×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

L'amitié a été célébrée à Villeroy, au traditionnel repas qui a eu lieu samedi 30 janvier à la salle des fêtes.

Le maire, Daniel Froger, entouré de son équipe municipale, a adressé ses vœux aux anciens. Le célèbre accordéoniste Patrick Adamczak a fait chanter et danser l’assemblée tout l’après-midi, ponctuant l'animation de petits poèmes rigolos. Beaucoup attendaient le moment, ainsi que l'indiquent Lucette et Paul : « Cela nous permet une fois par an de nous retrouver autour de la grande table et de se dérouiller les jambes ».

Au sein du club des anciens, « les Tamalous », depuis de nombreuses années, les liens se sont lissés. Pierrette confie : « C’est toujours avec beaucoup de plaisir que nous nous réunissons pour jouer aux cartes, autour d’un petit café accompagné d’un petit gâteau. » Le club Les Tamalous de Villeroy accueille les participants à partir de 60 ans, chaque jeudi de 14 à 17 heures. « Le club est ouvert à tous ceux désirant se rapprocher du cercle presque familial qu’il compose et ainsi se faire de nouveaux amis » signale Marcel.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17978,17983,17982,17986,17988,17976,17979,17981,17984,17987,17989,17985"]

Le premier loto nocturne du comité des fêtes a réuni 150 participants, samedi 5 mars, dans les locaux du gymnase Maurice-Lerozier à Dammartin-en-Goële.

A Dammartin, le loto, c'est du sérieux et dans le gymnase, samedi, on aurait presque pu entendre voler une mouche.
Dans un silence monacal, les joueurs, les yeux rivés sur leurs grilles, guettaient les chiffres triés par le nouveau boulier électronique actionné par Jérôme. Il faut dire que les lots étaient nombreux et alléchants : écran plat 121 cm, salon de jardin, électroménager, paniers garnis…
Maryse, dammartinoise, venue en famille à l'événement, déclare : « On préfère évidement gagner un petit rien plutôt qu’un gros rien du tout ! »
Vers 20 h 30, après avoir fait gagner plusieurs familles, Jérôme, le croupier, a invité les participants à une pose bien méritée. « Ça fait redescendre la pression. Les participants vont souffler un peu, après nous allons attaquer les gros lots, la tension va montrer d’un cran ».
Finalement, la télé a été remportée par une habitante de la commune.
"Notre prochain rendez-vous est fixé au dimanche 27 mars pour une chasse aux œufs dans le parc de la Corbie"  a annoncé Antoine Havel, président du comité des fêtes organisateur du loto".
Un autre loto, en après-midi cette fois, est prévu dimanche 30 octobre.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="20865,20863,20866,20862,20861"]

Les entreprises locales et leurs chefs étaient à l'honneur : la municipalité de Moussy-le-neuf a respecté la tradition et invité tous ceux qui constituent le tissu économique de la commune.

La soirée s'est déroulée dans la salle de spectacle du Chêne, jeudi 28 janvier.

Solange, chef d’entreprise implantée dans la ZAC de la Barogne, indique : « Il est important de se réunir au moins une fois par an pour mieux se connaître et échanger ses points de vue. Moussy-le-Neuf est dynamique sur le plan de l’emploi et sur le développement des entreprises du secteur. Nous sommes installés depuis moins d’un an sur la commune et nous pensons avoir fait le bon choix d’implantation. L’avenir nous dira si nous avons eu raison. Il faut être optimiste ».

Bernard Rigault, le maire, a rappelé lors de son allocution, "la nécessité d’une bonne cohésion entre les entreprises et la municipalité". Il a parlé également des travaux en cours comme la voirie, les réseaux, la résidence des jeunes travailleurs et l’extension de la zone de la Barogne et a déclaré : "La qualité de vie, ce n’est pas seulement le fleurissement, la propreté, l’embellissement. Elle passe aussi par l’emploi à proximité de son domicile. La zone de la Barogne a créé 1 500 emplois, ce qui représente mille familles concernées par l'implantation d’entreprises depuis 30 ans ».

Des logements sociaux en prévision
Il a aussi expliqué le projet de logements sociaux : « L’état nous taxe de trente-six mille euros par an parce que nous n’en avons pas assez. Il va donc falloir en construire parce que la nouvelle réglementation nous oblige à 25 % de logements sociaux. Pour pallier à ce manque, nous avons lancé la construction de vingt nouveaux logements locatifs sociaux. Ceux-ci pourront éventuellement servir aux entreprises pour y loger leur personnel".

