Le 70e anniversaire du droit de vote des femmes a été mis à l'honneur par l'association Femmes Solidaires, à Mitry-Mory. Les bénévoles ont proposé une votation citoyenne et féministe, mercredi 6 mai, à l'entrée du sous-terrain de la gare de Mitry-le-Neuf.
Les voyageurs ont pu exprimer un vote symbolique, rappelant l'anniversaire du droit de vote des femmes. C'était il y a 70 ans, le 29 avril 1945, à l'occasion des élections municipales.
Audrey Meret, présidente de l'association locale indique : "Les femmes n'ont pas le droit de vote dans certains pays comme le Sahara occidental, Taïwan, l'Arabie Saoudite ou encore l'Ouganda. C'est pourquoi il faut faire bouger les choses et mener un véritable combat pour que les droits des femmes dans le monde soit respectés. Pourquoi, dans certains pays, les hommes peuvent voter et pas les femmes ? "
Pour la militante, le 70e anniversaire du droit de vote des femmes est synonyme de lutte et elle insiste également sur le vote des immigrées aux élections locales.
Audrey Meret mise sur "l'avenir des droits des femmes dans le monde".

La municipalité a présenté aux habitants le film "Jamais de la vie" de Pierre Jolivet, mercredi 6 mai à 20 h 30, salle Pierre-Mendes France. La salle était comble pour découvrir la production sortie le 8 avril au cinéma. Le sujet a attiré les Othissois, même si le réalisateur qui avait prévu de venir assister à la soirée, s'est désisté. En effet, Pierre Jolivet, alité depuis plusieurs jours a écrit un mot à l'attention d'Othis et de ses habitants, s'excusant de ne pas pouvoir se déplacer ce jour-là. Les spectateurs avaient apprécié que le film ait été tourné "dans leur ville" et plus particulièrement au centre commercial d'Intermarché, pendant trois semaines, en mars 2014.

De nombreux Othissois avaient d'ailleurs participé comme figurants et la mairie avait répondu aux besoins de la production : prêt de salle, arrêtés municipaux... Bernard Corneille, le maire, était bien là, mercredi soir, pour accompagner les spectateurs lors de la projection du film et rappelé les moments forts du tournage.
Morgane et Léa, deux jeunes Othissoises, confient : "On se souviendra toute notre vie d'avoir tourné dans le film ! C'était super !"
L'histoire du film : Franck, 52 ans, est gardien de nuit dans un centre commercial de banlieue. Dix ans auparavant, il était ouvrier spécialisé et délégué syndical, toujours sur le pont, toujours prêt "au combat".
Aujourd'hui, il n'est plus que le spectateur résigné de sa vie et il s'ennuie. Une nuit, il aperçoit un 4X4 qui rôde sur le parking du centre commercial, dont il doit assurer la surveillance. Il sent que quelque chose se prépare... La curiosité le sort de son indifférence et il décide d'intervenir. Une occasion pour lui de reprendre sa vie en main... un film policier noir.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="2615,2616,2617,2618"]

L’association Femmes solidaires a proposé une bourse aux vêtements, mercredi 7 octobre, dans ses locaux, 17 bis rue Jean-Baptiste Clément à Mitry-Mory. Tôt le matin, il y avait foule devant la porte de la maison des droits des femmes.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=MFSNopt9Uqk&w=560&h=315]

La queue s’allongeait au fil des minutes précédant l’ouverture. Les organisatrices de l’événement ont pourtant ouvert le local à 8 heures du matin. Les mères de famille accompagnées de leurs enfants ont pu commencer à chiner parmi les étalages de vêtements exposés au rez-de-chaussée et 1er étage pour l’occasion.

Djamela, maman de deux petits garçons, est venue pour la première fois : « Il y a du beau et du moins beau, il faut faire le tri. C’est la première fois que je viens. L'ambiance est très familiale, les prix tout petits. Un coup de pouce pour la rentrée est appréciable. Je reviendrai ».

« Nous avons toujours une très bonne fréquentation. Les personnes qui donnent savent que cela va profiter à des Mitryens, c’est motivant. Nous renouvelons l'action plusieurs fois par ans » signale Audrey Meret, adjointe au maire.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="11291,11292"]

Des lutteurs de Mitry-Mory ont visité les mines de Prudhoe à l'occasion d'un séjour en Angleterre et de la course "Pudhoe miners 10K" où ils ont obtenu d'honorables scores. Ils étaient partis dimanche 27 septembre pour participer à la course populaire organisée par la ville de jumelage anglaise près de Newcastle. Christophe Hingand, président de Mitry-lutte, indique : « Il s’agit d’une ancienne ville de mineurs, qui a gardé de fortes traditions ouvrières avec un savoir vivre exceptionnel, allié à un accueil toujours des plus chaleureux. Malheureusement, le mouvement sportif peine à survivre car il doit louer les équipements sportifs pour les entraînements, ce qui entraîne une hausse du coût des licences. C’est dommage ».

