Sun-Lay Tan

Sun-Lay Tan

Un rallye découverte a été proposé samedi 17 septembre à Othis, à l'occasion des journées européennes du patrimoine.

Les participants ont pu ainsi découvrir des lieux, des monuments et des bâtiments emblématiques de la ville.

Une carte et un questionnaire en main, les Othissois ont parcouru leur ville à la découverte de son patrimoine et de ses habitants. Le circuit a duré 1 h 30. Le départ a été donné devant la salle Marc-Guilbeau, nom d'une figure du monde associatif d'Othis. Le maire, Bernard Corneille, se souvient : "Il était le président du club de rollers".

Lydia Yot, adjointe au maire chargée de la culture, a présenté le programme : "Nous avons choisi de faire découvrir la ville à travers les noms des rues et des bâtiments publics. Ainsi, nous avons préparé un livret de seize questions dont les réponses se trouvent éparpillées dans tous les quartiers. Il est aussi demandé aux participants de prendre des photos dans le thème 'Othis, ma ville à la campagne' afin de mettre en valeur son aspect urbain et rural".

Un bon sens de l'observation a permis de répondre aux énigmes et de retrouver les noms des personnalités qui résonnent encore dans la tête et dans le coeur de chaque habitant : Lucien et Madeleine Morisse, Jean-Claude Cazillac, Mauricia Coquiot, Gilbert Baron ou encore Yannick Delpierre. Une bonne culture générale était aussi nécessaire pour retrouver la personnalité (1) qui a inauguré l'espace François-Mitterrand ou pour se rappeler les poèmes ou les romans desquels sont extraits les noms des rues du quartier des Jardins de Sylvie (2).

Patricia, une participante raconte : "J'ai découvert des lieux et j'ai été impressionnée par toutes ces personnes qui ont tissé le lien social d'Othis".

La journée s'est clôturée par l'annonce des résultats et par la diffusion d'un diaporama constitué par les photos prises pendant le rallye. Le maire dans son discours a confié son attachement au patrimoine historique mais également au plus récent avec de nouveaux équipements qui "portent le nom d'Othissois ayant participé à l'élan dynamique de la ville". Il a aussi rappelé "la volonté des élus de baptiser les rues et les bâtiments des noms de personnalité exemplaires telle que Colette Besson ou de ceux qui y ont vécu une partie de leur vie, tel Gérard de Nerval".

L'église Notre-Dame d'Othis a également ouvert ses portes au public. L'édifice datant du XIIIe siècle renferme des trésors cachés dont la cuve baptismale.

La 33e édition des journées du patrimoine a débuté lundi 12 septembre avec la présentation des archives départementales sur la vie des Seine-et-Marnais dans le mobil'histoire77.

(1) Il s'agissait de Danièle Mitterrand, l'épouse de l'ancien président de la République.

(2) Il s'agissait des poèmes de Gérard de Nerval.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="30734,30735,30738,30736,30737"]

SORTIR  -

Gratuit : Le circuit pédestre des Citadines de Villeparisis aura lieu samedi 17 septembre. Les participants marcheront à travers la ville sous le thème de la nature et des découvertes.

L'association les Citadines organise une balade culturelle. Gérald Digard, le vice-président, annonce : "Le rallye est à la portée de tous. Chacun avancera à son rythme".

L'événement permettra de découvrir la ville à travers des jeux, des questions et énigmes. Au fil de l’après-midi, les réponses trouvées permettront aux équipes composées d'une dizaine de personnes d'avancer dans les différentes étapes. Gérald Digard explique encore : "Une question sera posée au début de chaque étape et les concurrents devront donner la réponse à l'arrivée de l'étape. A l'arrivée, un goûter-collation et une tombola gratuite et gagnante sont prévus pour tous les participation au rallye. Chacun aura un lot".

Le thème choisi pour la nouvelle édition est nature et découverte. Ainsi, les participants pourront découvrir grâce aux noms des rues la nature et  les inventions des grands scientifiques : le polonium et le radium par Pierre Curie, le béton précontraint par Eugène Freyssinet, la force de la vapeur par Denis Papin, l'oxydation par Lavoisier, la loi de la réfraction par René Descartes, les électrons par Ampère ou la dynamite par Alfred Nobel, mais aussi le perdrix ou le faisan.

