Saint-Thibault-des-Vignes ► Sietrem : Un centre de tri high-tech pour 2017

Le Sietrem (syndicat pour l’enlèvement et le traitement des résidus ménagers) a sorti le grand jeu et a fait visiter en avant-première les élus des communes affiliées.

Samedi 17 septembre, le chantier du futur centre de tri situé dans la ZAC de la Courtillière, à Saint-Thibault-des-Vignes s'est dévoilé.

Un monstre de quarante tonnes
Véritable cœur du centre de tri, le trommel, long de vingt mètres et d’un poids de quarante tonnes, a été installé le 1eraoût à l’aide de deux grues de levage. C’est un gros tamis cylindrique qui ressemble à un très long wagon. Il assurera le délitage des déchets entre eux pour un pré-tri de la matière. « Vous allez visiter le chantier dans son aspect architectural qui sort du lot par rapport à ce qui existe dans la ZAC. Concernant le tri, on espère que les habitants se rendront compte que c’est un outil essentiel dans le maillon du tri et du recyclage » déclare Lydie Vincent, ingénieur Sietrem, avant d’inviter les participants à enfiler casque et gilet fluo pour accéder au chantier.
« Nous sommes prêts pour le futur »
Avec le nouvel équipement, le syndicat atteindra un potentiel de tri de 30 000 tonnes de déchets, contre 15 000 tonnes actuellement. « En 1983, on avait le premier four, huit tonnes/heure, pour brûler nos déchets. Les élus de l’époque avaient déjà pensé à construire une usine pouvant accueillir trois fours. Aujourd’hui, nous disposons de fours à douze tonnes/heure. Grâce à Michel Ricart, nous sommes aussi en avance dans l’énergétique. On est prêts à chauffer 2 000 logements avec notre fabrication de vapeur. Car c’est le génie du syndicat : envisager un futur que l’on ne connaissait pas et dont on est fiers » insiste Michel Gérès. 

Nicole Bricq, sénatrice de Seine-et-Marne, évoque les débuts du tri sélectif en 1993, dont elle a été parmi les pionniers en France : « Nous avions lancé une trentaine de sites pilotes. Ils étaient en avance et avaient déjà réfléchi à tout ce qui allait suivre. Et le Sietrem était, déjà à l’époque, en avance ».

L’aboutissement d’un projet
Implanté sur un terrain de 9 194 m² face à la déchetterie, le bâtiment occupe une surface de 4 611 m². Les travaux ont démarré en janvier, la charpente a été livrée en juillet en même temps que le premier équipement imposant de la chaîne de tri. « Michel Ricart, maire de Lognes et ancien président du Sietrem, a été le visionnaire et l’initiateur, participant activement jusqu’en mai 2014 au projet qui arrive aujourd’hui à sa phase terminale » rappelle Christian Plumard, vice-président du Sietrem, avant de brosser la genèse d’un projet qui remonte à cinq ans.
Opérationnel fin juin 2017
Le coût sur les six années d’exploitation est évalué à 24 millions d’euros. La construction du bâtiment et de la chaîne de tri représentent 16 millions. Le centre, ultra-moderne, devrait être mis en service en mars 2017 pour être opérationnel fin juin.
Des technologies innovantes
Le bâtiment bénéficiera des dernières normes HQE (Haute qualité environnementale) et récupérera l’énergie des compresseurs d’air pour chauffer la cabine de tri optique. Il adoptera des technologies résolument innovantes dans la séparation séquentielle des déchets et leur acheminement automatisé, tels un système TSA2 breveté par Véolia et une griffe développée par la société Neos. « Afin d’assurer la fluidité entre les grandes fonctions du centre, trois zones sont prévues : réception, tri et traitement, stockage en balles » poursuit Jean-Luc Delwarte, directeur de projets chez Veolia.
Trente et une villes et des services à la clé
Le syndicat a été créé en 1962. Actuellement, présidé par Michel Gérès, maire de Croissy-Beaubourg, assisté de dix vice-présidents, il regroupe vingt-neuf communes de Seine-et-Marne et deux communes de Seine-Saint-Denis (Gournay-sur-Marne et Montfermeil). Sa vocation est la collecte, le traitement et la valorisation des déchets ménagers sur son territoire, tout en veillant à la maîtrise des coûts et au respect de l’environnement.

Il rend ainsi service à une population d’environ 295 000 habitants, répartis sur une superficie de 172 km². Depuis 2008, dans le cadre de ses missions de sensibilisation, le Sietrem promeut le compostage domestique et, depuis 2011, poursuit ses animations en direction des écoles et des jeunes. La capacité de traitement autorisée de 140 000 tonnes par an (déchets ménagers et industriels ordinaires) a été portée en 2015 à 155 000 tonnes, ceci afin d’optimiser la capacité réelle de l’usine d’incinération.

