×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Crégy-Lès-Meaux ► Fusillade : un homme tué par la police

FAIT DIVERS - Un homme a été tué par la police, mercredi 7 octobre aux environs de 20 h 30, dans le secteur de la rue Maurice-Leblanc à Crégy-Lès-Meaux.

Quand les policiers du commissariat de Meaux sont arrivées sur place, l'homme s'est franchement avancé vers les fonctionnaires en faisant feu. A ce moment, les policiers ont riposté et ont touché l'homme, âgé d'une soixantaine d'années. Aucun policier n'a été blessé dans l'échange de coups de feu. Le sexagénaire, malgré l'arrivée rapide des secours, a succombé après avoir été touché.

L'histoire avait débuté un peu plus tôt dans la journée. Des gens du voyage venaient de s'installer sur un terrain à proximité, dans la zone artisanale. L'homme vivait seul et était connu pour être marginal. Il aurait mal supporté l'arrivée des caravanes. Selon des témoins, "il s'est mis à tirer sur eux et ils ont appelé la police".

 

 

Mitry-Mory ► Des caravanes ont pris la place du festival country

Un groupe de plusieurs dizaines de caravanes a pris d’assaut le parc du Nid à la Villette-aux-Aulnes à Mitry-Mory. Les gens du voyage ont fracturé la serrure du portail dans la nuit de mercredi 15 à jeudi 16 septembre. Ils ont ainsi empêché que puisse s'y dérouler, comme c'était prévu, le festival country. Celui-ci a pu être déplacé à la salle Jean-Vilar.

Jean-Claude Dupuy, l’organisateur du traditionnel festival country, est dépité : «  Nous sommes désolés pour les danseurs et amateurs de country. Nous nous préparons depuis des mois en vue du festival annuel organisé par Calamitry Blue au parc du Nid de la Villette-aux-Aulnes. Stupeur ! Jeudi matin, nous avons constaté que plusieurs dizaines de caravanes avaient envahi l’espace. Nous avons averti  la municipalité mais c'était trop tard ! Heureusement, la salle Jean-Vilar était libre ce soir-là. Nous avons pu nous rabattre vers cette solution de repli".

Charlotte Blandiot-Faride, le maire, est excédée : "C’est inadmissible ! Nous avons déposé une plainte pour installation illégale de gens du voyage. Ce sont des provocations incessantes. Nous avons mandaté nos avocats pour procéder à une expulsion. Parallèlement, j’ai écrit au préfet pour lui demander d’intervenir dans cette situation intolérable... Que les riverains se rassurent, nous mettons tout en œuvre pour faire accélérer les choses. Nous espérons obtenir de la préfecture des mesures dérogatoires pour des expulsions accélérées dans le cadre d’installations illicites, présentes et futures".

 

Villevaudé ► Un conducteur mène les policiers tout droit au campement

Les policiers du commissariat de Chelles effectuaient une patrouille à Villevaudé quand ils ont croisé une BMW à 2 h 30, mardi 11 août. Le véhicule roulait dangereusement, à vive allure, d'autant plus vive au moment où les policiers ont tenté de faire stopper le conducteur afin de le contrôler.

C'était à prévoir, la BMW était prise en chasse mais le conducteur guidait vite fait la patrouille dans le chemin de l'Arange menant au campement de gens du voyage installés depuis longtemps sur le territoire de Courtry.

Le conducteur de la BMW se gare un peu sauvagement et bondit hors du véhicule avant de se mettre à courir pour échapper à ses poursuivants.

Dans le camp réveillé, l'alerte est donnée et tout le monde sort de l'ombre, criant et lançant des pierres en direction des policiers. L'une d'elle endommage la voiture de patrouille.

Finalement, les fonctionnaires parviennent à interpeller le conducteur de la BMW et le conduisent au commissariat en garde à vue, où il se trouve encore à l'heure où nous mettons cet article en ligne, en attendant sa convocation devant le tribunal. Il sera poursuivi pour "refus d'obtempérer", "défaut de permis de conduire" et... "conduite sous l'empire d'un état alcoolique".

 

 

Mitry-Mory ►Coup de gueule des riverains : "Les gitans, ça suffit !"

Une centaine de caravanes a envahi la zone industrielle de la Villette-aux-Aulnes.

Les "campings" et les véhicules de toutes sortes des gens du voyage stationnent illégalement sur les trottoirs, sur les pelouses et aux abords des entreprises.

L’étang de pêche fait également les frais des nomades qui viennent "faire leur courses". A deux reprises, Robert Perret, président des pêcheurs à la ligne de Mitry, a fait appel aux forces de l'ordre pour faire évacuer une trentaine de personnes venues du campement sauvage, pêcher dans l’étang, sans autorisation. En outre, une porte d’entrée a été fracturée. Le président s’insurge : « Plus aucun pêcheur ne veut venir. Je suis obligé de coucher sur place pour surveiller ! En plus les gens du voyage jettent des détritus par-dessus les clôtures, je les ai vus. Ils stationnent illégalement sur les pelouses, bloquant l’accès au parking. C’est intolérable ! »

Il ajoute « Tous les ans cette histoire de gitans recommence. Il n’est pas normal que les autorités ainsi que le législateur ne fassent rien et que ce soit les riverains qui en fassent les frais. C’est une véritable invasion ! »

Un autre membre de l'association commente : "C'est sûr, ils sont bien ici, au bord de l'eau, dans la verdure... Ils ont tout sous la main, y compris l'électricité parce que vous savez, parfois, ils piquent du courant en faisant des branchements sauvages".