Les inscriptions, à 13 h 30, et le départ, à 14 heures, se feront samedi 17 septembre, près du centre culturel, place Pietrasanta.

villeparisis_circuit_pedestre_affiche

Les associations de musique et de danse, particulièrement le cheerleading et le djembé, ont rythmé le forum qui s'est tenu au gymnase Eric-Tabarly à Serris, samedi 10 septembre. L'école de musique multiculturelle Fola et les cheerleaders de l'ABCVE ont animé l'événement.

Dans le gymnase, il fallait compter sur les pompom girls de l'association Baseball Cheerleading du Val d'Europe (ABCVE)  pour attirer les yeux du public grâce à ses danses acrobatiques sous fond de musique entraînante.

De quoi encourager les sportifs et bénévoles des trente-sept associations serrissiennes qui ont exposé leurs activités. Le club de Cheerleaders est constitué de trois groupes : les groupes loisirs pour la pratique du cheerleading et du cheerdancing, les groupes compétitions qui préparent aux qualifications et aux championnat de France et les groupes internationaux qui participent aux compétitions dans le monde entier.

Un quatrième groupe a été constitué à la rentrée. Il sera dédié aux animations. Les cours sont ouverts à tous les âges, à partir de 3 ans.

Le cheerleading est une pratique très répandue aux Etats-Unis. Il consiste à supporter une équipe sportive d'une école durant les matchs. Les cheerleaders doivent au moyen de cheers, de chants et de portés, encourager les joueurs sur le terrain et susciter un esprit de solidarité à l'école, le school spirit, et l'entrain du public dans les gradins.

Découvrez le site de l'ABCVE ici

Les visiteurs du forum des associations, samedi, ont été accueillis par les sons de djembé et de faiseurs de pluie (rain makers) interprété par l'école de musique Fola. L'association et le groupe "Les tambours parleurs" interviennent dans différentes villes du Val d'Europe (Serris, Chessy, Montévrain...) dans le cadre des TAP, des NAP et dans les collèges. Le président, Eric Fola explique : "A Serris, tous les enfants des centres de loisirs font de la percussion avec nous". Les instruments sont originaires de l'Afrique, de l'Amérique du Sud et des Caraïbes.

Le but de l'association est de faire rencontrer les cultures à travers la musique. Ainsi, le djembé est l'un des meilleurs instruments puisqu'il se joue autant au Brésil que dans les Caraïbes en passant par l'Afrique. Les percussionnistes collaborent régulièrement avec le Secours populaire et ont participé au Pari(s) des solidarités qui s'est déroulé au Champs-de-Mars en août dernier.

L'école de musique propose également pour les particuliers et les entreprises des cours de djembé, duns, batucada, capoeira et de salsa. Les cours ont commencé le 10 septembre. Inscriptions sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="30441,30443,30440"]

 

Stéphane Bern, le présentateur de l'émission Secrets d'Histoire, s'est rendu derrière la scène quelques minutes avant le début du spectacle Héroïques, samedi 10 septembre, pour rencontrer les 500 comédiens bénévoles.

https://youtu.be/UC01Hc4cnQw

Stéphane Bern a été accueilli sur le parvis de la cathédrale de Meaux par une impressionnante haie d'honneur formée par les bénévoles costumés. Lors de sa visite des coulisses et des vestiaires, l'animateur de France 2, avec un naturel et une aisance que les téléspectateurs auront reconnus, s'est prêté aux jeux des dédicaces, des photos et des selfies. Les femmes ont même eu droit à la bise. "Je ne me laverai plus jamais la joue" a même déclaré l'une d'elles, les yeux illuminés de joie. Les enfants, les plus jeunes bénévoles, ont pu poser avec "le monsieur de la télé" comme l'a prénommé l'un d'eux.