Moussy envisage également la construction d’une résidence pour jeunes travailleurs. Elle pourra être occupée par le personnel des entreprises de la zone d’activité. "Nous avons le plaisir d’accueillir de nouvelles entreprises sur la commune, comme S3E, spécialisée dans les travaux d’électricité, la vidéo protection... Nous avons également de nouveaux services comme le centre médical de Moussy qui accueille déjà trois professionnels, ostéopathe, pédicure, sophrologue".

D’autres professionnels de santé devraient venir prendre leurs quartiers dans la commune au fil des semaines.

Par ailleurs, le maire n'a pas manqué de souligner les difficultés financières des communes liées à la baisse des dotations de l'Etat et à l’augmentation des taxations, comme il a insisté à nouveau sur le démantèlement de la communauté de communes Plaines et monts de France (Voir notre article sur les dernières nouvelles).

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17838,17839,17832,17836,17837,17833,17834,17831"]

Le complexe sportif Z5 de Meaux a reçu le plus grand rassemblement de joueuses de Foot féminin, dimanche 24 janvier.

25 clubs de la région Ile-de-France se sont déplacés pour l'évènement.

Sous la houlette de Jean-Claude Loup, président du district de Seine-et-Marne Nord de football, les tournois se sont enchaînés dans les catégories des 13 ans, 16 ans et seniors. Un fillofoot pour les moins de 11 ans a enthousiasmé l’assemblée. Des récompenses pour les petites et des coupes pour les grandes, ont été remises à la fin de la journée avec la participation de Nadia Arouyo, responsable DDCS (direction départementale de la cohésion sociale) de Seine-et-Marne.

Meaux, joueuses football au Z5

Jean-François Copé, le maire de Meaux, entouré de ses adjoints et conseillers, a présenté ses vœux et ses projets aux administrés, au théâtre Luxembourg, lundi 18 janvier.

Comme d'habitude le public a rempli la salle. Tous attendaient les annonces du maire.

Il n'en aurait d'ailleurs pas encore fini avec le désordre dans la cité. Si, à Beauval, la délinquance s'est un peu calmée avec la récente destruction des tours Auvergne et Artois qui étaient devenues des repères de dealers, d'autres secteurs restent à "corriger". Le maire a en effet mis l’accent sur la sécurité : « La sécurité a toujours été pour nous un pilier majeur. L’accent sera mis sur certains quartiers, comme l’immeuble Richemont où des choses inadmissibles se produisent. Plusieurs réunions de quartier ont été conduites à ce sujet".

La gare est également dans la ligne de mire de la mairie pour endiguer "le comportement violent de certains individus ».

« La sécurité, l’emploi, la rénovation urbaine, le sport et la culture, tous ces postes doivent marcher ensemble, sinon il n’y a pas de dynamique. La cohésion d’une équipe, la cohérence d’un projet, il faut que tout avance en même temps pour faire bouger les choses » a encore indiqué Jean-François Copé dans son allocution.

L'emploi
Par ailleurs, l’emploi  et le développement économique sont, d'après le maire, en plein essor : "Déjà 1 500 emplois ont été créés entre le nouveau centre commercial, l’institut des métiers et de l’artisanat et un certain nombre d’entreprises. L'ensemble du projet à terme devrait mener à 4 000 emplois.

La ville compte aussi développer la qualité de vie des Meldois, avec le développement de l’habitat, la rénovation des quartiers, la floraison des espaces, la circulation, de nouvelles pistes cyclables, de nouvelles voies piétonnes...

La fibre optique
Meaux, fibre optique

Le cadre de vie passe également par le numérique : « C’est la raison pour laquelle, après avoir eu un petit retard à l’allumage, nous avons mis le paquet.

La fibre optique finira d'être mise en place pour l’ensemble de la communauté d’agglomération - dont Meaux - en 2019 et couvrira 100 % du territoire » a informé Jean-François Copé concernant le projet qui sera une première en France.

La santé
Le pôle médical (voir notre article ici) dans l’ancienne école du Marché sera ouvert au public à partir du mois de mai. Il sera constitué de quatorze cabinets médicaux, "ce qui contribuera à endiguer le problème du manque de médecins" a ajouté l'élu.
Le sport et la culture
Le domaine sportif n’est pas en reste, bien au contraire, puisque le chantier de la rénovation complète de la piscine Frot est lancée. Le marathon de Meaux a été un succès, il est maintenant labellisé au niveau national.

