×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Législatives 2017 ► Yves Albarello annonce sa candidature

Le maire de Claye-Souilly et député LR de la 7e circonscription de Seine-et-Marne, a annoncé officiellement aujourd’hui, mardi 7 juin, sa candidature aux élections législatives de juin 2017.

Candidat à sa propre succession
« En 2007 et 2012, vous m’avez élu député. Depuis 9 ans, j’ai défendu sans relâche les intérêts des habitants de la circonscription, notamment dans les domaines de la sécurité, des transports en commun et l’avenir économique et territorial du nord Seine-et-Marne. Aujourd’hui, venant d’obtenir l’investiture des Républicains pour les prochaines législatives, j’ai décidé de me représenter et de solliciter à nouveau votre confiance » déclare d’emblée le candidat, qui aura 65 ans en 2017.
Sécurité et transports
Yves Albarello rappelle qu’il a obtenu l’implantation du commissariat à Villeparis « auquel plus personne ne croyait sauf moi », ainsi que la dissolution du "foyer djihadiste" de Lagny-sur-Marne après les attentats terroristes. Il se montre confiant dans l’évolution du dossier du Grand Paris Express qui « permettra le désenclavement territorial grâce à la gare du Mesnil-Amelot ». Parallèlement, il poursuivra l’amélioration des transports en commun qui a été amorcée depuis l'arrivée de Valérie Pécresse aux commandes de la Région Ile-de-France.
Intercommunalité
Après le démantèlement de la CCPMF (Communauté de communes Plaines et Monts de France) qui regroupait trente-sept communes, il s’engage, en cas de victoire, à agir auprès du nouveau gouvernement « pour revoir l’organisation actuelle qui crée une inégalité dans le nord Seine-et-Marne »
Préserver le cadre de vie
Enfin, le candidat entend continuer de préserver le cadre et le mode de vie dans sa circonscription. Sa priorité ira vers l’emploi pour, selon lui, "bénéficier des retombées économiques du Grand Roissy ».

Claye-Souilly ► Rue Jean-Jaurès, l'inauguration après les travaux

Après sept mois de travaux, la rue Jean-Jaurès a été inaugurée en grandes pompes, samedi 31 octobre. La cérémonie a débuté par le traditionnel ruban bleu blanc rouge coupé par le maire, Yves Albarello.

De nombreuses personnalités de la région se sont jointes à lui pour l’occasion. Les participants ont ensuite remonté la rue, saluant ça et là les passants et les commerçants.
Claye-Souilly se dote ainsi d’une rue toute neuve en centre ville, pour un montant de 1,8 M€. Une architecture novatrice a été pensée : pas de trottoirs, des passages piétons lumineux de couleur bleue, un pont simili bois pour enjamber la Beuvronne. Le soir, l'endroit sera illuminé et sonorisé pour attirer les clients vers les commerces.
Le coutumier bitume de la chaussée a été remplacé par un recouvrement en béton matricé plus résistant et facile d’entretien. Des poteaux garantissent la sécurité des piétons et des commerces de part et d’autre de la chaussée.
Une attention particulière à la propreté obligera les fumeurs à ne pas jeter leurs mégots et les propriétaires de chiens à ramasser les déjections de leur animal. Le maire déclare : «  Les contrevenants seront verbalisés ». « Ça va être joyeux » laisse tomber Gérard, un passant accompagné de son toutou.
Une initiative controversée
La rue toute neuve sera piétonne chaque samedi et dimanche matin. La nouvelle ne fait pas l’unanimité de tous les commerçants, surtout ceux qui, comme ils disent eux-mêmes, "drainent une clientèle pressée". Ils se posent la question du stationnement : "Où sont les parkings ?" Plusieurs d’entre eux ont, devant le passage du cortège des personnalités, baissé les rideaux et hué le maire en signe de protestation. « La municipalité aurait pu demander l’avis des commerçants avant de prendre seule ce genre de décision"  s'indigne un autre commerçant dans la rue.
Le boulanger et son épouse renchérissent en affichant leur désarroi : « Après tant de mois de travaux rendant fragile la fréquentation de la clientèle, nous sommes inquiets sur le devenir de notre entreprise ».
Éric, un autre commerçant de la rue, est plutôt content : « Rendre la rue piétonne le samedi et dimanche matin fidélisera la clientèle locale. C’est une habitude à prendre ».
Le maire, a rappelé la nécessité de moderniser le centre-ville pour faire vivre les commerces et continuer à attirer la clientèle malgré le centre commercial Les Sentiers à quelques pas, de l'autre côté de la RN3.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18860,18855,18859,18857,18858"]

