Villeparisis ► Vœux : des projets malgré la morosité financière

Le maire de Villeparisis, Hervé Touguet, et le conseil municipal ont présenté les vœux de la municipalité, mardi 5 janvier. Les adultes étaient accompagnés par le conseil municipal des enfants.

La réception s'est déroulée au centre culturel Jacques-Prévert. A cette occasion, le maire a remis la médaille du courage et du dévouement à Youri Dinga et la lettre de félicitation du préfet à Séverine Estivan qui ont sauvé de la noyade le jeune Gordon tombé dans le canal de l'Ourcq le 4 novembre dernier (voir notre article ici). Il a également prononcé un discours dont voici des extraits :

... Au-delà des évènements dramatiques, notre pays ne va pas bien. L’activité économique stagne et le chômage a encore progressé en 2015. Dans le même temps, la réduction des dotations d’État aux collectivités locales se poursuit, contraignant ces dernières à des choix de plus en plus cornéliens : diminution des investissements, réduction des services à la population, augmentation des impôts… Cette baisse de dotation pour Villeparisis entraînera de 2014 à 2017 une perte cumulée de 4 M€. La nécessité pour notre pays de réduire son train de vie ne fait pas de doute. Que les communes, qui elles, doivent voter un budget en équilibre, participent à cet effort, pourquoi pas ? Mais des dispositions plus progressives auraient été préférables pour les villes et les entreprises locales, dont beaucoup vont se retrouver dans une situation catastrophique. En effet, ces mesures ont eu pour première conséquence un violent coup de frein sur l’investissement public. Rappelons que les collectivités locales assuraient en 2012 plus de 70 % des investissements publics en France. S’il en résultera à terme un retard dans les travaux d'équipement et une dégradation du patrimoine local, aujourd’hui, c'est l'activité économique des entreprises du bâtiment et des travaux publics qui en souffre... L'association des Maires de France a exprimé, quant à elle, son inquiétude sur le risque de voir de nombreuses villes contraintes de voter un budget en déséquilibre d'ici 2018. Comme dans la majorité des cas, à Villeparisis, l’optimisation des dépenses et des recettes a déjà été menée, même si on trouve encore parfois quelques gisements d’économies...

Quelques "bonnes nouvelles"
"Le budget municipal 2016 sera particulièrement délicat à élaborer. Avec 1,8M€ de moins sur notre budget en raison de la baisse des dotations de l'État et la perte de la dotation de solidarité communautaire versée par la CCPMF (communauté de communes Plaines et monts de France), l’autofinancement de la commune sera insuffisant au regard des besoins d’équipement toujours aussi importants. En l'état actuel, pour financer les opérations d’investissement non seulement de 2016, mais aussi celles des années à venir, nous ne pourrons compter que sur l’excédent constaté au dernier compte administratif et que nous avons su préserver. Cette enveloppe devra être complétée par l'emprunt et par les subventions qui se raréfient malheureusement. Dans ce contexte difficile, divers projets seront toutefois mis en œuvre en 2016, même si nous aurions souhaité en prévoir plus".