Côté culture, le grand chantier de la nouvelle salle des fêtes de 2000 m2 est au programme. Elle sera accolée au boulodrome et pourra recevoir 1 200 personnes assises et 3 000 personnes debout pour les grands événements.

La ville prévoit aussi l’installation d’un nouveau cinéma dans l’ancienne prison datant de 1850, tout en gardant son cachet de l’époque.

Jean-François Copé a confirmé également l’ouverture de la Maison du Brie de Meaux en centre-ville : « Il n’est pas question de s’excuser tout le temps auprès de la concurrence quand on a le meilleur fromage du monde ! » Le sujet a particulièrement ému le public qui a accueilli la confirmation avec force applaudissements.

Le grand retour sur la scène politique
Enfin, c'est en annonçant la sortie de son livre, « Le Sursaut français », qu'il a terminé son discours. Si le maire s'était un peu mis au vert depuis l'affaire Bygmalion en mai 2014, il revient sur le devant de la scène et partout où il a parlé pendant la période des vœux des officiels - et ce n'est pas fini - ses mots ont bien laissé penser qu'il ne comptait pas en rester là avec la politique. Aussi se lance-t-il à nouveau dans l'arène et conjugue les apparitions à la télévision, la sortie de son livre et les interviews diverses accordées aux médias nationaux. C'est bel et bien un ton de primaires en vue des présidentielles de 2017 qu'il donne. Pour les Meldois fans de leur maire, "il aurait toutes ses chances et pourquoi pas ?" même si on devine dans leur yeux une petite angoisse ou une déception à l'idée de voir s'éloigner l'édile de Meaux vers l'Elysée. Il conclut : « Après une période difficile de ma vie politique, il est maintenant temps de reprendre la cordée ».

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17888,17889,17882,17883,17886,17887"]

Thierry Chopart est président de l’USJM* Shaolin boxe interne depuis deux ans. Il a découvert la discipline au forum des associations de Mitry-Mory il y a cinq ans.

46 ans, 1,81 m, l'homme, réservé et discret sur ses performances sportives, est également amateur de VTT. Chaque jour il se rend au travail (à Mitry, soit 12 km aller-retour) en vélo pour entretenir le cardio et maintenir la forme. Rencontre en quatre questions avec le président des Shaolin.

Quel a été votre déclic pour la boxe Shaolin ? 

Au forum des associations, je me suis inscrit avec mon fils tout simplement, comme beaucoup d'autres parents. Au début j’étais combattant puis je suis devenu secrétaire. Au départ de l’ancien président, je me suis proposé, et puis voilà, cela fait deux ans déjà.

Qu'est-ce qui vous séduisait dans la perspective d'être président  ?

Je suis d’une nature entreprenante et motivée. Je suis intéressé par le développement du club, son avenir. J’aime le sport, j’aime mon sport. J’ai eu envie de donner un peu de mon temps, c’est mon côté bénévole. J’ai aussi envie de voir ma discipline se développer dans la durée à Mitry-Mory.

La boxe Shaolin, c’est quoi ?

La boxe Shaolin est un art martial d’une richesse immense, avec ses centaines de techniques de coups de pieds et de poing et le maniement des armes blanches dont le sabre. C’est une discipline qui apprend à travailler sa respiration et à se soigner par des techniques de massage des points vitaux. Un art martial qui permet de mieux connaître son corps et de s’apaiser à l'intérieur ainsi que d'améliorer sa condition physique.

Des projets pour la saison 2016 ?

Oui, tout d’abord, le nouvel an chinois en février, avec des déguisements et la présentation du dragon et des démonstrations. Nous souhaitons nous investir dans les différentes manifestions de la ville et ainsi participer à l’animation locale par notre sport.

*USJM (Union sportive des jeunes de Mitry) Shaolin Boxe Interne (SBI), labellisé club Vo Duong Long Ho Disciplines : Arts martiaux vietnamiens - Contact : 06 59 60 04 40. Lieux d’activités : Gymnase Micheline-Ostermeyer / Ecole Frédéric Joliot-Curie.

Vidéo (2 h 12) : L'histoire et les mystères des moines Shaolin en Chine

La municipalité et le comité des anciens combattants et victimes de guerre ont invité la population à participer aux cérémonies orchestrées aux différentes stèles de la ville, mercredi 11 novembre.