"C'est pour mon ami,

Jean-Claude Brialy"

Le journaliste et parrain du spectacle Héroïques a confié avoir accepté de s'engager dans  le projet tout d'abord en hommage à son ami Jean-Claude Brialy. Il déclare : "Meaux est une ville chargée d'une histoire incroyable. On peut trouver le musée de la Grande Guerre, on pense à Charles Péguy, on pense à l'Aigle de Meaux, Bossuet et ses oraisons, on pense à Victor Hugo et au temps des cathédrales. Il est important que chaque région de France s'approprie son patrimoine et défende son identité".

Après avoir visité la ville, le spécialiste de l'histoire de France et des têtes couronnées espère pouvoir, un jour, convaincre sa chaîne de lancer une émission sur l'ancienne cité médiévale.

Plus de 500 bénévoles de tous âges et de tous horizons sociaux ont participé à la réussite du spectacle. Ainsi, on pouvait retrouver Isabelle, agent de service pour le conseil départemental, qui en est à sa deuxième saison, Imène, 20 ans, étudiante en école, de commerce, en est quant à elle à sa première mais a déjà fait huit ans de théâtre, ou encore Michèle qui est un peu la doyenne et a dû remplacer un comédien absent. Cette dernière confie : "Je fais le spectacle depuis 22 ans et pour la première fois, je parviens à dire ma réplique sans avoir répété. On m'a prise au saut du lit" !

 

[gallery size="large" type="slideshow" ids="30425,30426,30429,30428,30432,30437,30424,30423,30430"]

Ségolène Royal, ministre de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer, s'est rendue à l'Ecole nationale des ponts et chaussées (ENPC) à Champs-sur-Marne, jeudi 8 septembre, pour inaugurer le premier incubateur de la Green Tech Verte.

https://youtu.be/pv8V1vB29eA

Accueillie comme une vedette par les étudiants et le directeur de l'ENPC, Ségolène Royal, également présidente de la COP21, a inauguré le premier incubateur de technologies vertes du ministère de l'Environnement en Ile-de-France.

Elle a ensuite passé en revue les dix-neuf start-up installées dans l'incubateur et les vingt-huit exposants. Le ministre a déclaré, entre deux demandes de selfies: "Les jeunes entreprises pourront se développer et participer aux objectifs fixés par deux textes majeurs de l'action gouvernementale : la loi de transition énergétique pour la croissance verte et la loi de reconquête de la biodiversité".

Pour faire émerger tout le potentiel d'innovation, l'incubateur proposera un accompagnement financier, un accompagnement général (speed-dating avec des investisseurs, coaching individualisé...) et un soutien du réseau scientifique et technique.

Le réseau d'entrepreneurs sera au cœur d'un écosystème particulièrement porteur avec la pépinière d'entreprises Paris-Descartes, le plus grand pôle d'enseignement supérieur et de recherche de l'Est parisien, et le pôle de compétitivité Advancity ville et mobilité durables.

Les quarante-neuf premiers projets sélectionnés répondent aux défis des huit secteurs clés de la Green Tech :

  • l'économie d'énergie : compteur individuel, compteur connecté, numérisation de l'éclairage public
  • les énergies renouvelables : application favorisant l'autoconsommation chez les particuliers,
  • le bâtiment durable : carnet numérique de suivi et d'entretien des bâtiments et des logements qui centralise différentes données
  • les transports propres : application de recensement et de partage des services liés au véhicule électrique
  • la gestion des risques : système participatif d'alerte en cas de catastrophe naturelle
  • l'économie circulaire : répertoire numérique des compositions des produits en vue de faciliter leur réutilisation ou leur recyclage et calculateur individuel du volume de déchets pour optimiser la collecte
  • la santé : détecteur des pesticides dans les fruits et légumes et calculateur individuel de la qualité de l'eau, de l'air et du niveau sonore
  • la biodiversité : annuaire numérique d'impact sur la biodiversité
Les jeunes pousses disposent d'un espace ouvert de 205 m² au sein de l'ENPC, ouvert 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 et qui comporte plus de 32 postes de travail, d'une salle de vidéo-conférence, d'une salle de réunion, d'un espace cuisine-convivialité ainsi qu'un espace détente.

