De Saint-Jean

De Saint-Jean

"Ce que j'ai vu lors de différents vols, quand j'étais pilote, était bien des engins utilisant une technique inconnue, qu’aucun gouvernement ne maîtrise et qui, pour l’heure, n’est compréhensible par aucun scientifique."

Jean-Gabriel Greslé*, devenu l’un des ufologues les plus réputés sur la planète, ne "croit en rien" mais précise qu'il s'est rendu compte que "les ovnis se déplacent là où des zones sont laissées libres par les avions. Et qu’ils viennent faire des incursions de temps en temps au milieu des avions de ligne".

Il raconte : "La première fois qu'une rencontre s'est produite, c’était en 1952 lors d’un vol au-dessus de Washington. Nous avons été dépassés par des engins inconnus qui manifestaient des performances impossibles à réaliser pour un avion normal. Le phénomène s’est reproduit un quelques mois plus tard. À l’époque, face aux interrogations, l’US Air Force a avoué son incapacité à répondre et a déclaré que les phénomènes n’étaient pas nouveaux mais inexplicables. La seconde fois s’est produite lors d’un vol Air France en 1966. Nous avons été dépassés par un engin au sud ouest de Buenos Aires et enfin à Détroit sur le vol Los Angeles-Montréal. Là encore nous avons été dépassés par un engin qui a laissé une traînée lumineuse".

Lors de sa conférence, lundi 30 mars, à Pontault-Combault, l'ancien commandant de bord aux multiples expériences et rencontres avec des ovnis, a évoqué tous les documents officiels américains parus sur le sujet. Parmi ceux-ci figure le rapport Cometa, rédigé par l’association française d'étude des phénomènes aérospatiaux non identifiés. Elle est considérée aujourd'hui comme étant en sommeil. Les extra-terrestres feraient-ils eux aussi un somme ? Auraient-ils "espacé" leurs visites sur Terre ?

Le rapport est préfacé par l'ancien président du CNES (Centre national d'études spatiales), André Lebeau et a été porté à la connaissance du grand public par ses auteurs. Il a évidemment fait couler beaucoup d’encre au moment de sa publication.

En forme disque ou triangulaires

La conférence a permis également de revenir sur des anecdotes souvent relatées dans les médias spécialisées : les soucoupes en forme de disque, les soucoupes triangulaires... Le conférencier, dans un ouvrage qu'il a présenté, "Document interdit, la fin d'un secret", passe en revue des documents qui, aux yeux des autorités, devaient rester secrets puis qui ont ensuite été déclassifiés. Jean-Gabriel Greslé a également fait référence à des documents qui portent sur la période de 1940 à 1954. D'autres documents ont été rendus publics jusqu'en 2010. Il a cité aussi "1942-1954 - La genèse d'un secret d'État", recueil de documents américains déclassifiés.

Si lundi, dans le public, tous semblaient convaincus de l'existence d'êtres intergalactiques, aucune image n'a circulé. Le conférencier a tout de même précisé qu’il est tenu à la discrétion sur les travaux de recherche de la commission Sigma dont il est un technicien et qu’il n'est pas autorisé à répondre aux questions actuelles sur les Ovnis.

 

*Né en 1932, Jean-Gabriel Greslé s’est engagé dans l’armée en 1951. Après avoir été élève pilote à l’US Air Force, il entre chez Air France en 1963. Durant vingt ans, il sera commandant de bord et à trois reprises, sera témoin de phénomènes aériens inexplicables.

**Photo : A défaut de pouvoir vous présenter une photo d'ovni, nous avons choisi un avion d'air France.

Carnaval dans les rues de Villepinte, dimanche 12 avril. Animations devant l'école Marie-Laurencin.

14 heures : maquillage gratuit pour les enfants. 15 heures : départ du défilé, marche jusqu'à l'esplanade du Bel-air pour le grand final.

Pour la 8e année consécutive, le Rotary club se mobilise pour la recherche sur la sclérose en plaques. Les 11 et 12 avril de 10 à 18 heures à l'espace V de Villepinte, retrouvez 34 stands : vins, fromages, charcuteries, nougats, confitures, épices, huîtres et autres produits du terroir. "Chaque année, nous reversons 10 000 euros à l'ARSEP, Association pour la Recherche sur la Sclérose En Plaques. Les bénéfices restant sont utilisés dans des actions internationales : en 2013, nous avons envoyé 1 000 euros au Rotary de Bangalore qui a acheté et remis des bancs d'école et des uniformes pour des écoles défavorisées en Inde" explique Alain Ferraris, rotarien.

