Correspondant

Correspondant

Les parasols venaient à peine d'être plantés et les transats dépliés qu'une centaine de Buxangeorgiens s'agglutinaient déjà à l'entrée de Bussy-Plage, au bord de l'étang de l'Ile-Mystérieuse, samedi 11 juillet.

De nombreuses activités ont été prévues : des structures gonflables, de l'accrobranche pour les enfants et un bac à sable pour les plus petits. Le matin, une séance d'initiation au yoga a attiré une dizaine d'adultes. D'autres ont préféré se prélasser sous un parasol pour dévorer un livre ou pour juste discuter entre amis.

La ville espère beaucoup de monde. "L'année dernière, nous avons eu entre 5 000 et 7 000 visiteurs malgré un très mauvais temps. A budget identique et grâce à une mise en concurrence, nous avons réussi à offrir aux habitants une semaine d'activités en plus" explique Fabrice Manni, le directeur des relations publiques de la mairie.

Bussy-Plage est ouvert tous les jours jusqu'au 16 août de 11 à 19 heures.

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="6323,6324,6325,6326,6327,6330,6331,6329"]

Les Summer Games se sont terminés dimanche 12 juillet. "Nous avons fait le choix d'étendre sur dix jours un événement qui jusqu'à présent se déroulait sur une journée" explique Gérard Lapierre, adjoint au maire.

Des activités entièrement gratuites ont été ainsi proposées pendant le week-end : une dizaine de structures gonflables ont été montées dans le complexe Pierre-Graff pour le plaisir des jeunes Courtrysiens et de quelques jeunes habitants du Pin. Des jeux en bois, d'adresse et de société, avaient aussi été prévus pour les moins téméraires. Les gourmands n'ont pas été déçus puisque des barbes à papa, des pop-corns et des bonbons étaient proposés à la vente.

"Malgré les restrictions budgétaires, nous souhaitons réorganiser l'événement l'été prochain" a indiqué l'élu.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="6405,6404"]

L'été s'annonce ludique et sportif à Mitry-Mory. De nombreuses activités ont été prévues dans les quartiers.

Des structures gonflables, du cinéma de quartier, des barbecues ou des jeux de société divertiront les jeunes habitants des quatre coins de la ville jusqu'au 27 août. Les adultes pourront participer à des ateliers d'art floral ou culinaire.

Des sorties aux bases de loisirs de Torcy et de Jablines ainsi que dans divers parcs d'attraction seront au programme de juillet et août.

L'Atelier-espace arts plastiques restera ouvert tout l'été et proposera des stages de peinture, de modelage ou de dessin pour les débutants et les plus confirmés. Pour tout renseignement, contacter le CMCL au 01 60 21 22 10 ou l'Atelier  au

01 64 27 13 94 ou le site de la ville

Du 11 juillet au 16 août, de 11 à 19 heures tous les jours, les cactus et les sombreros remplaceront les palmiers et les canotiers autour de l'étang de l'Île Mystérieuse à Bussy-Saint-Georges.

Pendant cinq semaines, le Mexique sera à l'honneur et de nombreuses activités ont été prévues autour du thème. De plus, un bac à sable, des structures gonflables, des transats et des parasols seront à la disposition des personnes qui souhaitent se détendre et rester les doigts de pieds en éventail.

Du beach volley, de l'escalade, de l'accrobranche, du rodéo et du surf mécanique ainsi qu'un boulodrome sont également prévus pour les plus sportifs.

Samedi 11, jour de l'inauguration, le cinéma en plein-air diffusera le succès du box-office "Qu'est-qu'on a fait au Bon Dieu". D'autres activités artistiques ponctueront les journées estivales de la ville.

Samedi 1er soirée, soirée chili con carne. Uniquement pour les Buxangeorgiens et sur réservation au 01 60 94 72 92.

Aye caramba !

Programme détaillé en cliquant sur le lien Bussy plage

 

Le patron du garage Saint-Rémy à Meaux, Jérôme Fosse, est un passionné de courses automobiles. Il a fait repeindre sa voiture, une Renault Clio, style art contemporain. Désormais, si sa voiture de course n'est pas encore tout à fait devenue un objet de collection, elle se fait remarquer par les passants et les visiteurs curieux du nouveau design de la carrosserie.