Les incubateurs avaient été lancés par le ministère de l'Environnement le 9 février 2016.

[gallery ids="30414,30415,30416,30417"]

Le nouveau mini-bus de la ville de Courtry a été présenté au carrefour des associations, samedi 3 et dimanche 4 septembre. Le véhicule est destiné aux personnes âgées et aux associations pour leurs déplacements.

Un mini-bus totalement habillé de panneaux d'annonceurs publicitaires a été stationné devant l'espace Robert-Jacobsen où s'est tenu le carrefour des associations. Serge Vandernoth, adjoint au maire chargé de l'action sociale, de la solidarité et des personnes âgées, explique : "Le lundi et le vendredi, il servira à emmener les retraités faire leurs courses au centre commercial de Claye-Souilly et au centre Leclerc de Villeparisis. Le jeudi, il les transportera de leur domicile au club des aînés".

Les Courtrysiens non-véhiculés pourront aussi utiliser le service à la demande et en fonction de leurs besoins, comme pour se rendre à l'hôpital ou faire des démarches administratives. Les associations sportives et les centres de loisirs pourront également en faire usage dans le cadre de leurs activités. Pour Cathy, la maman d'un jeune footballeur, l'utilitaire permettra d'emmener les enfants aux matchs sans mobiliser toutes les familles. "A chaque tournoi, les parents devaient s'organiser pour accompagner les joueurs à tour de rôle". Le véhicule peut transporter neuf personnes, dont le chauffeur.

"Le coût pour la ville est de zéro euro" insiste le maire Xavier Vanderbise. Il s'agit, en effet, d'un prêt de la régie publicitaire pour une durée de quatre ans, financé par une vingtaine d'annonceurs, tous des entreprises ou des artisans installés à Courtry ou dans les villes alentours.

A l'intérieur de l'espace Jacobsen, une cinquantaine d'associations a également présenté ses activités. Les Courtrysiens pouvaient ainsi trouver le club leur permettant de s'épanouir sportivement ou culturellement, d'apprendre ou de s'engager dans différentes causes (agriculture raisonnée, soutien scolaire...). Certaines associations sportives ont brillé par leurs performances : le club de badminton est au 2e rang du classement départemental.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="30193,30117,30118"]

Le Sietrem, syndicat mixte pour l'enlèvement et le traitement des résidus ménagers, a distribué aux élèves de CM1 de l'école du Segrais à Lognes des cahiers en papier recyclé, jeudi 1er septembre.

Une cinquantaine de cahiers de texte ou d'écriture a été remise aux élèves de CM1 de l'école du Segrais, le jour de la rentrée. L'opération permet de sensibiliser les élèves et leurs parents aux gestes éco-citoyens grâce à des informations illustrées et des jeux. Michel Gérès, le président du Sietrem, explique : "Les enfants pourront, à leur niveau, contribuer à la préservation des ressources naturelles en adoptant les bons gestes au quotidien. On doit leur apprendre à jeter moins, trier mieux et consommer de façon plus réfléchie".

Six pages du cahier contiennent des conseils et des informations pour adopter de bons comportements écologiques : le tri, le compostage, la valorisation des déchets, l'économie des ressources naturelles, le réchauffement climatique, des astuces "pour ne pas perdre une miette" contre le gaspillage alimentaire, grâce au site www.casuffitlegachis.fr mais aussi les actions de sensibilisation du syndicat mixte. De nombreux jeux et une recette de pain perdu abordent les thèmes de manière plus ludique.

Les fiches dressent également la liste des cinq déchetteries implantées sur le territoire du Sietrem (Chanteloup-en-Brie, Noisiel, Saint-Thibault-des-Vignes, Croissy-Beaubourg et Chelles) et explique ce qu'est l'économie circulaire qui intègre la notion de recyclage et de réutilisation des objets et des services.

Hien Toan Phan, vice-président du Sietrem, responsable de la communication, insiste : "Les enfants sont des vecteurs de communication entre leurs parents et nous pour bien trier et ne pas jeter n'importe comment".

