Supercook

Supercook

Ce gâteau-là est facile à réaliser, même pour des enfants. Il sera moelleux, surtout si vous stoppez sa cuisson à temps. Il a aussi l'avantage d'être sans beurre, ce qui plaira à tous les allergiques aux produits laitiers (sauf dans la version chocolat au lait ou Toblerone).

Temps de préparation : 15 minutes Temps de cuisson : 15 minutes, à peine

Faites fondre 200 gr. de chocolat, plutôt noir. Mélangez le bien puis, une fois un peu refroidi, ajoutez 4 œufs, battus. Ajoutez ensuite deux cuillérées à soupe, bombées, de farine, une bonne pincée de sel et un peu de vanille en poudre. Pour les becs très sucrés, ajoutez deux autres cuillérées à soupe de sucre, mais franchement, ce n'est pas utile.

Vous pouvez jeter quelques noix, ou noisettes, ou encore du pralin. Placez la mixture dans un moule où vous aurez disposé du papier sulfurisé.

Enfourner à 180°C (thermostat 6) pendant 15 minutes.

Une fois sorti du four et refroidi, recouvrez de chocolat fondu et décorez des fraises et framboises, c'est toujours du meilleur effet et c'est bon !

Le truc en plus : Pour changer, vous pouvez aussi faire cette recette avec du chocolat blanc ou du Toblerone.

Pour un goûter d'anniversaire, servez les trois ensemble, et pourquoi pas superposés.

 

CUISINE - Voilà une nouvelle recette douceur, pour vous faire du bien. Ne vous en privez pas, c'est léger... avec des fruits. Bon d'accord, il y a un peu de mascarpone et un peu de sucre, mais si peu ! Et c'est pour quatre personnes...

Pour le pavlovas aux fruits, il vous faut : 2 blancs d'œufs, 100 g de sucre semoule, 1 cuillerée à soupe de maïzena, 1 cuillerée à soupe de jus de citron, un demi ananas, une demi mangue bien mûre, un citron bio. Vous pouvez ajouter un kiwi, pour ceux qui n'y sont pas allergiques - il faudra qu'on parle de ça un jour - ou si vous préférez d'autres fruits, allez-y, tout est bon ! En ce moment, on trouve de délicieuse poires bien juteuses. C'est la saison ! En plein été, il y aussi les fraises et les framboises. Pas mal non plus !

Pour la recette, prenez encore une cuillerée à soupe de miel, 125g de mascarpone, 20 g de sucre glace.

Préchauffez votre four à 100° (thermostat 3 ou 4). Battez les blancs en neige avec le jus de citron, saupoudrez le sucre semoule et la maïzena et battez encore jusqu'à ce que la meringue soit bien ferme et bien brillante.

Tapissez une plaque de papier sulfurisé. Formez 8 tas avec la meringue et creusez légèrement le centre avec une cuillère. Laissez cuire au four pendant 1 h 30 à 2 heures puis laissez durant 6 heures dans le four éteint.

Coupez vos fruits et si vous ajoutez des zestes de citron non traité, vert ou jaune, lavez-les avant de les râper. Mélangez les fruits avec le miel, le zeste et le jus de citron.

Fouettez le mascarpone avec le sucre glace et répartissez le mélange dans les creux des meringues. Disposez ensuite les fruits coupés en cubes, lamelles, ou sous la forme qui vous plaira. Servez aussitôt, le pavlovas ne saurait attendre, vos papilles non plus !

 

Evidemment, la recette du pain d'épices ne se fera pas sans miel. On pourrait dire que c'est la base même du gâteau... avec les épices.

Septembre, c'est le bout du bout de la fin de la saison pour récolter le miel. L'apiculteur doit faire attention que ses abeilles auront suffisamment de provisions pour l'hiver, autrement dit assez de miel. Peut-être une récolte a-t-elle déjà été effectuée au printemps ?

La récolte consiste donc à prélever uniquement le surplus de provisions que les abeilles ont emmagasinées pour leur propre consommation et leur survie et, si elle est faite en septembre, il faudra que le temps soit encore clément, avec des floraisons pour que les butineuses reconstituent un bon stock. Quel travail !

