La petite recette du week-end ► La patate chaude qu'on se refile volontiers

CUISINE -

La patate chaude, on dit qu'on se la refile rapidement. L'expression date du XIXe siècle et est d'origine américaine.

« Hot patatoe » désignait un problème sensible. Il s'agit d'une métaphore bien entendu ! Lorsque l'on porte dans ses mains une pomme de terre qui sort du four, elle est tellement chaude qu'on ne peut pas la garder, on doit la "refiler", un peu à la manière d'un ballon de rugby.

Aujourd'hui, c'est à peu près la même chose excepté que la patate n'est pas un "problème sensible" mais fait partie d'une recette bien sympatoche et comme d'habitude hyper facile. C'est Nathalie, du restaurant "la Patate à modeler" à Meaux, qui nous l'a soufflée à l'oreille.

La conception n'a vraiment rien de compliqué mais a bel et bien une touche d'originalité vu que la patate est accompagnée de cabillaud cuisiné au curry. Notre rentrée culinaire aurait comme qui dirait des petits airs de voyage et encore de fines senteurs de vacances.

Pour 4 personnes
Il vous faut
  • 4 grosses pommes de terre
  • 30 cl de lait de coco
  • 400 g de filets de cabillaud
  • 1 oignon pelé
  • 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
  • 4 cuillère à café de poudre de curry
  • 1 bulbe de citronnelle ou une feuille de citronnier

Préchauffez le four à 180° C et sur chaleur tournante. Lavez et essuyez les pommes de terre. Enveloppez-les de papier aluminium puis enfournez-les et laissez-les cuire 1 heure.

Dans une grande casserole, délayez l'huile d'olive avec le curry. Faites dorer l'oignon émincé et mélangez quelques minutes à petit feu. Ajoutez le lait de coco puis couvrez.
Après 15 minutes de cuisson à feu moyen, ajoutez le poisson découpé en morceaux et salez selon votre goût. Laissez mijoter 5 minutes environ.
Versez la préparation sur les pommes de terre sorties du four, débarrassées du papier alu et coupées en deux dans le sens de la longueur.
Trois, deux, un, servez !

Vegé cuisine ► Les pakoras, ces beignets indiens aux légumes

C'est bon et c'est végétarien, ou est-ce l'inverse ? En tout cas, super pour l'été ! Les pakoras sont des beignets aux saveurs indiennes et hyper simples à préparer. Il ne faut juste pas avoir peur de mettre un peu les doigts dans la pâte mais prenez-le comme une partie de plaisir. On dit bien "mettre la main à la pâte" !

Alors pour la recette, il vous faut de la farine de pois chiche, des herbes fraîches (coriandre, une pointe de menthe si on veut), de l'ail frais ou en poudre, du curry en poudre et deux pincées de sel. Hachez menues les herbes, ajoutez-les à la farine de pois chiche dans un saladier et ajoutez de l'eau. Mélangez bien jusqu'à ce que la pâte devienne collante.

Découpez en lamelles rondes de l'aubergine, de la pomme de terre, et de l'oignon rouge dont vous détacherez les cercles (de plus en plus petits). Chaque rondelle de légume sera passée dans la pâte pour que celle-ci recouvre le morceau des deux côtés et hop, dans la friture ! Enchaînez jusqu'à ce que la surface de votre friteuse ne puisse en contenir davantage (peut-être environ six rondelles de la circonférence d'une aubergine).

Avec une écumoire en métal, retournez chaque beignet déjà doré et laissez frire encore quelques secondes. Sortez-les toujours à l'écumoire et placez-les sur une assiette couverte de deux épaisseurs de papier absorbant.

Une fois les beignets à l'aubergine terminés, passez aux rondelles de pomme de terre puis à celles d'oignon de la même manière.

Servez avec des tomates, du concombre et du citron. Agrémentez d'une sauce aigre-douce.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="5357,5356,5355"]

Easy cuisine ► Les rapid' crockets

Ça c'est une petite recette qui fait merveille avec les enfants. C'est simple, ils l'adorent mais elle a aussi l'avantage d'être préparée juste l'instant de le dire.

Prenez de la purée de pomme de terre en flocons. Vous pouvez faire de la purée vous-même, mais ça c'est pour les jours où vous avez plus de temps. Il ne faut pas que votre purée soit liquide mais plutôt bien compacte. Mélangez les flocons avec de l'eau chaude pour les petits allergiques aux laitages (Les grands peuvent manger les mêmes, c'est aussi bon qu'avec du lait ! ). Ajoutez un peu d'huile d'olive. Battez un ou deux œufs (ou plus selon le nombre de convives) et mélangez à la purée.

