×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Agglo du Grand Roissy ► Du tirage à l'élection des Seine-et-Marnais

Ça y est ! Le conseil communautaire de la communauté d’agglomération Roissy Pays-de-France (Carpf) a été installé, jeudi 31 mars. Facile : un poste correspondait à un candidat, sauf pour quelques-uns. L'élection a engendré du tirage entre une partie des Seine-et-Marnais.

Patrick Renaud (DVD), adjoint au maire de Roissy-en-France, a été élu président jeudi 31 mars. Quinze vice-présidents et dix conseillers communautaires complètent le bureau. Parmi eux, six élus de Seine-et-Marne .

Après des mois d’incertitude, le Conseil d’Etat avait levé le 6 février les dernières réserves soulevées sur la gouvernance de l’instance. L’élection du bureau va permettre à la Carpf de fonctionner. Des 42 communes qui la composent, 25 sont issues de la fusion de deux agglos du Val-d’Oise et 17 de l’ancienne agglo seine-et-marnaise Plaine et Monts de France.

De la Carpf... à la Carpf
Aucun suspense pour l’élection du président : Patrick Renaud était en effet le seul candidat pour le poste. Georges Dehalt, doyen d’âge de la séance a annoncé le résultat du scrutin.

Elu par 102 voix contre 3 bulletins blancs, Patrick Renaud devient pour quatre ans président de l’agglo Roissy Pays de France après avoir été celui de l’ancienne mouture de la Carpf sous le nom de Roissy Porte de France.

Un après-midi de consensus
Place ensuite à l’élection des quinze vice-présidents et dix conseillers communautaires délégués. Sans surprise puisqu’il n’y avait qu’un candidat, le poste de 1er vice-président échoit à Didier Vaillant (PS), Conseiller municipal à Villiers-le-Bel qui était président de Val-de-France, une des deux agglos absorbées dans la fusion.

Quatre heures et 26 votes ont été nécessaires pour la constitution du bureau mais l’ensemble des scrutins s’est déroulé sans incident ni passion. Vingt-deux des postes n'avaient chacun qu'un seul candidat.

La bagarre pour les places n'a pas été des plus féroces. Si quatre des scrutins ont fait apparaître un second candidat, les vainqueurs ont chaque fois été élus avec une large majorité.

Entre Seine-et-Marnais
Cependant, du côté des Seine-et-Marnais, un duel a fait son apparition quand Alain Aubry, le maire du Mesnil-Amelot, a proposé sa candidature en face de Daniel Dometz, le maire de Saint-Mard. C'est peut-être l'intervention de Bernard Corneille, maire d'Othis et conseiller départemental (contre lequel Daniel Dometz avait perdu aux dernières élections départementales), ainsi que celle de Bernard Rigault, l'ancien président de Plaines et monts de France, maire de Moussy-le-Neuf, qui ont fait pencher la balance. Le conseiller départemental a pris la parole : "Le Mesnil-Amelot va devenir une commune incontournable avec tout ce qui s'y prépare dans les vingt prochaines années, à commencer par la gare du Grand Paris Express. Tout ça est étroitement lié au projet du Grand Roissy et s'inscrit dans les perspectives de développement de l'aéroport. Le Mesnil-Amelot est important et il faut que son maire soit vice-président de la Carpf". 

Alain Aubry a remporté la 12e vice-présidence d'une voix. Il sera chargé des bâtiments intercommunaux.

Si trois des face-à-face n’ont vu s’affronter que des candidats seine-et-marnais, l'un d'eux a présenté la particularité d’être 100 % villeparisien. Avant d’être élu deuxième vice-président de la nouvelle assemblée, chargé du développement durable et des ordures ménagères, Hervé Touguet, le maire de la ville a dû batailler avec Claude Sicre de Fontbrune, ex-colistier, désormais opposant. Hervé Touguet l’a emporté avec 98 voix en sa faveur.

Enfin, Michel Dutruge, le maire de Dammartin-en-Goële et Daniel Haquin, le maire de Juilly, se sont disputé une place de conseiller communautaire. Le premier a remporté l'élection qui lui octroie la délégation au Travaux et voirie.

"Dialogue et esprit d'ouverture"
Dans le discours qui a suivi son élection, Patrick Renaud s’est présenté en homme de consensus. Il a déclaré : "Je salue la fin de deux années de difficultés avec des investissements stoppés et je pense aussi au personnel de l’agglo qui était en attente... Je suis un homme de dialogue et je souhaite que chacun cultive cet esprit d’ouverture ».