En hommage aux victimes de la Grande Guerre "et de toutes les guerres", la célébration du 97e anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918 s’est déroulée avec la levée des couleurs au cimetière de Mitry-le-Neuf, suivie d’un dépôt de gerbe au carrefour du 11 novembre et à la stèle de la mairie annexe. Les différentes étapes du parcours de la commémoration se sont terminées par l’allocution de Charlotte Blandiot-Faride, le maire de Mitry-Mory.
Bernard, 77 ans, Mitryen depuis 40 ans, ancien combattant de la guerre d’Algérie, témoigne : « Pour parler de la Grande Guerre, 1914-1918, y'a plus grand monde. Il reste les livres d’histoire. Mes parents, s'ils étaient toujours vivants, auraient 102 ans. Mon père était cheminot, ancien collègue de Noël Fraboulet, maire de Mitry de 1971 à 1991. Moi je travaillais à la RATP ».

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18445,18444,18446,18443,18442,18441,18439,18438,18436,18440,18433"]

La municipalité a réuni les membres du conseil municipal, les enfants des écoles, les anciens combattants et la population, mercredi 11 novembre devant le monument aux morts, pour célébrer le 97e anniversaire de la fin de la Grande Guerre.

Joël Marion, le maire, a rappelé lors de son allocution l’importance du souvenir de la Grande Guerre. Il a aussi dévoilé le nom qui vient d'être inscrit sur le monument aux morts, celui de Léon Plâtre, un Companais mort au champ d’honneur  en 1915, à la terrible bataille de l’Argone.
Philippe Plâtre, cousin de Léon, a fait des recherches sur sa famille et raconte : « J’ai été amené à m’intéresser à la généalogie familiale il y a déjà une quarantaine d’années. Je me suis attelé à faire des recherches sur mes arrières grands-parents, grands-parents et parents qui habitaient Juilly. J’ai gardé un attachement sentimental à la région. Le cousin Léon Plâtre était Companais et ne figurait pas sur le monument aux morts de la commune. C’est chose faite maintenant ».
Devant la stèle, les enfants des écoles ont chanté la Marseillaise et ont assisté au dépôt de gerbes. Les participants ont été invités à la mairie où un diaporama sur la grande guerre de 1914-1918, leur a été proposé.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18692,18691,18690,18693,18694"]

Le Rotary club de Dammartin-en-Goële en collaboration avec la municipalité de Saint Soupplets a présenté au public un spectacle magique, samedi 7 et dimanche 8 novembre, au centre culturel de la commune.

Issus des écoles du cirque, les jeunes artistes ont présenté des numéros extraordinaires devant une salle comble.
En première partie, sont montés sur scène Carline, le « Diamant aérien », Romain Lekieffe avec « Magie et manipulations », le duo Elobanne (deux sœurs, Albanne et Elodie) avec leur « Main à main et jonglage », Ben’S « Bulles de savon », Laure Nouri avec « Magie ».
En seconde partie, le public a applaudi Nastassja et Germain (lauréats 2014) dans leur numéro de « Trapèze », Florian Sainvet avec « Magie des billets de banque »,  Dion avec « The white magic rabbit ».
L'ensemble était orchestré par Thierry Schanen, présentateur et metteur en scène de la soirée. Xavier de Montpreville, président du Rotary organisateur, informe : « C’est une action rotaryenne qui a pour vocation de permettre aux jeunes artistes en apprentissage de passer sur les planches et de se familiariser avec la scène. En première partie, se sont des jeunes issus des écoles du cirque, dont certains se produisent déjà à travers le monde. En deuxième partie, ce sont des professionnels que nous avons reçus il y a quelques années et qui sont aujourd’hui dans les grands cabarets du monde entier."
Les artistes viennent par amitié au festival des jeunes talents de Saint-Soupplets, initié par Jean-Jacques Darmon du Rotary de Dammartin. Le  produit de la recette sera remis partie au CCAS de la ville, partie à l’association 'Tous avec Clément' qui récolte des fonds pour le centre de lutte contre le cancer Gustave-Roussy ».
Samedi 14 novembre, le spectacle se tiendra à Saint-Thibault-des-Vignes.
Renseignements au pôle des évènements. Tél. 01 60 31 73 78.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18801,18797,18333,18332,18326,18325,18328,18322,18329"]

 

Donnée favorite dans les derniers sondages en vue des élections régionales, Valérie Pécresse, tête de liste Les Républicains (LR) en Ile-de-France, poursuit sa campagne. Vendredi 6 novembre, à Chelles, elle a réaffirmé ses priorités. Brice Rabaste, le maire de la ville a reçu la candidate entourée de ses chefs de file et du président du conseil départemental, Jean-Jacques Barbaux.