Jeudi, les cahiers ont été distribués à tous les élèves de CM1 des trente et une communes composant le syndicat, soit, au total, 3 060 cahiers d'écriture et 1 600 cahiers de texte. Le don aux enfants est pratiqué par le Sietrem depuis dix ans.

En 2015, 41 classes, soit 1 139 élèves, ont été sensibilisées et 10 animations ont été proposées dans des centres de loisirs. Les portes-ouvertes du Sietrem, proposées chaque année le premier week-end d'avril, font visiter l'usine d'incinération et découvrir le compostage dans un jardin de démonstration.

Le Sietrem

[gallery size="large" type="slideshow" ids="29990,30015,29991"]

Xavier n'a pas ouvert les grilles de l'école le 1er septembre comme il a eu l'habitude de le faire pendant 12 ans. L'ancien directeur, qui a posé une année de disponibilité pour se consacrer à sa carrière d'hypnotiseur, raconte son ancienne vie et détaille ses nouveaux projets.

Il est 8 h 30, jeudi 1er septembre. Xavier est debout devant la grille de l'école Suzanne-Bardez, mais de l'autre côté avec les parents d'élèves, juste pour accompagner ses deux fils le premier jour de classe. L'instituteur a rangé son cartable et ses livres pour mettre entre parenthèses sa carrière dans l'enseignement et s'épanouir dans le spectacle vivant.

Il explique : "Je vais développer Hypnoteam, le groupe que j'ai créé avec six autres personnes, toutes formées à l'hypnose". L'agenda de l'équipe est déjà bien chargé. Ainsi, après trois semaines de spectacle aux Remblais des Sables d'Olonne (Vendée), une tournée sera préparée pour novembre dans l'est de la France et des prestations sont programmées au Café de Paris, rue Oberkampf, à Paris XIe, dès septembre. L'Hypnoteam sera aussi le 8 octobre à Moussy-le-Neuf où 500 spectateurs sont attendus ,ainsi que les 18 et 19 novembre à Saint-Soupplets.

Les artistes sont aussi passés devant le jury de l'émission de M6, "la France a un incroyable talent", dont la diffusion est programmée en fin d'année, mais ce ne sera pas leur première télé. "Nous sommes passés dans le Mad mag sur NRJ12" précise Xavier. Leurs pages Facebook cumulées ont depuis atteint plus de 5 000 fans.

Ses débuts et son ancienne vie de prof
Xavier a commencé par faire des hypnoses de rue avec un ami. Son frère, infirmier, pratiquant l'hypnose thérapeutique lui a expliqué les premières bases. "Nous avons ensuite développé le côté spectacle aboutissant au premier spectacle à Saint-Mard en juin 2015 (voir notre article et la vidéo ici). Puis tout s'est enchaîné : Othis, Meaux,Versailles..." se souvient-il encore.

L'ancien instituteur aura toujours une petite pensée pour ses collègues de l'école de Longperrier où il a passé sa vie d'enseignant. Des anciens élèves, devenus depuis ses fans, l'appellent encore "maître". Il assure pour autant n'avoir pas utilisé ses talents d'hypnotiseur sur ses élèves. Il précise néanmoins : "L'hypnose est une technique de communication que j'ai pu utiliser pour capter leur attention ou pour les valoriser en utilisant des bons mots. Je n'utilise pas la négation car le subconscient ne l'entend pas". Ainsi, face à un enfant pas trop attentif, il préfère dire "calme-toi" plutôt que "ne crie pas"...

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=YW41JE4rNew]

La demande d'agrément  pour l'accueil de volontaires au titre de l'engagement du service civique a été votée par le conseil municipal de Courtry, lundi 29 août. Les trois postes seront destinés à l'éducation pour tous, à l'environnement, à la culture et aux loisirs.