Et le pain d'épices est né...

Il vous faut 250 g de farine, un sachet de levure de boulangerie (qu'on achète en magasin), un œuf battu, 100 g de beurre, 2 cuillerées à café de gingembre en poudre, une cuillerée à café de cannelle, 160 g de miel liquide, 260 g de marmelade d'orange, 2 cuillerées à soupe d'eau chaude, 1 pincée de sel.

Préchauffez votre four à 90° (thermostat 3). Pendant ce temps, faites fondre le beurre à feu doux, mélangé avec le miel.

D'un autre côté, dans un saladier, mettez farine, levure, gingembre, cannelle et sel et mélangez tous ces ingrédients secs ensemble. Creusez un puits au centre et faites-y couler le miel et beurre chauds tout en incorporant et faisant glisser les éléments secs petit à petit.

Ajoutez la marmelade, l'œuf, l'eau et mélangez le tout jusqu'à obtention d'une pâte bien lisse et onctueuse.

Versez ensuite la pâte dans un moule à gâteau, beurré ou recouvert de papier sulfurisé.

Vous pouvez aussi répartir dans de petits moules qui vous donneront bien sûr de petits pain d'épices. Les formes peuvent être au choix !

Quelle que soit la forme de vos moules, faites cuire au four pendant une heure pour les gros gâteaux, moins longtemps pour les plus petits.

Et voilà ! A déguster au goûter avec un thé, au dessert avec une compote de pommes, ou tout seul, pour un petit creux !

La panna cotta est une douceur qui nous vient d'Italie et qui est vraiment super facile à réaliser. Joliment présentée, elle fait un dessert tout à fait honorable pour terminer un dîner avec des invités. Elle peut même être classée dans les desserts fashion. Servez-la par exemple démoulée avec la forme du ramequin dans lequel elle a refroidi et posée sur une assiette rectangulaire, blanche ou en ardoise, arrosée de zébrures de coulis de fruits rouges. Vous pouvez aussi la laisser dans des coupes design.

La panna cotta, qui signifie "crème cuite", est confectionnée à partir de crème, de lait, de sucre et de gélatine (d'origine animale ou bien végétale comme l'agar agar). La consistance ainsi obtenue doit être ferme.

Les ingrédients pour six ramequins :

50 cl de crème fraîche liquide, 50 g de sucre, 2 feuilles de gélatine ou de l'agar agar, extrait de vanille.

Mettez les feuilles de gélatine à tremper dans de l'eau froide pendant 10 à 15 minutes. Si vous utilisez l'agar agar, délayez la poudre dans un peu de lait ou d'eau froide.

Dans une casserole, mettez crème, sucre et vanille puis faites chauffer sans porter à ébullition. Dès que le liquide frémit, retirez la casserole du feu et ajoutez la gélatine essorée ou l'agar agar dilué. Remuez bien pour dissoudre le gélifiant et versez dans les ramequins ou coupelles. Laissez refroidir puis placez au réfrigérateur pendant au moins quatre heures. Il faut vraiment que la préparation soit bien ferme.

Une fois durcie, elle peut recevoir sur le dessus un coulis de fruits mêlé à quelques fruits rouges également ou encore des morceaux de pêche. C'est pas tentant ça ? Selon vos goûts vous pouvez également agrémenter de chocolat fondu, de caramel (simple ou au beurre salé) ou bien de miel ou alors parsemer de pralin. Bref, arrangez à votre sauce !

En version light, il vous faudra 40 cl de crème liquide à 3 % de matière grasse, 10 cl de lait écrémé, 2 cuillerées à soupe de sucre (ou édulcorant), de la vanille, 3 feuilles de gélatine ou 1 sachet d'agar agar et du coulis ou de la compote. La préparation suivra le même procédé que pour la recette "moins light".

Drôle de truc : autrefois, la recette de la panna cotta comprenait des arêtes de poisson. Bouillies, celles-ci remplaçaient la gélatine.