La Carpf votera son budget jeudi 14 avril.

La composition du bureau
Président : Patrick Renaud

15 vice-président(e)s : Didier Vaillant, Hervé Touguet, Bernard Angels, Annie Peronnet, Jean-Luc Servières, Jean-Noël Moisset, Pascal Doll, Charlotte Blandiot-Faride, Alain Louis, Ilham Moustachir, Tutem Sahindal-Deniz, Alain Aubry, Jean-Luc Herkat, Gérard Bonhomet, Charles Soufir.

10 conseillers communautaires délégué(e)s : Jean-Pierre Blazy, François Pupponi, Pierre Barros, Isabelle Beressi, Michel Dutruge, Jean-Marie Fossier, Jean-Claude Geniès, Jean-Louis Marsac, Alain Pigot, Isabelle Rusin.

(En gras, les six élus seine-et-marnais)

[gallery type="slideshow" size="large" ids="22397,22395,22551,22396,22400,22550,22552"]

Plaines et monts de France ► L'interco se réunira dans les villages

La CCPMF (communauté de communes Plaines et monts de France) va se réunir dans les villages et les quelques villes qui lui restent. Ce soir pourrait-être la dernière fois que les 20 tiennent conseil au siège, à Dammartin.

La proposition qui a séduit la majorité des membres de l'intercommunalité a été faite lundi dernier par le président de Plaines et monts de France, Jean-Louis Durand : "Nous pourrions nous réunir dans les communes qui prendrait leur tour de rôle. Ainsi, les habitants qui peuvent difficilement se déplacer ou pour qui Dammartin, l'actuel siège, fait un peu loin, pourraient venir assister aux conseils communautaires". 

L'idée prend sa source dans l'ancienne tradition, du temps où l'interco, de configuration différente toutefois, s'appelait Plaine de France. Le principe de conseil "itinérant" a été adopté lundi 7 mars, en même temps que l'attribution des différents syndicats.

Les membres étant moins nombreux que dans la précédente CCPMF, il a parfois fallu forcer un peu les bonnes volontés pour qu'elles acceptent plus de responsabilités. Ainsi parmi les attributions aux délégués, figurent les transports, l'aménagement numérique, les déchets ménagers, la Mission locale, Seine-et-Marne développement, Initiative Nord77...

Un budget "a minima"
Cependant, ce soir, lundi 14 mars, la CCPMF se réunira encore à Dammartin - qui fait dorénavant partie de la Carpf (communauté d'agglomération Roissy Pays de France). Il faudra en effet qu'elle définisse son budget. "Il faut que nous mettions les choses en place pour honorer nos factures et payer le personnel. C'est un budget a minima que nous allons voter ce soir" souligne le président.

L'affaire ne va pas forcément aller comme sur des roulettes car, même si les esprits se sont manifestement détendus, il leur arrive de diverger.

Le montage financier de Plaines et monts de France s'appuierait, pour le moment, sur le fait que la Carpf redonnerait les contributions des 17 communes de Seine-et-Marne qu'elle a intégrées. "C'est normal et je fais confiance à ce qui a été dit" a déclaré, lundi dernier, Jean-Louis Durand.

D'autres, comme Yannick Urbaniak, maire de Nantouillet, 4e vice-président, sont moins sereins quant aux engagements oraux de la Carpf.

 

Villeparisis ► Sept élus du conseil iront à l’agglo

Sept délégués ont été élus dans une ambiance électrique, jeudi 10 mars. Ils prendront part aux débats de la Carpf. L’élection des représentants de la ville au conseil communautaire de la communauté d’agglomération Roissy Pays de France (CARPF) était à l’ordre du jour du conseil municipal.

