Sun-Lay Tan

Sun-Lay Tan

FAITS DIVERS-

Survivaliste : Un véritable arsenal de guerre a été retrouvé par les policiers, hier, jeudi 31 mars, au domicile d'un Serrissien âgé de 22 ans. L'homme se préparait à la fin du monde...

Quatre cocktails Molotov, des couteaux militaires, des cartouches, des munitions, une grenade à plâtre, un fusil de chasse de calibre 12 mm et une arbalète. C'est la saisie qu'ont fait les enquêteurs chez un habitant de l'avenue de Saria à Serris lors des perquisitions qui se sont déroulées mercredi et jeudi matin.

Des produits chimiques permettant de fabriquer des bombes ou des explosifs ont également été retrouvés. "Nous y avons découvert du nitrate d'aluminium, du soufre et de l'aluminium en poudre ainsi qu'un kilo de chlorure d'ammonium" détaille une source proche de l'enquête.

Des riverains qui ont assisté au défilé des forces de l'ordre ont d'abord cru au tournage d'un film qui s'est tourné le même jour dans la ville. "Lorsque je me suis rendue compte que ce n'était pas une fiction, j'ai eu froid dans le dos" raconte Mélanie qui habite à deux pas des lieux.

Stage commando et paintball
L'individu, un ancien militaire, aurait expliqué, lors de sa garde à vue au commissariat de Chessy, être pratiquant du survivalisme, une mouvance qui prône la préparation à la survie en cas de révolution, de catastrophe mondiale, de cataclysme ou de fin du monde. "C'est à l'occasion d'un stage commando que le fan de paintball et de ball-trap [NDLA : tir aux pigeons d'argile] est devenu un adepte du mouvement. Il avait préparé du matériel permettant de  survivre plus de trois semaines en forêt" rapporte un enquêteur.

Si le nom du jeune homme ne figure pas dans les fiches des renseignements territoriaux, les services de police possèdent sur lui un dossier conséquent. En effet, le survivaliste a déjà été arrêté et condamné pour "détention d'armes et de munitions en bande organisée", "violence" et  "dégradations". Finalement, c'est peut-être par lui que pouvait arriver la catastrophe...

Il sera déféré au parquet aujourd'hui, vendredi 1 er avril.

A vos CV ! Le forum de l'emploi et de la formation se tiendra jeudi 7 avril, de 10 à 17 heures, au gymnase Bicheret à Chessy. De 500 à 1 000 postes en CDI, CDD ou jobs d'été seront proposés.

Le rendez-vous de l'emploi organisé par la communauté d'agglomération du Val-d'Europe, en partenariat avec le centre commercial Val-d'Europe et Pôle emploi, proposera différents  postes en CDD, en job d'été et même en CDI. 50  entreprises recrutent dans tous les domaines : partenaires institutionnels, services, commerce, formation, tourisme, hôtellerie-restauration, industrie, bâtiment, transport, service à la personne, santé...
Les entreprises et des emplois
  • Village Nature
  • Auchan
  • Disneyland Paris
  • les hôtels Magic Circus ou Dream Castle
  • BL agents immobiliers
  • Noble Age (Maison de retraite)
  • Société générale
  • Le Noble Art
  • O2 services
  • Columbus café
  • Centre commercial Val d'Europe
Le programme
– De 10 à 17 heures : rendez-vous au gymnase du Bicheret, 1 chemin du Bicheret à Chessy, pour y découvrir une cinquantaine de stands de recruteurs, un stand dédié aux jobs d’été...

- A 14 heures : Information collective "Se former tout au long de la vie" Inscription au 01 78 71 40 95 ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Téléchargez l'invitation ici

Comment s'y rendre ?
Navettes gratuites depuis la gare RER Serris/Val-d'Europe.

En voiture : • par la RD 934 : direction Chessy • A4 Depuis Paris : sortie n°12.1 centre urbain/centre commercial Val d’Europe, direction Chessy bourg Depuis Reims : sortie n°13, direction Chessy bourg

puis suivre le parcours fléché jusqu’au gymnase du Bicheret. Parking gratuit à proximité, château de Chessy.

En transports en commun : • RER A : station Val d’Europe/Serris. (Sortie côté gare routière. Des navettes gratuites seront à votre disposition toutes les 15 mn, de 9h à 17h.) • Bus : Ligne 43 > Collège du Vieux Chêne

Voir plan d'accès ici

 

Gagnants du Fashion tour : La sélection locale du Fashion Tour s'est tenue au centre commercial des Saisons de Meaux du 23 au 26 mars. Trois des quatre finalistes sont du nord Seine-et-Marne.