Ainsi, pour la réalisation du terrain de football en gazon synthétique, Villeparisis a constitué les dossiers de demande de subventions et ceux-ci sont en cours d’examen auprès des différents partenaires. Le projet devrait voir le jour l’été prochain. Les travaux qui permettront de rendre plus accessible la mairie dans le cadre de l’« Agenda d'Accessibilité Programmé » viennent d'être démarrés. L'opération sera aussi l’occasion de créer un guichet unique permettant aux administrés de voir se traiter plusieurs démarches au même guichet. Cette mise en œuvre coïncidera avec le transfert des activités de l'Office Municipal de la Jeunesse au sein des services municipaux. L'association gérait jusqu'à présent les centres de loisirs, les séjours de colonies, la ludothèque, la maison de la jeunesse et le multi-accueil. La municipalité a souhaité opérer ce transfert car "les compétences assurées par cette association relevaient d’une mission de service public et sont totalement complémentaires avec la gestion des affaires scolaires et les activités périscolaires que la ville assure déjà. Le service Enfance permettra une harmonisation et une cohérence des projets pour la jeunesse". À la prochaine rentrée, et pour accueillir de nouveaux élèves, au moins une classe supplémentaire devra être aménagée dans une école élémentaire. Dans le même temps, les études relatives à la future école du marché seront engagées. Les travaux engagés sur la commune en 2015 par la CCPMF se poursuivront sur l’avenue Mattéotti. La ville réalisera les travaux de voirie dans la foulée. Le maire a également souligné : "Si Villeparisis est confrontée à des difficultés diverses ou à un environnement complexe, elle peut se réjouir de bonnes nouvelles. C’est ainsi qu’après avoir vu une entreprise importante quitter la zone d’activités de L’Ambrésis, avec les conséquences qu’on imagine en termes d’emploi et de fiscalité, nous avons appris que le groupe Fos Levage Services, spécialisé en manutention et en levage et qui compte plus de 1 800 salariés, avait décidé d’investir à Villeparisis. Elle compte y implanter le siège social de sa filiale parisienne représentant près de 120 emplois. L'entreprise a retenu Villeparisis en raison de sa situation géographique stratégique, de nature à favoriser son développement et donc la création de nouveaux emplois. Toujours en matière de bonnes nouvelles, la ligue de football d’Ile-de-France a retenu le site de Morfondé pour y implanter « Campus » son centre technique régional mais aussi un vrai centre de formation professionnel, car les jeunes footballeurs passionnés et talentueux ne feront pas tous carrière dans le football. Il importe donc qu’en plus d'un ballon au pied, ils aient un métier en mains. C’est en cela que le projet de la ligue de football d’Ile de France est original et exemplaire. Dans les prochains mois, nous aurons le plaisir de voir le projet se concrétiser".

Les anniversaires des jumelages
D'autre part, à la fin du mois de janvier, la commune recevra une équipe féminine de football allemande dans le cadre du jumelage avec Wathlingen. Courant 2016, elle fêtera le 40e anniversaire du jumelage avec Pietrasanta, en Italie et le 20e anniversaire avec Maldon, en Angleterre.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="16720,16722,16718,16721"]

Le Mesnil-Amelot ► Cérémonie des vœux : l'interco se bat encore pour "rester à 37"

Le maire du Mesnil-Amelot, Alain Aubry, entouré de son conseil municipal,  a adressé ses vœux à la population, vendredi 8 janvier.

Tous s'étaient rassemblés dans le gymnase derrière la mairie pour assister à la traditionnelle cérémonie annuelle. C'est particulièrement sur l'intercommunalité qu'ont porté les vœux - peut-être les plus chers - du maire. Comme tous ceux de Plaines et monts de France, même si l'avenir pour l'interco s'obscurcit de jour en jour, il va continuer le combat aux côtés de Bernard Rigault afin de résister au démantèlement ordonné par l'Etat à travers les préfets. Au Mesnil comme dans chaque commune où il a pu s'exprimer, le président Rigault a rappelé qu'il ne baisserait pas les bras face "aux manipulations de l'Etat".

Parmi les nombreuses réalisations qui ont eu lieu dans le village en 2015, Alain Aubry a particulièrement souligné la boulangerie, qui a été entièrement refaite ainsi que la vitrine du magasin Mesnil Alimentation. "Nous avons également un beau projet qui est sorti en juin dernier. Il s'agit de l'accueil de loisirs associé à la maison d'assistantes maternelles et du remplacement de la salle Rousseau. Les structures ouvriront au public en septembre" a annoncé le maire. Il a également prévu un avenir plutôt éclairé pour le Mesnil, avec la poursuite de l'équipement en éclairage LED qui a commencé par la rue de Guivry et la rue Apparu et se poursuivra dans les autres secteurs. Et pour Noël, le Mesnil a reçu un DAB, distributeur automatique de billets. "Je vous invite à aller retirer de l'argent afin de confirmer que l'installation de la machine n'était pas superflue" a proposé Alain Aubry.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="16455,16456,16457,16458,16459,16460"]

 

 

Compans ► Le maire veut davantage de bénévoles

Joël Marion, le maire de Compans, à l'occasion de la cérémonie des vœux, n'a pas hésité à appeler au rassemblement dans la bataille de l’intercommunalité. En soulignant le travail des acteurs de la vie sociale et associative de la ville, il a également souhaité l’investissement de nouveaux bénévoles.

