Meaux ► Le sous-préfet a reçu quarante naturalisés français

Quarante habitants du nord de la Seine-et-Marne ont été reçus à la sous-préfecture de Meaux. A l'issue de la cérémonie, leur nouvelle nationalité était officielle.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=1vWqXwsM9QI&w=560&h=315]

 

Ils sont marocains, maliens, tunisiens, sénégalais ou chinois... Après avoir reçu le livret d'accueil pour devenir français, qui rappelle les grands principes de droit et les valeurs françaises, et après un test sur leurs connaissances historiques et géographiques, ils ont été invités à la sous-préfecture pour recevoir un document officialisant l'acquisition de la nationalité française.

Jeudi 1er octobre à 15 heures précises, le sous-préfet de Meaux, Jean-Noël Humbert a remis à Hassan, Mohamed, Boubacar, Djahid, Latifa et trente cinq autres habitants seine-et-marnais, le document qu'ils attendaient avec impatience : "Acquérir la nationalité française n'est pas un acte banal. Il était important de marquer la remise du certificat par une cérémonie" explique le sous-préfet. "C'est un grand jour pour moi et ma famille : ce document est l'aboutissement d'un long parcours pour devenir français" explique un récipiendaire.

[gallery type="slideshow" columns="2" size="large" ids="10854,10853,10851,10847,10848,10849,10850"]

 

Torcy ► Cérémonie de naturalisation : 40 nouveaux Français dans l'arrondissement

40 nouveaux Français ont reçu des mains du sous-préfet de Torcy, Gérard Branly, leur décret de naturalisation lors d'une cérémonie officielle, mardi 7 juillet. Pour beaucoup des postulants, il s'agit de l'aboutissement d'un parcours semé d'embûches. "On m'a demandé des tonnes de documents et j'ai dû faire des dizaines d'allers-retours à la sous-préfecture" se souvient Ahmed, ravi d'abandonner son passeport algérien pour un autre de couleur bordeaux.

Les nouveaux membres de la communauté nationale, habitants l'une des quatorze communes de l'arrondissement de Torcy ( Bussy-Saint-Georges, Serris, Champs-sur-Marne, Lagny-sur-Marne, Ozoir-la-Ferrière, Villeparisis...) sont venus en famille ou en couple. À leur arrivée, ils ont échangé sans regret leur titre de séjour contre un certificat de nationalité et ont reçu, sur papier, les paroles de la Marseillaise qu'ils devaient entonner lors de la cérémonie. Un film de cinq minutes sur les valeurs de la République a été suivi par le discours du représentant de l'Etat, dans lequel celui-ci a rappelé "les droits et les devoirs de chaque Français ainsi que l'attachement de la République au principe de la laïcité".

Annuellement, environ 2 000 décrets de naturalisation sont signés en Seine-et-Marne.  Chaque mois, une vingtaine d'étrangers acquièrent la nationalité par le mariage. La préfecture dénombre 20 % de décisions défavorables. "Cela concerne des demandeurs ayant été condamné à de la prison ou n'ayant pas payé leurs impôts" précise t-on au service des naturalisations de la préfecture. Dans le classement des pays d'origine des naturalisés en Seine-et-Marne, les pays du Maghreb sont au premier rang, suivis par les pays d'Afrique noire francophone puis par les pays du sud-est asiatique (Vietnam et Cambodge).

 

Ils sont devenus Français Steve Tague

Je suis originaire du Cameroun et je vis en France depuis 2006. J'ai commencé mes démarches de naturalisation en août 2014. La constitution du dossier a été très fastidieuse mais nous avons toujours été très bien reçus à la préfecture.

Je voulais devenir Français d'abord pour ma fille qui est née ici mais aussi parce que c'est un endroit où on peut se projeter vers l'avenir. La première chose que je ferai, ce sera d'aller m'inscrire sur les listes électorales.

Han-Chung Wang
Je viens de Taïwan. Je suis arrivé en France en 1999 pour les études et je suis actuellement informaticien dans une société de vidéo-surveillance. Je suis plutôt content d'être venu à bout des deux ans de démarches administratives et je suis très fier de devenir français. J'aime la France, sa culture et surtout son bon vin [rire]. La première chose que je ferais en tant que Français c'est d'ouvrir une bonne bouteille... de Champagne bien-sûr !

Josselyne Liciani

Je suis d'origine ivoirienne et je suis en France depuis 1992. Je me suis très vite intégrée dans ce pays car pour moi, la Côte-d'Ivoire c'était la France. Devenir française, c'était plutôt difficile mais c'était aussi une évidence. C'est d'ailleurs les services de la préfecture qui m'ont incitée à déposer une demande de naturalisation.
 

 

Mohamed Youbib (qui n'a pas souhaité être pris en photo)

Je suis né au Maroc mais je suis arrivé en France à 14 ans. Je voulais devenir Français parce que ma vie s'est faite ici. J'y vis depuis plus de 30 ans. Dans mon pays d'origine, on me considère plus comme un Français. En plus, ce sera plus pratique côté administratif. J'ai beaucoup hésité avant de déposer ma demande car les démarches sont difficiles et c'est ce qui me  bloquait. La première chose que je ferai en tant que Français, c'est d'aller voter aux prochaines élections.
Avec le sous-préfet

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="6060,6061,6059,6058,6057"]

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Abonnez-vous à la newsletter : une revue hebdo et l’agenda chaque lundi

captcha 

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°41 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top