Il ne pouvait en rester que quatre... Les gagnants du Fashion tour qui s'est déroulé à Meaux durant quatre jours, participeront à la grande finale qui aura lieu à Paris en novembre.
Meaux, Oissery, Chamigny
Deux hommes et deux femmes ont ainsi été sélectionnés pour participer la finale nationale qui se déroulera à Paris le 27 novembre, au pavillon Wagram. Trois d'entre eux, deux filles et un garçon, sont originaires du nord de la Seine-et-Marne.

Les quatre vainqueurs sont habitants de Meaux, Oissery, Chamigny et Paris.

  • Manon, 16 ans, 1,80 m, 60 kg, vient de Oissery.
  • Célia, 19 ans, 1,70 m, 65 kg, vient de Chamigny.
  • Elie, 20 ans, 1,83 m, 76 kg, est Meldois  : "Le métier de mannequin représente pour moi la liberté d'expression corporelle et un moyen de valorisation de ma personnalité".
  • Timoty, 18 ans, 1,81 m, 69 kg, est originaire de Paris : "Le monde du mannequinat m'attire beaucoup. On m'a conseillé plusieurs fois de tenter ma chance car j'avais du potentiel. C'est pour ça que je me suis inscrit".
Pendant quatre jours, le centre commercial meldois a vécu au rythme des défilés de mode. 84 mannequins venus des environs, du département mais également de la France entière, se sont succédés sur le podium éphémère installé au centre de la galerie commerciale, devant les yeux experts d'un jury composé de professionnels. L'animateur mondain Vincent Mc Doom en faisait aussi partie. Les jurés n'ont pas hésité à prodiguer quelques conseils à chaque candidat tout au long de la compétition.

Sous les feux des projecteurs et les flashes des clients ou de quelques aficionados de la mode, 24 finalistes ont défilé, samedi 26 mars, dernier jour des sélections, avec des vêtements prêtés par les enseignes du centre. Ainsi, Loïc, un des mannequins, a été habillé par la marque de prêt-à-porter masculin Jules.

Quelques candidats seine-et-marnais ont réussi à faire partie de la short-list dont deux habitants de Chauconin-Neufmontiers. Valentin s'est inscrit au casting "pour le plaisir et pour tenter une nouvelle expérience". Quant à Gwendoline, c'est sa sœur qui l'a convaincue : "Je me suis lancée et j'ai tenté l'expérience".

Qui sera le mannequin de demain ? 

 

[gallery size="large" type="slideshow" ids="22004,22006,22005,22003"]

Les habitants de Courtry n'auront pas d'augmentation d'impôts. C'est ce qu'a voté le dernier conseil municipal pour le budget communal.

Malgré le contexte difficile de réduction des dotations de l'Etat, comme le disent la majorité des maires des communes françaises, la municipalité de Courtry veut maintenir ses engagements de campagne sans augmenter les impôts.

"Nous voulons optimiser le budget de fonctionnement et investir pour la sécurité et le bien-être des Courtrysiens sans augmenter la fiscalité locale malgré une situation des recettes de plus en plus difficile" a ainsi réaffirmé le maire, Xavier Vanderbise devant les élus réunis au conseil municipal, lundi 21 mars. L'élu a détaillé son budget 2016 qui tient compte de la réduction des dotations depuis quatre ans.

Les trois types de recettes de fonctionnement
  • 21 % proviennent des dotations et des subventions dont la principale est  la dotation globale de fonctionnement (DGF). Celle-ci a été réduite de 677 351 euros en quatre ans. Quant à la dotation de péréquation, "un montant de 92 233 euros a été reçu en 2015 mais la somme à percevoir est encore incertaine pour 2016.
  • 15 % sont des participations des familles dans les différents services proposés par la commune (petite enfance, restauration scolaire...)
  • 63 % proviennent des impôts locaux. Les taux d'imposition n'augmenteront pas et un abattement de 20% de la taxe d'habitation pour les personnes handicapées ou invalides a été adopté par le conseil municipal.
Le compte administratif 2015
Le document qui rend compte de la situation exacte des finances de la commune a également été adopté par l'assemblée municipale. Il se compose d'une section de fonctionnement et d'une section d'investissement.

"Une gestion rigoureuse des services et la renégociation de certains contrats et marchés publics ont permis de dégager une épargne nette de 681 567 euros qui permettra de financer une partie des investissements prévus en 2016" précise le maire.

