Meaux ► Un feu d'artifice aux couleurs de l'économie

Le principal est sans doute d'en avoir au moins un dans sa ville. Cependant, de nombreux spectateurs ont trouvé le feu d'artifice à Meaux, "un peu moins bien qu'avant". C'est que le temps est plutôt aux économies et les feux d'artifice, ça coûte très cher. Malgré tout, comme dans beaucoup d'autres villes, la municipalité tient à l'événement, "... Parce qu'il est important pour les administrés".

Quand nombre de grandes villes françaises ont raboté leurs dépenses "feu d'artifice", comme Marseille, Grenoble ou Montpellier, Paris dépenserait encore 700 000 euros dans les lumières du 14 juillet.

Meaux serait ainsi plus "raisonnable" en conservant sa ligne de conduite pour ne pas augmenter les impôts. Car les feux d'artifice, ce sont bien les impôts des administrés qui les payent. Alors s'ils sont "un peu moins grands, "un peu moins longs", c'est sans doute qu'ils vont coûter moins cher...

En tout cas, les administrés étaient nombreux, lundi 13 juillet, à venir voir le feu tiré sur la Marne à hauteur de la plage. Le parking du champ de foire et ses environs étaient pleins. Et puis c'était quand même un grand feu d'artifice avec des musiques bien rythmées et un début qui donnait des frissons avec la musique du film Pirates des Caraïbes.

La vidéo

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=YB06vnPEjp8&w=560&h=315]

 

La galerie photo

[gallery type="slideshow" size="large" ids="6482,6492,6491,6490,6498,6489,6488,6487,6486,6485,6484,6483"]

 

 

Hôtellerie - restauration ► Un salon pour l'emploi

113739318-594x335 LHR Emploi, Jeudi 12 mars au Centquatre, 104 rue d’Aubervilliers à Paris 19e. Entrée gratuite pour les visiteurs. Le salon emploi s’adresse à tous les professionnels de l’hôtellerie, restauration et tourisme à la recherche d’un emploi ou d’un nouveau challenge professionnel.

Contact direct avec les recruteurs : rendez-vous jeudi 12 mars avec les plus grandes entreprises du secteur : Restaurateurs ou hôteliers indépendants, grands groupes de restauration commerciale ou collective, chaînes hôtelières, cabinets de recrutement ou organismes de formation…

Plus de 40 recruteurs, plus de 3 000 postes à pourvoir, un Espace Coaching, animé par les coachs professionnels de l’Association ICF. Ils proposeront des ateliers collectifs pour échanger sur la confiance en soi ou la préparation avant un entretien ; des séances individuelles pour vous aider à valoriser votre candidature. Espace Service en salle avec des conseils & orientations, animés par les professionnels de l’association Ô Service des talents de demain. Au programme : des ateliers d’échanges, d’orientation et de recrutement sur les métiers de la salle.

Parcourez la liste des recruteurs sur : Plus de 3 000 offres d’emploi seront proposées. Cliquez sur le lien et parcourez la liste des recruteurs. Une deuxième sessions aura lieu jeudi 24 septembre au même endroit.

Pour bien vous préparer, retrouvez quelques recruteurs en vidéo :

http://www.lhotellerie-restauration.fr/lhr-emploi/recruteurs/the-peninsula-paris.htm

http://www.lhotellerie-restauration.fr/lhr-emploi/recruteurs/groupe-flo.htm

http://www.lhotellerie-restauration.fr/lhr-emploi/recruteurs/disneyland-paris.htm

http://www.lhotellerie-restauration.fr/lhr-emploi/recruteurs/compass-group.htm

Pratique

Restauration au CentQuatre :

Le Café Caché du CentQuatre, situé à l’entrée du CentQuatre (rue d’Aubervilliers), ouvert toute la journée. Le camion stationné dans la Halle Aubervilliers propose un large choix de pizzas, ainsi que des glaces et des confiseries.

Emprunts structurés ► Les collectivités locales peuvent faire appel au fonds de soutien porté à 3 milliards

Les collectivités locales concernées par des emprunts adossés à la parité euro / franc suisse, ont désormais jusqu'au 30 avril pour déposer leur demande d'aide auprès de d'Etat. Celle-ci devrait leur permettre de faire face à la hausse de leurs emprunts liée aux variations du franc suisse. Le gouvernement a doublé le fonds de soutien créé à leur attention en 2014 en portant celui-ci à 3 milliards. Cette hausse sera supportée conjointement par l’Etat et les banques.

Qu'est-ce qui a donc changé ? C’est une conséquence de la hausse du franc suisse. Les collectivités locales et les hôpitaux ayant contracté des emprunts à risque adossés à la parité euro / franc suisse font désormais face à de fortes hausses de leurs échéances de prêts et de leurs indemnités de remboursement. Pour lutter contre ces lourdes répercussions, le gouvernement a effectué une évaluation des conséquences et de consultations des acteurs concernés et a choisi de doubler les ressources du fonds de soutien aux collectivités locales touchées. Avec à la clé 1,5 milliard d’euros supplémentaires sur 15 ans. Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique, et Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du Budget, ont annoncé cette décision aux associations d’élus locaux le 24 février. Les ressources supplémentaires sont apportées pour moitié par l’Etat et pour moitié par les banques et les établissements financiers.

Il faut s'inscrire Le fonds de soutien est renforcé dans ses moyens pour soutenir les collectivités locales les plus touchées par la hausse du franc suisse, qui souhaitent s’inscrire dans une démarche volontaire de réduction de leur dette à risque. La date du 30 avril 2015 pour déposer les demandes d'aide est maintenue. Les modalités précises d’évolution du dispositif pour les collectivités concernées seront prochainement discutées au conseil national d’orientation stratégique du fonds de soutien. Concernant les échéances d’intérêt les plus proches et dans l'attente de l'intervention du fonds, les emprunteurs pourront se rapprocher des banques prêteuses qui ont indiqué leur volonté de mettre en place des solutions adaptées : différés partiels de paiement, reprofilage des échéances ou autres solutions équivalentes.

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.