Samedi 9 janvier, le maire a souhaité la bienvenue à une nouvelle directrice générale des services et à une nouvelle responsable financière. Il a aussi exprimé sa reconnaissance « à tous les animateurs qui égayent notre village », et en a profité pour lancer un appel aux bonnes volontés : «  Nous avons besoin de vous pour participer à l’activité. S'il n'y a pas de bénévoles, il n'y a pas d’associations non plus et donc pas d’animations. Engagez-vous pour faire vivre la commune ! »

L'élu a axé son discours sur le sujet préoccupant de l’intercommunalité Plaines et monts de France. Il n'aurait manifestement su en être autrement puisque les dernières nouvelles du côté du démantèlement - ou non - de l'interco ont remué les élus. Bernard Rigault, président de la communauté de communes (CCPMF) est intervenu et a rendu compte de la situation, tout comme il l’avait fait à au Mesnil-Amelot, et à Juilly (voir notre article sur les vœux de Juilly ici). Joël Marion a ainsi affirmé sa détermination pour défendre les intérêts des Companais qui avaient fait le choix en 2008 de la communauté de la Plaine de France, puis de la CCPMF et à qui l'Etat impose, contre leur gré, une nouvelle structure à laquelle la loi n’oblige pas : "Sommes-nous toujours dans un état de droit ? » s'interroge l'élu local.

Il a ensuite évoqué les baisses de dotation dont souffre la ville. Malgré les finances réduites, le projet de vidéosurveillance se poursuit, le nouveau self, "très apprécié" de l’école se met en place, la dernière tranche du contrat rural permettra l’accès à l’église pour les personnes à mobilité réduite. Parmi les bonnes nouvelles, figure celle qui concerne la gare SNCF : celle-ci sera sauvegardée et mise en conformité.

Réclamée depuis des années, l’étude de santé va être menée, avec pour objectif, mesurer et éloigner les risques, en lien avec la filière d’élimination des déchets ultimes qui était sur Compans. Aujourd’hui, nous avons l'assurance que les produits de la cueillette de Compans sont sains. Des travaux ont été réalisés par les industriels mais des déchets s’accumulent encore sur certaines industries. Aussi Joël Marion posait la question de l’organisation territoriale et évoquait la nécessité d’une enquête environnementale.

La cérémonie s’est achevée avec deux chants interprétés par la chorale companaise Tutti Quanti.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="16556,16557,16558,16559"]

Monthyon ► Vœux du maire : de nouveaux équipements malgré la baisse des dotations

Le maire de Monthyon, Claude Decuypère, a présenté les vœux du conseil municipal à la population, vendredi 8 janvier, au complexe sportif. Il en a profité pour aborder les projets pour 2016.

Après avoir dressé le bilan de l'année dernière, marquée principalement des travaux de modernisation (l'enfouissement des réseaux) et de sécurisation (installations de radars pédagogiques), le maire a annoncé trois nouveaux projets pour la nouvelle année.

En matière d'équipement, il s'agira de la poursuite de la réfection de la toiture de la salle des fêtes et de l'isolation de celle des vestiaires du stade des Avernes. De plus, l'élu a annoncé l'installation d'une borne de recharge pour voitures électriques à l'entrée du city-stade. Enfin, une étude sera lancée avec les professionnels de santé pour une nouvelle maison médicale. Les travaux démarreront malgré la baisse des dotations de l'Etat, "soit pour 2015, 68 313 euros de moins qu'en 2015" a indiqué Claude Decuypère. Cependant, "la commune a décidé de supporter cette baisse sans augmenter les taux des taxes locales" a poursuivi l'édile.

 

 

2016 ► Les vœux des chers politiques

Ils y sont tous allés de leur couplet. Les politiques français, ceux dont la tête dépasse un peu du haut du panier, n'auraient manqué pour rien au monde la traditionnelle séance de vœux qu'ils se sentent chaque année obligés d'adresser aux Français de peur sans doute d'être projetés dans le gouffre de l'oubli .

Cette année, s'ils sont encore plus férus de la tradition, c'est qu'ils sont en pleine ligne droite pour la course à la présidence dont les élections auront lieu en 2017, s'investissant pour eux-mêmes ou pour les copains.