 

Cette recette requiert du bon saumon fumé... Evidemment, on ne veut pas en manger du mauvais. Ceci dit, quand on a vu les reportages télévisés sur les élevages intensifs de saumons en Norvège par exemple, ou ailleurs, on rechigne ensuite à utiliser le poisson... Pourtant c'est bon ! Alors peut-être plutôt se diriger vers le bio. Garantie de qualité ? Au moins on essaye de ne pas s'intoxiquer et ne pas favoriser les élevages où les animaux sont tellement tassés dans leurs bassins (comme des sardines en boîte !) qu'ils sont infestés de poux de mer... et gavés de pesticides pour lutter contre le parasite.

Ne nous gâchons pas l'appétit puisqu'il s'agit là de réaliser une recette de cuisine sans prétention, hyper simple, mais quand même avec du saumon fumé, un produit qui entre dans la catégorie "luxe". Pour l'apéritif ou en entrée.

Pour faire des rouleaux de saumon, il vous faut... du saumon fumé, en tranches. Disons 6 grandes ou alors 12 petites, ça devrait faire pour quatre personnes ; un demi concombre ; 12 radis : un demi bouquet de ciboulette ; 100 g de crème de raifort (que l'on trouve au rayon condiments) ; 250 g de ricotta ; sel, poivre ; et facultatif : 2 cuillerées à soupe de crème épaisse.

Lavez , pelez et coupez le concombre en petit dés. Lavez aussi les radis et coupez les, aussi, en petits dés. Lavez la ciboulette et gardez 8 brins pour la déco. Vous pouvez ciseler le reste et mélangez à la crème de raifort et ricotta auxquelles vous ajouterez également concombre et radis. Assaisonnez avec sel et poivre selon votre goût.

Placez les tranches de saumon sur du film alimentaire. Placez les tranches de saumon sur du film alimentaire.

Ensuite étalez une tranche de saumon sur du film alimentaire, placez une grosse cuillerée à soupe de la préparation, refermez en formant un rouleau à l'aide du film alimentaire et en le faisant tenir fermer, un petit peu serré.

Faites de même pour chaque tranche. Placez ensuite les rouleaux au réfrigérateur au moins une heure, le temps que le froid les rigidifie.

Après une heure (ou plus si par exemple pendant ce temps-là vous êtes parti faire des courses), vous pouvez retirer le film alimentaire et couper les rouleaux en deux. Disposez sur les assiettes et décorez avec les brins de ciboulette. Vous pouvez aussi varier la présentation avec d'autres petits morceau de légumes genre "anti pasti" : poivron, courgette...

F cheese cake

Quand l'Aveyron et l'Angleterre se prennent la main, ça donne le "F" cheesecake. Ne voyez aucune malice dans le "F" qui, en anglais pourrait suggérer un gros mot qu'on n'écrira pas ici. L'Angleterre contre l'Aveyron ? Pas du tout ! Nous voulons simplement croire que le "F", c'est pour "flat" qui signifie "plat" dans la langue de Shakespeare. Tout ça pour en faire un cheesecake, gâteau typiquement britannique et dorénavant américain.

Dan l'Aveyron, le gâteau s'appelle la flaune. Un autre bonne raison pour le "f".

Vous vous en doutez, la recette que l'on vous propose aujourd'hui donnera un résultat plus plat que ceux qu'on a l'habitude de voir mais il est tout aussi simple à réaliser, voire même plus !

Les ingrédients

Pour la pâte sablée, vous pouvez l'acheter toute prête ou bien la faire vous-même : 250 g de farine, 125 g de sucre semoule, 1 œuf, 125 g de beurre froid et un peu pour le moule ou bien une feuille de papier sulfurisé (recommandé) et enfin une pincée de sel.

Pour la garniture : 600 g de brousse de brebis (ou recuite) ou bien ricotta, 5 œufs, 175 g de sucre semoule, 2 cuillerées à soupe de fleur d'oranger. Vous pouvez aussi parfumer par exemple au citron.

La confection 

Préparez la pâte sablée et si elle est toute prête, étalez-la sur le papier sulfurisé puis installez l'ensemble dans un moule à tarte. Piquez la pâte avec une fourchette.

Préchauffez le four à 180° (thermostat 6). Fouettez les œufs avec le sucre puis incorporez la brousse. Mélangez et ajoutez la fleur d'oranger ou le parfum de votre choix.

