Monthyon ► Un avion sur la RN 330

Les automobilistes ont assisté à un spectacle peu courant, ce matin, jeudi 14 janvier, sur la RN 330. Ils ont croisé un avion...

L'appareil de construction américaine, Douglas Skyraider, bombardier d'appui tactique produit entre 1944 et 1957, n'était pas seul sur la route. Il était porté par une plateforme pour arriver de Soissons et aller à Melun-Villaroche. Le parcours le plus pratique pour lui était évidemment de tracer une ligne droite à travers la Seine-et-Marne. Le convoi exceptionnel a donc emprunté la route nationale 330 en passant par Le Plessis-Belleville, Monthyon, Crégy-Lès-Meaux...

Le convoi a fait une pose vers 11 h 10 sur l'aire de repos de Château-Gaillard qui peut accueillir les poids-lourds.

Il a fallu que les automobilistes qui arrivaient en face se rangent sur le bas côté pour laisser la place au convoi : les 15,25 m d'envergure de l'avion, présentaient en effet un encombrement sur la chaussée, bien qu'une partie des ailes de l'engin aient été retirée de chaque côté, le réduisant à 7,50 m.

La plateforme particulière sur lequel il était transporté peut se relever ou s'abaisser selon les circonstances éventuelles rencontrées sur la route.

L'avion de collection rejoignait l'aérodrome de Melun pour faire réparer son moteur qui a lâché. Sa dernière utilisation en opération était au Tchad à la fin des années 70. Il était utilisé par l'armée de l'air tchadienne. Il a ensuite été rapatrié en vol après une remise en état, restauré et appartient à une association.

Monthyon, avion Skyraider

 

Chasseur Rafale ► Des pièces de l'avion volées

Un camion a été volé ce matin, mercredi 6 mai vers 8 heures, sur un parking du motoriste Snecma à Moissy-Cramayel.

Il est vraisemblable que les voleurs n'avaient pas connaissance du contenu du véhicule, dont ils ne peuvent pas faire grand chose. En effet, le camion transportait des pièces détachées destinées à la fabrication du moteur de l'avion de chasse Rafale du constructeur Dassault Aviation. C'est le chauffeur du poids lourd qui aurait constaté le vol. "Aucune des pièces volées ne présenterait de caractère sensible" affirme-t-on du côté des autorités judiciaires. Il s'agirait de diverses pièces aéronautiques dont un tube entrant dans la composition de la chambre de combustion du moteur de l'appareil.

Le site de la Snecma abrite la division Moteurs civils (assemblage, essais), la division Moteurs militaires (assemblage et essais) ainsi que les directions Technique (recherche, conception, développement, certification des moteurs) et Commerciale de Snecma.

Dernière minute ► Soirée déguisée et happy hour à l'hôtel Mercure du Bourget

L'hôtel Mercure du Bourget, au Blanc-Mesnil, propose, ce soir, mercredi 25 mars de 19 à 21 heures, une soirée "Happy Hour" sur le thème de l'aviation et des pilotes. Pour l’occasion, les serveurs et hôtesses d’accueil seront en tenue de personnel navigant et inviteront les clients à se rendre au bar pour profiter des 50 % sur les boissons de la carte du bar. Clichés en perspective !

OVNI ► Témoignages d'un pilote d'avion

Conférence à Pontault-Combault (77) par Jean-Gabriel Greslé, lundi 30 mars à 20 heures, hôtel Saphir, 144 rue des Berchères : présentation et bilan des études internationales référant aux phénomènes OVNI.

Jean-Gabriel Greslé, auteur de nombreux ouvrages de référence dans le domaine des ovni et conférencier, ancien pilote de chasse formé par l’US Air Force en 1953 a eu accès à des dossiers d’origine militaire, déclassifiées par un Acte du Congrès des Etats Unis en 1974, le Freedom of Information and Pricacy Act. En appliquant une méthode historique rigoureuse il dresse un bilan inattendu de la situation et confirme que l’hypothèse d’incursions non terrestres est de loin la plus probable pour expliquer une situation qui perdure sans doute depuis très longtemps.

Jean-Gabriel Greslé :

 Les personnes qui s’interrogent sur la possibilité d’une présence étrangère, non humaine, dans notre environnement immédiat, ont en général deux options : croire ou rejeter sans preuve en fonction de leurs préférences ou de leurs craintes, ou rejoindre une association civile de collecte et d’étude des observations.

 

Rencontres  Le 21 novembre 1966 vol Air France 089 avion F BHSV. Fonction co-pilote. Entre Rio de Janeiro et Florianopolis au Brésil, nous sommes doublés par la droite par un écho radar chronométré à MACH 5. Le 27 juillet 1984 vol Los Angeles Montréal avion F BHVL. Fonction CDB. Verticale de Détroit USA. Doublés par un groupe de sphères métalliques suivies d’une traînée lumineuse épaisse. Intrus signalé par le Contrôle de la navigation aérienne et confirmé par un vol Lufthansa et un vol Olympic Airways. Trajectoire vers l’est, parallèle à notre route. Vitesse calculée environ MACH 5. Le 5 novembre 1990 au sol à Gretz-Armainvilliers (77). Observation d’un engin énorme (longueur d’environ 250 mètres) qui passe à 600 mètres devant nous à l’altitude d’environ 300 mètres, dans un silence total et entre dans un strato-cumulus bas. Groupe de six témoins. D’autres témoins sont découverts ultérieurement. (Description et calculs dans OVNIS-Un pilote de ligne parle ; Editions Guy Trédaniel Paris 1993).

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°40 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top