Renseignements : www.sietrem.fr

[gallery type="slideshow" size="large" ids="30895,30898,30899,30897,30896,30894,30893,30892,30888,30891,30890,30889"]

 

 

Lognes ► Le Sietrem a distribué des cahiers en papier recyclé

Le Sietrem, syndicat mixte pour l'enlèvement et le traitement des résidus ménagers, a distribué aux élèves de CM1 de l'école du Segrais à Lognes des cahiers en papier recyclé, jeudi 1er septembre.

Une cinquantaine de cahiers de texte ou d'écriture a été remise aux élèves de CM1 de l'école du Segrais, le jour de la rentrée. L'opération permet de sensibiliser les élèves et leurs parents aux gestes éco-citoyens grâce à des informations illustrées et des jeux. Michel Gérès, le président du Sietrem, explique : "Les enfants pourront, à leur niveau, contribuer à la préservation des ressources naturelles en adoptant les bons gestes au quotidien. On doit leur apprendre à jeter moins, trier mieux et consommer de façon plus réfléchie".

Six pages du cahier contiennent des conseils et des informations pour adopter de bons comportements écologiques : le tri, le compostage, la valorisation des déchets, l'économie des ressources naturelles, le réchauffement climatique, des astuces "pour ne pas perdre une miette" contre le gaspillage alimentaire, grâce au site www.casuffitlegachis.fr mais aussi les actions de sensibilisation du syndicat mixte. De nombreux jeux et une recette de pain perdu abordent les thèmes de manière plus ludique.

Les fiches dressent également la liste des cinq déchetteries implantées sur le territoire du Sietrem (Chanteloup-en-Brie, Noisiel, Saint-Thibault-des-Vignes, Croissy-Beaubourg et Chelles) et explique ce qu'est l'économie circulaire qui intègre la notion de recyclage et de réutilisation des objets et des services.

Hien Toan Phan, vice-président du Sietrem, responsable de la communication, insiste : "Les enfants sont des vecteurs de communication entre leurs parents et nous pour bien trier et ne pas jeter n'importe comment".

Jeudi, les cahiers ont été distribués à tous les élèves de CM1 des trente et une communes composant le syndicat, soit, au total, 3 060 cahiers d'écriture et 1 600 cahiers de texte. Le don aux enfants est pratiqué par le Sietrem depuis dix ans.

En 2015, 41 classes, soit 1 139 élèves, ont été sensibilisées et 10 animations ont été proposées dans des centres de loisirs. Les portes-ouvertes du Sietrem, proposées chaque année le premier week-end d'avril, font visiter l'usine d'incinération et découvrir le compostage dans un jardin de démonstration.

Le Sietrem

[gallery size="large" type="slideshow" ids="29990,30015,29991"]

Saint-Thibault-des-Vignes ► Le Sietrem distribue des composteurs aux habitants

Le Sietrem (Syndicat mixte d’enlèvement et de traitement des résidus ménagers), à Saint-Thibault-des-Vignes, a lancé en 2008 la mise en place du compostage domestique. Depuis cette date, 5 529 composteurs ont été vendus aux habitants volontaires des 31 communes de la zone qu’il dessert.

Ils avaient rempli le questionnaire sur internet. Soixante-dix volontaires étaient attendus mercredi 4 mai à l’usine de traitement du Sietrem. En échange de vingt euros, ils se sont vus remettre les composteurs de 400 litres en bois traité avec lesquels ils vont produire le compost pour leurs jardins et leurs potagers. Tri des déchets, démarche écologique et réduction des coûts étaient au cœur des motivations des protagonistes de l'opération.
Un jardin de démonstration
Une fois les formalités accomplies et le matériel dans le coffre des voitures, les volontaires ont rejoint Isabelle Andrusiow et Luis Silva au jardin de démonstration. Près de l’hôtel à insectes, structure indispensable pour attirer une partie des espèces animales qui vont travailler pendant huit mois, des carrés de semis plantés avec ou sans compost ont apporté la preuve de la valeur de l'engrais naturel.

Les deux maitres-composteurs le disent en chœur : « Nous sommes là pour faire connaître à tous nos visiteurs les subtilités du compostage, sa fabrication, le moment où il est prêt à être utilisé, le tamisage indispensable quand on veut le mettre dans des jardinières ».