Le changement d’intercommunalité de Villeparisis qui, comme seize autres communes de Plaines et monts de France, est intégrée dans la Carpf pose toujours problème. Lors de ses vœux, le 5 janvier dernier, Hervé Touguet avait admis que Villeparisis faisait partie de la nouvelle grande intercommunalité, sachant « qu’il faudrait identifier les opportunités pour notre territoire ». Parmi les questions en suspens, compétences de l’agglo, remise en cause de services, figurait celle sensible entre toutes de la représentation de la ville par ses délégués. Beaucoup se pressaient pour avoir une des sept places.
Menace de référé
Le passage de 16 à 7 représentants a cristallisé les inquiétudes. Claude Sicre de Fontbrune (UDI), ex allié du maire, craignait d’être écarté de l’instance communautaire et a ouvert le tir. Sa menace était claire, s’il ne « figurait pas dans les délégués, l’affaire serait portée dès le lendemain devant le tribunal administratif pour obtenir un référé suspension ». Avec le risque qu’au 31 mars, Villeparisis n’ait aucun représentant.
Sept délégués élus
La proposition de Gilles Loubignac (PS) de constituer une liste commune n’a pas reçu l’assentiment d'Hervé Touguet qui estimait qu’il fallait élire sept représentants. Le scrutin organisé sur cette base a permis d’attribuer cinq postes à la liste du maire, un à celle de Gilles Loubignac. Quant à Claude Sicre de Fontbrune, si son élection semble lever la menace de référé, elle ne réchauffera pas ses relations avec le maire (Voir notre vidéo).
"Du flou sur les investissements"
La présentation du rapport d’orientation budgétaire a suscité des interrogations dans les rangs de l’opposition. L’absence de plan pluriannuel d’investissements (PPI) a été critiquée. Certains ont dénoncé, à l’image de Michèle Pelabère (l'ancienne conseillère départementale PS) « une absence de vision de l’avenir, aucun investissement tout en endettant la ville ». Pour Franck Rolland (EELV), la création d’une commission financière « permettrait de travailler avec plus d’efficacité et moins d’animosité ». Hervé Touguet justifie ses choix par « les incertitudes liées aux financements par la nouvelle intercommunalité et la volonté de reconstituer la capacité d’emprunt ».
Les délégués
  • Liste « Pour un nouvel avenir à Villeparisis » (LR) : Hervé Touguet, Marie-Claude Obélério, Hassan Fere, Aurélie Tastayre et Guy de Miras
  • Liste « Ensemble pour Villeparisis » (PS) : Gilles Loubignac
  • Liste « Vivre notre ville » (UDI) : Claude Sicre de Fontbrune (UDI)
[gallery size="large" ids="21091,21090,21089,21092"]

Mitry-Mory ► Agglo : les délégués élus

Agglo : Un conseil municipal particulier s’est déroulé à Mitry-Mory, jeudi 10 mars. L'événement n’avait qu’un seul thème : l’élection des conseillers communautaires qui siégeront au conseil de la Carpf (communauté d’agglomération Roissy Pays de France).

La communauté d’agglomération à laquelle Mitry-Mory est dorénavant intégrée s’étend du Val-d’Oise à la Seine et Marne et comprend 343 000 habitants, 42 communes dont 17 seine et marnaises. Parmi les 105 conseillers communautaires élus, 30 représenteront la Seine et Marne.

A Mitry, jeudi, deux listes se sont présentées, la première composée d’élus de la majorité et la liste de l’opposition avec l'élu UDI, Laurent Prugneau.

Le conseil municipal a voté et désigné la liste conduite par Charlotte Blandiot-Faride qui a réuni 25 voix contre 6 pour la liste de l’opposition. Ainsi, cinq conseillers communautaires représenteront Mitry-Mory au conseil de la Carpf : Charlotte Blandiot Faride, Marianne Margaté, Laure Greuzat, Benoît Penez et Laurent Prugneau.

Le maire déclare : "J'ai un premier objectif dans ce conseil communautaire, c'est que Mitry-Mory et ses habitants soient respectés et que les projets que la ville veut mener à terme soient respectés eux aussi. J'ai espoir de pouvoir travailler main dans la main avec les autres communes qui forment l’agglomération Roissy Pays de France afin de faire avancer les territoires sur des enjeux majeurs tels que le transport, la santé, l’aménagement et l’éducation".

Mettre en place un budget
Bien que Mitry ait été contre la constitution de la gigantesque intercommunalité et, selon le maire, " une configuration qui ne présente pas assez de proximité avec les habitants", la municipalité a été "contrainte d’y entrer". "Nous comptons désormais y travailler pour le bien-être de la population et pour mener à bien les engagements pour lesquels la municipalité a été élue. Notre première préoccupation est de mettre en place un budget qui ne fait pas subir de hausse d’impôts aux Mitryens et qui ne fait pas perdre de moyens à la ville" souligne Charlotte Blandiot-Faride.

L’élection du président et des 15 vices-présidents du conseil communautaire aura lieu jeudi 31 mars à Roissy-en-France.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="21193,21164"]

Carpf

Le mensuel n°26 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.