Collégien ► Avenue Michel-Chartier : le bitume peint en bleu

Adieu rue de Melun, bonjour avenue Michel-Chartier. Depuis samedi 1er octobre, l’artère principale du village a été rebaptisée... et peinte en bleu.

C'est le pinceau à la main que les élus et des habitants ont inauguré le nouveau nom de l'avenue : Michel-Chartier. Ils ont été invités par des artistes de l’association Hard-Déco à prendre un pinceau pour participer à une œuvre collective. Il s’agissait de peindre en couleur bleu azur, à l’aide d’une peinture éphémère, les lettres « Av. Michel Chartier » sur le bitume de la voie ainsi rebaptisée. Surpris par l'originalité de la démarche, petits et grands ne se sont pas fait prier pour apporter leur contribution symbolique, "une fête, comme il l'aurait aimée".

Réglementée en zone 30, la D418 traverse le village, permettant de relier Bussy-Saint-Georges à Torcy. Elle portait depuis 1896 le nom de rue de Melun.

L'hommage du village était pour celui qui a été son maire pendant dix-neuf ans et président de Marne-et-Gondoire jusqu'à son décès, survenu le 30 septembre 2015.

Joyeusement guidés par la FBI (Fanfare burlesque d’intervention), les Collégeois se sont rassemblés en nombre sous la grande halle de la place Mireille-Morvan où se tenait une exposition sur l’élu disparu.

Hommage et acte de mémoire
« L’attribution d’un nom de rue est porteuse de sens. Elle se veut exprimer un hommage public envers un personnage de l’histoire de la commune » a déclaré Marc Pinoteau, le maire de la ville. Il a évoqué Michel Chartier au travers de son engagement pendant plus de trente ans pour la commune, puis pour le territoire de Marne-et-Gondoire. « J’ai bien entendu les remarques et les oppositions d’une partie des riverains attachés au nom de la rue de Melun. Des petites tracasseries, oui, il y en a. Mais les services de la mairie ont mis tout en œuvre pour épauler les habitants dans toutes leurs démarches. L’histoire s’écrit aussi aujourd’hui. Michel l’a écrite pendant trente ans. C’est le sens de la décision du conseil municipal et de l'hommage pour notre mémoire et celle des générations à venir » a poursuivi le maire.
Lors d’une promenade à vélo
Armelle Chartier a donné son accord pour que l’avenue porte le nom de son époux. « Quand Michel a découvert Collégien, par hasard, en faisant une promenade à vélo avec un ami, il a su très vite que c’est ici que nous ferions notre vie. Nous habitions alors Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ». Elle a rappelé ses victoires, mais aussi ses combats. « Pour Michel, qui voulait rendre au mot  "politique" son vrai sens, être au service de la cité, il fallait aller de l’avant et sa détermination s’en trouvait renforcée ».
« Je n’oublie pas votre problème »
Gérard Branly, sous-préfet de Torcy depuis mars 2015, n’a pas occulté le problème de circulation dans Collégien. « La ville a une particularité. Elle subit les effets de détournement de trafic, liés à un séparateur situé sur une voie rapide à proximité. Je sais que c’est un sujet complexe qui perturbe la vie des habitants et je ne l’oublie pas. Il y a un problème de sécurité, mais aussi de financement, avec l’aménagement routier qui nécessite des millions d’euros ». Et d’ajouter qu’il était « heureux de participer à cet hommage et de poser [lui aussi] sa pierre à l’édifice réalisé par Michel Chartier ».

Élus et habitants se sont rendus ensuite devant la plaque commémorative pour son inauguration.

La rue de Melun a toujours ses partisans
Cependant la cérémonie n’était pas du goût de tous. Un collectif d’habitants s'est regroupé, de l’autre côté de la rue, pour manifester leur opposition. Ils l'ont faite dans le calme, banderole déployée et pancarte exhibée sur la poitrine. « Changer la rue en avenue est une décision hâtive car toutes les conditions ne sont pas requises. Déjà, les bus peinent à se croiser » lâche une riveraine. La pétition du collectif a recueilli 215 signatures à ce jour. « Nous voulons garder le nom rue de Melun pour des raisons historiques et sentimentales. Nous n’avons rien contre Michel Chartier et avions même proposé de donner son nom à l’école, au futur auditorium ou encore à la rue où il habitait ». 

Guy Cantin dirige une entreprise de sellerie au 24 bis de la rue de Melun. Il refuse catégoriquement de changer son adresse. « J’ai mes fournisseurs et 2 500 clients à prévenir, en France comme à l'étranger. En changeant de nom, ont-ils pensé aux conséquences financières : documents administratifs, cartes grises, plaques d’immatriculation, courrier ? ». 

Max Meziane, qui tient un bar-tabac à l’entrée de la même rue, ne décolère pas. « La décision a été prise sans concertation citoyenne. C’est un manque de respect vis-à-vis des anciens et je suis bien placé pour vous dire qu’ils sont très remontés ».  

[gallery type="slideshow" size="large" ids="32024,32007,32020,32009,32010,32011,32006,32012,32013,32014,32015,32016,32018,32026,32019,32022,32021,32023,32025,32027,32005"]

Collégien 17 : De gauche à droite : Jean-Paul Michel, maire de Lagny et président de Marne-et-Gondoire, Gérard Branly, Marc Pinoteau, Armelle Chartier, Eduardo Rihan Cypel, député de Seine-et-Marne.

Collégien ► Les habitants ont rendu un dernier hommage à "leur" maire 

Un hommage public à Michel Chartier a été rendu samedi 10 octobre, en fin de matinée, à Collégien, la commune dont il a été le maire de 1995 à 2014. Les obsèques avaient eu lieu dans la plus stricte intimité quelques jours auparavant.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=4UykYGhWGUc&w=560&h=315]

Les hommages au président PS de la communauté d'agglomération Marne-et-Gondoire sont venus de tous les élus du secteur, de gauche comme de droite, depuis que la nouvelle de son décès a été annoncée mercredi 30 septembre. Tous ont salué le "père fondateur du territoire" et le "bâtisseur". Sa "force de caractère" et ses "valeurs éthiques" ont été "unanimement reconnues".

Le gymnase de Collégien pouvait à peine contenir la foule qui évoquait les multiples histoires et écrivait des messages de reconnaissance dans les livres du souvenir. Au-dessus de la scène où le préfet et les élus se sont succédés pour l'éloge funèbre, un portrait géant de l'édile était dressé.

Les murs étaient recouverts de photos de ses œuvres et de ses actions. "C'était un grand maire, c'était notre maire" confie Janine, une habitante, la voix empreinte d'émotion. Pierre, qui vient à peine de signer le registre de condoléances, où des messages de remerciement et d'admiration noircissaient les pages, ajoute : "Regardez autour de vous. Il a totalement transformé notre village. C'était un visionnaire".

Un nouveau président de la communauté d'agglomération Marne-et-Gondoire sera élu, lundi 12 octobre. Jean-Paul Michel, maire de Lagny-sur-Marne, qui assure l'intérim, et Chantal Brunel, tout juste réélue maire de Bussy-Saint-Georges, sont les favoris.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="11420,11419,11418,11416,11417,11415,11414,11413,11412"]

 

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°52 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top