Malgré tout, les dynamiques « Councillors » de la mairie continuent à faire vivre une tradition typiquement anglaise :  la course à pied.

La « Prudhoe Miners 10K » est une course de 10 km (pour les grands) avec des côtes très raides qui n'ont pas de mal à rompre la monotonie. Un parcours de 3 km pour les jeunes et un de 1,5 km pour les enfants étaient prévu également. Les Mitryens se sont illustrés dans le top dix des arrivées. On a pu remarquer deux positions dans le top 5 pour les jeunes avec Yanis et Clara sur le 3 Km.

Marianne Margaté, 1re adjoint au maire de Mitry, lutteuse et membre du club mitryen avec une maîtrise jaune, a donné le signal du départ et a remis les récompenses à l’arrivée des courses. Chaque Mitryen a été accueilli dans une famille anglaise. Il semble que certains adultes aient laissé des souvenirs aux barmen des différents pubs de la localité. « Il faut bien faire vivre le commerce local... Encore une fois nos lutteurs et lutteuses n’ont rien lâché, ce qui est bien l’essentiel » confie Christophe.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="10934,10933,10932,10931,10930"]

 

Le quartier du Bourg, dimanche 27 septembre, a retrouvé son traditionnel bric-à-brac d’automne. Les camelots d’un jour avaient sorti de leurs caves et greniers les petites choses qui ne servent plus, les habits des enfants qui ont grandi, les vieux vélos, la machine à écrire de grand-père ou encore les peluches et objets en tout genre qui se sont partagé les trottoirs.
[youtube https://www.youtube.com/watch?v=Fhz8KZqoH1Q&w=560&h=315]
Tôt le matin, à la lampe de poche, des chineurs aguerris semblaient rechercher le grâal, tandis que Marcel préparait son stand à crêpes. Une ambiance de marché et de foire régnait avec les va-et-vient des voitures apportant les marchandises. Les gens s’interpellaient, poussant des chariots remplis d’objets, essayant de se frayer un passage pour rejoindre leur emplacement. Marchandises que l’on espère vendre, soit pour agrémenter la caisse d’une association, soit pour faire "un petit sou" améliorant l’ordinaire.
Marie-Claude et Alain, bénévoles de l’association Les Cyclos mitryens, s’affairaient à installer leur stand en compagnie d’amis cyclistes venus prêter main forte : « Nos adhérents réunissent de vieux vélos que l’on retape, de vieux disques,  des cassettes, des bibelots, de vieux outils… Ça fera un peu d'argent pour aider l’association ».

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="10658,10659,10660,10661,10662,10663,10664,10665,10666"]

Ils ont été nombreux à participer à l'opération "Nettoyons la nature" qui se déroulait vendredi 25 et samedi 26 septembre à Dammartin-en-Goële. La municipalité a mobilisé les habitants et les écoliers à participer à l’action nationale.

Armé de gants, de gilets de sécurité, de sacs poubelle, Sylvain Messian, délégué au développement durable, les élus, les écoliers de trois établissements dammartinois accompagnés de leurs professeurs, les parents d’élèves, Goële Rando, l’association "sentinelle" des chemins champêtres, ont parcouru toute la ville à la recherche du moindre détritus. Malheureusement des détritus il y en avait un peu partout ! Une camionnette de la commune suivait les groupes pour ramasser les amoncellements de déchets laissés par d'autres, moins scrupuleux.

« Nous voulons vraiment que les gens comprennent qu'il ne faut pas jeter tout et n’importe quoi. Ceux qui font ça ne respectent pas l’environnement" indique Sylvain.

Sylvain prend en exemple la mare à Salé qu'il aimerait bien aménager pour que le public puisse profiter des lieux. Mais elle est "jonchée de détritus".

« Nettoyons la nature » se déroule deux fois par an : au printemps et à l’automne. Même si on préférerait que les raisons de son existence soient réduites à néant, l'opération fait découvrir aux participants des sentiers et des sous-bois qu'ils ne connaissaient pas.