Pays de Meaux ► L'Institut des métiers et de l'artisanat inauguré

Les apprentis et leurs formateurs avaient mis les petits plats dans les grands - c'est le cas de le dire - pour être au top à l'inauguration de l'Institut des métiers et de l'artisanat (IMA) du Pays de Meaux, lundi 19 octobre.

Sous l'œil avisé de la présidente de la Chambre de métiers et de l'artisanat de Seine-et-marne, Elisabeth Detry, les locaux flambants neufs qui ont ouvert à la rentrée ont pris des allures de ruche, les uns s'activant à la préparation des gâteaux, viennoiseries, pains et même bœuf bourguignon, d'autres à la mécanique. CAP, bacs pro, chevronnés ou débutants ont mis à la main à la pâte pour recevoir les visiteurs parmi lesquels figuraient nombre d'officiels : le secrétaire d'Etat chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation et de l'Economie sociale et solidaire, Martine Pinville ; le président du Pays de Meaux et député, Jean-François Copé ; le député Yves Albarello, le sénateur Vincent Eblé, la vice-présidente de la Région chargée de l'Apprentissage, de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Hella Kribi-Romdhane ; le maire de Chauconin-Neufmontiers, commune sur le territoire de laquelle l'IMA a été construit, Michel Bachmann...

"Avec ses bâtiments et ses équipements neufs et adaptés, l'IMA entend rappeler que les formations par apprentissage, trop peu souvent reconnues comme voies d'excellence, sont une véritable opportunité pour les jeunes et les entreprises" a indiqué la directrice de l'IMA de Seine-et-Marne, Sabine Mathieu.

Des ateliers de boucherie à ceux de pâtisserie ou du pole mécanique, entre formation professionnelle et apprentissage, la visite a été dense et a montré le concept à la pointe de la technologie sur les 8 000 m2 qu'occupe l'IMA qui remplace l'ancien centre de formation d'apprentis (CFA).

L'IMA en bref
  • Un bâtiment sur un terrain de 5 hectares situé dans le parc d'activité de Meaux.
  • Une capacité d'accueil entre 500 à 600 auditeurs/jour pour des effectifs apprentis portés à 1 600 étudiants des métiers
  • Des pôles d'excellence dans l'alimentation (boucherie, pâtisserie, boulangerie), l'industrie (mécanique-réparation automobile), l'électricité-électrotechnique, le commerce et la vente, la coiffure et l'esthétique, et enfin l'entrepreneuriat.
  • Le coût de la construction : 36,5 M€ dont 20M€ financés par la Région Ile-de-France.
La galerie photo

[gallery size="large" ids="11299,11298,11287,11294,11295,11293,11284,11282,11283,11289,11288,11286,11296,11285,11290,11292,11291,11297,11281"]

Claye-Souilly ► Diplômes et médailles : le travail récompensé

Claye-Souilly s'était mise en frais, samedi 26 septembre, à l'occasion de la remise des médailles et des diplômes du travail.

