aux associations ont été approuvées à l’unanimité. Ainsi l’école de musique a obtenu une somme de 42 600 euros de subvention qui nécessitera une convention avec la mairie car elle est supérieure à 23 000 euros.  Pour sa part, le CCAS s’est vu attribuer 160 335,45 euros, une augmentation de 10 000 euros par rapport à 2015.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23573,23574,23575,23576"]

Publié dansVie locale

Villeparisis ► Badminton : cent vétérans au tournoi de l’USMV

Loin du loisir de plage, le badminton est un sport exigeant. L’USMV badminton Villeparisis, club réputé pour sa formation et ses bons résultats au niveau régional, a fait jouer les vétérans, samedi 16 et dimanche 17 avril, dans un tournoi avec cent participants venus de trente clubs.

Le crissement des chaussures sur le parquet, les visages marqués, les efforts pour relancer un volant insaisissable dans des postures extrêmes donnent une idée de l’intensité du badminton. Dany Dewitte, juge arbitre du tournoi, le rappelle : "Il s’agit d’un des sports les plus rapides au monde. Le volant sort parfois de la raquette à plus de 400 kilomètres heure. Plus vite qu’une formule 1. Plus écolo aussi ».

Désormais organisé au sein d’une fédération nationale, le badminton, sport olympique, se développe à toute allure, passé en quelques années de 25 000 à 150 000 licenciés. Cependant l'arbitre regrette :  « Nous avons peu de chances de médaille à Rio, elles semblent promises aux pays asiatiques ».

Hommes et femmes

dans toutes les catégories

Sébastien Villette est responsable sportif du club hôte du tournoi. Comme attrait, lui préfère mettre en avant "la grande mixité dans toutes les catégories d’âge avec 40 % de femmes et la particularité d’un sport individuel aux forts enjeux collectifs grâce aux compétitions interclubs ». 

La saison a été bonne, toutes les équipes du club vont gravir un échelon dans la hiérarchie. Sébastien Villette indique : « L’USMV classée 3 étoiles sur 4. En outre les bénéfices du tournoi permettront l’achat de matériel ».

Objectif maintien
Rémi Carrilho, capitaine de l’équipe 1, jouera en Régionale 1 la saison prochaine. Il déclare : "Je suis convaincu que la bonne cohésion, l’esprit de famille, ont permis les bons résultats et qu'ils seront toujours là. Je suis conscient de la difficulté de rencontrer des adversaires a priori plus forts. J'espère le maintien dans la division ».
Le président sauve l’honneur du club
Marc Aubert est un président joueur. Le souffle un peu court à l’issue d’une partie en double, il avoue : « Je concilie mon amour du jeu et assume le rôle de président du club que j'ai endossé voici deux ans. La saison prochaine, nous aurons deux équipes au niveau régional. C'est un bilan dont peu de clubs peuvent se targuer ».

Preuve de l’intérêt du club pour la formation, le comité de Seine-et-Marne de badminton a proposé à Villeparisis, du 18 au 22 avril, un stage Elite pour les jeunes licenciés. Benjamins, minimes et cadets, âgés de 12 à 16 ans, s’aguerrissent en vue des futures joutes qui les attendent.

Quatre catégories ont permis de départager les vétérans. En simple hommes, Fabien Will, de Pontault-Combault, l’a emporté. Marc Aubert a sauvé l’honneur du club local en s’imposant en double hommes avec Ghislain Cassin, de Chauny (Aisne). Le double mixte est revenu à Franck Jadot et Tipha Samone Phongsavath, de Rambouillet, qui a aussi gagné le double dame associée à Sandrine Vettese, de Chambly.

USMV Badminton Villeparisis

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23566,23565,23562,23564,23563,23561,23568"]

Publié dansVie locale

Ermenonville ► Le BNI Forces du Valois a réuni 110 entreprises au château

Le château d’Ermenonville a ouvert sa grande salle à l’occasion de la réunion annuelle du BNI Forces du Valois, mercredi 20 avril. 110 entreprises ont répondu à l’invitation.

Le BNI (Business Network International) est un réseau d’affaires basé sur la recommandation mutuelle entre professionnels d'une soixantaine de pays.

Le but est de "faire du business" : partager des réseaux, recommander un partenaire, favoriser le bouche à oreille… et la devise : « Qui donne reçoit ». En France, il existe 450 groupes BNI, regroupant 10000 adhérents. Avec une règle : un seul membre par métier.

BNI Forces du Valois a été lancé le 21 juin 2013, porté par la MIEF ( Maison de l’emploi-mission locale, de l’entreprise et de la formation) sous la houlette de Gisèle Marboeuf, coach professionnel diplômée de l’institut des neurosciences de Paris. Aujourd'hui, il compte vingt-six membres.

Stéphane Rouyer, directeur BNI régional Picardie Sud, explique : « La région Picardie est divisée en deux. Le secteur sud représente 230 membres répartis en sept groupes. 230 chefs d’entreprises échangent des recommandations pour augmenter leur chiffre d’affaire chaque semaine. La majorité des membres du groupe sont des entreprises ayant moins de six salariés. BNI est une méthode de travail qui  permet de générer plus de travail sur le marketing du bouche à oreille. Les petites entreprises n’ont pas toujours les moyens d’un groupe en terme de recherche marketing ou développement commercial et BNI y répond à travers sa méthode ».

Gisèle Marboeuf, directrice consultante, gère cinq groupes sur le département de l’Oise : « Le département est porteur d’affaires. Nous avons cinq groupes qui fonctionnent avec une trentaine de membres chacun. Le petit dernier est celui d’Ermenonville. Plus nous aurons de métiers représentés, plus les membres pourront développer leur business. Les entreprises sont de plus en plus intéressées par la méthode BNI ».

Augmenter le chiffre d'affaire
Pierre Jacqueau, responsable commercial du centre d’affaires EGB du Plessis-Belleville et nouveau président du groupe d’Ermenonville, souligne: « Le BNI est un réseau de professionnels qui se rencontrent toutes les semaines pour échanger leurs contacts en vue d’augmenter leur chiffre d’affaires. J’ai été élu président pour un mandat de six mois et j'ai constitué un bureau qui cherchera à élargir le groupe et le faire évoluer. J’ai connu le BNI par Jean-Claude Proust du groupe Orpi. Il vient souvent au centre d’affaires effectuer ses réunions. Il m’a invité et puis voilà, j’ai décidé tout naturellement d’adhérer au groupe. Le BNI nous apporte une visibilité, des contacts, un réseau de professionnels de qualité ».

Les réunions BNI ont donné lieu à un volume de 3 milliards d’euros brassés à travers le monde.

Pour l’Oise, il s’agit déjà de 3, 9 millions d’euros.

Contacts :

Gisèle Marboeuf, directrice consultante, Picardie sud. Tél. 06 26 16 79 49 – Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pierre Jacqueau, Président du groupe BNI Ermenonville. Tél. 06 51 65 72 22 – Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23654,23653,23652,23655,23656,23657,23658"]

Publié dansVie locale

Horoscope

Programme TV

Sudoku

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.