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="10493,10500,10499,10498,10497,10496,10495,10494,10492,10491,10501"]

Le comité des fêtes de Charny organise pour sa dixième édition, une soirée paëlla anniversaire, animée par Freddy le DJ reconnu depuis plus de vingt ans pour ses talents d'animateur. L'événement aura lieu samedi 3 octobre à partir de 20 heures.
"Au dessert, nous partagerons le gâteau anniversaire, avec une belle surprise pour l'un des participants" informe-t-on au comité.
Entrée + repas + danses : 22 € ( - de 10 ans 10 € ). Réservations avant le 30 septembre.
Tel. 01 60 01 93 87 ou  01 60 01 92 99.

Ils sont montés à bord des petits voiliers et des pédalos sur le plan d'eau de Jablines. Samedi 19 septembre, la journée s'est illuminée pour cinquante jeunes adultes handicapés. Le Rotary club leur a offert une découverte du sport aquatique. Les jeunes sont venus de différents IME (Institut médico-éducatif) de Seine-et-Marne, avec leurs accompagnateurs et parents.

Comme tous les ans, les clubs locaux de Claye-Souilly, Bobigny, Le Bourget, Gonesse, Dammartin-en-Goële, s’unissent pour recevoir à Jablines des jeunes gens inadaptés et leur faire découvrir la voile ou le pédalo.

Chaque club s’investit dans la tâche qui lui est réservée. Xavier de Monpreville, président du Rotary de Dammartin-en-Goële, déclare : « Depuis maintenant six ans, le Rotary organise au niveau national une journée handivoile pour des jeunes présentant un handicap. Tous les clubs de France se retroussent les manches pour la réussite de l'opération".

En fin de journée, une remise d'un diplôme participatif a parachevé la mission des bénévoles.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="10273,10277"]

 

Les 19 et 20 septembre, la municipalité et le service culturel ont ouvert la collégiale, l'église Saint-Jean et la mairie.

Le public a pu apprécier la visite de l’église Saint-Jean et son orgue, agrémentée d’une présentation musicale animée par les Amis de l’orgue. Le samedi soir, dans la collégiale, les  visiteurs ont pu se recueillir devant l’hôtel en écoutant, sur fond musical, un conteur habillé en moine. L’intérieur illuminé de l'église mettait en valeur les couleurs, ombres et reliefs, dans une ambiance d’une autre époque. Jean, habitant de la commune, a été émerveillé par les vestiges "aussi bien conservés". Il déclare :  « C’est la première fois que je visite l’intérieur de la collégiale. Je suis étonné par la beauté des lieux et la nuit donne vraiment une ambiance particulière à l’endroit ».

A 22 heures, Goële Rando a entraîné les visiteurs dans une promenade à travers la ville, à la rencontre des ruelles typiques, de lieux insolites et de personnages d’un autre temps. Des gueux, sorcières, troubadours et conteurs déambulaient le long du parcours, surprenant les marcheurs à différents endroits symboliques ou stratégiques. A l’arrivée sur l’esplanade du château, une bonne soupe chauffée au chaudron attendait les marcheurs.

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="10197,10199,10202,10198,10204,10200,10203,10201,10205,10212,10211,10210,10209,10208,10207,10214,10206,10213"]

L’Amicale Basket Club (ABCDammartin) et la municipalité de Dammartin-en-Goële  ont rendu un double hommage, samedi 19 septembre, à Maurice Lerozier, fondateur du club en 1973. Le gymnase sans nom, couramment dit "du centre", a été baptisé du nom de l'illustre personnage de la commune. Maurice Lerozier était reconnu de tous pour son dévouement et son action au sein de l’association.

La cérémonie, samedi, a débuté au cimetière de Dammartin, où une gerbe et une plaque ont été déposées en son souvenir. Puis, les élus, les membres du club, la famille Lerozier, ont invité l’assemblée à se diriger vers le gymnase. Thierry Claudé, président de l’ABCDammartin, a retracé l’histoire du club et de son fondateur. Les convives ont pu goûter aux meilleurs passages au travers d'un petit musée constitué de photos et de coupes récoltées au fur et à mesure des victoires. Michel Dutruge, le maire, a indiqué : « Maurice Lerozier était un bénévole infatigable. Il a reçu en 1971 la médaille de bronze de la jeunesse et des sports et, en 1983, la médaille d’argent".

L’après midi, l’ABCDammartin a joué trois matches pour célébrer la journée : à 14 heures, c'était un match senior féminin contre Senlis Basket), à 16 heures, le match des anciens (Les Vieilles Gloires Dammartinoises VS ABCDammartin Loisirs). Enfin, à 18 heures, le match de gala seniors masculins niveau 3 ( ASSCC Magny les Compiègne CS Le Mée Sport Melun, Val-de-Seine).

Le diaporama : 

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="10051,10057,10056,10055,10054,10053,10052,10050,10049,10048,10044,10046"]

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°52 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top