Pour la section "investissements", les dépenses ont été principalement consacrées à la sécurité et à la jeunesse. Ainsi, de nouvelles caméras ont été installées, les effectifs de la police municipale ont été portés à huit agents et un second véhicule a été acheté pour augmenter le nombre de patrouilles. De plus, l'ensemble des bâtiments municipaux a été mis sous alarme. Pour les jeunes, les "Courtry Summer Games" ont été organisés et un terrain de football synthétique a été construit.

Le budget primitif 2016
Dépenses d'investissement Répartition des dépenses d'investissement

Le budget 2016 a été adopté selon l'édile, "dans un contexte de dégradation de nos recettes et d'incertitude suite à la mise en place de la nouvelle intercommunalité Paris - Vallée de la Marne". Ainsi, la section de fonctionnement s'équilibre en dépenses et en recettes à 6 967 359 euros et la section investissement s'équilibre, quant à elle, en dépenses et recettes à 1 991 923 euros.

 

 

De nombreux projets seront mis en oeuvre sans emprunt, grâce à l'autofinancement, la recherche de subventions et à une gestion attentive.

Dépenses par activité Répartition des dépenses communales par secteur d'activité.

Les établissements scolaires seront aménagés ou modernisés pour une dépense totale de 200 000 euros. De travaux de réfection sur la voirie seront effectués pour 280 000 euros. De nouvelles caméras de vidéo-protection seront déployées pour un budget de 100 000 euros et la cuisine centrale se dotera d'un nouveau four multifonction. Le budget prévoit d'améliorer de nouveau équipements sportifs (tennis et boxe).

Des études seront menées pour la création d'un city-stade, pour l'accessibilité des bâtiments publics aux personnes à mobilité réduite, pour la création d'une maison des seniors et d'une maison des associations, et pour l'installation de gradins dans l'espace Jacobsen.

Les mélomanes se sont donnés rendez-vous à la salle Coluche, à Compans, pour le festival de musique. Deux soirées exceptionnelles, vendredi 1er et samedi 2 avril, ont fait vibrer les spectateurs grâce à la prestation de trois artistes : Serge Llado, Corson et Stelerre Quartet.

Le week-end musical a commencé, vendredi, par le spectacle de Serge Llado*, l'humoriste-chansonnier à l'accent ibérique, dont les "hallucinations auditives" sont bien connues des auditeurs de Laurent Ruquier lorsqu'il présentait "On va se gêner", sur Europe 1, ainsi que des téléspectateurs du "Plus Grand Cabaret du monde", de Patrick Sébastien.

L'événement s'est poursuivi, samedi, par le spectacle de Stelerre Quartet, une chanteuse à la voix influencée par la musique jazz et soul qui a enflammé la salle avec des reprises de Billie Holiday ou d'Amy Winehouse.

Le concert s'est prolongé avec la prestation de Corson, un artiste à la sensibilité musicale mêlant le pop-rock et le lyrique. Le chanteur a composé la musique de la publicité de Chanel, actuellement diffusée à la télévision, et a enchaîné plusieurs premières parties de concerts de musiciens connus dont le groupe norvégien A-ha.

"Nous organisons chaque année le festival de musique où nous invitons des artistes d'horizons différents" explique  le maire, Joël Marion. Le public, quant à lui, est venu de Compans, de Mitry-Mory ou d'autres environs.

Des fans
Marie, 20 ans, vient de Pontault-Combault, accompagnée de sa meilleure amie. Elle confie : "Je suis venue voir Corson que j'ai connu en découvrant un de ses clips sur YouTube. En plus, je trouve que dans une petite salle, l'ambiance est plus sympathique".

Monique habite Saint-Mard. Fan de musique, elle n'a raté aucun festival organisé à Compans ou dans les villages voisins.

Elise, une Mitryenne, est venue avec son petit Antoine pour lui faire découvrir "un autre univers musical".

Voir le site de Serge Llado en cliquant  ici et de Corson en cliquant .