Les entreprises aussi sont dérangées

Les entreprises sont également affectées dans leurs activités. Les caravanes rendent difficile l'accès pour les livraisons et le personnel dit ne pas en "mener large" à l’entrée et à la sortie du travail : « Une collègue a été agressée verbalement par une femme du camp à la sortie du site de l'entreprise. Ses enfants jouaient devant le portail et elle ne voulait pas qu'on les dérange... Sa machine à laver est sur le trottoir avec des fils électriques qui se promènent n’importe où » raconte Odile, employée d’une société de transport.

Le problème des gens du voyage est récurant dans le secteur. La commune de Mitry-Mory ne compte qu’un petit parking provisoire de stationnement.

La mairie a porté plainte contre le stationnement illégal et un jugement en référé est en cours. Une évacuation est prévue courant juin. En attendant, les services de la municipalité ramassent les déchets et sacs poubelles et la mairie a établi un dialogue avec les gens du voyage. « Rien n’a été fait jusqu’ici à l’échelon territorial pour répondre à leurs besoins. Ça dépasse le cadre municipal. Nous attendons toujours des aires d’accueil susceptibles de recevoir des groupes importants comme celui-ci » précise-t-on à la mairie.

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3783,3782,3781,3780,3779,3778,3777,3776,3775,3774"]

 

Mitry-Mory ► L'agresseur de l'adjointe au maire sera jugé en juillet

L'un  des membres de la communauté des gens du voyage qui avait violemment bousculé l'adjointe au maire, Marianne Margaté, mercredi 15 avril, dans la soirée, sera jugé par le tribunal correctionnel le 2 juillet.

L'élue avait déposé plainte aussitôt après les faits et l'individu, âgé de 38 ans, auteur principal présumé, a été interpellé par la police, jeudi. Il comparaîtra devant les juges pour "violences volontaires aggravées". Le terme "aggravées" est utilisé dans ce cas en raison de la qualité de la victime qui s'était présentée en tentant d'intervenir pour empêcher l'installation des caravanes devant l'église du Bourg.

Finalement, les gens du voyage sont partis plus rapidement que prévu et sont retournés sur l'aire d'accueil légale de Villeparisis.

Mitry-Mory ► Le maire réagit à l'agression de son adjointe

Des gens du voyage sont entrés sur l’esplanade de l’église Saint-Martin du Bourg, à Mitry-Mory, mercredi 15 avril à 20 heures (voir notre article ). Pour empêcher cette installation illégale, Marianne Margaté, 1re adjointe de la ville et conseillère départementale, a tenté de s’opposer à l'intrusion, provoquant ainsi la colère des fauteurs de trouble qui l’ont agressée physiquement.

Charlotte Blandiot-Faride, maire de la commune, réclame à nouveau le retour d'un commissariat, relayant ainsi le souhait de nombre d'habitants. Dans son communiqué, elle indique : "Je condamne avec fermeté le recours à la violence, singulièrement à l’égard d’une élue de la République. Une plainte a été déposée et je demande que cet acte soit puni de façon exemplaire. L’Etat doit envoyer un signe fort et immédiat. La loi doit être appliquée partout et pour tous.

Cette situation montre combien notre commune a besoin de retrouver un commissariat de plein exercice permettant des interventions plus rapides afin d’assurer la sécurité de tous.

J’en appelle à la responsabilité de l’Etat et des préfets pour trouver des solutions à ces installations incessantes et toujours plus nombreuses sur notre commune. Nous voulons que l’Etat agisse et nous sommes prêts à prendre la part qui est la nôtre, comme nous l’avons toujours fait.

En effet, si l’expulsion rapide des installations illégales n’est pas réalisée sous prétexte de déficit  d’aire d’accueil, nous poussant dans des procédures longues et coûteuses, nous rappelons que la construction d’une aire d’accueil ne dépend pas de la responsabilité de la commune mais de celle de l’intercommunalité.

Nous n’avons jamais été opposés, bien au contraire, à travailler sur ce sujet. Notre intercommunalité a d’ailleurs sur son territoire plusieurs aires. Cependant, l’incertitude qui pèse sur le devenir de notre communauté de communes n’aide en rien à la constitution de projets.

Nous demandons donc à l’Etat d’arrêter de considérer la ville de Mitry-Mory comme déficitaire en ce domaine, car cette lecture est partiale et ne tient aucun compte des contingences historiques, économiques, juridiques, administratives qui amènent à cet état de fait dont nous ne sommes pas responsables.

Pour l’heure, nous demandons au préfet de donner les moyens de l’expulsion de toutes les installations illégales constatées sur la commune, dont certaines ont largement dépassé les délais légaux et causent de véritables problèmes de sécurité et salubrité publique."

Les caravanes installées à Mitry-Bourg 001

 

Mitry-Mory ► L'adjointe au maire agressée par des gens du voyage

Aujourd'hui, mercredi 15 avril, aux environs de 20 h 15, des gens du voyage se sont installés sur les espaces verts rue Biesta à Mitry-Mory, entre la résidence des Cèdres et l'église.

Le premier adjoint au maire, Marianne Margaté, a tenté de s'interposer alors que les caravanes s'acheminaient à proximité du monument aux morts.

De grosses pierres avaient été mises en place précédemment pour empêcher le passage des caravanes mais les nomades les ont déplacées.

Un témoin de la scène raconte : "Ce sont de très belles caravanes. Trois femmes sont sorties des véhicules et ont tenu tête à Marianne Margaté qui leur demandait de partir. Puis elles l'ont bousculée et ont repris le cours de leur installation".

L'élue n'est pas tombée par terre. Toutefois, elle a appelé la police et devrait déposer une plainte à l'encontre des femmes qui l'ont agressée.

A l'heure où nous mettons en ligne cet article, la police vient d'arriver sur place.

Mitry Marianne Margaté

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°44 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top