Démarche écologique
Qu’ils viennent de Chelles comme Daniel Dias, d’Emerainville comme David Hauttequet ou de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) comme Marie-Christine Frazao, tous tenaient le même propos : « Il est important de réduire le volume des déchets et de chercher à les recycler. La démarche, écologique et volontaire, va permettre de produire le compost pour les fleurs et le potager familial ».
Réduire le volume des déchets
Pour les responsables du Sietrem, l’opération n’est pas neutre. Lydie Vincent, responsable du service de traitement des déchets, rappelle : « Les déchets verts représentent 30 % du volume des poubelles. Démultiplier la distribution des composteurs implique moins de volumes à collecter et à traiter et une moindre consommation d’énergie ».

Patrick Donzel-Bourjade, directeur général des services, insiste sur les évolutions à venir : « Le Sietrem est en train de construire une usine de tri des déchets à proximité du site actuel. Elle ouvrira en 2017 ». Le tri est en effet l’autre volet important du traitement des déchets.

Pour tous renseignements sur la mise à disposition des composteurs et pour la bonne recette du compost :

Sietrem - ZAE La Courtillière, 3 rue du Grand-Pommeraye, 77400 St-Thibault-des-Vignes

Site internet : www.sietrem.fr ; courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="24076,24078,24077,24079"]

Saint-Thibault-des-Vignes ► Au Sietrem : les déchets ont livré leurs secrets

Le Sietrem (Syndicat mixte d’enlèvement et de traitement des résidus ménagers) a fait découvrir son fonctionnement au public, samedi 2 avril. Pour la journée portes ouvertes, 550 personnes ont fait le déplacement pour visiter le centre et découvrir les secrets du traitement et de valorisation énergétique implanté à Saint-Thibault-des-Vignes.

Organisée par le Syndicat mixte d’enlèvement et de traitement des résidus ménagers (SIETREM), la journée avait pour but de faire connaître au public l’installation qui traite et valorise plus de 140 000 tonnes de déchets ménagers par an et de sensibiliser le public aux gestes écoresponsables.

Accueillie par les équipes du SIETREM et de SUEZ-NOVERGIE, l’exploitant du centre de traitement et de valorisation énergétique, avec l’aide des différents bénévoles et partenaires (YPREMA, DERICHEBOURG, ATV, collectif Vivre autrement Marne et Gondoire, association SEL), l’assistance était invitée à participer à une dizaine d’activités ludiques et pédagogiques : stand sur le tri, film pédagogique sur les déchets, atelier de fabrication de peinture à base d’ingrédients d’origine naturelle, conseils pour lutter contre le gaspillage alimentaire, jeu « Zéro déchets », démonstration du fonctionnement d’une benne de collecte, animation compostage et jardin pédagogique…

Nouveauté de cette édition 2016 : l’organisation qu’une gratiféria permettant au public de repartir gratuitement avec des objets de seconde main pour leur donner une nouvelle vie. « J’ai amené à la gratiféria des vêtements que je ne portais plus. Je suis heureuse de savoir qu’ils resserviront à d’autres personnes. En échange, j’ai récupéré de la layette pour mes petits-enfants : tout le monde est gagnant ! » explique Agnès, 58 ans, habitante de Lagny-sur-Marne.

Outre ces différentes animations, l’événement phare de la journée était sans conteste la visite du centre de valorisation et de traitement des déchets. Grâce aux explications avisées des différents techniciens, l’installation, qui traite les déchets ménagers des 31 communes adhérentes au SIETREM, n’a maintenant plus de secret pour les visiteurs. Les enfants ont particulièrement été impressionnés par la manipulation du grappin qui permet de soulever plus de 2 tonnes de déchets dans la fosse à ordures mais aussi par le cheval postier breton qui tracte par voie fluviale et sur près de 500 mètres une péniche sur laquelle se trouve des mâchefers (résidus solides issus de la combustion de déchets ménagers) depuis le SIETREM jusqu’à l’usine YPREMA, qui assure la transformation, le recyclage et la valorisation de ces déchets. Alternative au transport routier, la traction hippomobile permet de transporter 100 tonnes de mâchefers, soit l’équivalent de 12 camions. Cette solution limite ainsi l’impact environnemental (évite la pollution et les nuisances sonores engendrées par le transport classique par camion) et fait la joie des promeneurs qui empruntent le chemin de halage, le long des bords de Marne.

Pour toutes informations relatives aux déchets, contactez le SIETREM au 0 800 770 061 ou connectez-vous sur le site www.sietrem.fr

SIETREM – ZAE de la Courtillière – 3, rue de la Grande Pommeraye – 77400 St-Thibault-des-Vignes

[gallery type="slideshow" size="large" ids="22587,22585,22586,22584,22582,22581"]

Saint-Thibault_Sietrem

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°51 : les solutions des jeux

Found no item!

Lire les mensuels

Go to top