Le Consortium Publicitaire Européen* (CPE) reprochait au Réseau anti-arnaques, partenaire de l’association de défense des consommateurs, UFC Que choisir, d’avoir inscrit « Les délices d’Annie », « Délices et gourmandises » et « Natur’santé ». dans "la liste noire des catalogues à éviter".

Les deux associations dénonçaient l’organisation de loteries « bidons ». Le CPE a été débouté de sa demande le 11 mars par la 17e chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Selon l’UFC que Choisir, « De nombreuses sociétés de vente par correspondance organisent des loteries commerciales dotées de plusieurs milliers d’euros afin d’inciter les destinataires de leurs catalogues à passer commande. En réalité, il s’agit souvent de loteries factices, les lots promis n’étant attribués qu’après un tirage au sort, ce qui est, en général, pas ou mal précisé. Des pratiques condamnées à plusieurs reprises par la justice ».

Le TGI a rejeté la demande du CPE. Selon les juges, les critiques du Réseau anti-arnaques sont fondées sur « les réclamations de près d’une centaine de clients » qui reprochent les courriers « singeant des actes officiels » ou qui font « croire faussement au destinataire qu’il est le gagnant d’un prix de plusieurs milliers d’euros remis le plus souvent sous la condition qu’il commande les produits du catalogue ». Non seulement, le CPE a perdu son procès mais il devra payer à Réseau anti-arnaque des dommages-intérêts et les frais de justice. Il est néanmoins probable que le CPE fasse appel de la décision.

*Le Consortium Publicitaire Européen est spécialisé dans l’offre d’ouvrages concernant la santé et le bien-être destinés aux seniors.

Voir aussi : http://consortium-publicitaire-europeen.publicoton.fr/

Nathalie* a été agressée à la gare de Mitry-Mory, jeudi 26 mars à 19 h 35. Elle n'a pas vu arriver les deux hommes qui allaient lui voler son téléphone. Toujour Elle raconte : "Je venais d'arriver à la gare de Mitry et j'ai appelé mon mari pour qu'il vienne me chercher, comme d'habitude. C'est  à ce moment qu'un homme m'a tout à coup attrapé la main pour m'arracher mon téléphone. Par réflexe, j'ai serré l'appareil. Aussitôt un deuxième homme est arrivé derrière moi et m'a asséné un coup de pied pour me jeter à terre. J'ai lâché mon téléphone. Ils l'ont tout de suite ramassé et sont partis".

                                                                       "Je n'ai pensé qu'à me défendre" La victime ne comprend pas pourquoi elle n'a pas lâché son téléphone et qu'elle s'y est cramponnée. Elle souligne, la voix encore mal assurée : " J'ai toujours conseillé à mes enfants et mon entourage de laisser faire pour éviter tout incident de ce genre ! Confrontée à la situation, j'ai eu le réflexe de serrer ma main. Je ne voulais pas qu'on me prenne mon bien et je n'ai pensé qu'à me défendre"

Deux passants ont assisté à la scène sans pouvoir agir, les agresseurs ayant agi en un éclair : "Les voleurs ont été rapides et silencieux. Un voyageur est revenu sur ces pas pour me porter assistance, après coup. J'étais en état de choc et, sur le moment, je ne sentais pas la douleur. Je n'ai pas eu le courage d'aller au commissariat. Je n'avais qu'une hâte, rentrer chez moi et me calfeutrer. J'ai appelé la police de chez moi et les fonctionnaires m'ont guidée pour les démarches à effectuer". Ce n'est qu'un peu plus tard que Nathalie s'est rendue compte que sa main était très douloureuse à la suite de son agression.

Les voleurs n'en sont pas à leur coup d'essai

D'après la victime, les deux hommes auraient déjà commis des actes similaires dans le même secteur : "Une collègue de travail m'a raconté qu'elle avait vécu le même genre d'agression que moi mais en pleine journée, à 15 heures ! Les faits sont vraiment identiques : deux hommes avec des casquettes pour ne pas qu'on les reconnaisse, mêmes vêtements sombres ".

La police tourne souvent aux heures de pointe aux abords de la gare, mais jeudi, à 19 h 30, la gare était quasiment déserte.

*Le prénom a été changé.

