Bien-être ► Le thé : son histoire, ses vertus

L'histoire du thé commence en 2737 avant J-C, en Chine. La légende raconte que l'empereur Shen Nung faisait bouillir de l'eau sous un arbre pour se désaltérer et qu'une légère bise détacha des branches quelques feuilles qui se mélangèrent à l'eau pour lui donner une couleur et un parfum délicat. Depuis, le thé a conquis l'Occident. Il a été introduit au XIIe siècle et transporté dans les caravanes le long des routes de la soie. Vers 1834, les Anglais ont commencé à développer des plantations aux Indes afin de ne plus dépendre du thé chinois devenu trop cher. Des variétés comme le Darjeeling ou le Ceylan se sont alors développées.

Au fil des années, les chercheurs ont trouvé à l'élixir de nombreuses vertus pour la santé.

Un protecteur contre les radicaux libres

Les radicaux libres sont les responsables du vieillissement des cellules  et du développement des cancers. Grâce aux vertus antioxydants des composés polyphénoliques  contenu dans le  thé, les radicaux libres se développent plus lentement. Une étude chinoise a démontrer que les personnes qui consommait au moins une tasse de thé par jour avait moins de cancer du côlon, du rectum ou du pancréas que celles qui n'en consommaient pas.

Pour se défendre contre les microbes

Un sachet de 100 g de thé vert  peut contenir 15 mg de vitamines A, 11 mg de vitamines B, 100 mg de vitamines E et jusqu'à 250 mg de vitamines C.

Un formidable anticholestérol

Les antioxydants contenus dans le thé vert favorisent la thermogénèse, c'est-à-dire que la dépense énergétique du corps est augmentée. D'autre part, la théine est connu comme un brûleur de graisse.

Aide à digérer

A la fin d'un repas copieux, les chinois ou les japonais ont l'habitude de boire du thé.

Un stimulant intellectuel et un anti-stress

Les étudiants indiens, japonais et chinois le savent, prendre du thé pendant les révisions permet grâce à la théine de rester éveillé et stimulé. Mais à la différence de la caféine, la molécule a des effets calmants. Le thé est donc la boisson idéale pour passer des examens zen.

Une boisson pour toutes les saisons

Le thé peut se prendre été comme hiver. Les indiens par exemple se rafraîchissent en  le buvant chaud malgré les températures tropicales. Ils considèrent en effet la boisson comme facilitant la sudation. D'autres amateurs de thé le préfèrent glacé au citron, la pêche ou au fruits rouges. Le thé préparé soi-même avec du sirop de canne ou d'agave des morceaux de fruits et une infusion de thé vert est bien meilleur que celui acheté en supermarché. A moins que vous préférez, comme les Japonais ou les Taïwanais, le thé Oolong (Semi-fermenté) glacé nature.

Savoir choisir son thé et bien le préparer

Contrairement aux idées reçues, le thé ne doit pas être infusé dans l'eau bouillante. Afin de ne pas brûler le thé et de ne pas libérer le tanin responsable de l'amertume, la température idéale serait pour un thé vert de 70°C soit 1/3 de la théière d'eau froide et 2/3  d'eau bouillante (mettre d'abord l'eau froide !).  D'autres comme le thé blanc, plus fragiles nécessitent même une température de 60°C. Il existe désormais des bouilloires électriques permettant de régler la température et certaines étiquettes indiquent la température d'infusion. Bien préparé, le thé aura son goût naturel et pourra être bu sans sucre, que l'on met en général pour compenser l'amer. Pour le choix du thé, éviter les thés en sachet qui sont souvent des brisures et de moins bonne qualité gustative. Les vrais amateurs de thé le préfèrent en vrac bien parfumé avec des belles feuilles sèches et entières.

Aulnay-sous-Bois ► 150 œuvres représenteront la France en Chine

Ça ressemble presque aux sélections pour les jeux olympiques. On imagine aisément ce que les artistes qui concourrent peuvent ressentir en attendant l'annonce de leur nom pour que leurs productions choisies traversent les mers. Le succès est au bout du voyage car les Chinois aiment la culture française. C'est ce qu'on retirera des relations qui se sont installées depuis cinquante et un an.

Tandis que les fabrications chinoises prennent une place confortable sur les marchés français, que les Chinois investissent dans les aéroports, vignobles et autres entreprises, bref, qu'ils placent leurs billes en France, de son côté, la culture française fait son nid dans le plus grand pays d'Asie.

Les artistes français qui faisaient juger leur œuvres par des professionnels du monde de l'art chinois, ont été sélectionnés haut la main, mercredi 29 avril. Leurs 150 productions artistiques, peintures, collages, photographies et sculptures, ont reçu l'approbation et même l'admiration des représentants de l'Empire du milieu. L'événement se passait, à Aulnay-sous-Bois, au Centre d'art et de création.

Devant l'engouement des amateurs asiatiques, le conseiller culturel de l'ambassade de la République Populaire de Chine en France, Li Shaoping, a souhaité que "l'événement se renouvelle tous les ans et qu'il soit un pont entre les deux cultures".

La Chine est aujourd'hui le premier marché mondial de l'art et les investisseurs et passionnés voient la France comme un pays romantique et culturellement riche.

Aulnay surfe sur la vague chinoise puisque déjà, au mois de janvier, au centre d'art, s'était tenu un festival franco-chinois, sur le thème du "voyage au sein de la culture traditionnelle chinoise". Les festivités s'étaient déroulées en commémoration du cinquantième anniversaire de l'établissement officiel des relations diplomatiques entre la France et la Chine.

En mars 2014, le programme intitulé, "Les cinquante ans des relations France-Chine" avait été lancé par une conférence au pavillon Dauphine à Paris. Des représentants du gouvernement français et des représentants des chinois en France, les médias des deux pays, soit plus de cent personnes, avaient assisté au rassemblement.

Les œuvres choisies mercredi, partiront pour l'Asie et seront exposées dans les plus célèbres galeries de quatre grandes métropoles chinoises pendant six mois : Pékin, Qingdao, Shenzhen et Shanghai.

La tournée commencera dimanche 10 mai dans une galerie pékinoise.

Les œuvres qui n'ont pas été sélectionnées mercredi resteront à Aulnay et seront visibles par le public jusqu'au 12 juin.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="2355,2356,2357"]

 

 

Feuilleter le mensuel

Magjournal 77 - Mensuel N°25 - Avril 2020
 
 

Le mensuel n°25 : les solutions des jeux

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.