C'est le plasticien-coloriste de Mitry-Mory, Red-Dito, qui a appliqué son art sur la Clio. La voiture de Jérôme a ainsi été baptisée la "Puzzle car" et sera exposée au garage, dans le bas de la rue Saint-Rémy, jusqu'à fin septembre.

Le bolide participera à des courses sur circuit à partir du mois d'octobre. "Depuis son arrivée, les gens de toutes générations s'arrêtent pour l'admirer et prennent des photos. Elle ne laisse personne indifférent" constate Jérôme, devenu, du même fait, amateur d'art contemporain.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="6168,6170,6169"]

 

Un accident s'est produit cet après-midi, jeudi 9 juillet peu avant 15 heures, sur la Nationale 2 en direction de Paris à hauteur de Mitry-Mory. Selon toute vraisemblance, un poids lourd qui roulait au ralenti ou qui était arrêté sur la bande d'arrêt d'urgence, a été percuté à l'arrière par une fourgonnette qui arrivait dans le même sens; en direction de Paris.

En troisième position, une BMW break, a légèrement percuté la fourgonnette et s'est mise en travers de la route.

L'hélicoptère de la Sécurité civile a été appelé pour transporter le conducteur de la fourgonnette gravement blessé. Les médecins ne se prononcent pas quant au chances de survie de la victime dont le pronostic vital était engagé ce soir. L'hélicoptère a dû attendre une heure sur place que le blessé puisse être préparé par les secours à être héliporté.

Sur la RN2, les deux files de circulation ont été coupées et les véhicules immobilisés formaient un bouchon de chaque côté de l'accident. Des automobilistes ont pu faire marche arrière sur la bretelle formée par la D212. Une déviation par la N 104 a été mise en place. La RN2 a été rouverte aux environs de 17 heures.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="6191,6190,6132,6131,6196"]

 

40 nouveaux Français ont reçu des mains du sous-préfet de Torcy, Gérard Branly, leur décret de naturalisation lors d'une cérémonie officielle, mardi 7 juillet. Pour beaucoup des postulants, il s'agit de l'aboutissement d'un parcours semé d'embûches. "On m'a demandé des tonnes de documents et j'ai dû faire des dizaines d'allers-retours à la sous-préfecture" se souvient Ahmed, ravi d'abandonner son passeport algérien pour un autre de couleur bordeaux.

Les nouveaux membres de la communauté nationale, habitants l'une des quatorze communes de l'arrondissement de Torcy ( Bussy-Saint-Georges, Serris, Champs-sur-Marne, Lagny-sur-Marne, Ozoir-la-Ferrière, Villeparisis...) sont venus en famille ou en couple. À leur arrivée, ils ont échangé sans regret leur titre de séjour contre un certificat de nationalité et ont reçu, sur papier, les paroles de la Marseillaise qu'ils devaient entonner lors de la cérémonie. Un film de cinq minutes sur les valeurs de la République a été suivi par le discours du représentant de l'Etat, dans lequel celui-ci a rappelé "les droits et les devoirs de chaque Français ainsi que l'attachement de la République au principe de la laïcité".

Annuellement, environ 2 000 décrets de naturalisation sont signés en Seine-et-Marne.  Chaque mois, une vingtaine d'étrangers acquièrent la nationalité par le mariage. La préfecture dénombre 20 % de décisions défavorables. "Cela concerne des demandeurs ayant été condamné à de la prison ou n'ayant pas payé leurs impôts" précise t-on au service des naturalisations de la préfecture. Dans le classement des pays d'origine des naturalisés en Seine-et-Marne, les pays du Maghreb sont au premier rang, suivis par les pays d'Afrique noire francophone puis par les pays du sud-est asiatique (Vietnam et Cambodge).

 

Ils sont devenus Français  Steve Tague

Je suis originaire du Cameroun et je vis en France depuis 2006. J'ai commencé mes démarches de naturalisation en août 2014. La constitution du dossier a été très fastidieuse mais nous avons toujours été très bien reçus à la préfecture.

