Val d'Europe ► Le territoire adopte son plan d'urbanisme intercommunal

Val d'Europe Agglomération a adopté à l'unanimité le premier plan local d'urbanisme intercommunal (PLUI) de Seine-et-Marne. Le document d'urbanisme fixe non seulement les règles générales d'utilisation du sol mais aussi les objectifs et les principes d'un projet pour le territoire.

Le Val d'Europe est la première communauté d'Ile-de-France à se doter d'un PLUI qui tient lieu de plan local de l'habitat. "Les conseillers communautaires ont acté un document au service d'une vision prospective du territoire valeuropéen. Il s'agit également d'une nouvelle approche, à l'échelle intercommunale, des plans locaux d'urbanisme" a déclaré, jeudi 7 juillet, le président de l'exécutif inter-communautaire, Arnaud de Belenet.

Le document fixe la stratégie politique d'aménagement du territoire respectueux des équilibres entre développement urbain et protection de l'environnement (économies d'énergie, protection des espaces naturels, des boisements, du paysage, des réservoirs de biodiversité, des corridors écologiques, des zones humides...) pour assurer un développement durable du Val d'Europe.

Le PLUI assure une diversification, une répartition et une "spatialisation équilibrée et juste des logements sociaux" sur l'ensemble du territoire en s'appuyant sur le programme local de l'habitat (PLH). Celui-ci vise à rééquilibrer l'offre pour que chacune des cinq communes dispose de l'ensemble des typologies de logement et satisfaire toutes les catégories de population.

Le plan permettra de diversifier le tourisme et les activités économiques en créant d'une part une aréna (équipement pour les sports et les spectacles) ainsi qu'un centre d'exposition et de congrès, et d'autre part en rééquilibrant le poids économique de Disneyland en attirant des PME et TPE. Les montages immobiliers s'opéreront pour permettre de nouvelles organisations de travail innovantes (télé-travail, télé-centre ou espaces de co-working). L'agglomération s'appuiera aussi sur les infrastructures déjà existantes : le centre urbain et la gare TGV de Chessy.

Des réserves foncières en 2030
Un schéma directeur des mobilités intercommunal sera adopté à l'horizon 2030. Il permettra de mailler le territoire d'un réseau complet et pratique en lien avec les liaisons existantes et de limiter les effets de coupures en prévoyant des réserves foncières. Le but sera de développer les axes nord-sud et est-ouest, les liaisons inter-quartier et inter-bourg, les déplacements à pied et à vélo et les aménagements pour les bus, mais également, de favoriser les mobilités alternatives de types co-voiturage et vélo partagé.

L'approbation est le résultat de processus de concertation, d'études et d'une enquête publique qui s'est déroulée du 18 septembre au 21 octobre 2015.

Serris ► Val d'Europe : une progression à donner le tournis

Le Val d'Europe et la Vallée Village à Serris connaissent un record de fréquentation et un développement sans cesse en progression. Bientôt, le site atteindra le plus gros chiffre d'affaires français parmi les centres commerciaux.

A Serris, le premier samedi des soldes de janvier, plus de 100 000 visiteurs ont afflué au centre commercial du Val d'Europe. Les travaux d'extension ont déjà commencé et vont permettre d'accueillir 30 nouvelles enseignes d'ici 2017.

C'est ce qu'a annoncé Philippe Descrouet, le maire de la commune, à l'occasion de ses vœux à la population, vendredi 29 janvier. Les deux sites ont accueilli plus de 23 millions de personnes dans l'année, faisant ainsi de Serris "la première destination touristique* commerciale en Europe".

Il faut dire que la Vallée Village bénéficie de la venue d'une clientèle étrangère importante, attirée par des marques de luxe à prix d'usine et détaxés (lire notre article ici). Son allongement, en novembre 2012, avait permis l'installation de 20 nouvelles boutiques et une augmentation de 10% par an de sa fréquentation.

Afin d'attirer encore plus de clients au centre commercial Val d'Europe, l'exploitant, le groupe Klépierre, a prévu des travaux d'agrandissement de 27 000 m² de surface supplémentaire qui sera opérationnelle début 2017. Les premières briques ont été posées en 2015 au niveau de la porte de la Seine pour créer une nouvelle entrée. Une structure métallique peinte en vert et deux énormes verrières de plus de 20 m de haut donneront à la nouvelle aile un style "Grand-Palais". Le leader européen des centres commerciaux projette également de construire un deuxième niveau qui recouvrira partiellement le centre. Certaines vitrines pourront ainsi atteindre 9 mètres de haut. De plus, le recouvrement de la ligne TGV par une énorme dalle de béton permettra d'accéder à la galerie marchande par le cours du Danube. En février 2017, Sea Life, situé au sous-sol des allées commerçantes, inaugurera de nouveaux aquariums.

Des enseignes et des emplois
Une trentaine d'enseignes ont d'ores et déjà annoncé leur arrivée dont Primark, la marque irlandaise de prêt-à-porter "chic et bon marché", qui s'installera sur 2 500 m² répartis sur deux niveaux ainsi que la marque japonaise Uniqlo qui ouvrira en France son deuxième plus grand magasin en terme de surface. D'autres viennent juste de s'y implanter (Kiabi) ou de s'agrandir (Zara). Plus de 1 000 emplois seront créés sur les 2 500 déjà existants. Les recrutements ont déjà commencé (Postulez ici).

L'objectif est de passer de 17 à 20 millions de visiteurs par an, pour le seul centre commercial Val d'Europe (sans la Vallée Village) et d'atteindre un chiffre d'affaires prévisionnel d'un milliard d'euros, hissant ainsi le "pôle commercial au 1er rang français" a précisé le maire.

*Tout récemment, le Val d'Europe a été classé en zone touristique, ce qui lui permettra d'ouvrir le dimanche.

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°51 : les solutions des jeux

Found no item!

Lire les mensuels

Go to top