L'association Culture de l'Inde propose un stage de Yoga samedi 28 mars à Villepinte de 13 h 30 à 16 heures. Selon Ayub, professeur de Atha yoga à Villepinte, le yoga pourrait guérir tous les maux : "C'est un sport de bien-être qui peut être pratiqué par tous. Pour apprendre à respirer, développer sa mémoire et combattre les douleurs, il est préconisé de pratiquer le yoga. Ce sont des techniques et exercices simples pour améliorer la circulation du sang, la digestion... Avec une pratique régulière, on peut éviter les maladies comme Alzeimer". Le stage dure plus de deux heures : il permettra aux stagiaires d'apprendre quelques méthodes et postures de relaxation. Tarif : 10 €. Renseignements et inscriptions auprès de Ayub au 06 15 73 07 98.

Dans le cadre du salon "Mode d'emploi" organisé mercredi 8 avril, et pour aider les candidats à préparer leur présentation, la municipalité de Villepinte propose des ateliers gratuits, mardi 31 mars de 9 à 12 heures, au centre administratif, salle des Tilleuls.

Inscription Pour les chômeurs 16 - 25 ans : contacter la mission locale au 01 41 52 53 69.

Pour les chômeurs + de 25 ans : contacter le service RSA Insertion au 01 41 52 53 38.

Pour les 16 - 25 ans scolarisés : contacter le point info jeunesse au 01 41 52 23 23.

Pour en savoir plus : http://www.ville-villepinte.fr/fr/actualites-economiques.html

Les femmes indiennes utilisent la farine de pois chiche dans la pâte à beignet, les pâtisseries et... les soins de beauté faits maison. Simple et efficace, le produit ferait merveille :

Maggy, originaire de Chennai, au sud de l’Inde, raconte son expérience avec la farine de pois chiche : « C’est une farine surprenante aux mille vertus. Quand je sens que ma peau est sèche et abîmée, je la mélange avec un peu de miel et du lait. Je laisse poser le masque sur mon visage, comme un masque ordinaire, en évitant les yeux et la bouche, pendant dix minutes et je rince. Ma peau redevient douce comme celle d’un bébé ».

Il faut dire que la farine de pois chiches est riche en antioxydants et un excellent produit naturel antiâge. Elle peut aussi nettoyer la peau en profondeur. Elle élimine les cellules mortes et rend le teint plus net. En Inde, les femmes l'applique également sur les coudes et les genoux pour éclaircir la peau.

Le gommage

Pour avoir une peau nette sans taches, mélangez une poudre de pois chiches, pas trop fine, avec de l'eau de rose et un jaune d’œuf de manière à obtenir une pâte malléable. Appliquez votre pâte sur le visage et laissez sécher. Une fois la pâte séchée, retirez-là en gommant délicatement votre peau pour éliminer les cellules mortes. Le résultat, une peau irréprochable !

L'hôtel Mercure du Bourget, au Blanc-Mesnil, propose, ce soir, mercredi 25 mars de 19 à 21 heures, une soirée "Happy Hour" sur le thème de l'aviation et des pilotes. Pour l’occasion, les serveurs et hôtesses d’accueil seront en tenue de personnel navigant et inviteront les clients à se rendre au bar pour profiter des 50 % sur les boissons de la carte du bar. Clichés en perspective !

La plante d’aloe vera soigne tout. Monique, à Othis, utilise la pulpe de la plante d’aloé vera pour tous les petits bobos : coups, coupures, boutons, brûlures, coups de soleil, eczéma et pellicules. « C’est une plante magique ! On en trouve dans toutes les jardineries et même sur Internet » explique-t-elle . Pour les pressés et les paresseux, les pharmacies et certains distributeurs sur Internet vendent des produits contenant la fameuse gelée : « Il faut juste vérifier qu’il y a plus de pulpe que d’eau ou que l’aloès soit présent à 80% au minimum » prévient-elle.

Les vertus Les bénéfices immédiats ou à long terme sont connus surtout dans les pays d’Asie : « Je sais que cette plante est beaucoup utilisée en Inde. Les boissons à base d’aloès sont excellentes car elles contiennent des oligo-éléments, des vitamines et des minéraux. Quand à l’utilisation en externe, la pulpe sert à peu près à tout grâce à ses vertus apaisantes, cicatrisantes et hydratantes » complète Monique.

Une plante facile La plante ne demande pas beaucoup d’entretien et après une découpe, repousse assez vite. Monique vante encore les avantages de cultiver l'aloes en pot : « Bien sûr, je ne mets pas ma plante à la vue de tous car elle est découpée de toutes parts et plus très présentable ! Mais, je peux conserver une branche découpée plusieurs jours : je retire la pulpe au fur et à mesure de mes besoins. Elle est visqueuse, les masques ne sont pas agréables mais parfois je mélange la pulpe avec du miel et du lait pour un instant 'beauté et réparation' très économique ».

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.