Les bénévoles du service civique seront engagés pour une période de huit mois avec un temps de travail de 24 heures par semaine. "Deux volontaires seront affectés à la mini-ferme qui ouvrira le 15 mars 2017, un autre sera chargé d'organiser des événements portés par la commune" indique le maire, Xavier Vanderbise.
Mener des actions pour protéger l'environnement
Les volontaires auront pour mission de sensibiliser la population aux gestes éco-citoyens au sein du parc animalier. Ainsi, ils feront connaître aux enfants les animaux en suscitant leur curiosité, inciteront les familles à s'investir pour le parc, contribueront à son bon entretien et au soin des animaux et participeront à l'insertion sociale de personnes en difficulté. Pour cela, les bénévoles iront à la rencontre du public, valoriseront les espaces naturels par les ateliers pédagogiques, contribueront à la diffusion de bonnes pratiques environnementales, soutiendront les actions des associations et les habitants.

Les deux missions débuteront le 1er mars 2017.

Le maire a par ailleurs annoncé l'arrivée des animaux : un âne, une chevrette, un cochon, des oies, des jars, des poules, des canards, des coqs, une pintade, une dinde, des lapins et des cygnes.

Des actions culturelles
L'objectif de la mission est de favoriser l'accès à la culture et à la création d'événements. Ainsi, le bénévole s'engagera à faciliter la participation de tous les acteurs (commune, association, population), à promouvoir les festivités (communication, affiche), à accompagner les équipes pour l'organisation des fêtes (création de stands, jeux), à animer des ateliers pour les enfants et à favoriser la créativité des équipes.

La mission débutera le 1er novembre.

L'engagement est valable trois années reconductible.

 

 

Le comédien Smaïn présentera son spectacle à l'espace Jacobsen de Courtry, vendredi 14 octobre. Son one-man-show ponctuera les nombreuses manifestations culturelles de la saison culturelle 2016-2017 de la commune.

Smaïn, habitué des planches parisiennes et des tournées dans toute la France après avoir été découvert au Petit théâtre de Bouvard, jouera devant le public courtrysien, vendredi 14 octobre, son spectacle "Mon dernier avant le prochain". L'humoriste inaugurera ainsi les spectacles vivants proposés par la municipalité dans lesquels, sont programmés :
  • le magicien pour enfants Stéphane Guekko, dimanche 11 décembre, salle Gaston Darmon
  • une pièce de théâtre, Piège pour un homme seul, dimanche 5 mars, espace Robert Jacobsen
  • le groupe vocal Grain de phonie, samedi 29 avril, espace Robert Jacobsen,
De nombreuses expositions seront aussi proposées aux salons d'honneur de la mairie.
  • Hélène et Michel Duthilleul, peintures, du 10 au 24 septembre
  • Blondeau, totems, du 11 au 26 novembre
  • Julien Erra, graffitis sous verre, du 14 au 26 janvier
  • Nguyen Tay, aquarelles asiatiques, du 9 au 19 mars
  • Arnaud Rochat, huiles et acryliques, du 1er au 29 avril
  • Daniel Bernal, photographies de la nature, 13 au 27 mai
La 3e édition du salon des arts d'automne consacré aux peintres aquarellistes se tiendra du 29 octobre au 6 novembre, à l'espace Jacobsen.
Des animations
  • la brocante d'automne, dimanche 2 octobre, rue Charles Van-Wyngene
  • le salon du chocolat, samedi 19 et dimanche 20 novembre, à l'espace Robert-Jacobsen
  • le marché de Noël, vendredi 9, samedi 10 et dimanche 11 décembre, à l'espace Robert-Jacobsen
  • le salon du bien-être, samedi 18 et dimanche 19 mars, à l'espace Robert-Jacobsen
  • la fête du livre, vendredi 24, samedi 25 et dimanche 26 mars, à l'espace Robert-Jacobsen
  • la brocante du printemps, dimanche 21 mai, rue Charles Van-Wyngene,
  • la fête communale, samedi 10 juin, au parc Lucie et Raymond Aubrac.
Billeterie : Accueil de la mairie ou sur place le soir du spectacle. Infos et renseignements : 01 64 26 60 00 ou ici.

https://youtu.be/dLy9mBGonTQ

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.