Vendredi ont été évoqués de grands thèmes comme l’économie de la région, le problème des décharges, les campings sauvages des gens du voyage, la fraude dans les transports, les migrants… La tête de liste indique, avec "sa volonté de transparence" : "Il faut tourner la page et réconcilier les Franciliens avec la politique en mettant fin aux dérives de 17 ans d'une gestion opaque et clientéliste. Il faut fonder le nouveau mandat 2015-2021 sur des bases saines"
Valérie Pécresse annonce "de grands changements" dans différents secteurs.  Parmi ceux-ci figurent les transports et l'emploi. Une des idées concrètes de la liste LR en Ile-de-France est de donner la possibilité aux jeunes lycéens, apprentis ou inscrits dans diverses formations, de passer le code de la route gratuitement. "Nous avons conclu que nous pourrons financer l'opération grâce à la vente de plaque d'immatriculation personnalisées. D'après l'étude de marché, ça va marcher du feu de Dieu" s'est enthousiasmée Valérie Pécresse.
Justement, à propos des transports, elle compte bien désengorger la région. Le défi semble irréalisable, surtout à ceux qui se trouvent régulièrement coincés dans les files de voitures interminables pour aller travailler, en revenir, ou encore ceux qui prennent le train. Pourtant, "la révolution des transports passe par Chelles et la Seine-et-Marne" affirme Valérie Pécresse. Pour elle, une partie de la solution résiderait dans la relance les investissements routiers, dans la création de nouvelles lignes de train et de bus avec des voies dédiées ainsi que dans le rajeunissement du matériel : "Je m'engage à ce que d'ici 2021, toutes les rames de RER soient neuves ou totalement rénovées pour offrir des conditions de transport auxquelles les Franciliens ont droit : la 4G, la climatisation, la ponctualité, l'accessibilité, la régularité, une meilleure information pour les voyageurs et la sécurité..."
La sécurité, voilà un chapitre qui préoccupe nombre des Franciliens. Valérie Pécresse vise en premier lieu les gares et leurs abords et explique qu'elle "compte étendre la vidéo protection". Elle veut aussi que "les services de sécurité de la RATP et de la SNCF soient réunis en une seule et même police des transports, avec des compétences renforcées".
Le commerce de proximité pour l'économie
Au programme des Républicains, on trouve encore la mise en valeur du commerce de proximité en Ile-de-France.  Valérie Pécresse souhaite le développer avec des mesures concrètes : "Il faudra, par exemple, proposer à chaque lycée de commander les fournitures auprès des commerçants de la commune et là nous ferons revivre toutes les librairies indépendantes de quartier en leur redonnant du chiffre d’affaire. Ensuite, pour les cantines, nous envisageons de commander des produits d’Ile-de-France. Enfin, nous voulons imposer une close de service après vente et de maintenance pour les ordinateurs dans les lycées, faire du made in France une priorité".
A cause des coupes sombres budgétaires du gouvernement, les mairies sont exsangues. Ce n'est plus un mystère. La candidate LR veut aider les communes pour remédier aux décharges sauvages et propose une solution : "Il faut créer un fonds régional pour les forêts, les berges de Seine, les abords des routes en travaillant avec les associations écologistes, ce qui nous permettra de créer un code de "gilets verts" qui seront subventionnés par la Région. Je veux une région propre dans tous les sens du terme. La propreté représente la dignité d’une région ».
La transparence et les arguments de Valérie Pécresse pourraient faire tourner les résultats des élections de décembre en faveur des Républicains, d'après un sondage délivré dans les médias en octobre.
Ce seront les dernières élections avant les présidentielles en 2017.
La vraie bonne nouvelle
Les transports, la sécurité, les « trucs » pour l’emploi… L’ensemble se réalisera sans hausse d’impôts.
 Le petit plus
Valérie Pécresse veut de la transparence et "redonner confiance aux Franciliens". Parmi les mesures envisagées, elle veut empêcher les conseillers régionaux à "recruter ou faire recruter leur conjoint ou membre de leur famille" au sein du conseil régional ou de tout organisme dont le budget serait majoritairement financé par le conseil régional, "y compris dans des emplois de collaborateurs politiques". L'un des porte-parole de la candidate précise : "Ainsi, Claude Bartolone ne pourrait engager son épouse, comme aujourd'hui".

[gallery type="slideshow" size="large" ids="18698"]

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°52 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top