Yves Albarello, le maire, a récompensé une soixantaine de Clayois. La cérémonie s'est déroulée à la salle Planète Oxygène. L'événement avait revêtu un caractère encore plus exceptionnel qu'à l'habitude avec une "mention spéciale" au personnel d'Air-France ainsi qu'à l'un des médaillés qui a reçu quatre récompenses : une médaille d’argent pour ses vingt années de travail, de vermeil pour ses trente-cinq années, d'or pour ses quarante années et grand or pour ses quarante-cinq années de travail au sein de la même entreprise de routage. Jean-François Avril, aujourd’hui à la retraite, préside avec son épouse l’ association Chats des rues à Villeparisis.

Jean-François Avril et trois printemps de retraite

 « L’entreprise avec laquelle j’ai commencé est spécialisée dans le routage et la communication. Depuis trois ans je suis à la retraite. Je suis arrivé tout au début quand mon patron a débuté dans un petit local à Saint-Ouen. En quarante-cinq ans, c’est devenu une entreprise de 15 000 m2... La retraite, je la passe principalement entouré de  « chats des rues », une association qui s’occupe de récupérer des chats maltraités. Plusieurs fois par an, nous organisons des journées d’adoptions pour placer ces braves petites bêtes dans des familles d’accueil ».

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="10760,10768,10769,10766,10765,10764,10763,10762,10767"]

 

Plaines et monts de France ► L'Etat veut toujours le démantèlement de l' interco

Les élus de la communauté de communes Plaines et monts de France (CCPMF) avaient été invité par le sous-préfet de Sarcelles dans le Val-d'Oise, Denis Dobo-Schoenenberg, vendredi 25 septembre, à une réunion qui devait examiner les modalités de mise en œuvre d'une interco géante excluant cependant vingt communes des trente-sept de l'interco seine-et marnaise.

Le départ :

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=vrBPv5RUAKs&w=480&h=270]
Les maires ne veulent toujours pas être séparés et ne "comprennent pas pourquoi le Schéma régional de coopération intercommunale leur serait imposé alors que la communauté des trente-sept est parfaitement dans les normes du fait qu'elle n'est pas contrainte par la loi Maptam", martèle le président Bernard Rigault.

Vendredi, les seine-et-marnais sont partis en délégation pour Sarcelles et avaient affrété trois bus. Ils se sont retrouvés à deux cents devant la sous-préfecture. Tandis qu'au dehors la foule attendait les résultat des discussions, Bernard Rigault a lu une déclaration* à laquelle le sous-préfet n'a visiblement rien voulu entendre. Les dix-sept maires ont préféré quitter la séance et ont rejoint la manifestation à l'extérieur.

Les "Irréductibles" parlaient d'une même voix. Tous sauf un, le député Albarello qui voit dans le démantèlement de la CCPMF une occasion de faire un pied de nez au président Rigault et à ceux qui ont élu celui-ci à la tête de l'interco. C'est en tout cas ce qu'avancent les autres élus : "Le député n'a pas digéré qu'on ne vote pas pour lui quand il a fallu choisir un président. Il a dit qu'on l'avait trahi". De son côté, Yves Albarello ne cache pas son attirance pour le raccrochement de toute l'interco au Val-d'Oise dans lequel il voit "des avantages financiers intercommunaux", ainsi qu'il l'avait avancé une première fois à la grande réunion au Mesnil-Amelot, le 21 mai dernier.

Et si jamais l'Etat ne veut pas "revenir à la raison" comme Bernard Rigault le souhaite ? "Nous irons encore plus loin et ferons appel à la justice. Si c'est le cas, le problème n'est pas prêt d'être résolu, mais nous ne lâcherons rien" indique le président, confiant.