[gallery size="large" type="slideshow" ids="22460,22458,22459,22462"]

 

 

Yves Bazin est un ostéopathe pas comme les autres. Ses patients sont des chiens. Chaque jour, il parcourt sa ville, Courtry, ses alentours et au-delà pour soulager les douleurs du meilleur ami de l'homme.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=ALXO-2w_wSw] Yves Bazin est un ostéopathe... de chiens. Le Courtrysien soulage les amis à quatre pattes... autrement dit, il pratique l'ostéopathie canine. Un vrai "métier-passion", selon ses propres mots, qui le conduit à  intervenir chez les particuliers, dans les refuges, dans les SPA et à être le partenaire des vétérinaires pour, comme il explique, "remettre les chiens en état et leur donner une nouvelle chance afin qu'ils retrouvent un équilibre physique et psychique".
Récupération, stretching, relaxation
Les animaux à qui il rend visite souffrent en général de "dysfonctionnements" (terme utilisé en ostéopathie pour qualifier la souffrance) au niveau osseux, articulaire, musculaire ou neurologique. Il soulage les compagnons en massant en manipulant ou en appuyant sur des points nerveux, le vétérinaire restant le référent santé. L'ostéopathe apporte avant-tout des soins complémentaires qu'ils soient post-opératoires ou en récupération musculaire. Le praticien, grand adepte de la médecine douce, propose également du stretching et de la relaxation. Les chiens ont aussi le droit de se sentir bien !

Samedi 5 mars, magjournal a rencontré le spécialiste. Il explique : "Les séances durent en général une heure mais tout dépend de l'animal qui, à la différence des humains, ne parle pas. La tâche peut paraître un peu plus difficile mais en pratique, l' animal s'exprime. On voit qu'il a mal lorsque son comportement est modifié ou inhabituel. Un chien ne se plaint pas mais peut avoir des difficultés à marcher, boîter ou peut simplement ne pas vouloir sortir. Un maître qui est attentif sait que l'animal n'est pas bien".

"Aie confiance..."
Le professionnel commence toujours ses interventions en mettant à l'aise et en confiance le chien et ce n'est pas chose simple car chaque animal réagit différemment. "Il faut prendre son temps" insiste Yves qui se souvient du jour où il a récupéré Vita, une femelle basset artésien normand de 11 ans. Battue et maltraitée par ses anciens maîtres, elle est devenue très peureuse. "Chaque fois que je sortais le balai, pour simplement faire le ménage, elle se cachait ou s'enfuyait" raconte son soigneur qui a mis six mois pour la rendre plus confiante. Yves, qui travaille aussi sur le comportement, sait détecter si le chien n'est pas bien dans sa tête : "Lorsqu'on voit le chien aboyer pour rien ou détruire des objets, c'est qu'il y a un problème qui est soit d'ordre physique soit de l'ordre du relationnel entre l'homme et l'animal".

L'ostéopathe soigne les chiens de tous âges et toutes les races, même ceux qui sont catégorisés*. Dans son pavillon à Courtry,  séjournent en plus de Vita trois autres chiennes récupérées dans des refuges. Toutes ont été traumatisées dans  leur vie "précédente". Wasa, une femelle berger allemand croisée âgée de 11 ans et demi, est handicapée d'une patte. La doyenne, c'est Poppy, un épagneul papillon de 15 ans et la plus jeune est Bitsy, un chihuahua abandonnée au Canada il y a deux ans et ramenée en France. Toutes ont eu une histoire triste qu'elles ne peuvent pas raconter mais que le corps, les os et le comportement laissent deviner.

Le Courtrysien exerce son métier depuis deux ans, se rend toutes les semaines au refuge de Villevaudé et au centre d'éducation canine du Pin. Il lui arrive aussi de pratiquer des soins à d'autres espèces :  des chats et même une fois... une chèvre.

*Les chiens susceptibles d'être dangereux sont répartis selon deux catégories : les chiens d'attaque (catégorie I ) et les chiens de défense (catégorie II). Voir ici

[gallery type="slideshow" size="large" ids="20702,20703"]

 

 

La caravane des métiers d'Aéroport de Paris (ADP) fera une étape à la place du marché à Villeparisis, mardi 22 mars, de 14 à 17 heures. De nombreux métiers et formations dans le secteur aéroportuaire seront proposés. A vos CV !

La caravane des métiers et de l'entrepreneuriat accueillera, place du Marché, les demandeurs d'emploi et les porteurs de projet. L'opération définit trois objectifs :
  • Aider à formaliser un projet professionnel
  • Accompagner dans la création ou la reprise d'une entreprise
  • Proposer des formations aux métiers exercés sur les aéroports
Quatre véhicules d'entreprises partenaires et des professionnels feront partie du forum ambulant :
  • La voiture Aéroports de Paris fera découvrir les métiers aéroportuaires
  • La voiture de l'association Papa Charlie apportera des solutions de mobilité pour les accédants à l'emploi
  • Le fourgon Planet'AIRport proposera des parcours d'insertion, des accès à la qualification et à des formations professionnelles
  • Le bus de BGE PaRIF accompagnera à la création-reprise et au développement des entreprises dans tous les secteurs d'activité.
http://youtu.be/1sLYCbaHoHg