Je voulais devenir Français d'abord pour ma fille qui est née ici mais aussi parce que c'est un endroit où on peut se projeter vers l'avenir. La première chose que je ferai, ce sera d'aller m'inscrire sur les listes électorales.

Han-Chung Wang
Je viens de Taïwan. Je suis arrivé en France en 1999 pour les études et je suis actuellement informaticien dans une société de vidéo-surveillance. Je suis plutôt content d'être venu à bout des deux ans de démarches administratives et je suis très fier de devenir français. J'aime la France, sa culture et surtout son bon vin [rire]. La première chose que je ferais en tant que Français c'est d'ouvrir une bonne bouteille... de Champagne bien-sûr !

Josselyne Liciani

Je suis d'origine ivoirienne et je suis en France depuis 1992. Je me suis très vite intégrée dans ce pays car pour moi, la Côte-d'Ivoire c'était la France. Devenir française, c'était plutôt difficile mais c'était aussi une évidence. C'est d'ailleurs les services de la préfecture qui m'ont incitée à déposer une demande de naturalisation.
 

 

Mohamed Youbib (qui n'a pas souhaité être pris en photo)

Je suis né au Maroc mais je suis arrivé en France à 14 ans. Je voulais devenir Français parce que ma vie s'est faite ici. J'y vis depuis plus de 30 ans. Dans mon pays d'origine, on me considère plus comme un Français. En plus, ce sera plus pratique côté administratif. J'ai beaucoup hésité avant de déposer ma demande car les démarches sont difficiles et c'est ce qui me  bloquait. La première chose que je ferai en tant que Français, c'est d'aller voter aux prochaines élections.
Avec le sous-préfet

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="6060,6061,6059,6058,6057"]

Il n'y a pas eu de récolte cette année au rucher pédagogique de Chelles, situé sur la Montagne, ou si peu, juste assez pour nourrir les locataires ailées. En temps normal, une ruche composée de 70 000 à 80 000 individus peut produire environ 30 kg de miel.

La raison est une épidémie de loque européenne, une maladie du couvain qui a décimé la quasi-totalité des abeilles. Heureusement, les survivantes ont très vite repris le travail et dimanche 5 juillet, pour la visite organisée, les enfants qui ont emmené leurs parents ont pu voir ou redécouvrir le travail de ces ouvrières zélées. "Beaucoup sont déjà venus avec leur école. Maintenant ils viennent en famille" explique Jacques Dumand, le président de l'association "La luciole vairoise".

Serge, apiculteur, est venu de Montry pour expliquer aux visiteurs qui défilent dans le petit chalet, quelques différences entre une guêpe et une abeille : "La première est carnivore et ne laisse pas son dard lorsqu'elle pique. La seconde est végétarienne et meurt l'abdomen déchiré en laissant son dard".

Le miel utilisé pour la démonstration vient de quatre autres ruches de l'association de  Montévrain.

Demain, mardi 5 juillet, les résultats du bac tomberont. Les lycéens, le cœur serré, s'agglutineront devant les panneaux d'affichage. La majorité des noms (79 % des candidats en 2014) seront dans la liste des reçus du premier coup. D'autres, dans la liste des recalés, retenteront leur chance l'année prochaine. Mais les élèves dont la moyenne sera comprise en 8/20 et 10/20 devront tenter de décrocher le précieux sésame lors de la 2e session.

Il n'est pas évident de se replonger dans les cours avec la déception (ou avec la surprise) des résultats et la coupure de deux semaines. Magjournal propose quelques conseils pour mieux aborder les épreuves dites "du second groupe", qui se passeront à l'oral, et qui pourront booster vos résultats !

1 - Restez positif !

Le rattrapage est une seconde chance et il faut l'aborder avec cet état d'esprit. Dites-vous que la majorité des "repêchés" obtient le diplôme. Les examinateurs qui sont aussi des professeurs savent parfaitement qu'ils ne seront pas en face de premiers de la classe et qu'ils devront parfois un peu tirer les mots de la bouche et faire preuve d'indulgence.