*Extrait de la déclaration lue par Bernard Rigault à la réunion :

(...) Nous vous rappelons que, par délibération, les 37 conseils municipaux de cette intercommunalité de Seine‐et‐Marne, que j’ai l’honneur de présider et qui n’est pas contrainte par la loi MAPTAM, se sont prononcés à l’unanimité contre ce schéma aux conséquences dramatiques pour notre territoire et qui morcelle le secteur de la Seine‐et‐Marne impacté par l’aéroport de Roissy. Loin d’être isolés dans ce refus, vous aurez sûrement noté que la communauté d’agglomération « Val de France » ainsi que les conseils municipaux de 4 de ses communes ont également délibéré en sa défaveur. Ainsi ce sont 21 communes représentant 57 % de la population de la future intercommunalité qui s’opposent à ce périmètre. Cependant, personne ne voit ni n’entend ce que la majorité veut et ce qu’elle a déjà demandé par deux fois, lors des votes des 12 février et 10 juillet derniers en commission régionale de coopération intercommunale. Aussi, ce ne sont pas 10 élus du Val d’Oise, alors que 57 avaient voté NON au démantèlement de la CCPMF lors de la dernière CRCI, qui décideront de l’avenir de 110.000 habitants seine‐et‐marnais ! C’est pourquoi, depuis plus d’un an déjà, les élus de la communauté de communes Plaines et Monts de France se battent contre ce projet aberrant et catastrophique pour l’ensemble de nos populations. Ce n’est pas sans de très bonnes raisons que le Conseil d’Etat a lui‐même jugé, lors de sa création, le périmètre de la CCPMF comme cohérent et pertinent. Alors vous pouvez continuer d’ignorer la volonté des élus et la réalité des chiffres, mais comprenez qu’il ne peut y avoir 17 communes d’un côté et 20 de l’autre. C’est pourquoi les 17 maires ici présents vont quitter à l’instant cette séance pour rejoindre les maires des 20 communes restées dehors, et réaffirmer ainsi la cohésion et la cohérence d’un territoire de 37 communes en Seine‐et‐Marne ! Plus que des maires en colère, nous sommes des élus responsables, déterminés à ce que des intérêts particuliers ne priment sur les intérêts de nos populations.
Sur la photo parmi les élus et vice-présidents, vendredi : Bernard Rigault en bas à gauche, Yves Albarello plus à droite (avec le dossier violet), en haut à gauche, le président du conseil départemental Jean-Jacques Barbaux, deux rangs en-dessous, Bernard Corneille, maire d'Othis et conseiller départemental, au milieu en haut, Charlotte Blandiot Faride, maire de Mitry-Mory et conseillère régionale.

Sur la photo, parmi les élus, vendredi : Bernard Rigault en bas à gauche, Yves Albarello plus à droite (avec le dossier violet), en haut à gauche, le président du conseil départemental Jean-Jacques Barbaux, deux rangs en-dessous, Bernard Corneille, maire d'Othis et conseiller départemental, au milieu en haut, Charlotte Blandiot Faride, maire de Mitry-Mory et conseillère régionale.

Claye-Souilly ► Le Téléthon sera prêt pour décembre

La municipalité a invité les entrepreneurs de Claye-Souilly et ses partenaires pour trouver encore plus de sponsors pour le prochain Téléthon qui aura lieu les 4 et 5 décembre.

Croissants, café chaud et jus d'orange attendaient les invités vendredi 11 septembre. Une vingtaine de chefs d'entreprise de Claye et ses alentours et le secrétaire général de l'AFM (Association française contre les myopathies), Jean-Pierre Gaspard, étaient reçus par les élus autour d'un petit déjeuner.
Veolia Eau, Leclerc de Villeparisis, Axa Assurance, Sun Service, Dalkia, ETIT, BUT, Mabillon, SAF, TVF, EMA Invest, ainsi que la principale du collège des Tourelles ont découvert un film de 20 minutes projeté pour rendre compte des manifestations précédentes :  "Le Téléthon à Claye a lieu tous les deux ans. En 2013 nous avons remis un chèque de 180 000 euros à l'association. Nous espérons battre ce record : chaque année, Claye-Souilly est la commune qui remet le plus gros chèque de Seine-et-Marne à l'AFM" explique Yves Albarello, le député et maire de la ville.
Vidéo
[youtube https://www.youtube.com/watch?v=wOWbX2JcxwA&w=560&h=315]

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="9327,9331"]

Horoscope

Programme TV

Sudoku

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.