Versez la préparation sur la pâte et enfournez 20 minutes jusqu'à ce qu'elle prenne une jolie couleur dorée ou bien plus claire si vous préférez. Vous pouvez aussi choisir de réaliser le gâteau avec de la pâte feuilletée.

Qu'est-ce que la recuite ?

C'est une préparation issue de la fabrication du roquefort. Le petit lait de brebis est récupéré lors de l'élaboration du fromage. Il est chauffé suffisamment longtemps pour que la recuite apparaisse en surface du liquide et on la récupère avec une écumoire. Ça donne une sorte de crème un peu granuleuse qu'on peut accommoder salée ou sucrée. A vous d'être inventifs !

Et maintenant, léchez-vous les babines et dégustez !

Elle fait l'unanimité... La pizza, tout le monde l'aime (à quelques exceptions près). Evidemment, ça dépend de ce qu'on met dessus. Pour être sûr que la garniture nous convienne, rien de tel que de faire la pizza soi-même. Une pizza maison, rien à voir avec celles qu'on achète en supermarché. Ces dernières ont surtout un côté pratique-dépannage. Mais la pizza maison, "Ma que deliziosa" !

Bien sûr, à la maison, il faut sortir un peu les ustensiles, bousculer un tantinet la cuisine, étaler un peu de farine, enfiler les maniques pour sortir la grille du four... Un petit peu de boulot, mais quel résultat !

Donc on commence par la pâte. Si vous avez une machine à pain, allez-y, faites votre pâte à pizza dans la machine. Il faut prévoir un peu à l'avance puisqu'il faudra environ une heure et demi de préparation mais, pendant ce temps-là, vous pouvez faire autre chose, à commencer par préparer les ingrédients de la garniture.

Une fois la pâte prête, étalez-la sur le plan de travail fariné. Choisissez de la faire épaisse ou pas. Certains l'aiment fine, d'autres épaisse. En Italie, elle peut aussi être fine ou épaisse. Que ceux qui croient que les Italiens ne font que de la pâte fine se détrompent !

N'essayez pas de lancer la pâte aplatie pour l'étendre et la rattraper de manière périlleuse. Le jeu est inutile !

Vous pouvez donner à votre pâte des formes différentes. Elle n'est pas obligée d'être ronde. Par exemple, vous pouvez la faire allongée et ainsi placer deux grandes "bandes" sur la grille du four une fois qu'elle sera prête à cuire ou alors une seule grande plaque de la taille de la grille ou du lèche-frites. Vous pouvez aussi dessiner de petites pizzas individuelles...

Une fois votre pâte étalée, elle est prête à recevoir sa garniture. Pour faire simple, prenez du concentré de tomate un peu fluidifié avec de l'eau. Etalez-en une bonne couche sur la pâte crue. Parsemez ensuite d'ail en poudre, puis d'oignon en poudre.

A partir de là, éclatez-vous ! Mettez du jambon en petits morceaux, des anchois, des poivrons, des champignons, de la mozzarella, du gruyère râpé, du parmesan, du saumon fumé, des pommes de terre, de la viande hachée, des rondelles de tomate, du chorizo, du jambon rouge, des œufs, de la crème fraîche... Tout ce que vous aimerez, pas forcément tout ce qui est proposé dans cette liste, non exhaustive d'ailleurs.

Derniers ingrédients à venir par dessus la base : huile d'olive et origan que vous n'aurez qu'à parsemer, comme l'ail et l'oignon, si vous l'avez acheté séché, en pot.

Déposez sur la grille du four, sur un papier cuisson (elle sera plus facile à détacher) et faites cuire à four bien chaud mais pas trop. Il faut qu'elle dore et que les bords de la pâte commencent à être croustillants. Mais là encore, ça sera à vous de juger selon vos goûts.

Chaude, froide, la pizza se partage !

pizzas

CUISINE - Vous sentez... comme un parfum de chocolat ? Rien que d'en parler, on en a déjà plein les narines... Voici une recette pour un instant de douceur. Chocolat noir ou chocolat au lait, même chocolat blanc, tout fera l'affaire pourvu que ce soit du chocolat !