Evidemment, le soir du 31 décembre, le président Hollande a fait ses annonces télévisées et a mis l'accent - une fois de plus - sur le chômage. Le gouvernement Hollande prévoit en effet de former 500 000 chômeurs afin que ceux-ci puissent retrouver du travail. Joli calcul : pendant ce temps-là, ce sont autant de demandeurs d'emploi qui n'entreront plus dans la catégorie "qui fait peur" et surtout qui montre l'état catastrophique de la France tant les chiffres de "désemploi" sont élevés. Par contre, l'effort pour que les 500 000 demandeurs d'emploi soient formés coûtera la bagatelle d'un milliard d'euros et sera financé moitié par l'Etat et moitié par les fonds de la formation professionnelle. Nous voilà donc rassurés... Mais au fait, l'Etat, n'est-ce pas toujours quand même un peu l'argent des Français ? Toujours est-il que la mesure est concrète, dit-on, et présente, en premier lieu, des discussions avec les Régions, puisqu'en matière de formation, ce sont elles, et leurs nouveaux présidents - qui viennent d'être tous élus par leurs conseils respectifs, depuis lundi 4 janvier - qui détiennent les clés. C'est Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement qui l'a précisé sur RTL - Le Figaro - LCI.  Ah, encore des discussions alors ? On se doute qu'on va aller vers des débats où certains vont comme par magie généreusement sortir de leurs poches quelques centaines de milliers d'euros, tandis que d'autres freineront, peut-être conscients que cracher au bassinet une fois de plus ne fera que rendre encore plus exsangues ces régions qui ne sont finalement financées que par l'argent des contribuables.

On l'aura compris, François Hollande est plus que jamais dans la course aux présidentielles ou peut-être prépare-t-il le terrain pour son chevalier noir, Manuel Valls. Toujours est-il que le président fait face à ce qui semblait être son premier adversaire, Nicolas Sarkozy, excepté que celui-ci est en train de se faire distancer par Alain Juppé. D'après un sondage Elabe pour BFMTV, c'est même lui qui serait le préféré des Français qui en majorité ne voient pas d'un bon œil un autre duel Hollande - Sarkozy. Le président, lui, se ferait devancer par Manuel Valls. Juppé aurait donc toutes ses chances, du moins pour l'instant. Il reste encore quelques mois jusqu'à l'échéance.

Linge sale et politesses
Alors Alain Juppé y est lui aussi allé de ses vœux aux Français. C'était le moment où jamais. Déjà il s'est positionné en chef, ou plutôt en papa, tandis qu'il a "félicité les Français" pour leur élan de solidarité et "l'expression d'un sursaut national" après que le pays a été frappé par les attentats. Alors on a gagné une bonne note sur notre carnet ? Par ailleurs, ce qui plaît peut-être aux électeurs, c'est de voir revenir ceux qui ont défrayé la chronique avec des emplois fictifs à la mairie de Paris (Juppé sous Chirac, maire de Paris, en 1998). Juppé aurait pour ainsi dire "servi de fusible". Un peu comme Jean-François Copé pour Sarkozy dans l'affaire Bygmalion ? (Voir l'article du Figaro ici) On voit bien aussi Bernard Tapie - qui n'est cependant pas élu - revenir au-devant de la scène, et pas seulement comme acteur. Après ses longs tourments avec le Crédit lyonnais, une affaire qui remonte à 1993, l'homme d'affaires va devoir rembourser les sommes perçues lors de l'arbitrage de 2007 (Voir l'article des Echos ici). Au passage, Christine Lagarde, directrice générale du FMI, ancienne ministre de l'Economie, dans la même affaire, va devoir rendre des comptes devant la Cour de justice de la République (CJR) (Voir l'article de l'Express ici).

Et puis dans le désordre, il y a également eu les vœux de Cambadélis (PS), qui, comme dans la chanson de Gilbert Montagné, propose : "Aimons-nous..." ; il y a eu aussi Pierre Laurent (PCF) qui roule "pour les générations futures", Marine le Pen (FN) qui patiente, Raffarin (LR), l'ancien Premier ministre qui est gentil et puis la rigolote Nathalie Kosciusko Morizet (LR également), main dans la main avec le maire de Paris, Anne Hidalgo (PS) et qui s'est faite évincer de son poste de vice-présidente déléguée de son parti... Et il y a eu aussi tous les autres...

Heureusement que tout le monde a adressé des vœux à la population. N'est-ce pas là le plus important finalement et la morale de l'histoire ? Trinquons à la nouvelle année ou trinquons tout court.

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°37 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top