2 - Le choix des matières : une question de stratégie... et de connaissances

A l'annonce des résultats, un relevé de notes sera remis à tous les candidats. Pour éviter de se démoraliser par les cris de joie des camarades et pour se re-concentrer, quittez le centre d'examen et, à la maison, prenez quelques minutes pour l'analyser. Le principe est clair, la note obtenue au rattrapage annulera la première (meilleure ou moins bonne). Les candidats choisissent deux matières, en général celles avec un fort coefficient et/ou celles où ils ont obtenu les notes les plus faibles. Mais attention, il faut se sentir capable de composer avec la matière et l'avoir travaillée pendant l'année. Faites des calculs avec des notes fictives mais possibles et vérifiez si vous pouvez atteindre 10/20.

3 - Ecoutez les conseils de vos enseignants

Pendant la période du rattrapage, les profs sont souvent encore dans le lycée ou joignables. Ils pourront vous aider à faire le bon choix car ils vous connaissent ! "Je déconseille à mes élèves de choisir la matière où ils ont obtenu 9/20, il sera plus difficile d'avoir un 15 ou 16/20. En revanche, passer de 7 à 10/20, c'est plus jouable" précise ainsi Adrien, professeur de physique-chimie.

4 - Travaillez à fond

Est-il besoin de le recommander ? La date des épreuves vous sera donnée en même temps que les résultats. C'est souvent dès le lendemain ou dans les deux prochains jours qu'elles auront lieu. Le compte à rebours est lancé. Il ne faut rien lâcher ! Demandez l'aide de vos camarades déjà reçus. Ressortez toutes les fiches et revoyez les notions au programme. Faîtes des oraux blancs. L'objectif est de prouver que vous avez bien travaillé.

5 -N'oubliez pas qu'un examinateur est aussi un enseignant et qu'il peut être votre allié

Evitez donc les excuses qu'ils connaissent par coeur, comme "Je n'ai pas vu ce chapitre en classe" ou "Mon prof était nul". Pensez à structurer votre prestation orale en faisant une problématique en deux ou trois parties. Si vous avez quelques oublis, ce n'est pas grave. Rappelez-vous aussi qu'un enseignant est plutôt enclin à la bienveillance, surtout pour des élèves qui ont montré un minimum d'intérêt et de motivation pour la matière. "Je peux mettre une mauvaise note à un élève qui ne sait rien mais je peux aussi mettre facilement un 18/20 même si tout n'est pas parfait" rappelle Adrien. Ainsi certains élèves ont vu des notes passer de 4/20 à 16/20 !

6 - Portez-vous volontaire pour passer avant

Vous montrerez ainsi votre intérêt. De plus, vous ne serez pas déconcentré par les prestations des autres candidats et les remarques de l'examinateur, et, chose importante, vous serez en vacances plus tôt !

7 - Gérez votre temps

La préparation et le passage durent chacun une vingtaine de minute. Si vous devez faire deux exercices, commencez par la question mineure (5 min pour 1/4 des points) pour que, pris par le temps, vous ne la négligiez pas.

8 -Ne pas oublier 

Sa carte d'identité et son relevé de note et surtout "bonjour" et "au revoir".

La musique s'entendait en sortant du centre commercial par la place de Toscane.  Malgré les 26°C, une vingtaine de participants se sont rassemblés, samedi 4 juillet au matin, sur le parvis de l'hôtel-de-ville de Serris pour un cours gratuit de Zumba, une danse rythmée par de la musique latino associée au cardio-training.

Organisée en partenariat par la municipalité et le club Daily fitness, les activités sportives gratuites et ouvertes à tous se dérouleront tous les samedis de juillet.

"L'objectif de l'initiative est de proposer aux Serrissiens la possibilité de découvrir d'autres sports" explique le maire, Philippe Descrouet. "Il faut savoir qu'une heure de Zumba peut faire perdre entre 500 et 600 kilo-calories" précise André Falcucci, le directeur de Daily Fitness.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="5929,5933"]

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Abonnez-vous à la newsletter : une revue hebdo et l’agenda chaque lundi

captcha 

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°41 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top