Prenez une tablette, ou deux selon votre envie, du chocolat de votre choix. Prenez une bonne poignée de beaux cerneaux de noix, une bonne poignée de noisettes et écrasez-les de manière à faire de petits morceaux. Pas trop petits quand même, car il faudra qu'on les sente bien sous la dent et qu'ils puissent être enrobés pour former les bouchées.

Faites fondre le chocolat avec une cuillerée à soupe d'eau, de manière à pouvoir le remuer sans problème.

Une fois que le chocolat est fondu et bien lissé, ajoutez-lui les éclats de noix et noisettes, ainsi qu 'une poignée de cranberries. Enrobez bien tous ces ingrédients avec le chocolat, puis étalez l'ensemble sur une assiette que vous placerez au réfrigérateur.

Attendez au moins trois heures que tout soit bien froid. Prenez la valeur d'une cuillerée à café du mélange dans la main et formez une boulette que vous roulerez dans de la poudre de cacao ou de la noix de coco râpée, ou encore du pralin. N'ayez pas peur, vous aurez forcément du chocolat plein les mains. Ça ne sera pas un bain de chocolat, mais presque... Le bonheur quoi ! Déposez maintenant vos boulettes formées et enrobées sur, par exemple, une assiette en ardoise.

Et voilà !

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="11315,11317"]

 

Voici une recette avec du bacon qui permettra d'accommoder le steak haché et de lui donner un goût qui changera un peu les habitudes.

Pour 300 g de viande hachée il vous faut 8 tranches de bacon, 4 oignons, du sel et du poivre ainsi qu'une cuillerée à soupe de concentré de tomate. Mélangez viande et concentré, assaisonnez.

Faîtes dorer les oignons coupés en rondelles. Formez les steaks (quatre petits ou trois plus gros) en y insérant  une couche d'oignon. Enveloppez chaque steak dans deux tranches de bacon croisées.

Faîtes cuire dans une poêle à feu vif. Vous pouvez présenter les steaks façon burger, sur un morceau de pain à hamburger, ouvert, la partie du dessus à cheval sur le steak. Posez des feuilles de salade, des tomates, des rondelles de concombre, du piment vert aussi coupé en rondelles et même des cornichons, dans les assiettes, individuellement ou bien présentés à table sur un plat et tout le monde se servira en fonction de ses goûts.

Si la sauce tomate que nous vous proposons aujourd’hui se résumait aux ingrédients du titre de la recette, elle ne serait bien-sûr pas ce qu’elle est, autrement dit une envolée de saveurs fraîches et émoustillantes, des parfums méditerranéens sans avoir à en faire trop. Ça mis à part, elle est aussi facile à réaliser.

Elle nécessite un récipient dans lequel entrera le mixer, donc plutôt de forme tubulaire. Dedans, jetez

  • deux ou trois bonnes grosses cuillérées à soupe de concentré de tomate… en boîte sinon vous risquez de devoir y passer deux tubes entiers !
  • un ou deux poivrons rouges en bocal, acheté en épicerie… Les grecs, comme sur notre photo, sont bons,
  • une ou deux gousses d’ail épluchées… Remarquez comme les proportions sont ajustables aisément en fonction de vos goûts. Ne cherchez pas les proportions au gramme près, votre cœur guidera votre main !
  • de l’huile d’olive évidemment, deux cuillérées à soupe selon votre quantité de sauce,
  • des feuilles de basilic frais, si c’est la saison. Sinon, vous pouvez en trouver du surgelé que vous conservez au congélateur… Jamais pris au dépourvu !
  • une pincée de sel… ou pas pour les « sans-sel »,
  • et pour ceux qui aiment les saveurs un peu relevées, ajoutez une bonne pincée de piment d’Espelette en poudre,
Versez un demi-verre ou un verre selon la quantité d’ingrédients, sur l’ensemble, et hop, un coup de mixer… Vous sentez déjà tout l’arôme qui se dégage du pot ! Trempez-y le petit doigt et goûtez…

Chaude ou froide, sur les pâtes, le riz, dans un sandwich, sur un morceau de poisson un peu fade ou pour faire danser le poulet, cette sauce deviendra comme une bonne amie !

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="1124,1123,1140"]

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.