Inaugurée en 2014 par Myriam El Khomri, alors secrétaire d'Etat à la politique de la ville, la caravane des métiers parcourt toutes les zones autour des plateformes aéroportuaires de Roissy Charles-de-Gaulle et d'Orly. Deux autres grands groupes de transport et de logistique se sont également associés : FedEx et WFS. La démarche s'inscrit dans le cadre de la Charte Entreprises et Quartiers signée entre ADP et le ministère de la Ville dont l'objectif est de favoriser l'accès à l'emploi dans les zones urbaines en difficulté et par une politique de coopération sociale et d'ancrage territorial. L'entreprise publique s'est engagée à recontacter toutes les personnes ayant déposer un dossier.

08184_CARAVANE_DES_METIERS_AFFICHES_PERSO_A3_19_02_2016.indd

La fête de l'Asie s'est déroulée dimanche 3 avril au centre culturel Marc-Brinon à Saint-Thibault-des-Vignes. La journée était animée par la dégustation de plats typiques d'extrême-orient et des spectacles.

Dès l'entrée du centre culturel où se tenait la fête de l'Asie, les parfums des plats traditionnels de différents pays du sud-est asiatique (Vietnam, Laos, Cambodge...) accueillaient le public. Riz cantonnais, nems, banh-cuon (crêpes de riz vietnamienne), nouilles sautées ou les desserts à base de coco ou de bayteuil (une herbe aromatique qui sert aussi de colorant naturel) étaient vendus aux prix allant de 2 à 5 euros. Les visiteurs étaient reçus par les bénévoles habillées en "ao dai", la robe traditionnelle vietnamienne

"Je viens à chaque événement acheter quelques plats et les faire découvrir à ma famille" a expliqué Minh, une française d'origine vietnamienne. Assise en terrasse avec son mari breton et ses deux fils, la Chelloise a avoué ne connaître l'Asie qu'à travers les mets que lui cuisinait sa maman. "Je veux aussi montrer à mes enfants la chance qu'ils ont" a t-elle admis.

Pierre, quant à lui, s'est inscrit aux ateliers culinaires. Il a expliqué sa démarche : "Je suis chef dans un restaurant et j'avais envie de découvrir de nouveaux produits". Le dernier cours de la saison se déroulera à Conges le 5 juin 2016.

La journée s'est poursuivie au théâtre par un spectacle de danses et de chants traditionnels accompagnés par un concert de percussions ou d'instruments de musique typiques comme le Dan Bau*, puis par une démonstration d'arts martiaux.

Les bénéfices seront intégralement reversés au profit des programmes humanitaires de l'institut du Fleuve au Vietnam. Ainsi, des projets de reconstruction de maisons brûlées, de bourses d'études pour des étudiants défavorisées mais méritants verront le jour en 2016. "Un programme de parrainage a aussi été mis en place pour soutenir des élèves pauvres dans leur scolarité afin qu'ils puissent aller le plus loin possible." explique Nguyet-Thu Vo, la présidente de l'antenne théobaldienne de l'association.

Retrouvez les actions de l'institut du fleuve sur leur site

*Pour en savoir plus sur le Dan Bau, cliquez ici

[gallery ids="22482,22483,22484,22481"]

 

 

Sortir -

Carnaval : Préparez les masques, les déguisements et les cotillons colorés pour le défilé du carnaval de Lagny-sur-Marne, samedi 12 mars.

La nouvelle édition du carnaval propose un défilé sur le thème de la mer. Il partira de la rue Georges-Guynemer à 15 h 30, puis les enfants et leurs parents, mêlés aux jongleurs, équilibristes et musiciens, déambuleront à travers les rues latignaciennes vêtus de costumes aux couleurs de la mer : le bleu, évidemment et certainement du orange et du blanc qui rappelleront Némo, le célèbre poisson-clown des studios Disney. D'autres choisiront de se déguiser en Samy, la tortue... "Le monde de la mer est si vaste qu'il permet à toutes les imaginations de s'exprimer" indique-t-on au comité des fêtes.
Le parcours
Départ à 15 h 30, rue Georges-Guynemer puis :
  • rue de Normandie-Niemen
  • rue de la Grange-aux-Bois
  • avenue Alfred-Bredion
  • rue Saint-Laurent
  • le centre-ville et les bords de Marne
L'événement est organisé par le comité des fêtes et des associations de la ville.

Circulation : Attention, les rues qui composent le parcours seront coupées à partir de 14 h 30. Les automobilistes devront suivre les déviations.

 

 

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°39 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top