En tout cas, saupoudrez d'un peu d'oignon en poudre, d'ail en poudre et d'épices... en poudre. Un peu de curry fera l'affaire, ou un de ces mélanges tout préparés, façon mexicaine ou italienne, ou espagnole. Bref il faut que ça donne un peu de goût mais pas trop quand même car l'assaisonnement peu vite devenir trop fort comparé à la douceur des œufs et de la purée de pomme de terre. Ajoutez un peu de sel mais il est possible que ce ne soit pas nécessaire car il y a déjà du sel dans certaines préparations épicées du commerce.

Faites chauffer une grosse giclée d'huile d'olive dans une poêle anti-adhésive et placez des petits tas de la valeur d'une grosse cuillérée à café dans la poêle avec l'huile bien chaude. Mettez autant de crockets que la poêle peut en contenir à plat. Laissez dorer sur une face puis retournez-les un par un. La cuisson ne prend pas plus de deux à trois minutes.

Les perfectionnistes peuvent rouler les bouchées dans de la chapelure avant la cuisson.

Et hop, le tour est joué. Vous pouvez servir ces rapid' crockets avec... ce que vous voulez, par exemple une salade de tomate et concombre.

Truc en plus : Vous pouvez ajouter quelques galets d'épinards surgelés ou de purée de carotte surgelée.

Meaux ► La Brieflette "aux p'tits croutons", par Philippe Robquin

Caméra image Philippe Robquin présente la brieflette

 

 

Philippe Robquin a 63 ans. Marié, 4 enfants, il gère le restaurant Le Lauréat à Meaux et cuisine des mets, à la demande "si le cœur en dit aux clients : « Je suis un passionnel ! C’est l’inspiration qui me guide même si parfois, je crois inventer des plats et je m’aperçois qu’ils existaient déjà dans l’ancien temps ! J’oriente toujours mes mets autour des produits du terroir et je défends plus particulièrement le Brie de Meaux » confie le restaurateur. Ses recettes sont ainsi empreintes d’une touche locale : feuilletés de Brie, sauté de veau à la moutarde de Meaux, Brieflette (variante de la tartiflette à base de Brie de Meaux, champagne, lardons et pomme de terre). "C'est un restaurant traditionnel où le chef vient discuter avec les clients pour présenter ses recettes originales centrées sur le terroir meldois. J'aime bien son feuilleté croustillant fourré au brie fondu et servi avec une salade. Le goût est étonnamment fin. Avec Philippe, ça vaut le coup de sortir des sentiers battus, alors je choisis plutôt les spécialités du chef" raconte une cliente.

"La cuisine me trotte dans la tête depuis tout petit"

Philippe Robquin aime conter l’histoire du Lauréat à tous ses clients : « J’ai commencé dans le monde du ski et du tennis. Ma boutique d’import était au sommet de la pyramide : j’ai travaillé avec les plus grands comme Henri Leconte, le tennisman et Arthur H. Suite à un accident, j'ai dû arrêter le sport et je suis revenu à mes premières amours : la cuisine et la restauration. Le restaurant existait déjà en 1789 et quand je l'ai repris en 1994, les locaux étaient dans un état lamentable  » commente Philippe Robquin. Sa femme étant architecte d’intérieur, le duo a mis en place un décor typique pour les amoureux de la cuisine française. Il n’hésite jamais à décrire les plats proposés, expliquer les recettes, vanter les astuces maison qui ont fait le succès du restaurant.

Philippe Robquin cuisiné à la mode "portrait chinois"

Si vous étiez une couleur ?

J’hésite : le rouge ou le bleu car la vie ne m’a pas épargné et j’ai appris à me défendre.

Si vous étiez un animal ?

Le cheval car c’est ma deuxième passion (la première étant la cuisine).

Si vous étiez une fleur ?

Le myosotis car c’est une fleur légère, petite et que mon père adorait.

[gallery type="square" size="medium" ids="1919,1918,1921,1917"]

 

 

 

Feuilleter le mensuel

Magjournal 77 - Mensuel N°25 - Avril 2020
 
 

Le mensuel n°25 : les solutions des jeux

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.